Xavier Muntz : « Le danger évident, pour la région, c’est le repli communautaire »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Le réa­li­sa­teur Xavier Muntz, qui avait signé les films Big Brother City, Résistants.com et Total Contrôle, s’est ren­du dans les monts du Sinjar afin de suivre les com­bat­tants kurdes, à la fin de l’année 2014, dans leur lutte achar­née contre Daech. Il en a tiré un repor­tage fil­mé : Encerclés par l’État isla­mique. Entretien.


muntz1Comment est-venue l’idée de ce film ?

C’est avant tout un sujet d’actualité. Au mois d’août 2014, lorsque Daech a enva­hi le Sinjar, un pont aérien s’est orga­ni­sé pour ravi­tailler les réfu­giés. Plusieurs équipes de télé­vi­sion ont embar­qué dans les héli­co­ptères. Aucune d’elles n’est des­cen­due des appa­reils. Je me suis dit qu’il fal­lait abso­lu­ment que je puisse mon­ter dans l’un d’eux, et abso­lu­ment que je puisse en des­cendre… Il m’a fal­lu quelques mois avant d’y par­ve­nir.

Le risque d’une balle plus ou moins per­due ou celui d’être fait pri­son­nier, est-ce para­ly­sant lorsque l’on tient une camé­ra ?

La peur doit tou­jours res­ter pré­sente. C’est votre der­nier gilet pare-balles. C’est une peur qui vous rend plus inci­sif ; elle vous accom­pagne, mais doit res­ter dis­crète. Quand on film, on regarde la réa­li­té à tra­vers le prisme de son écran LCD ; une dis­tance s’installe avec le sujet et son envi­ron­ne­ment. C’est un des dan­gers de tour­ner sur une ligne de front. Il ne faut jamais oublier que la vie, comme la mort, se déroule sur­tout en dehors du cadre.

Et logis­ti­que­ment, cela se passe com­ment ?

« La peur doit tou­jours res­ter pré­sente. C’est votre der­nier gilet pare-balles. »

L’accès à l’électricité était indis­pen­sable pour rechar­ger les bat­te­ries de ma camé­ra, mon ordi­na­teur et mon télé­phone satel­lite. Les com­bat­tants dis­po­saient de groupes élec­tro­gènes qui ne fonc­tion­naient que quelques heures par jour. Durant ces moments, l’accès aux rares prises élec­triques était très convoi­té. En pre­mières lignes, rien de tout cela. Je devais me bran­cher à l’aide d’un trans­for­ma­teur ou direc­te­ment sur les bat­te­ries des véhi­cules, quand je le pou­vais — ces véhi­cules étaient constam­ment sol­li­ci­tés pour le trans­port d’hommes, d’armement et de muni­tions.

Vous don­nez à voir la déter­mi­na­tion des combattant.e.s kurdes. « Ce sera la vic­toire ou la vic­toire », dit l’un d’eux. Les pen­siez-vous pos­sibles, les vic­toires kurdes au Sinjar et à Kobané ?

Il existe tou­jours un faux sen­ti­ment de sécu­ri­té, par rap­port aux causes qu’on sou­tient ou qu’on sou­haite voir triom­pher. À Kobané, les lignes de défense, après avoir tenues des semaines, se sont effon­drées en quelques heures. À peine arri­vés dans la ville, après avoir tra­ver­sé clan­des­ti­ne­ment la fron­tière et les lignes de Daech, les YPG [Unités de pro­tec­tion du peuple] m’ordonnaient d’évacuer la ville le jour même. Dans la nuit du 4 ou 5 octobre, les pre­miers élé­ments de recon­nais­sance de Daech étaient déjà ren­trés dans la ville. À la porte de Mursipinar, au centre-nord de la ville, le vent por­tait aux narines l’odeur de poudre des com­bats qui se dérou­laient à quelques rues seule­ment. Les mines fer­mées des res­pon­sables poli­tiques kurdes, contraints eux aus­si d’évacuer, en disaient long sur leur déses­poir – sans qu’aucun d’entre eux ne l’admettent ouver­te­ment. Quand je me suis livré à la police turque, je pen­sais que la ville ne tien­drait que quelques jours. L’intensification des bom­bar­de­ments de la coa­li­tion a réel­le­ment sau­vé Kobané. La dyna­mique de vic­toire et de recon­quête s’est ins­tal­lée à ce moment.

muntz3

Sur le Sinjar, la situa­tion deve­nait extrê­me­ment périlleuse, aus­si. L’hiver appro­chait et les réfu­giés coin­cés sur la mon­tagne man­quaient de tout. Daech savait que la contre-offen­sive kurde était immi­nente. Les isla­mistes ten­taient presque quo­ti­dien­ne­ment de bri­ser les lignes des assié­gés pour péné­trer la mon­tagne. Quand le 16 décembre, l’armée ira­kienne a annon­cé que plus aucun héli­co­ptère ne se ren­drait sur le Sinjar, les pre­miers pré­pa­ra­tifs de l’assaut final se met­taient déjà en place. Sans héli­co­ptère pour éva­cuer, la situa­tion deve­nait très dan­ge­reuse : si les Kurdes échouaient, le seul moyen d’échapper à Daech aurait alors été de se fau­fi­ler à tra­vers leurs lignes. Une situa­tion qui était pour­tant beau­coup moins dan­ge­reuse pour moi, bien équi­pé et bien entraî­né, que pour les mil­liers d’enfants affa­més et fri­go­ri­fiés pié­gés sur la mon­tagne.

D’aucuns reprochent que l’on résume la situa­tion à : « gen­tils Kurdes » face à de « méchants isla­mistes »…

« Les Kurdes, qui sont en majo­ri­té musul­mans, ne recon­naissent pas à Daech cette prise d’otage du Coran. »

Je dirais plu­tôt que les Kurdes se pré­sentent aujourd’hui comme le prin­ci­pal rem­part à un obs­cu­ran­tisme bar­bare et ana­chro­nique.

Comment com­pre­nez-vous la capa­ci­té de séduc­tion de Daech, en dépit du nombre de musul­mans qu’ils tuent ?

L’intérêt que peut repré­sen­ter Daech aux yeux de per­sonnes un peu fra­giles, ou en quête d’identité, c’est le ral­lie­ment autour d’une cause sacrée afin de lut­ter contre l’oppression des musul­mans. Pour cer­tains jeunes, c’est une forme de nou­velle guerre d’Espagne. C’est un res­sort de recru­te­ment effi­cace dans les rangs isla­mistes. Les Kurdes, qui sont en majo­ri­té musul­mans, ne recon­naissent pas à Daech cette prise d’otage du Coran. Les uns comme les autres s’accusent de ne pas être musul­mans… Le dan­ger évident, pour la région, c’est le repli com­mu­nau­taire qui est en train de s’opérer actuel­le­ment. Il n’est pas rare d’entendre, dans cer­taines zones de peu­ple­ment qui étaient mixtes avant l’arrivée de Daech, des « Pas d’Arabes, pas de pro­blèmes », voire même des « Pas d’Islam, pas de pro­blèmes ».

Et avez-vous ren­con­tré des Français, dans les rangs kurdes ?

Non. Il en existe un, aujourd’hui, dans les rangs des YPG. Il se bat en Syrie et ne sou­haite pas être iden­ti­fié pour le moment. Je n’ai donc pas le droit d’en par­ler.

muntz2

Le PKK est tou­jours consi­dé­ré comme un mou­ve­ment ter­ro­riste. Ça vous fait réagir ?

Je répon­drais par une phrase qui n’est pas très dif­fi­cile à déco­der : la coa­li­tion inter­na­tio­nale n’a aucun contact offi­ciel avec le PKK… Le PKK est enga­gé depuis 2013 dans un pro­ces­sus de paix avec la Turquie. Aujourd’hui, les accro­chages entre le PKK et l’armée turque sont très limi­tés. Nous ne sommes plus dans le même type d’affrontement et il est de toute évi­dence mal­hon­nête, à l’heure qu’il est, de conti­nuer de le qua­li­fier d’organisation ter­ro­riste.

Après Kobané, les Kurdes veulent reprendre Mossoul. Quelles cartes ont-ils en main ?

La reprise de la ville est une prio­ri­té pour le gou­ver­ne­ment ira­kien. Elle l’est d’ailleurs moins pour les Kurdes, même s’ils par­ti­ci­pe­ront à la bataille de Mossoul aux côtés de l’armée Irakienne. Le calen­drier de l’offensive ne cesse, pour l’instant, d’être repous­sé.


Toutes les images sont © Xavier Muntz 

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.