Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre histoire »


Entretien inédit pour le site de Ballast

L’anthropologue amé­ri­cain David Graeber n’en finit pas d’a­van­cer que le Rojava « pour­rait deve­nir un exemple pour le monde ». Nous serons sans doute plus modestes : ce ter­ri­toire majo­ri­tai­re­ment kurde au nord de la Syrie a de quoi ravir, rai­son gar­dée. Mettre en place l’au­to­ges­tion à l’é­chelle de notre bien modeste revue relève déjà d’une dif­fi­cul­té qua­si insur­mon­table ; on ne sau­rait croire un seul ins­tant qu’il puisse exis­ter, en pleine guerre, un quel­conque Éden de l’ho­ri­zon­ta­li­té liber­taire (le géo­po­li­to­logue Gérard Chaliand avance à rai­son que le Rojava se montre « remar­quable » dans sa lutte contre Daech, « rude dis­ci­pline » du Parti aidant). Nous retrou­vons, pour en par­ler, le jour­na­liste indé­pen­dant belge Chris Den Hond dans un café. Il par­court la pla­nète, dési­reux d’ap­prendre des révo­lu­tions qui s’y mènent pour nous aider à les mieux sai­sir ensuite — de Cuba au Nicaragua san­di­niste en pas­sant par les prin­temps arabes. C’est presque natu­rel­le­ment que ses repor­tages le conduisent, depuis plus de vingt ans, sur les routes du Kurdistan, ou plus exac­te­ment des Kurdistans. Avec Mireille Court et Stephen Bouquin, il vient de cosi­gner l’ou­vrage La Commune du Rojava — L’alternative kurde à l’État-nation, aux édi­tions Syllepse.


Si le conflit syrien fait les gros titres de la presse mon­diale depuis plu­sieurs années, la ques­tion « kurde » de Syrie semble tou­jours être trai­tée par­tiel­le­ment. C’est ce qui a moti­vé la rédac­tion de ce tra­vail ?

La grande presse inter­na­tio­nale n’aura fina­le­ment com­pris l’existence de la ques­tion kurde dans la région que récem­ment. Elle l’a très long­temps niée, n’étant évi­dem­ment pas indé­pen­dante des grands pou­voirs inter­na­tio­naux. Nous pou­vons citer l’influence de la Turquie, qui est membre de l’OTAN, et qui opprime les Kurdes ; la Syrie, qui n’a jamais recon­nu le « fait » kurde dans son pays ; l’Iran, qui a éli­mi­né phy­si­que­ment Abdul Rahman Ghassemlou1Leader du KDPI (Parti démo­cra­tique kurde d’Iran), assas­si­né en 1989. à la veille des années 1990 ; l’Irak, où c’est une autre réa­li­té poli­tique, puisque l’on parle là-bas de Kurdes conser­va­teurs. Les Kurdes conser­va­teurs d’Irak, comme Massoud Barzani, qui dominent le Kurdistan du côté occi­den­tal, sont des par­te­naires de la Turquie, notam­ment pour la vente de pétrole, et sont sou­te­nus par la France et par Bernard Kouchner, qui les consi­dèrent comme de « bons Kurdes ». Les puis­sances inter­na­tio­nales et les grands médias ont réel­le­ment com­men­cé à s’intéresser à la ques­tion kurde avec la bataille de Kobané, qui a chan­gé la donne2La bataille de Kobané a duré neuf mois, de sep­tembre 2014 à juin 2015.. Les Kurdes ont don­né 1 300 de leurs meilleurs com­bat­tants et com­bat­tantes et de leurs cadres ; ils ont sacri­fié des vies pour vaincre l’Organisation de l’État isla­mique. C’est pour moi un tour­nant majeur. En ce sens, si l’on dit que les grands médias et les pou­voirs inter­na­tio­naux ont décou­vert la ques­tion kurde, c’est grâce aux Kurdes eux-mêmes, qui se sont affir­més comme la meilleure force poli­tique sur le ter­rain.

Il y a beau­coup d’intervenants dans votre ouvrage. Pouvez-vous en pré­sen­ter quelques-uns ?

« Beaucoup de gens de gauche se trompent sur la ques­tion kurde, posi­tion­nés idéo­lo­gi­que­ment dans le sillage de l’Armée syrienne libre : ils res­tent sur l’i­mage d’une révo­lu­tion syrienne très noble, très digne, oui… mais elle a depuis été détour­née par des forces réac­tion­naires. »

Je cite­rai par­ti­cu­liè­re­ment Sylvie Jan, qui est pré­si­dente de l’association France-Kurdistan, et qui se rend très régu­liè­re­ment sur le ter­rain. Elle aborde à la fin du livre la ques­tion du Confédéralisme démo­cra­tique en Turquie, où le HDP3Parti démo­cra­tique des peuples, fon­dé en 2012. a com­men­cé à mettre ce sys­tème en place, notam­ment dans des mai­ries. Je cite­rai éga­le­ment des gens comme Osman Baydemir4Membre du Parti pour la paix et la démo­cra­tie (BDP) et du HDP, ancien maire de Diyarbakir (Amed, en kurde, qui avait orga­ni­sé, dans les années 2000 déjà, des for­ma­tions pour les jeunes très défa­vo­ri­sés, et qui avait mis en avant les sujets de l’égalité hommes-femmes et de la lutte contre les vio­lences machistes. Il y a éga­le­ment Pierre Barbancey, qui est grand repor­ter à L’Humanité, qui a été à Kobané avec son pho­to­graphe, et qui a racon­té les extrêmes dif­fi­cul­tés qu’il a ren­con­trées pour pas­ser la fron­tière. À l’aller, déjà, et sur­tout au retour, où les Kurdes ont dû faire diver­sion pour que les mili­taires turcs ne les voient pas repas­ser la fron­tière. Après avoir esca­la­dé et sau­té le grillage, les sol­dats turcs se sont aper­çus qu’ils s’étaient fait avoir… Le pro­jec­teur a été bra­qué sur eux, mais c’était trop tard, ils étaient déjà pas­sés ! Un autre témoi­gnage que j’ai appré­cié, c’est celui de Salih Muslim, le diri­geant poli­tique du PYD5Parti de l’union démo­cra­tique (Syrie), fon­dé en 2003., qui se défend de façon très digne face à toutes les per­sonnes qui accusent son par­ti d’avoir chas­sé les Arabes des vil­lages que les Kurdes avaient recon­quis. Il explique très clai­re­ment que c’é­tait une tac­tique de pro­pa­gande des isla­mistes, qui étaient à Gaziantep, et qui ont influen­cé la presse occi­den­tale — et même celle de gauche !

Il ne fait aucun doute qu’il y a beau­coup de gens de gauche qui se trompent sur la ques­tion kurde, posi­tion­nés idéo­lo­gi­que­ment dans le sillage de l’Armée syrienne libre : ils res­tent sur l’i­mage d’une révo­lu­tion syrienne très noble, très digne, oui… mais elle a depuis été détour­née par des forces réac­tion­naires — telles que l’Arabie saou­dite, le Qatar, les Émirats et la Turquie. On com­prend, avec ce témoi­gnage, ain­si que d’autres, que, mal­gré quelques diver­gences tac­tiques entre le PYD et le PKK6Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (Turquie), fon­dé en 1978., ces deux enti­tés « sœurs » sont dans la même ligne idéo­lo­gique révo­lu­tion­naire « de gauche ». Elles sont com­bat­tues par le régime syrien et la Turquie, mais éga­le­ment par Barzani et, d’un autre côté, elles sont sou­te­nues au niveau inter­na­tio­nal par les États-Unis et la Russie. Ces deux pays sont évi­dem­ment inté­res­sés par ces forces qui pour­raient libé­rer Raqqa ou Mossoul. Je crois qu’il ne faut pas être fata­liste : ce ne sont pas les Kurdes qui se font ins­tru­men­ta­li­ser, comme cela fut le cas le siècle der­nier. Aujourd’hui, ce sont plu­tôt les Kurdes qui sont en train de créer leur propre rap­port de force, d’accroître leur propre ter­ri­toire, avec une idéo­lo­gie qui leur est propre : une idéo­lo­gie révo­lu­tion­naire. Cette révo­lu­tion mul­ti­con­fes­sion­nelle, mul­ti-eth­nique, est unique dans le Moyen-Orient. C’est la rai­son pour laquelle nous avons publié ce livre, parce qu’il y a un vide total sur ce sujet.

Combattants de Daech (DR)

Salih Muslim a, jus­te­ment, décla­ré récem­ment : « Notre idée n’est pas de construire une nation, mais plu­tôt un fédé­ra­lisme avec les dif­fé­rentes com­po­santes pré­sentes. » La stra­té­gie kurde a évo­lué avec le temps. Ils ne sont plus en quête d’indépendance, mais d’autonomie…

En effet. Je dois d’abord dire que Salih Muslim est un homme qui impose le res­pect, au Kurdistan et au-delà. Il a per­du son fils dans cette lutte et, un peu comme tous les Kurdes, a été frap­pé dure­ment — que cela soit au sein de sa famille ou bien de son vil­lage. La ques­tion de la stra­té­gie kurde est une his­toire extrê­me­ment com­plexe et longue. Les Kurdes se sont bat­tus pour l’indépendance du Kurdistan socia­liste durant des années. Ils ont ensuite ana­ly­sé deux élé­ments essen­tiels : la ques­tion du rap­port de force et leur évo­lu­tion dans le monde. À ce sujet, il convient de rap­pe­ler qu’ils ont dû, pen­dant de très longues années, se battre en Turquie contre une armée qui est, du point de vue numé­rique, l’une des cinq pre­mières au monde (et la seconde de l’OTAN). Abdullah Öcalan, l’un des lea­ders du PKK, a ensuite été arrê­té et empri­son­né en 1999. Et c’est en pri­son qu’il a éla­bo­ré la doc­trine du Confédéralisme démo­cra­tique. Aujourd’hui, sur un autre front, au Kurdistan ira­kien, Massoud Barzani demande un réfé­ren­dum sur l’indépendance kurde. Ne nous trom­pons pas, c’est là une stra­té­gie de repli natio­na­liste que je qua­li­fie­rais de droite ; cela signi­fie­rait, par exemple, qu’ils col­la­bo­re­raient encore plus qu’ils ne le font avec la Turquie et avec Israël. C’est une quête d’indépendance réac­tion­naire, qui n’est abso­lu­ment pas pro­gres­siste. En Turquie, au début des années 2000, Öcalan a été vive­ment cri­ti­qué. À l’époque, le PKK n’utilisait même plus le mot « auto­no­mie » : ils par­laient sur­tout de « Droits de l’homme » — ce qui nous avait tous sur­pris. Cela rom­pait avec cette vieille tra­di­tion « Indépendance et Socialisme ».

« Cette révo­lu­tion mul­ti­con­fes­sion­nelle, mul­ti-eth­nique, est unique dans le Moyen-Orient. C’est la rai­son pour laquelle nous avons publié ce livre, parce qu’il y a un vide total autour de ce sujet. »

De nou­veau, aujourd’hui, le mot « auto­no­mie » est abor­dé par le PKK. Et ils vont même plus loin avec le Confédéralisme démo­cra­tique. Dans la situa­tion actuelle de mon­dia­li­sa­tion, c’est le concept le plus moder­niste ; il garan­tit qu’on n’é­lève plus de murs entre des peuples, entre les reli­gions ou entre les confes­sions. Cette ques­tion devrait d’ailleurs éga­le­ment s’appliquer en Irak. La plus grande ville « kurde » en Irak, ce n’est pas Erbil ni Souleymanieh, c’est Bagdad. De la même manière, la ville qui com­prend le plus grand nombre de Kurdes en Turquie, c’est Istanbul — avec plus de trois mil­lions de per­sonnes. Avec la créa­tion d’un Kurdistan indé­pen­dant, il fau­drait tra­cer des fron­tières qui crée­raient de nou­velles mino­ri­tés. En ce sens, le modèle belge, même si c’est un modèle bour­geois, n’est un pas un modèle inin­té­res­sant car il offre des garan­ties lin­guis­tiques, éco­no­miques et cultu­relles. Je crois que pour les Kurdes, c’est quelque chose qui serait très fonc­tion­nel. Et c’est jus­te­ment parce que ce modèle consti­tue un risque pour les États turcs et syriens que la répres­sion est ter­rible vis-à-vis du HDP et du PYD. C’est un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire de gauche ; ce n’est pas un repli natio­na­liste de droite. Là où le PYD tient le pou­voir, il y a des Conseils muni­ci­paux, régio­naux et pro­vin­ciaux où les Assyriens, les Arméniens, les Turkmènes, les Kurdes et les Arabes béné­fi­cient d’une pro­tec­tion totale de leurs droits, qu’ils soient lin­guis­tiques à l’école, ou plus sim­ple­ment cultu­rels. Salih Muslim et le PYD en sont garants.

Le Confédéralisme démo­cra­tique a‑t-il eu des pré­cé­dents his­to­riques ?

Oui. Le titre du livre est évi­dem­ment une réfé­rence à la Commune de Paris, en tant qu’entité révo­lu­tion­naire, bien qu’elle n’ait pas duré très long­temps. Le Confédéralisme démo­cra­tique pré­sente en revanche des points de simi­li­tude inté­res­sants avec le Chiapas. En 1994, le sous-com­man­dant Marcos, qui ne venait pas des villes mais de la forêt de Lacandone, ren­dait visite aux vil­lages indiens, très sur­pris, car habi­tués à ce que les Blancs d’extrême gauche (tous cou­rants confon­dus) viennent des agglo­mé­ra­tions, et bien sou­vent pour « don­ner des leçons ». Marcos, lui, venait de la forêt, et il vivait dans de pires condi­tions que les pay­sans. Il venait leur dire « Je n’ai rien à vous pro­po­ser, hor­mis vous orga­ni­ser, et vous battre pour vos reven­di­ca­tions ». En ce sens, le dis­cours d’Öcalan et du PKK dans la région affiche des res­sem­blances avec le sou­lè­ve­ment zapa­tiste au Chiapas.

Bachar el-Assad (Reuters / Sana / Handout)

Le PKK et ses orga­ni­sa­tions « sœurs » ont-ils tota­le­ment rom­pu avec leur idéo­lo­gie mar­xiste-léni­niste ori­gi­nelle au pro­fit du com­mu­na­lisme, théo­ri­sé par Murray Bookchin ?

Je n’espère pas ! (rires) La ques­tion est de savoir si, en effet, c’est tou­jours un mou­ve­ment hori­zon­tal, ou s’il est empreint de ver­ti­ca­li­té. Il y a, je pense, une part d’illusion au sein des mou­ve­ments anar­chistes et liber­taires. Pour connaître très bien le mou­ve­ment kurde de l’intérieur depuis vingt-cinq ans main­te­nant, il a encore en lui un peu de ver­ti­ca­li­té. Sans struc­ture poli­ti­co-mili­taire de la sorte, les Kurdes n’auraient jamais gagné Kobané. De la même manière, il n’y aurait jamais eu une ligne poli­tique qui se démarque du Conseil natio­nal syrien (tout en res­tant en oppo­si­tion au régime syrien). Je ne crois pas que le mou­ve­ment kurde ait réel­le­ment rom­pu avec son idéo­lo­gie mar­xiste. Quand j’en parle avec des cama­rades turcs très au fait de la ques­tion kurde, ils répètent sans cesse que ce mou­ve­ment ne subit pas le même sort que l’extrême gauche euro­péenne, qui est en décon­fi­ture totale. Les Kurdes ont une approche prag­ma­tique des sujets sen­sibles, ce qui leur vaut un vrai sou­tien popu­laire. Leurs déci­sions ne sont pas tant que ça influen­cées par les ouvrages mar­xistes et par cette idéo­lo­gie. Ils ont su ana­ly­ser l’environnement et s’adapter à lui : la mon­dia­li­sa­tion, les ensei­gne­ments tirés de l’évolution du conflit au Chiapas en pas­sant par la cap­ture d’Öcalan… À l’époque, quelques orga­ni­sa­tions poli­tiques en Turquie avaient le sou­tien des Kurdes. Aujourd’hui, ce sont des orga­ni­sa­tions comme le HDP qui ont des sou­tiens en Turquie — et c’est un tour­nant très impor­tant : notam­ment l’extrême gauche turque, les mou­ve­ments LGBT, les Assyriens, les Arméniens… C’est d’ailleurs une dépu­tée du HDP qui a mis à l’ordre du jour la ques­tion du géno­cide armé­nien à l’Assemblée natio­nale turque.

« Avec leur idéo­lo­gie pro­gres­siste pro­dé­mo­cra­tique, ils pour­raient bien prendre beau­coup d’envergure dans un futur proche, mal­gré l’embargo asphyxiant qu’ils subissent. »

Il y a aus­si dans cette orga­ni­sa­tion, par exemple, quatre ou cinq dépu­tés élus, issus du mou­ve­ment LGBT. Où peut-on voir ça ailleurs au Moyen-Orient ? Malheureusement, tout cela n’est mis en évi­dence ni dans la presse euro­péenne, ni dans la presse mon­diale — et ce mou­ve­ment est tel­le­ment révo­lu­tion­naire qu’il subit une répres­sion féroce du régime d’Erdoğan. Les cadres du HDP sont muse­lés, empri­son­nés, à l’ins­tar de Selahattin Demirtas7Co-président du HDP : 142 années de pri­son ont été requises contre lui pour « liens sup­po­sés avec le PKK ».. Le régime turc tente d’empêcher la par­ti de fonc­tion­ner poli­ti­que­ment. Ce mou­ve­ment s’é­ten­dant au-delà des fron­tières, l’influence des Kurdes en Syrie ennuie Erdoğan qui semble se ven­ger sur ceux de Turquie. Il y a une réelle inter­ac­tion entre les Kurdes des deux côtés de la fron­tière, et ce bien plus qu’avant. La vic­toire à Kobané, sui­vie des avan­cées kurdes sur le ter­ri­toire syrien, inquiète tous les régimes de la région. Avec leur idéo­lo­gie pro­gres­siste pro­dé­mo­cra­tique, les Kurdes pour­raient bien prendre beau­coup d’envergure dans un futur proche, mal­gré l’embargo asphyxiant qu’ils subissent.

La ques­tion de l’écologie est mise en avant par les Kurdes. Qu’en est-il réel­le­ment ?

Il faut être franc : il est dif­fi­cile de faire de l’écologie quand on est en guerre. Si les Kurdes avaient un vrai pou­voir régio­nal, ils pour­raient finan­cer des plans d’investissement dans l’énergie renou­ve­lable, les éoliennes… Mais, aujourd’hui, leur rayon d’action est assez limi­té : seules quelques ini­tia­tives par­viennent à être prises au niveau local. Saleh Kobané8Kurde syrien membre du PYD. fait réfé­rence à cela dans le livre. Il dit que depuis que les Kurdes syriens ont pris le contrôle du bar­rage de Tichrine, il y a de réels avan­tages pour la popu­la­tion qui vit autour. Ce qui est inté­res­sant, c’est qu’il n’est pas contre tous les bar­rages, conscient que le peuple a mal­gré tout besoin d’électricité, et qu’il n’y a pas d’autre solu­tion. Pragmatique, il déclare : « Comme nous sommes contre les cen­trales nucléaires, ce bar­rage pour l’instant nous four­nit de l’électricité, même si ce n’est pas le top au niveau éco­lo­gique. […] Si on uti­lise les bar­rages en fonc­tion des besoins du peuple, dans l’agriculture par exemple, c’est défen­dable, parce qu’on n’a, en ce moment, pas d’autres alter­na­tives comme l’énergie solaire et éolienne. » Cela résume bien la situa­tion.

Vladimir Poutine (Alexei Nikolsky / RIA Novosti / Reuters)

On a sou­vent réduit l’image de la femme kurde aux nom­breuses com­bat­tantes qui font front, cou­ra­geu­se­ment, contre Daech. Au-delà de ce cli­ché, quel est le rôle des femmes dans la révo­lu­tion au Rojava, et dans la socié­té civile ?

Il y a des témoi­gnages qui datent du XIXe siècle, de voya­geurs qui, ayant tra­ver­sé la région, s’étonnent de la place de la femme dans la socié­té kurde. Ces der­nières y ont réel­le­ment un rôle his­to­rique. Idéologiquement, comme le PKK est une orga­ni­sa­tion révo­lu­tion­naire « de gauche », la com­bi­nai­son de ces deux élé­ments fait que ce com­bat est natu­rel­le­ment mis en avant. Aujourd’hui, le mou­ve­ment des femmes kurdes conti­nue de prendre de l’ampleur. Elles s’organisent loca­le­ment, avec les hommes, mais éga­le­ment sans eux, entre elles, et reven­diquent leur place dans la socié­té kurde, au niveau poli­tique aus­si bien que mili­taire.

Dans un contexte géo­po­li­tique instable et en per­pé­tuel mou­ve­ment, com­ment enten­dez-vous les rela­tions entre­te­nues par le PYD avec le régime syrien ? Qu’a‑t-il à attendre et qu’a‑t-il à craindre de lui ?

« Si l’État isla­mique venait à être mili­tai­re­ment tota­le­ment vain­cu, ne croyez pas que les Kurdes vont aban­don­ner le ter­ri­toire conquis pour le redon­ner à Bachar el-Assad. »

C’est une ques­tion très dif­fi­cile. Malgré toutes les pres­sions inter­na­tio­nales, les membres du PYD n’ont pas rejoint le Conseil natio­nal syrien, finan­cé par les grandes monar­chies pétro­lières. Mais ils ne sont pour autant ni des par­ti­sans, ni des exé­cu­tants du régime de Bachar el-Assad — comme cela a par­fois été dit. Personne n’a oublié que la révo­lu­tion qu’ils avaient ten­tée de faire en 2004, contre lui, s’était sol­dée par une répres­sion ter­rible. À Alep, récem­ment, ils ont eu une posi­tion tota­le­ment indé­pen­dante. Par exemple, el-Assad leur a deman­dé de dépo­ser les armes, ce qu’ils ont fer­me­ment refu­sé. Cependant, à Kamislo, qui est une ville kurde, il y a tou­jours un aéro­port mili­taire tenu par le régime. Concrètement, les Kurdes se défendent de toute « col­la­bo­ra­tion » ; ils parlent plu­tôt d’une coha­bi­ta­tion. Ils habitent ensemble, mais pas dans la même mai­son. Quant au futur, il est très com­pli­qué de faire des pro­nos­tics… Mais il y a une don­née très impor­tante : si, pour l’instant, Moscou et Washington les défendent dans leur lutte contre l’Organisation de l’État isla­mique, les Kurdes sont mal­gré tout en train de construire leur propre rap­port de force — c’est indé­niable. Si l’État isla­mique venait à être mili­tai­re­ment tota­le­ment vain­cu, ne croyez pas que les Kurdes vont aban­don­ner le ter­ri­toire conquis pour le redon­ner à Bachar el-Assad. Ils ne bais­se­ront pas les armes. C’est quelque chose qui est mal com­pris en Europe, et notam­ment dans les milieux de « gauche ». Beaucoup pensent que les Kurdes sont des sup­pléants de l’Armée syrienne régu­lière, qu’ils seront tou­jours per­dants… Ce n’est pas vrai. Il y a aujourd’hui un fait his­to­rique que je n’avais jamais vu aupa­ra­vant : les Kurdes, eux-mêmes, sont en train d’écrire leur propre his­toire.

On a tou­jours dit des Kurdes qu’ils étaient l’outil uti­li­sé par les puis­sants lors de leurs conflits régio­naux. Par l’Iran contre l’Irak, par l’Irak contre l’Iran, par la Turquie contre Saddam Hussein, par Bachar el-Assad contre l’État isla­mique… Mais il ne faut pas oublier que ce sont les Français et les Anglais qui ont divi­sé le Kurdistan en quatre. C’est ce qu’a très bien expli­qué Feleknas Uca9Femme poli­tique membre du HDP. dans le docu­men­taire que nous avons tour­né en mars der­nier : cent ans après l’accord Sykes-Picot, les Kurdes ne sont plus en train de regar­der pas­si­ve­ment ce que les grandes puis­sances inter­na­tio­nales et impé­ria­listes décident pour eux. Ni les Russes, ni les Américains ne se servent aujourd’­hui des Kurdes : ils sont tout sim­ple­ment obli­gés aujourd’hui de com­po­ser avec eux. Le dan­ger pour les Kurdes syriens, c’est évi­dem­ment Bachar el-Assad, mais aus­si et sur­tout Erdoğan et Barzani. La Turquie paraît de plus en plus endi­guée par les Kurdes et par leurs sou­tiens inter­na­tio­naux.

Donald Trump (Richard Ellis / Getty Images)

Revenons au com­mu­na­lisme. Peut-il être une solu­tion pour les autres nations sans État enli­sées dans leurs conflits ?

Je suis pro­fon­dé­ment convain­cu que pour « vaincre » un empire, il faut le pou­voir. C’est pour cela que Francisco « Pancho » Villa et Emiliano Zapata se sont trom­pés entre 1910 et 1920, lors de la révo­lu­tion mexi­caine. Au lieu de prendre le pou­voir, en alliance avec les tra­vailleurs, ils sont repar­tis dans leurs ter­ri­toires, mena­çant de reve­nir si les mêmes erreurs étaient répé­tées. La bour­geoi­sie mexi­caine, en alliance avec les tra­vailleurs de droite, a fina­le­ment repris le pou­voir et a assas­si­né et mas­sa­cré le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire pay­san. Cela doit ser­vir d’exemple. Il y a pour moi dans le com­mu­na­lisme des élé­ments extrê­me­ment inté­res­sants, notam­ment contre les socié­tés « sta­li­niennes », ver­ti­ca­listes, qui répriment leur propre peuple. Il faut qu’il y ait un pou­voir démo­cra­tique et popu­laire, des tra­vailleurs comme des pay­sans. Il ne faut pas idéa­li­ser la socié­té dans laquelle nous vivons et gar­der en tête qu’avant d’installer une socié­té démo­cra­tique, il faut prendre le pou­voir — et cela se fait, sur­tout au Moyen-Orient, avec les armes. Le PKK me paraît essayer de com­bi­ner ces deux aspects : d’un côté l’esprit book­chi­niste, avec de vrais pou­voirs aux Conseils com­mu­naux et pro­vin­ciaux et, de l’autre, une orga­ni­sa­tion qui garde une cer­taine forme de ver­ti­ca­li­té. Quoi qu’il en soit, nous sommes tou­jours en période de guerre ; il est donc encore trop tôt pour juger si c’est la bonne voie ou non. La bataille des Kurdes en Syrie apporte tou­te­fois beau­coup d’espoir à ceux qui luttent contre l’obscurantisme. J’ai appris beau­coup de choses des révo­lu­tion­naires san­di­nistes au Nicaragua : ils répé­taient sans cesse vou­loir faire « comme à Cuba, mais en mieux ». Ils vou­laient appro­fon­dir la démo­cra­tie dans le socia­lisme, pas la res­treindre. Les Kurdes me semblent jouer un peu le même rôle, en don­nant de l’espoir aux autres qu’une révo­lu­tion est pos­sible, mili­tai­re­ment, mais aus­si socia­le­ment. Les évé­ne­ments en cours au Rojava et dans le Kurdistan ouvrent donc une piste de réflexion inté­res­sante pour les peuples qui sont mino­ri­taires dans leurs États, ain­si que de réelles pers­pec­tives.

Un der­nier mot sur le livre. Avec trois auteurs et vingt-et-un inter­ve­nants et inter­ve­nantes, cet ouvrage, lui aus­si, est une construc­tion col­lec­tive !

Oui ; d’ailleurs, c’est un miracle que nous ayons pu sor­tir un livre sur la ques­tion kurde en Syrie sans s’entretuer ! (rires) Nous ne vou­lions pas faire un livre anar­chiste, liber­taire ou encore pro­pa­gan­diste, pro-PKK ou PYD. Nous vou­lions pro­po­ser de la manière la plus neutre pos­sible la vision des Kurdes d’aujourd’hui sur leur propre réa­li­té. C’est pour cela que nous avons fait appel à des auteurs direc­te­ment concer­nés par le conflit en cours, et qui nous ont décrit cela. J’espère que la révo­lu­tion au Rojava va tenir et que ce livre ne va pas finir dans les pou­belles de l’Histoire, avec une enti­té poli­tique et révo­lu­tion­naire qui dis­pa­raî­trait… Dire que les Kurdes se battent pour l’humanité paraît for­cé­ment exa­gé­ré, pré­ten­tieux… Mais il faut avoir conscience qu’ils entre­tiennent mal­gré tout l’espoir qu’un autre monde est pos­sible. Et, en ce sens, ils se battent pour nous aus­si.


Portrait de Chris Den Hond : Laurent Perpigna Iban


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? » (tra­duc­tion), avril 2017.
☰ Lire notre article « Newroz, entre enthou­siasme et incer­ti­tudes », Laurent Perpigna Iban, avril 2017
☰ Lire notre entre­tien « De retour de la révo­lu­tion du Rojava » (tra­duc­tion), mars 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava »Hawzhin Azeez, jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Patrice Franceschi : « Être un idéa­liste réa­liste, c’est-à-dire agir », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec David Graeber : « Nos ins­ti­tu­tions sont anti­dé­mo­cra­tiques », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Janet Biehl : « Bookchin a été mar­gi­na­li­sé », octobre 2015
☰ Lire notre article « Bookchin : éco­lo­gie radi­cale et muni­ci­pa­lisme liber­taire », Adeline Baldacchino, octobre 2015

NOTES   [ + ]

1.Leader du KDPI (Parti démo­cra­tique kurde d’Iran), assas­si­né en 1989.
2.La bataille de Kobané a duré neuf mois, de sep­tembre 2014 à juin 2015.
3.Parti démo­cra­tique des peuples, fon­dé en 2012.
4.Membre du Parti pour la paix et la démo­cra­tie (BDP) et du HDP, ancien maire de Diyarbakir (Amed, en kurde
5.Parti de l’union démo­cra­tique (Syrie), fon­dé en 2003.
6.Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (Turquie), fon­dé en 1978.
7.Co-président du HDP : 142 années de pri­son ont été requises contre lui pour « liens sup­po­sés avec le PKK ».
8.Kurde syrien membre du PYD.
9.Femme poli­tique membre du HDP.
Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.