La Commune ou la caste — par Gustave Lefrançais


 La rubrique MEMENTO publie des textes introuvables sur Internet

« Cette France de la foule n’est pas la France du peuple : le peuple, qu’elle pré­tend incar­ner, est pris en otage par elle. Un peu comme, sous la Commune, l’immense majo­ri­té des Parisiens était prise en otage par la folie rouge. […] Soyez ferme. » C’est en ces mots qu’un écri­vas­sier de télé­vi­sion, un cer­tain Moix, a exhor­té celui que Le Point-Pinault dépeint en « lea­der du monde libre » et Le Figaro-Dassault en « dieu ailé », on aura recon­nu Macron, à mater les « huées ». La République d’alors n’eut, en effet, « point peur de la rue » : entre 7 et 30 000 morts en l’espace d’une semaine, le res­tant mis aux fers ou dépor­té. Nous publions ces quelques pages de Gustave Lefrançais, ins­ti­tu­teur exi­lé à Genève pour avoir pris fait et cause pour le sou­lè­ve­ment de 1871. Militant com­mu­niste et liber­taire, c’est à lui que l’auteur de L’Internationale a dédié ces vers avant qu’ils ne deviennent l’hymne que l’on sait. Et Lefrançais de le rap­pe­ler : la ligne de frac­ture n’est pas tant entre répu­bli­cains et monar­chistes qu’entre ceux qui, en bas, vendent leur force de tra­vail pour vivre et ceux « de tous poils et de toutes cou­leurs » qui, au som­met, emploient, encaissent et manœuvrent.


Le patrio­tisme de Thiers [chef du pou­voir exé­cu­tif de la République fran­çaise, durant la Commune, ndlr] et de toutes les classes diri­geantes, répu­bli­caines et monar­chistes ! C’est à cre­ver de rire lorsqu’on en parle, vrai­ment. La patrie, pour cette tourbe d’effrontés coquins, c’est la caisse. Leur France à eux va de la Banque à la Bourse et pas au-delà. Aussi n’eurent-ils tous qu’un cri, du 4 sep­tembre 1870 au 28 mai 1871 : « Aidez-nous, braves Allemands, à sau­ver la caisse. Nous la par­ta­geons ensemble. Nous trou­ve­rons bien le moyen de nous rem­bour­ser ensuite grâce au tra­vail de ceux dont nous aurons égor­gé les pères. » […] Les vrais “crimes” de la Commune, ô bour­geois de tous poils et de toutes cou­leurs : monar­chistes, bona­par­tistes et vous aus­si répu­bli­cains roses ou même écar­lates ; les vrais crimes de la Commune, qu’à son hon­neur vous ne lui par­don­ne­rez jamais ni les uns ni les autres, je vais vous les énu­mé­rer.

« Vous ne par­don­ne­rez jamais à la Commune d’avoir pour long­temps, et peut-être pour tou­jours, com­pro­mis vos avides espé­rances. »

La Commune, c’est le par­ti de ceux qui avaient d’abord pro­tes­té contre la guerre en juillet 1870, mais qui, voyant l’honneur et l’intégrité de la France com­pro­mises par votre lâche­té sous l’Empire, ont ten­té l’impossible pour que l’envahisseur fût repous­sé hors des fron­tières, alors que vous ne son­giez qu’à lui livrer Paris pour reprendre au plus vite votre exis­tence de tri­po­teurs et de jouis­seurs. La Commune, pen­dant six mois, a mis en échec votre œuvre de tra­hi­son. Jamais, jamais vous ne le lui par­don­ne­rez. La Commune a démon­tré que le pro­lé­ta­riat était pré­pa­ré à s’administrer lui-même et pou­vait se pas­ser de vous, alors que vous vous pré­ten­diez seuls capables de “mener les affaires”. La réor­ga­ni­sa­tion immé­diate des ser­vices publics, que vous aviez aban­don­nés, en est la preuve évi­dente. Jamais vous ne le lui par­don­ne­rez. La Commune a ten­té de sub­sti­tuer l’action directe et le contrôle inces­sant des citoyens à vos gou­ver­ne­ments, tous basés sur la “rai­son d’État”, der­rière laquelle s’abritent vos pille­ries et vos infa­mies gou­ver­ne­men­tales de toutes sortes.

Son triomphe mena­çait de rui­ner à jamais vos dépré­da­tions, vos bri­gan­dages légaux, vos inces­sants dénis de jus­tice. Jamais, non jamais, vous ne lui par­don­ne­rez. Vous, moins que tous autres encore, répu­bli­cains modé­rés, radi­caux et même intran­si­geants ; car, à l’instar des bona­par­tistes — vos cou­sins ger­mains — vous n’aspirez au pou­voir que pour en récol­ter les mons­trueux béné­fices. Vous ne par­don­ne­rez jamais à la Commune d’avoir pour long­temps, et peut-être pour tou­jours, com­pro­mis vos avides espé­rances, votre seul pro­gramme à vous, qui nous repro­chez de n’en avoir pas eu. Voilà les vrais, les seuls motifs de vos calom­nies à tous ; de votre haine una­nime et impla­cable contre les vain­cus de mai 1871, qui, à leur tour, ne pour­ront jamais trop vous cra­cher à la face le mépris et le dégoût que vous leur ins­pi­rez. Mais après avoir fait jus­tice de vos aboie­ments contre la Commune, il faut recon­naître d’autre part que, si le mou­ve­ment fut vrai­ment admi­rable et grand dans son ensemble, ceux qui furent char­gés de l’exprimer et de le faire triom­pher n’échapperont point dans l’Histoire au reproche de n’avoir pas été à la hau­teur de leur tâche.

Jules Vallès (DR)

[…] Le dévoue­ment et l’honnêteté de tous sont indis­cu­tables. Mais le savoir-faire, la com­pré­hen­sion, ne furent sans doute pas au même degré que les autres qua­li­tés. Et pour­quoi ne le recon­naî­trions-nous pas ? Nul de nous, certes, n’a pré­ten­du au titre d’homme de génie. Or, la tâche, immense et com­plexe, ne pou­vait être l’œuvre de quelques-uns seule­ment. Paris avait à comp­ter avec deux puis­sants adver­saires qui l’entouraient bien autre­ment qu’il ne l’avait été durant le pre­mier siège. Non seule­ment leurs forces se pou­vaient faci­le­ment renou­ve­ler, mais elles se seraient même fata­le­ment com­bi­nées […]. Au milieu de cette périlleuse situa­tion mili­taire, presque insur­mon­table, il fal­lait tout réor­ga­ni­ser à l’intérieur pour vivre au jour le jour et ten­ter en même temps de jeter les pre­miers jalons d’un ordre poli­tique et éco­no­mique qui pré­pa­rât l’avènement de l’organisation sociale pour­sui­vie par le pro­lé­ta­riat. En ce qui concerne les dif­fi­cul­tés admi­nis­tra­tives, la Commune peut se rendre cette jus­tice qu’elle a — pour les vaincre — fait preuve de plus de savoir-faire que la bour­geoi­sie n’en avait mon­tré durant le pre­mier siège. Ce n’est là d’ailleurs qu’un éloge des plus minces. En cela je parle non seule­ment des membres du Conseil com­mu­nal, mais aus­si de tous les citoyens qui lui ont prê­té leurs concours.

« Paris avait à comp­ter avec deux puis­sants adver­saires qui l’entouraient bien autre­ment qu’il ne l’avait été durant le pre­mier siège. »

Malheureusement, faute de temps et à cause des pré­oc­cu­pa­tions mili­taires quo­ti­diennes, la Commune, dans son admi­nis­tra­tion, n’apporta guère d’esprit d’innovation. Elle ne sut pas pro­fi­ter, par exemple — dans l’ordre judi­ciaire — de l’abandon par leurs titu­laires des offices minis­té­riels pour les sup­pri­mer. Elle com­mit au contraire la faute grave de les pour­voir de nou­veaux agents. Elle alla même jusqu’à renom­mer des juges d’instruction, oubliant que depuis long­temps avec rai­son, les révo­lu­tion­naires socia­listes réclament la sup­pres­sion de l’instruction secrète, cet abo­mi­nable ves­tige de bar­ba­rie res­té debout au milieu de nos socié­tés pré­ten­dues civi­li­sées. Mais toutes ces fautes, la révo­lu­tion triom­phante les pou­vait faci­le­ment répa­rer. La ter­rible, l’irréparable faute du Conseil com­mu­nal — son crime, dirais-je volon­tiers — dont la res­pon­sa­bi­li­té retombe entière sur tous ses membres — sans excep­tion —, c’est de n’avoir pas pris pos­ses­sion de la Banque de France, cette for­mi­dable Bastille de la socié­té capi­ta­liste que la Commune devait anéan­tir. Alors qu’on avait tant besoin d’argent pour sol­der et entre­te­nir lar­ge­ment l’armée révo­lu­tion­naire, réduite aux trente sous par jour, comme sous la défense natio­nale, on se conten­tait — en deux mois — d’arracher à la Banque quelques mil­lions, dont la moi­tié d’ailleurs appar­te­nait à la ville de Paris.

Cependant, les maîtres et la mai­son, com­pre­nant bien qu’il ne fal­lait pas lési­ner pour sau­ver leur situa­tion, accor­daient deux cent cin­quante-huit mil­lions au gou­ver­ne­ment ver­saillais, quitte à s’en récu­pé­rer plus tard sur le dos des pro­lé­taires qu’aurait épar­gnés la mitraille bour­geoise. Indépendamment de ces res­sources en numé­raire, la Banque avait en por­te­feuille pour trois cent vingt-huit mil­lions de titres négo­ciables. Enfin il y avait les planches à billets. Qu’on eût fait une main-mise sur cette hono­rable ins­ti­tu­tion — qui sou­tient le tra­vail “comme la corde sou­tient le pen­du” — la situa­tion pou­vait sin­gu­liè­re­ment chan­ger de face. La Commune eût pu rému­né­rer sérieu­se­ment ses défen­seurs, doter autre­ment que par décret leurs veuves et leurs orphe­lins. Plus d’enrôlements for­cés ne don­nant aucun effec­tif vrai­ment utile et créant de nou­veaux dan­gers de tra­hi­son. Les bras n’eussent plus man­qué, cha­cun com­pre­nant que, dût-il suc­com­ber dans la lutte, le pain serait assu­ré aux vieux et aux petits. Puis la menace de détruire les titres en por­te­feuille et de tirer de telles quan­ti­tés de billets qu’ils fussent avi­lis jusqu’à tom­ber au rang des anciens assi­gnats, pou­vait mettre la peur au ventre des exploi­teurs du tra­vail, de telle sorte qu’ils en vinssent à sup­plier Versailles de capi­tu­ler. Les consé­quences de cette main-mise pou­vaient être d’une incal­cu­lable por­tée. Pourquoi la chose ne se fit-elle pas ? C’est que pro­ba­ble­ment per­sonne dans le Conseil n’en com­prit sur le moment la haute impor­tance.

Louise Michel, 1880 (DR)

Aussi ne puis-je m’empêcher de haus­ser les épaules lorsque je lis dans les jour­naux que notre vieux Beslay a “sau­vé la Banque” — ce dont on ne semble pas lui être déjà si recon­nais­sant, car il a dû se réfu­gier en Suisse pour échap­per aux balles des mas­sa­creurs, qui ne l’auraient certes pas plus épar­gné que tant d’autres. La véri­té est que notre col­lègue — dont je m’honore d’être l’ami — n’a point eu à opé­rer ce sau­ve­tage, nul de nous n’ayant son­gé à s’emparer de la Banque. Que le citoyen eût été hos­tile à tout ten­ta­tive de ce genre, il n’y a point à en dou­ter. Le vieux prou­dho­nien était trop impré­gné encore de pré­ju­gés bour­geois pour s’associer à un pareil acte. Si dévoué qu’il soit à la Révolution sociale, il croit encore à la pos­si­bi­li­té pour les pro­lé­taires d’obtenir le cré­dit gra­tuit au moyen duquel ils pour­ront s’organiser en asso­cia­tion. Grand bien lui fasse !

« Entre répu­bli­cains et monar­chistes il n’existe de sérieuse dis­si­dence que sur les moyens de tondre le trou­peau… ce der­nier n’étant jamais bon qu’à être ton­du. »

[…] Pour la seconde fois en vingt-trois ans, les répu­bli­cains bour­geois, tra­his­sant leurs pro­messes, n’ont rien trou­vé de mieux que de noyer dans le sang les justes reven­di­ca­tions des tra­vailleurs. Juin 1848, Mai 1871 auront appris aux pro­lé­taires ce qu’ils doivent attendre désor­mais de la fra­ter­ni­té bour­geoise. Deux fois en un quart de siècle on vient de les voir à l’œuvre, ces “fils de la Révolution”… leur mère, comme disait Bancel. On sait main­te­nant la mesure exacte de la ten­dresse que ces “amis du peuple” éprouvent pour ceux qui tra­vaillent, souffrent et meurent à la peine. Deux fois ils ont tenu le pou­voir entre leurs mains. Deux fois il a dépen­du d’eux de faire de la République la libé­ra­trice des oppri­més, des misé­rables ; deux fois ils les ont fait mas­sa­crer sans pitié ni scru­pule. Sous ce rap­port, on doit même leur rendre cette jus­tice qu’ils font plus grand que leurs concur­rents poli­tiques. Même le czar de toutes les Russies n’oserait jamais à cette heure faire égor­ger ain­si par mil­liers ses sujets de Pétersbourg. Nul ne pour­ra jamais dépas­ser les répu­bli­cains clas­siques en féro­ci­té conser­va­trice. Est-ce donc à dire que les pro­lé­taires, ceux sur qui pèsent les dîmes de toute nature pré­le­vées par les jouis­seurs de l’ordre social actuel, déses­pé­rant de la République, n’ont plus qu’à se jeter dans quelque nou­velle res­tau­ra­tion monar­chique pour en obte­nir ce que n’ont su ni vou­lu leur don­ner les répu­bli­cains… ce que ceux-ci ne leur don­ne­ront jamais on peut l’affirmer. Ce serait tom­ber dans une autre aber­ra­tion.

Entre répu­bli­cains et monar­chistes il n’existe de sérieuse dis­si­dence que sur les moyens de tondre le trou­peau… ce der­nier n’étant jamais bon qu’à être ton­du. Les monar­chistes, en géné­ral cos­sus, par consé­quent moins pres­sés, mettent par­fois moins d’âpreté dans la forme. C’est sur­tout qu’entre bona­par­tistes et répu­bli­cains — ces frères sia­mois — que l’entente s’établit, la poli­tique pour eux n’étant qu’un métier propre à les enri­chir plus rapi­de­ment que d’autres pro­fes­sions dans les­quelles ils seraient inca­pables de par­ve­nir à la for­tune, leur unique objec­tif. Pourtant, le par­ti répu­bli­cain, qui, depuis 1848 notam­ment, a don­né le spec­tacle de tur­pi­tudes dépas­sant de beau­coup les plus sombres pré­vi­sions ; ce par­ti compte quelques hommes que leur situa­tion sociale, en par­tie due à leurs efforts per­son­nels soit dans les arts, soit dans les sciences, eût dû, semble-t-il, sous­traire à la conta­gion. Comment donc, en appa­rence déga­gés de toutes mes­quines et viles pré­oc­cu­pa­tions d’intérêts égoïstes, non seule­ment n’ont-ils pas réagi contre l’abaissement de leurs amis poli­tiques, mais dès leur arri­vée au pou­voir, se sont-ils mon­trés eux aus­si nos plus féroces adver­saires ? C’est là qu’il importe le plus de s’expliquer, et ce qui don­ne­ra — peut-être — aux “sou­ve­nirs” que je viens de retra­cer leur véri­table por­tée ; la seule d’ailleurs que j’aie envi­sa­gée en les publiant.

Élisée Reclus par Nadar, 1903

Depuis un siècle bien­tôt, le par­ti répu­bli­cain — qui n’a fort heu­reu­se­ment rien de com­mun avec la République ni avec la Révolution — a certes suf­fi­sam­ment fait preuve de bas­sesse et d’avidité ; ses tra­hi­sons poli­tiques et ses filou­te­ries finan­cières n’ont rien à envier aux igno­mi­nies du par­ti bona­par­tiste. Mais l’improbité du pre­mier n’explique pas seule ses infa­mies envers le pro­lé­ta­riat. Elles tiennent d’une part à une erreur de concep­tion et de l’autre à ce que, recon­nais­sant son impuis­sance à résoudre les dif­fi­cul­tés éco­no­miques au milieu des­quelles il se débat, il trouve plus simple de les nier… Ou d’en pro­fi­ter pour pêcher lui-même en eau trouble. Bourrés de tra­di­tions clas­siques, ceux qui depuis un siècle ont repré­sen­té offi­ciel­le­ment la République n’ont jamais consi­dé­ré celle-ci que comme un mode quel­conque de fonc­tion­ne­ment du prin­cipe d’autorité, aus­si sacro-saint pour eux que pour le des­pote le plus abso­lu. Que l’autorité leur vienne de Dieu ou du Peuple, c’est tout un pour ces braves gens. Dès que les repré­sen­tants de ce fameux prin­cipe — élus ou non — ont par­lé, les sujets, les gou­ver­nés, n’ont plus qu’à obéir. Or, qu’est-ce que monar­chistes et répu­bli­cains entendent par l’Autorité ?

« La République ne vaut qu’autant qu’elle est la néga­tion de toute supré­ma­tie, de tout pri­vi­lège, non seule­ment d’ordre admi­nis­tra­tif mais encore et sur­tout d’ordre éco­no­mique. »

Rien autre, s’il vous plaît, que la révé­la­tion de ce qui est juste et vrai ; de ce qui doit deve­nir pour tous la loi, la règle de conduite des citoyens dans leurs rela­tions avec leurs gou­ver­nants — sacrés par Dieu ou éma­nés d’un suf­frage plus ou moins uni­ver­sel et plus ou moins conscient. “Dieu m’a don­né mis­sion”, disent les pre­miers ; “Le Peuple m’a don­né man­dat”, disent les seconds. […] Aussi, grâce à cette jolie concep­tion, le peuple sou­ve­rain, plus encore que les rois fai­néants, n’est-il, en réa­li­té, que l’esclave des maires du Palais qui, sous le nom plus moderne de dépu­tés, de ministres, etc., se pro­clament ses maîtres à ce point que ce sont eux qui règlent l’exercice et déli­mitent les actes du sou­ve­rain illu­soire, dépour­vu même du droit de fixer l’heure où il lui convien­dra d’agir. Mieux encore ; ce sont les man­da­taires qui, seuls, ont le droit de pré­ci­ser les clauses et jusqu’à la durée de leur man­dat ! En un mot, la sou­ve­rai­ne­té du peuple consiste tout sim­ple­ment à sanc­tion­ner par son vote, à léga­li­ser dans la forme et au moment que choi­sissent ses man­da­taires, tous les dénis de jus­tice, vexa­tions et extor­sions abo­mi­nables dont — “autre­fois” — il était l’objet de la part des monarques. En République, comme en monar­chie, c’est l’autorité, c’est-à-dire la volon­té et les inté­rêts des gou­ver­nants qui sont la seule loi. Au peuple, au sou­ve­rain, comme on l’appelle hypo­cri­te­ment, l’unique droit d’émettre des vœux. L’orgue et la chan­son demeurent les mêmes sous les deux régimes. Tout le débat consiste, entre monar­chistes et répu­bli­cains, à savoir qui des uns ou des autres tour­ne­ra la mani­velle… et empo­che­ra la recette.

[…] Combien de révo­lu­tions poli­tiques par­fai­te­ment sté­riles, même au point de vue pure­ment admi­nis­tra­tif, depuis bien­tôt un siècle ? Plus ça change et pire ça devient. Un gou­ver­ne­ment de répu­bli­cains hon­nêtes — par impos­sible — n’aurait d’autre res­source que de se reti­rer… ou de se déci­der à prendre sa part du gâteau — quitte à noyer ses remords dans le sang des incor­ri­gibles enne­mis de l’ordre social”, c’est-à-dire des exploi­tés. Or, aujourd’hui, la République ne vaut qu’autant qu’elle est la néga­tion de toute supré­ma­tie, de tout pri­vi­lège, non seule­ment d’ordre admi­nis­tra­tif mais encore et sur­tout d’ordre éco­no­mique. La véri­table supé­rio­ri­té de la concep­tion répu­bli­caine moderne, c’est de sup­pri­mer tous droits pré­ten­dus acquis ou usur­pés par une frac­tion quel­conque, au détri­ment de la col­lec­ti­vi­té et des géné­ra­tions à venir de telle sorte que tout nou­vel arri­vant trouve place au “ban­quet de la vie”. En un mot, la République moderne, c’est la sociale, qui n’a rien de com­mun avec les anciennes répu­bliques à esclaves, si chères aux mes­sieurs qui ont fait leurs classes. Le grand hon­neur de la Commune de Paris de 1871, c’est de l’avoir com­pris. C’est aus­si pour cela que, mal­gré les griefs que les tra­vailleurs peuvent rele­ver contre elle, elle mar­que­ra dans l’Histoire — véri­table révo­lu­tion popu­laire — le point de départ de la rup­ture défi­ni­tive entre le pro­lé­ta­riat et ses exploi­teurs monar­chistes abso­lus ou consti­tu­tion­nels, répu­bli­cains plus ou moins radi­caux ou même intran­si­geants. Et, que les pro­lé­taires ne l’oublient pas, ces der­niers ne sont pas les moins dan­ge­reux par­mi leurs impla­cables enne­mis.


Extrait tiré de Souvenirs d’un révo­lu­tion­naire, tome 2, Éditions Ressouvenance, 2009 —  texte ori­gi­nal paru en 1886 dans le jour­nal Le Cri du peuple.
Photo de ban­nière : la Commune de Paris, par Pierre-Ambrose Richebourg

Image de vignette : Gustave Lefrançais


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017
☰ Lire notre article « Erich Mühsam — la liber­té de cha­cun par la liber­té de tous », Émile Carme, mars 2017
☰ Lire notre « Abécédaire de Louise Michel », mars 2017
☰ Lire notre article : « Gauche & Droite, le couple des pri­vi­lé­giés », Émile Carme, février 2016
Lire notre entre­tien avec Tancrède Ramonet : « Faire entendre des voix inau­dibles », décembre 2016
☰ Lire le texte inédit de Daniel Bensaïd « Du pou­voir et de l’État », avril 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.