Retour en Syrie


Texte paru dans le n° 4 de la revue papier Ballast

Comme une pen­sée aux civils alep­pins, nous publions ce car­net de route en Syrie paru dans le numé­ro 4 de notre revue papier, écrit par un méde­cin syrien en exil depuis plu­sieurs décen­nies : il retour­na dans son pays natal en sep­tembre 2012 afin de soi­gner les bles­sés de guerre. ☰ Par Fares Kilani et Sarah Kilani


Cela fait des heures que j’attends ici. Personne ne semble me voir. Des heures que j’attends dans ce camp de réfu­giés turc situé près de la fron­tière, des heures que j’attends que quelqu’un m’accompagne afin de fran­chir la limite pour me rendre en Syrie. Le pays où j’ai gran­di. Ai-je bien fait de reve­nir ici ?

Je suis né en 1957 à Jeser, une petite ville de 10 000 habi­tants au sud-ouest d’Alep, au sein d’une famille sun­nite sou­fie. Mon grand-père avait fait for­tune dans la culture du melon, sur des terres fer­tiles irri­guées par l’Oronte. Mon père a héri­té de ses biens ain­si que de son sta­tut social ; il est deve­nu un notable de la ville, une des auto­ri­tés morales, un de ceux que l’on vient consul­ter en cas de litige. Il exis­tait une police d’État mais en cas de dif­fé­rends entre les vil­la­geois, on ne fai­sait jamais appel à elle. La popu­la­tion pré­fé­rait se tour­ner vers les notables, consi­dé­rés comme des sages : ils avaient à charge de main­te­nir la concorde dans le vil­lage, de régler les désac­cords et de trou­ver des arran­ge­ments à l’amiable entre les par­ties — en y met­tant de leur poche si néces­saire. Nous vivions en paix, musul­mans et chré­tiens. Lors des fêtes chré­tiennes, les notables musul­mans ren­daient visite à leurs chefs reli­gieux et leur adres­saient leurs vœux. Il en était de même lors des fêtes musul­manes. La reli­gion a tou­jours occu­pé beau­coup de place dans notre quo­ti­dien. Enfant, j’aimais me rendre à la biblio­thèque afin d’y lire des essais de théo­lo­gie et de phi­lo­so­phie. Ces lec­tures m’ont ame­né, vers 11 ans, à m’interroger sur l’origine de ma foi, sur les déter­mi­nismes dont elle résul­tait. Il m’était bien enten­du impos­sible de faire part de mes ques­tion­ne­ments à mon entou­rage : cela aurait été consi­dé­ré comme un blas­phème. En 1963, des coups d’État mili­taires com­men­cèrent à se suc­cé­der, au rythme d’environ un par an — tous sous ban­nière socia­liste, quoique gui­dés par des inté­rêts per­son­nels. Hafez el-Assad, géné­ral de l’armée, finit par prendre le pou­voir à la fin des années 1960, non sans avoir fait mas­sa­crer ses anciens com­pa­gnons (dont les mili­tants mar­xistes du par­ti Baas). Le noyau­tage de la hié­rar­chie mili­taire par les alaouites, mino­ri­té reli­gieuse dont Assad était lui-même issu, lui per­mit d’être assu­ré de l’allégeance de l’armée. Le par­ti fut vidé de son conte­nu idéo­lo­gique et le nou­veau chef au pou­voir y pla­ça des gens à sa solde afin d’instaurer un régime de ter­reur et de sus­pi­cion. Le recru­te­ment et l’armement de petits caïds, des­ti­nés à répandre la vio­lence, la dis­corde, la déla­tion et la méfiance dans le pays, eurent pour effet la des­truc­tion pro­gres­sive des tra­di­tions mil­lé­naires d’autogestion de la socié­té par le peuple et ses notables. La loi mar­tiale fut décla­rée en 1969, ain­si que l’état d’urgence pour une « durée indé­ter­mi­née ». Tous les oppo­sants poli­tiques furent arrê­tés et tor­tu­rés. Après avoir atten­du en vain l’effondrement de ce nou­veau régime, au bout d’un an et demi d’oppression, je réa­li­sai que la sur­vie de la nation syrienne dépen­dait de la mobi­li­sa­tion de son peuple contre cette tyran­nie. J’avais 15 ans. La stra­té­gie d’Assad fut de pro­mou­voir lar­ge­ment la foi sou­fie, qui prône une vie pieuse, déga­gée de la vie ter­restre, maté­rielle et des pré­oc­cu­pa­tions poli­tiques — ce qui lui per­mit au pas­sage de conte­nir la menace des Frères musul­mans, alors prin­ci­pale force d’opposition dans le pays.

« Hafez el-Assad finit par prendre le pou­voir à la fin des années 1960, non sans avoir fait mas­sa­crer ses anciens com­pa­gnons — dont les mili­tants mar­xistes du par­ti Baas. »

À ce moment de ma vie, ma réflexion reli­gieuse m’amena à ren­con­trer d’autres esprits cri­tiques avec les­quels je débat­tais de l’existence de Dieu — notam­ment des acti­vistes orga­ni­sés contre le régime d’Assad. Mon inté­gra­tion dans ce milieu fut à l’origine de mes pre­miers actes de mili­tan­tisme. Nous nous ren­dions chez un acti­viste, un des­si­na­teur de 25 ans qui fabri­quait des stencils1Pochoir per­met­tant de repro­duire des ins­crip­tions, notam­ment sur des murs. de toutes sortes. Il m’arrivait de par­ler reli­gion avec lui : il était par­ti­san des Frères musul­mans. Bien que n’ayant jamais adhé­ré à cette idéo­lo­gie, j’aimais — chez eux comme chez les com­mu­nistes et tous les esprits cri­tiques de l’époque — le fait qu’ils osassent pen­ser par eux-mêmes, sans craindre les diri­geants ni cour­ber l’échine. Cela me fas­ci­nait. Je repar­tais de chez lui avec des pochoirs que j’avais soi­gneu­se­ment sélec­tion­nés et dont je me ser­vais pour taguer sur les murs de la ville des mes­sages de résis­tance : « Non à l’État d’urgence », « Non à la fin des liber­tés », « À bas Assad ». L’année de mes 17 ans, ce des­si­na­teur fut repé­ré par les ser­vices du des­pote. Des mili­taires furent pos­tés dans son appar­te­ment et toutes les per­sonnes qui se ren­daient chez lui furent arrê­tées — nous fûmes une ving­taine à être pris et jetés en pri­son. Afin d’obtenir des infor­ma­tions, cha­cun d’entre nous fut inter­ro­gé et tor­tu­ré. Le sort vou­lut qu’avant d’être ques­tion­né, je croi­sai cer­tains de mes cama­rades aux toi­lettes : ils purent me com­mu­ni­quer les infor­ma­tions qu’ils avaient déjà livrées sous les coups. Ainsi, lorsque mon tour arri­va, je dis­po­sais d’une lon­gueur d’avance sur mes tor­tion­naires ; je pus ain­si leur don­ner l’illusion de ma bonne foi en me limi­tant à ce qu’ils savaient déjà, sans rien leur apprendre de plus… évi­tant ain­si le pire. Leur com­por­te­ment mon­trait très clai­re­ment qu’ils ne voyaient en moi qu’un ado­les­cent : ils ne me pre­naient pas au sérieux, et lorsqu’ils me deman­dèrent les rai­sons de mon acti­visme, je pré­ten­dis avoir vou­lu m’amuser, jouer. Mon jeune âge me per­mit de ne res­ter que qua­rante jours en pri­son. Je fus néan­moins fiché comme « Frère musul­man »… Notre cama­rade des­si­na­teur prit, lui, vingt-cinq années de pri­son — il y mou­rut quelques années plus tard. À ma sor­tie — naïf que j’étais —, je crus que ma résis­tance ins­pi­re­rait le res­pect à mes proches ; au lieu de cela, ce fut la crainte et le mépris ! Je vis mes amis m’éviter afin de ne pas paraître sus­pects aux yeux des ser­vices d’Assad. Avec un cama­rade de classe, nous déci­dâmes de ne plus nous mêler de poli­tique : après avoir été clas­sé par­mi les majors du bac­ca­lau­réat, je débu­tai des études de méde­cine.

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

Il y eut dans le pays quelques ten­ta­tives insur­rec­tion­nelles. En 1982, à Hama, la popu­la­tion — pro­vo­quée par les mili­taires — se sou­le­va, avec l’appui coor­don­né des Frères musul­mans. La répres­sion qui s’ensuivit géné­ra une pro­pa­ga­tion de la révolte dans la ville : l’armée l’assiégea et sa popu­la­tion fut mas­sa­crée. Des quar­tiers entiers, dont le centre his­to­rique, furent anéan­tis. Assad pré­ten­dit que les vic­times n’étaient que des isla­mistes. J’étais alors interne en chi­rur­gie. Suite à ce sinistre épi­sode, toute vel­léi­té de résis­tance contre le régime dis­pa­rut : les oppo­sants poli­tiques, qu’ils fussent ou non actifs, furent tra­qués. Des amis me conseillèrent de fuir la Syrie. Mais il me fal­lait un pas­se­port, for­cé­ment très dif­fi­cile à obte­nir au regard de ma situa­tion (d’autant qu’on me l’avait déjà refu­sé, pour rai­son de « sécu­ri­té inté­rieure »…). Je fis appel à mon beau-frère, méde­cin proche de l’armée : après enquête, il put m’en obte­nir un et me conseilla de ne jamais reve­nir. J’avais 25 ans. Je quit­tai mon pays pour l’Allemagne. Je m’imaginais reve­nir bien­tôt, après la chute à venir de ce régime, au len­de­main d’un nou­veau coup d’État… Mon départ pro­vo­qua le rap­pel par l’armée de mon frère, Ralep, dans le but de l’envoyer com­battre dans les rangs de la répres­sion contre le Liban2Guerre civile inter-com­mu­nau­taire du Liban de 1975 à 1990 dans laquelle Hafez el-Assad est inter­ve­nu pour impo­ser la paix en éli­mi­nant l’une des par­ties : le Mouvement natio­nal liba­nais créé par Kamal Joumblatt. Cette coa­li­tion de gauche issue du Parti socia­liste pro­gres­siste deman­dait un aban­don du confes­sion­na­lisme et défen­dait l’idée d’une nation liba­naise trans­com­mu­nau­taire.. Son refus lui valut six mois de pri­son. Quand il reçut une nou­velle convo­ca­tion quelques années plus tard, il déci­da à son tour de fuir vers les Émirats arabes unis. Le reste de ma famille le sui­vit.

« Religion, des­truc­tion de la socié­té, répres­sion et régime de ter­reur : ain­si Assad père put-il asseoir son auto­ri­té. »

Afin d’encourager la pro­pa­ga­tion du sou­fisme et de sa phi­lo­so­phie de non-ingé­rence du peuple dans les affaires poli­tiques, le gou­ver­ne­ment fit construire de nom­breuses mos­quées. Il était deve­nu cou­tu­mier chez les Syriens à qui l’on par­lait poli­tique de répondre que cela ne les inté­res­sait pas : ils « étaient des der­viches », des ascètes sou­fis, pauvres et déta­chés de la vie ter­restre ! Religion, des­truc­tion de la socié­té, répres­sion et régime de ter­reur : ain­si Assad père put-il asseoir son auto­ri­té. Au terme d’une année en Allemagne, où je ne trou­vai guère ma place, je par­tis en France où je décro­chai un poste d’interne en chi­rur­gie à Dieppe, en Normandie. J’y décou­vris que le racisme, celui des années 1980, ne per­met­tait pas à un réfu­gié syrien de pra­ti­quer le métier de chi­rur­gien comme n’importe quel Français. Je déci­dai de chan­ger pour une spé­cia­li­té dont la pra­tique ne dépen­dait ni de la répu­ta­tion ni de l’origine : l’anesthésie-réanimation. Cinq années plus tard, mon pas­se­port syrien expi­rait et il m’était impos­sible d’en obte­nir un nou­veau — l’administration fran­çaise ne pou­vait renou­ve­ler mon titre de séjour. Il n’y avait qu’une solu­tion : acqué­rir la natio­na­li­té fran­çaise. Je n’y avais jamais son­gé : j’avais tou­jours ima­gi­né que je ren­tre­rais en Syrie ; mais la chute du régime n’était tou­jours pas d’actualité… Je n’avais jamais cher­ché à connaître la France, ce pays où j’avais pen­sé me réfu­gier pour quelques années seule­ment. Lorsque je com­pris que je pou­vais acqué­rir la natio­na­li­té fran­çaise tout en conser­vant la natio­na­li­té syrienne, j’entrepris les démarches admi­nis­tra­tives. Mitterrand était alors au pou­voir ; la poli­tique migra­toire de l’époque joua en ma faveur : quelques semaines plus tard, je reçus les papiers m’annonçant que j’étais désor­mais offi­ciel­le­ment fran­çais ! Tout chan­gea alors en moi. Il me fal­lait deve­nir fran­çais ; ce pays était mon nou­veau pays : je devais faire miennes ses valeurs et son his­toire, que je connais­sais mal. Le jour même, j’allai ache­ter une carte de mon pays d’exil, la France. Je crois être res­té vingt minutes à l’observer sans cil­ler, réa­li­sant que j’étais main­te­nant vrai­ment des­ti­né à vivre dans un autre pays — mon pays. Je cher­chai à mémo­ri­ser les régions, scru­tai les villes, sui­vis du doigt les fron­tières. Le len­de­main, j’achetai mon pre­mier livre d’Histoire de France.

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

Septembre 2012. Cela fait désor­mais un an que la révo­lu­tion syrienne a écla­té, à la suite de la dis­pa­ri­tion des enfants de Deraa3Deraa est une ville syrienne située près de la fron­tière jor­da­nienne qui a été le lieu du déclen­che­ment de la révo­lu­tion en 2011 : alors que le prin­temps arabe bat son plein, une quin­zaine d’enfants dont cer­tains âgés seule­ment de dix ans, ins­crivent un graf­fi­ti sur les murs de leur école « Ton tour arrive doc­teur » (Bachar El Assad est oph­tal­mo­logue de for­ma­tion). Les enfants sont raflés et tor­tu­rés pen­dant des semaines par les ser­vices de ren­sei­gne­ment, mal­gré les sup­pli­ca­tions des familles et du Cheikh du vil­lage auprès des auto­ri­tés. Une pre­mière mani­fes­ta­tion de pro­tes­ta­tion est vio­lem­ment répri­mée par l’armée. S’ensuivent plu­sieurs autres qui débou­che­ront sur le sou­lè­ve­ment de la popu­la­tion contre le régime.. J’ai 54 ans. Je vis tou­jours en Normandie, avec ma femme et mes quatre enfants. Je suis chef du ser­vice d’anesthésie où je tra­vaille depuis presque trois décen­nies. Et j’attends que quelqu’un m’aide à tra­ver­ser la fron­tière tur­co-syrienne.

« Dire qu’il n’y a plus de méde­cins en Syrie est un euphé­misme : tous ceux qui ont pro­di­gué des soins aux rebelles ont été fichés, et leurs familles per­sé­cu­tées. »

J’ai pris l’avion avec un col­lègue anes­thé­siste, éga­le­ment syrien, pour Istanbul. Là, une asso­cia­tion fran­co-turque nous a aidés à nous rendre au camp de réfu­giés syriens situé à la fron­tière. Nous avions empor­té un car­ton de médi­ca­ments et du maté­riel d’anesthésie : tout ce qu’il était pos­sible de por­ter seuls, à la main. Nous sommes venus mon­trer aux Syriens qu’il y a des com­pa­triotes dans le monde qui pensent à eux et qui sont fiers qu’ils aient pris leur des­tin en main. Dire qu’il n’y a plus de méde­cins en Syrie est un euphé­misme : tous ceux qui ont pro­di­gué des soins aux rebelles ont été fichés, et leurs familles per­sé­cu­tées. Les autres ont fui. Il ne reste plus que deux anes­thé­sistes dans tout le nord de la Syrie. J’attends donc. En explo­rant le camp, je ren­contre un petit gar­çon qui porte encore, et depuis bien trop long­temps, un maté­riel de fixa­tion externe visant à répa­rer une frac­ture du bras. Ce dis­po­si­tif, qui réduit consi­dé­ra­ble­ment la mobi­li­té de l’enfant, semble être res­pon­sable de la sur­ve­nue d’une dépres­sion sévère, aggra­vée par le rejet de sa famille qui ne s’intéresse plus à lui. Un chi­rur­gien anglais d’origine libyenne, venu comme moi appor­ter son aide et à qui je parle de l’enfant, me dit qu’avec un simple tour­ne­vis il pour­rait reti­rer le maté­riel, à condi­tion que je puisse l’anesthésier. Il nous est alors signi­fié par le per­son­nel de l’association qu’il est inter­dit aux méde­cins étran­gers de pra­ti­quer des soins en Turquie. J’ai beau insis­ter, rien n’y fait. Je vais voir le phar­ma­cien du camp afin qu’il délivre, en atten­dant, un trai­te­ment antal­gique et anti­dé­pres­seur au petit gar­çon. Ce regain d’intérêt de la part d’un méde­cin pour leur pro­gé­ni­ture semble quelque peu pous­ser les parents à s’occuper de leur fils… Je suis aga­cé de ne rien pou­voir faire et les gens alen­tour semblent tota­le­ment igno­rer ma pré­sence : on ne veut pas m’aider. Au bout de vingt-quatre heures, je finis par insis­ter auprès des per­sonnes de l’association ; je leur rap­pelle que je suis atten­du en Syrie et, puisque je ne peux visi­ble­ment rien faire ici, leur demande de m’aider à trou­ver un moyen de m’y rendre. Après avoir usé la patience de mes inter­lo­cu­teurs, on consent à trou­ver quelqu’un pour m’accompagner, à bord d’une vieille voi­ture, jusqu’au camp syrien de Athmeh. On me sépare de mon col­lègue anes­thé­siste, Saer — il sera conduit vers un autre endroit. Mon chauf­feur m’explique qu’il est dan­ge­reux de prendre les routes ; nous devons emprun­ter les pistes pour évi­ter d’avoir des pro­blèmes. En che­min, nous sommes cepen­dant arrê­tés par des mili­taires turcs qui refusent de nous lais­ser pas­ser. Je remets à l’un d’eux les papiers de l’association ; un bref exa­men, du coin de l’œil, de mon allure et de ma tenue semble ras­su­rer le sol­dat sur la véra­ci­té de mes pro­pos.

« Sur les murs des bâti­ments, par­tout, des graf­fi­tis : À bas Assad, Vive la révo­lu­tion et Non à la dic­ta­ture. »

Nous repar­tons sans encombre et sans avoir à débour­ser d’argent — les mili­taires turcs n’en demandent jamais. Durant le tra­jet, le chauf­feur m’explique que les per­sonnes de l’association ont rechi­gné à m’apporter leur aide, car autant ses membres qui la financent et vivent en France se sentent concer­nés et soli­daires de la révo­lu­tion en Syrie, autant ceux qui en sont sala­riés et se trouvent sur le ter­rain s’en moquent com­plè­te­ment — pour sur­vivre, ils exploitent la frac­ture cau­sée par les évé­ne­ments, allant jusqu’à uti­li­ser les bles­sés de guerre en men­diant en leur nom. J’arrive à Athmeh. C’est un voyage dans le temps, un retour au Moyen Âge. Des gens déam­bulent sans chaus­sures, les enfants portent des gue­nilles, les condi­tions d’hygiène sont catas­tro­phiques, les réfu­giés souffrent de mal­nu­tri­tion, des tentes de for­tune servent de loge­ment. Je ne peux guère res­ter plus long­temps : deux hommes m’attendent depuis vingt-quatre heures pour m’emmener en camion­nette dans un hôpi­tal clan­des­tin situé à l’ouest d’Alep. Ils m’accueillent cha­leu­reu­se­ment et nous pre­nons la route. Nous tra­ver­sons des champs d’oliviers et les anciennes ruines romaines de la grande cité que fut Antioche. Tous les anciens lieux de vie que nous tra­ver­sons sont désor­mais déserts et en ruine. Il n’y a plus âme qui vive. Les voi­tures sont raris­simes : la popu­la­tion, faute d’essence, ne peut plus cir­cu­ler. Sur les murs des bâti­ments, par­tout, des graf­fi­tis : « À bas Assad », « Vive la révo­lu­tion » et « Non à la dic­ta­ture ».

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

On me conduit dans une ancienne école pri­maire trans­for­mée en hôpi­tal clan­des­tin : deux bâti­ments en vis-à-vis, sépa­rés par un préau qui sert de par­king pour des camion­nettes trans­for­mées en ambu­lances. L’un des bâti­ments loge les soi­gnants et abrite la logis­tique ; l’autre accueille les patients à qui on délivre des soins. Je ren­contre le per­son­nel de l’hôpital, qui semble d’abord très méfiant : on craint les mou­chards d’Assad. Je suis ques­tion­né sur l’endroit d’où je viens, le lieu où je vis, ce que je suis venu faire ici. Je laisse en dépôt au phar­ma­cien les médi­ca­ments et les lec­teurs de gly­cé­mie que j’ai appor­tés. Lorsque j’ouvre mes valises, pour lui, c’est un tré­sor ; il me traite doré­na­vant en ami. Quatre lec­teurs gly­cé­miques et les 10 000 ban­de­lettes qui vont avec, il n’a jamais vu ça — par la force des choses, il est deve­nu le dia­bé­to­logue de la région (il n’est pour­tant pas méde­cin). Il m’informe que l’hôpital dis­pose d’un res­pi­ra­teur d’anesthésie (offert par une asso­cia­tion des pays du Golfe qui finance une par­tie de l’activité de l’hôpital), mais que l’appareil ne semble pas vou­loir fonc­tion­ner… Une anes­thé­siste alaouite, qui a fui la Syrie pour la Turquie, se rend à l’hôpital de temps à autre pour s’occuper des patients — jour­nées payées à prix d’or par l’association. J’apprendrai plus tard que l’hôpital dans lequel s’est ren­du mon col­lègue est quant à lui finan­cé par la France à hau­teur de 100 000 euros : un bud­get énorme pour un pays comme la Syrie en cette période de guerre, qui per­met au per­son­nel de se nour­rir cor­rec­te­ment et de tra­vailler dans des condi­tions à peu près cor­rectes.

« Voler de la mor­phine aux voleurs, c’est halal ! »

Dans notre hôpi­tal de for­tune, la situa­tion est loin d’être aus­si bonne : non seule­ment notre bud­get est bien moindre, mais des repré­sen­tants des asso­cia­tions viennent véri­fier que l’argent est uti­li­sé à bon escient. Après avoir répa­ré un res­pi­ra­teur, ayant désor­mais de quoi ven­ti­ler un patient sous anes­thé­sie géné­rale, je demande au phar­ma­cien s’il détient les mor­phi­niques néces­saires. Réponse : « Non. » Je l’informe que lors de mon bref séjour dans le camp turc, j’en ai vu dans la phar­ma­cie. Mon nou­vel ami (qui a visi­ble­ment tout du filou) me dit qu’il va se débrouiller pour s’en pro­cu­rer là-bas. Le len­de­main, il revient avec quatre ou cinq boîtes de Sufentanyl4Opioïde très puis­sant uti­li­sé en anes­thé­sie pour sup­pri­mer la dou­leur pen­dant une chi­rur­gie.. Surpris devant tant de géné­ro­si­té de la part du phar­ma­cien du camp turc, je le féli­cite d’avoir su le convaincre ; il me répond, mali­cieux, qu’il s’est vu refu­ser les médi­ca­ments et qu’il a sub­ti­li­sé les clés de la réserve pour « voler les voleurs ». « Voler de la mor­phine aux voleurs, ajoute-t-il, c’est halal5Autorisé, licite en arabe. ! » Je com­mence à tra­vailler avec ceux qu’on me pré­sente comme étant des infir­miers d’anesthésie — en fait des soi­gnants, forts d’une année en hôpi­tal après le bre­vet, et qui n’ont aucune connais­sance en anes­thé­sie. Il me faut les for­mer en deux semaines afin qu’ils puissent, après mon départ, pour­suivre seuls l’anesthésie des patients — cette spé­cia­li­té requiert onze années d’études en France. Je suis l’unique anes­thé­siste de l’hôpital pour une dizaine de chi­rur­giens issus de toutes les spé­cia­li­tés. Je croise un Bédouin en pleurs. Ce fel­lah — pay­san pauvre qui tra­vaille la terre — me raconte que son fils d’environ 3 ans pré­sente une occlu­sion diges­tive ; on lui a dit qu’il allait mou­rir. Je demande des pré­ci­sions à un chi­rur­gien : l’anesthésiste, qui passe de temps en temps, a affir­mé ne pas pou­voir endor­mir l’enfant pour la chi­rur­gie néces­saire. Je retourne voir le Bédouin et lui dit de lais­ser son fils à jeun — je l’endormirai le len­de­main. Je l’informe cepen­dant des risques liés à l’anesthésie et à la chi­rur­gie. Mes col­lègues, moqueurs, me disent alors : « Mais tu te crois en France ou quoi ?! Ici, tout le monde meurt tout le temps et toi, tu lui parles des risques de l’anesthésie ! » Au matin, je fais ame­ner le gar­çon­net au bloc. Alors qu’il est endor­mi, il se met à vomir des flots de liquide — mais pas du liquide de syn­drome occlusif6Ensemble de symp­tômes liés à une occlu­sion de l’intestin (quelle qu’en soit la cause) res­pon­sable d’une impos­si­bi­li­té pour les ali­ments de tran­si­ter dans le tube diges­tif. : des débris ali­men­taires. Après avoir répa­ré les dégâts et per­mis que la chi­rur­gie se déroule comme il se doit, je vais voir le père pour lui dire que tout va bien.

« Mais tu te crois en France ou quoi ?! Ici, tout le monde meurt tout le temps et toi, tu lui parles des risques de l’anesthésie ! »

Il me remer­cie cha­leu­reu­se­ment ; je lui objecte cepen­dant que je sus­pecte que son fils ait man­gé avant d’aller au bloc. Il me répond que c’est lui qui, en effet, l’a nour­ri : sur­pris, je lui demande pour­quoi, alors que j’avais expres­sé­ment exi­gé le contraire. « Ce matin, mon fils m’a dit : De toute façon, je vais mou­rir, s’il te plaît papa, j’ai faim, j’ai envie de man­ger un peu de pain, donnes-en moi un peu. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire plai­sir : tout le monde m’a dit qu’il allait mou­rir, alors je pou­vais bien lui don­ner un peu de pain ! » Opérer a per­mis d’éviter l’aggravation, mais n’a pas trai­té les graves troubles méta­bo­liques et la déshy­dra­ta­tion cau­sés par le syn­drome occlu­sif. Je pres­cris donc un pro­to­cole très détaillé de réhy­dra­ta­tion et donne des consignes strictes aux infir­miers : si on ne traite pas cor­rec­te­ment les troubles de l’enfant, qui devrait nor­ma­le­ment être dans un ser­vice de réani­ma­tion, il va mou­rir. Il faut se relayer pour s’occuper de lui et rele­ver sur un papier toutes les pertes diges­tives ain­si que l’eau qui lui est per­fu­sée, heure par heure.

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

La nuit sui­vante, je me réveille vers 4 heures et, inquiet, vais voir ce qu’il en est. L’enfant est seul, sans sur­veillance, et la per­fu­sion vide : rien n’a été fait ni noté. Après une heure pas­sée à dis­pen­ser les soins de réani­ma­tion qui auraient dû être exé­cu­tés par les infir­miers, je vais mar­cher dans le cou­loir. J’y ren­contre le phar­ma­cien de l’hôpital ; sur­pris, il me demande ce que je fais là. Je le lui dis. Il rentre dans une colère folle et me raconte que les deux infir­miers ont été embau­chés parce qu’ils étaient les cou­sins de quelqu’un qui tra­vaille à l’hôpital, qu’ils ont tout fait pour venir tra­vailler ici, qu’ils sont payés 200 euros envi­ron — un bon salaire en ces temps dif­fi­ciles — et qu’il faut les ren­voyer s’ils ne sont pas capables d’exécuter les soins aux­quels ils sont tenus. Je lui sug­gère qu’un aver­tis­se­ment devrait suf­fire pour cette fois. Il me demande de le suivre, ouvre une porte, allume la lumière et crie : « Tout le monde debout là-dedans ! » Il insulte les deux infir­miers, leur réclame des comptes en hur­lant. « Oui, mais… on s’est endor­mi… » Sous la menace d’être licen­ciés, ils quittent la pièce en cou­rant. Le len­de­main, ils auront cor­rec­te­ment effec­tué leur tra­vail. Six jours plus tard, l’enfant est réta­bli, assis dans son lit à man­ger du pain.

« Je ne nour­ris pas la moindre envie de me rendre au front : je ne tiens en rien à faire la guerre. »

Mon quo­ti­dien consiste prin­ci­pa­le­ment à m’occuper des bles­sés de la révo­lu­tion — des trau­ma­ti­sés des membres que nous opé­rons sous anes­thé­sie loco-régionale7Anesthésie du ter­ri­toire des­ser­vi par un nerf ou un groupe de nerfs. On l’obtient en injec­tant un anes­thé­sique local à proxi­mi­té du nerf. On dis­tingue les anes­thé­sies régio­nales axiales (rachi­anes­thé­sies et anes­thé­sies péri­du­rales), qui per­mettent une anes­thé­sie du bas du corps et les anes­thé­sies régio­nales péri­phé­riques qui per­mettent d’agir sur un membre ou un seg­ment de membre., dans la mesure du pos­sible. Ceux qui néces­sitent d’être trans­fu­sés le sont qua­si­ment de bras à bras : les vil­la­geois des alen­tours ont tous eu leur groupe san­guin tes­té et noté sur une liste dont nous, méde­cins, dis­po­sons. Lorsqu’un bles­sé grave arrive, son groupe san­guin est déter­mi­né grâce à un simple réac­tif (test qui reste, en France, l’ultime véri­fi­ca­tion avant trans­fu­sion, après toute une bat­te­rie de contrôles rigou­reux, inen­vi­sa­geables ici) et un homme part en moby­lette cher­cher les don­neurs com­pa­tibles — autant dire que les risques de trans­mis­sion d’infections et d’hépatites virales sont consi­dé­rés comme tout à fait secon­daires. Il nous arrive aus­si d’avoir à soi­gner des pri­son­niers de guerre et des sol­dats d’Assad. L’un d’entre eux arrive, une balle logée dans la moelle épi­nière. Paralysé des deux jambes, il a été aban­don­né par ses com­pa­gnons d’armes. Il nous fusille constam­ment du regard, hau­tain et mena­çant. Je vais le voir dis­crè­te­ment pour le sou­la­ger de ses dou­leurs et j’en pro­fite pour lui deman­der pour­quoi il fait la guerre aux côtés d’Assad. Il me répond : « Moi, je viens d’Al Fu’ah. » Il s’agit d’une petite ville chiite de la Syrie. Dans son esprit, cette guerre est une guerre entre fac­tions reli­gieuses. Les fan­tas­sins chiites d’Assad sont plu­tôt rares ; la plu­part sont, comme les alaouites de l’armée, des gra­dés. Ceux qui se situent en bas de l’échelle mili­taire se révèlent en majo­ri­té être des sun­nites, enrô­lés de force. Afin d’être le plus effi­cace pos­sible auprès des bles­sés de guerre, un des chi­rur­giens me demande de pré­pa­rer avec lui des pro­to­coles de prise en charge pré­coce des patients. Une sorte de SAMU, des­ti­né à ramas­ser les vic­times sur le ter­rain. Je lui pro­pose pour com­men­cer de pré­pa­rer du maté­riel spé­ci­fique. Nous fabri­quons des civières de for­tune avec des bâtons et des draps (conver­tis en écharpe pour immo­bi­li­ser un bras frac­tu­ré, ou en gar­rot de jambe). Nous pré­pa­rons des sacoches avec du maté­riel de pre­miers soins pour le per­son­nel qui accom­pagne les bles­sés jusqu’à l’hôpital. Ce chi­rur­gien, qui me prend en ami­tié, est très inves­ti dans la révo­lu­tion — pro­ba­ble­ment le plus enga­gé de tous les chi­rur­giens de l’hôpital. Il me pro­pose d’aller avec lui sur place, lors des attaques. La direc­tion de l’établissement m’informe que je pour­rai le suivre quand ma consœur anes­thé­siste sera pré­sente. Mais je ne nour­ris pas la moindre envie de me rendre au front : je ne tiens en rien à « faire la guerre ». Les deux jours où la col­lègue anes­thé­siste se trouve à l’hôpital, je pars à la chasse aux oiseaux, avec deux autres méde­cins… Nous pas­sons éga­le­ment du temps à confec­tion­ner des chi­chas minia­tures en forme de calu­met avec des fla­cons vides de Xylocaïne (un anes­thé­sique local) qui nous servent de concen­tra­teur de fumée. Mes col­lègues me demandent de me rendre avec eux près de la fron­tière, dans un hôpi­tal en construc­tion, pour les aider à s’occuper des nom­breux bles­sés. Je prends du maté­riel d’anesthésie et les suis. La plu­part des vic­times souffrent de frac­tures des membres. Le maté­riel que nous trou­vons sur place pro­vient du pillage d’hôpitaux et de phar­ma­cies déser­tés, dans les villes gagnées par le camp révo­lu­tion­naire. Le phar­ma­cien et moi pas­sons des nuits entières à trier les médi­ca­ments appor­tés ; je lui explique à quoi servent ceux dont il ne connait pas bien les indi­ca­tions. Les révo­lu­tion­naires nous apportent un res­pi­ra­teur d’anesthésie dont ils se sont empa­rés, visi­ble­ment impres­sion­nés par sa taille (peut-être est-ce à leurs yeux un cri­tère de qua­li­té !). Malheureusement, plus un res­pi­ra­teur est volu­mi­neux, plus il est ancien, c’est la règle géné­rale… En dépit de tous mes efforts, impos­sible de faire fonc­tion­ner l’engin ! Faute de pou­voir pra­ti­quer d’anesthésie géné­rale, j’effectue toutes les inter­ven­tions pos­sibles sous anes­thé­sie loco-régio­nale, notam­ment une frac­ture de jambe, qu’un des chi­rur­giens traite en pla­çant un fixa­teur externe. À la fin de l’intervention, je m’aperçois que la posi­tion de la jambe n’est pas nor­male : beau­coup trop de rota­tion vers l’extérieur. L’opérateur m’assure qu’il a fait ce qu’il a pu. Mais on ne peut pas lais­ser la jambe dans une telle posi­tion sans ris­quer de lourdes séquelles pour le bles­sé. Il revient donc sur sa déci­sion et décide de reprendre le patient au bloc ; il y modi­fie la posi­tion du fixa­teur (et de la jambe) en le pla­çant de manière quelque peu exa­gé­rée vers l’intérieur. Le nou­veau résul­tat sera tou­jours mieux que le pré­cé­dent…

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

Quelque part, je me sens davan­tage dans mon élé­ment ici que dans mon hôpi­tal en France ; je com­prends les gens et mes rela­tions avec eux s’avèrent simples et faci­li­tées par le contexte. Il m’est plus aisé de tis­ser des liens avec eux qu’avec mes col­lègues fran­çais. La déser­tion du pays par les méde­cins fait que nous devons aus­si pro­di­guer des soins aux civils, qui n’ont plus per­sonne à qui s’adresser. La plu­part des accou­che­ments ont lieu à domi­cile — avec un taux de mor­ta­li­té péri­na­tale en consé­quence. L’un des chi­rur­giens nous demande cepen­dant de prendre sa sœur en charge pour une césa­rienne. Ce qui nous sert de table d’opération suf­fit dif­fi­ci­le­ment à por­ter cette femme obèse : il faut deux infir­miers pour la sou­te­nir dif­fi­ci­le­ment alors que je lui fais une rachianesthésie8Technique d’anesthésie loco-régio­nale consis­tant à injec­ter une solu­tion anes­thé­sique dans le liquide cépha­lo-rachi­dien au tra­vers d’un espace inter­ver­té­bral de la colonne lom­baire, au contact des der­nières racines ner­veuses qui émergent de la moelle épi­nière. Elle per­met une puis­sante anes­thé­sie de la par­tie infé­rieure du corps., durant laquelle elle manque plu­sieurs fois de tom­ber de la table. Il nous faut alors déni­cher une obs­té­tri­cienne : la sœur de notre ami refuse d’être opé­rée par un homme.

« Les com­bat­tants étran­gers de l’État isla­mique ne sont pas appré­ciés de la popu­la­tion, du fait de leur bru­ta­li­té et de leur volon­té d’imposer une ver­sion stricte des lois isla­miques. »

Finalement, tout se déroule bien, et nous rece­vons quelques jours plus tard un pla­teau de pâtis­se­ries en remer­cie­ment ! Nos repas sont habi­tuel­le­ment très fru­gaux — nous man­geons prin­ci­pa­le­ment des len­tilles —, et notre cou­chage, som­maire — nous dor­mons à plu­sieurs dans la même pièce. Toute la jour­née, nous enten­dons des tirs à proxi­mi­té. Les locaux ont vu venir des hommes armés que per­sonne ne connaît et qui ont construit un camp où ils s’entraînent toute la jour­née au manie­ment des armes. Ce ne sont ni des sol­dats d’Assad ni des rebelles. La rumeur dit que ce sont des extré­mistes isla­mistes venus faire le jihad armé. Au début, comme ces hommes pré­ten­daient venir com­battre le régime, la popu­la­tion n’avait pas grand-chose à redire — et on les lais­sait tran­quilles. Puis, assez vite, ces com­bat­tants se divi­se­ront en deux mou­ve­ments : d’une part, le groupe Jabhat Al-Nosra, qui refu­se­ra d’attaquer la popu­la­tion du pays et ne se mêle­ra pas de ses mœurs (pré­ten­dant offi­ciel­le­ment ne pas vou­loir impo­ser la loi isla­mique) ; de l’autre, un groupe réunis­sant la plu­part des com­bat­tants venus de l’extérieur, ayant prê­té allé­geance à Abou Bakr al-Baghdadi, chef du groupe Daech, déjà implan­té en Irak. La scis­sion entre les deux mou­ve­ments s’opérera lorsque l’un des res­pon­sables du groupe ini­tial expri­me­ra son refus d’opprimer la popu­la­tion syrienne, étant lui-même syrien. Les com­bat­tants étran­gers de l’État isla­mique ne sont pas appré­ciés de la popu­la­tion, du fait de leur bru­ta­li­té et de leur volon­té d’imposer une ver­sion stricte des lois isla­miques dans les zones qu’ils contrôlent ; du fait, aus­si, de leurs attaques contre l’Armée libre de Syrie. À ce moment-là, la rup­ture entre les deux mou­ve­ments n’est alors pas consom­mée. Al-Nosra n’a pas encore prê­té allé­geance à Al-Qaïda. Mais j’ai déjà le sen­ti­ment qu’Al-Nosra, qui se montre plu­tôt bien­veillant envers les Syriens et ne com­bat pas les révo­lu­tion­naires, béné­fi­cie d’une plus grande sym­pa­thie de la part des civils que Daech. C’est l’une des rai­sons du scep­ti­cisme de la popu­la­tion vis-à-vis de la rébel­lion, me dit le phar­ma­cien. Ils ont peur que ces gens, dont ils ne veulent pas, prennent le pou­voir en cas de chute du régime d’Assad fils. Mes com­pa­gnons sont déses­pé­rés et ne voient guère d’issue satis­fai­sante au conflit. Un jour, un des hommes du camp d’entraînement, bles­sé, m’est ame­né par deux de ses cama­rades : habillés de noir, silen­cieux, ils me regardent avec des yeux per­çants. La bles­sure est très grave, et pro­ba­ble­ment très dou­lou­reuse. En sou­le­vant le drap, je découvre une jambe cas­sée, avec un tibia qui émerge à tra­vers la peau. Mais l’homme demeure impas­sible et ne geint pas. Il reste très calme, contrai­re­ment à tous les bles­sés autour de lui, qui eux, mani­festent ce qu’on appelle en France le « syn­drome médi­ter­ra­néen », syn­drome en géné­ral conta­gieux dans tout l’entourage…

« Nous sommes inter­pel­lés par deux doua­niers turcs : mon accom­pa­gna­teur bara­gouine une expli­ca­tion dans leur langue et leur donne vingt euros cha­cun. Il me dit d’avancer et de me dépê­cher. »

J’apprends que l’hôpital où s’est ren­du mon col­lègue Saer a été bom­bar­dé. Je demande à retour­ner en Turquie pour obte­nir des infor­ma­tions, savoir si Saer a pu ren­trer sain et sauf. Je fais mes adieux à tout le monde. Mes amis, qui refusent de perdre le contact, insistent pour me créer un compte sur Facebook afin que nous puis­sions nous don­ner des nou­velles. Pas du genre « connec­té », je les laisse fina­le­ment faire… Le retour se révèle plus dif­fi­cile que l’aller. Il nous est cette fois impos­sible de pas­ser par Athmeh — pour des rai­sons que l’on ne me donne pas. Nous devons nous rendre direc­te­ment à la fron­tière. Je suis accom­pa­gné par le direc­teur de l’hôpital, qui doit lui aus­si se rendre en Turquie, sa famille vivant là-bas. Une fois sur les lieux, mon ami tente de négo­cier avec les mili­taires mon retour. Échec. Il me pro­pose de tra­ver­ser seul et d’aller cher­cher un contact, qui lui, pour­rait m’aider à me faire pas­ser. J’attends donc. Quelques heures plus tard, un homme s’approche. C’est le « contact » en ques­tion. Il m’explique qu’il y a un trou dans le grillage de la fron­tière, non loin de là, et me pro­pose de pas­ser avec lui. Il me « briefe » : si quelqu’un vient nous par­ler ou nous arrê­ter, nous lui don­nons cha­cun une ving­taine d’euros, ce qui devrait régler le pro­blème. Nous nous glis­sons dans le grillage abî­mé et pas­sons de l’autre côté. Nous mar­chons len­te­ment, comme si de rien n’était, afin de ne pas atti­rer l’attention, mais nous sommes rapi­de­ment inter­pel­lés par deux doua­niers turcs qui s’approchent et nous demandent ce que nous fai­sons ici. Mon accom­pa­gna­teur bara­gouine une expli­ca­tion dans leur langue et leur donne vingt euros cha­cun. Il me dit d’avancer et de me dépê­cher. Nous nous met­tons à cou­rir et sau­tons par-des­sus un second grillage qui nous sépare de la Turquie. Une fois de l’autre côté, nous retrou­vons une voi­ture qui nous attend.

Photographie : Abdalrhman Ismail / Reuters

Retour vers le camp. Je tente de prendre des nou­velles de Saer. Personne ne semble savoir ce qui s’est pas­sé : aucune infor­ma­tion. Il me faut patien­ter. Le len­de­main, ce ne sont pas des nou­velles qui arrivent, mais Saer lui-même ! Je suis content. Nous nous embras­sons, sou­la­gés de nous en être sor­tis sans dom­mage. Il me relate alors son séjour… Il a été conduit dans un hôpi­tal héber­gé dans l’ancienne vil­la d’un haut digni­taire syrien du gou­ver­ne­ment Assad, qui, au début de la révo­lu­tion, avait fui en Amérique du Sud avec famille et argent, lais­sant tout le reste der­rière lui. Sa mai­son était construite comme une sorte de bun­ker — portes blin­dées par­tout, sous-sol avec abri anti-ato­mique. Idéal pour y héber­ger un hôpi­tal pour les rebelles. Le fonc­tion­ne­ment était finan­cé par des Français — avec un bud­get de 100 000 euros par an, envi­ron ! Les condi­tions de tra­vail étaient très satis­fai­santes et agréables, me dit-il. Un jour, le bruit des avions s’est cepen­dant fait entendre. L’armée venait de bom­bar­der la bou­lan­ge­rie : de nom­breux bles­sés ont été ache­mi­nés vers l’hôpital.

« Que reste-t-il aux Syriens de l’Armée libre qui, après qua­rante années d’oppression, avaient enfin pris leur des­tin en main ? »

En repré­sailles, les sol­dats révo­lu­tion­naires ont déci­dé d’attaquer ; faute d’armes de qua­li­té, ils ont frap­pé de nuit. Le cou­teau entre les dents, ils se sont ren­dus en ram­pant, à envi­ron 200 hommes, sur le lieu de gar­ni­son. Ils ont pris l’ennemi par sur­prise, qui a fui en lais­sant ses armes der­rière lui — armes dont se sont empa­rés les atta­quants afin de s’en ser­vir contre leurs pro­prié­taires… Une héca­tombe. Or la stra­té­gie du gou­ver­ne­ment est de ne jamais lais­ser de défaite sans repré­sailles : il convient de conser­ver le moral des troupes ! La réponse ne s’est pas fait attendre : le len­de­main, le bour­don­ne­ment des avions, à nou­veau. Puis une explo­sion, la terre qui tremble et un violent éclair lumi­neux dans l’hôpital. Saer, qui se trou­vait dans le sous-sol à ce moment, me raconte qu’il a cru un ins­tant qu’il avait lui-même explo­sé tant la déto­na­tion avait été puis­sante. Il s’est deman­dé s’il était mort ou vivant. Quatre ou cinq mis­siles, ou barils, il ne sait, ont été lan­cés sur l’hôpital. Trois ont atteint leur cible. Autour de lui, des ruines. Plus de bâti­ments. Il est sor­ti de son abri, a quit­té les décombres et a filé. Courant comme jamais. Sans s’arrêter, sans savoir où, tout en véri­fiant qu’il avait encore bien ses bras, ses doigts et toutes les par­ties de son corps intactes. Une fois à dis­tance, il a pris la déci­sion de ren­trer en Turquie, n’étant plus en mesure d’aider qui­conque ici. Nous déci­dons de prendre nos valises et de repar­tir vers Istanbul pour mon­ter dans le pre­mier avion : direc­tion Paris. Novembre 2015. Les atten­tats de Paris. La France vient de bom­bar­der Raqqah, QG syrien de l’état isla­mique, où vivent encore des civils. La situa­tion que crai­gnaient mes amis semble se concré­ti­ser. Je n’ai pas de nou­velles de ce qu’est deve­nu l’hôpital. Les infir­miers anes­thé­sistes que j’ai for­més se sont dis­per­sés dans plu­sieurs hôpi­taux et font désor­mais office de méde­cins anes­thé­sistes, il n’y a per­sonne d’autre qu’eux qui peut assu­rer cette mis­sion. Je suis triste que la situa­tion poli­tique se soit enli­sée à ce point, que l’ingérence russe à la faveur du gou­ver­ne­ment syrien en place ait per­mis de mettre la révo­lu­tion en échec suf­fi­sam­ment long­temps pour per­mettre à Daech de pro­fi­ter du chaos pour s’implanter dans le pays. Que reste-t-il aux Syriens de l’Armée libre qui, après qua­rante années d’oppression, avaient enfin pris leur des­tin en main ? En par­cou­rant les pho­tos de mon périple, je revois les ruines des vil­lages détruits, désor­mais indis­cer­nables de celles de l’Antiquité romaine qui jonchent les pay­sages de mon enfance. Je suis déso­lé par les dis­cours de va-t-en guerre des membres du gou­ver­ne­ment fran­çais. Ceux-là qui ont déshu­ma­ni­sé le débat et qui oublient, lorsqu’ils envoient en repré­sailles et en moins de qua­rante-huit heures leurs avions bom­bar­der Raqqah, que là-bas, sur les rives de l’Euphrate, il y a ceux qui ne font plus que ten­ter de sur­vivre, entre la vio­lence des sala­fistes dji­ha­distes, la ter­reur d’Assad et les mis­siles des puis­sances étran­gères : le peuple syrien, ou ce qu’il en reste.


Toutes les pho­to­gra­phies (excep­tées les vignettes) de l’ar­ticle sont © Abdalrhman Ismail / Reuters


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Patrick Communal : « Le droit au ser­vice des lais­sés-pour-compte », décembre 2016.
☰ Lire notre car­net de route en deux par­ties, « Crise des réfu­giés : ce n’est pas une crise huma­ni­taire » et « Réfugiés : au cœur de la soli­da­ri­té », mai 2016.

NOTES   [ + ]

1.Pochoir per­met­tant de repro­duire des ins­crip­tions, notam­ment sur des murs.
2.Guerre civile inter-com­mu­nau­taire du Liban de 1975 à 1990 dans laquelle Hafez el-Assad est inter­ve­nu pour impo­ser la paix en éli­mi­nant l’une des par­ties : le Mouvement natio­nal liba­nais créé par Kamal Joumblatt. Cette coa­li­tion de gauche issue du Parti socia­liste pro­gres­siste deman­dait un aban­don du confes­sion­na­lisme et défen­dait l’idée d’une nation liba­naise trans­com­mu­nau­taire.
3.Deraa est une ville syrienne située près de la fron­tière jor­da­nienne qui a été le lieu du déclen­che­ment de la révo­lu­tion en 2011 : alors que le prin­temps arabe bat son plein, une quin­zaine d’enfants dont cer­tains âgés seule­ment de dix ans, ins­crivent un graf­fi­ti sur les murs de leur école « Ton tour arrive doc­teur » (Bachar El Assad est oph­tal­mo­logue de for­ma­tion). Les enfants sont raflés et tor­tu­rés pen­dant des semaines par les ser­vices de ren­sei­gne­ment, mal­gré les sup­pli­ca­tions des familles et du Cheikh du vil­lage auprès des auto­ri­tés. Une pre­mière mani­fes­ta­tion de pro­tes­ta­tion est vio­lem­ment répri­mée par l’armée. S’ensuivent plu­sieurs autres qui débou­che­ront sur le sou­lè­ve­ment de la popu­la­tion contre le régime.
4.Opioïde très puis­sant uti­li­sé en anes­thé­sie pour sup­pri­mer la dou­leur pen­dant une chi­rur­gie.
5.Autorisé, licite en arabe.
6.Ensemble de symp­tômes liés à une occlu­sion de l’intestin (quelle qu’en soit la cause) res­pon­sable d’une impos­si­bi­li­té pour les ali­ments de tran­si­ter dans le tube diges­tif.
7.Anesthésie du ter­ri­toire des­ser­vi par un nerf ou un groupe de nerfs. On l’obtient en injec­tant un anes­thé­sique local à proxi­mi­té du nerf. On dis­tingue les anes­thé­sies régio­nales axiales (rachi­anes­thé­sies et anes­thé­sies péri­du­rales), qui per­mettent une anes­thé­sie du bas du corps et les anes­thé­sies régio­nales péri­phé­riques qui per­mettent d’agir sur un membre ou un seg­ment de membre.
8.Technique d’anesthésie loco-régio­nale consis­tant à injec­ter une solu­tion anes­thé­sique dans le liquide cépha­lo-rachi­dien au tra­vers d’un espace inter­ver­té­bral de la colonne lom­baire, au contact des der­nières racines ner­veuses qui émergent de la moelle épi­nière. Elle per­met une puis­sante anes­thé­sie de la par­tie infé­rieure du corps.
Sarah Kilani
Sarah Kilani

Médecin anesthésiste-réanimateur, militante anticapitaliste pour une démocratie radicale et une écologie politique.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.