Notre onzième numéro est disponible en librairie !
 

La Commune et ses usages libertaires


Texte inédit pour le site de Ballast

À la ques­tion de savoir ce qu’est « la dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat » telle que théo­ri­sée par Marx, son fidèle com­pa­gnon Engels répond en 1891 : « Regardez la Commune de Paris. » Marx avait d’ailleurs tenu cette der­nière pour « la forme poli­tique enfin trou­vée qui per­met­tait de réa­li­ser l’é­man­ci­pa­tion éco­no­mique du Travail ». Près de trois décen­nies plus tard, on raconte que Lénine esquisse quelques pas de danse sur la neige au 73e jour de la Révolution russe — c’est-à-dire un de plus que la durée de la Commune, mas­sa­crée par la troupe ver­saillaise : envi­ron 20 000 morts en l’es­pace d’une semaine. Que cette his­toire relève ou non de la légende ne change rien à l’af­faire : la Commune imprègne les tra­di­tions com­mu­niste et mar­xiste. Mais elle irrigue avec sem­blable force le cou­rant liber­taire. Édouard Jourdain, auteur de Théologie du capi­tal, revient sur la struc­ture même de cette expé­rience révo­lu­tion­naire avor­tée : la com­mune, sans majus­cule. Un long sillon s’a­vance alors, des écrits anar­chistes de Proudhon aux cantons auto­nomes du Rojava.


[lire le pre­mier volet de notre semaine « La Commune a 150 ans »]


Dans son mani­feste du 23 mars 1871, la Commune de Paris déclare : « L’indépendance de la com­mune est le gage d’un contrat dont les clauses libre­ment débat­tues feront ces­ser l’antagonisme des classes et assu­re­ront l’égalité sociale. » L’ambition révo­lu­tion­naire de la Commune va ain­si conti­nuer à mar­quer les ima­gi­naires jusqu’à nos jours, tra­ver­sant les cou­rants socia­listes et réson­nant à tra­vers le monde, pour par­fois don­ner nais­sance à des expé­riences simi­laires dont l’issue sera plus ou moins tragique1. Les réa­li­sa­tions de la Commune de Paris révèlent par­fois de l’avant-garde : elles pré­fi­gurent des réformes qui auront lieu dans les années suivantes.

« Ce qui va mar­quer l’imaginaire est un mou­ve­ment, un esprit inédit : celui du peuple qui pro­clame son droit à la ville. »

Au nombre des plus signi­fi­ca­tives d’entre ces réa­li­sa­tions, nous pou­vons sou­li­gner l’abolition de l’armée per­ma­nente, la libé­ra­tion des pri­son­niers poli­tiques, la sus­pen­sion des mesures répres­sives concer­nant les loyers, la liber­té d’association (qui ne sera ins­ti­tu­tion­na­li­sée que par la loi de 1901), le droit par les tra­vailleurs de s’unir dans des syn­di­cats (loi de 1884), l’enseignement gra­tuit et laïque (ren­du pos­sible entre 1881 et 1885) ou encore la sépa­ra­tion de l’Église et de l’État (1905). Néanmoins, plus que ces mesures, ce qui va mar­quer l’imaginaire est un mou­ve­ment, un esprit inédit : celui du peuple qui pro­clame son « droit à la ville » — pour reprendre une expres­sion du phi­lo­sophe et socio­logue mar­xiste Henri Lefebvre — et appelle à la fédé­ra­tion des com­munes en vue d’une révo­lu­tion à la fois poli­tique et sociale. Et ce, afin de se réap­pro­prier la chose publique et la chose éco­no­mique. Cet esprit, les anar­chistes n’ont eu de cesse de le per­pé­tuer, à la fois dans la pen­sée et dans les actes. La Commune de Paris est un évé­ne­ment dans la mesure où elle cris­tal­lise des théo­ries et des pra­tiques qui la pré­cèdent, pour ensuite nour­rir celles qui vont suivre. La notion de com­mune fait ain­si l’objet d’un usage anar­chiste ou anar­chi­sant qui demeure d’actualité.

Les anarchistes et la Commune de Paris

Avant la Commune de Paris, l’a­nar­chiste russe Mikhaïl Bakounine avait déjà ima­gi­né com­ment les com­munes devaient s’insurger pour orga­ni­ser leur auto­no­mie au sein d’un fédé­ra­lisme s’élargissant pro­gres­si­ve­ment : « Pour l’or­ga­ni­sa­tion de la Commune, la fédé­ra­tion des bar­ri­cades en per­ma­nence et la fonc­tion d’un Conseil de la Commune révo­lu­tion­naire par la délé­ga­tion d’un ou deux dépu­tés par chaque bar­ri­cade, un par rue, ou par quar­tier, dépu­tés inves­tis de man­dats impé­ra­tifs, tou­jours res­pon­sables et tou­jours révo­cables. Le Conseil com­mu­nal ain­si orga­ni­sé pour­ra choi­sir dans son sein des comi­tés exé­cu­tifs, sépa­rés pour chaque branche de l’ad­mi­nis­tra­tion révo­lu­tion­naire de la Commune2. »

[Lorser Feitelson]

L’homme a par­ti­ci­pé à la ten­ta­tive infruc­tueuse de l’insurrection de la Commune de Lyon, et a salué, dans celle de Paris, le pre­mier sou­lè­ve­ment du pro­lé­ta­riat contre l’État. Si les Jacobins étaient tou­jours pré­sents et mena­çaient la révo­lu­tion, si le pro­gramme social était encore bien timide au vu de ses visées anar­chistes, il n’en res­tait pas moins que la Commune de Paris avait posé une idée éman­ci­pa­trice qu’il était pos­sible de pro­lon­ger à l’avenir. Dans le même état d’esprit, on retrouve Gustave Lefrançais, élu par le 4e arron­dis­se­ment de Paris à l’assemblée com­mu­nale. Fouriériste et prou­dho­nien durant la Commune, il com­bat sur les bar­ri­cades lors de la Semaine san­glante : il rejoin­dra les anar­chistes de la Fédération juras­sienne. Lefrançais offre dans son Étude sur le mou­ve­ment com­mu­na­liste un point de vue cri­tique sur cet évé­ne­ment, tout en pré­sen­tant ce que devrait être la révo­lu­tion com­mu­na­liste à venir. Bien que fervent par­ti­san de la Commune, il met en garde contre une cer­taine pro­pen­sion auto­ri­taire qu’il a pu consta­ter : elle conduit à sabo­ter toute pers­pec­tive réel­le­ment révo­lu­tion­naire — sup­pres­sion de titres de presse, non publi­ci­té des séances publiques, enré­gi­men­te­ment mili­taire, excès poli­ciers et vio­lences contre le cler­gé. Il approuve tou­te­fois l’abolition de la conscrip­tion, le salaire réduit au mini­mum pour les membres de la Commune ou encore la réor­ga­ni­sa­tion des ser­vices muni­ci­paux par la dési­gna­tion de commissions.

« Bien que fervent par­ti­san de la Commune, il met en garde contre une cer­taine pro­pen­sion auto­ri­taire qu’il a pu constater. »

D’une manière géné­rale, la Commune de Paris ini­tiait un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire cri­tique vis-à-vis de l’ensemble des par­tis pré­ten­dant incar­ner la révo­lu­tion. « La révo­lu­tion du 18 mars, en effet, n’apportait pas avec elle de simples modi­fi­ca­tions dans le rouage admi­nis­tra­tif et poli­tique du pays. Elle n’avait pas seule­ment pour but de décen­tra­li­ser le pou­voir. Sous peine de men­tir à ses pre­mières affir­ma­tions, elle avait pour mis­sion de faire dis­pa­raître le Pouvoir lui-même ; de res­ti­tuer à chaque membre du corps social sa sou­ve­rai­ne­té effec­tive, en sub­sti­tuant le droit d’initiative directe des inté­res­sés, ou gou­ver­nés, à l’action délé­tère, cor­rup­trice et désor­mais impuis­sante du gou­ver­ne­ment, qu’elle devait réduire au rôle de simple agence admi­nis­tra­tive3. »

Si l’enthousiasme anar­chiste pour la Commune de Paris est cer­tain au moment de l’événement, nous retrou­vons néan­moins la for­mu­la­tion de cer­taines cri­tiques une dizaine d’années après. C’est le cas, par exemple, du géo­graphe anar­chiste Élisée Reclus. Il a lui-même par­ti­ci­pé à l’insurrection et affirme que « jus­qu’à main­te­nant, les com­munes n’ont été que de petits États, et même la Commune de Paris, insur­rec­tion­nelle par en bas, était gou­ver­ne­men­tale par en haut, main­te­nait toute la hié­rar­chie des fonc­tion­naires et des employés. Nous ne sommes pas plus com­mu­na­listes qu’é­ta­tistes, nous sommes anar­chistes4… » L’historien anar­chiste Max Nettlau rap­pelle pour sa part que c’est après avoir pris acte des incli­na­tions auto­ri­taires de cer­tains diri­geants de la Commune que Louise Michel devint anarchiste5.

[Lorser Feitelson]

Le congrès anar­chiste annuel de la Fédération juras­sienne pré­cise les choses en octobre 1880 : « Les idées émises sur la com­mune peuvent lais­ser sup­po­ser qu’il s’a­git de sub­sti­tuer à la forme actuelle de l’État une forme plus res­treinte, qui serait la com­mune. Nous vou­lons la dis­pa­ri­tion de toute forme éta­tiste, géné­rale ou res­treinte, et la com­mune n’est pour nous que l’ex­pres­sion syn­thé­tique de la forme orga­nique des libres grou­pe­ments humains6. » Si les appré­cia­tions anar­chistes de la Commune peuvent dif­fé­rer, elles se retrouvent sur deux cri­tiques conjointes : d’une part, elle n’est pas allée assez loin dans la cri­tique du pou­voir ; d’autre part, elle n’est pas allée assez loin dans sa cri­tique de la pro­prié­té. Il n’en demeure pas moins qu’elle appa­raît comme un exemple qu’il est néces­saire de radicaliser.

« Bien avant la Commune de Paris, nous retrou­vons dans les écrits anar­chistes un éloge de l’autonomie des com­munes enten­dues comme uni­tés de base politiques. »

Le théo­ri­cien anar­chiste russe Kropotkine syn­thé­tise de la sorte les points de vue anar­chistes : « Sous le nom de Commune de Paris, naquit une idée nou­velle, appe­lée à deve­nir le point de départ des révo­lu­tions futures7. » Certes, la Commune n’est pas allée jus­qu’au bout dans sa cri­tique du capi­ta­lisme ni dans son rejet de l’État, mais elle est le fruit d’un mou­ve­ment popu­laire et demeure pleine de pro­messes. Dans cette pers­pec­tive, elle a conti­nué à ins­pi­rer les grandes expé­riences révo­lu­tion­naires anar­chistes du XXe siècle : que ce soit lors de la Révolution russe, de 1917 à 1921, avec les pre­miers soviets et les com­munes libres de l’Ukraine de Makhno, comme celles de Catalogne lors de la Révolution espa­gnole de 1936. Les aspi­ra­tions qu’ont sus­ci­tées la Commune ne s’arrêtent tou­te­fois pas là : elles conti­nuent à creu­ser un sillon, sou­vent de manière sou­ter­raine, tant au niveau de la théo­rie que de la pra­tique anar­chiste ou anarchisante.

La commune avant et après la Commune de Paris

Bien avant la Commune de Paris, nous retrou­vons dans les écrits anar­chistes un éloge de l’autonomie des com­munes enten­dues comme uni­tés de base poli­tiques, à par­tir des­quelles pour­ra se conce­voir un fédé­ra­lisme inté­gral — poli­tique et éco­no­mique. Elle consti­tue cette uni­té poli­tique à hau­teur humaine, laquelle a mon­tré, his­to­ri­que­ment, qu’elle rem­plis­sait les meilleures condi­tions pour une démo­cra­tie réelle. Pierre-Joseph Proudhon, dans son ouvrage post­hume De la capa­ci­té des classes ouvrières, la défi­nit comme suit : « La com­mune est par essence, comme l’homme, comme la famille, comme toute indi­vi­dua­li­té ou col­lec­ti­vi­té intel­li­gente et morale, un être sou­ve­rain. En cette qua­li­té, la com­mune a le droit de se gou­ver­ner elle-même, de s’administrer, de s’imposer des taxes, de dis­po­ser de ses pro­prié­tés et de ses reve­nus, de créer pour sa jeu­nesse des écoles, d’y nom­mer des pro­fes­seurs, de faire sa police, d’avoir sa gen­dar­me­rie et sa garde civique ; de nom­mer ses juges ; d’avoir ses jour­naux, ses réunions, ses socié­tés par­ti­cu­lières, ses entre­pôts, sa mer­cu­riale, sa banque, etc. La com­mune prend des arrê­tés, rend des ordon­nances : qui empêche qu’elle n’aille jusqu’à se don­ner des lois ? […] Voilà ce qu’est une com­mune ; car voi­là ce qu’est la vie col­lec­tive, la vie poli­tique8. »

[Lorser Feitelson]

Il s’a­git moins de reve­nir à un âge d’or antique où les cités étaient à l’honneur que de pui­ser dans le pas­sé ce qui est sus­cep­tible d’inspirer les moda­li­tés de l’émancipation, tou­jours à la condi­tion de s’attaquer aux pro­blèmes contem­po­rains : en pre­mier lieu, le pro­blème social et éco­no­mique. Du temps de Kropotkine, déjà, on lui assène l’argument sui­vant : « La com­mune, mais c’est le retour au Moyen Âge ! C’est faire fi de toute l’histoire qui a per­mis l’avènement de l’État et de l’unité natio­nale9 ! » Or il se trouve que la situa­tion n’est évi­dem­ment plus la même : au Moyen Âge, la com­mune per­met à ses habi­tants de s’émanciper du ser­vage et en par­tie de l’arbitraire fis­cal du sei­gneur. « C’est donc bien réel­le­ment contre le sei­gneur que se sou­lève la com­mune du Moyen Âge. C’est de l’État que la com­mune d’aujourd’hui cher­che­ra à s’affranchir10. »

« La com­mune s’enferme alors dans ses rem­parts et reste sourde aux appels de détresse des popu­la­tions extérieures. »

Autre élé­ment qui dif­fé­ren­cie la com­mune du Moyen Âge d’une com­mune éman­ci­pée, liber­taire et éga­li­taire : la divi­sion en classes sociales. Au Moyen Âge, la bour­geoi­sie nais­sante s’empare peu à peu du pou­voir, et son déve­lop­pe­ment conduit à creu­ser les inéga­li­tés au sein de la popu­la­tion, condui­sant à des guerres civiles ou à l’exode des plus dému­nis. La com­mune s’enferme alors dans ses rem­parts et reste sourde aux appels de détresse des popu­la­tions exté­rieures. Au contraire, la com­mune anar­chiste cherche à se dupli­quer pour for­mer une chaîne uni­ver­selle de soli­da­ri­té. L’isolement est d’autant plus dif­fi­cile à conce­voir aujourd’hui qu’une com­mune pour­rait dif­fi­ci­le­ment sur­vivre en autar­cie sans le secours d’apports exté­rieurs. C’est ici, sou­ligne Kropotkine, la face posi­tive du déve­lop­pe­ment des échanges.

Il peut bien sub­sis­ter des que­relles de clo­cher mais, en réa­li­té, les com­munes auront tou­jours inté­rêt à réa­li­ser des alliances — y com­pris de manière indi­recte, par l’intermédiaire de grands centres indis­pen­sables à la satis­fac­tion de leurs besoins com­muns : « Les fédé­ra­tions de com­munes, si elles sui­vaient leur libre déve­lop­pe­ment, vien­draient bien­tôt s’enchevêtrer, se croi­ser, se super­po­ser et for­mer ain­si un réseau bien autre­ment com­pact, un et indi­vi­sible, que ces grou­pe­ments éta­tistes qui ne sont que jux­ta­po­sés, comme les verges en fais­ceau autour de la hache du lic­teur6. » La ter­ri­to­ria­li­té ne se réduit alors plus à quelques fron­tières qui seraient autant de murailles sépa­rant les com­munes les unes des autres ; elle se fond dans une vaste fédé­ra­tion et un réseau éten­du où « tel indi­vi­du ne trou­ve­ra la satis­fac­tion de ses besoins qu’en se grou­pant avec d’autres indi­vi­dus ayant les mêmes goûts et habi­tant cent autres com­munes6 ».

[Lorser Feitelson]

La commune aujourd’hui : perspectives libertaires

Cette aspi­ra­tion liber­taire conti­nue de vivre, de nos jours, sous le nom de « muni­ci­pa­lisme » : celui-ci regroupe un ensemble d’expériences récentes (consti­tuées de mou­ve­ments sociaux, de par­tis ou de simples citoyens) qui envi­sagent de trans­for­mer les poli­tiques publiques à une échelle locale dans la pers­pec­tive d’un appro­fon­dis­se­ment de la démo­cra­tie. Tout en pre­nant en compte la néces­saire tran­si­tion éco­lo­gique, il se sai­sit, au sens large, de la pos­si­bi­li­té de mettre en avant les com­muns et le com­mun.

« Les empires et les États se sont vite trou­vés confron­tés à la pré­ten­tion des Cités à demeu­rer autonomes. »

À Madrid, la coa­li­tion muni­ci­pale, appuyée par l’é­lue com­mu­niste Manuela Carmena, pro­longe le mou­ve­ment d’occupation des espaces publics par les Indignés. En Catalogne, la pla­te­forme Barcelona en Comun (Barcelone en com­mun) ras­semble, depuis 2014, des mili­tants du droit au loge­ment et du droit à la ville, à l’instar de la maire Ada Colau. Au Kurdistan syrien (Rojava), se met en place, depuis la pro­cla­ma­tion offi­cielle de son auto­no­mie en 2013, un confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique où les prin­cipes du muni­ci­pa­lisme — pour par­tie ins­pi­rés du théo­ri­cien com­mu­na­liste Murray Bookchin — sont pro­mus. En 2017, le réseau Fearless cities s’est consti­tué, ini­tié par Barcelone et inau­gu­rant des som­mets annuels pour un mou­ve­ment muni­ci­pa­liste glo­bal. Ce vaste mou­ve­ment s’inscrit dans une his­toire aus­si vieille que la fon­da­tion des pre­mières cités, lieux par excel­lence d’une démo­cra­tie enten­due comme pro­ces­sus poli­tique de déli­bé­ra­tions et de déci­sions prises par les citoyens. C’est que la com­mune consti­tue le lieu d’élection de la liber­té poli­tique, et ce au moins depuis la cité grecque. Nous obser­vons en effet, tout au long de l’Histoire, des cités qui ont consti­tué de nom­breuses formes poli­tiques conju­rant l’idée d’impe­rium, c’est-à-dire l’idée d’une forme poli­tique (empire, État…) qui vien­drait mono­po­li­ser le pou­voir aux mains de quelques-uns et non de tous.

Que ce soit durant l’Antiquité ou au Moyen Âge, les cités se sont consi­dé­ra­ble­ment déve­lop­pées comme autant de formes pré­ser­vant des modes de vie et un esprit démo­cra­tique qui se tra­dui­sait par le vote, le tirage au sort et la tenue fré­quente d’assemblées. Les empires et les États se sont vite trou­vés confron­tés à la pré­ten­tion des cités à demeu­rer auto­nomes. D’où une his­toire par­fois vio­lente, désir d’unification du ter­ri­toire oblige — laquelle pas­sait notam­ment par l’imposition du pré­lè­ve­ment fis­cal. Cette dyna­mique de l’État ou de l’empire contre les villes a eu des effets ambi­va­lents : certes, le pro­ces­sus his­to­rique révèle un recul de la démo­cra­tie et de l’autonomie qui va de pair avec la perte du pou­voir des com­munes ; néan­moins, le pro­ces­sus d’intégration ter­ri­to­rial des com­munes par les États et les empires est soli­daire d’un pro­ces­sus d’introduction des notions d’universalisme (concer­nant par exemple la citoyen­ne­té, ou tout sim­ple­ment le sys­tème des poids et mesures) et d’égalité (par exemple l’égalité des droits et la péréqua­tion des sub­ven­tions aux com­munes par l’impôt centralisé).

[Lorser Feitelson]

Aussi est-ce en pre­nant compte et en inté­grant les pro­grès his­to­riques réa­li­sés en ce sens qu’il devient pos­sible de réen­vi­sa­ger les poten­tia­li­tés du muni­ci­pa­lisme — et non en trans­po­sant cer­tains modèles du pas­sé, désor­mais obso­lètes. Le grand mérite du muni­ci­pa­lisme est de remettre à jour des pos­sibles que l’Histoire peut nous ins­pi­rer, et qui ont été sou­vent oubliés ou occul­tés (comme les formes de démo­cra­tie déli­bé­ra­tives dans les com­munes au Moyen Âge, alliant tirage au sort et vote). Dans cette pers­pec­tive, le muni­ci­pa­lisme peut nous per­mettre de repen­ser la notion de démo­cra­tie (qui ne se limite pas à la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive) et celle de com­mun (qui induit la réap­pro­pria­tion par les citoyens de la chose publique enten­due au sens large). Cela sup­pose par exemple la pré­ser­va­tion de l’environnement, qui passe notam­ment par une démo­cra­ti­sa­tion de l’économie et une éla­bo­ra­tion com­mune des règles. Cela sup­pose de réelles capa­ci­tés poli­tiques — et ce, contrai­re­ment aux simu­lacres de cer­tains pro­ces­sus de démo­cra­ties dites « par­ti­ci­pa­tives » qui se réduisent à des consultations.

« La com­mune est pro­pice à la for­ma­tion de soi — ce que les Grecs appe­laient la pai­deia : celle-ci consti­tue l’une des fonc­tions les plus péda­go­giques de la politique. »

Ainsi, pour Murray Bookchin, « le seul moyen de recons­truire la poli­tique est de com­men­cer par ses formes les plus élé­men­taires : les vil­lages, les villes, les quar­tiers et les cités où les gens vivent au niveau le plus intime de l’in­ter­dé­pen­dance poli­tique au-delà de la vie pri­vée. C’est à ce niveau qu’ils peuvent com­men­cer à se fami­lia­ri­ser avec le pro­ces­sus poli­tique, un pro­ces­sus qui va bien au-delà du vote et de l’in­for­ma­tion11 ». Les grandes métro­poles comme New York, Londres ou Paris n’ont évi­dem­ment plus grand-chose à voir avec les cités de l’Antiquité telles Athènes, qui per­met­taient l’exercice de la démo­cra­tie directe. Cependant, quelle que soit la taille des villes, cha­cune est divi­sée en un cer­tain nombre de quar­tiers qui per­mettent de conce­voir des ter­ri­toires à taille humaine capables d’un tel exer­cice. La gran­deur d’une ville n’est en rien déter­mi­nante de la forme poli­tique qui doit la régir — à moins que l’on concède que, si la démo­cra­tie directe ne peut avoir lieu que dans des cités de 20 000 habi­tants, il ne peut régner qu’une bureau­cra­tie dic­ta­to­riale dans celles de 2 mil­lions. Bookchin prend l’exemple de Paris en 1793, alors peu­plée de 500 à 600 000 habi­tants. Grâce à sa fédé­ra­tion en sec­tions, la ville a très bien pu orga­ni­ser l’approvisionnement et la sécu­ri­té, faire res­pec­ter le maxi­mum des prix ou encore assu­rer des tâches admi­nis­tra­tives complexes.

La com­mune est pro­pice à la for­ma­tion de soi — ce que les Grecs appe­laient la pai­deia : celle-ci consti­tue l’une des fonc­tions les plus péda­go­giques de la poli­tique. Elle per­met l’existence de la phi­lia, c’est-à-dire de la soli­da­ri­té et de la res­pon­sa­bi­li­té. C’est en ce sens que le muni­ci­pa­lisme envi­sage une nou­velle concep­tion de l’usager : il n’est plus client ni sujet, mais citoyen — entendre qu’il qui prend acti­ve­ment part à l’élaboration des poli­tiques publiques. C’est dans cette pers­pec­tive par­ti­ci­pa­tive qu’a pu par exemple être réa­li­sée la muni­ci­pa­li­sa­tion des eaux de Naples. Les villes per­mettent, en ce sens, de jouer un rôle actif dans la démo­cra­ti­sa­tion de l’économie, que ce soit par le finan­ce­ment de pro­jets éco­no­miques alter­na­tifs ou d’utilité publique, le par­tage d’espaces et d’immeubles vacants (l’expérience des Grands Voisins à Paris), la créa­tion d’une réserve fon­cière pour le loge­ment abor­dable et coopé­ra­tif, le finan­ce­ment mas­sif du loge­ment social (l’ex­pé­rience de Vienne la rouge en Autriche, de 1918 à 1934), l’ajout de clauses pour des entre­prises locales et res­pon­sables de l’octroi des contrats publics, la remu­ni­ci­pa­li­sa­tion des ser­vices publics (eau, trans­ports, élec­tri­ci­té), voire la créa­tion d’entreprises muni­ci­pales de déve­lop­pe­ment immo­bi­lier et de télé­com­mu­ni­ca­tions, comme pour cer­taines villes aux États-Unis. Il existe ain­si des syner­gies qui peuvent se déve­lop­per entre les mai­ries et la démo­cra­tie économique.

[Lorser Feitelson]

Le mou­ve­ment muni­ci­pa­liste demeure cepen­dant confron­té à des pro­blèmes de taille, peu trai­tés dans la lit­té­ra­ture sur le sujet : dans un contexte de mon­dia­li­sa­tion, com­ment le local, même ouvert, peut-il contri­buer à envi­sa­ger un chan­ge­ment social glo­bal ? Ne fait-il pas face à des ins­ti­tu­tions, un droit inter­na­tio­nal et des entre­prises qui le dépassent ? Pour répondre à ces apo­ries, il est néces­saire de conce­voir et d’in­té­grer le muni­ci­pa­lisme dans un type de forme poli­tique de type fédé­ral ou confé­dé­ral — que l’on retrouve de Proudhon à Bookchin : elle demeure à inven­ter à l’aune des enjeux glo­baux contem­po­rains. L’autonomie des com­munes reste vaine uto­pie, sauf à atteindre un seuil suf­fi­sam­ment cri­tique en termes quan­ti­ta­tif et qua­li­ta­tif (coopé­ra­tion) afin de régu­ler les pro­blèmes qui les dépassent (cli­mat, droit du tra­vail, normes comp­tables, etc.), selon le prin­cipe de subsidiarité12.

Une des autres ques­tions aux­quelles le muni­ci­pa­lisme est confron­té est celle de l’expertise : com­ment envi­sa­ger une réap­pro­pria­tion citoyenne à l’échelle locale de la chose publique alors que celle-ci se com­plexi­fie et demande un recours accru à des experts ? C’est ici tout l’enjeu — qui a déjà fait l’objet d’études et d’expériences — de l’association de scien­ti­fiques et de citoyens, à même de prendre les déci­sions les plus démo­cra­tiques et les plus éclai­rées qui soient. C’est sans doute à l’aune de ces ques­tions — par­mi d’autres — qu’il devient pos­sible d’envisager l’avenir du muni­ci­pa­lisme ou du com­mu­na­lisme de manière à la fois radi­cale et prag­ma­tique, c’est-à-dire liber­taire. Les pro­messes héri­tées de la Commune de Paris trou­ve­raient alors leur réa­li­sa­tion, à conti­nuel­le­ment parfaire.


[lire le troi­sième volet]


Illustrations de vignette et de ban­nière : Lorser Feitelson


  1. Voir notam­ment Quentin Deluermoz, Commune(s) — Une tra­ver­sée des mondes au XIXe siècle, Seuil, 2021.
  2. « Programme de l’or­ga­ni­sa­tion secrète des Frères inter­na­tio­naux » (1868), in Daniel Guérin, Ni Dieu ni Maître, t.1 , Maspero, 1974, pp. 224–225.
  3. Gustave Lefrançais, Étude sur le mou­ve­ment com­mu­na­liste sui­vi de « La Commune et la Révolution », Klincksieck, 2018, p. 266.
  4. Le Révolté, 17 octobre 1880, cité par Jean Maitron in Le Mouvement anar­chiste en France des ori­gines à 1914, Gallimard, 1992, t. 1, p. 84.
  5. Max Nettlau, Histoire de l’a­nar­chie, Artefact, 1986, p. 127.
  6. Ibid.
  7. Pierre Kropotkine, La Commune sui­vie de La Commune de Paris, L’Altiplano, 2008, p. 34.
  8. Pierre-Joseph Proudhon, De la capa­ci­té poli­tique des classes ouvrières, Éditions du monde liber­taire, 1977, t. 2, p. 279.
  9. Pierre Kropotkine, op. cit., p. 12.
  10. Ibid., p. 13.
  11. Murray Bookchin, Une socié­té à refaire, Écosociété, 1995, p. 28.
  12. Le prin­cipe de sub­si­dia­ri­té est une maxime poli­tique et sociale selon laquelle la res­pon­sa­bi­li­té d’une action publique, lors­qu’elle est néces­saire, revient à l’en­ti­té com­pé­tente la plus proche de ceux qui sont direc­te­ment concer­nés par cette action.

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Floréal Romero : « Communalisme : se doter d’une orga­ni­sa­tion », mai 2020
☰ Lire notre témoi­gnage « La Commune des com­munes : le muni­ci­pa­lisme à l’épreuve », mars 2020
☰ Lire notre article « La part anar­chiste des com­muns », jan­vier 2020
☰ Lire notre article « Proudhon en gilet jaune »,
☰ Lire notre article « Le moment com­mu­na­liste ? », Elias Boisjean, décembre 2019
☰ Lire notre article « Le muni­ci­pa­lisme liber­taire : qu’est-ce donc ? », Elias Boisjean, sep­tembre 2018
Sur le même sujet :
Édouard Jourdain
Édouard Jourdain

Spécialiste de l'histoire de l'anarchisme et de Proudhon, il est l’auteur de L'Anarchisme (2013) et Proudhon contemporain (2018).

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.