Rencontre avec la Représentation du Rojava


Entretien inédit pour le site de Ballast

Une inter­mi­nable rue du 4e arron­dis­se­ment de Paris. Un immeuble dont rien n’in­dique qu’il héberge la Représentation du Rojava : on vient nous ouvrir et nous conduire jus­qu’aux locaux. Aux murs, quelques pho­to­gra­phies de ce ter­ri­toire auto­nome au nord de la Syrie. Depuis 2014, sa Constitution, née d’un pro­ces­sus révo­lu­tion­naire nour­ri d’i­dées mar­xistes et liber­taires, reven­dique une « socié­té libre de l’autoritarisme, du mili­ta­risme, du cen­tra­lisme et des inter­ven­tions des auto­ri­tés reli­gieuses dans les affaires publiques ». Nous avons déjà lon­gue­ment par­lé de cette jeune expé­rience, des enthou­siasmes qu’elle sus­cite et des réserves qu’elle sou­lève au sein du camp socia­liste : inutile d’y reve­nir. Khaled Issa, repré­sen­tant du Rojava en France et membre du PYD, nous reçoit dans son bureau tan­dis que les com­bats font rage à Raqqa, fief syrien de Daech : le dra­peau du Rojava cou­doie celui de la France, un fanion des Unités de pro­tec­tion du peuple celui de son homo­logue fémi­nin.


Un des cofon­da­teurs du Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (PKK), Cemil Bayık, a décrit le confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique comme un « nou­veau socia­lisme ». Qu’a‑t-il d’inédit ?

Le socia­lisme, nous le conce­vons dans le sens de la jus­tice sociale. Nous avons com­men­cé à mettre en place le confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique. Nous met­tons ce para­digme à l’épreuve : depuis quatre ans, le Rojava a démon­tré sa fonc­tion­na­li­té. Toutes les com­mu­nau­tés, toutes les confes­sions et toutes les eth­nies arrivent, gros­so modo, à vivre ensemble — dans des condi­tions dif­fi­ciles, puisqu’on est en guerre. On essaie de mettre à l’œuvre l’idée de socia­lisme en ce sens : le par­tage et la jus­tice. C’est vrai que ce n’est pas facile. Nous sommes dans une socié­té tra­di­tion­nelle, qui com­por­tait déjà son lot de pro­blèmes : sur le ter­rain des idées, des struc­tures sociales, des modes de pro­duc­tion, des men­ta­li­tés ou de la cor­rup­tion. Ce n’est pas simple d’appliquer les idées socia­listes tout en restruc­tu­rant l’ensemble de la socié­té. Mais, au regard des cir­cons­tances, nous sommes sur le bon che­min. On rec­ti­fie le tir au fur et à mesure. On remo­dèle pour que cela cor­res­ponde au mieux à notre idéal, en fai­sant en sorte, au maxi­mum, d’impliquer la popu­la­tion dans l’élaboration des déci­sions et dans leur appli­ca­tion. 

Le théo­ri­cien du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique, Öcalan, a dres­sé le bilan des expé­riences léni­nistes lors de la muta­tion idéo­lo­gique du PKK. Il a écrit que l’élargissement de la démo­cra­tie était la condi­tion néces­saire de toute alter­na­tive éman­ci­pa­trice. Comment cela se tra­duit-il, concrè­te­ment, au Rojava ?

« On essaie de mettre à l’œuvre l’idée de socia­lisme en ce sens : le par­tage et la jus­tice. »

L’application du mar­xisme-léni­nisme, en URSS ou ailleurs, a posé les pro­blèmes que tout le monde sait. Ils ont fini par ne plus par­ler que de « socia­lisme dans un seul pays », de « période de muta­tion sociale »… Au Rojava, il n’est pas ques­tion d’un par­ti avant-gar­diste qui mono­po­li­se­rait l’ensemble de la socié­té : pour nous, la démo­cra­tie implique la par­ti­ci­pa­tion la plus large pos­sible du corps social. Il ne s’agit pas d’un mou­ve­ment sta­tique : il y a conti­nui­té, accom­pa­gne­ment. Il n’y a pas que des par­tis poli­tiques, il y a des syn­di­cats, des asso­cia­tions. Notez bien que nous ne sommes qu’au début de cette expé­rience. C’est en cours. Mais les bases sont là, solides. Cela implique le par­tage de la richesse et du pou­voir, des fonc­tions. L’État ne doit pas être sépa­ré du corps social.

L’une de vos dif­fi­cul­tés est d’arriver à convaincre les popu­la­tions non-kurdes du bien-fon­dé du confé­dé­ra­lisme…

Notre pro­jet, vous le savez, ne repose pas sur l’État-nation ni sur l’ethnicisme. La zone que nous admi­nis­trons, au nord de la Syrie — et peut-être plus lar­ge­ment ensuite —, hérite d’un pas­sé et d’un pas­sif. Nous n’avançons pas sur un ter­rain vierge. Il y a l’histoire impé­riale, otto­mane, le man­dat fran­çais. L’ensemble des gou­ver­ne­ments syriens suc­ces­sifs a mené des poli­tiques qui ne cor­res­pon­daient pas à la confi­gu­ra­tion du pays. Ni à ses attentes. Des auto­ri­tés suc­ces­sives se sont for­mées  en fonc­tion­nant comme des castes et se sont impo­sées à la popu­la­tion : la ges­tion se fai­sait par le clien­té­lisme. La popu­la­tion était sou­mise et chaque gou­ver­ne­ment a dû avoir recours à la force, à la vio­lence. Pas seule­ment Bachar el-Assad. L’appareil d’État syrien avait des repré­sen­tants dans chaque région mais la popu­la­tion n’en avait pas au pou­voir. Dès le départ, pour chaque com­mune que nous avons libé­rée, nous avons consti­tué des noyaux durs : même si nous n’avions, alors, pas un large sou­tien de la popu­la­tion, nous avons déjà pu mettre en place nos idées. Puis nous avons ouvert des Académies. Prenons l’exemple des femmes : dans le cadre du déve­lop­pe­ment de la condi­tion fémi­nine, nous avons for­mé trois femmes de chaque com­mune. Des stages de trois semaines ou plus. Puis elles s’en allaient, cha­cune, convaincre leurs proches. Et lorsque les hommes de leurs entou­rages se com­por­taient, en retour, de façon cor­recte avec les femmes de leur famille, cela don­nait un exemple. Dans notre socié­té tra­di­tion­nelle, il était hon­teux qu’une femme se mêle de poli­tique ou de la chose publique. Quand des per­son­na­li­tés, voire des notables, per­mettent à leurs filles de rejoindre l’Union des femmes, on avance. Et on trouve des hommes, aujourd’hui, se disant fiers d’avoir deux ou trois filles res­pon­sables au sein d’une com­mune ou com­bat­tantes dans les rangs des YPJ [Unités de pro­tec­tion de la femme, ndlr].

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Dans son ouvrage Le Peuple kurde, clé de voûte du Moyen-Orient, le jour­na­liste Olivier Piot dit que vous, du moins le PYD, avez pris le pou­voir de façon « mus­clée » et que vous exer­cez « une domi­na­tion sans par­tage ». Que répon­dez-vous à ces accu­sa­tions ?

Nous étions des avant-gar­distes, en bien des points, et nous ne le cachons pas. Nous avons été obli­gés de cho­quer les idées et les fonc­tion­ne­ments exis­tants. Dès que l’on touche au sta­tu quo, les pri­vi­lé­giés crient à la vio­lence men­tale. Bien sûr qu’on touche à leurs inté­rêts ! Prenez le par­tage des richesses ou des terres : les affai­ristes ne sont pas contents. On ne peut pas faire plai­sir à tout le monde. Alors ils nous com­battent. Mais notre pro­jet est dans l’intérêt du plus grand nombre, et même, dans l’avenir, dans celui des enfants de ces pri­vi­lé­giés. Ils vivront en paix et dans la digni­té, non plus au détri­ment du reste de la popu­la­tion. Dites-moi : quel sys­tème, au monde, peut pré­tendre faire l’unanimité dans toute la popu­la­tion ? Voyez, au len­de­main des élec­tions dans les pays occi­den­taux, ces gou­ver­ne­ments qui dirigent avec 51 % des suf­frages. Nous remo­de­lons les rela­tions sociales et éco­no­miques. Voyez la Turquie, avant les der­nières élec­tions locales, il n’y avait que 18 femmes maires, dont 14 kurdes ! Mais une fois que cer­taines for­ma­tions turques se sont ins­pi­rées de notre modèle — notam­ment le sys­tème de co-maire —, on a pu comp­ter 99 femmes co-maires. Et ça choque. Le gou­ver­ne­ment d’Ankara a même fait un recours en cas­sa­tion ! Et ça choque, encore, quand nous pre­nons la mino­ri­té syriaque comme par­te­naire et que nous décla­rons que la langue syriaque est à pré­sent l’une des trois langues offi­cielles du Rojava. Nous pou­vons com­prendre le mécon­ten­te­ment de cer­tains : on per­turbe leurs avan­tages. Mais nous comp­tons bien conti­nuer notre expé­rience.

Ceux qui vous accusent de répri­mer les oppo­sants sont uni­que­ment des pri­vi­lé­giés ?

Oui. Avec l’appui de cer­taines puis­sances régio­nales mécon­tentes de notre pro­jet.

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies vient d’accuser les Forces démo­cra­tiques syriennes, com­po­sées de nom­breux Kurdes du Rojava, « de vio­la­tions des droits humains et d’abus de ces droits » lors des der­niers com­bats, à Tabqa. Que dites-vous ?

« Bien sûr qu’on touche à leurs inté­rêts ! Prenez le par­tage des richesses ou des terres : les affai­ristes ne sont pas contents. »

Je vais vous don­ner un exemple. Juste après la libé­ra­tion de Tell Abyad, une fois que nous avions chas­sé Daech, une ONG très connue a éta­bli un rap­port. Plein de calom­nies, de fautes. Nous avons deman­dé quelles étaient leurs sources : le chef d’un groupe de Daech désor­mais pro­té­gé en Turquie et une femme pour­sui­vie au Caire pour ter­ro­risme. Voilà leurs sources. Nous appe­lons ces orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales à faire un tra­vail pro­fes­sion­nel. Cette ONG nous a ensuite avoué n’avoir pas pu se rendre sur place. Tout ce qui est cité dans le rap­port que vous évo­quez est archi-faux. Nous espé­rons que des ONG et des asso­cia­tions se montrent à la hau­teur de leurs titres et de leurs ins­ti­tu­tions. Je vais vous don­ner un autre exemple. Il y a eu cette année une confé­rence orga­ni­sée par l’Appel de Genève, une sorte de tam­pon entre l’ONU et les orga­ni­sa­tions mili­taires non-éta­tiques. J’y repré­sen­tais les forces mili­taires des YPG/J [Unités de pro­tec­tion du peuple/de la femme, ndlr]. Devant tout le monde, des repré­sen­tants de l’Appel de Genève en pré­sence de ceux de l’ONU nous ont cités en exemple, au regard du res­pect que nous avons des conven­tions entre bel­li­gé­rants, et des droits de l’homme en état de guerre. Nous étions l’exemple ! Je ne dis pas que nous sommes par­faits. Il ne faut pas être pré­ten­tieux : nous sommes en guerre et il n’existe pas de guerre propre. Nous avons pu com­mettre des erreurs. Mais je crois que les obser­va­teurs des grandes puis­sances, sur place, savent de quoi il en retourne réel­le­ment. La porte est ouverte : venez. Même si, pour faire le jeu des ter­ro­ristes, la Turquie ferme les fron­tières au maxi­mum pour que les jour­na­listes n’aient pas la pos­si­bi­li­té d’aller véri­fier, sur le ter­rain, la véra­ci­té, ou non, des rap­ports. De même côté Irak. Nous deman­dons par­tout l’ouverture des fron­tières, pour que des gens comme vous puissent aller voir ce qu’il en est vrai­ment.

Le copré­sident du PYD, Salih Muslim, a esti­mé que le rap­port d’Amnesty International, datant de 2015 et vous accu­sant de « crimes de guerre », n’était « pas hon­nête ». Comment expli­quez-vous qu’il vous soit dif­fi­cile de faire connaître votre ver­sion des faits ?

Nous man­quons de moyens finan­ciers. Nous n’avons pas les moyens de ceux qui ne sou­haitent pas que l’expérience du Rojava réus­sisse. Sans par­ler des médias : nous avons été boy­cot­tés, dès le départ, par les grandes chaînes d’information arabes — Al-Arabiya, Al-Jazeera… Après une inter­view, le direc­teur d’Al-Jazeera Allemagne m’a reçu dans son bureau : il m’a confié qu’il ris­quait son poste. Je lui ai deman­dé pour­quoi, je lui ai deman­dé si j’avais dit quelque chose de faux lors de l’interview ; il m’a répon­du : « Qui vous a dit qu’il faille dire la véri­té, ici ? » Et, par la suite, il a été viré.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Salih Muslim a été reçu par François Hollande, qui l’avait assu­ré de son sou­tien. Qu’en est-il, à pré­sent, de vos rela­tions avec le gou­ver­ne­ment Macron ?

J’ai l’obligation morale et poli­tique de vous dire que lorsque nous étions en dif­fi­cul­té, le pre­mier chef d’État, chro­no­lo­gi­que­ment, qui a sou­te­nu notre résis­tance a été, au nom de la France, François Hollande. D’autres puis­sances ont sui­vi. Le pré­sident Hollande nous a reçus à plu­sieurs reprises — il a éga­le­ment reçu une com­man­dante des YPJ. Pour l’Histoire, il faut le signa­ler. La France est une grande puis­sance et il existe, en son sein, la réa­li­té des ins­ti­tu­tions. Le gou­ver­ne­ment fran­çais va, très pro­ba­ble­ment, conti­nuer de sou­te­nir notre lutte contre le ter­ro­risme et notre expé­rience. La France fait tou­jours par­tie de la coa­li­tion inter­na­tio­nale contre Daech et elle sou­tient notre com­bat contre Daech. Au sujet du sou­tien de la France à notre expé­rience démo­cra­tique, je me sou­viens de ce que l’ancienne ministre de la Culture m’avait avoué, par exemple : « Vous êtes, en matière de droits des femmes, en avance sur nous. » En effet, nous avons ins­tau­ré la pari­té com­plète au Rojava. La France est membre du Conseil de Sécurité de l’ONU ; à ce titre, elle est res­pon­sable, avec ses par­te­naires, de la paix mon­diale. Notre expé­rience garan­tit une sta­bi­li­té durable pour la région. La France a donc tout inté­rêt à nous appuyer. Sans même par­ler du pro­blème kurde dans son ensemble. Regardez l’état des forces en Syrie. Il y a le régime d’Assad, dont on connaît la nature démo­cra­tique (il sou­rit), et les forces « rebelles », sou­vent ter­ro­ristes et fas­cistes, qui n’ont rien à voir avec la démo­cra­tie. Seul notre pro­gramme est en mesure d’élargir ou d’enrichir la démo­cra­tie. Bien au-delà du Rojava. Notre pro­jet implique une Syrie confé­dé­rale et démo­cra­tique, fon­dée sur la décen­tra­li­sa­tion et la large par­ti­ci­pa­tion des popu­la­tions, sur l’écologie et le droit des femmes. Ce pro­jet garan­ti­rait la sta­bi­li­té du pays. Personne n’a deman­dé à nos ancêtres kurdes de déci­der des fron­tières actuelles de la Syrie, mais nous ne les dis­cu­tons pas : c’est une réa­li­té, c’est notre réa­li­té, c’est celle de tout le peuple syrien.

Le gou­ver­ne­ment Macron vous sou­tient donc, à l’heure qu’il est ?

Ils le font. Et vont, je pense, conti­nuer à le faire.

Emmanuel Macron a pour­tant décla­ré qu’il ne voyait pas de suc­ces­seur légi­time, en l’état, à Assad…

« Notre pro­blème ne concerne pas uni­que­ment Assad, ni la tran­si­tion future : nous sommes contre ce sys­tème. »

Pour le moment, il n’existe pas de solu­tion de paix sans Bachar el-Assad : toutes les grandes puis­sances en sont convain­cues. Mais notre pro­blème ne concerne pas uni­que­ment Assad, ni la tran­si­tion pos­sible et future : nous sommes contre ce sys­tème. Nous sommes une alter­na­tive poli­tique glo­bale. Je peux com­prendre la posi­tion du pré­sident Macron ; il a, au moins, la fran­chise de dire à voix haute ce que nous enten­dons dans toutes ren­contres avec l’ensemble des repré­sen­tants des puis­sances impli­quées. Chacun sait que, pour l’instant, Bachar el-Assad est la pierre angu­laire de ce sys­tème. Nous sommes contre ce sys­tème révo­lu et contre ce régime, mais toutes les condi­tions ne sont actuel­le­ment pas réunies pour dire à Assad : « Allez, par­tez ! »

La gauche révo­lu­tion­naire fran­çaise, et occi­den­tale au sens large, est mal à l’aise face au sou­tien nord-amé­ri­cain que reçoit le Rojava dans sa lutte contre Daech. Vous alliez-vous avec le Diable ou nos révo­lu­tion­naires sont-ils puristes ?

J’invite l’extrême gauche à se rendre sur place, pour regar­der la réa­li­té en face. Il n’y a pas de baguette magique, il ne suf­fit pas de cla­quer des doigts. On touche ici, la struc­ture s’effondre ; on touche là, elle s’effondre. Nous trai­tons seule­ment avec ce dont nous dis­po­sons. Nous pre­nons en consi­dé­ra­tion la réa­li­té, éco­no­mique et sociale, ain­si que les rap­ports de force, que ce soit à l’échelle du Rojava, de la région et du monde. L’existence du peuple entier était en jeu. Je vous le dis en toute hon­nê­te­té : nous étions dans une dif­fi­cul­té énorme, au moment de la bataille de Kobané. Les ter­ro­ristes avaient fran­chi la ligne orien­tale et étaient entrés dans la ville. Si la France n’avait pas pris la posi­tion que l’on sait, de sou­tien, si les autres puis­sances n’avaient pas embrayé, on ne serait, là, plus en train de par­ler du Rojava. C’est aus­si simple que ça. C’était une ques­tion exis­ten­tielle — et nous aurions dû refu­ser ce sou­tien ? Bien sûr, il faut avoir un idéal, qu’il faut défendre jus­qu’au bout, mais on doit, pour mar­cher sur la voie de cet idéal, trai­ter avec la réa­li­té. Demandez à un com­mu­niste pari­sien, hos­tile à la pro­prié­té pri­vée, de ne rien ache­ter dans un grand maga­sin ! Nous avons un cou­teau sous la gorge et on nous demande d’améliorer notre jar­din ! Il faut, bien sûr, être éco­lo­giste, mais avec une lame sur le cou, ce n’est pas la pre­mière ques­tion à régler.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

« Realpolitik » n’est donc pas un gros mot ?

Tout dépend de la défi­ni­tion que vous en don­nez. Nous exploi­tons la réa­li­té qui nous est don­née pour la trans­for­mer ensuite. Il en va de même pour les droits des femmes : allez deman­der à cer­tains de nos pay­sans poly­games de se sépa­rer, d’emblée, de leurs épouses pour n’en gar­der qu’une. Ils vont vous expul­ser du vil­lage ! C’est un tra­vail… Il faut de la per­sua­sion.

Imaginons : Daech est réduit à néant mili­tai­re­ment et la guerre en Syrie ter­mi­née. Quelles garan­ties avez-vous quant à votre auto­no­mie vis-à-vis de Washington ?

« Il est dif­fi­cile pour Erdoğan de voir les res­ca­pés des mas­sacres armé­niens par l’empire otto­man, les res­ca­pés kurdes et les Arabes for­mer une admi­nis­tra­tion démo­cra­tique… »

Notre expé­rience socia­liste au Rojava a débu­té avant l’aide inter­na­tio­nale. Aucune puis­sance, je dis bien aucune, ne nous a don­né un kilo de sucre ou un seul médi­ca­ment. Avec ou sans l’aide et la pré­sence de la coa­li­tion inter­na­tio­nale, nous conti­nue­rons d’appliquer notre sys­tème. Personne ne se mêle de nos affaires. Personne ne nous réclame des comptes internes. Ils ne se mêlent pas de la ges­tion des zones sous notre admi­nis­tra­tion. On ne nous impose rien, et ça ne chan­ge­ra pas. Personne ne nous demande pour­quoi nous avons mis en place la pari­té par exemple. C’est ce qui nous importe avant tout.

Le pou­voir turc conti­nue d’exercer une pres­sion très forte sur le Rojava…

Erdoğan fait tout ce qu’il peut pour entra­ver la lutte contre Daech et la libé­ra­tion de Raqqa. Il menace l’Europe, la fait chan­ter, il envoie des troupes contre les Forces démo­cra­tiques syriennes, il détruit des villes, il réprime, il arrête des jour­na­listes, il s’approprie les biens de la com­mu­nau­té chré­tienne, il n’honore pas les accords qu’il signe. Le pré­sident Hollande n’a pas cédé à son chan­tage, durant les com­bats de Kobané : il faut conti­nuer à lui tenir tête. S’il veut atta­quer le Rojava, nous nous oppo­se­rons à son armée jusqu’à nos der­niers gar­çons, jusqu’à nos der­nières filles. L’intérêt de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale est de pous­ser la Turquie à ces­ser sa poli­tique, pour la sta­bi­li­té du Moyen-Orient. Erdoğan se pré­tend laïc mais il est le chef le plus influent dans l’internationale isla­miste. Il sou­tient tous les ter­ro­ristes. Il négo­cie avec eux. Il les repré­sente sans se cacher désor­mais. Nous par­ta­geons 850 kilo­mètres avec la Turquie et espé­rons des rela­tions de bon voi­si­nage avec elle. Nous n’avons pas tiré un seul coup de fusil vers son ter­ri­toire, mal­gré ses actions contre nous, y com­pris avec des tanks ! Qu’elle cesse de s’ingérer dans nos affaires. Mais il est dif­fi­cile pour Erdoğan de voir les res­ca­pés des mas­sacres armé­niens par l’empire otto­man, les res­ca­pés kurdes et les Arabes for­mer une admi­nis­tra­tion démo­cra­tique… Il voit que le dan­ger de la démo­cra­tie vient vers lui ! Et il ne le sup­porte pas.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Il peut exis­ter, en Occident, une récu­pé­ra­tion éhon­tée de votre lutte : anti-musul­mane, de droite dure… Quelle est votre ligne, en matière de com­mu­ni­ca­tion et de médias ?

Notre ligne rouge, c’est l’extrême droite. Nous ne par­ta­geons aucune valeur avec elle ! Ils ont le droit de se pré­sen­ter, ça ne nous regarde pas, nous sommes en France dans un État de droit. Mais nous ne répon­dons pas à leurs demandes. Notre posi­tion est claire : nous sommes pour la liber­té abso­lue de conscience. La reli­gion est une don­née cultu­relle comme les autres. Mais les consi­dé­ra­tions méta­phy­siques doivent rele­ver du domaine pri­vé. Nous déplo­rons seule­ment l’instrumentalisation de l’islam à des fins ter­ro­ristes.


Photographie de cou­ver­ture : ©Kurdishstruggle.
Toutes les autres pho­to­gra­phies sont de Stéphane Burlot, pour Ballast.


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech » , Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Rojava : des révo­lu­tion­naires ou des pions de l’Empire ? », Marcel Cartier, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’é­crire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? », avril 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « De retour de la révo­lu­tion du Rojava », mars 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava »Hawzhin Azeez, jan­vier 2017
☰ Lire notre article « Bookchin : éco­lo­gie radi­cale et muni­ci­pa­lisme liber­taire », Adeline Baldacchino, octobre 2015

Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.