Carnet du Rojava (1/3)


Texte inédit pour le site de Ballast

En mars 2016 nais­sait offi­ciel­le­ment la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord, pro­lon­ge­ment de la zone auto­nome du Rojava : un contrat social était mis en place, basé sur les prin­cipes du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique et du com­mu­na­lisme, pro­mou­vant l’é­co­lo­gie, l’é­ga­li­té entre les sexes, l’appropriation col­lec­tive de la terre, de l’eau et de l’énergie ain­si que le res­pect de tous les cultes. Le régime d’Assad avait aus­si­tôt fait savoir que cette annonce n’a­vait « aucune valeur légale ». À l’heure où l’État turc, épau­lé par des oppo­sants armés audit régime, occupe Afrin, une région clé de la Fédération, la conseillère régio­nale et mili­tante éco­so­cia­liste Corinne Morel Darleux s’est ren­due sur place. Soucieuse de mieux com­prendre cette révo­lu­tion en cours, elle s’est entre­te­nue avec plu­sieurs de celles et ceux qui s’é­chinent à la faire vivre, sur fond de guerre natio­nale et inter­na­tio­nale. De retour, nous publions son jour­nal de bord. 


Sur les rives du Tigre, les bagages s’entassent sous un soleil de plomb. Un bébé pleure, un poli­cier m’offre une ciga­rette. Du Kurdistan ira­kien, on voit, à quelques brasses, la berge côté syrien. Je suis devant le fameux bac1, seul moyen de pas­sage de la fron­tière, qui doit m’emmener au Rojava. C’est un voyage que j’attends depuis deux ans. En mars 2016, j’avais embras­sé le prin­temps à la fête tra­di­tion­nelle du nou­vel an kurde, le « Newroz », à Diyarbakir, au Kurdistan turc. J’ai depuis dévo­ré docu­men­taires et lec­tures, enchaî­né les mani­fes­ta­tions de sou­tien, lu chaque article du contrat social du Rojava et rele­vé ses échos trou­blants avec l’é­co­so­cia­lisme, bref : je suis tom­bée dedans. Avec une curio­si­té poli­tique gran­dis­sante pour cette région auto­nome du nord de la Syrie, au cœur du Moyen-Orient, qui mène sa révo­lu­tion fémi­niste, socia­liste et démo­cra­tique mal­gré le régime d’Assad2 et les com­bats contre Daech. Je vou­lais aller voir ça de plus près.

« C’est comme pour les femmes : le maquillage, les jolis vête­ments, ils n’aiment pas tout ça, ils disent que la femme ne doit pas se vendre. »

À l’automne 2016, une pos­si­bi­li­té fra­gile s’était ouverte de pas­ser par les mon­tagnes ira­kiennes pour rejoindre la Syrie mais l’offensive avait été lan­cée sur Mossoul, et l’expédition repor­tée sine die. Je me suis recen­trée sur la Turquie, enchaî­nant toute l’année les mis­sions d’observation de pro­cès poli­tiques à Ankara avec les cama­rades kurdes du Parti démo­cra­tique des peuples, le HDP. Le 27 février der­nier, une ren­contre inat­ten­due dans l’Isère avec un jour­na­liste kurde syrien, puis avec une équipe de docu­men­ta­ristes de France 2, a tout relan­cé : après des semaines d’échanges de mails avec le poste-fron­tière, de recherche d’informations tous azi­muts sur la manière de pro­cé­der, d’attente de visa ira­kien, de ten­ta­tives plus ou moins réus­sies pour ras­su­rer mes proches et de contacts avec les auto­ri­tés fran­çaises — tachant de m’en dis­sua­der —, et kurdes ira­kiennes — se fai­sant gen­ti­ment prier —, j’ai enfin pu m’envoler pour Erbil, l’aéroport inter­na­tio­nal tout juste rou­vert au Kurdistan ira­kien. Lestées des lourds gilets pare-balles four­nis par la rédac­tion de France 2, nous nous sommes ain­si retrou­vées avec les trois docu­men­ta­ristes au Classy (sic) hôtel d’Erbil. On y croise des jour­na­listes et des huma­ni­taires qui passent régu­liè­re­ment la fron­tière ; des élus euro­péens, beau­coup moins. L’ambassade d’Irak aurait en attente des demandes de visas de poli­tiques fran­çais qui datent de 4 ou 5 mois : je dois à un ange gar­dien d’avoir obte­nu le mien.

À Erbil, nous pas­sons la soi­rée avec un fixeur3 kurde ira­kien qui nous met en garde contre la pré­sence du régime syrien à Qamishle, une des prin­ci­pales villes du Rojava, en nous conseillant de ne pas trop nous en appro­cher. Il s’étonne de ce qui est en train de se pas­ser chez les voi­sins : « Eux, ils ne s’intéressent qu’à l’humain, ils ne veulent pas d’autoroutes. Ici, au Kurdistan, nous on fait des affaires. Vous savez, d’ailleurs, tous les pro­duits sont turcs ici. Ils auraient pu faire pareil. Pas avec la Turquie, d’accord, mais avec Assad par exemple. Ils pour­raient avoir des maté­riaux de construc­tion s’ils vou­laient, des routes, tout ce qu’il faut. Le Rojava n’est pas pauvre : Afrin, c’é­tait une région très riche. Mais ce n’est pas leur idée. C’est comme pour les femmes : le maquillage, les jolis vête­ments, ils n’aiment pas tout ça, ils disent que la femme ne doit pas se vendre. Par exemple, les publi­ci­tés pour les voi­tures avec une femme, tout ça, ils n’aiment pas… » On sent un mélange d’incrédulité, de déca­lage cultu­rel et idéo­lo­gique, et même un soup­çon de mépris dans sa voix. La mienne me dit que je suis au bon endroit.

(Par Corinne Morel Darleux)

Le len­de­main, 6 heures. On roule vers la fron­tière, dra­peau kurde dans la por­tière. Avec le chauf­feur, nous réin­ven­tons l’internationale des fumeurs : une ira­kienne contre une Camel fran­çaise, le pouce qui mime un bri­quet, lan­gage des signes uni­ver­sel. Le pay­sage défile, des champs culti­vés, des mon­tagnes en fond de décor majes­tueuses et rocailleuses. Les pan­neaux élec­to­raux en vue des élec­tions légis­la­tives du 12 mai com­posent une gale­rie de por­traits impro­bables tailla­dés pour lais­ser pas­ser le vent ; sur la route, les casques de moto sont rem­pla­cés par des fou­lards à damier noir et blanc. On dépasse le pan­neau Mossul, on longe une car­rière, des bâches du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfu­giés (UNHCR) recy­clées en rideau de for­tune entre deux échoppes de bord de rue, des camps de réfu­giés repé­rables à leurs réserves d’eau Unicef et leurs tentes blanches et bleues. La route est émaillée de check-points où je capte au vol quelques mots. « Fransa », « Rojava ». Je redoute le moment où ça va coin­cer, mais les visages res­tent déten­dus ; plai­san­te­ries sans ten­sion de l’autre côté ; on passe. Des euca­lyp­tus qui me rap­pellent la Corse, des ber­gers avec leur trou­peau qui squattent chaque bande her­beuse dis­po­nible. À l’approche de la fron­tière, les files de camions s’accélèrent et les flammes des puits de pétrole se mul­ti­plient au loin vers les mon­tagnes. On arrive dans le tri­angle Irak-Turquie-Syrie.

« Nous repar­tons sur des routes défon­cées. Totalement. Il nous fau­dra 3 heures pour par­cou­rir à peine 150 kilo­mètres. »

Foreigners depart­ment du poste-fron­tière de Faysh Kabur, Irak. Deux jeunes femmes pim­pantes nous accueillent d’un sou­rire, dans un anglais impec­cable, et véri­fient nos cartes et pas­se­ports. Nous échan­geons quelques mots avec un Australien, res­pon­sable sécu­ri­té d’une ONG, qui se moque gen­ti­ment de son voi­sin à qui il manque un papier et qui ne pour­ra pas­ser que le len­de­main. Dehors, un homme passe la ton­deuse à gazon sous le soleil. Il fait beau et doux. Je m’étais men­ta­le­ment pré­pa­rée à une jour­née de stress et d’embûches : elle s’avère moins ten­due que nombre d’oc­cu­pa­tions uni­ver­si­taires. Plus bas vers le fleuve, le res­pon­sable du bac, tout en bien­ve­nue, m’offre une ciga­rette après avoir véri­fié nos bagages. Nos quatre allures d’occidentales ne passent pas inaper­çues mais les regards sont bien­veillants. La cha­leur en revanche devient pesante. Je mau­dis les consignes de sécu­ri­té de France 2 en déchar­geant un gilet pare-balles du coffre de la camion­nette. On salue notre chauf­feur ira­kien. On y est. Le Tigre, le bac, le Rojava en ligne de mire.

De l’autre côté du Tigre, je suis accueillie par le Kongra Star, le mou­ve­ment des femmes du Rojava. Les for­ma­li­tés de pas­sage se règlent autour d’un tchai, au milieu de por­traits d’Abdullah Öcalan — dit « Apo », l’idéologue du pro­jet confé­dé­ra­liste démo­cra­tique por­té par le Rojava — et de cari­ca­tures d’Erdoğan. À 14 heures, c’est fait. Je suis offi­ciel­le­ment au Rojava. Nous repar­tons sur des routes défon­cées. Totalement. Il nous fau­dra trois heures pour par­cou­rir à peine 150 kilo­mètres. Le pay­sage est le même que du côté ira­kien : des der­ricks4, un camp de réfu­giés yézi­dis. Et cette fois la Turquie, à por­tée de tir. Je découvre le mur éri­gé par l’État turc le long de la fron­tière : des cen­taines de kilo­mètres de mira­dors qui me sui­vront durant tout mon séjour en Syrie du Nord. Nous nous arrê­tons pour déjeu­ner en sur­plomb d’une val­lée enser­rée à l’extrême nord du pays, qui semble fer­tile — on n’aperçoit pour­tant pas un pay­san, pas un ber­ger, et les terres ne sont plus culti­vées : les champs sont deve­nus un no man’s land. Ils bordent la fron­tière turque, et ceux qui s’y sont aven­tu­rés ont essuyé des tirs à vue. Le res­tau­rant dif­fuse des chan­sons fran­çaises, Joe Dassin et Céline Dion, pour nous faire plai­sir. Le déca­lage est étrange. On nous conseille d’éloigner la camé­ra, trop expo­sée. J’ai comme des remon­tées de Palestine, de ce ber­ger cou­pé de son trou­peau par des fils bar­be­lés. Quand on avait essayé de s’en appro­cher, un haut-par­leur nous avait ordon­né de recu­ler. L’Histoire se répète et revêt tou­jours le même cos­tume quand il s’agit d’envahir, d’opprimer, de tirer.

(Par Corinne Morel Darleux)

Notre véhi­cule est rem­pli de femmes qui fument allè­gre­ment ciga­rette sur ciga­rette. Le seul homme est un mili­taire, et c’est notre chauf­feur. J’ai sa kalach­ni­kov dans les pieds — une sen­sa­tion bizarre, à laquelle je vais pour­tant assez vite m’habituer : ici, tout le monde ou presque est armé. On tra­verse des vil­lages. Je scrute chaque rue. Chaque visage. Des enfants, des familles, des vieillards. Beaucoup de femmes, quelques voiles. Tout semble incroya­ble­ment nor­mal. Nous tra­ver­sons de nom­breux check-points tenus par les asayish, les forces de sécu­ri­té et de police liées au PYD, le Parti de l’union démo­cra­tique, l’une des orga­ni­sa­tions au pou­voir que je ren­con­tre­rai demain à Qamishle. Parfois, ils demandent au chauf­feur son pass, sans hos­ti­li­té. Tout juste un regard éton­né en me voyant. Et, il me semble, bien­veillant. Je suis héber­gée pour la nuit à la mai­son des hôtes de Remilan ; on s’offre un petit tour de nuit pour se dégour­dir les jambes après cette longue jour­née de route. Des gamins font du vélo, des femmes se pro­mènent, on s’achète quelques pâtis­se­ries et je finis par m’effondrer de fatigue sous une cou­ver­ture ornée de grandes fleurs vio­lettes après une toi­lette de chat à l’eau froide et un sand­wich à la vache qui rit.

« Nous, on a subi des mil­liers d’années de patriar­cat, alors on va pas s’inquiéter pour eux main­te­nant ! Ils vont bien se débrouiller. »

Départ, le len­de­main, pour Qamishle : une série de ren­contres offi­cielles. Je me plie de bonne grâce aux pas­sages obli­gés que j’anticipe un peu trop for­mels pour être vrai­ment éclai­rants, mal­gré mon envie d’aller au plus vite explo­rer les bas-côtés. Naturellement, je com­mence par mes hôtes, les porte-paroles et diri­geantes du Kongra Star, avec Evin Siwed et Makiye Hassou, que je retrou­ve­rai plus tard dans la suite de mon voyage à Kobane et Qamishle. Entre deux tchai, je suis inter­viewée et fil­mée par Rohani TV et l’agence ANHA, une petite vidéo dont je m’apercevrai dans quelques jours en retrou­vant un peu de connexion qu’elle a cir­cu­lé en France, magie des réseaux sociaux (et aus­si dans la revue de presse locale). Le Kongra Star est un acteur clé du Rojava, dont la révo­lu­tion a com­men­cé par la libé­ra­tion des femmes, confor­mé­ment aux pré­ceptes d’Öcalan. Le mou­ve­ment sen­si­bi­lise et aide les femmes à mon­ter des coopé­ra­tives, à se mettre à leur propre compte, à se for­mer. C’est un réseau puis­sant avec des antennes dans la plu­part des villes. Ce sont éga­le­ment elles qui ont œuvré aux deux grandes avan­cées légis­la­tives du Rojava, qui me seront citées en exemple à chaque ren­dez-vous : l’interdiction de la poly­ga­mie et des mariages for­cés de mineures — un véri­table tour de force quand on songe à la culture féo­dale et patriar­cale qui avait cours aupa­ra­vant. Bien sûr, tout n’est pas réglé ; l’évolution des esprits va prendre du temps, mais il est frap­pant de voir des femmes aller et venir libre­ment, tête nue, tra­vailler, conduire, com­battre au front et prendre les rênes poli­ti­que­ment. C’est sans doute l’aspect le plus visible de la révo­lu­tion en cours au Rojava. Alors que je m’émouvais même du risque de retour de balan­cier en obser­vant que les hommes qui nous accom­pa­gnaient res­taient à l’écart sans par­ti­ci­per aux conver­sa­tions, les femmes m’ont gen­ti­ment raillée de m’en inquié­ter : « C’est vrai que pour eux aus­si c’est une révo­lu­tion. Du coup, le chan­ge­ment est com­pli­qué à gérer : ils sont un peu dépas­sés par les évé­ne­ments et doivent trou­ver leur place dans cette nou­velle socié­té, mais bon… Nous, on a subi des mil­liers d’années de patriar­cat, alors on va pas s’inquiéter pour eux main­te­nant ! Ils vont bien se débrouiller. »

J’enchaîne avec la porte-parole du PYD, Ayse Hiso. Elle est ori­gi­naire d’Afrin et comme toutes celles et ceux que je ren­con­tre­rai durant mon séjour, elle m’en parle avec gra­vi­té et émo­tion, en me mon­trant sur son télé­phone des pho­tos de la ville mar­tyre, cou­verte de fleurs et de prai­ries… Nous par­ta­geons le repas clas­sique du Rojava : une table cou­verte de salades de cru­di­tés, de pain plat, d’herbes aro­ma­tiques, de bro­chettes d’agneau et de pou­let grillé, mul­ti­pli­ci­té d’assiettes dans les­quelles cha­cun vient pio­cher, le tout accom­pa­gné de sodas — l’eau est très pol­luée au Rojava, ce qui explique la pro­fu­sion de bois­sons en canettes et l’omniprésence du thé, dont l’eau a bouilli avant d’être ser­vie. Au cours des dis­cus­sions avec Ayse, je me rends compte que nos prises de posi­tions et cam­pagnes de sou­tien en France sont connues et sui­vies ici (je me pro­mets de me sou­ve­nir au pro­chain moment de décou­ra­ge­ment que tout ce qu’on fait, par­fois dans l’indifférence géné­rale, ne sert pas à rien).

(Par Corinne Morel Darleux)

Au Tev-Dem — le Mouvement pour une socié­té démo­cra­tique, auquel le PYD est affi­lié —, je ren­contre ensuite le co-pré­sident Abdul Salam Ahmed puis, dans les locaux de la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord, la pétillante pré­si­dente Fawza al Yussef, qui irra­die de viva­ci­té et d’intelligence. Je serai frap­pée tout au long de mon voyage par la classe immense de ces femmes en res­pon­sa­bi­li­té : qu’elles soient com­bat­tantes, poli­tiques, ou civiles enga­gées, la plu­part d’entre elles ont un cha­risme fou, mélange d’humour et d’aplomb, de dou­ceur et de dure­té. On sent chez elles une déter­mi­na­tion sans faille, la puis­sance de convic­tions à l’épreuve du feu et des larmes. À ce sujet, Fawza tient à insis­ter sur le fait que « Erdoğan ne doit pas faire oublier le régime syrien », et que Daech ne peut être réduit aux armes : « C’est une men­ta­li­té. L’erreur de la coa­li­tion a été de ne miser que sur les com­bats, là où il y a besoin de culture et d’éducation. » Elle me parle du modèle du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique en pro­jet pour la Syrie du Nord et des conseils locaux déjà en appli­ca­tion au Rojava, des assem­blées pari­taires dont les élec­tions pré­vues en mars ont du être repor­tées : toutes les forces ont été mobi­li­sées par la guerre à Afrin et l’afflux de réfu­giés.

« L’armée turque et ses alliés isla­mistes sont en train de trans­for­mer la ville mul­ti­cul­tu­relle du Rojava en une enclave turque et arabe isla­mi­sée. »

Je vais assis­ter à une de ces assem­blées le len­de­main, celle du can­ton de Cezire à Amuda, ceinte de mon écharpe d’élue fran­çaise qui ne passe pas inaper­çue et semble même don­ner des idées à cer­tains. L’assemblée du can­ton a été créée en 2014 ; la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord — qui englobe le Rojava, de fac­to auto­nome depuis 2012 — n’existe que depuis mars 2016 ; Daech puis l’armée turque ont mul­ti­plié les urgences et les fronts de mobi­li­sa­tion : il n’est pas éton­nant dans ces condi­tions que la démo­cra­tie ins­ti­tu­tion­nelle n’en soit encore qu’à ses bal­bu­tie­ments. J’en sors un peu sur ma faim, la forme res­tant fina­le­ment assez clas­sique, mais heu­reuse d’y avoir obser­vé la confir­ma­tion que oui, désor­mais au Rojava, des Kurdes et des Arabes, femmes et hommes, chré­tiens et musul­mans, de dif­fé­rentes cultures et reli­gions, débattent ensemble — ce qui semble peut-être mineur lu de France, mais est loin d’être évident, rap­pe­lons-le, en Syrie. Après avoir salué ma pré­sence, l’assemblée s’ouvre sur une minute de silence en hom­mage aux mar­tyrs tom­bés à Afrin. Émotion d’être là pour par­ta­ger ce moment, et sen­sa­tion très étrange d’écho silen­cieux à des hom­mages simi­laires vécus à Lyon, dans l’enceinte d’une autre assem­blée régio­nale, en mémoire des vic­times de Daech en France. Puis la ses­sion s’ouvre sur un sché­ma assez stan­dard : lec­ture fas­ti­dieuse du compte-ren­du de la pré­cé­dente assem­blée, pré­sen­ta­tion de l’ordre du jour, appel des pré­sents. Enfin, un point poli­tique sur la situa­tion — « Tout le monde donne son avis sur la Syrie, sauf les Syriens. » — puis la mise en débat d’un nou­veau dis­po­si­tif qui pré­cise les condi­tions de sor­tie du ter­ri­toire, via Faysh Kabur, vers l’Irak. Après sa pré­sen­ta­tion par un res­pon­sable du Comité de l’Intérieur, une femme s’élève contre cette res­tric­tion de liber­té de cir­cu­la­tion. D’autres modèrent, en sou­li­gnant les pos­si­bi­li­tés de déro­ga­tions. En toile de fond des dis­cus­sions, la crainte que des menaces et pres­sions soient exer­cées sur les popu­la­tions civiles pour vider le ter­ri­toire, faci­li­ter ain­si les bom­bar­de­ments et, in fine, le rem­pla­ce­ment de la popu­la­tion : inquié­tudes légi­times, hélas, quand on observe ce qui se passe à Afrin — l’armée turque et ses alliés isla­mistes sont en train de trans­for­mer la ville mul­ti­cul­tu­relle du Rojava en une enclave turque et arabe isla­mi­sée.

Cette tour­née ins­ti­tu­tion­nelle me laisse gor­gée de tchai, de ques­tions et de réflexions. D’abord, celle que si le Rojava rejette l’idée d’État et n’est pas séces­sion­niste mais bien fédé­ra­liste, il sait pour autant se doter des ins­tru­ments de l’autonomie : une poli­tique des fron­tières, un début de fis­ca­li­té, des forces de sécu­ri­té et une armée, un pro­gramme sco­laire ensei­gné en trois langues : ne manque plus qu’une pré­si­dence ! Fawza me reprend aus­si­tôt, mali­cieu­se­ment : « Non, une fédé­ra­tion. » Ensuite, l’observation directe que cha­cune de ces ins­tances res­pecte le prin­cipe de pari­té et anime, à dif­fé­rents niveaux, le confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique en construc­tion au Rojava, avec le pro­jet de l’étendre à la Syrie du Nord puis — qui sait ? — à l’ensemble du pays. Tous insistent bien sur le fait qu’il ne s’agit pas uni­que­ment d’un pro­jet pour les Kurdes mais pour les Arabes, les Turkmènes, les Yézidis, les Alévis, aus­si bien que les musul­mans ou chré­tiens, à Qamishle, Kobane comme à Raqqa. Enfin, je dois dire que les com­men­taires sont plu­tôt posi­tifs sur le rôle de la France, l’un des seuls pays à avoir condam­né clai­re­ment, quoique tar­di­ve­ment, l’attaque turque sur Afrin. La plu­part de mes inter­lo­cu­teurs semblent sou­hai­ter que les forces armées fran­çaises res­tent pré­sentes en Syrie. Cette ques­tion est reve­nue à plu­sieurs reprises : les menaces du pré­sident Erdoğan de pour­suivre l’offensive vers l’est et la ville de Manbij (sous contrôle des États-Unis) n’y sont pro­ba­ble­ment pas étran­gères, de même que les décla­ra­tions de Donald Trump, depuis contre­dites, sur le retrait des forces états-uniennes du pays. Si on se sur­prend presque à oublier la guerre dans les rues pai­sibles du Rojava, elle reste omni­pré­sente dans les cœurs et les esprits, tan­dis que se suc­cèdent les témoi­gnages éta­blis­sant que l’armée turque et ses alliés dji­ha­distes repro­duisent aujourd’hui à Afrin les exac­tions de Daech et pro­voquent une vaste catas­trophe huma­ni­taire. Tous en appellent au sou­tien et au com­bat contre le « sys­tème de ter­reur d’Erdoğan ».

(Par Corinne Morel Darleux)

Nous repar­tons en voi­ture et la vie reprend en musique ; notre chauf­feur lance avec un plai­sir non dis­si­mu­lé sa bande-son spé­ciale Rojava qui rythme le tra­jet. On monte le son, vitres grandes ouvertes ; je prends une grande bouf­fée d’air. Nous tra­ver­sons la ville ani­mée de Qamishle. Des ado­les­cents lavent leurs motos à grands jets d’eau, un groupes de jeunes femmes passe en riant, une bou­tique ani­mée vend des pou­lets vivants, et, sur la place, à côté des dra­peaux et des por­traits d’Apo, une affiche rend hom­mage aux trois mili­tantes kurdes assas­si­nées en plein Paris il y a cinq ans : Sakine Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Saylemez… Voir leurs visages ici me touche. Nous avons été des mil­liers à mani­fes­ter à Paris en jan­vier pour récla­mer la véri­té sur ce triple assas­si­nat. Un Turc, infil­tré dans les réseaux kurdes pari­siens, a été arrê­té ; décé­dé, depuis — l’im­pli­ca­tion des ser­vices secrets turcs, pour­tant lar­ge­ment docu­men­tée, n’a jamais été fouillée par la jus­tice ni par le gou­ver­ne­ment fran­çais. Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, avait pro­mis de faire la lumière sur ce qui s’é­tait pas­sé ; Emmanuel Macron n’a tou­jours pas reçu les familles : la veille de notre ras­sem­ble­ment, il rece­vait Recep Tayyip Erdoğan à l’Elysée…

Le soleil se couche, la route défile. La nuit tombe, on roule tou­jours. Sur ma droite, à quelques kilo­mètres, je dis­tingue les lumières d’une grande ville. Entre elle et nous, une suc­ces­sion de petits points lumi­neux ali­gnés au cor­deau : le mur. Construit sur près de 900 kilo­mètres le long de la fron­tière syrienne par la Turquie, payée par l’Union euro­péenne pour accueillir — et rete­nir — sur son ter­ri­toire les réfu­giés syriens. Un mur éri­gé pré­ci­sé­ment à l’inverse, pour empê­cher les Syriens de se réfu­gier en Turquie. Contre-sens et folies du monde moderne. À minuit, l’électricité est cou­pée, le Rojava est plon­gé dans le noir. La Turquie reste illu­mi­née. Mais, de notre côté, on voit les étoiles.


Lire le second volet


[embe­dyt] https://www.youtube.com/watch?v=jd50pGRhFiY[/embedyt]


REBONDS

☰ Lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens », Raphaël Lebrujah, mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Rojava : des révo­lu­tion­naires ou des pions de l’Empire ? », Marcel Cartier, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? », avril 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « De retour de la révo­lu­tion du Rojava », mars 2017
☰ Lire notre article « Une coopé­ra­tive de femmes au Rojava »Hawzhin Azeez, jan­vier 2017

  1. Bateau à fond plat pour tra­ver­ser un cours d’eau ou un lac.
  2. Note de la rédac­tion : pour en savoir plus sur les rela­tions qu’entretiennent la révo­lu­tion et le régime syrien, lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens ».
  3. Accompagnateur, tra­duc­teur ou guide, en région à risque.
  4. Tour métal­lique sou­te­nant le dis­po­si­tif de forage d’un puits de pétrole.
Tags:
Corinne Morel Darleux
Corinne Morel Darleux

En charge du développement à l'international de l'écosocialisme pour le Parti de Gauche, Corinne Morel Darleux est également conseillère régionale en Auvergne Rhône Alpes et chroniqueuse pour Reporterre et Là-bas si j'y suis... Elle vit à Die, dans le Vercors. Son blog : www.lespetitspoissontrouges.org

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.