L’émancipation kurde face aux pouvoirs syriens


Texte inédit pour le site de Ballast

Le Rojava1Et plus par­ti­cu­liè­re­ment le Parti de l’u­nion démo­cra­tique (PYD), les Unités d’au­to­dé­fense (YPG/J) et les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS). est par­fois accu­sé, depuis l’é­cla­te­ment de la contes­ta­tion popu­laire en 2011 et la guerre civile qui s’en­sui­vit, de com­pli­ci­té avec le régime de Bachar el-Assad. Pour com­prendre la place des Kurdes en Syrie, et plus lar­ge­ment dans la région, il importe de reve­nir sur une his­toire par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe : c’est à cette seule lumière qu’il devient pos­sible de démê­ler les rela­tions des révo­lu­tion­naires kurdes avec le pou­voir syrien, l’État turc voi­sin et les rebelles majo­ri­tai­re­ment arabes. ☰ Par Raphaël Lebrujah


Lire en espa­gnol (español)


L’arrivée de l’État-nation et du capi­ta­lisme au Moyen-Orient ont bou­le­ver­sé pro­fon­dé­ment les rap­ports entre com­mu­nau­tés. Les pre­mières révoltes kurdes contre l’Empire otto­man ont com­men­cé au début du XIXe siècle, en réac­tion à une série de réformes de moder­ni­sa­tion de l’Empire (sur le modèle occi­den­tal de la cen­tra­li­sa­tion du pou­voir). S’ensuivit la chute des prin­ci­pau­tés kurdes et la fin de leur auto­no­mie poli­tique — cer­taines tri­bus kurdes sun­nites furent inté­grées au sein de l’ap­pa­reil répres­sif de l’Empire otto­man, via la créa­tion, au début des années 1890, du corps contre-insur­rec­tion­nel des Hamidiés (ce der­nier joue­ra un rôle essen­tiel dans le géno­cide des chré­tiens d’Orient et divi­se­ra les Kurdes, per­met­tant ain­si au pou­voir de mar­gi­na­li­ser les alé­vis, les yézi­dis et cer­tains sun­nites réfrac­taires). Il s’a­git pour les auto­ri­tés impé­riales de la Sublime Porte de struc­tu­rer un État-nation uni­fié autour d’une iden­ti­té musul­mane sun­nite et otto­mane. La ten­ta­tive, par les Jeunes-Turcs, d’im­por­ter au sein de l’Empire otto­man un sys­tème poli­tique ins­pi­ré du jaco­bi­nisme et de la IIIe République fran­çaise s’a­vère d’une vio­lence inouïe à l’en­contre des mino­ri­tés. Les chré­tiens, qui com­posent alors envi­ron 20 % de la popu­la­tion du Moyen-Orient, sont les plus tou­chés (ils ont aujourd’­hui qua­si­ment dis­pa­ru) ; le géno­cide armé­nien, déclen­ché en 1915, en est la consé­quence la plus bru­tale ; puis vient le tour des Kurdes, par­tiel­le­ment épar­gnés puisque majo­ri­tai­re­ment musul­mans et sun­nites.

« Héritage que les puis­sances anglaises et fran­çaises vont entre­te­nir afin d’as­su­rer leur domi­na­tion sur le Moyen-Orient. »

La Première Guerre mon­diale met un terme à cette volon­té d’ho­mo­gé­néi­sa­tion des Jeunes-Turcs. La dés­in­té­gra­tion de l’Empire otto­man, actée par le trai­té de Sèvres, laisse un héri­tage de haine entre les com­mu­nau­tés reli­gieuses et eth­niques. Héritage que les puis­sances fran­çaises et anglaises vont entre­te­nir afin d’as­su­rer leur domi­na­tion sur le Moyen-Orient : les pre­mières inves­tissent rapi­de­ment les côtes syriennes et liba­naises ; les secondes, la Mésopotamie et la Palestine. Sur le sol de la future « Turquie », la guerre fait rage depuis 1919 entre l’in­dé­pen­dan­tiste natio­na­liste Mustapha Kemal — bien­tôt connu sous le nom d’Atatürk — et le sul­tan otto­man d’Istanbul, alors épau­lé par des puis­sances euro­péennes sou­cieuses de déman­te­ler l’Anatolie. Le sou­tien des Kurdes va être déci­sif dans la vic­toire du lea­der indé­pen­dan­tiste, qui, par ses dis­cours, appelle à la lutte contre les enva­his­seurs chré­tiens en vue de ras­sem­bler les musul­mans, Kurdes com­pris. Le sul­ta­nat est abo­li en 1922 ; la République de Turquie est pro­cla­mée, forte d’un par­ti unique, un an plus tard ; le cali­fat dis­pa­raît en 1924. Le trai­té d’Angora (ancien nom d’Ankara), signé entre la France et la Turquie du nou­veau pré­sident Atatürk, éta­blit la fron­tière nord de la Syrie — et donc la sépa­ra­tion entre le Kurdistan de l’Ouest (Rojava) et celui du Nord (Bakur).

L’État fran­çais divise dès lors son espace man­da­taire en cinq États : l’État du Liban, l’État alouite (sur la côte autour de Lattakié et de Tartous), l’État du Djebel druze (autour de la région de Suwayda, dans le sud syrien fron­ta­lier avec la Jordanie), l’État de Damas et, enfin, celui d’Alep. Ce der­nier regroupe la grande majo­ri­té des zones kurdes de Syrie. Les auto­ri­tés fran­çaises sou­tiennent cer­taines forces tri­bales kurdes afin de pro­té­ger la fron­tière nord du pays des incur­sions turques. Raqqa devient ain­si l’une des prin­ci­pales bases de la tri­bu kurde des Millis, anciens Hamidiés, recon­ver­tie en force sup­plé­tive. L’État mul­ti­con­fes­sion­nel et mul­tieth­nique du sand­jak d’Alexandrette est mis en place en 1923, avant d’être annexé par la Turquie en 1938. Le ter­ri­toire syrien ne tarde pas à être mena­cé par les vel­léi­tés turques, au nord (la Turquie n’ac­cepte pas la pré­sence fran­çaise en Syrie), et par les Anglais, au sud comme à l’est (la monar­chie bri­tan­nique sou­tient très lar­ge­ment le bloc natio­na­liste arabe contre la pré­sence fran­çaise). L’État fran­çais sou­tient quant à lui les mino­ri­tés, face à une majo­ri­té arabe sun­nite de plus en plus natio­na­liste et hos­tile. Il ren­force, dans les années 1930, la posi­tion de Damas dans l’ad­mi­nis­tra­tion colo­niale et se struc­ture autour de bureau­crates arabes damas­cènes. Les notables kurdes syriens se plaignent régu­liè­re­ment, auprès des auto­ri­tés fran­çaises, des menaces émises par nombre de fonc­tion­naires natio­na­listes arabes, sou­cieux d’ho­mo­gé­néi­sa­tion eth­nique : chas­ser les Kurdes de Syrie une fois l’in­dé­pen­dance gagnée… Des ten­sions virant par­fois à la révolte.

29 octobre 2016, Recep Tayyip Erdogan rend hom­mage à Atatürk (UMIT BEKTAS/REUTERS)

De l’indépendance au parti Baas

L’indépendance de la Syrie est pro­cla­mée le 17 avril 1946. Les der­niers occu­pants fran­çais se retirent du ter­ri­toire, chas­sés par le bloc natio­na­liste. Mais, dans les zones majo­ri­tai­re­ment kurdes du pays, ce départ est loin d’être tou­jours vécu comme une libé­ra­tion : la région de Djézireh, qui compte une forte mino­ri­té syriaque2Aujourd’hui pré­sente dans le gou­ver­no­rat d’Hassaké., est l’une des der­nières à tom­ber aux mains des natio­na­listes syriens — elle est lit­té­ra­le­ment mise à sac (les rap­ports des ren­sei­gne­ments fran­çais feront état d’in­tenses pillages des com­merces chré­tiens et kurdes ain­si que d’une résis­tance farouche des troupes sup­plé­tives locales). Le bloc natio­na­liste est alors per­çu comme un nou­vel enva­his­seur. S’ensuivra, pour la République syrienne, une situa­tion instable mar­quée par une suc­ces­sion de coups d’États.

« Les Kurdes sont dépeints comme des sau­vages à qui l’on nie, du reste, toute sin­gu­la­ri­té lin­guis­tique et cultu­relle — ils ne sont d’ailleurs pas recon­nus comme un peuple… »

Les trois grands cou­rants de pen­sée du monde arabe vont s’y affron­ter ; deux sont encore majo­ri­taires aujourd’­hui : le pan­ara­bisme et le pan­is­la­misme — reste un pôle com­mu­niste, lar­ge­ment mar­gi­na­li­sé de nos jours. Tous les par­tis poli­tiques au pou­voir depuis l’in­dé­pen­dance appar­tiennent ou sont proches du pan­ara­bisme et du pan­is­la­misme : dans les deux cas, les Kurdes et les autres mino­ri­tés se voient exclus. Le pre­mier rejette par prin­cipe l’i­dée d’un État mul­tieth­nique et nie tout droit aux Kurdes ; le second a voca­tion à englo­ber l’en­semble des popu­la­tions musul­manes (sun­nites, dans ce cas), dont la majo­ri­té des Kurdes fait par­tie, mais ces der­niers sont régu­liè­re­ment accu­sés de « mécréance » — pour nombre d’entre eux, la foi vient après l’i­den­ti­té cultu­relle. De plus, les par­tis poli­tiques kurdes qui mobi­lisent le corps social au Kurdistan adoptent une ligne sécu­laire (s’il existe bien quelques par­tis isla­mistes kurdes, ils demeurent très mino­ri­taires). En 1958, les pan­arabes l’emportent avec la mise en place de la République arabe unie, actant la fusion de l’État syrien et égyp­tien — la Turquie, ayant mena­cé d’en­va­hir et d’an­nexer la Syrie, a pous­sé le par­le­ment de cette der­nière à sem­blable manœuvre. Les Syriens le vivent comme une colo­ni­sa­tion. Cette répu­blique est éphé­mère ; elle dure jus­qu’en 1961 mais revêt un aspect majeur : la pre­mière pla­ni­fi­ca­tion de dépor­ta­tion et d’assimilation for­cée com­man­di­tée par les auto­ri­tés égyp­tiennes elles-mêmes. Il s’a­git de chas­ser les Arabes alaouites de la côte afin de les rem­pla­cer par des Arabes sun­nites et, dans le même temps, d’a­ra­bi­ser les Kurdes des terres agri­coles du nord syrien. Si ce plan ne peut être mis en œuvre — seul un vil­lage alaouite est dépor­té au Rojava —, il marque en pro­fon­deur les mino­ri­tés syriennes. Le par­ti Baas — socia­liste et natio­na­liste pan­arabe — finit par prendre le pou­voir en 1963 ; ses lea­ders sont des offi­ciers issus de mino­ri­tés reli­gieuses, dont un cer­tain Hafez el-Assad, alaouite.

« Anéantir le danger kurde »

Bien des divi­sions vont secouer le par­ti Baas, de 1963 à l’accession au pou­voir de la ten­dance « néo-mar­xiste » por­tée par Assad sept ans plus tard. Un « enne­mi de l’in­té­rieur » soude cepen­dant toutes les ten­dances : les Kurdes. Le Kurdistan est ain­si pré­sen­té comme un « deuxième Israël », à même de pro­vo­quer une « Nakba », une catas­trophe, comme celle que vécut la Palestine en 1948. Les Kurdes sont dépeints comme des sau­vages à qui l’on nie, du reste, toute sin­gu­la­ri­té lin­guis­tique et cultu­relle — ils ne sont d’ailleurs pas recon­nus comme « un peuple »… Une poli­tique d’une grande vio­lence s’a­bat sur eux. L’un des théo­ri­ciens du net­toyage eth­nique se nomme Mohammed Taleb Hilal, père du plan dit de l’« abla­tion »3Voir Sabri Cigerli, Les Kurdes et leur his­toire, L’Harmattan, 1999.. Pensé au début des années 1960, il se donne pour but d’« anéan­tir le dan­ger kurde » : un héri­tage des natio­na­listes syriens et des pogroms anti-kurdes et chré­tiens. Une poli­tique dite de « cein­ture arabe » s’instaure4Voir Julie Gauthier, « Syrie : le fac­teur kurde », Outre-Terre, vol. no 14, no. 1, 2006, pp. 217–231. : elle impose le « socia­lisme arabe » aux Kurdes en confis­quant leurs terres pour les faire culti­ver par des « colons arabes » dans des fermes d’État. Déportations (vers des zones moins fer­tiles), empri­son­ne­ment sys­té­ma­tique des lea­ders, répres­sion des par­tis kurdes (notam­ment le Parti démo­cra­tique du Kurdistan syrien, tou­jours actif de nos jours), ins­tau­ra­tion d’une poli­tique de sous-déve­lop­pe­ment en matière d’é­du­ca­tion et de ser­vice public, inter­dic­tion de la langue kurde, pri­va­tion d’ac­cès à l’emploi… 120 000 Kurdes sont, en sus, pri­vés de la natio­na­li­té syrienne en août 19625Suite au décret n° 93 du 23 août 1962, entré en vigueur le 5 octobre 1962. : ils n’ont plus aucun droit, même pas celui de dor­mir à l’hôtel (leurs des­cen­dants en feront les frais : on compte envi­ron 300 000 Kurdes apa­trides à l’aube de la révo­lu­tion syrienne de 2011). La situa­tion des Kurdes syriens peut à maints égards être com­pa­rée à celle des juifs sous le régime de Vichy — bien des membres du régime baa­siste n’ont d’ailleurs jamais caché leur sym­pa­thie pour le fas­cisme ni leur farouche antisémitisme6Songeons par exemple au rôle cen­tral d’Aloïs Brunner dans l’or­ga­ni­sa­tion des ser­vices de répres­sion d’Assad ou à Moustapha Tlass, géné­ral et pilier anti­sé­mite du régime..

© AFP

L’arrivée d’Hafez el-Assad au pou­voir n’a pas assou­pli cette poli­tique de répres­sion, quoi qu’en disent bien des livres d’his­toire. Elle s’ac­cé­lère même au début des années 1970, avant d’être délais­sée, trois ans plus tard, au pro­fit d’une menace jugée autre­ment plus impor­tante aux yeux du régime : les Frères musul­mans. La résis­tance kurde syrienne sort pour le moins affai­blie de cette séquence.

De la détente à la répression

Le par­ti Baas réoriente sa poli­tique. Dans le but de désta­bi­li­ser son voi­sin turc, il accueille Abdullah Öcalan, le lea­der du Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (PKK), juste avant le coup d’État turc de 1980. Le PKK orga­nise des réunions à Damas et ins­talle des camps d’en­traî­ne­ment mili­taire au Liban, dans la val­lée de la Bekaa ; les pre­miers temps, le Front démo­cra­tique pour la libé­ra­tion de la Palestine (FDLP) se charge de l’ins­truc­tion mili­taire. Mais cela relève davan­tage, pour l’État syrien, d’un accord de « lais­ser faire » que d’une véri­table alliance stra­té­gique — le régime conti­nue de craindre, en silence, la pos­sible révolte de sa propre mino­ri­té kurde… Le PKK s’al­lie aux forces arabes contre Israël : c’est là son épreuve du feu — onze de ses com­bat­tants tom­be­ront en mar­tyr face à Tsahal7« Expliquez-nous… le PKK », France Info, 27 juillet 2015.. Les révo­lu­tion­naires kurdes, contrai­re­ment à leurs confères du PDK basé dans le Kurdistan ira­kien, ont en effet adop­té une ligne anti­sio­niste et pro-pales­ti­nienne claire. Mais l’an­née 1988 marque une rup­ture entre les Kurdes, le « monde arabe » et la Palestine : la majo­ri­té des lea­ders pales­ti­niens vont approu­ver l’opé­ra­tion géno­ci­daire Anfal menée par Saddam Hussein contre les Kurdes d’Irak…

« Le régime conduit par Bachar el-Assad, au pou­voir depuis quatre ans, réprime vio­lem­ment sa mino­ri­té kurde : 43 morts, des cen­taines de bles­sés et des mil­liers d’ar­res­ta­tions. »

Dans les années 1990, la guerre fait rage au Kurdistan turc et ira­kien. La pres­sion se fait plus forte sur le lea­der du PKK héber­gé en Syrie. Le régime d’Assad père est mis en dif­fi­cul­té, notam­ment par la construc­tion de bar­rages par la Turquie et le contrôle de l’eau opé­rée par cette der­nière. Fort d’ac­cords pas­sés entre Ankara et Damas et de l’in­sis­tance de nom­breuses grandes puis­sances inter­na­tio­nales, Öcalan est expul­sé de Syrie en 1998 puis cap­tu­ré au Kenya lors d’une opé­ra­tion fomen­tée, notam­ment, par les ser­vices secrets turcs, amé­ri­cains et israé­liens. C’est le début d’une reprise de ten­sion entre les Kurdes du PKK et l’État syrien. L’ancêtre du Parti de l’u­nion démo­cra­tique (PYD), homo­logue syrien kurde du PKK, est alors fon­dé : il devient en 2003 le par­ti que l’on connaît aujourd’­hui, fer de lance de la future révo­lu­tion du Rojava. Un chan­ge­ment radi­cal de stra­té­gie poli­tique s’o­père : les auto­ri­tés révo­lu­tion­naires kurdes aban­donnent leur ligne « indé­pen­dan­tiste » et portent désor­mais, en Turquie comme en Syrie, une franche reven­di­ca­tion auto­no­miste et fédé­rale. Durant cette période, les Kurdes de Syrie, qui repré­sentent envi­ron 15 % de la popu­la­tion, s’or­ga­nisent. Le PYD et le PKK gagnent une véri­table base popu­laire dans le nord du pays — le Rojava — et struc­turent ain­si la résis­tance. Un inci­dent éclate en 2004, dans la ville de Qamichlo, entre une équipe de foot­ball arabe de Deiz-Ezzor (région pro-Baas ira­kien de Syrie) et une équipe kurde. Les Arabes bran­dissent des por­traits de Saddam Hussein ; la police tire sur les Kurdes ; des émeutes éclatent dans tout le Rojava. Le régime conduit par Bachar el-Assad, au pou­voir depuis quatre ans, réprime vio­lem­ment sa mino­ri­té kurde : 43 morts, des cen­taines de bles­sés et des mil­liers d’ar­res­ta­tions. Renaît ain­si la lutte des Kurdes syriens. Ankara et Damas inten­si­fient leur col­la­bo­ra­tion, dési­reux d’é­cra­ser les Kurdes et leurs orga­ni­sa­tions poli­tiques révo­lu­tion­naires. Le PYD — porte-dra­peau du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique  — consti­tue la cible prin­ci­pale de cette répres­sion, qui fera de nom­breux morts. À la veille de la révo­lu­tion, c’est plus de 1 500 de ses mili­tants que l’on compte der­rière les bar­reaux du régime syrien, bien connu pour son usage de la tor­ture.

Et vient la révolution

Les Kurdes de Syrie et le PYD par­ti­cipent ample­ment aux mou­ve­ments de contes­ta­tion visant le régime baa­siste à par­tir de l’an­née 2011. Mechaal Tamo, figure kurde de l’op­po­si­tion à Assad, est assas­si­né. La ques­tion de la mili­ta­ri­sa­tion du conflit se pose : le PYD refuse la voie armée, redou­tant l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la révolte par des puis­sances étran­gères8« Dès le début des affron­te­ments, les Kurdes ont sou­te­nu que les pro­blèmes ne pou­vaient être réso­lus par la guerre et la vio­lence et sou­li­gné leur oppo­si­tion aux inter­ven­tions exté­rieures. Ainsi, ils n’ont pas pris part à cette guerre et se sont concen­trés sur leur auto­dé­fense et la pro­tec­tion de leur région. Ils ont tou­jours dénon­cé le régime syrien et sont entrés en rela­tion avec l’opposition à ce régime. Cependant, l’opposition sou­te­nue par l’État et le gou­ver­ne­ment turcs a igno­ré les Kurdes et refu­sé d’entendre leurs reven­di­ca­tions. Elle est même allée jusqu’à mener des attaques contre les Kurdes, à l’instar des forces du régime. Les Kurdes ont ain­si déve­lop­pé leur orga­ni­sa­tion et leurs forces d’autodéfense et opté pour une troi­sième voie par la mise en œuvre du pro­jet d’autonomie démo­cra­tique, qui vise à ce que les Kurdes et les autres peuples vivant dans le Kurdistan du sud-ouest (Kurdistan de Syrie), Arméniens, Arabes, Tchétchènes, Turkmènes, Assyriens, Syriaques, etc., puissent vivre ensemble. » Adem Uzun, Nouvelles d’Arménie, 2014.. Le régime syrien prend peur, essor de la contes­ta­tion oblige, et tente de divi­ser cette der­nière : en libé­rant des dji­ha­distes puis en lais­sant les Kurdes par­tiel­le­ment inves­tir les can­tons d’Afrin, de Kobané et de Djézireh, for­mant ain­si les trois espaces auto-admi­nis­trés du Rojava9« En Turquie, le retrait du régime de nos régions est très mal per­çu : après l’autonomisation du Kurdistan d’Irak, la Syrie ? Et très vite, la Turquie a exci­té les popu­la­tions arabes syriennes en leur fai­sant croire que le PYD avait signé des accords avec le régime, en en fai­sant des traîtres à la Révolution. Le départ pré­ci­pi­té des forces mili­taires loya­listes de la plu­part des zones kurdes n’était lié qu’à la néces­si­té stra­té­gique de les concen­trer sur des fronts jugés plus urgents. » Rhodi Mellek, « Il n’y aura aucune solu­tion à la crise syrienne sans réso­lu­tion du dos­sier kurde », Jeune Afrique, 14 juin 2013. — c’est la révo­lu­tion du Rojava, née le 19 juillet 2012, conti­nui­té de la révo­lu­tion syrienne. Sous la pres­sion, le régime de Bachar el-Assad libère des pri­son­niers poli­tiques et rati­fie le retour des oppo­sants poli­tiques en exil. Le pro­ces­sus éman­ci­pa­teur lan­cé au Rojava s’a­vance contre l’État-nation et s’é­di­fie à rebours de l’en­semble des poli­tiques jus­qu’a­lors menées dans la région : sur le ter­rain, les avan­cées démo­cra­tiques, plu­ra­listes, fémi­nistes et sociales sont mani­festes.

Fête kurde, mars 2015, Diyarbakir (Turquie), Ulas Tosun / Getty Images

Fruit du pan­ara­bisme et du pan­is­la­misme, le racisme sys­té­mique qui vise les Kurdes domine encore une par­tie de la popu­la­tion arabe syrienne. La rébel­lion n’est pas exempte de cet héri­tage poli­tique et cultu­rel raciste ; le sou­tien turc aux groupes isla­mistes armés accen­tue cette oppo­si­tion10« Les com­bat­tants isla­mistes déployés à Ras-Al-Aïn ne cachent pas leur hos­ti­li­té aux Kurdes du PYD. La révo­lu­tion pour la liber­té s’est trans­for­mée en guerre de reli­gion. Il y a beau­coup de com­bat­tants étran­gers qui se réclament d’Al-Qaida et sont aidés par la Turquie, affirme Kamiran Hassan, membre du Conseil du Kurdistan occi­den­tal, une ins­ti­tu­tion affi­liée au PYD. […] La diri­geante locale des milices YPG, Nujin Deriki, avait été cap­tu­rée. J’ai été tor­tu­rée et livrée par l’Armée libre à la Turquie, affirme cette femme, ren­con­trée le 23 novembre à Kamichliyé. J’ai été déte­nue à Hatay [Antioche] six jours par les ser­vices de ren­sei­gne­ments turcs avant d’être relâ­chée. » Guillaume Perrier, « En Syrie, Kurdes et rebelles entrent en conflit », Le Monde, 29 novembre 2012.. Si le PYD pro­pose de nom­breux accords de coopé­ra­tion avec la rébel­lion, en échange de la recon­nais­sance de l’au­to­no­mie des régions à majo­ri­té kurde, cela se voit sys­té­ma­ti­que­ment refu­sé. « Les sala­fistes et les Frères musul­mans finan­cés par les puis­sances du Golfe répandent leur haine au quo­ti­dien. Des mes­sages de digni­taires reli­gieux ou de mili­taires de l’ASL [Armée syrienne libre] appellent les Syriens à pas­ser les Alaouites au hachoir. […] L’ASL, c’est un label recou­vrant une réa­li­té très com­plexe, une mul­ti­tude de groupes. Et les Kurdes constatent que des élé­ments se récla­mant de l’ASL les agressent. C’est la rai­son pour laquelle ils ont créé leurs propres milices de sécu­ri­té11Rhodi Mellek, « Il n’y aura aucune solu­tion à la crise syrienne sans réso­lu­tion du dos­sier kurde », op. cit. », ana­lyse ain­si Rhodi Mellek, porte-parole du PYD, dès juin 2013. Trois mois plus tard, des com­bat­tants de l’ASL, alliés à Al-Qaïda, tirent au mor­tier sur des quar­tiers kurdes d’Alep et 13 groupes rebelles annoncent que le com­bat uni­taire contre Assad doit être « fon­dé sur la cha­ria12« Syrie : d’im­por­tants groupes rebelles prônent la cha­ria et rejettent la Coalition natio­nale », Le Monde.fr avec AFP, 25 sep­tembre 2013. », avant de s’as­so­cier avec l’or­ga­ni­sa­tion dji­ha­diste Front al-Nosra. Cette der­nière fai­sait d’ailleurs « pres­sion depuis le début du mois du rama­dan sur les habi­tants pour qu’ils observent le jeûne » et s’en « prenai[t] aux femmes ne por­tant pas le voile, ce qui est le cas des com­bat­tantes kurdes13« Syrie : les Kurdes infligent une cui­sante défaite aux jiha­distes », dépêche AFP, 17 juillet 2013. »… La rup­ture est défi­ni­tive14« Les groupes armés menant des attaques aveugles contre la zone [majo­ri­tai­re­ment kurde] de Sheikh Maqsoud font par­tie de la coa­li­tion mili­taire de Fatah Halab, qui inclut : le Mouvement isla­mique d’Ahrar ash Sham, l’Armée de l’islam, le Front al Shamia, la bri­gade du sul­tan Murad, les bataillons du sul­tan Fatih, les bataillons Fa Istaqim Kama Omirt, les bataillons Nour al Deen Zinki, la bri­gade 13, la bri­gade 16, le 1er régi­ment (al Foj al Awal) et les bataillons Abu Omara. » Amnesty International, « Syrie. Des groupes armés d’opposition com­mettent des crimes de guerre à Alep », 13 mai 2016.. Certains groupes de l’ASL rejoignent tou­te­fois l’al­liance plu­ri-eth­nique for­mée par les Unités de défenses du peuple (YPG) contre Daech : les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS). La révo­lu­tion du Rojava, direc­te­ment mena­cée par Daech et l’aile isla­miste hégé­mo­nique de la rébel­lion sou­te­nue par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite, n’en­tend pas divi­ser ses forces et envoyer ses troupes contre le régime, qui occupe tou­jours cer­tains ter­ri­toires du nord de la Syrie. Le PYD et le régime d’Assad finissent par mettre en place une sorte de « pacte de non-agres­sion » : real­po­li­tik oblige. Le pou­voir syrien rêve pour­tant d’en finir avec cette alter­na­tive auto­nome révo­lu­tion­naire sur son sol, ain­si qu’il ne cesse de le répéter15Laurent Lagneau, « Combat contre l’EI : Pour Bachar el-Assad, les com­bat­tants kurdes syriens sont des « traîtres » », opex360, 18 décembre 2017. , mais le rap­port de force mili­taire ne le lui per­met pas.

Un avenir incertain

« Des com­bat­tants de l’ASL, alliés à Al-Qaïda, tirent au mor­tier sur des quar­tiers kurdes d’Alep et 13 groupes rebelles annoncent que le com­bat uni­taire contre Assad doit être fon­dé sur la cha­ria. »

Tout au long de la guerre civile syrienne, les rela­tions entre le régime Assad et les ins­tances révo­lu­tion­naires du Rojava seront jalon­nées d’af­fron­te­ments et de conflits. En 2012, des com­bats vio­lents opposent les YPG et l’ar­mée arabe syrienne dans la ville de Derik, qui compte une forte mino­ri­té chré­tienne. En 2013, le quar­tier kurde alé­pin de Sheikh Maqsoud, défen­du par les YPG, est sou­mis à un déluge de feu de la part du régime : les forces gou­ver­ne­men­tales seront défaites dans une san­glante guerre urbaine. À Qamishlo, deux ans plus tard, des sup­plé­tifs de l’État syrien essaient d’en­rô­ler des jeunes kurdes de force : en découlent des heurts armés et l’in­tru­sion des YPG dans la pri­son du régime afin d’en libé­rer les pri­son­niers. Après plu­sieurs jours d’af­fron­te­ments, le régime signe un accord qui chasse de la ville les Forces de défense natio­nale, un groupe para­mi­li­taire à sa botte — la gar­ni­son de l’ar­mée d’État est éga­le­ment for­te­ment réduite. Puis vient, en 2016, la bataille d’Hassaké, capi­tale pro­vin­ciale d’où sont expul­sées les troupes du régime. Ces épi­sodes sont les points culmi­nants d’ac­cro­chages récur­rents qui auraient pu tour­ner à l’af­fron­te­ment géné­ra­li­sé. Tout, poli­ti­que­ment et phi­lo­so­phi­que­ment, oppose le pro­jet révo­lu­tion­naire, fémi­niste, com­mu­na­liste, éco­lo­giste et démo­cra­tique du Rojava à l’État syrien, fas­ciste et raciste. Pourquoi, dès lors, aucun des deux camps n’a, pour l’ins­tant, cédé aux sirènes d’une guerre totale ?

De nom­breux accords, instables et offi­cieux, ont ins­tau­ré une inter­dé­pen­dance. Sur le plan éco­no­mique, le Rojava est le gre­nier à blé de la Syrie ; de nom­breux gise­ments pétro­liers jalonnent son ter­ri­toire. Afin de limi­ter l’im­por­ta­tion d’es­sence, le régime, qui s’est mas­si­ve­ment appro­vi­sion­né auprès de l’Iran, achète le pétrole du Rojava. Des échanges com­mer­ciaux sont occa­sion­nel­le­ment auto­ri­sés entre les zones sous contrôle de l’État syrien et le Rojava, notam­ment via l’aé­ro­port de Qamishlo : une véri­table bouf­fée d’air éco­no­mique pour un ter­ri­toire auto­nome assié­gé de toutes parts. Des dépla­ce­ments des YPG sont éga­le­ment auto­ri­sés sur le ter­ri­toire gou­ver­ne­men­tal — et réci­pro­que­ment —, prin­ci­pa­le­ment dans le cadre du com­bat contre de com­muns enne­mis : les dji­ha­distes et l’ar­mée turque. Au fil du temps, le Rojava s’est impo­sé en garant des fron­tières nord de la Syrie contre une inva­sion tur­co-dji­ha­diste. Les rela­tions sont ain­si déter­mi­nées par le besoin mutuel de sur­vivre, dans une guerre civile longue et san­glante. Les deux par­ties n’i­gnorent pas que cela n’au­ra qu’un temps…

Rebelles d’Alep, Front al-Nosra (GUILLAUME BRIQUET / CITIZENSIDE)

Les ten­sions risquent en effet de s’accentuer for­te­ment entre les deux bel­li­gé­rants. La bataille d’Afrin, début 2018, a mon­tré au monde entier que l’État syrien n’a pas vou­lu s’im­po­ser ni acti­ver sa défense anti-aérienne, pré­fé­rant lais­ser l’ar­mée turque — et ses par­te­naires issus des rangs de la rébel­lion syrienne et du jiha­disme — vio­ler ses fron­tières, piller et tuer mas­si­ve­ment des civils. Si des milices pro-Assad sont venues prê­ter main-forte au Rojava cou­rant février, il ne s’a­git que de quelques cen­taines d’hommes au sol, tout au plus… Dans le même temps, l’installation de bases occi­den­tales — amé­ri­caines, fran­çaises et anglaises — au Rojava n’est pas pour plaire aux auto­ri­tés de Damas, ni à leurs alliés russes, qui ont quant à eux don­né leur feu vert à l’in­va­sion turque du ter­ri­toire syrien. Le régime ira­nien, doté de moyens de pres­sion sur le régime d’Assad, n’est pas prêt à entendre par­ler d’autonomie démo­cra­tique plu­ri-eth­nique : la République isla­mique d’Iran compte une mino­ri­té kurde très active en son sein… Les États-Unis demeurent dans le nord de la Syrie pour contrer l’in­fluence de l’Iran : ils escomptent, d’une part, pous­ser les FDS et l’État syrien à un affron­te­ment total et, de l’autre, inci­ter le PYD à rompre tout lien avec le PKK et sa « mai­son mère », le mont ira­kien Qandil. La révo­lu­tion sociale du Rojava consti­tue­ra à terme une menace exis­ten­tielle aux yeux du pou­voir de Bachar el-Assad : elle four­nit la preuve que des com­mu­nau­tés eth­niques et reli­gieuses peuvent s’au­to-admi­nis­trer et vivre en paix, que les femmes ont la pos­si­bi­li­té de s’é­man­ci­per du patriar­cat et qu’une Syrie fédé­rale, décen­tra­li­sée et laïque serait une alter­na­tive enviable pour l’en­semble des popu­la­tions. Ce « pacte de non-agres­sion », ban­cal et de cir­cons­tance, n’a rien chan­gé à la posi­tion du régime en la matière : les Kurdes doivent dis­pa­raître.


Photographie de ban­nière : Rojava, Commune inter­na­tio­na­liste
Photographie de vignette : Syrie, Andrea DiCenzo/Al


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec le Conseil démo­cra­tique kurde en France, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? », avril 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava »Hawzhin Azeez, jan­vier 2017

NOTES   [ + ]

1.Et plus par­ti­cu­liè­re­ment le Parti de l’u­nion démo­cra­tique (PYD), les Unités d’au­to­dé­fense (YPG/J) et les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS).
2.Aujourd’hui pré­sente dans le gou­ver­no­rat d’Hassaké.
3.Voir Sabri Cigerli, Les Kurdes et leur his­toire, L’Harmattan, 1999.
4.Voir Julie Gauthier, « Syrie : le fac­teur kurde », Outre-Terre, vol. no 14, no. 1, 2006, pp. 217–231.
5.Suite au décret n° 93 du 23 août 1962, entré en vigueur le 5 octobre 1962.
6.Songeons par exemple au rôle cen­tral d’Aloïs Brunner dans l’or­ga­ni­sa­tion des ser­vices de répres­sion d’Assad ou à Moustapha Tlass, géné­ral et pilier anti­sé­mite du régime.
7.« Expliquez-nous… le PKK », France Info, 27 juillet 2015.
8.« Dès le début des affron­te­ments, les Kurdes ont sou­te­nu que les pro­blèmes ne pou­vaient être réso­lus par la guerre et la vio­lence et sou­li­gné leur oppo­si­tion aux inter­ven­tions exté­rieures. Ainsi, ils n’ont pas pris part à cette guerre et se sont concen­trés sur leur auto­dé­fense et la pro­tec­tion de leur région. Ils ont tou­jours dénon­cé le régime syrien et sont entrés en rela­tion avec l’opposition à ce régime. Cependant, l’opposition sou­te­nue par l’État et le gou­ver­ne­ment turcs a igno­ré les Kurdes et refu­sé d’entendre leurs reven­di­ca­tions. Elle est même allée jusqu’à mener des attaques contre les Kurdes, à l’instar des forces du régime. Les Kurdes ont ain­si déve­lop­pé leur orga­ni­sa­tion et leurs forces d’autodéfense et opté pour une troi­sième voie par la mise en œuvre du pro­jet d’autonomie démo­cra­tique, qui vise à ce que les Kurdes et les autres peuples vivant dans le Kurdistan du sud-ouest (Kurdistan de Syrie), Arméniens, Arabes, Tchétchènes, Turkmènes, Assyriens, Syriaques, etc., puissent vivre ensemble. » Adem Uzun, Nouvelles d’Arménie, 2014.
9.« En Turquie, le retrait du régime de nos régions est très mal per­çu : après l’autonomisation du Kurdistan d’Irak, la Syrie ? Et très vite, la Turquie a exci­té les popu­la­tions arabes syriennes en leur fai­sant croire que le PYD avait signé des accords avec le régime, en en fai­sant des traîtres à la Révolution. Le départ pré­ci­pi­té des forces mili­taires loya­listes de la plu­part des zones kurdes n’était lié qu’à la néces­si­té stra­té­gique de les concen­trer sur des fronts jugés plus urgents. » Rhodi Mellek, « Il n’y aura aucune solu­tion à la crise syrienne sans réso­lu­tion du dos­sier kurde », Jeune Afrique, 14 juin 2013.
10.« Les com­bat­tants isla­mistes déployés à Ras-Al-Aïn ne cachent pas leur hos­ti­li­té aux Kurdes du PYD. La révo­lu­tion pour la liber­té s’est trans­for­mée en guerre de reli­gion. Il y a beau­coup de com­bat­tants étran­gers qui se réclament d’Al-Qaida et sont aidés par la Turquie, affirme Kamiran Hassan, membre du Conseil du Kurdistan occi­den­tal, une ins­ti­tu­tion affi­liée au PYD. […] La diri­geante locale des milices YPG, Nujin Deriki, avait été cap­tu­rée. J’ai été tor­tu­rée et livrée par l’Armée libre à la Turquie, affirme cette femme, ren­con­trée le 23 novembre à Kamichliyé. J’ai été déte­nue à Hatay [Antioche] six jours par les ser­vices de ren­sei­gne­ments turcs avant d’être relâ­chée. » Guillaume Perrier, « En Syrie, Kurdes et rebelles entrent en conflit », Le Monde, 29 novembre 2012.
11.Rhodi Mellek, « Il n’y aura aucune solu­tion à la crise syrienne sans réso­lu­tion du dos­sier kurde », op. cit.
12.« Syrie : d’im­por­tants groupes rebelles prônent la cha­ria et rejettent la Coalition natio­nale », Le Monde.fr avec AFP, 25 sep­tembre 2013.
13.« Syrie : les Kurdes infligent une cui­sante défaite aux jiha­distes », dépêche AFP, 17 juillet 2013.
14.« Les groupes armés menant des attaques aveugles contre la zone [majo­ri­tai­re­ment kurde] de Sheikh Maqsoud font par­tie de la coa­li­tion mili­taire de Fatah Halab, qui inclut : le Mouvement isla­mique d’Ahrar ash Sham, l’Armée de l’islam, le Front al Shamia, la bri­gade du sul­tan Murad, les bataillons du sul­tan Fatih, les bataillons Fa Istaqim Kama Omirt, les bataillons Nour al Deen Zinki, la bri­gade 13, la bri­gade 16, le 1er régi­ment (al Foj al Awal) et les bataillons Abu Omara. » Amnesty International, « Syrie. Des groupes armés d’opposition com­mettent des crimes de guerre à Alep », 13 mai 2016.
15.Laurent Lagneau, « Combat contre l’EI : Pour Bachar el-Assad, les com­bat­tants kurdes syriens sont des « traîtres » », opex360, 18 décembre 2017.
Sur le même sujet :
Raphaël Lebrujah
Raphaël Lebrujah

Suite à ses recherches et ses voyages au Kurdistan, il s'est spécialisé sur la question kurde et le Confédéralisme démocratique. Un livre est à paraître prochainement sur le Rojava.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.