Assad — étatiser la terreur


Texte inédit pour le site de Ballast

Voilà bien­tôt six ans qu’une guerre meur­trit la Syrie — oppo­sant le gou­ver­ne­ment (son armée comme ses milices et ses alliés russes et liba­nais), les forces d’opposition (de l’Armée syrienne libre aux divers fronts isla­mistes), les com­bat­tants kurdes et les par­ti­sans de Daech. Guerre d’armes, d’information et d’image, comme de juste. Les grandes puis­sances avancent leurs pions, appuient et financent les uns et les autres au gré des champs de bataille, des bom­bar­de­ments et des exils de popu­la­tions civiles. La féro­ci­té de cer­taines fac­tions « rebelles » pousse d’aucuns à oublier ce que fut l’État Assad père et fils : « un régime hor­ri­ble­ment violent », pour reprendre les mots de l’essayiste liber­taire Noam Chomsky. L’auteure de cet article — fille d’un Syrien exi­lé dans les années 1980 — se pro­pose d’éclairer la nature his­to­rique du régime des Assad. ☰ Par Sarah Kilani


Le 9 novembre 2012, dans une inter­view dif­fu­sée sur la chaîne Russia Today, Bachar el-Assad s’est posé, à l’instar de cha­cune de ses inter­ven­tions sus­cep­tibles d’être visua­li­sées par le monde occi­den­tal, comme le « der­nier bas­tion de la laï­ci­té » dans son pays1Entretien avec Bachar Al-Assad, Russia Today, 9 novembre 2012.. La des­crip­tion de ce que les connais­seurs de la Syrie appellent le « sys­tème el-Assad » per­met de com­prendre en quoi ce dis­cours s’insère dans le cadre d’une mani­pu­la­tion de la laï­ci­té que la famille Assad a tou­jours uti­li­sée, tant pour sa poli­tique interne que pour façon­ner l’opinion occi­den­tale — tout en ayant tou­jours divi­sé la popu­la­tion à la fois sur les plans eth­nique et confes­sion­nel.

Une recomposition idéologique foisonnante

Du XVIe au début du XXe siècle, la Syrie est otto­mane. Le ter­ri­toire du pays que les Arabes sur­nom­maient alors « Bilad al-Cham » (« le pays de Damas ») englobe la Syrie actuelle, le Liban, la Jordanie et la Palestine. Refuge his­to­rique de nom­breuses mino­ri­tés, il a notam­ment accueilli les Ismaélites répri­més à Bagdad au IXe siècle, les Druzes échap­pant à la per­sé­cu­tion égyp­tienne au XIe siècle et les Alaouites — ces trois com­mu­nau­tés pra­ti­quant un islam hété­ro­doxe. De 1839 à 1876, l’Empire otto­man vit une ère de réformes, les Tanzimat (« réor­ga­ni­sa­tion », en turc otto­man), qui mènent à l’écriture d’une consti­tu­tion — recon­nais­sant la liber­té reli­gieuse et des droits civiques à tous, créant des tri­bu­naux sécu­liers visant à limi­ter le pou­voir des tri­bu­naux reli­gieux — ins­pi­rée des consti­tu­tions fran­çaise et belge2Zakaria Taha, Syrie, De Boeck Supérieur, coll. « Monde arabe/Monde musul­man », 2016.. L’influence des idées natio­na­listes pro­ve­nant d’Europe à la fin du XIXe siècle et l’autoritarisme otto­man font émer­ger, chez les héri­tiers intel­lec­tuels égyp­tiens et syriens du mou­ve­ment des Tanzimat, une réin­ven­tion iden­ti­taire, la Nahda (« renais­sance arabe »). Celle-ci se déve­loppe selon trois prin­cipes qui vont poser les bases des cou­rants de la pen­sée arabe moderne : une réforme moder­niste reli­gieuse avec la mise en place d’une légis­la­tion laïque (ijti­had), l’unité poli­tique et reli­gieuse de l’oum­ma (taw­hid) et la consul­ta­tion du peuple (chou­ra)3Anne-Laure Dupont, « Nahda, la renais­sance arabe »Le Monde diplo­ma­tique, août 2009.. Le démem­bre­ment de l’Empire otto­man par les Anglais et les Français lors des accords de Sykes-Picot, en 1916, enterre le pro­jet de royaume arabe uni­fié pro­mis par les puis­sances euro­péennes au ché­rif de la Mecque Hussein ben Ali en contre­par­tie de son sou­lè­ve­ment contre les Ottomans4Zakaria Taha, Syrieop. cit. — enter­re­ment qui nour­rit les vel­léi­tés natio­na­listes.

La France, à qui la Société des Nations a déli­vré un man­dat sur la Syrie et le Liban en 1920, mène une poli­tique visant à défendre les par­ti­cu­la­rismes com­mu­nau­taires, notam­ment ceux des mino­ri­tés, afin d’éviter un ral­lie­ment aux idées natio­na­listes laïques, et divise le pays en quatre États communautaires5Gérard D. Khoury, Une tutelle colo­niale, le man­dat fran­çais en Syrie et au Liban : écrits poli­tiques de Robert de Caix, Belin, 2006.. C’est dans ce contexte que le bouillon­ne­ment intel­lec­tuel au Moyen-Orient conduit dans l’entre-deux-guerres à l’émergence ou la dif­fu­sion de trois cou­rants de pen­sées iden­ti­taires théo­ri­sant des modèles oppo­sés. Le Parti natio­na­liste syrien — créé en 1932 — défend l’idée d’une grande Nation syrienne laïque dont les fon­de­ments seraient anté­rieurs à l’islam et au chris­tia­nisme et réclame l’union du Bilad al-Cham6« La poli­tique radi­cale et le Parti social natio­na­liste syrien (PSNS) », tra­duc­tion en fran­çais de « Radical Politics and the Syrian Social Nationalist Party », International Journal of Middle East Studies, 1988. Le rejet de l’arabisme par les par­ti­sans de ce natio­na­lisme syrien rend cette pro­po­si­tion peu popu­laire. Le pro­jet poli­tique repo­sant sur l’existence d’une com­mu­nau­té musul­mane trans­cen­dant les fron­tières, le pan­is­la­misme, théo­ri­sé au XIXe siècle, est défen­du par le mou­ve­ment des Frères musul­mans syriens7Olivier Carré et Michel Seurat, Les Frères musul­mans (1928–1982), L’Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 2001.. C’est cepen­dant le pan­ara­bisme, doc­trine fon­dée par le ché­rif Hussein ben Ali, dont les racines idéo­lo­giques s’inscrivent dans le cou­rant de la Nahda, qui s’imposera sur les deux autres. Ce cou­rant pose l’idée d’une iden­ti­té arabe (ara­bisme ou ara­bi­té), pré-exis­tante à l’islam, dépas­sant les appar­te­nances reli­gieuses et fon­dée sur la langue et l’histoire8Zakaria Taha, Syrieop. cit..

Hussein ben Ali (DR)

C’est le par­ti Baath, créé en 1947 — ayant pour but l’unification des dif­fé­rents États arabes en une seule et grande nation laïque —, qui consti­tue­ra l’incarnation poli­tique du pan­ara­bisme ; ini­tia­le­ment dit « libé­ral », en 1953, ce par­ti fusionne avec le Parti socia­liste arabe d’Akram Hourani, don­nant nais­sance au par­ti Baath arabe socia­liste. Michel Aflaq, l’un des deux fon­da­teurs et prin­ci­pal théo­ri­cien du par­ti Baath, défend le pro­jet d’une nation socia­liste non-mar­xiste. Les socia­listes arabes rejettent les idées mar­xistes maté­ria­listes, inter­na­tio­na­listes et athées, qu’ils jugent non-adap­tées à la conjonc­ture arabe9Pierre Guingamp, Hafez el Assad et le par­ti Baath en Syrie, Éditions L’Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 1996.. En effet, le socia­lisme arabe se déve­loppe lar­ge­ment en réac­tion à l’impérialisme et à la colo­ni­sa­tion occi­den­tales. Pour Zaki al Arzouzi, phi­lo­sophe syrien, mili­tant et acti­viste contre l’occupation fran­çaise et impor­tant théo­ri­cien du natio­na­lisme arabe, le peuple doit plei­ne­ment par­ti­ci­per à la vie poli­tique et par­ti­ci­per à la marche de l’État par des assem­blées locales, natio­nales et par la liber­té de la presse10Olivier Carré, Le Nationalisme arabe, Payot, 2004..

Dégénérescence du panarabisme et prise du pouvoir

« Le contrôle total de cet appa­reil sécu­ri­taire se double évi­dem­ment d’une main­mise sur l’intégralité des richesses du pays. Hafez el-Assad se com­porte désor­mais en pro­prié­taire de la Syrie. »

En 1946, la Syrie devient une répu­blique indé­pen­dante ; mais s’ensuit une série de coups d’État qui mène­ront à la prise du pou­voir par le par­ti Baath en 1963. Débute alors une grande cam­pagne de natio­na­li­sa­tion, de redis­tri­bu­tion des terres et de limi­ta­tion de la pro­prié­té pri­vée. Cette poli­tique assure ini­tia­le­ment au Parti le sou­tien d’une par­tie de la classe moyenne, des pay­sans et des groupes socia­le­ment mar­gi­na­li­sés. Cependant, le par­ti Baath est le seul par­ti légal ; les élé­ments démo­cra­tiques sont rapi­de­ment écar­tés et les diver­gences idéo­lo­giques menant à des luttes inces­santes deviennent res­pon­sables de l’instabilité gou­ver­ne­men­tale. En 1966, les par­ti­sans du bloc sovié­tique au sein du Baath ren­versent les fon­da­teurs et prin­ci­paux diri­geants his­to­riques du Parti, Michel Aflaq et Salah Eddine Bitar, ins­tal­lant ain­si le pou­voir des mili­taires. Le Parti se divise alors en deux fac­tions, l’une don­nant prio­ri­té aux réformes néo-mar­xistes et l’autre davan­tage au natio­na­lisme, conduite par le géné­ral Hafez el-Assad11Pierre Guingamp, Hafez El Assad et le Parti Baath en Syrie, op. cit.. Le conflit deve­nant de plus en plus ouvert entre les deux branches du Parti, Hafez el-Assad prend le pou­voir par un coup d’État en 1970. Il envoie en pri­son le pré­sident Noureddine al-Atassi et le secré­taire géné­ral du par­ti Baath, Salah Jedid. Il purge le Parti lors de ce qu’il appel­le­ra « le mou­ve­ment rec­ti­fi­ca­tif » (ou « la révo­lu­tion cor­rec­trice »).

Le nou­veau pré­sident déclare l’état d’urgence, s’empare de tous les postes clés de l’appareil d’État, main­tient la poli­tique du par­ti unique, pro­meut un culte de sa per­son­na­li­té sous le slo­gan « Assad pour l’éternité »12Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, Actes Sud, coll. « Sindbad », 2016. et met en place un contrôle de l’ensemble de la vie poli­tique syrienne, repo­sant sur un impor­tant appa­reil sécu­ri­taire poli­cier et de ren­sei­gne­ment, posant ain­si toutes les bases du sys­tème que le socio­logue fran­çais Michel Seurat nom­me­ra « l’État de bar­ba­rie »13Michel Seurat, L’État de bar­ba­rie, Presses uni­ver­si­taires de France, 2012.. Son main­tien au pou­voir devient alors l’ultime prio­ri­té du chef de l’État. Il crée et ver­rouille des appa­reils de sécu­ri­té loyaux en les met­tant sous contrôle d’Alaouites membres de son clan et, dans la mesure du pos­sible, issus de sa propre famille14Sylvia Chiffoleau, « La Syrie au quo­ti­dien : cultures et pra­tiques du chan­ge­ment », Revue des mondes musul­mans et de la Méditerranée, no 115–116, 2006.. Rien d’étonnant à ce que la jeu­nesse d’une com­mu­nau­té mépri­sée et appau­vrie comme l’est la com­mu­nau­té alaouite se presse pour rejoindre les rangs des ser­vices de ren­sei­gne­ment et de l’armée — armée qu’Assad cou­vri­ra de pri­vi­lèges. Le recru­te­ment de ceux qui seront ses yeux, ses bras et ses oreilles se fera d’emblée sur une base confes­sion­nelle. Sont alors créées des milices, avec à leur tête des proches du chef de l’État : les Brigades de la Défense (sous le com­man­de­ment de son frère Rifaat), la Garde répu­bli­caine (vouée à la pro­tec­tion du pré­sident et diri­gée par le cou­sin de sa femme, Adnan Makhlouf), et les Forces spé­ciales syriennes (qui seront contrô­lées pen­dant vingt-six ans par son ami d’enfance Ali Haydar). Tous les appa­reils sécu­ri­taires dépendent direc­te­ment du pré­sident, qui s’accapare pro­gres­si­ve­ment l’ensemble des sphères de la socié­té. Le contrôle total de cet appa­reil sécu­ri­taire se double évi­dem­ment d’une main­mise sur l’intégralité des richesses du pays. Hafez el-Assad se com­porte désor­mais en pro­prié­taire de la Syrie et de son peuple, dont héri­te­ra son fils après sa mort ; il pri­va­tise le pays à son pro­fit, qui devient « la Syrie d’el-Assad »15Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienneop.cit.. 

Jimmy Carter et Hafez al-Assad (White House Staff Photographers, 1977)

Il dis­pose d’un pou­voir consi­dé­rable sur la socié­té et tous ses membres, sur les res­sources natio­nales et les rela­tions com­mer­ciales du pays, per­met­tant à cer­tains membres de sa famille de s’enrichir consi­dé­ra­ble­ment. À la manière d’une orga­ni­sa­tion mafieuse, Assad et les siens voient la Syrie comme un ter­ri­toire à piller. Pour exemple, Rifaat el-Assad, frère du pré­sident et com­man­dant de la plus puis­sante milice du régime, se consti­tue une immense for­tune via la rapine et diverses contre­bandes — notam­ment le tra­fic d’antiquités —, faci­li­tées par le port pri­vé dont il dis­pose. Il sera fina­le­ment écar­té, après avoir ten­té de ren­ver­ser son frère. Plus tard, le neveu de Hafez, Rami Makhlouf, dont la for­tune per­son­nelle est éva­luée en 2008 à 6 mil­liards de dol­lars, devient l’homme d’affaires le plus puis­sant du pays, son groupe en déte­nant 60 % de l’activité éco­no­mique16Lina Saigol, « Assad cou­sin accu­sed of favou­ring fami­ly »Financial Time, avril 2011.Pour Michel Seurat, l’État syrien « n’est pas le simple pro­lon­ge­ment super­struc­tu­rel d’une classe domi­nante au niveau des rap­ports de pro­duc­tion, mais joue au contraire un rôle déter­mi­nant dans le pro­cès de créa­tion de classes éco­no­mi­que­ment domi­nantes à par­tir de la nou­velle élite poli­tique diri­geante ». Cependant, cet État, tout en fai­sant et défai­sant des classes sociales, n’en crée pour­tant pas qui soient éco­no­mi­que­ment domi­nantes, puisque ces « nou­velles classes bour­geoises se déve­loppent non pas à par­tir de leur contrôle de l’appareil de pro­duc­tion, mais en tant que classes para­si­taires de la bour­geoi­sie bureau­cra­tique17Michel Seurat, « Les Populations, l’État et la socié­té » dans La Syrie d’aujourd’hui, André Raymond (direc­tion), CNRS Éditions, 1980. ».

« Ainsi le peuple se doit-il d’être uni der­rière un lea­der incar­nant la pure­té arabe et le rem­part contre les enne­mis exté­rieurs. »

Dans le but de mieux régner et d’assurer sa sur­vie, le régime, der­rière un ver­nis laïc, favo­rise, ins­tru­men­ta­lise et aggrave la com­mu­nau­ta­ri­sa­tion. Le régime se donne des appa­rences laïques et pré­tend que sa contes­ta­tion, a for­tio­ri son effon­dre­ment, mena­ce­rait les mino­ri­tés dont il serait le pro­tec­teur. Cette laï­ci­té de façade est sou­te­nue par le concept d’« ara­bi­té », iden­ti­té cen­sée trans­cen­der le peuple syrien, mais dont sont exclus les Kurdes. La fonc­tion du concept d’arabité est d’assurer une conti­nui­té poli­tique entre le Parti et le peuple — d’où la cen­sure offi­cielle de tout ce qui évoque les diver­si­tés reli­gieuses, confes­sion­nelles ou eth­niques. Toutes les déno­mi­na­tions sont ara­bi­sées et, comme il est indi­qué dans la charte du Baath : « Seront ban­nis toux ceux qui appellent à, ou rejoignent un regrou­pe­ment eth­nique et tous ceux qui ont migré vers la patrie arabe pour des motifs colo­niaux. » En dis­til­lant constam­ment la théo­rie du com­plot et en orga­ni­sant la méfiance géné­ra­li­sée, les Assad plongent la socié­té dans un cli­mat per­ma­nent de sus­pi­cion envers ceux qui seraient des agents infil­trés de l’extérieur. Cette ambiance est entre­te­nue par les ser­vices de ren­sei­gne­ment, le Moukhabarat, qui incitent à la dénon­cia­tion et se jus­ti­fient par la néces­si­té de pré­ser­ver le patrio­tisme arabe.

De là, la moindre cri­tique du pou­voir ou de ses exten­sions sera « inter­pré­tée » et jugée comme une tra­hi­son. Le contact avec les étran­gers est consi­dé­ré comme sus­pect et source de « pol­lu­tion cultu­relle ». L’un des piliers de cette logique orwel­lienne est évi­dem­ment l’état de guerre per­ma­nent entre­te­nu avec « l’ennemi sio­niste »18Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op.cit.. La construc­tion et l’expansion de l’État d’Israël, sou­te­nu par les Occidentaux quels que soient les crimes qu’il com­met, ont été consi­dé­ra­ble­ment ins­tru­men­ta­li­sés par le Parti pour nour­rir son dis­cours ; la cause pales­ti­nienne est constam­ment bran­die afin d’alimenter la para­noïa anti-occi­den­tale. Rappelons que le natio­na­lisme arabe tel que conçu, c’est-à-dire dévoyé, par le Baath s’est lar­ge­ment construit en réac­tion à l’impérialisme de l’Occident : favo­ri­sant l’isolement cultu­rel, il fait le lit des cou­rants idéo­lo­giques comme le sala­fisme, avec les­quels elle est d’ailleurs en concur­rence pour ce qui est de la pro­mo­tion de l’authenticité19Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.. Ainsi le peuple se doit-il d’être uni der­rière un lea­der incar­nant la pure­té arabe et le rem­part contre les enne­mis exté­rieurs — un dis­cours ren­for­cé lors de l’effondrement de l’URSS et de la démo­cra­ti­sa­tion de l’Europe de l’Est. 

Mars 2015 (LOUAI BESHARA / AFP)

Division de la société et instrumentalisation communautaire

En réa­li­té, le sys­tème divise les Syriens, les hié­rar­chise selon leur com­mu­nau­té et les humi­lie. Pour mieux régner, il monte les caté­go­ries de popu­la­tion les unes contre les autres en s’appuyant sur leurs par­ti­cu­la­ri­tés eth­niques ou confes­sionnelles. La pro­pa­gande du régime et la police secrète attisent les craintes : on assure aux Druzes qu’ils sont pro­té­gés des sunnites20Saado Rafeh, « Les Druzes dans la révo­lu­tion syrienne, entre peur et rôle his­to­rique »., on explique aux chré­tiens que seul le pou­voir alaouite est en mesure de les pré­mu­nir contre l’extrémisme musulman21Aram Kabaret, Treize ans dans les pri­sons syriennes, Actes Sud, 2013.. Dans La Question syrienne, Yassin al Haj Saleh rap­porte qu’en 1981 « des femmes para­chu­tistes rat­ta­chées aux Brigades de défense de Rifaat al-Assad ont agres­sé des femmes damas­cènes dans la rue et leur ont arra­ché leur voile ». Il pré­cise éga­le­ment que ce geste « fut una­ni­me­ment inter­pré­té comme une mani­fes­ta­tion de haine et de mépris pour le milieu social popu­laire auquel appar­te­naient les femmes voi­lées, jugé infé­rieur et arrié­ré ». N’étant pas arabes, les Kurdes sont dis­qua­li­fiés de fac­to par le pou­voir et deviennent qua­si­ment invi­sibles poli­ti­que­ment et socia­le­ment. La réforme agraire des années 1960 et 1970 ne s’est jamais appli­quée dans la région kurde, parce qu’elle aurait été défa­vo­rable aux pro­prié­taires arabes. Le droit de pro­prié­té kurde est donc res­treint.

« Les Kurdes sont dis­qua­li­fiés de fac­to par le pou­voir et deviennent qua­si­ment invi­sibles poli­ti­que­ment et socia­le­ment. »

Aujourd’hui, 250 000 Kurdes sont ain­si dépour­vus de natio­na­li­té en Syrie. Ils n’ont pas le droit d’enseigner leur langue et leurs cou­tumes à leurs enfants22Jordi Tejel Gorgas, « Les Kurdes de Syrie, de la dis­si­mu­la­tion à la visi­bi­li­té ?», Revue des mondes musul­mans et de la Méditerranée, nos 115–116, 112–133.. Le pays est mar­qué par une pro­fonde et constante dis­cri­mi­na­tion en faveur des Alaouites. En appa­rence, le régime main­tient un équi­libre confes­sion­nel dans l’attribution des postes offi­ciels ; mais si l’administration, l’armée et les ser­vices de sécu­ri­té comptent de nom­breux sun­nites (qui font sou­vent office de décor23Eberhard Kienle, « Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », Revue du monde musul­man et de la Méditerranée, nos 59–60, 211–239, 1991.), les postes clés sont réser­vés aux Alaouites, ain­si que tous les postes néces­sitant des hommes de confiance24Caroline Donati, The Economics of Authoritarian Upgrading in Syria : Liberalization and the Reconfiguration of Economic Networks.. Le pou­voir a lar­ge­ment su exploi­ter la frus­tra­tion des Alaouites, com­mu­nau­té dis­cri­mi­née jusqu’au man­dat fran­çais. Cette créa­tion d’un « eux » et d’un « nous » nour­rit les peurs inter­com­mu­nau­taires alors même que l’histoire contem­po­raine de la Syrie dément toute hypo­thèse de mas­sacres d’ordre confes­sion­nel ou eth­nique. Cependant, au sein même de la com­mu­nau­té alaouite, toute expres­sion poli­tique dis­cor­dante est dure­ment répri­mée et les élé­ments hos­tiles au régime sont éliminés25Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.. En effet, un mono­pole sur le pou­voir d’Alaouites ne signi­fie pas le mono­pole des Alaouites. Distinction de taille, qui explique que nombre d’entre eux rejoin­dront les rangs de la contes­ta­tion en 2011. Et, comme le sou­ligne Eberhard Kienle, direc­teur de l’Institut fran­çais du Proche-Orient, « pour le régime, ce sont évi­dem­ment les oppo­sants alaouites qui sont les plus dan­ge­reux, parce que ce sont eux qui sabordent la trans­for­ma­tion ou la péren­ni­sa­tion de l’ensemble des Alaouites en gla­cis de pro­tec­tion du régime26Eberhard Kienle,«Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », op. cit. ».

Cette poli­tique de divi­sion com­mu­nau­taire de la socié­té, si elle émane du pou­voir, ne manque pas de pro­duire des effets tan­gibles au sein de la popu­la­tion. Le règne constant de la peur et de la méfiance, l’omniprésence fan­to­ma­tique des mou­chards du régime amènent cha­cun à se replier sur son cercle de confiance. Ce der­nier est extrê­me­ment réduit et se can­tonne en pre­mier lieu à celui de la famille, puis s’élargit à la com­mu­nau­té eth­nique ou confes­sion­nelle. Pour reprendre les termes du phi­lo­sophe du Moyen Âge Ibn Khaldun, l’asa­byya – qu’il défi­nit comme la « cohé­sion sociale » ou l’« esprit de corps » dans une socié­té arabe — de la Syrie contem­po­raine se consti­tue d’abord à par­tir de liens fami­liaux, tri­baux, reli­gieux, ou basés sur un vécu par­ta­gé, mais aus­si en par­tie selon d’autres cri­tères comme l’origine rurale et l’appartenance aux forces armées ou au par­ti Baath27Ibid..

(DR)

Le peuple syrien se trouve dans une situa­tion de crise de confiance géné­ra­li­sée depuis des décen­nies et ne sau­rait en rien s’unifier sous la ban­nière natio­nale arabe bran­die par Assad. Le main­tien au pou­voir de la famille Assad est assu­ré par la péren­ni­sa­tion, au fil des géné­ra­tions, de la divi­sion com­mu­nau­taire qu’elle entre­tient et par l’instrumentalisation de ce clivage28Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay, Syrie, ana­to­mie d’une guerre civile, CNRS Éditions, 2016.. Toute ten­ta­tive de dénon­cia­tion d’une pra­tique com­mu­nau­ta­riste pro­ve­nant du régime est qua­li­fiée « d’incitation à la dis­corde com­mu­nau­taire29Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit. ». Dans ce contexte, l’idée d’appartenance à un peuple ou celle d’une citoyen­ne­té syrienne est abs­traite pour la majo­ri­té des Syriens, qui se défi­nissent sou­vent plus volon­tiers comme kurdes, sun­nites, armé­niens ou druzes, même si l’expression de cette appar­te­nance com­mu­nau­taire est offi­ciel­le­ment cen­su­rée. Le com­mu­nau­ta­risme est « une stra­té­gie poli­tique, un ins­tru­ment de gou­ver­ne­ment, et non le pro­lon­ge­ment d’un pas­sé qui ne veut pas mou­rir. S’il en est ain­si, c’est que ce pas­sé est revi­vi­fié par les poli­tiques, les agen­ce­ments et les rap­ports de pou­voir au pré­sent. Son legs ne sur­vit que parce qu’il s’articule à des situa­tions pré­sentes30Ibid. ». On ne nie­ra pas que les rela­tions inter­com­mu­nau­taires n’étaient pas par­faites avant l’arrivée au pou­voir de Hafez el-Assad — les chefs reli­gieux sun­nites étant alors majo­ri­tai­re­ment les maîtres du champ confes­sion­nel. Mais, jusqu’aux années 1970, la ten­dance en Syrie allait vers un élar­gis­se­ment pro­gres­sif du champ poli­tique au sein de la com­mu­nau­té natio­nale, une sécu­la­ri­sa­tion de la socié­té et un recul du com­mu­nau­ta­risme. C’est d’ailleurs cette dyna­mique qui a per­mis la mon­tée en puis­sance du pan­ara­bisme — donc l’arrivée au pou­voir du par­ti Baath.

« Obtenir n’importe quelle auto­ri­sa­tion offi­cielle, un pas­se­port ou un poste, implique de grais­ser la patte de celui qui dis­pose du pou­voir de les déli­vrer. »

Le clien­té­lisme, la dis­cri­mi­na­tion, les dénon­cia­tions, la vio­lence et la tor­ture sont autant de moyens pour le régime de divi­ser la popu­la­tion. Obtenir n’importe quelle auto­ri­sa­tion offi­cielle, un pas­se­port ou un poste, implique de grais­ser la patte de celui qui dis­pose du pou­voir de les déli­vrer. L’intercession d’un ami proche ou d’un parent tra­vaillant dans l’armée, membre du Parti ou en lien avec les auto­ri­tés reli­gieuses proches du pou­voir s’avère sou­vent néces­saire pour déblo­quer la moindre auto­ri­sa­tion. Au sein de ce réseau clien­té­liste, appa­raît alors la notion de « capi­tal social » où l’appartenance à la com­mu­nau­té alaouite, le fait d’avoir un proche membre du Parti ou proche du pou­voir se révèle un atout extrê­me­ment pré­cieux, plus que l’argent, pour pou­voir évo­luer dans la socié­té. À condi­tions éco­no­miques égales, être alaouite confère un capi­tal social supé­rieur à l’apparte­nance à la com­mu­nau­té sunnite31Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay, Syrie, ana­to­mie d’une guerre civile, op. cit.. Et, au sein de la com­mu­nau­té alaouite, avoir un lien de paren­té avec le pré­sident est un atout de taille. Les dif­fé­rents chefs reli­gieux de chaque confes­sion se doivent de sou­te­nir le pou­voir en place afin d’avoir l’oreille des puis­sants et d’être ain­si à même d’interférer en faveur de leur com­mu­nau­té si néces­saire. Afin d’élargir sa base com­mu­nau­taire et se donner une légi­ti­mi­té sur le plan inter­na­tio­nal, le régime a tou­jours cher­ché l’adhésion des chré­tiens, dont les repré­sen­tants dis­posent d’une influence auprès du pou­voir. Les « inter­ces­seurs » kurdes et sun­nites sont cepen­dant moins influents que leurs homo­logues chré­tiens et alaouites, et leur moindre repré­sen­ta­tion — dans un pays en très grande majo­ri­té sun­nite — est symp­to­ma­tique de la hié­rar­chie sociale et confes­sion­nelle en vigueur dans la Syrie d’el-Assad. Être à la fois issu d’une com­mu­nau­té à faible capi­tal social et d’un milieu pauvre réunit toutes les condi­tions de l’exclusion et de l’invisibilité. Selon Yassin al-Haj Saleh, la socié­té de l’État de Assad « n’est pas pour autant une repro­duc­tion de la socié­té tra­di­tion­nelle avec ses vil­lages, ses quar­tiers, tri­bus cloi­son­nés, entre­te­nant avec l’État un rap­port d’extériorité. Ses uni­tés sont sépa­rées les unes des autres mais ne béné­fi­cient d’aucune auto­no­mie par rap­port à l’État. La pra­tique du pis­ton ren­force l’isolement de cha­cune d’elles, l’incite à tour­ner le dos à sa voi­sine ».

Au moyen de la mise en place par le pou­voir de nom­breuses mos­quées, Assad contri­bue à l’islamisation de la socié­té et pro­meut un islam offi­ciel sou­fi, dépo­li­ti­sé, ne remet­tant pas en cause sa propre légi­ti­mi­té. Dans une socié­té où il dis­pose de peu de légi­ti­mi­té sur le plan reli­gieux, il intro­duit des réfé­rences à l’islam dans ses dis­cours offi­ciels, encou­rage l’enseignement isla­mique en créant des ins­ti­tuts d’enseignement religieux32Zakaria Taha, Syrieop. cit. et par­ti­cipe aux célé­bra­tions reli­gieuses aux côtés des digni­taires sun­nites. Il aide à répandre la pra­tique du rama­dan au sein de sa com­mu­nau­té alors que ce n’est pas une pra­tique alaouite — ten­ta­tive pour se faire recon­naître comme musul­man tant par les chiites que par les sun­nites. En 1973, sous la pres­sion du pré­sident, l’imam chiite liba­nais Mouss al-Sadr déclare que les Alaouites sont chiites33Martin Kramer, « Sh’ism, resis­tance and revo­lu­tion », Westview press, 1987.. Le régime ins­taure ain­si un islam vali­dé, repré­sen­té par des digni­taires conser­va­teurs qui s’alignent sur le dis­cours offi­ciel et œuvrent à la pro­mo­tion du pré­sident, condam­nant les contes­ta­tions contre le régime et prê­chant acti­ve­ment en sa faveur en cas de crise de légi­ti­mi­té. Ainsi l’islam offi­ciel est lui aus­si ins­tru­men­ta­li­sé pour le main­tien du pou­voir des Assad — situa­tion évi­dem­ment para­doxale pour celui qui se pré­sente comme le pro­tec­teur des chré­tiens contre la menace sun­nite. Le régime ne sau­rait alors en aucun cas être laïc comme il le pré­tend : il s’inscrit davan­tage dans une tra­di­tion gal­li­cane où la reli­gion est encou­ra­gée, sous le contrôle de l’État, et ins­tru­men­ta­li­sée dans le but de confor­ter son assise34Jean Baubérot, Les 7 laï­ci­tés fran­çaises, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « inter­ven­tions », 2015.. Il crée et entre­tient les causes des effets qu’il pré­tend com­battre.

Père et fils el-Assad (DR)

Par ailleurs, le rap­port consti­tu­tion­nel à la laï­ci­té est ambi­gu. En effet, il est ins­crit dans la Constitution du pays que le pré­sident se doit d’être musul­man, même si l’islam n’est pas reli­gion d’État, et que la cha­ria (le droit musul­man) doit être la source du droit35Constitution syrienne de 1973, article 3.. La Constitution recon­naît la liber­té de culte mais les Témoins de Jéhovah n’en dis­posent pas36« Syria – International Religious Freedom Report for 2007 », U.S. Department of State, Bureau of Democracy, Human Rights and Labor., et l’appartenance au mou­ve­ment des Frères musul­mans, prin­ci­pal groupe d’opposition au régime de Hafez el-Assad, signi­fie la peine de mort. Il est impor­tant de rap­pe­ler qu’on dis­tingue au sein du cou­rant sala­fiste trois cou­rants de pen­sée, dont l’un dit « quié­tiste », qui refuse toute impli­ca­tion dans la vie civique ou poli­tique. Les mou­ve­ments proches du sala­fisme poli­tique menacent le pou­voir en allant contre les efforts du régime pour pro­mou­voir un islam dépo­li­ti­sé : les Frères musul­mans en font par­tie, qui seront vic­times d’une répres­sion san­glante. En effet, dans les années 1970, des contes­ta­tions voient le jour à tra­vers l’action des Frères dans diverses émeutes, atten­tats et insur­rec­tions. Le mou­ve­ment, orga­ni­sé, appa­raît alors pro­gres­si­ve­ment comme la seule for­ma­tion capable d’opposer une résis­tance au mono­pole du Baath dans la vie poli­tique syrienne. En 1979, à la suite d’attentats com­mis contre les ins­tal­la­tions du régime — bâti­ments offi­ciels, aéro­ports mili­taires — des émeutes éclatent à Alep, ville tra­di­tion­nel­le­ment hos­tile au pou­voir cen­tral de Damas. Les auto­ri­tés pro­cèdent à l’arrestation de plu­sieurs mil­liers de per­sonnes dont les liens avec les Frères musul­mans ne sont pas tou­jours avé­rés.

« Les auto­ri­tés pro­cèdent à l’arrestation de plu­sieurs mil­liers de per­sonnes dont les liens avec les Frères musul­mans ne sont pas tou­jours avé­rés. »

Le 26 juin 1980, alors qu’il reçoit le pré­sident du Mali, Hafez el-Assad échappe à un atten­tat pro­vo­qué par un membre de la garde pré­si­den­tielle. En repré­sailles, les Brigades de défense exé­cutent entre 500 et 1 000 déte­nus de la pri­son de Palmyre, invo­quant leur appar­te­nance sus­pec­tée à l’organisation des Frères musul­mans, et la pré­si­dence fait adop­ter par le Parlement la loi 49 qui punit de mort l’appartenance à l’organisation isla­miste. Toutefois, un an et demi plus tard, dans la nuit du 2 au 3 février 1982, un groupe de 150 à 200 hommes armés se dis­perse dans Hama sous le com­man­de­ment du chef local de l’organisation sun­nite. Les ordres sont d’assaillir les prin­ci­paux res­pon­sables poli­tiques affi­liés au pou­voir : cadres du par­ti Baath, hauts fonc­tion­naires et chefs mili­taires. Au total, 90 per­sonnes sont tuées. L’état-major des Frères musul­mans déclare dans un com­mu­ni­qué que Hama est consi­dé­rée comme une « ville libé­rée » et exhorte la popu­la­tion à se soulever37Quiades Ismael, « Le mas­sacre de Hama – février 1982″, Violence de masse et Résistance – Réseau de recherche, 2009.. Les forces armées syriennes répliquent en assié­geant la ville vingt-sept jours durant. Le régime réprime le sou­lè­ve­ment et envoie héli­co­ptères, chars et mor­tiers. Les com­bats sont par­ti­cu­liè­re­ment vio­lents. Ceux qui seront fait pri­son­niers seront sou­mis à la tor­ture. Le nombre de vic­times est assez dis­cu­té mais esti­mé à 20 000 à 30 000 morts38« Syria : An Amnesty International Briefing », Amnesty International, 1983.. Le mas­sacre de Hama met fin à l’action des Frères musul­mans. Pour saper défi­ni­ti­ve­ment leur pou­voir, Assad per­met à cer­tains chei­khs wah­ha­bites d’ouvrir des écoles reli­gieuses, en accord avec l’Arabie saou­dite, tant que celle-ci n’apporte pas son sou­tien aux Frères musulmans39Yusef Khalil et Yasser Munif, « Syria and the left », Jacobinmag, jan­vier 2017..

Un simulacre d’opposition politique

L’une des par­ti­cu­la­ri­tés du régime syrien est l’importance de son réseau de ser­vices de ren­sei­gne­ment et de polices secrètes, qui pénètrent pro­fon­dé­ment la socié­té. Ce réseau est com­po­sé de plu­sieurs ser­vices rela­ti­ve­ment indé­pen­dants les uns des autres, voire en concur­rence, ce qui a l’avantage d’instaurer une méfiance entre eux et donc de les inci­ter à se sur­veiller mutuel­le­ment afin de débus­quer d’éventuelles vel­léi­tés sub­ver­sives tout en sur­en­ché­ris­sant dans les démons­tra­tions de fidé­li­té envers le régime. Pour for­mer ses ser­vices secrets, Hafez el-Assad va jusqu’à recru­ter Aloïs Brunner, le nazi et ancien res­pon­sable du camps de Drancy, jugé res­pon­sable de l’assassinat de 130 000 Juifs pen­dant la Seconde Guerre mondiale40Hedi Aouidj et Mathieu Palain, « Le Nazi de Damas », revue21.fr,‎ 2017.. Le contrôle de toutes les acti­vi­tés de la socié­té est extrê­me­ment déve­lop­pé, ren­dant toute ten­ta­tive d’opposition vaine. Les mou­kha­ba­rat sont ren­sei­gnés par des mou­chards recru­tés dans les uni­ver­si­tés, les écoles, les admi­nis­tra­tions, les ter­rasses de cafés. La poli­tique est un tabou abso­lu dans la socié­té syrienne et, même chez eux, de nom­breux Syriens n’en parlent qu’après avoir mis en marche la télé­vi­sion ou la radio41Eberhard Kienle, « Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », op. cit.. Comme l’écrit Michel Seurat, « Au terme d’un long pro­ces­sus de mise au pas de la socié­té civile par l’État, cette effer­ves­cence poli­tique qu’a connue la Syrie dans les années 1950 a fait place à une léthar­gie des masses popu­laires, les­quelles ne sont plus que l’instrument de l’État qui les fait par­ler quand bon lui semble… » Après l’écrasement de l’opposition, laïque d’abord, en 1980, puis celui de l’opposition isla­mique, en par­ti­cu­lier lors de la bataille pour Hama en 1982, il s’agit « d’éradiquer le sys­tème poli­tique » et de créer la « déser­ti­fi­ca­tion de l’espace poli­tique »42« Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », Eberhard Kienle, op. cit..

(Novembre 2014, Paris Match)

Dans ce contexte, les par­tis poli­tiques ne peuvent pré­tendre à un quel­conque pou­voir. Le par­ti Baath, omni­pré­sent et orga­ni­sa­tion diri­geante selon la Constitution, est avant tout un ins­tru­ment aux mains de l’équipe d’Hafez el-Assad. Les réfé­rences idéo­logiques au natio­na­lisme arabe du Baath sont pré­sentes dans le dis­cours offi­ciel du régime, mais c’est le pré­sident qui oriente idéo­lo­gi­que­ment la poli­tique du pays. Progressivement, le rôle du Baath devient non plus celui d’un pro­duc­teur d’idéologie poli­tique, mais celui d’un appa­reil de sur­veillance et de contrôle de la popu­la­tion. Dans le but de don­ner l’image d’un régime plu­ra­liste et de confé­rer à ce der­nier une cer­taine légi­ti­mi­té démo­cra­tique, Hafez el-Assad crée en 1972 le Front natio­nal pro­gres­siste, ras­sem­ble­ment de par­tis poli­tiques de gauche. Le FNP com­prend aujourd’hui une dizaine de for­ma­tions poli­tiques, toutes auto­ri­sées, sous contrôle du Baath et vali­dées par le pou­voir. Ces par­tis, faute de pou­voir pré­tendre à repré­sen­ter toute oppo­si­tion réelle, sont contraints de s’aligner sur la poli­tique du régime. À l’instar de cer­tains intel­lec­tuels d’opposition auto­ri­sés, comme le rap­pelle Yassin al-Haj Saleh43Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit., ils sont ce que Lenine appe­lait une oppo­si­tion « de sa Majesté », et non une oppo­si­tion « à sa Majesté »44Lénine, « Stolypine et la révo­lu­tion », Oeuvres, 18 octobre 1911., et ne servent qu’à poser qu’un sem­blant de ver­nis démo­cra­tique.

« Ce mani­feste invite le gou­ver­ne­ment à une réforme démo­cra­tique majeure sans appe­ler à son ren­ver­se­ment. »

En 2000, dans son dis­cours d’investiture, le fils de Hafez, Bachar el-Assadpro­met une ouver­ture poli­tique et de lutter contre la cor­rup­tion. Les espoirs sou­le­vés par cette pro­messe conduisent à une période, le « Printemps de Damas », d’effective ouver­ture en terme de liber­té d’expression — notam­ment dans le champ des idées poli­tiques —, qui se mani­feste par la créa­tion de salons pri­vés où se tiennent des débats aux­quels par­ti­cipent notam­ment des intel­lec­tuels et des uni­ver­si­taires. Mais, pres­sen­tant le dan­ger, le régime fait fer­mer dès 2001 tous les forums et leurs membres sont arrê­tés45Zakaria Taha, Syrie, op. cit.. En 2005, une coa­li­tion d’intellectuels, de par­tis poli­tiques (notam­ment kurdes), de membres des Frères musul­mans et de dis­si­dents signent la « décla­ra­tion de Damas », texte qui, bien que correcte­ment relayé à l’étranger, ne mobi­lise guère dans ce contexte de fai­blesse de toute oppo­si­tion au régime. Ce mani­feste invite le gou­ver­ne­ment à une réforme démo­cra­tique majeure sans appe­ler à son ren­ver­se­ment. Malgré cela, Assad fait arrê­ter et empri­son­ner ses prin­ci­paux lea­ders et signa­taires. En dépit de l’image jeune et occi­den­ta­li­sée que cherche à se don­ner Bachar el-Assad, il n’en repro­duit pas moins les pra­tiques de son père, notam­ment les arres­ta­tions de ses oppo­sants et la tor­ture.

L’institutionnalisation de la terreur

Afin de se main­te­nir au pou­voir, le régime des Assad ne recule devant rien en termes d’atteintes aux liber­tés et de pra­tiques phy­siques et psy­cho­lo­giques de coer­ci­tion. Les mou­kha­ba­rat pro­cèdent conti­nuel­le­ment à des arres­ta­tions arbi­traires et la pra­tique de la tor­ture est géné­ra­li­sée. La peur fait par­tie inté­grante du sys­tème Assad. Une Alépine témoigne : « Notre uni­vers était confi­né, pas seule­ment notre uni­vers phy­sique, mais aus­si men­tal. La peur habi­tait tout au fond de mon cœur comme une plante véné­neuse. J’avais peur de pen­ser du mal du régime, ma rai­son me disait de l’éviter de crainte de réveiller cette plante, qu’elle se mette à gran­dir et devienne visible à tous46Bassma Kodmani, « La peur », La Revue des deux Mondes, sep­tembre 2016.» Humiliations, muti­la­tions et viols sont quo­ti­diens dans les pri­sons. Des mil­liers d’opposants poli­tiques, ou suspects de l’être, sont morts sous les coups et la tor­ture dans les ter­ribles pri­sons de Palmyre et de Saidnaya, véri­tables usines à fabri­quer de la ter­reur nationale47Amnesty International, « Halte à la tor­ture des déte­nus en Syrie », cam­pagne lan­cée en 2016.. Les enfants ne sont pas épar­gnés. Hamza al Khatlib, un enfant de Deraa de 13 ans ayant par­ti­ci­pé aux toutes pre­mières mani­fes­ta­tions de 2011 a ain­si été arrê­té et tor­tu­ré par les ser­vices de ren­sei­gne­ment. Son corps a été ren­du à ses parents cri­blé de balles, les rotules frac­tu­rées, la nuque bri­sée et le sexe cou­pé. C’est d’ailleurs la tor­ture — brû­lures, ongles arra­chés, coups — des enfants de Deraa suite à des graf­fi­tis anti-Assad qui aura été l’étincelle menant à la révolte popu­laire, et le visage de Hamza devien­dra le sym­bole de la lutte contre Assad sur les réseaux sociaux.

(DR)

Un rap­port d’Amnesty International rap­porte que dans les pri­sons, « les per­sonnes meurent de faim, n’ont pas accès aux soins les plus élé­men­taires et meurent de cou­pures infec­tées et d’ongles incar­nés. Nombreuses sont celles qui ont été frap­pées, vio­lées ou ont reçu des décharges élec­triques, entre autres sévices, sou­vent dans le but de leur extor­quer des aveux par la force ». Un autre rap­port pré­cise que dans la pri­son de Saidnaya, les déte­nus sont sou­mis à leur arri­vée à une « fête de bien­ve­nue » lors de laquelle ils sont sévè­re­ment bat­tus pen­dant des heures. Un ancien pri­son­nier rap­porte qu’un gar­dien a contraint deux hommes à se désha­biller avant d’ordonner à l’un d’entre eux de vio­ler l’autre, le mena­çant de mort s’il n’obtempérait pas. « Quand ils m’ont fait entrer dans la pri­son, j’ai sen­ti la tor­ture, raconte un avo­cat d’Alep qui a pas­sé plus de deux années à Saidnaya. C’est une odeur par­ti­cu­lière faite d’humidité, de sang et de sueur — l’odeur de la tor­ture. » Il raconte com­ment des gar­diens ont bat­tu à mort un entraî­neur de kung-fu après avoir décou­vert qu’il s’entraînait avec d’autres déte­nus dans sa cel­lule : « Ils ont immé­dia­te­ment roué de coups l’entraîneur et cinq autres déte­nus jusqu’à ce qu’ils meurent. Puis ils ont pas­sé à tabac les 14 autres. Ils sont tous morts dans la semaine. On voyait le sang cou­ler de leur cel­lule. »

« Prétendre que la famille Assad repré­sente un moindre mal face au com­mu­nau­ta­risme ou qu’elle est un rem­part laïc ne peut être plus erro­né. »

Dans les rues syriennes, l’humiliation par des membres du Parti, de l’armée ou un chab­bi­ha est aus­si cou­rante. Il serait incom­plet de ten­ter de dres­ser un por­trait de la Syrie d’el-Assad sans évo­quer le phé­no­mène des chab­bi­ha. Ce terme désigne des mili­ciens civils à la solde du régime. Il serait déri­vé du terme ashbah, signi­fiant « appa­ri­tion » ou « fan­tôme »48Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.. On ne sait si cette déno­mi­na­tion pro­vient du fait que les chab­bi­ha agissent dans l’ombre ou si cela fait réfé­rence aux Mercedes « fan­tôme » car dépour­vues de plaques d’immatriculation, dont les chab­bi­ha seraient friands, ces véhi­cules dis­po­sants d’un très large coffre. En effet, le phé­no­mène des chab­bi­ha appa­raît dans les années 1970 dans le contexte de la contre­bande qui se déve­loppe entre la Syrie et le Liban. Ils pra­tiquent le racket et sont impli­qués dans toutes sortes de tra­fics — notam­ment ceux pilo­tés par les proches de la famille Assad (dont Rifaat, le frère du pré­sident) qui s’enrichissent par la contre­bande grâce aux ports qu’ils pos­sèdent dans la région de Lattaquié. Les chab­bi­has sont carac­té­ri­sés par leur consan­gui­ni­té avec les diri­geants, une hos­ti­li­té à l’égard de la socié­té qui les incite à sévir avec une extrême vio­lence, leur allé­geance au pou­voir et l’intérêt finan­cier qui les guide. Issus d’un milieu social sou­vent pauvre et mar­gi­na­li­sés, ils jouissent de pri­vi­lèges finan­ciers et de la pos­si­bi­li­té d’exercer des vio­lences impu­né­ment dans la socié­té syrienne. En échange, ils font preuve d’une loyau­té sans faille à l’égard du pré­sident et ren­seignent les mou­kha­ba­rat. Il s’agit à cet égard d’un type de vio­lence orga­ni­sée et légale qui par­ti­cipe à la ter­ro­ri­sa­tion de la popu­la­tion. Ainsi que le rap­porte Yassin al Haj Saleh : « En finir avec les Chabbiha néces­site impé­ra­ti­ve­ment de venir à bout de ce régime infâme. C’est ce que résume par­fai­te­ment une ban­de­role por­tée par des mani­fes­tants de la com­mune de Talbisé, près de Homs, en août 2011 : « Nous vou­lons un état sécu­lier qui nous gou­verne, et pas un État de Chabbiha qui nous tue ». » Dans le contexte de la révolte de 2011, le phé­no­mène des chab­bi­ha s’est consi­dé­ra­ble­ment déve­lop­pé et désigne désor­mais des milices civiles tra­quant, dénon­çant et mas­sa­crant les oppo­sants au régime.

Carte blanche

L’État syrien ne sau­rait être consi­dé­ré comme tel que dans la mesure où il pré­tend au mono­pole de la vio­lence légi­time — même s’il la sous-traite par­tiel­le­ment en la délé­guant aux chab­bi­ha. La famille Assad ne gou­verne pas : elle divise, tor­ture, ter­ro­rise et pille. Prétendre qu’elle repré­sente un moindre mal face au com­mu­nau­ta­risme ou qu’elle est un rem­part laïc ne peut être plus erro­né. On ne peut être à la fois la cause et le remède à une même mala­die. Fort de ses effets, le régime a misé à nou­veau, dans le conflit qu’il connaît depuis 2011, sur une stra­té­gie de divi­sion et d’instrumentalisation des com­mu­nau­tés. L’objectif, via la libé­ra­tion de cen­taines de dji­ha­distes de sa pri­son de Saidnaya, d’accélérer la mili­ta­ri­sa­tion du conflit et de par­ti­ci­per à sa confes­sion­na­li­sa­tion afin de légi­ti­mer une répres­sion dans le sang, semble avoir été atteint. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Bachar el-Assad sera allé plus loin, en ino­cu­lant lui-même la mala­die aux Syriens avant de les abattre à bout por­tant. Cette stra­té­gie aura éga­le­ment offert l’avantage consi­dé­rable de para­ly­ser un Occident ter­rorisé par le dji­ha­disme. Servi par une rhé­to­rique bien rodée, se posant désor­mais comme seul rem­part vis-à-vis des groupes sala­fistes armés et comme pro­tec­teur des chré­tiens et des Alaouites confron­tés à une éven­tuelle répres­sion san­glante — hypo­cri­sie de la part de celui qui n’a fait qu’attiser les ten­sions com­mu­nau­taires —, le chef d’État dis­pose d’une carte blanche afin de meur­trir son peuple. 


REBONDS

☰ Lire notre car­net de route « Retour en Syrie », Fares et Sarah Kilani, décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Abbas Fahdel : « En Irak, encore dix ans de chaos », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Xavier Muntz : « Le dan­ger évident, pour la région, c’est le repli com­mu­nau­taire », mai 2015
☰ Lire l’entretien avec Georges Habache (Memento)

NOTES   [ + ]

1.Entretien avec Bachar Al-Assad, Russia Today, 9 novembre 2012.
2.Zakaria Taha, Syrie, De Boeck Supérieur, coll. « Monde arabe/Monde musul­man », 2016.
3.Anne-Laure Dupont, « Nahda, la renais­sance arabe »Le Monde diplo­ma­tique, août 2009.
4.Zakaria Taha, Syrieop. cit.
5.Gérard D. Khoury, Une tutelle colo­niale, le man­dat fran­çais en Syrie et au Liban : écrits poli­tiques de Robert de Caix, Belin, 2006.
6.« La poli­tique radi­cale et le Parti social natio­na­liste syrien (PSNS) », tra­duc­tion en fran­çais de « Radical Politics and the Syrian Social Nationalist Party », International Journal of Middle East Studies, 1988
7.Olivier Carré et Michel Seurat, Les Frères musul­mans (1928–1982), L’Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 2001.
8.Zakaria Taha, Syrieop. cit.
9.Pierre Guingamp, Hafez el Assad et le par­ti Baath en Syrie, Éditions L’Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 1996.
10.Olivier Carré, Le Nationalisme arabe, Payot, 2004.
11.Pierre Guingamp, Hafez El Assad et le Parti Baath en Syrie, op. cit.
12.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, Actes Sud, coll. « Sindbad », 2016.
13.Michel Seurat, L’État de bar­ba­rie, Presses uni­ver­si­taires de France, 2012.
14.Sylvia Chiffoleau, « La Syrie au quo­ti­dien : cultures et pra­tiques du chan­ge­ment », Revue des mondes musul­mans et de la Méditerranée, no 115–116, 2006.
15.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienneop.cit.
16.Lina Saigol, « Assad cou­sin accu­sed of favou­ring fami­ly »Financial Time, avril 2011.
17.Michel Seurat, « Les Populations, l’État et la socié­té » dans La Syrie d’aujourd’hui, André Raymond (direc­tion), CNRS Éditions, 1980.
18.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op.cit.
19.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.
20.Saado Rafeh, « Les Druzes dans la révo­lu­tion syrienne, entre peur et rôle his­to­rique ».
21.Aram Kabaret, Treize ans dans les pri­sons syriennes, Actes Sud, 2013.
22.Jordi Tejel Gorgas, « Les Kurdes de Syrie, de la dis­si­mu­la­tion à la visi­bi­li­té ?», Revue des mondes musul­mans et de la Méditerranée, nos 115–116, 112–133.
23.Eberhard Kienle, « Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », Revue du monde musul­man et de la Méditerranée, nos 59–60, 211–239, 1991.
24.Caroline Donati, The Economics of Authoritarian Upgrading in Syria : Liberalization and the Reconfiguration of Economic Networks.
25.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.
26.Eberhard Kienle,«Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », op. cit.
27.Ibid.
28.Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay, Syrie, ana­to­mie d’une guerre civile, CNRS Éditions, 2016.
29.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.
30.Ibid.
31.Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay, Syrie, ana­to­mie d’une guerre civile, op. cit.
32.Zakaria Taha, Syrieop. cit.
33.Martin Kramer, « Sh’ism, resis­tance and revo­lu­tion », Westview press, 1987.
34.Jean Baubérot, Les 7 laï­ci­tés fran­çaises, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « inter­ven­tions », 2015.
35.Constitution syrienne de 1973, article 3.
36.« Syria – International Religious Freedom Report for 2007 », U.S. Department of State, Bureau of Democracy, Human Rights and Labor.
37.Quiades Ismael, « Le mas­sacre de Hama – février 1982″, Violence de masse et Résistance – Réseau de recherche, 2009.
38.« Syria : An Amnesty International Briefing », Amnesty International, 1983.
39.Yusef Khalil et Yasser Munif, « Syria and the left », Jacobinmag, jan­vier 2017.
40.Hedi Aouidj et Mathieu Palain, « Le Nazi de Damas », revue21.fr,‎ 2017.
41.Eberhard Kienle, « Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », op. cit.
42.« Entre Jama’a et classe. Le pou­voir poli­tique en Syrie contem­po­raine », Eberhard Kienle, op. cit.
43.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.
44.Lénine, « Stolypine et la révo­lu­tion », Oeuvres, 18 octobre 1911.
45.Zakaria Taha, Syrie, op. cit.
46.Bassma Kodmani, « La peur », La Revue des deux Mondes, sep­tembre 2016.
47.Amnesty International, « Halte à la tor­ture des déte­nus en Syrie », cam­pagne lan­cée en 2016.
48.Yassin Al-Haj Saleh, La Question syrienne, op. cit.
Sarah Kilani
Sarah Kilani

Médecin anesthésiste-réanimateur, militante anticapitaliste pour une démocratie radicale et une écologie politique.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.