Newroz, entre enthousiasme et incertitudes


Texte inédit pour le site de Ballast

Turquie, 21 mars 2017. Jour du nou­vel an kurde, appe­lé « Newroz ». On compte ici entre douze et quinze mil­lions de Kurdes (moi­tié moins en Irak et près de trois mil­lions en Syrie) — soit envi­ron 20 % de la popu­la­tion. Le PKK, cofon­dé à la fin des années 1970 par Abdullah Öcalan, milite aujourd’­hui pour une auto­no­mie fédé­rale : non plus un État kurde cen­tra­li­sé, ins­pi­ré du modèle mar­xiste-léni­niste qu’il fai­sait sien à ses ori­gines, armes à la main, mais une Confédération démo­cra­tique, pari­taire, mul­ti-eth­nique et nour­rie à la pen­sée liber­taire. C’est éga­le­ment ce pro­jet que porte, de l’autre côté de la fron­tière, au nord de la Syrie, le ter­ri­toire auto­nome kurde appe­lé « Rojava » — le PYD, fon­dé en 2003 et lié au PKK turc, y mène actuel­le­ment une révo­lu­tion tout en lut­tant contre Daech. Le pré­sident turc — l’au­to­cra­tique Erdoğan — qua­li­fie ces mou­ve­ments auto­no­mistes de « ter­ro­ristes » (les États-Unis et l’Union euro­péenne consi­dèrent pareille­ment le PKK) et mène en ce moment cam­pagne, tam­bour bat­tant, pour le « oui » au réfé­ren­dum qu’il orga­nise le 16 avril pro­chain, afin de ren­for­cer consti­tu­tion­nel­le­ment le pou­voir pré­si­den­tiel. C’est dans ce contexte, esquis­sé à trop grands traits, que se déroulent les fes­ti­vi­tés. Reportage sous état de siège. ☰ Par Laurent Perpigna Iban


Pour le(s) peuple(s) kurde(s), l’arrivée du prin­temps est aus­si syno­nyme de nou­velle année. Cette fête sécu­laire, issue de tra­di­tions trans­mises de géné­ra­tion en géné­ra­tion, est un moment à part, où le temps semble se figer. « Newroz » est célé­bré par tous les Kurdes, ceux de la dia­spo­ra, comme ceux répar­tis sur les quatre pays qui aujourd’hui couvrent le ter­ri­toire his­to­rique de cette « nation sans État ». Ce jour est éga­le­ment l’occasion pour tous et toutes de célé­brer une « kur­di­té » bien mise à mal au quo­ti­dien, au cœur d’appareils d’État répres­sifs et lar­ge­ment « assi­mi­lants ». Année après année, les fes­ti­vi­tés de Newroz ont donc néces­sai­re­ment pris un tour­nant, très poli­tique. Elles sont ain­si deve­nues un véri­table baro­mètre des rela­tions entre les dif­fé­rentes com­mu­nau­tés kurdes et les États qui les gou­vernent. En ce mois de mars, le peuple aux mille poètes s’ap­prê­tait donc à ouvrir une nou­velle page de son his­toire. Au Nord-Kurdistan, comme pour la dia­spo­ra kurde répar­tie sur le ter­ri­toire turc, ces célé­bra­tions inter­viennent dans un contexte ten­du. L’atten­tat de Suruç1Attentat (Juillet 2015) attri­bué à l’OEI (Organisation de l’État isla­mique) ayant cau­sé trente-trois morts et plus de cent bles­sés. Il pro­vo­que­ra une vague de vio­lences avec des ven­geances contre les mili­taires turcs, accu­sés d’avoir lais­sé Daech frap­per les Kurdes volon­tai­re­ment. est encore dans toutes les têtes et le réfé­ren­dum d’hyper-présidence de Recep Tayyip Erdoğan fait trem­bler celles et ceux qui vivent quo­ti­dien­ne­ment sous le joug d’un État qui n’en finit plus de répri­mer sa mino­ri­té. Entre Istanbul et Diyarbakir (Amed, en kurde [au sud-est de la Turquie, ndlr]), chro­nique de ce Newroz 2017 au goût très par­ti­cu­lier.

Pression psychologique sur Istanbul

« Au Nord-Kurdistan, comme pour la dia­spo­ra kurde répar­tie sur le ter­ri­toire turc, ces célé­bra­tions inter­viennent dans un contexte ten­du. »

Ils sont près de trois mil­lions à vivre sur les rives du Bosphore — ce qui en fait la plus grande concen­tra­tion de Kurdes dans une même ville. Et même si des quar­tiers sont à domi­nance kurde, tels que Tarlabasi ou Çukur, ils ne peuvent être consi­dé­rés sérieu­se­ment comme des « quar­tiers kurdes ». Les regrou­pe­ments de popu­la­tion à Istanbul sont infra-eth­niques et n’ont pas comme déno­mi­na­teur com­mun l’appartenance à une enti­té défi­nie, mais plu­tôt une implan­ta­tion his­to­rique. Cette répar­ti­tion anar­chique au cœur d’une ville bouillon­nante aux mul­tiples facettes est en réa­li­té une don­née fon­da­men­tale pour com­prendre les enjeux poli­tiques qui y sont en cours. En ce qui concerne les Kurdes, ce non-regrou­pe­ment géo­gra­phique et cet épar­pille­ment cultu­rel s’avèrent être des atouts maîtres pour l’État turc. Les trois mil­lions de Kurdes ras­sem­blés au cœur du pou­mon éco­no­mique du pays, dans un contexte tel que nous le connais­sons, s’apparentent à une bombe à retar­de­ment. A for­tio­ri si l’on consi­dère qu’un éven­tuel sou­lè­ve­ment kurde à Istanbul pour­rait être l’étincelle qui enflam­me­rait l’est de la Turquie, le « Nord Kurdistan ». Et si le par­ti du HDP (Parti démo­cra­tique des peuples) est si sou­vent frap­pé par Ankara, alors qu’il repré­sente dans l’absolu une ouver­ture au dia­logue et une repré­sen­ta­ti­vi­té poli­tique des Kurdes, cela n’est pas sans fon­de­ment.

Les gou­ver­ne­ments turcs n’ont ces­sé, ces der­nières années, de « dé-com­mu­nau­ta­ri­ser » la popu­la­tion kurde afin d’annihiler toute ten­ta­tive de regrou­pe­ment — et de visi­bi­li­té. De fac­to, cela passe par la décons­truc­tion de toute mou­vance poli­tique émer­gente. Les excel­lents résul­tats du tout jeune Parti démo­cra­tique des Peuples (fon­dé en 2012) aux élec­tions ont donc favo­ri­sé la repré­sen­ta­ti­vi­té des Kurdes au sein de la socié­té turque. Jusqu’à s’apparenter à une menace concrète, aux yeux de Recep Tayyip Erdoğan. Et si, après des années de lutte armée, le pou­voir en place aurait pu se satis­faire d’une nou­velle donne démo­cra­tique via le HDP et com­po­ser avec, il a fini par dure­ment répri­mer ce mou­ve­ment poli­tique. L’histoire de la poli­tique kurde de l’AKP (Parti de la jus­tice et du déve­lop­pe­ment [fon­dé par Erdoğan, ndlr]) s’apparente à une véri­table crise de schi­zo­phré­nie. Depuis 2002, le par­ti sem­blait avoir tout fait pour s’attirer les suf­frages de la popu­la­tion kurde, en amé­lio­rant sa qua­li­té de vie via la construc­tion d’écoles ou d’hôpitaux et en pre­nant des mesures sym­bo­liques pour la langue kurde, notam­ment. Erdoğan, qui avait ini­tié, à tra­vers les très secrètes entre­vues d’Oslo, une ten­ta­tive de réso­lu­tion du conflit kurde (entre­vues sol­dées par un échec), se montre désor­mais par­ti­cu­liè­re­ment intrai­table sur cette ques­tion et paraît prendre pour cible aujourd’hui ceux dont hier il espé­rait les faveurs. Le conflit en Syrie a une impor­tance majeure ; il semble d’ailleurs que le pré­sident turc fasse payer aux Kurdes ses échecs au Levant, comme une ven­geance au goût bien amer.

Photographie prise par l’au­teur

Depuis ce que l’on nomme le « coup d’État avor­té du 15 juillet 2016 », le pré­sident Erdoğan se sait fra­gi­li­sé. Le sen­ti­ment de toute-puis­sance qu’il dégage est à rela­ti­vi­ser. Les récentes purges ont fra­gi­li­sé l’appareil d’État et il doit aujourd’hui gou­ver­ner d’une main de fer. Le réfé­ren­dum pré­vu dans quelques semaines va dans le sens d’un ren­for­ce­ment prag­ma­tique autant qu’autoritariste de ses pou­voirs. Les Kurdes le savent. Demain, ils en seront les pre­mières vic­times. Ce 20 mars 2017 est un jour plu­vieux à Istanbul. Avenue Istiklal, envi­ron 150 per­sonnes mani­festent, en blouse blanche. « Nous sommes kurdes et nous mani­fes­tons contre la casse du régime de san­té publique. Nous mani­fes­tons éga­le­ment contre ce réfé­ren­dum », confie un jeune homme sous le regard inqui­si­teur de la police. Aucun sym­bole kurde n’est iden­ti­fiable. Tous et toutes paraissent bien inté­grés à la socié­té turque. Mais ils se sentent en dan­ger. Au bout de quelques minutes, la mani­fes­ta­tion est nas­sée, coin­cée entre les forces anti-émeute et les poli­ciers en civil, avant de se dis­per­ser. Initialement pré­vues et auto­ri­sées ce jour, au loin­tain quar­tier de Bakirkoy, les célé­bra­tions de Newroz y ont été inter­dites au der­nier moment. Sur place, un bar­rage poli­cier empêche tout accès au site. Les routes sont en état de siège. Il n’y a d’ailleurs per­sonne. Il pleut. Il n’y aura pas de Newroz à Istanbul aujourd’hui.

« L’avenue Gazi, qui occupe une place cen­trale dans Sur, est en état de siège. On ne compte plus les camions anti-émeute, les blin­dés, les camions à eau, et leurs rondes inces­santes. »

Une infor­ma­tion contra­dic­toire est pour­tant tom­bée la veille. Un Newroz serait auto­ri­sé le len­de­main à Kartal, à plu­sieurs dizaines de kilo­mètres du lieu ini­tial. La com­mu­nau­té kurde d’Istanbul est prise à contre­pied, à la mer­ci du bon vou­loir des auto­ri­tés, qui auto­rise et annule, sans aucun pré­avis. Plusieurs mil­liers de Kurdes se ras­sem­ble­ront mal­gré tout à Kartal et la police arrê­te­ra six par­ti­ci­pants. Si le comi­té d’organisation de Newroz se satis­fe­ra d’une « vic­toire » pour la cause, de nom­breux Kurdes, eux, ont un avis plus nuan­cé. Beaucoup plus réa­liste, aus­si. Veysi, un jeune homme ins­tal­lé à Istanbul, en témoigne : « Nous n’avons mal­heu­reu­se­ment pas été sur­pris par l’annulation du Newroz ; c’est deve­nu quelque chose d’habituel pour nous. C’est une forme de pres­sion psy­cho­lo­gique, mais éga­le­ment un outil de pro­pa­gande de l’AKP envers la com­mu­nau­té turque, à qui l’on montre que le pro­blème kurde est en train d’être réglé. » Même si, en effet, per­sonne n’a été sur­pris, cette inter­dic­tion puis ce report a été très mal vécu. « On peut y voir une tac­tique poli­tique en vue du réfé­ren­dum ; l’interdiction du Newroz aurait pu géné­rer de graves inci­dents, qui auraient ser­vi ensuite d’outil de pro­pa­gande pour le « oui » au réfé­ren­dum », résume le jeune homme. Les grands axes d’Istanbul sont dra­pés de por­traits d’Erdoğan et de dra­peaux de l’AKP. « Evet » (« oui ») s’affiche par­tout en lettres capi­tales. C’est presque à croire qu’il ne reste plus de murs dis­po­nibles pour l’opposition.

État de siège à Diyarbakir

La vieille ville de Diyarbakir (Sur) a conser­vé son cachet d’antan. Sa popu­la­tion tente de conti­nuer d’y vivre le plus digne­ment pos­sible, mal­gré une occu­pa­tion mili­taire omni­pré­sente et sur­tout la des­truc­tion de l’es­pace urbain, deve­nu le lot de toutes les grandes villes du Nord-Kurdistan. D’après un récent com­mu­ni­qué de la muni­ci­pa­li­té de Diyarbakir, 70 % des bâti­ments de l’est de Sur auraient été détruits — et ce sont 30 000 habi­tants qui auraient été dépla­cés dans plu­sieurs autres muni­ci­pa­li­tés de l’agglomération. Sur le ter­rain, il n’y a pas à faire beau­coup d’efforts pour aper­ce­voir ces ruines, qui tapent à l’œil du pre­mier venu. Depuis l’aéroport, il avait déjà fal­lu pas­ser plu­sieurs check­points, où les mili­taires turcs, regards noirs et armes au poing, dévi­sagent toutes celles et ceux s’approchant d’une ville qui avoi­sine le mil­lion d’habitants. L’avenue Gazi, qui occupe une place cen­trale dans Sur, est en état de siège. On ne compte plus les camions anti-émeute, les blin­dés, les camions à eau, et leurs rondes inces­santes. À l’occasion de ces fêtes de Newroz, les poli­ciers coha­bitent donc avec les forces spé­ciales de la police, et les forces armées conven­tion­nelles avec les forces armées spé­ciales. Les cou­leurs kurdes ne s’affichent pas. Seuls quelques ven­deurs de rue affichent, entre deux paires de Ray-Ban, des kef­fiehs vert-jaune-rouge. Même à la veille de la plus grande célé­bra­tion de l’année, l’atmosphère est étrange. Pesante. Effrayante, même, à la nuit tom­bée quand les rondes aveu­glantes de l’armée prennent le des­sus sur la vie civile.

Photographie prise par l’au­teur

L’accès au « Park Newroz », où se tiennent les fes­ti­vi­tés, est stric­te­ment contrô­lé. Plusieurs check­points en amont ins­pectent et fouillent toutes celles et ceux qui se pré­sentent. Le liste des « inter­dits » est sans égal cette année : por­traits d’Öcalan, mais aus­si cou­leurs kurdes, repré­sen­ta­tions des sym­boles PKK (Parti des tra­vailleurs du Kurdistan), des YPG (Unités de pro­tec­tion du peuple)… Concrètement, seules les ban­de­roles pour le vote « non » au réfé­ren­dum étaient auto­ri­sées. Ces fouilles sont cen­sées être un rem­part contre une éven­tuelle attaque de l’OEI, qui a déjà frap­pé le ter­ri­toire des Kurdes de Turquie. Certains Kurdes, eux, ne voient pas du tout les choses du même œil. « L’État turc est res­pon­sable de l’attentat de Suruç, il a lais­sé Daech nous frap­per pour nous mettre au pas, alors ne croyez pas que ces contrôles mettent qui que ce soit en sécu­ri­té. Au contraire, ils se servent de cette excuse pour tout nous inter­dire. Si nous sommes chaque année moins nom­breux, c’est parce que nous avons peur », confie un jeune homme dans la file d’attente, avant les contrôles. Arrivés sur les lieux de l’entrée dédiée à la presse et aux délé­ga­tions offi­cielles, la ten­sion est à son paroxysme. Des petites plaques jaunes por­tant des numé­ros sont dis­po­sées au sol, à quelques mètres du point de pal­pa­tion. Des poli­ciers en blouse blanche s’activent, lais­sant entre­voir qu’un drame s’était joué quelques minutes aupa­ra­vant à cette même entrée. Sous la pres­sion poli­cière, l’heure n’est cepen­dant pas à l’investigation.

« Un immense dra­peau d’Öcalan est déployé dans la foule, ain­si que por­traits de com­bat­tants, notam­ment des YPG. »

Il faut péné­trer sur le site, et, même munis d’accréditations offi­cielles, ce n’est pas une mince affaire. Celles por­tant por­tant le logo Newroz sont déchi­rées ou recou­vertes d’autocollants par la police turque. Une membre de la délé­ga­tion kurde de Paris s’étonne de « n’avoir jamais connu une telle pres­sion. Ils veulent nous mon­trer que les choses ont chan­gé et qu’ils sont désor­mais maîtres du jeu ». Nous appren­drons plus tard qu’un jeune étu­diant en musique de Malatya en pos­ses­sion d’un cou­teau avait été abat­tu par la police. Selon la pré­fec­ture, il aurait refu­sé de se sou­mettre au contrôle à l’entrée du site. Il aurait ain­si été sus­pec­té par la police turque de dis­si­mu­ler une bombe. À l’intérieur du site, la foule est déjà pré­sente depuis le milieu de mati­née. Les esti­ma­tions offi­cielles par­le­ront en fin de jour­née d’un ras­sem­ble­ment d’environ 300 000 per­sonnes — à titre de com­pa­rai­son, il y a trois ans, ces fes­ti­vi­tés avaient ras­sem­blé plus d’un mil­lion de Kurdes. Les danses se suc­cèdent, tan­dis qu’à la tri­bune offi­cielle, Dilek Öcalan (la nièce de Abdullah Öcalan) et Ahmet Türk, (co-maire de Mardin, tout juste sor­ti de prison2Ahmet Türk a été remis en liber­té le 3 février der­nier, après plus de deux mois de déten­tion. Sa libé­ra­tion sous contrôle judi­ciaire, pro­non­cée pour des rai­sons de san­té, fait suite à une incar­cé­ra­tion des plus far­fe­lues pour appar­te­nance à un groupe ter­ro­riste.), se font concur­rence à l’applaudimètre. Ce der­nier, au terme d’un long dis­cours, poin­te­ra du doigt le pou­voir « raciste et natio­na­liste » d’Ankara, invo­quant une réac­tion d’unité du peuple kurde : « Si nous n’élargissons pas notre uni­té, nous serons res­pon­sables devant l’Histoire. Ceux qui veulent détruire l’avenir du peuple de Shengal paie­ront un lourd tri­but. Ceux qui oppri­me­ront les Kurdes et les mon­te­ront les uns contre les autres seront condam­nés devant notre peuple et notre his­toire. »

Apprécié par nombre de Kurdes pour ses enga­ge­ments, notam­ment en faveur de la paix, il demeure mal­gré tout opti­miste : « Nous avons aujourd’­hui notre voix, et nous ferons par­ve­nir notre demande par­tout dans le monde. » Dilek Öcalan, elle, rap­pelle que « cet évé­ne­ment a une valeur his­to­rique, mal­gré les arres­ta­tions, les tor­tures, le pro­ces­sus d’état d’urgence, les couvre-feux ». La pluie fait son appa­ri­tion, et la foule enva­hit l’espace réser­vé à la presse et aux offi­ciels. Un immense dra­peau d’Öcalan est déployé dans la foule, ain­si que por­traits de com­bat­tants, notam­ment des YPG. Finalement, tout ce qui était offi­ciel­le­ment inter­dit finit par être déployé dans une atmo­sphère de plus en plus mili­tante, mal­gré les rap­pels à l’ordre des orga­ni­sa­teurs, crai­gnant que les fes­ti­vi­tés soient écour­tées. Les slo­gans se suc­cèdent et, avant la clô­ture finale, c’est au tour de deux rap­peurs kurdes d’enflammer la foule. La sor­tie se fait sous haute sur­veillance poli­cière et se dérou­le­ra glo­ba­le­ment bien, mal­gré quelques inci­dents mineurs.

Photographie prise par l’au­teur

Perspectives d’avenir

Le soir, à Sur, cha­cun refait la jour­née. Et tente d’envisager un ave­nir bien incer­tain. Il appa­raît clair à cha­cun que le futur du Kurdistan turc est assu­jet­ti à l’évolution du conflit en Syrie, et en par­ti­cu­lier au Rojava. Et les lignes, à ce niveau, semblent bou­ger. Les YPG, consi­dé­rés comme une ému­la­tion syrienne du PKK, n’ont de cesse de gagner du ter­rain face à l’OEI. Les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS) ont aujourd’hui en ligne de mire Raqqa et n’hésitent pas à spé­cu­ler sur son éven­tuelle libé­ra­tion. Les objec­tifs poli­tiques au Rojava sont déjà posés : un sys­tème « démo­cra­tique fédé­ral » avec plu­sieurs régions auto­nomes dans le nord de la Syrie. Même si ces spé­cu­la­tions peuvent paraître pré­ma­tu­rées, il n’en demeure pas moins qu’une véri­table révo­lu­tion démo­cra­tique et pro­gres­siste a lieu actuel­le­ment dans les ter­ri­toires kurdes de Syrie, et qu’elle aura, à terme, iné­luc­ta­ble­ment des consé­quences directes sur la situa­tion dans le ter­ri­toire turc. Le jeu des alliances a aus­si son impor­tance. Symboliquement déjà en froid avec une par­tie de l’Union euro­péenne, Erdoğan crie aujourd’hui à la tra­hi­son après que son allié cir­cons­tan­ciel, Vladimir Poutine, a envoyé ses troupes, le 20 mars, dans la pro­vince d’Afrine, actuel­le­ment tenue par les forces du YPG. Ce qui vient encore une fois com­plexi­fier la situa­tion diplo­ma­tique turque. Autant inté­rieu­re­ment qu’extérieurement. Un ren­for­ce­ment des pou­voirs du pré­sident Erdoğan est en ce sens émi­nem­ment pré­cieux.

« Même si ces spé­cu­la­tions peuvent paraître pré­ma­tu­rées, il n’en demeure pas moins qu’une véri­table révo­lu­tion démo­cra­tique et pro­gres­siste a lieu actuel­le­ment dans les ter­ri­toires kurdes de Syrie. »

Le fon­da­teur de l’AKP, qui n’en reste pas moins un redou­table stra­tège, semble cyni­que­ment vou­loir pro­fi­ter de l’affaiblissement qu’il a pro­vo­qué au sein du Parti démo­cra­tique des peuples, avec les arres­ta­tions de ses deux co-pré­si­dents Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, pour ten­ter de ral­lier à lui un maxi­mum de Kurdes. Ses rela­tions cor­diales avec le clan Barzani et le PDK (Parti démo­cra­tique du Kurdistan) consti­tuent, et il le sait, un levier impor­tant pour l’éventuelle adhé­sion de Kurdes plu­tôt « dépo­li­ti­sés ». Il n’a donc pas rechi­gné à faire s’élever le dra­peau du kur­dis­tan ira­kien à l’arrivée de Massoud Barzani, à l’aéroport Atatürk le 26 février der­nier. Cela crispe encore un peu plus une situa­tion déjà com­pli­quée entre les Kurdes de Turquie et ceux d’Irak. L’opposition kurde au PDK, si elle n’est pas inexis­tante, peine à se faire entendre, dans un contexte d’émancipation très avan­cée à. Le clan Barzani est déjà arri­vé à se consti­tuer un ter­ri­toire qua­si-auto­nome, et une poli­tique pan-kurde repré­sen­te­rait pour ces der­niers un risque d’affaiblissement majeur. En outre, le pétrole extrait de la région d’Erbil a scel­lé des accords com­mer­ciaux presque vitaux pour le Kurdistan ira­kien ; son ache­mi­ne­ment vers la Turquie échap­pant tota­le­ment au gou­ver­ne­ment de Bagdad.

Lors de son dis­cours à la tri­bune de Diyarbakir lors de Newroz, Leyla Güven, la copré­si­dente du DTK (Congrès popu­laire démo­cra­tique), a poin­té du doigt ces rela­tions à Erdoğan-Barzani, appe­lant ce der­nier à ces­ser son jeu de désta­bi­li­sa­tion. Ses craintes sont fon­dées. Il est en effet envi­sa­geable que Barzani se pro­nonce en faveur du « oui » au réfé­ren­dum, ten­tant d’influencer le vote des Kurdes afin de pré­ser­ver ses inté­rêts éco­no­miques et stra­té­giques. Cela consti­tue­rait une tra­hi­son somme toute assez inédite dans un his­to­rique de rela­tions déjà bien char­gé entre ces deux com­mu­nau­tés. Quoi qu’il en soit, cette année 2017 est hau­te­ment déci­sive pour les peuples kurdes. Personne n’imagine une seule seconde, dans le cadre d’une hypo­thé­tique réso­lu­tion du conflit en Irak et au Levant, qu’un sta­tu quo kurde soit envi­sa­geable. Au front sur trois des quatre pays qui abrite sa com­mu­nau­té, le peuple kurde semble plus que jamais en attente. Alors que bien­tôt un siècle se sera écou­lé depuis le trai­té de Sèvres qui démem­bra l’empire Ottoman en 1920, les aspi­ra­tions des Kurdes, si elles ont évo­lué avec les décen­nies, n’ont jamais été mises de côté. Et même si le conflit en Syrie et en Irak n’est pas prêt de tou­cher à sa fin, le pro­ces­sus poli­tique en cours en Turquie, tout comme les avan­cées des Kurdes au Rojava, seront des fac­teurs déter­mi­nants, à court comme à moyen terme. Si la paix veut être dura­ble­ment ins­tal­lée à l’issue de ce conflit, il fau­dra que cha­cun des acteurs tâche de réflé­chir à un nou­veau scé­na­rio, et s’efforce de trou­ver des consen­sus accep­tables par les dif­fé­rentes com­mu­nau­tés kurdes. Si tel n’était pas le cas, le risque de voir un pro­lon­ge­ment durable de l’instabilité de la région devien­drait réel.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien « Retour de la révo­lu­tion du Rojava » (tra­duc­tion), mars 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava »,Hawzhin Azeez, jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Patrice Franceschi : « Être un idéa­liste réa­liste, c’est-à-dire agir », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Abbas Fahdel : « En Irak, encore dix ans de chaos », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Xavier Muntz : « Le dan­ger évident, pour la région, c’est le repli com­mu­nau­taire », mai 2015

NOTES   [ + ]

1.Attentat (Juillet 2015) attri­bué à l’OEI (Organisation de l’État isla­mique) ayant cau­sé trente-trois morts et plus de cent bles­sés. Il pro­vo­que­ra une vague de vio­lences avec des ven­geances contre les mili­taires turcs, accu­sés d’avoir lais­sé Daech frap­per les Kurdes volon­tai­re­ment.
2.Ahmet Türk a été remis en liber­té le 3 février der­nier, après plus de deux mois de déten­tion. Sa libé­ra­tion sous contrôle judi­ciaire, pro­non­cée pour des rai­sons de san­té, fait suite à une incar­cé­ra­tion des plus far­fe­lues pour appar­te­nance à un groupe ter­ro­riste.
Sur le même sujet :
Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant et blogueur. Travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+