Que se passe-t-il au Rojava ? — entretien avec le Conseil démocratique kurde en France


Entretien inédit pour le site de Ballast

« Débarrasser la région des ter­ro­ristes », ont annon­cé les auto­ri­tés turques en dési­gnant les révo­lu­tion­naires néo­so­cia­listes1« Nous avons en fait déve­lop­pé un nou­veau socia­lisme. […] Les bases de ce nou­veau sys­tème ne sont pas seule­ment la démo­cra­tie de base, mais aus­si la libé­ra­tion de la femme et l’écologie, c’est-à-dire la coha­bi­ta­tion har­mo­nieuse avec la nature », expli­quait ain­si Cemil Bayik, cofon­da­teur du PKK, en mars 2015. du Rojava, por­teurs du pro­jet « confé­dé­ra­liste démo­cra­tique », afin de jus­ti­fier leur inva­sion du nord de la Syrie et leurs bom­bar­de­ments sur les popu­la­tions civiles. Les chiffres des vic­times se bous­culent de part et d’autre. Le régime d’Erdoğan — avan­çant dans cette opé­ra­tion aux côtés de dji­ha­distes et de l’Armée syrienne libre, oppo­sante his­to­rique à Bachar el-Assad — vient d’utiliser du napalm, nous assure Agit Polat, porte-parole du Conseil démo­cra­tique kurde en France, en charge de fédé­rer 24 asso­cia­tions de la dia­spo­ra kurde à tra­vers tout le pays. Un point sur la situa­tion, et un appel au sou­tien, aus­si modeste soit-il.


Pouvez-vous faire un point sur la situa­tion, pour ceux qui n’ont pas sui­vi d’aussi près la situa­tion ?

Depuis le 20 jan­vier, l’État turc bom­barde la région et le dis­trict d’Afrin. Selon les der­niers chiffres, 89 civils ont été tués et plus de 150 sont bles­sés. Des chiffres qui pro­gressent de jour en jour. Il y a des mani­fes­ta­tions dans toute l’Europe — notam­ment same­di der­nier. L’État turc pré­texte qu’il y a eu des attaques en par­tance du sol syrien, c’est-à-dire depuis Afrin, visant les villes fron­ta­lières turques : ce n’est pas du tout le cas. C’est un argu­ment que le gou­ver­ne­ment turc uti­lise d’ailleurs bien davan­tage une fois ses bom­bar­de­ments com­mis, lorsque l’Occident et les forces pro­gres­sistes l’accusent de crimes de guerre. C’est un pré­texte. Le gou­ver­ne­ment d’Erdoğan défi­nit tous les Kurdes d’Afrin comme autant de « ter­ro­ristes » et fait savoir qu’il va en débar­ras­ser la région. Posons plu­tôt la ques­tion à la Turquie : qui sont les ter­ro­ristes ? Les bébés kurdes, les enfants ou les femmes enceintes qui ont dis­pa­ru au cours des bom­bar­de­ments ? Ce sont eux, les ter­ro­ristes ? Ce sont les forces des YPG/J, qui ont com­bat­tu Daech ? Erdoğan bom­barde et tente d’envahir le Rojava avec l’aide des orga­ni­sa­tions dji­ha­distes pré­sentes sur place. Regardez les vidéos de pro­pa­gande qu’ils dif­fusent. Voyez leur joie à crier « Allahou akbar » et le sou­rire sur leur visage lorsqu’ils par­viennent à tuer des civils.

Vous affir­mez sans l’ombre d’un doute que le pou­voir turc a mon­té média­ti­que­ment cette affaire de « riposte » ?

« Dans une inter­view accor­dée à LCI, Erdoğan a décla­ré qu’il allait déve­lop­per des liens de soli­da­ri­té avec son ami Macron. »

Exactement. La guerre est éga­le­ment média­tique, comme vous le savez : en Turquie, aucune agence de presse, aucune radio, aucune chaîne de télé­vi­sion ne peut se per­mettre de publier une infor­ma­tion qu’Erdoğan ne sou­hai­te­rait pas. Il n’y a pas de liber­té de presse. Il n’y a pas d’opposition libre de s’exprimer. La guerre menée contre le Rojava l’est éga­le­ment dans les médias turcs : la dés­in­for­ma­tion est énorme, et pas seule­ment là-bas — Sputnik France [branche natio­nale de l’agence de presse inter­na­tio­nale lan­cée par le gou­ver­ne­ment russe en 2014, ndlr] qua­li­fie les civils tués par l’aviation turque de « ter­ro­ristes ». Il faut dénon­cer les médias qui publient tels quels les argu­ments d’Erdoğan : c’est être com­plice. Nous n’oublierons pas les articles de Sputnik2Addendum : Sputnik France nous a adres­sé, le 31 jan­vier 2018, le mail que voi­ci : « Il s’agit d’un mal­en­ten­du qui ne peut être expli­qué que par une erreur de frappe d’un de nos cor­rec­teurs qui, sans aucun doute, aurait dû mettre le mot ter­ro­ristes dans le titre entre guille­mets afin d’éviter toute com­plai­sance éven­tuelle avec les pro­pos de l’état-major turc. Cette publi­ca­tion ne pré­sente en aucun cas une opi­nion ou une prise de posi­tion de notre rédac­tion, car il ne s’agit que d’une dépêche, et nous jugeons impor­tant, par sou­ci d’information objec­tive, de men­tion­ner les pro­pos offi­ciels des acteurs prin­ci­paux de tel ou tel conflit. » Le cour­rier pré­ci­sait éga­le­ment que Sputnik France pré­sen­tait ses « excuses » aux lec­teurs..

La presse fran­çaise s’est-elle mon­trée plus intègre, à vos yeux ?

Je la remer­cie, au nom du Conseil démo­cra­tique kurde en France : elle n’a, dans sa grande majo­ri­té, pas repris à son compte les infor­ma­tions com­mu­ni­quées par Ankara. L’opinion publique fran­çaise est au cou­rant des bom­bar­de­ments sur Afrin ; on a pu le voir au cours des grandes mobi­li­sa­tions de same­di.

Lors de la visite offi­cielle d’Erdoğan à Paris, au début du mois de jan­vier 2018, Macron a décla­ré qu’il était pos­sible d’envisager avec son pays un « par­te­na­riat » et une « coopé­ra­tion ». Quelle lec­ture faites-vous de la posi­tion de l’État fran­çais ?

Nous avons une approche par­ti­cu­liè­re­ment cri­tique de cette entre­vue. Premièrement : Erdoğan est venu alors que nous com­mé­mo­rions les cinq ans de la mort de nos trois cama­rades assassinées3Sakîne Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Şaylemez.. Deuxièmement : cette récep­tion est le signal que les deux gou­ver­ne­ments vont entre­te­nir des rela­tions dans le futur. Même si l’État fran­çais, par la voix du ministre des Affaires étran­gères, a réagi en appe­lant à la tenue d’une réunion du Conseil de sécu­ri­té de l’ONU, nous avons très bien vu que le ton gou­ver­ne­men­tal a, par la suite, chan­gé. Ça n’a pas été sui­vi d’effets. On sait qu’il existe un accord éco­no­mique entre les deux nations à hau­teur de 20 mil­liards d’euros. Dans une inter­view accor­dée à LCI, Erdoğan a décla­ré qu’il allait déve­lop­per des liens de soli­da­ri­té avec son « ami » Macron. Dès que ces liens se ren­forcent, ce sont les Kurdes qui en souffrent : s’ensuit, sur le sol fran­çais, des arres­ta­tions et l’absence d’une posi­tion offi­cielle de condam­na­tion ferme des actes de bar­ba­rie com­mis par la Turquie.

Emmanuel Macron et Erdogan à l’Elysée, 2018 (Christophe Ena/AP)

Iriez-vous jusqu’à par­ler d’une com­pli­ci­té du gou­ver­ne­ment Macron ?

Non. Pas à tout à fait. Mais le fait qu’il ne prenne aucune posi­tion claire encou­rage Erdoğan à bom­bar­der.

On a pu voir, ici ou là — lors des mani­fes­ta­tions ou sur les réseaux sociaux —, des demandes d’appuis mili­taires fran­çais à Afrin. Quelle est votre posi­tion ?

Ce sont là des posi­tions auto­nomes. Les YPG/J ont mon­tré au monde entier qu’ils n’avaient pas besoin d’une autre force armée sur le ter­rain, dans la lutte contre Daech ou les autres orga­ni­sa­tions dji­ha­distes, depuis 6 ans. La zone la plus sûre est, en Syrie, celle qu’administre les Kurdes. Nous ne pen­sons pas du tout qu’une inter­ven­tion étran­gère au sol soit néces­saire. Ce n’est pas une reven­di­ca­tion. Mais nous fai­sons appel à l’ONU et aux gou­ver­ne­ments, notam­ment fran­çais, dans l’espoir qu’ils puissent faire ces­ser les bom­bar­de­ments. Au sol, dans les faits, les troupes turques n’arrivent pas à avan­cer dans Afrin : ils n’ont pas pu faire plus de 200 mètres ; ils endom­magent le Rojava par leur avia­tion — à lire les médias turcs, on croi­rait qu’il ne reste plus aucun com­bat­tant vivant dans les rangs des Unités de pro­tec­tion du peuple… Il y a une grande résis­tance, une grande déter­mi­na­tion du peuple.

Des infor­ma­tions contra­dic­toires ont cir­cu­lé à pro­pos d’une demande, éma­nant du Rojava, d’intervention aérienne auprès du régime syrien…

« Il n’y a plus aucune dif­fé­rence entre al-Nosra, Daech, les diverses orga­ni­sa­tions dji­ha­distes et l’Armée syrienne libre : tous tuent les Kurdes. »

L’important, ce n’est pas que Damas inter­vienne ou non. Demandons plu­tôt au gou­ver­ne­ment syrien d’avoir le cou­rage de décla­rer que la Turquie doit ces­ser ses attaques sur son propre sol. Comme vous le savez, nous ne sommes pas du tout favo­rables à l’indépendance du Rojava : les Kurdes syriens dépendent des fron­tières de la Syrie. Damas devrait avoir le cou­rage de recon­naître qu’une par­tie du ter­ri­toire syrien est bom­bar­dée et que des crimes de guerre s’y com­mettent.

Pourquoi Bachar el-Assad ne se pro­nonce-t-il pas davan­tage4Assad a décla­ré : « La gros­sière attaque de la Turquie contre la ville syrienne d’Afrin ne peut pas être sépa­rée de la poli­tique menée par le régime turc depuis le pre­mier jour de crise en Syrie, qui s’appuie essen­tiel­le­ment sur le sou­tien au ter­ro­risme et aux groupes ter­ro­ristes sous dif­fé­rents noms. » ?

Il essaie d’augmenter son pou­voir et d’affirmer son rôle en vue, plus tard, des négo­cia­tions qu’il aura à mener avec les auto­ri­tés kurdes du nord de la Syrie. Sans l’accord de la Russie, les bom­bar­de­ments aériens turcs n’auraient pas pu avoir lieu. Les liens entre Assad et Poutine expliquent aus­si pour­quoi le pre­mier ne s’avance pas.

Qu’en est-il des élé­ments isla­mistes aux côtés des troupes turques, dans le cadre de l’opération Rameau d’olivier ?

Plusieurs groupes sont aujourd’hui pré­sents sur le ter­rain. Hayʼat Tahrir al-Sham est une branche d’al-Nosra, mais comme ce der­nier est condam­né par la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale et que la Turquie essaie d’avoir le sou­tien de cette même com­mu­nau­té, il nie le fait que c’est bien al-Nosra qui se bat à ses côtés. Erdoğan raconte que ce sont les habi­tants turk­mènes et arabes qui se mobi­lisent contre les Kurdes, qui ne vou­draient pas d’eux… L’Armée syrienne libre (ASL) com­bat éga­le­ment aux côtés d’Erdoğan, qui le reven­dique d’ailleurs : il répète qu’il s’agit là d’une force natio­nale syrienne alliée et que chaque com­bat­tant de l’ASL tom­bé est un « mar­tyr ». Il n’y a plus aucune dif­fé­rence — en termes de pra­tiques et de men­ta­li­té — entre al-Nosra, Daech, les diverses orga­ni­sa­tions dji­ha­distes et l’Armée syrienne libre : tous tuent les Kurdes. On l’a vu à Kobané, on l’a vu à Raqqa ; on a vu tous ces gens cou­per des têtes au nom de Dieu. Nous avons de l’expérience, nous savons à qui nous avons affaire, nous connais­sons les enne­mis du peuple kurde et de toutes les popu­la­tions civiles qui vivent actuel­le­ment au Rojava.

Hayʼat Tahrir al-Sham, pro­vince d’Hatay, 22 jan­vier 2018 (Bulent Kilic / AFP)

Les « rebelles » de l’Armée syrienne libre sont-ils à com­battre en tant que tels ou condam­nez-vous uni­que­ment leur évo­lu­tion majo­ri­taire vers l’islamisme ?

Nous avons décou­vert au fil du temps, et donc de leur évo­lu­tion, qui ils étaient. Au départ, il exis­tait dif­fé­rents groupes au sein de l’ASL : il était impos­sible d’en faire un seul bloc, doté d’une même idéo­lo­gie. Mais tous par­ta­geaient néan­moins déjà le même désir de tuer. Malgré le sou­tien de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale à l’endroit de l’ASL, ce pro­jet n’a pas tenu — cette armée perd ses forces et du ter­rain. Les seuls à la sou­te­nir dans la région sont désor­mais les auto­ri­tés turques : quand Ankara ces­se­ra d’appuyer l’ASL, elle se dis­sou­dra.

Qu’en est-il du napalm, que la Turquie uti­li­se­rait sur Afrin ? A-t-on des preuves ?

« Du napalm a bien été uti­li­sé contre les popu­la­tions civiles d’Afrin par la Turquie. »

Depuis ce matin [dimanche 28 jan­vier, ndlr], oui, via l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. Ils ont confir­mé les dires du PYD, la veille — cer­tains avaient aus­si­tôt lan­cé qu’il s’agissait seule­ment de pro­pa­gande kurde… Du napalm a bien été uti­li­sé contre les popu­la­tions civiles d’Afrin par la Turquie.

Que répon­dez-vous au récent article paru dans L’Orient le jour, accu­sant les YPG de se com­por­ter au Rojava de la même manière que les milices d’Assad ?

Cet article est sujet à sus­pi­cion : le fait que les témoins cachent leurs noms ren­for­ce­ra le manque de cré­di­bi­li­té. Ces per­sonnes pour­raient témoi­gner sans avoir besoin du cou­vert de l’anonymat, en argu­men­tant leur décla­ra­tions. Au sujet de la tor­ture, je peux vous dire que ce n’est pas une méthode uti­li­sée par les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS) et les YPG. Même les membres de Daech pré­fèrent se rendre aux FDS [les forces kurdes y sont majo­ri­taires, ndlr] ! Quant à dire que les YPG et le régime sont les mêmes, la réponse est claire : l’opération menée actuel­le­ment à Afrin est le fruit d’un arran­ge­ment entre Damas, la Turquie et la Russie — l’opération a été lan­cée juste après la visite des mili­taires turcs à Moscou et le régime syrien n’utilise pas son sys­tème de défense aérienne, en dépit d’une opé­ra­tion sur son sol… Dois-je rap­pe­ler que 40 % des effec­tifs des FDS/YPG/J se com­posent aus­si d’Arabes, de Turkmènes, de chré­tiens, de Yézidis et de sun­nites ?

L’avocat d’Öcalan [cofon­da­teur du PKK, déte­nu par la Turquie depuis 1999, ndlr], Ibrahim Bilmez, assure qu’on ne pour­ra pas régler la ques­tion kurde sans mettre sur la table sa libé­ra­tion. Partagez-vous ce point de vue ?

Bien sûr. Monsieur Öcalan est le repré­sen­tant de la com­mu­nau­té kurde. C’est bien pour cette rai­son que la Turquie le garde depuis 18 ans. Le fait qu’il soit pla­cé en iso­le­ment total atteste de cette réa­li­té — ils essaient de le tenir à l’écart de l’évolution poli­tique du Moyen-Orient. Si Monsieur Öcalan est un jour libé­ré, cela signi­fie­ra que la Turquie accep­te­ra d’entamer un vrai pro­ces­sus de paix avec les Kurdes.

Rojava : marche en faveur de la libé­ra­tion d’Öcalan (DR)

On a vu Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon récla­mer le retrait du PKK de la liste euro­péenne des « orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes ». Pensez-vous que cela se fera dans un futur proche ?

C’est une pos­si­bi­li­té, oui. De plus en plus, l’opinion publique, ain­si que les par­tis poli­tiques, y œuvrent. Les reven­di­ca­tions du PKK n’ont rien à voir avec Daech ou Al-Quaïda ! Le PKK n’a com­mis aucune action ter­ro­riste en Europe. Soyons clairs : nous pou­vons par­ler du Rojava parce qu’il y a eu le PKK — le PYD et les YPG/J ont été influen­cés par l’idéologie de ce par­ti et de Monsieur Öcalan. Nous croyons que le PKK sera reti­ré de cette liste dans les années à venir.

Vous avez récem­ment décla­ré à L’Humanité qu’il était impor­tant que les citoyens se mobi­lisent sur le sujet. Que peut faire un Français lamb­da pour appuyer le Rojava ?

Que se passe-t-il au Rojava ? Un pro­jet démo­cra­tique, huma­niste, laïc et par­ti­san du droit des femmes émerge. Qui n’est ni le régime de Damas, ni la Turquie d’Erdoğan, ni le régime ira­nien. Ce pro­jet est por­té par les Kurdes et ceux qui luttent avec eux, qu’ils soient Arabes, Turkmènes ou Arméniens. S’il perd, c’est la démo­cra­tie qui per­dra au Moyen-Orient. Toute per­sonne ordi­naire, en Europe, doit se per­mettre de sou­te­nir cette révolte, doit défendre Afrin face au féo­da­lisme. Nous avons avant tout besoin d’une chose : le sou­tien de l’opinion publique inter­na­tio­nale. Notre prin­ci­pal objec­tif est de convaincre les citoyens : c’est à cette seule condi­tion que nous pour­rons dire que nous avons gagné cette guerre. L’appui des États ne serait pas une vic­toire — tout n’est que rela­tions tac­tiques, pro­vi­soires, stra­té­giques. Que les citoyens mani­festent, s’ils le peuvent. S’ils n’ont pas la pos­si­bi­li­té de des­cendre dans la rue, qu’ils publient des articles sur leurs comptes Facebook ou Twitter : c’est un sou­tien impor­tant.


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « Défendons Afrin : défen­dons l’humanité ! », Dilar Dirik, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre repor­tage « Turquie, PKK et civils kurdes d’Irak sous tirs croi­sés », Sylvain Mercadier, ☰ Lire notre repor­tage « Kurdistan ira­kien : les mon­tagnes, seules amies des Kurdes ? »☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? », avril 2017

NOTES   [ + ]

1.« Nous avons en fait déve­lop­pé un nou­veau socia­lisme. […] Les bases de ce nou­veau sys­tème ne sont pas seule­ment la démo­cra­tie de base, mais aus­si la libé­ra­tion de la femme et l’écologie, c’est-à-dire la coha­bi­ta­tion har­mo­nieuse avec la nature », expli­quait ain­si Cemil Bayik, cofon­da­teur du PKK, en mars 2015.
2.Addendum : Sputnik France nous a adres­sé, le 31 jan­vier 2018, le mail que voi­ci : « Il s’agit d’un mal­en­ten­du qui ne peut être expli­qué que par une erreur de frappe d’un de nos cor­rec­teurs qui, sans aucun doute, aurait dû mettre le mot ter­ro­ristes dans le titre entre guille­mets afin d’éviter toute com­plai­sance éven­tuelle avec les pro­pos de l’état-major turc. Cette publi­ca­tion ne pré­sente en aucun cas une opi­nion ou une prise de posi­tion de notre rédac­tion, car il ne s’agit que d’une dépêche, et nous jugeons impor­tant, par sou­ci d’information objec­tive, de men­tion­ner les pro­pos offi­ciels des acteurs prin­ci­paux de tel ou tel conflit. » Le cour­rier pré­ci­sait éga­le­ment que Sputnik France pré­sen­tait ses « excuses » aux lec­teurs.
3.Sakîne Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Şaylemez.
4.Assad a décla­ré : « La gros­sière attaque de la Turquie contre la ville syrienne d’Afrin ne peut pas être sépa­rée de la poli­tique menée par le régime turc depuis le pre­mier jour de crise en Syrie, qui s’appuie essen­tiel­le­ment sur le sou­tien au ter­ro­risme et aux groupes ter­ro­ristes sous dif­fé­rents noms. »
Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.