Carnet du Rojava (3/3)


Texte inédit pour le site de Ballast

Troisième et der­nier volet du jour­nal de bord de la mili­tante éco­so­cia­liste et conseillère régio­nale (PG) Corinne Morel Darleux.


Lire le pre­mier volet et le second volet


Nous avons déci­dé de ne pas fran­chir l’Euphrate pour des rai­sons de sécu­ri­té. J’envisageais de me rendre dans la « zone tam­pon » de Shehba, située à l’ouest des can­tons de Cezire et Kobane, où se sont réfu­giés la plu­part des habi­tants d’Afrin depuis la prise de la ville le 18 mars 2018 par l’armée turque et ses alliés dans le cadre de l’opé­ra­tion « Rameau d’olivier ». Mais la pré­sence du régime syrien et la proxi­mi­té avec l’occupation turque ont fina­le­ment eu rai­son de cette étape jugée trop ris­quée ; c’est donc à Kobane que je ren­contre les familles de réfu­giés. La soli­da­ri­té qui s’exerce ici, dans une ville qui se relève elle-même à peine des com­bats, est remar­quable. Mes hôtes tiennent tout d’abord à m’emmener visi­ter un han­gar : on se gare sur un par­king pous­sié­reux ; les murs des bâti­ments sont encore grê­lés des impacts de tirs ; à l’intérieur, une petite dizaine de béné­voles s’affaire. Le lieu est rem­pli de tas de cou­ver­tures, de mate­las, de brouettes, de seaux et de chaises empi­lés des­ti­nés aux réfu­giés. Ceux-ci ont tout per­du lorsqu’ils ont du fuir pré­ci­pi­tam­ment la ville, après plus de cin­quante jours de siège.

« On n’a fait de mal à per­sonne ! On a bat­tu Daech, et les États euro­péens n’ont rien dit à la Turquie. »

Ayse a quit­té la ville lorsqu’une bombe a tué quatre de ses amis : « Je vou­lais aller les cher­cher. Quand je suis arri­vée, j’ai vu des têtes, des tripes, des pieds. Je por­tais cette robe. » Elle touche le tis­su noir à pois blancs qu’elle conti­nue de por­ter en sou­ve­nir de ses amis. « Elle était pleine de sang, du sang par­tout. J’ai dit à mon mari : ça suf­fit, je ne peux plus. » Ayse a fui avec une par­tie de sa famille vers Shehba, où se trou­vaient déjà son frère et sa belle-fille, puis tous ont rejoint Kobane. Son mari et sa fille Lorenda sont quant à eux res­tés à Afrin. Ils sont morts tous les deux. Dans la pièce où nous sommes ins­tal­lés, les murs sont nus, à l’exception de l’affiche qui les repré­sente. Je recon­nais la pho­to : elle était à l’avant du pre­mier véhi­cule qui m’a conduite à Qamishle. Lorenda, 17 ans, sou­rit à l’objectif ; elle porte un appa­reil pho­to ; elle était jour­na­liste pour les YPJ. En face de moi, assis en tailleur, son jumeau écoute nos échanges sans rien dire. À la fin de l’entretien, il glisse sim­ple­ment d’une voix calme : « C’est la moi­tié de mon cœur qui est par­tie. » Avec les frères et sœurs, une nièce, et leurs enfants, ils vivent à douze ici. Ayse a 53 ans — elle en paraît 20 de plus.

À quelques pas de la col­line de Machtanour, Cihan et sa famille m’accueillent à leur tour. Il y a quelques années, Cihan habi­tait à Alep. Quand les com­bats y ont écla­té, elle s’est réfu­giée à Afrin. Et puis il a fal­lu fuir Afrin, aus­si. La famille est arri­vée, il y a moins de trois semaines, à Kobane : « Je suis res­tée autant que je pou­vais, je suis par­tie quand tout le monde est par­ti. On était cachés dans la cave avec nos voi­sins. Les avions bom­bar­daient sans arrêt. Le bruit, les explo­sions, les avions, les cris : on n’avait plus notre cer­veau. Ils bom­bar­daient sans arrêt. » Elle répète ses phrases avec colère. « On a résis­té, et fina­le­ment, on a dû par­tir. Comme des chiens, on est sor­tis. » Son index frappe le sol. « Sans rien, ni chaus­sures ni vête­ments. On est par­tis avec ce qu’on avait sur nous. Mais qu’est-ce qu’on a fait, nous, les Kurdes ? On n’a fait de mal à per­sonne ! On a bat­tu Daech, et les États euro­péens n’ont rien dit à la Turquie. » Son mari a été tué, son fils aus­si. Elle me tend sa pho­to affi­chée sur son télé­phone, puis me fait écou­ter les mes­sages audios envoyés par une amie res­tée à Afrin. La voix est hési­tante, se brise, reprend, entre­cou­pée, comme si elle res­pi­rait avec dif­fi­cul­té. Les silences sont éprou­vants. Elle explique qu’il n’y a pas de lait pour les enfants, qu’elle entend encore des tirs. Des gens frappent sans cesse à la porte, elle n’ose pas ouvrir et reste ter­rée chez elle. Son fils, un ancien asayish, a été arrê­té : elle ne sait pas où il est. Sa propre mère est vieille et malade, elle n’a pas de voi­ture, per­sonne pour l’aider, elle ne peut pas par­tir. Le son s’arrête. Cihan reprend son télé­phone et se frotte les yeux. « Ça suf­fit. On a per­du nos maris, nos mai­sons, on a tout per­du. Je veux juste que quelqu’un arrête cette guerre. » Son visage est mar­qué. Une fois de plus, je suis sidé­rée quand elle m’annonce son âge. Cihan a 40 ans.

(Par Corinne Morel Darleux)

Je tiens à ces témoi­gnages, à ces pho­tos et ces visages usés trop tôt, qui incarnent ce qui se passe et l’ancrent dans le réel. La guerre est un concept deve­nu loin­tain et abs­trait, en France ; se prendre une claque de réa­li­té sur le ter­rain n’est jamais vain. Malgré tout, la vie reprend à Kobane, mal­gré les échos per­ma­nents des com­bats pas­sés et pré­sents. Quand nous repar­tons de chez Cihan, quatre femmes croi­sées sur le che­min nous pro­posent un tchai au soleil. Des enfants font du vélo. En ville, sur les pelouses, on sort des chaises, un mili­taire s’achète un cor­net de glace. Ces allers-retours conti­nus entre le fra­cas et le calme, entre les chan­tiers de recons­truc­tion et les ruines, les chas­sés-croi­sés entre vic­times d’hier et d’aujourd’hui, la Turquie qu’on voit si proche, si sem­blable et si mena­çante à la fois, tout cela forme un mael­ström d’impressions qui désar­çonnent sans arrêt. Comme pour pro­lon­ger ce sen­ti­ment, dans la voi­ture les filles mettent de la musique et se mettent à chan­ter joyeu­se­ment : elles m’expliquent dans un rire que la danse fait par­tie de la lutte et de la révo­lu­tion.

« Une ligne de jeunes recrues apprend et répète inlas­sa­ble­ment les mou­ve­ments de base, s’accroupit, se redresse, se met en posi­tion et mime le tir en criant. »

Le len­de­main, à quelques pas des rives de l’Euphrate, nous nous ren­dons à un camp d’entraînement des com­bat­tantes des Unités de défense de la femme — les YPJ. Nous tra­ver­sons pour y arri­ver une zone entiè­re­ment vidée de ses habi­tants, qui était tenue par Daech : beau­coup de familles ont tra­vaillé avec l’ennemi et se sont enfuies, d’autres ont quit­té cette zone à cause des mines qui y sont enfouies. Il est pré­vu, me dit-on, que les familles puissent reve­nir pro­chai­ne­ment dans les zones sécu­ri­sées. Mais per­sonne, pour l’heure, n’y entend les déto­na­tions reten­tis­santes des tirs des YPJ. Nous les retrou­vons dans un champ. À l’arrière, une ligne de jeunes recrues apprend et répète inlas­sa­ble­ment les mou­ve­ments de base, s’accroupit, se redresse, se met en posi­tion et mime le tir en criant. Devant, trois ins­truc­trices les accueillent une par une, der­rière un suc­cé­da­né de mur contre lequel elles doivent s’allonger avant de viser deux cibles au fond du champ. Les balles sont réelles, les douilles volent. Certains visages sont dis­si­mu­lés par une cagoule ou un fou­lard. Alors que je me tiens en retrait, intruse et déca­lée au milieu de cette armée, ce sont elles qui viennent m’accueillir avec cha­leur et ami­tié. Leur com­man­dante en chef et porte-parole, Nesrin Abdullah, a été reçue par le pré­sident Hollande en février 2015, après la libé­ra­tion de Kobane. Elle était aus­si dans la délé­ga­tion du Rojava et de la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord reçue par le pré­sident Macron le 29 mars der­nier — le jour même où j’interpellais Laurent Wauquiez sur Afrin en ses­sion régio­nale, à Lyon. Je la ren­contre à Qamishle. Ses mots d’accueil sont à l’image de tout notre entre­tien : francs, posés et bien­veillants. « Notre révo­lu­tion est celle des femmes. C’est aus­si ton pays, ici. »

Nesrin est une ancienne jour­na­liste : cela se res­sent dans l’analyse qu’elle porte. Elle m’expose que, si c’est plus visible au Moyen-Orient et en Syrie, c’est en réa­li­té le chaos par­tout, de l’Europe à l’Amérique latine, et que tout est lié : poli­tique, éco­no­mie, mili­taire… Ce qui touche le Moyen-Orient touche l’Europe, et vice-ver­sa. Elle s’inquiète de voir poin­ter, dans une par­tie de la popu­la­tion syrienne qui a tout per­du, un atta­che­ment décou­ra­gé au régime, faute de sys­tème alter­na­tif comme il en existe ici au Rojava. Le nord du pays s’est pré­pa­ré, s’est bat­tu et a construit ses propres assem­blées ; il a com­bi­né pro­tec­tion armée et construc­tion démo­cra­tique et ne revien­dra pas en arrière sur des liber­tés chè­re­ment payées. Mais ce n’est pas, dit-elle, le cas de tous les Syriens. Son constat est lucide et posé. Elle pointe la res­pon­sa­bi­li­té de tous : la Russie qui laisse faire le régime et a aban­don­né Afrin à la Turquie ; l’Iran, avec son pro­jet de ligne chiite jusqu’à la mer, via l’Irak et la Syrie ; Daech, bien sûr, et les dif­fé­rents grou­pus­cules dji­ha­distes ; la Turquie, qui veut jouer dans la cour des grands et s’étendre dans tout le Moyen-Orient ; l’Europe et les États-Unis. Tous mènent leurs propres inté­rêts dans la zone, veulent leur part des richesses du pays et para­sitent la Révolution. En atten­dant, contrai­re­ment à ce qu’on entend par­fois en Occident, Daech est encore pré­sent dans cer­taines régions de Syrie : à Hajin, Boukamal, et même dans une petite par­tie de Damas. Dans ces zones, pour­suit-elle, la popu­la­tion est main­te­nue sous contrôle mili­taire et idéo­lo­gique par la peur, l’islam est détour­né, les habi­tants mon­tés les uns contre les autres : « Une situa­tion très dan­ge­reuse. » C’est toute une géné­ra­tion qui ne connaît que la guerre et gran­dit sans études, pous­sée à s’identifier comme chiite, ale­vi ou musul­man. Le ter­reau du racisme. Or, déclare-t-elle, on laisse faire : s’ils l’avaient vou­lu, les États en auraient fini avec Daech. Mais tant que Daech est là, les forces étran­gères gardent une rai­son d’y être aus­si.

(Par Corinne Morel Darleux)

Nous évo­quons sa ren­contre avec Emmanuel Macron, qui s’est enga­gé à appor­ter le sou­tien mili­taire et poli­tique de la France, notam­ment pour que les Kurdes1Note de l’auteure : Dont la pré­sence au Congrès de paix pour la Syrie, orga­ni­sé par la Russie à la fin du mois de jan­vier 2018 à Sotchi, a été l’objet d’un bras de fer avec la Turquie. Les Kurdes ont fina­le­ment boy­cot­té le som­met, qui se tenait en plein lan­ce­ment de l’opération « Rameau d’olivier », esti­mant que Russes et Turcs s’étaient mis d’accord sur Afrin. Fawza Youssef dit ain­si, dans le Le Monde : « La Turquie et la Russie sont les garants de Sotchi et ces deux pays se sont mis d’accord sur Afrin [aux dépens des Kurdes], ce qui contre­dit le prin­cipe même de dia­logue poli­tique. » soient désor­mais pré­sents autour de la table des négo­cia­tions et recon­nus comme acteurs à part entière. J’interroge éga­le­ment Nesrin sur le sort de Manbij, iden­ti­fiée comme pro­chaine cible par le pré­sident turc. Dans cette ville vivent des Kurdes, des Arabes, des Tchétchènes, des Turkmènes. Et le com­bat s’y mène déjà par une guerre psy­cho­lo­gique : elle m’explique que les Turkmènes sont sous la pres­sion de la Turquie, qui en appelle à leurs racines com­munes ; des familles reçoivent des appels mena­çants de proches rési­dant en Turquie ; des gens de Daech sont encore cachés dans la ville et la Turquie n’hésite pas à com­man­di­ter des assas­si­nats ciblés. Elle redoute que ce tra­vail de sape ne finisse par retour­ner la popu­la­tion contre la pré­sence de la coa­li­tion — des forces fran­çaises et états-uniennes sta­tion­nées à Manbij. Enfin, elle me pré­cise que contrai­re­ment à ce que pré­tend la Turquie, il n’y a pas de YPG-YPJ là-bas : la ville dis­pose de ses propres forces de pro­tec­tion. J’aurais encore mille ques­tions et sujets à abor­der mais nous devons nous quit­ter : nos échanges ont duré plus de deux heures.

« L’armée est popu­laire, ici, dans tous les sens du terme : cha­cune, cha­cun a un frère, une cou­sine, un voi­sin, des amis enga­gés. »

J’ai trou­vé, dans les pro­pos de la porte-parole des YPJ, la confir­ma­tion de plu­sieurs obser­va­tions. D’abord, et c’est écrit en toutes lettres dans la bro­chure de pré­sen­ta­tion du Kongra Star, la convic­tion que la paix passe par le fait de recons­truire de bonnes rela­tions entre Syriens, qu’ils soient musul­mans, chré­tiens ou yézi­dis, arabes, turk­mènes ou kurdes. Ensuite, que la pro­tec­tion du peuple passe par l’éducation : dans chaque lieu col­lec­tif au Rojava, de Jinwar à la com­mune inter­na­tio­na­liste en pas­sant par les locaux du Kongra Star, on trouve une aca­dé­mie, des lieux d’étude, une salle de for­ma­tion. Enfin, Nesrin a for­mu­lé ce sur quoi j’avais du mal à poser une pen­sée claire depuis mon arri­vée : il y a un sen­ti­ment curieux, quand on arrive au Rojava, à se sen­tir du même camp que le pou­voir et l’armée. Ce n’est pas si sou­vent… Une par­tie de cette étran­ge­té tient au fait que cette « armée », les YPJ-YPG, n’en est pas une, pas au sens où on l’entend habi­tuel­le­ment : ce ne sont pas des mili­taires de pro­fes­sion, mais des civils for­més. Ce ne sont pas des forces d’attaque mais de pro­tec­tion. La notion d’autodéfense est essen­tielle dans le pro­jet du Rojava : depuis le mas­sacre des Yézidis au Sinjar en 2014, cha­cun sait la néces­si­té de pou­voir se pro­té­ger sans comp­ter sur l’extérieur. La loyau­té et la proxi­mi­té des forces armées sont par­mi leurs grandes forces, me confirme Nesrin. Alors que l’armée turque bom­bar­dait sans relâche depuis des semaines et n’était plus qu’à un kilo­mètre d’Afrin, les gens ne vou­laient tou­jours pas par­tir. « Nous avons tenu deux mois face à la deuxième puis­sance de l’OTAN. » L’armée est popu­laire, ici, dans tous les sens du terme : cha­cune, cha­cun a un frère, une cou­sine, un voi­sin, des amis enga­gés, et c’est une des rai­sons pour les­quelles les habi­tants leur font confiance pour les pro­té­ger — ce sont les leurs.

J’ai pas­sé la nuit chez une des diri­geantes du Kongra Star et son com­pa­gnon, poète. Nous avons beau­coup dis­cu­té dans leur petit jar­din où trône un magni­fique néflier. Ils sont cepen­dant res­tés dis­crets sur leur vie pri­vée et c’est Nupelda qui me confie­ra que leur fille a été tuée par Daech dans un atten­tat kami­kaze, il y a deux ans. J’ai dor­mi dans sa chambre, déco­rée de diplômes uni­ver­si­taires et de pho­tos d’anniversaires. Elle avait 22 ans, et atten­dait son pre­mier enfant.

Il me reste deux ren­contres impor­tantes à effec­tuer avant de repar­tir demain, tout d’abord : Ilham Ehmed, la copré­si­dente du Conseil démo­cra­tique syrien. Le CDS est une for­ma­tion kur­do-arabe oppo­sée au régime de Bachard Al-Assad, dont est membre le PYD. Branche poli­tique des Forces démo­cra­tiques syriennes alliées à la coa­li­tion contre Daech, le CDS tra­vaille pour toute la Syrie et est implan­té au-delà du Rojava — à Alep, par exemple. Ilham m’accueille en sou­li­gnant que ma venue, en tant qu’élue euro­péenne (la pre­mière à venir au Rojava, semble-t-il), « donne du cou­rage et montre qu’on est sur la bonne voie. Ici, on pense le temps long. La Syrie est en crise depuis sept ans, entre le pro­jet chiite de l’Iran, celui tur­co-musul­man de la Turquie, celui du régime syrien, et enfin le nôtre : réunir toutes les cultures, eth­nies et reli­gions ».

(Par Corinne Morel Darleux)

Elle n’évite aucun sujet : la Russie qui, selon elle, « est en train de dire clai­re­ment qu’elle est contre [leur] pro­jet et sou­tient le régime » ; l’Europe : après avoir fait remar­quer en sou­riant que « sur les femmes, on l’a dépas­sée », elle dit que « per­sonne ne sou­tient Afrin contre la Turquie, qui est en train d’y ins­tal­ler les isla­mistes de la Ghouta. Emmanuel Macron est le seul à être inter­ve­nu, mais pour l’instant ce sont des paroles. On ne com­prend pas quelle est la posi­tion de l’Europe sur la Syrie et le Rojava ». Je me per­mets de poin­ter que la Turquie est membre de l’OTAN, tout comme 22 des États membres de l’Union euro­péenne, et que cette der­nière a signé un accord et déjà déblo­qué deux tranches de trois mil­liards d’euros cha­cune, sur quatre ans, pour que la Turquie accueille et retienne les réfu­giés chez elle. Sauf que le mur de près de 900 kilo­mètres, le long de la fron­tière entre la Turquie et la Syrie du Nord, que j’ai lon­gé pen­dant tout mon séjour, laisse peu de pos­si­bi­li­tés à celles et ceux qui le vou­draient de se réfu­gier en Turquie. Et il s’avère en outre que « l’Union euro­péenne a payé à la Turquie pour 83 mil­lions d’euros de véhi­cules mili­taires et d’équipements de sur­veillance afin de tra­quer les réfu­giés, y com­pris à la fron­tière tur­co-syrienne, pour­tant offi­ciel­le­ment ouverte2« L’Europe paye des équi­pe­ments mili­taires à la Turquie pour refou­ler les réfu­giés », Mediapart, 24 mars 2018. ». Ilham tient à pré­ci­ser que la Turquie ment et gonfle consi­dé­ra­ble­ment ses chiffres à ce sujet : bien moins de réfu­giés y sont accueillis. Elle pré­cise éga­le­ment que par­mi eux beau­coup ont ouvert des maga­sins, créé leur acti­vi­té et qu’un mil­lion aurait obte­nu la natio­na­li­té turque. S’ensuit une dis­cus­sion ani­mée entre nous : Ilham vou­drait que l’Union euro­péenne condamne poli­ti­que­ment l’offensive et affirme que la popu­la­tion d’Afrin doit pou­voir ren­trer chez elle. Je pense hélas que ce serait certes satis­fai­sant, mais tout à fait insuf­fi­sant au vu de l’alignement sur l’OTAN et de l’affaiblissement de la diplo­ma­tie euro­péenne, dépour­vue de sou­ve­rai­ne­té et sou­mise au pou­voir éco­no­mique du dol­lar et aux lois d’extraterritorialité des États-Unis, comme on le voit aujourd’hui sur l’Iran3Voir Martine Orange, « Le dol­lar, arme suprême de Trump », Mediapart, 9 mai 2018.. Nous dis­cu­tons éga­le­ment du rôle des Nations Unies, dont le Conseil de sécu­ri­té est res­té bien timo­ré face à l’agression turque, en se conte­nant d’appeler Recep Tayyip Erdoğan « à la rete­nue ». L’heure file sans qu’on s’en rende compte, l’échange est pas­sion­nant, mais je dois par­tir : j’ai ren­dez-vous avec la Commune inter­na­tio­na­liste.

« Non seule­ment un autre monde est pos­sible, mais il est en cours, par­fois. Les gens qui viennent ici cherchent une pers­pec­tive révo­lu­tion­naire. »

Dans sa confi­gu­ra­tion actuelle, notam­ment en matière de visi­bi­li­té publique puisque la Commune dis­pose main­te­nant d’un site et même d’un compte Twitter, le lieu existe depuis moins d’un an. J’y suis accueillie par une dou­zaine d’internationaux. Ils viennent prin­ci­pa­le­ment d’Europe, sur­tout des Allemands et des Français, mais aus­si du Moyen-Orient et d’Amérique latine — un chas­sé-croi­sé par­fois dif­fi­cile à com­prendre pour les Kurdes, dont cer­tains cherchent à faire le tra­jet inverse pour aller vivre en Europe. Aucun n’a plus de qua­rante ans. La plu­part sont là depuis plu­sieurs mois, plus que ce qu’ils avaient pré­vu au départ : « Partir main­te­nant, ce serait comme arrê­ter un film au milieu ». Tous sont venus par­ti­ci­per à la Révolution : « Non seule­ment un autre monde est pos­sible, mais il est en cours, par­fois. Les gens qui viennent ici cherchent une pers­pec­tive révo­lu­tion­naire », sans pour autant vou­loir prendre les armes. C’est en quelque sorte le pen­dant civil des bataillons inter­na­tio­na­listes enga­gées aux côtés des YPJ-YPG, à l’instar de celui que com­mande le fran­çais Hogir, croi­sé à la com­mé­mo­ra­tion à Amuda. Depuis que la fron­tière a été rou­verte en sep­tembre, m’expliquent-ils, les inter­na­tio­na­listes recom­mencent à venir, « pas juste pour aider, aus­si pour construire ». Ce n’est pas évident, aus­si pour qu’ils soient véri­ta­ble­ment utiles et effi­caces, la Commune accueille les nou­veaux venus avant qu’ils ne partent tra­vailler un peu par­tout dans le Rojava. Elle leur apprend la langue, leur donne les pre­mières clés cultu­relles : « Ça n’est pas juste un autre pays, c’est un autre monde ». Elle les forme aux prin­cipes fon­da­teurs de la Révolution en cours. Face à une val­lée déga­gée, deux mai­sons accueillent les femmes et les hommes, une troi­sième abri­te­ra l’académie de for­ma­tion.

Alors qu’une par­tie du groupe part pour se rendre à une com­mé­mo­ra­tion, nous pre­nons le thé sous des pou­trelles en bois qui forment la struc­ture du futur lieu de vie et de réunion com­mun. Sans plus de pré­am­bules, nous entrons très rapi­de­ment dans la ques­tion de la résis­tance armée, dans les res­pon­sa­bi­li­tés du capi­ta­lisme, évo­quons aus­si bien Abdullah Öcalan qu’Aldous Huxley, dis­cu­tons de stra­té­gies de com­mu­ni­ca­tion, et explo­rons ce qui se joue au Rojava. L’échange est sérieux, fluide et pro­fond à la fois : les quatre mili­tants sont solides, les argu­men­ta­tions intel­lec­tuelles et com­plexes. S’ils avaient des réti­cences à ren­con­trer une élue fran­çaise, celles-ci semblent en tout cas levées. Le refus du capi­ta­lisme vert et l’écosocialisme nous four­nissent un ter­reau com­mun. En contre­bas, un pota­ger et une serre, où les inter­na­tio­na­listes font des essais de bou­tures. Leur pro­jet, inti­tu­lé pour les réseaux sociaux #MakeRojavaGreenAgain, vise à contri­buer à la refo­res­ta­tion du Rojava dont les éco­sys­tèmes ont été mis à mal par la mono­cul­ture de blé impo­sée par le régime syrien : « Le régime a tout fait pour décon­nec­ter les gens de leur terre, jusqu’à leur inter­dire de plan­ter des arbres dans leur propre jar­din ! Ici, c’était une colo­nie. Et dans un pays en guerre, la vie est pré­caire, et la valeur accor­dée au vivant toute rela­tive. Tout est à ré-apprendre. »

(Par Corinne Morel Darleux)

Il s’agit pour les habi­tants du Rojava de réin­ves­tir leur propre terre, leur auto­no­mie ali­men­taire, leurs pay­sages et leur ave­nir : pour­quoi plan­ter un arbre qui met­tra par­fois des dizaines d’années à por­ter ses fruits, quand vous ris­quez d’être chas­sé de chez vous dans une semaine, un mois, un an ? L’écologie se construit sur le temps long, qui a été abo­li ici. C’est une des rai­sons pour les­quelles le volet éco­lo­giste du pro­jet du Rojava est si impor­tant. Et il y a fort à faire. Il y a d’abord les contraintes impo­sées au Rojava, qui ne peut raf­fi­ner son pétrole sur place et doit l’importer au gré des embar­gos, ce qui fait ger­mer des raf­fi­ne­ries arti­sa­nales extrê­me­ment pol­luantes, et un car­bu­rant qui l’est tout autant. Ensuite, il y a l’eau, à éco­no­mi­ser, et les déchets, à col­lec­ter et réduire. Il est dif­fi­cile de pré­ci­sé­ment démê­ler ce qui tient de l’éducation et ce qui tient aux méca­nismes ter­ri­to­riaux et infra­struc­tures qui n’ont pas encore pu être mis en place. Le régime syrien a tout lais­sé dans un état catas­tro­phique. Comme me le disait Fawza al Yussef, de la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord : « On veut créer notre propre modèle, sans oublier l’écologie : l’homme fait par­tie de la nature. Mais oui, sur les déchets c’est une vraie ques­tion, une dif­fi­cul­té. Des pro­jets sont en cours, c’est un sujet dont on dis­cute beau­coup. Mais nous man­quons de tech­ni­ciens, de maté­riel et d’expérience : avant la révo­lu­tion syrienne il n’y avait rien… On doit tout apprendre, tout est à construire. » Tout ? Pas tout à fait. Les struc­tures féo­dales et pro­duc­ti­vistes du régime syrien ont déjà été for­te­ment bous­cu­lées, Daech chas­sé. Les bases du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tiques sont en germe. Le Rojava a redres­sé la tête, et conti­nue de résis­ter tout en construi­sant un ave­nir dif­fé­rent pour son peuple, aux anti­podes de celui que les bel­li­gé­rants veulent lui impo­ser.

C’est ma der­nière nuit ici. Demain je repren­drai le che­min en sens inverse le long du mur turc, des der­ricks, des por­traits d’Apo4Surnom d’Abdullah Öcalan, théo­ri­cien du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique, empri­son­né en Turquie depuis 1999., des cimen­te­ries et des camps, jusqu’à Erbil. Je repars les­tée de réflexions en sus­pens, de notes, de témoi­gnages et d’images, que je me suis enga­gée à trans­mettre. J’ai l’impression d’être par­tie un mois, mais aus­si de quit­ter le Rojava juste au moment où je com­mence à me sen­tir à l’aise. J’ai été invi­tée à reve­nir. En atten­dant, ins­tal­lée sur la petite ter­rasse de la mai­son des hôtes à Remilan, je capte les der­niers rayons de soleil en fumant une ciga­rette. Rojava veut dire « ouest », roj est le jour.



REBONDS

☰ Lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens », Raphaël Lebrujah, mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Rojava : des révo­lu­tion­naires ou des pions de l’Empire ? », Marcel Cartier, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? », avril 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « De retour de la révo­lu­tion du Rojava », mars 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava », Hawzhin Azeez, jan­vier 2017

NOTES   [ + ]

1.Note de l’auteure : Dont la pré­sence au Congrès de paix pour la Syrie, orga­ni­sé par la Russie à la fin du mois de jan­vier 2018 à Sotchi, a été l’objet d’un bras de fer avec la Turquie. Les Kurdes ont fina­le­ment boy­cot­té le som­met, qui se tenait en plein lan­ce­ment de l’opération « Rameau d’olivier », esti­mant que Russes et Turcs s’étaient mis d’accord sur Afrin. Fawza Youssef dit ain­si, dans le Le Monde : « La Turquie et la Russie sont les garants de Sotchi et ces deux pays se sont mis d’accord sur Afrin [aux dépens des Kurdes], ce qui contre­dit le prin­cipe même de dia­logue poli­tique. »
2.« L’Europe paye des équi­pe­ments mili­taires à la Turquie pour refou­ler les réfu­giés », Mediapart, 24 mars 2018.
3.Voir Martine Orange, « Le dol­lar, arme suprême de Trump », Mediapart, 9 mai 2018.
4.Surnom d’Abdullah Öcalan, théo­ri­cien du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique, empri­son­né en Turquie depuis 1999.
Sur le même sujet :
Corinne Morel Darleux
Corinne Morel Darleux

En charge du développement à l'international de l'écosocialisme pour le Parti de Gauche, Corinne Morel Darleux est également conseillère régionale en Auvergne Rhône Alpes et chroniqueuse pour Reporterre et Là-bas si j'y suis... Elle vit à Die, dans le Vercors. Son blog : www.lespetitspoissontrouges.org

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.