La Commune ou la caste — par Gustave Lefrançais


La rubrique MEMENTO publie des textes introuvables sur Internet

« Cette France de la foule n’est pas la France du peuple : le peuple, qu’elle pré­tend incar­ner, est pris en otage par elle. Un peu comme, sous la Commune, l’im­mense majo­ri­té des Parisiens était prise en otage par la folie rouge. […] Soyez ferme. » C’est en ces mots qu’un écri­vas­sier de télé­vi­sion, un cer­tain Moix, a exhor­té celui que Le Point-Pinault dépeint en « lea­der du monde libre » et Le Figaro-Dassault en « dieu ailé », on aura recon­nu Macron, à mater les « huées ». La République d’a­lors n’eut, en effet, « point peur de la rue » : envi­ron vingt mille morts en l’es­pace d’une semaine, le res­tant mis aux fers ou dépor­té. Nous publions ces quelques pages de Gustave Lefrançais, ins­ti­tu­teur exi­lé à Genève pour avoir pris fait et cause pour le sou­lè­ve­ment de 1871. Militant com­mu­niste et liber­taire, c’est à lui que l’au­teur de L’Internationale a dédié ces vers avant qu’ils ne deviennent l’hymne que l’on sait. Et Lefrançais de le rap­pe­ler : la ligne de frac­ture n’est pas tant entre répu­bli­cains et monar­chistes qu’entre ceux qui, en bas, vendent leur force de tra­vail pour vivre et ceux « de tous poils et de toutes cou­leurs » qui, au som­met, emploient, encaissent et manœuvrent.


Le patrio­tisme de Thiers [chef du pou­voir exé­cu­tif de la République fran­çaise, durant la Commune, ndlr] et de toutes les classes diri­geantes, répu­bli­caines et monar­chistes ! C’est à cre­ver de rire lors­qu’on en parle, vrai­ment. La patrie, pour cette tourbe d’ef­fron­tés coquins, c’est la caisse. Leur France à eux va de la Banque à la Bourse et pas au-delà. Aussi n’eurent-ils tous qu’un cri, du 4 sep­tembre 1870 au 28 mai 1871 : « Aidez-nous, braves Allemands, à sau­ver la caisse. Nous la par­ta­geons ensemble. Nous trou­ve­rons bien le moyen de nous rem­bour­ser ensuite grâce au tra­vail de ceux dont nous aurons égor­gé les pères. » […] Les vrais « crimes » de la Commune, ô bour­geois de tous poils et de toutes cou­leurs : monar­chistes, bona­par­tistes et vous aus­si répu­bli­cains roses ou même écar­lates ; les vrais crimes de la Commune, qu’à son hon­neur vous ne lui par­don­ne­rez jamais ni les uns ni les autres, je vais vous les énumérer.

« Vous ne par­don­ne­rez jamais à la Commune d’a­voir pour long­temps, et peut-être pour tou­jours, com­pro­mis vos avides espérances. »

La Commune, c’est le par­ti de ceux qui avaient d’a­bord pro­tes­té contre la guerre en juillet 1870, mais qui, voyant l’hon­neur et l’in­té­gri­té de la France com­pro­mises par votre lâche­té sous l’Empire, ont ten­té l’im­pos­sible pour que l’en­va­his­seur fût repous­sé hors des fron­tières, alors que vous ne son­giez qu’à lui livrer Paris pour reprendre au plus vite votre exis­tence de tri­po­teurs et de jouis­seurs. La Commune, pen­dant six mois, a mis en échec votre œuvre de tra­hi­son. Jamais, jamais vous ne le lui par­don­ne­rez. La Commune a démon­tré que le pro­lé­ta­riat était pré­pa­ré à s’ad­mi­nis­trer lui-même et pou­vait se pas­ser de vous, alors que vous vous pré­ten­diez seuls capables de « mener les affaires ». La réor­ga­ni­sa­tion immé­diate des ser­vices publics, que vous aviez aban­don­nés, en est la preuve évi­dente. Jamais vous ne le lui par­don­ne­rez. La Commune a ten­té de sub­sti­tuer l’ac­tion directe et le contrôle inces­sant des citoyens à vos gou­ver­ne­ments, tous basés sur la « rai­son d’État », der­rière laquelle s’a­britent vos pille­ries et vos infa­mies gou­ver­ne­men­tales de toutes sortes.

Son triomphe mena­çait de rui­ner à jamais vos dépré­da­tions, vos bri­gan­dages légaux, vos inces­sants dénis de jus­tice. Jamais, non jamais, vous ne lui par­don­ne­rez. Vous, moins que tous autres encore, répu­bli­cains modé­rés, radi­caux et même intran­si­geants ; car, à l’ins­tar des bona­par­tistes — vos cou­sins ger­mains — vous n’as­pi­rez au pou­voir que pour en récol­ter les mons­trueux béné­fices. Vous ne par­don­ne­rez jamais à la Commune d’a­voir pour long­temps, et peut-être pour tou­jours, com­pro­mis vos avides espé­rances, votre seul pro­gramme à vous, qui nous repro­chez de n’en avoir pas eu. Voilà les vrais, les seuls motifs de vos calom­nies à tous ; de votre haine una­nime et impla­cable contre les vain­cus de mai 1871, qui, à leur tour, ne pour­ront jamais trop vous cra­cher à la face le mépris et le dégoût que vous leur ins­pi­rez. Mais après avoir fait jus­tice de vos aboie­ments contre la Commune, il faut recon­naître d’autre part que, si le mou­ve­ment fut vrai­ment admi­rable et grand dans son ensemble, ceux qui furent char­gés de l’ex­pri­mer et de le faire triom­pher n’é­chap­pe­ront point dans l’Histoire au reproche de n’a­voir pas été à la hau­teur de leur tâche.

[Jules Vallès | DR]

[…] Le dévoue­ment et l’hon­nê­te­té de tous sont indis­cu­tables. Mais le savoir-faire, la com­pré­hen­sion, ne furent sans doute pas au même degré que les autres qua­li­tés. Et pour­quoi ne le recon­naî­trions-nous pas ? Nul de nous, certes, n’a pré­ten­du au titre d’homme de génie. Or, la tâche, immense et com­plexe, ne pou­vait être l’œuvre de quelques-uns seule­ment. Paris avait à comp­ter avec deux puis­sants adver­saires qui l’en­tou­raient bien autre­ment qu’il ne l’a­vait été durant le pre­mier siège. Non seule­ment leurs forces se pou­vaient faci­le­ment renou­ve­ler, mais elles se seraient même fata­le­ment com­bi­nées […]. Au milieu de cette périlleuse situa­tion mili­taire, presque insur­mon­table, il fal­lait tout réor­ga­ni­ser à l’in­té­rieur pour vivre au jour le jour et ten­ter en même temps de jeter les pre­miers jalons d’un ordre poli­tique et éco­no­mique qui pré­pa­rât l’a­vè­ne­ment de l’or­ga­ni­sa­tion sociale pour­sui­vie par le pro­lé­ta­riat. En ce qui concerne les dif­fi­cul­tés admi­nis­tra­tives, la Commune peut se rendre cette jus­tice qu’elle a — pour les vaincre — fait preuve de plus de savoir-faire que la bour­geoi­sie n’en avait mon­tré durant le pre­mier siège. Ce n’est là d’ailleurs qu’un éloge des plus minces. En cela je parle non seule­ment des membres du Conseil com­mu­nal, mais aus­si de tous les citoyens qui lui ont prê­té leurs concours.

« Paris avait à comp­ter avec deux puis­sants adver­saires qui l’en­tou­raient bien autre­ment qu’il ne l’a­vait été durant le pre­mier siège. »

Malheureusement, faute de temps et à cause des pré­oc­cu­pa­tions mili­taires quo­ti­diennes, la Commune, dans son admi­nis­tra­tion, n’ap­por­ta guère d’es­prit d’in­no­va­tion. Elle ne sut pas pro­fi­ter, par exemple — dans l’ordre judi­ciaire — de l’a­ban­don par leurs titu­laires des offices minis­té­riels pour les sup­pri­mer. Elle com­mit au contraire la faute grave de les pour­voir de nou­veaux agents. Elle alla même jus­qu’à renom­mer des juges d’ins­truc­tion, oubliant que depuis long­temps avec rai­son, les révo­lu­tion­naires socia­listes réclament la sup­pres­sion de l’ins­truc­tion secrète, cet abo­mi­nable ves­tige de bar­ba­rie res­té debout au milieu de nos socié­tés pré­ten­dues civi­li­sées. Mais toutes ces fautes, la révo­lu­tion triom­phante les pou­vait faci­le­ment répa­rer. La ter­rible, l’ir­ré­pa­rable faute du Conseil com­mu­nal — son crime, dirais-je volon­tiers — dont la res­pon­sa­bi­li­té retombe entière sur tous ses membres — sans excep­tion —, c’est de n’a­voir pas pris pos­ses­sion de la Banque de France, cette for­mi­dable Bastille de la socié­té capi­ta­liste que la Commune devait anéan­tir. Alors qu’on avait tant besoin d’argent pour sol­der et entre­te­nir lar­ge­ment l’ar­mée révo­lu­tion­naire, réduite aux trente sous par jour, comme sous la défense natio­nale, on se conten­tait — en deux mois — d’ar­ra­cher à la Banque quelques mil­lions, dont la moi­tié d’ailleurs appar­te­nait à la ville de Paris.

Cependant, les maîtres et la mai­son, com­pre­nant bien qu’il ne fal­lait pas lési­ner pour sau­ver leur situa­tion, accor­daient deux cent cin­quante-huit mil­lions au gou­ver­ne­ment ver­saillais, quitte à s’en récu­pé­rer plus tard sur le dos des pro­lé­taires qu’au­rait épar­gnés la mitraille bour­geoise. Indépendamment de ces res­sources en numé­raire, la Banque avait en por­te­feuille pour trois cent vingt-huit mil­lions de titres négo­ciables. Enfin il y avait les planches à billets. Qu’on eût fait une main-mise sur cette hono­rable ins­ti­tu­tion — qui sou­tient le tra­vail « comme la corde sou­tient le pen­du » — la situa­tion pou­vait sin­gu­liè­re­ment chan­ger de face. La Commune eût pu rému­né­rer sérieu­se­ment ses défen­seurs, doter autre­ment que par décret leurs veuves et leurs orphe­lins. Plus d’en­rô­le­ments for­cés ne don­nant aucun effec­tif vrai­ment utile et créant de nou­veaux dan­gers de tra­hi­son. Les bras n’eussent plus man­qué, cha­cun com­pre­nant que, dût-il suc­com­ber dans la lutte, le pain serait assu­ré aux vieux et aux petits. Puis la menace de détruire les titres en por­te­feuille et de tirer de telles quan­ti­tés de billets qu’ils fussent avi­lis jus­qu’à tom­ber au rang des anciens assi­gnats, pou­vait mettre la peur au ventre des exploi­teurs du tra­vail, de telle sorte qu’ils en vinssent à sup­plier Versailles de capi­tu­ler. Les consé­quences de cette main-mise pou­vaient être d’une incal­cu­lable por­tée. Pourquoi la chose ne se fit-elle pas ? C’est que pro­ba­ble­ment per­sonne dans le Conseil n’en com­prit sur le moment la haute importance.

[Louise Michel, 1880 | DR]

Aussi ne puis-je m’empêcher de haus­ser les épaules lorsque je lis dans les jour­naux que notre vieux Beslay a « sau­vé la Banque » — ce dont on ne semble pas lui être déjà si recon­nais­sant, car il a dû se réfu­gier en Suisse pour échap­per aux balles des mas­sa­creurs, qui ne l’au­raient certes pas plus épar­gné que tant d’autres. La véri­té est que notre col­lègue — dont je m’ho­nore d’être l’a­mi — n’a point eu à opé­rer ce sau­ve­tage, nul de nous n’ayant son­gé à s’emparer de la Banque. Que le citoyen eût été hos­tile à tout ten­ta­tive de ce genre, il n’y a point à en dou­ter. Le vieux prou­dho­nien était trop impré­gné encore de pré­ju­gés bour­geois pour s’as­so­cier à un pareil acte. Si dévoué qu’il soit à la Révolution sociale, il croit encore à la pos­si­bi­li­té pour les pro­lé­taires d’ob­te­nir le cré­dit gra­tuit au moyen duquel ils pour­ront s’or­ga­ni­ser en asso­cia­tion. Grand bien lui fasse !

« Entre répu­bli­cains et monar­chistes il n’existe de sérieuse dis­si­dence que sur les moyens de tondre le trou­peau… ce der­nier n’é­tant jamais bon qu’à être tondu. »

[…] Pour la seconde fois en vingt-trois ans, les répu­bli­cains bour­geois, tra­his­sant leurs pro­messes, n’ont rien trou­vé de mieux que de noyer dans le sang les justes reven­di­ca­tions des tra­vailleurs. Juin 1848, Mai 1871 auront appris aux pro­lé­taires ce qu’ils doivent attendre désor­mais de la fra­ter­ni­té bour­geoise. Deux fois en un quart de siècle on vient de les voir à l’œuvre, ces « fils de la Révolution »… leur mère, comme disait Bancel. On sait main­te­nant la mesure exacte de la ten­dresse que ces « amis du peuple » éprouvent pour ceux qui tra­vaillent, souffrent et meurent à la peine. Deux fois ils ont tenu le pou­voir entre leurs mains. Deux fois il a dépen­du d’eux de faire de la République la libé­ra­trice des oppri­més, des misé­rables ; deux fois ils les ont fait mas­sa­crer sans pitié ni scru­pule. Sous ce rap­port, on doit même leur rendre cette jus­tice qu’ils font plus grand que leurs concur­rents poli­tiques. Même le czar de toutes les Russies n’o­se­rait jamais à cette heure faire égor­ger ain­si par mil­liers ses sujets de Pétersbourg. Nul ne pour­ra jamais dépas­ser les répu­bli­cains clas­siques en féro­ci­té conser­va­trice. Est-ce donc à dire que les pro­lé­taires, ceux sur qui pèsent les dîmes de toute nature pré­le­vées par les jouis­seurs de l’ordre social actuel, déses­pé­rant de la République, n’ont plus qu’à se jeter dans quelque nou­velle res­tau­ra­tion monar­chique pour en obte­nir ce que n’ont su ni vou­lu leur don­ner les répu­bli­cains… ce que ceux-ci ne leur don­ne­ront jamais on peut l’af­fir­mer. Ce serait tom­ber dans une autre aberration.

Entre répu­bli­cains et monar­chistes il n’existe de sérieuse dis­si­dence que sur les moyens de tondre le trou­peau… ce der­nier n’é­tant jamais bon qu’à être ton­du. Les monar­chistes, en géné­ral cos­sus, par consé­quent moins pres­sés, mettent par­fois moins d’â­pre­té dans la forme. C’est sur­tout qu’entre bona­par­tistes et répu­bli­cains — ces frères sia­mois — que l’en­tente s’é­ta­blit, la poli­tique pour eux n’é­tant qu’un métier propre à les enri­chir plus rapi­de­ment que d’autres pro­fes­sions dans les­quelles ils seraient inca­pables de par­ve­nir à la for­tune, leur unique objec­tif. Pourtant, le par­ti répu­bli­cain, qui, depuis 1848 notam­ment, a don­né le spec­tacle de tur­pi­tudes dépas­sant de beau­coup les plus sombres pré­vi­sions ; ce par­ti compte quelques hommes que leur situa­tion sociale, en par­tie due à leurs efforts per­son­nels soit dans les arts, soit dans les sciences, eût dû, semble-t-il, sous­traire à la conta­gion. Comment donc, en appa­rence déga­gés de toutes mes­quines et viles pré­oc­cu­pa­tions d’in­té­rêts égoïstes, non seule­ment n’ont-ils pas réagi contre l’a­bais­se­ment de leurs amis poli­tiques, mais dès leur arri­vée au pou­voir, se sont-ils mon­trés eux aus­si nos plus féroces adver­saires ? C’est là qu’il importe le plus de s’ex­pli­quer, et ce qui don­ne­ra — peut-être — aux « sou­ve­nirs » que je viens de retra­cer leur véri­table por­tée ; la seule d’ailleurs que j’aie envi­sa­gée en les publiant.

[Élisée Reclus, 1903 | Nadar]

Depuis un siècle bien­tôt, le par­ti répu­bli­cain — qui n’a fort heu­reu­se­ment rien de com­mun avec la République ni avec la Révolution — a certes suf­fi­sam­ment fait preuve de bas­sesse et d’a­vi­di­té ; ses tra­hi­sons poli­tiques et ses filou­te­ries finan­cières n’ont rien à envier aux igno­mi­nies du par­ti bona­par­tiste. Mais l’im­pro­bi­té du pre­mier n’ex­plique pas seule ses infa­mies envers le pro­lé­ta­riat. Elles tiennent d’une part à une erreur de concep­tion et de l’autre à ce que, recon­nais­sant son impuis­sance à résoudre les dif­fi­cul­tés éco­no­miques au milieu des­quelles il se débat, il trouve plus simple de les nier… Ou d’en pro­fi­ter pour pêcher lui-même en eau trouble. Bourrés de tra­di­tions clas­siques, ceux qui depuis un siècle ont repré­sen­té offi­ciel­le­ment la République n’ont jamais consi­dé­ré celle-ci que comme un mode quel­conque de fonc­tion­ne­ment du prin­cipe d’au­to­ri­té, aus­si sacro-saint pour eux que pour le des­pote le plus abso­lu. Que l’au­to­ri­té leur vienne de Dieu ou du Peuple, c’est tout un pour ces braves gens. Dès que les repré­sen­tants de ce fameux prin­cipe — élus ou non — ont par­lé, les sujets, les gou­ver­nés, n’ont plus qu’à obéir. Or, qu’est-ce que monar­chistes et répu­bli­cains entendent par l’Autorité ?

« La République ne vaut qu’au­tant qu’elle est la néga­tion de toute supré­ma­tie, de tout pri­vi­lège, non seule­ment d’ordre admi­nis­tra­tif mais encore et sur­tout d’ordre économique. »

Rien autre, s’il vous plaît, que la révé­la­tion de ce qui est juste et vrai ; de ce qui doit deve­nir pour tous la loi, la règle de conduite des citoyens dans leurs rela­tions avec leurs gou­ver­nants — sacrés par Dieu ou éma­nés d’un suf­frage plus ou moins uni­ver­sel et plus ou moins conscient. « Dieu m’a don­né mis­sion », disent les pre­miers ; « Le Peuple m’a don­né man­dat », disent les seconds. […] Aussi, grâce à cette jolie concep­tion, le peuple sou­ve­rain, plus encore que les rois fai­néants, n’est-il, en réa­li­té, que l’es­clave des maires du Palais qui, sous le nom plus moderne de dépu­tés, de ministres, etc., se pro­clament ses maîtres à ce point que ce sont eux qui règlent l’exer­cice et déli­mitent les actes du sou­ve­rain illu­soire, dépour­vu même du droit de fixer l’heure où il lui convien­dra d’a­gir. Mieux encore ; ce sont les man­da­taires qui, seuls, ont le droit de pré­ci­ser les clauses et jus­qu’à la durée de leur man­dat ! En un mot, la sou­ve­rai­ne­té du peuple consiste tout sim­ple­ment à sanc­tion­ner par son vote, à léga­li­ser dans la forme et au moment que choi­sissent ses man­da­taires, tous les dénis de jus­tice, vexa­tions et extor­sions abo­mi­nables dont — « autre­fois » — il était l’ob­jet de la part des monarques. En République, comme en monar­chie, c’est l’au­to­ri­té, c’est-à-dire la volon­té et les inté­rêts des gou­ver­nants qui sont la seule loi. Au peuple, au sou­ve­rain, comme on l’ap­pelle hypo­cri­te­ment, l’u­nique droit d’é­mettre des vœux. L’orgue et la chan­son demeurent les mêmes sous les deux régimes. Tout le débat consiste, entre monar­chistes et répu­bli­cains, à savoir qui des uns ou des autres tour­ne­ra la mani­velle… et empo­che­ra la recette.

[…] Combien de révo­lu­tions poli­tiques par­fai­te­ment sté­riles, même au point de vue pure­ment admi­nis­tra­tif, depuis bien­tôt un siècle ? Plus ça change et pire ça devient. Un gou­ver­ne­ment de répu­bli­cains hon­nêtes — par impos­sible — n’au­rait d’autre res­source que de se reti­rer… ou de se déci­der à prendre sa part du gâteau — quitte à noyer ses remords dans le sang des incor­ri­gibles enne­mis de l’ordre social », c’est-à-dire des exploi­tés. Or, aujourd’­hui, la République ne vaut qu’au­tant qu’elle est la néga­tion de toute supré­ma­tie, de tout pri­vi­lège, non seule­ment d’ordre admi­nis­tra­tif mais encore et sur­tout d’ordre éco­no­mique. La véri­table supé­rio­ri­té de la concep­tion répu­bli­caine moderne, c’est de sup­pri­mer tous droits pré­ten­dus acquis ou usur­pés par une frac­tion quel­conque, au détri­ment de la col­lec­ti­vi­té et des géné­ra­tions à venir de telle sorte que tout nou­vel arri­vant trouve place au « ban­quet de la vie ». En un mot, la République moderne, c’est la sociale, qui n’a rien de com­mun avec les anciennes répu­bliques à esclaves, si chères aux mes­sieurs qui ont fait leurs classes. Le grand hon­neur de la Commune de Paris de 1871, c’est de l’a­voir com­pris. C’est aus­si pour cela que, mal­gré les griefs que les tra­vailleurs peuvent rele­ver contre elle, elle mar­que­ra dans l’Histoire — véri­table révo­lu­tion popu­laire — le point de départ de la rup­ture défi­ni­tive entre le pro­lé­ta­riat et ses exploi­teurs monar­chistes abso­lus ou consti­tu­tion­nels, répu­bli­cains plus ou moins radi­caux ou même intran­si­geants. Et, que les pro­lé­taires ne l’ou­blient pas, ces der­niers ne sont pas les moins dan­ge­reux par­mi leurs impla­cables ennemis.


Extrait tiré de Souvenirs d’un révo­lu­tion­naire, tome 2, Éditions Ressouvenance, 2009 — texte ori­gi­nal paru en 1886 dans le jour­nal Le Cri du peuple.
Photo de ban­nière : la Commune de Paris, par Pierre-Ambrose Richebourg

Image de vignette : Gustave Lefrançais


REBONDS

☰ Lire notre entretien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construction », mai 2017
☰ Lire notre article « Erich Mühsam — la liberté de chacun par la liberté de tous », Émile Carme, mars 2017
☰ Lire notre abécédaire de Louise Michel, mars 2017
☰ Lire notre article : « Gauche & Droite, le couple des privilégiés », Émile Carme, février 2016
Lire notre entretien avec Tancrède Ramonet : « Faire entendre des voix inaudibles », décembre 2016
☰ Lire le texte inédit de Daniel Bensaïd « Du pouvoir et de l’État », avril 2015

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.