Du pouvoir et de l’État


Semaine Daniel Bensaïd

Ce texte est la pré­face à l’ou­vrage Clases, Plebes, Multitudes, paru au Chili en 2006 sous la plume du phi­lo­sophe et mili­tant com­mu­niste Daniel Bensaïd. Il était res­té inédit en fran­çais : nous remer­cions Sophie Bensaïd pour sa confiance. Peut-on chan­ger le monde sans prendre le pou­voir ? Ignorer la ques­tion des orga­ni­sa­tions et des par­tis ? Bousculer la donne par les marges ? Autant de ques­tions qu’il a ten­té d’a­bor­der de front. Disparu au mois de jan­vier 2010, Daniel Bensaïd n’a pu assis­ter au mou­ve­ment des Indignés, aux sou­lè­ve­ments du monde arabe, à Occupy Wall Street, à la chute de Compaoré au Burkina Faso, à la vic­toire grecque (bien­tôt tra­hie) de Syriza ou à la créa­tion du Rojava. Mais ces ques­tions conti­nuent de se poser, plus que jamais. 


Classes, plèbes, mul­ti­tudes paraît au moment où l’Amérique latine connaît un incon­tes­table glis­se­ment à gauche, après l’accession de Lula à la pré­si­dence bré­si­lienne en 2003, la vic­toire élec­to­rale du Frente Amplio en Uruguay, celle sur­tout d’Evo Morales en Bolivie en 2005, tan­dis que le Venezuela de Chavez pour­suit la radi­ca­li­sa­tion. Cette évo­lu­tion est le pro­duit de la vague de fond anti­li­bé­rale qui déferle depuis 2000 contre les poli­tiques conduites depuis plus de vingt ans, contre les plans de restruc­tu­ra­tion du FMI et de leurs dégâts sociaux, contre la reco­lo­ni­sa­tion de la région à tra­vers le pro­jet d’une vaste zone de libre com­merce et de mili­ta­ri­sa­tion impé­ria­liste. Néanmoins, les dif­fé­rents pro­ces­sus sociaux et élec­to­raux sur le conti­nent ne consti­tuent pas une alter­na­tive glo­bale et homo­gène à l’offensive libé­rale. Les situa­tions sont notam­ment fort dis­tinctes, selon qu’il s’agit de vic­toires élec­to­rales dans le pro­lon­ge­ment d’une forte mobi­li­sa­tion sociale (comme en Bolivie ou au Venezuela en 2005) ou de résul­tats élec­to­raux sur­ve­nant dans un contexte de conflic­tua­li­té réduite, voire après un recul sen­sible des mobi­li­sa­tions popu­laires, comme ce fut le cas au Brésil en 2002. Alors que les études de syn­thèse du Clacso1Conseil lati­no-amé­ri­cain des sciences sociales. enre­gistrent un léger recul de la conflic­tua­li­té sociale dans la zone andine au second semestre 2005, la com­ba­ti­vi­té sociale conti­nue à se mani­fes­ter for­te­ment en Amérique cen­trale et dans le cône Sud. Aussi, dans des contextes instables, le « glis­se­ment à gauche » célé­bré par des obser­va­teurs inter­na­tio­naux se tra­duit-il en réa­li­té par des orien­ta­tions diver­gentes, allant d’une dyna­mique de rup­ture avec le des­po­tisme des mar­chés (Venezuela) à la conti­nui­té annon­cée des poli­tiques libé­rales (Chili) en pas­sant par une forme spé­ci­fique de « social-libé­ra­lisme » appa­ren­té à la « troi­sième voie » de la social-démo­cra­tie euro­péenne influen­cée par Tony Blair, Gerhard Schröder ou Zapatero.

« Cette évo­lu­tion est le pro­duit de la vague de fond anti­li­bé­rale qui déferle depuis 2000 contre les poli­tiques conduites depuis plus de vingt ans. »

Il n’en demeure pas moins que ces ten­dances tra­duisent un retour de la ques­tion poli­tique et appellent un réexa­men des rap­ports entre mou­ve­ments sociaux et repré­sen­ta­tion poli­tique. C’est ce qu’a illus­tré le chan­ge­ment de ton entre les forums sociaux mon­diaux de Porto-Alegre et le récent forum conti­nen­tal de Caracas (jan­vier 2006). Le fait que ce der­nier se soit tenu dans la capi­tale véné­zué­lienne, au len­de­main de l’investiture d’Evo Morales en Bolivie, est signi­fi­ca­tif de ce dépla­ce­ment. Alors que les ren­contres pré­cé­dentes étaient domi­nées par les rhé­to­riques défen­sives de la résis­tance et par l’affirmation, essen­tielle mais néga­tive, que « le monde n’est pas une mar­chan­dise », le pro­blème a com­men­cé à être posé de savoir quel autre monde est pos­sible, quel socia­lisme rede­vient pen­sable après les tra­gé­dies du « siècle des extrêmes » et quelles peuvent être les voies d’une alter­na­tive au cau­che­mar libé­ral.

Des mani­fes­ta­tions de Seattle en 1999 au Forum social mon­dial de Porto Alegre en jan­vier 2005 et aux forums conti­nen­taux de 2006, le mou­ve­ment alter­mon­dia­liste a par­cou­ru en peu de temps un che­min appré­ciable. Dans un pre­mier temps, il s’est agi, comme en écho à l’appel zapa­tiste de jan­vier 1994, de réper­cu­ter le cri de « Ya Basta ! » Maintenant, ça suf­fit ! Ça suf­fit du déman­tè­le­ment des ser­vices publics et des sys­tèmes de pro­tec­tion sociale, de l’asservissement et de l’expropriation des pay­sans par les firmes mul­ti­na­tio­nales, du pillage des res­sources ali­men­taires et éner­gé­tiques, de l’écrasement des cultures et de la dis­cri­mi­na­tion envers les femmes et les popu­la­tions indi­gènes, de la ponc­tion de richesse opé­rée par le méca­nisme de la dette, de la mar­chan­di­sa­tion des biens com­muns et du vivant. Après avoir subi de plein fouet la réac­tion libé­rale ini­tiée par Reagan et Thatcher, les mou­ve­ments popu­laires sem­blaient entrer en conva­les­cence. Ils com­men­çaient à reprendre leurs esprits, à retrou­ver une confiance en eux.

Hugo Chavez (Reuters)

Cependant, après la faillite his­to­rique du socia­lisme bureau­cra­tique « réel­le­ment exis­tant » et après l’expérience des dic­ta­tures en Amérique latine, le temps était encore au refus : dire « Non ! » à un monde insup­por­table, socia­le­ment et éco­lo­gi­que­ment. Ce fut une séquence de résis­tances et de recons­truc­tion. Mais la rai­son stra­té­gique res­tait en som­meil. Le débat stra­té­gique demeu­rait blo­qué à son degré zéro, comme au point mort, depuis la tra­gé­die chi­lienne de 1973 ou les dés­illu­sions des révo­lu­tions san­di­niste et sal­va­do­rienne. Ce contexte explique l’écho ren­con­tré par les livres de Toni Negri, de John Holloway, de Raul Zibechi. Changer le monde sans prendre le pou­voir ? Le titre du livre de Holloway résume bien ce moment de la résis­tance des mul­ti­tudes où la ques­tion du pou­voir est écar­tée. Il y a cepen­dant une dif­fé­rence de taille entre dire que la ques­tion du pou­voir n’est pas — pro­vi­soi­re­ment — posée, que les rap­ports de force natio­naux et inter­na­tio­naux ne per­mettent pas d’envisager sérieu­se­ment de nou­velles stra­té­gies conqué­rantes ; et dire qu’on ne le veut pas, qu’il faut l’éviter à tout prix. Certes, les pou­voirs issus des révo­lu­tions du XXe siècle n’ont pas chan­gé le monde. Certains ont même dégé­né­ré en dic­ta­tures bureau­cra­tiques et il faut tirer toutes les leçons de ces expé­riences dou­lou­reuses. Mais ceux qui ont refu­sé de prendre le pou­voir n’ont pas davan­tage chan­gé le monde. Ils se sont, dans la plu­part des cas, conten­tés d’accompagner et d’amender à la marge la poli­tique des domi­nants et de recon­duire la divi­sion du tra­vail entre mou­ve­ments sociaux et repré­sen­ta­tion poli­tique, lais­sant de fait le mono­pole de la poli­tique à ceux qui en font pro­fes­sion (et par­fois for­tune), quand ils n’ont pas car­ré­ment ser­vi d’auxiliaires aux défen­seurs de l’ordre éta­bli. Face aux pro­blèmes concrets posés par les expé­riences en cours, ces dis­cours semblent vieillir très vite et fuir la réa­li­té au pro­fit de l’abstraction.

« Ceux qui ont refu­sé de prendre le pou­voir n’ont pas chan­gé le monde ; ils se sont, dans la plu­part des cas, conten­tés d’amender à la marge la poli­tique des domi­nants. »

Une des inter­pré­ta­tions les plus claires et les plus intel­li­gentes de la phase ini­tiale du mou­ve­ment alter­mon­dia­liste a été don­née par le socio­logue por­tu­gais Boaventura de Sousa Santos. Dans de nom­breux livres et articles, il constate « le déni de toute alter­na­tive » carac­té­ris­tique de l’époque dans laquelle des idéo­logues à la mode (pas­sa­gère) ont cru voir « la fin de l’Histoire et des idéo­lo­gies ». C’est dans ce contexte que s’inscrirait « la dimen­sion uto­pique du forum social mon­dial, consis­tant à affir­mer l’actualité d’alternatives à la glo­ba­li­sa­tion libé­rale ». Mais « la spé­ci­fi­ci­té de ce conte­nu uto­pique, à la dif­fé­rence des uto­pies du XIXe siècle et du début du XXe, appa­raît clai­re­ment : plu­tôt que de tran­cher entre dif­fé­rentes options, comme ce fut le cas dans le pas­sé, l’utopie nou­velle se contente de pro­cla­mer que des alter­na­tives sont pos­sibles et que peuvent exis­ter des formes de glo­ba­li­sa­tion contre-hégé­mo­niques ». Il s’agirait d’une uto­pie « ouverte » ou « vague », car « il est plus impor­tant dans le contexte d’affirmer la pos­si­bi­li­té d’alternatives que d’en déter­mi­ner le conte­nu pré­cis ». Autrement dit, « l’utopie des forums sociaux se pré­sente davan­tage comme une uto­pie néga­tive que posi­tive (qui défi­ni­rait le conte­nu de ce à quoi elle aspire2Boaventura de Sousa Santos, « L’utopie assu­mée ».) ».

La nou­veau­té de cette approche réside, selon Boaventura, dans ce qu’elle vise à rompre « avec la tra­di­tion des uto­pies de la moder­ni­té occi­den­tale dont la plu­part ont tour­né à l’échec » : « Pour le forum social, les formes et les conte­nus des alter­na­tives sont plu­riels » et leur déve­lop­pe­ment « va de pair avec l’affirmation selon laquelle il y a des alter­na­tives aux alter­na­tives ». L’autre monde pos­sible annon­cé par les mani­fes­tants alter­mon­dia­listes est donc « une aspi­ra­tion uto­pique qui peut accueillir plu­sieurs mondes pos­sibles » : cet autre monde peut être bien des choses, « mais en aucun cas un monde sans alter­na­tives ». […] Autrement dit, la ques­tion com­mence à être posée concrè­te­ment par les luttes en cours, en Amérique latine et au Moyen-Orient notam­ment, des stra­té­gies alter­na­tives néces­saires pour chan­ger ce monde impi­toyable avant qu’il ne nous écrase. Nous n’avons pas encore la réponse. Il y fau­dra un nou­veau cycle d’expériences et de tâton­ne­ments, la recons­truc­tion à nou­veaux frais de rap­ports de force dégra­dés. Du moins, est-il pos­sible, à la lumière du cycle pré­cé­dent, de repé­rer les impasses et d’éviter les che­mins qui ne mènent nulle part. Comme l’écrit le poète autri­chien Erich Fried, « des pers­pec­tives meilleures s’ouvrent du seul fait que nous, qui n’en avons par ailleurs pas, com­men­çons à le dire ouver­te­ment ».

Sous-com­man­dant Marcos, Mexique (par Nicolas Defossé)

Les extra­po­la­tions théo­riques de John Holloway à par­tir de l’expérience zapa­tiste sont un bon résu­mé de l’air du temps, et de la dif­fi­cul­té à déga­ger le nou­veau qui naît de l’ancien qui se meurt, tant il est vrai que c’est sou­vent avec un peu de vieux qu’on fait de l’authentique nou­veau­té. Il existe, bel et bien, une « illu­sion éta­tiste », qui rétré­cit la poli­tique à la sphère de l’État. Il existe aus­si une « illu­sion sociale », qui pré­tend se pro­té­ger de la conta­mi­na­tion bureau­cra­tique en res­tant à l’écart de la lutte poli­tique des par­tis et de ses moments élec­to­raux. L’appel, sou­vent enten­du, à « dés­éta­ti­ser les consciences » fas­ci­nées par le féti­chisme de l’État, rap­pelle irré­sis­ti­ble­ment les bal­bu­tie­ments du mou­ve­ment socia­liste du XIXe siècle, ou les rhé­to­riques de la désa­lié­na­tion (poli­tique ou reli­gieuse) pro­po­sant de chas­ser Dieu par la cri­tique de la reli­gion au lieu de s’attaquer aux misères du monde qui nour­rissent le besoin de croyance ; et d’échapper men­ta­le­ment à l’emprise de l’État ima­gi­naire au lieu de ren­ver­ser l’État réel.

« Qui n’a pas de mémoire des luttes pas­sées, des défaites comme des vic­toires, n’a guère d’avenir. »

Cette fuite, non seule­ment de l’orbite de l’État, mais du champ poli­tique, assez répan­due par­mi les mou­ve­ments uto­pistes du XIXe siècle, ne les empê­cha pas de pra­ti­quer le com­pro­mis tacite avec les pou­voirs éta­blis au nom d’une rigou­reuse divi­sion du tra­vail entre social et poli­tique. Cet abs­ten­tion­nisme revient en effet à aban­don­ner la poli­tique à ses « pro­fes­sion­nels ». Une authen­tique poli­tique de l’opprimé consis­te­rait au contraire à redé­fi­nir, sans les confondre, les rap­ports entre le social et le poli­tique, le pri­vé et le public, l’homme et le citoyen, que le Capital pré­tend dis­so­cier. On retrouve dans le rejet post­mo­derne des grands récits de l’émancipation le thème des micro­ré­cits, des libé­ra­tions minia­tures, de la poli­tique en miettes, des pro­grès mil­li­mé­triques, aux anti­podes des grandes illu­sions lyriques et de la « praxis uni­fiée » rêvée par les géné­ra­tions mili­tantes des années soixante et soixante-dix. Subissant la spi­rale des défaites subies depuis plus de vingt ans, cette rhé­to­rique de la rési­gna­tion pré­tend s’alléger du poids d’une his­toire trop lourde à por­ter. Pourtant, « on recom­mence tou­jours par le milieu », répé­tait sage­ment Gilles Deleuze : pas de table rase en poli­tique et en his­toire. Qui n’a pas de mémoire des luttes pas­sées, des défaites comme des vic­toires, n’a guère d’avenir. Le tra­vail de mémoire consiste à rejouer sans cesse au pré­sent l’héritage du pas­sé, à sau­ver la tra­di­tion du confor­misme qui sans cesse la menace, à redon­ner leur chance aux vain­cus d’hier et de tou­jours. Le pur Présent du Cri célé­bré par Holloway exprime une révolte. Il ne sau­rait fon­der une poli­tique.

Holloway nous invite à « cra­cher sur l’Histoire » et à nous libé­rer de ses fan­tômes. Mais s’il est impos­sible de « pen­ser » his­to­ri­que­ment, qu’appelle-t-on encore « pen­ser » ? Nul ne songe à res­sus­ci­ter un âge d’or ima­gi­naire des révo­lu­tions pas­sées. Personne ne pré­tend sor­tir indemne du « siècle des extrêmes ». Est-ce une rai­son pour effa­cer les rup­tures et les dis­con­ti­nui­tés, pour mêler dans la même culpa­bi­li­té vain­queurs et vain­cus, bour­reaux et vic­times ? L’enjeu de la ques­tion n’est pas mora­li­sant, mais poli­tique. Il com­mande la pos­si­bi­li­té de « conti­nuer » ou de recom­men­cer. La tra­di­tion pèse comme un cau­che­mar sur le cer­veau des vivants ? Mais la tra­di­tion au sin­gu­lier n’existe pas. Il y a des guerres de tra­di­tions et des guerres de mémoire. La poli­tique de la page blanche sur laquelle on croit pou­voir des­si­ner à volon­té le visage de l’homme nou­veau est grosse elle aus­si d’inquiétantes dérives auto­ri­taires. Nietzsche, impi­toyable cri­tique de la rai­son his­to­rique, récu­sait une his­toire qui serait « une sorte de conclu­sion et de bilan de la vie », de juge­ment der­nier. Mais il recon­nais­sait aus­si que « nous avons besoin de l’histoire, autre­ment que n’en a besoin l’oisif pro­me­neur dans le jar­din de la science : pour vivre et pour agir, et non pour nous détour­ner non­cha­lam­ment de la vie et de l’action ».

Campagne pour Lula, Brésil, 2002 (Marucio Lima/AFP/Getty Images)

La pos­si­bi­li­té de se reti­rer de la par­tie est un prin­cipe fon­da­teur de la théo­rie des jeux. Mais lut­ter n’est pas jouer. On est embar­qué. Faute de ren­ver­ser la table et l’échiquier, on est tou­jours repris par le sys­tème. Il existe des pro­mo­tions indi­vi­duelles et des réus­sites sociales édi­fiantes. Mais on ne s’est jamais éva­dé en masse de la domi­na­tion du capi­tal. L’émancipation n’est pas un plai­sir soli­taire. « Que se vayan todos ! » criait la rue argen­tine en 2002. Ils sont pour­tant reve­nus. Et la lutte conti­nue. Si l’on veut sor­tir des abs­trac­tions de la poli­tique spé­cu­la­tive, il faut débattre concrè­te­ment du bilan de l’expérience cubaine, du gou­ver­ne­ment Lula, de la révo­lu­tion boli­va­rienne, et main­te­nant de la situa­tion boli­vienne (sans oublier l’évolution du zapa­tisme). Et si on arrê­tait tout ? Si l’on fai­sait la grève géné­rale des fétiches ? Ce dis­cours magique du retour à « l’An 01 » eut son heure de gloire avec les illu­sions lyriques consé­cu­tives à Mai 68. Il suf­fi­sait, pré­ten­daient alors cer­tains, de « chas­ser le flic de sa tête ». Il suf­fi­rait aujourd’hui de chas­ser le Capital de sa tête, comme si l’aliénation n’était qu’une fausse conscience à dis­si­per un cau­che­mar dont il faut se réveiller et non la consé­quence réelle du féti­chisme de la mar­chan­dise. La désa­lié­na­tion n’est pas un pèle­ri­nage aux sources d’une créa­ti­vi­té ori­gi­nelle étouf­fée, une archéo­lo­gie de l’humanité authen­tique, le retour à un para­dis sup­po­sé per­du. Elle ne se réduit pas à une robin­son­nade pré­ten­dant déli­vrer la valeur d’usage de la gangue de la valeur d’échange, le tra­vail concret du tra­vail abs­trait, la divi­sion tech­nique du tra­vail de la divi­sion sociale. Le des­po­tisme du capi­tal et du mar­ché les mêle et les soude inex­tri­ca­ble­ment.

« On ne s’est jamais éva­dé en masse de la domi­na­tion du capi­tal. L’émancipation n’est pas un plai­sir soli­taire. »

L’idée d’une éva­sion pos­sible hors du cercle de fer du féti­chisme et de l’aliénation entre­tient une affi­ni­té évi­dente avec la thé­ma­tique de la « mul­ti­tude » déve­lop­pée par Tony Negri, Michaël Hardt et Paolo Virno. Ce der­nier explique que le concept de mul­ti­tude s’oppose à celui de peuple, char­gé selon lui d’un fan­tasme d’homogénéité cor­po­relle, plu­tôt qu’à celui de classe : la mul­ti­tude ren­drait mieux compte de la plu­ra­li­té des oppres­sions et de la diver­si­té des oppri­més. Le fait est que la notion de mul­ti­tude, non pas mal­gré mais grâce à son impré­ci­sion théo­rique, semble des­crip­ti­ve­ment effi­cace pour rendre compte de la réa­li­té bario­lée des sans-terre, des pique­te­ros, des syn­di­ca­listes, des pauvres des fave­las, des habi­tants insur­gés d’El Alto, des mou­ve­ments indi­gènes, des marches des femmes, des reven­di­ca­tions de recon­nais­sance de la part des homo­sexuels ou de digni­té de la part des pros­ti­tuées… Mais ce qui ras­semble ces foules appa­rem­ment dis­pa­rates dans les forums de Porto Alegre ou de Caracas, c’est la révolte com­mune contre les effets sociaux de la mar­chan­di­sa­tion et contre le des­po­tisme du Capital. Il serait cepen­dant dan­ge­reu­se­ment naïf d’imaginer que cette mul­ti­tude repré­sente un nou­veau grand sujet de l’émancipation dres­sé comme David face au Goliath impé­rial. La mul­ti­tude n’échappe pas aux sor­ti­lèges du féti­chisme, elle n’échappe pas aux contra­dic­tions et aux ten­sions de classe, elle n’est pas à l’abri des fana­tismes reli­gieux. C’est pour­quoi il importe de don­ner à ses révoltes un conte­nu de classe en arti­cu­lant les luttes contre les mul­tiples oppres­sions à celles contre l’exploitation déter­mi­née par un mar­ché du tra­vail à la fois mon­dia­li­sé et seg­men­té.

L’« inver­sion coper­ni­cienne » du mar­xisme reven­di­quée par Holloway res­semble fort à une conver­sion reli­gieuse. Il suf­fi­rait d’y croire pour que le pro­lé­ta­riat domi­né devienne conscient de sa propre puis­sance de domi­na­tion, pour qu’il échappe à la subor­di­na­tion et à la subal­ter­ni­té. « On ne peut se défendre que dans les termes de l’attaque », consta­tait amè­re­ment Hannah Arendt après l’épreuve du nazisme. On ne peut échap­per à l’emprise du capi­tal et à l’enfer de sa repro­duc­tion sans faire inter­ve­nir les caté­go­ries stra­té­giques de situa­tion et de crise révo­lu­tion­naire, où s’interrompt la rou­tine des tra­vaux et des jours. La révo­lu­tion n’est pas pour autant un saut sans élan, un pur évé­ne­ment appa­ren­té au miracle reli­gieux. Elle mûrit dans les contra­dic­tions de l’ordre exis­tant. Elle se pré­pare par une lutte pour l’hégémonie. Elle com­bine le pro­ces­sus et l’acte, le mou­ve­ment et le but, l’événement et ses condi­tions de pos­si­bi­li­té. Les bio­lo­gistes contem­po­rains qui tra­vaillent sur les notions « d’ordre émergent » et de « bifur­ca­tion » affirment qu’une orga­ni­sa­tion nou­velle peut naître, dans cer­taines condi­tions, de l’organisation en réseaux. Le thème est sou­vent trans­plan­té sans pré­cau­tions de méthode dans le mou­ve­ment social, en oubliant la réserve déci­sive : « dans cer­taines condi­tions » qu’il s’agirait pré­ci­sé­ment de déter­mi­ner. Car il ne s’agit pas de l’émergence spon­ta­née d’une socié­té nou­velle à par­tir d’une com­bi­nai­son de réseaux dans une sou­coupe, mais bien d’une lutte contre un ordre exis­tant et contre sa logique de repro­duc­tion.

Evo Morales (AFP)

Le capi­tal pro­duit son espace, son pay­sage, son ter­ri­toire. La loi de la valeur opé­rant à l’échelle mon­diale déter­mine un déve­lop­pe­ment inégal et com­bi­né, une refonte per­ma­nente des espaces de la domi­na­tion, un par­tage sans cesse rema­nié entre ville et cam­pagne, capi­tale et pro­vince, centre et péri­phé­rie. Territorialisation et déter­ri­to­ria­li­sa­tion ne sont pas deux phé­no­mènes paral­lèles, ou chro­no­lo­gi­que­ment dis­tincts, mais deux pro­cès simul­ta­nés, tres­sés l’un à l’autre : la mon­dia­li­sa­tion déter­ri­to­ria­lise, flui­di­fie, favo­rise l’expansion réti­cu­laire ; mais elle reter­ri­to­ria­lise, édi­fie des murs, déplace des fron­tières sans les abo­lir, fait sur­gir de nou­veaux États. Désensorceler le temps du capi­tal ? « Démystifier sa durée » ? Il ne suf­fit pas pour cela de cri­ti­quer le « temps homo­gène et vide » de l’horloge et du chro­no­mètre. Le temps social du capi­tal est ryth­mé par ses cycles de cir­cu­la­tion, de repro­duc­tion, d’accumulation. Le temps abs­trait n’est que le corol­laire de l’abstraction moné­taire et de l’abstraction mar­chande. On ne peut s’en libé­rer sans se libé­rer du rap­port d’exploitation et sans bri­ser la loi de la valeur. Il ne suf­fit pas de jeter son réveille-matin par la fenêtre ou de tirer sur les cadrans pour arrê­ter la grande hor­loge du capi­tal qui conti­nue inexo­ra­ble­ment de tour­ner.

« Sous le règne du capi­tal, chaque pro­grès a sa contre­par­tie de dégâts et de régres­sions. »

La logique du capi­tal est celle d’une fuite mor­ti­fère devant ses propres contra­dic­tions. Les gains de pro­duc­ti­vi­té libèrent poten­tiel­le­ment du temps libre, mais ils se tra­duisent concrè­te­ment par davan­tage d’exclusion et de pré­ca­ri­té. Les tech­niques de com­mu­ni­ca­tion peuvent favo­ri­ser la démo­cra­tie, mais elles peuvent aus­si ren­for­cer l’aliénation. Sous le règne du capi­tal, chaque pro­grès a sa contre­par­tie de dégâts et de régres­sions. « Pouvoir de » et « pou­voir sur » ne sont pas face à face, exté­rieurs l’un à l’autre, mais inex­tri­ca­ble­ment enla­cés. L’État n’est pas un lieu ou une chose, mais aus­si un rap­port social. S’il existe une « illu­sion éta­tiste » — au sens où Marx dénon­çait « l’illusion poli­tique » de ses contem­po­rains, rédui­sant l’émancipation humaine à l’émancipation « seule­ment poli­tique » — l’État ne se réduit pas pour autant à une illu­sion. Le rap­port social dont il garan­tit la repro­duc­tion se cris­tal­lise en ins­ti­tu­tions et en appa­reils qui ne sont pas qu’idéologiques. On ne peut se dés­in­té­res­ser des formes de l’État, comme si tous les États et les gou­ver­ne­ments étaient uni­for­mé­ment gris, et comme si la dif­fé­rence entre une démo­cra­tie par­le­men­taire et une dic­ta­ture mili­taire était anec­do­tique. Les rap­ports de force sociaux tra­versent le champ des ins­ti­tu­tions et de la repré­sen­ta­tion poli­tique. On a beau pré­tendre que le pou­voir d’État n’est qu’un par­mi les mul­tiples rap­ports de pou­voir, il en est la clef de voûte et la garan­tie. On a beau pré­tendre l’ignorer, ce pou­voir, lui, ne nous oublie pas. Les liber­taires cata­lans ou les révo­lu­tion­naires chi­liens (alle­mands, indo­né­siens, etc.) l’ont hélas véri­fié à leurs dépens.

Démystifier, défé­ti­chi­ser ? Décidément tout, pour Holloway, semble se pas­ser dans les têtes. Si la pro­prié­té des uns est la dépos­ses­sion des autres, si la pro­prié­té des uns est de la plus-value extor­quée et cris­tal­li­sée, il n’en demeure pas moins que la pro­prié­té est aus­si un pou­voir, et même la force secrète du pou­voir, plus concen­trée aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été. Pour la « défé­ti­chi­ser », il fau­drait donc s’attaquer non seule­ment à sa sacra­li­sa­tion, mais aux rap­ports réels de pro­prié­té : en oppo­sant à la concur­rence de tous contre tous et à l’appropriation pri­vée du monde une logique du bien com­mun, du ser­vice public, de l’appropriation sociale. Ainsi, la charte de l’eau sou­te­nue par les mou­ve­ments alter­mon­dia­listes défi­nit l’accès à l’eau potable comme un droit impres­crip­tible de l’humanité, elle consi­dère l’eau comme un bien-com­mun inap­pro­priable, elle exige que les pou­voirs publics en garan­tissent à tous l’usage. Exemple à suivre. Certains ren­voient aujourd’hui dos-à-dos le réfor­misme éta­tiste et l’avant-gardisme révo­lu­tion­naire, comme s’il s’agissait d’écueils symé­triques. Lénine était plus avi­sé, qui dis­tin­guait la mala­die sénile du socia­lisme par­le­men­taire de la « mala­die infan­tile » du com­mu­nisme. On peut gué­rir de la seconde ; on sur­vit rare­ment à la pre­mière. On voit mal pour­quoi une orien­ta­tion conseilliste et auto­ges­tion­naire serait anti­no­mique à l’existence de par­tis poli­tiques. La libre confron­ta­tion des pro­grammes et des pro­po­si­tions por­tées par des par­tis appa­raît plu­tôt comme une condi­tion néces­saire à la construc­tion d’un socia­lisme « par en-bas ». Sans cette lutte des par­tis, por­teurs de pro­jets d’ensemble, le réseau des conseils et des comi­tés se rédui­rait vite à un puzzle d’intérêts par­ti­cu­liers et d’expériences en miettes, que ne tar­de­rait pas à coif­fer une bureau­cra­tie pré­ten­dant incar­ner l’intérêt géné­ral.

Rafael Correa (DR)

Le che­mi­ne­ment est tout, le but n’est rien ? La révo­lu­tion réduite à une dis­po­si­tion éthique — la digni­té — ne suf­fit pas à chan­ger effec­ti­ve­ment le monde. Point de départ néces­saire, la révolte ne sau­rait s’éterniser sans deve­nir révo­lu­tion. Si le but ne jus­ti­fie pas les moyens, il les condi­tionne. Sans pers­pec­tive révo­lu­tion­naire, ne res­te­rait que la poli­tique du moindre mal (qui s’est si sou­vent révé­lée être en pra­tique le plus court che­min vers le pire), les accom­mo­de­ments au jour le jour, la tac­tique sans stra­té­gie, la poli­tique poli­ti­cienne sans vision his­to­rique. Combien de pré­si­dents démis­sion­nés ou ren­ver­sés en Amérique latine ces der­nières années, sans que soit pour autant bri­sé l’éternel retour de l’exploitation et de la domi­na­tion ? Rosa Luxemburg et Bernstein même com­bat ? Tous deux seraient en effet dépas­sés, deve­nus ana­chro­niques, pour avoir fait de l’État la clef de voûte de la lutte poli­tique ; la pre­mière pour le ren­ver­ser, le second pour le réfor­mer. Rosa fut pour­tant assas­si­née par les chefs de la social-démo­cra­tie. Ce n’était pas un mal­en­ten­du. Et cette his­toire, hélas, n’a ces­sé de se répé­ter. Entre réforme et révo­lu­tion, beau­coup cherchent une impro­bable « troi­sième voie », mais le mot ne fait pas la chose ; la troi­sième voie de Tony Blair n’est qu’une piste cyclable qui longe l’autoroute libé­rale. S’interroger che­min fai­sant ? Bien sûr, tant il est vrai que les révo­lu­tions sont tou­jours inédites, qu’elles ne sont jamais la simple répé­ti­tion des révo­lu­tions pas­sées, et qu’à l’instar des mili­taires, tou­jours en retard d’une guerre, les révo­lu­tion­naires risquent tou­jours d’être en retard d’une révo­lu­tion.

« Si l’on estime que la tra­hi­son est inhé­rente au jeu élec­to­ral, il s’agirait de s’en reti­rer pure­ment et sim­ple­ment. Ce serait lais­ser le champ libre aux poli­ti­ciens et aux déma­gogues. »

Mais s’interroger, ce n’est pas effa­cer les leçons du pas­sé, repar­tir de zéro, comme si nous n’avions rien appris. Or, il ne manque pas de doc­teurs, dra­pés de fausse modes­tie, pour glis­ser la réponse dans leur propre ques­tion : en rédui­sant la révo­lu­tion à des résis­tances inter­sti­tielles, à des fis­sures cen­sées se pro­pa­ger, à des niches d’anti-pouvoir dans les murailles impre­nables du capi­tal. Comme si les situa­tions de double pou­voir n’étaient pas un moment d’équilibre instable avant un dénoue­ment bru­tal, où la ques­tion cru­ciale reste celle que posa Lénine avec obs­ti­na­tion : « Qui l’emportera ? » La stra­té­gie révo­lu­tion­naire ne se réduit pas au Grand Soir, ni à la pré­pa­ra­tion conspi­ra­tive du coup de force ou du coup de main, à la manière des socié­tés secrètes du XIXe siècle. Il n’y a en effet de stra­té­gie que dans la durée, dans son arti­cu­la­tion à la tac­tique, dans la construc­tion des rap­ports de force et des alliances. L’asymétrie struc­tu­relle entre révo­lu­tions bour­geoises et révo­lu­tions pro­lé­ta­riennes n’en sub­siste pas moins. Devenir bour­geois, c’est accu­mu­ler du capi­tal (éco­no­mique et cultu­rel), du pou­voir et du temps libre. En revanche, deve­nir pro­lé­taire, c’est être dépos­sé­dé des moyens et des fina­li­tés de la pro­duc­tion, c’est subir l’aliénation du tra­vail et la domi­na­tion idéo­lo­gique, c’est deve­nir rien. Comment, de ce rien, deve­nir tout ? Telle est la ques­tion stra­té­gique lan­ci­nante des révo­lu­tions sociales depuis le XIXe siècle.

La mon­tée de l’abstention élec­to­rale est symp­to­ma­tique dans de nom­breux pays de la crise de la repré­sen­ta­tion. Mais c’est un symp­tôme ambi­va­lent. Le retrait de la poli­tique peut aus­si débou­cher sur un repli égoïste de l’individu pri­vé ou sur un popu­lisme plé­bis­ci­taire. Si l’on estime que la tra­hi­son est inhé­rente au jeu élec­to­ral, il s’agirait de s’en reti­rer pure­ment et sim­ple­ment. Ce serait lais­ser le champ libre aux poli­ti­ciens et aux déma­gogues. Le conflit des légi­ti­mi­tés, entre sou­ve­rai­ne­té éta­tique et sou­ve­rai­ne­té popu­laire, tra­verse aus­si le champ élec­to­ral et les élec­tions sont un élé­ment consti­tu­tif du rap­port de force, comme l’illustrent les élec­tions boli­viennes ou véné­zué­liennes. Le chan­ge­ment radi­cal des rap­ports sociaux implique le dépé­ris­se­ment — non seule­ment de l’armée comme corps spé­cia­li­sé de répres­sion — mais de l’État en tant qu’appareil de pou­voir sépa­ré. Il ne suf­fit pas pour autant de pro­cla­mer leur abo­li­tion. Il faut en réunir pra­ti­que­ment les condi­tions : un cer­tain niveau de déve­lop­pe­ment des forces pro­duc­tives, une modi­fi­ca­tion radi­cale de la divi­sion du tra­vail (entre tra­vail manuel et intel­lec­tuel notam­ment), une trans­for­ma­tion tout aus­si radi­cale des rap­ports entre ville et cam­pagne. C’est pour­quoi le dépé­ris­se­ment est pour Marx un pro­ces­sus his­to­rique et non une uto­pie.

(DR)

Deux cra­que­ments, diag­nos­tique Holloway, fis­surent la chape de la domi­na­tion : la crise du tra­vail et celle de la repré­sen­ta­tion. Elles ne sont que deux par­mi les symp­tômes d’une crise qui touche au cœur du sys­tème : la crise de la loi de la valeur comme mesure du monde. La réduc­tion des rap­ports sociaux à leur valeur mar­chande est un fac­teur d’irrationalité et de vio­lence crois­santes. Au lieu de se tra­duire par du temps libre et créa­tif, les gains de pro­duc­ti­vi­té pro­duisent de la misère et de l’exclusion. Ce dérè­gle­ment et cette déme­sure conduisent aux catas­trophes cli­ma­tiques et éco­lo­giques annon­cées. Le capi­tal répond à cette crise par la guerre sociale, par la course aux arme­ments et la guerre « hors limites », dans le temps et dans l’espace. Cette crise n’est pas une crise ordi­naire, comme le capi­ta­lisme en connaît pério­di­que­ment, mais une crise his­to­rique de civi­li­sa­tion.

« Dire non, crier, cra­cher : le cri pri­mal de l’altermondialisme ! Ce n’est donc qu’un début. »

Dans une réponse à ses cri­tiques, John Holloway confirme les thèmes favo­ris de sa dia­lec­tique négative3John Holloway « No ! », in Historical Materialism, vol. 13, n° 4, 2005 <www.brill.nl>. Un « non » caté­go­rique, immé­diat, au capi­ta­lisme signi­fie­rait la révo­lu­tion, ici et main­te­nant. La pers­pec­tive d’une révo­lu­tion au futur trans­for­me­rait au contraire la théo­rie en socio­lo­gie ou en science poli­tique, en théo­rie de — et non contre — la socié­té ; elle ferait de l’histoire une pri­son. Dire non, crier, cra­cher : le cri pri­mal de l’altermondialisme ! Ce n’est donc qu’un début. Il reste à apprendre à par­ler. Le mou­ve­ment alter est arri­vé à un pre­mier tour­nant de sa jeune his­toire. L’heure vient de com­pa­rer les bilans de la voie « luliste » au Brésil et de la voie « cha­viste » au Venezuela, d’évaluer le cours nou­veau des zapa­tistes après la sixième décla­ra­tion de la Selva Lacandona et « l’autre cam­pagne » du pre­mier semestre 2006, d’approfondir l’alternative boli­va­rienne au grand mar­ché des Amériques (Alca) sous hégé­mo­nie impé­riale états-unienne. Face à ces défis actuels, la thé­ma­tique de l’anti-pouvoir sans prise du pou­voir flotte dans l’abstraction spec­trale. Sans pas­sé ni futur, son pré­sent abso­lu est le degré zéro d’une stra­té­gie à peine renais­sante.

La ques­tion stra­té­gique qui se des­sine pour le XXIe siècle est pro­ba­ble­ment plus vaste que ne l’imaginent encore les théo­ri­ciens de la mul­ti­tude et des mou­ve­ments sociaux. Le « court ving­tième siècle » ne consti­tue pas une simple paren­thèse désor­mais refer­mée sur une séquence tumul­tueuse de guerres et de révo­lu­tions. C’est tout le para­digme de la moder­ni­té poli­tique, tel qu’il a pris forme depuis le XVIIe siècle, avec ses caté­go­ries de sou­ve­rai­ne­té, de peuple, de ter­ri­toire, de nation, de citoyen­ne­té, avec ses guerres inter­éta­tiques et son droit inter­na­tio­nal, qui est ébran­lé. Ce sont les échelles et les lieux de la poli­tique, les rythmes et les temps his­to­riques, qui sont entrés en méta­mor­phose. Il est dif­fi­cile de pré­voir quel monde en sor­ti­ra, pire ou meilleur. Il est seule­ment cer­tain que cela se déci­de­ra dans une lutte à l’issue, par défi­ni­tion, indé­cise et incer­taine. D’ores et déjà, le pro­blème est posé d’une nou­velle arti­cu­la­tion com­plexe des champs (au sens où l’on par­lait du champ de bataille) de la lutte poli­tique. N’en déplaise aux théo­ri­ciens d’un espace lisse et homo­gène mon­dia­li­sé, le niveau natio­nal n’est pas deve­nu obso­lète. Il façonne encore, par l’histoire, par la culture, par le droit, les rap­ports de force entre classes. Les reven­di­ca­tions légi­times de sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire ou éner­gé­tique, les pro­tes­ta­tions contre la dis­ci­pline sociale impo­sée par le méca­nisme de la dette, en témoignent. Le sou­lè­ve­ment popu­laire en Argentine en 2001, la crise boli­vienne (deux gou­ver­ne­ments ren­ver­sés en 2003 et 2005, la guerre de l’eau et la guerre du gaz), la dyna­mique boli­va­rienne au Venezuela et l’usage de l’arme pétro­lière, la ques­tion de l’Assemblée consti­tuante posée en Bolivie ou en Équateur, en sont autant d’illustrations récentes.

Zapatistes au Chiapas (DR)

Mais, dans la logique de la mon­dia­li­sa­tion libé­rale, les espaces natio­naux sont de plus en plus étroi­te­ment imbri­qués aux espaces régio­naux et conti­nen­taux. La pous­sée popu­laire anti­li­bé­rale est par­ve­nue à tenir (pro­vi­soi­re­ment) en échec le pro­jet impé­ria­liste de l’Alca, inté­grant orga­ni­que­ment l’Amérique latine à un grand mar­ché sous hégé­mo­nie états-unienne. Mais les choses n’en res­te­ront pas là. Bien qu’enlisé en Irak et en Afghanistan, l’impérialisme avance ses pions (le mar­ché méso-amé­ri­cain, le plan Colombie…) et manœuvre les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales comme l’OMC ou la Banque mon­diale. Les réunions du som­met des Amériques et du som­met des peuples à Mar del Plata sym­bo­lisent l’alternative entre un conti­nent sou­mis au joug des mar­chés (Alca) et une nou­velle lutte d’émancipation conti­nen­tale, même si l’Alba n’est encore qu’une idée embryon­naire, même si l’intégration du Venezuela au Mercosur des­sine la pers­pec­tive d’un front com­mun pos­sible. « Si je m’arrête, pous­sez-moi ! », lan­çait Evo Morales lors de sa prise de fonc­tion. Ce défi s’adressait aux mou­ve­ments sociaux et popu­laires. Soit ils se trans­forment en cour­roie de trans­mis­sion de la rai­son et des com­pro­mis d’État, comme ce fut le cas au Brésil sous le man­dat pré­si­den­tiel de Lula ; soit au contraire, ils imposent leur « pou­voir consti­tuant » aux gou­ver­ne­ments issus de leur mobi­li­sa­tion. On connaît le résul­tat de la voie « luliste » : la volon­té de se faire recon­naître comme un bon élève par le FMI, en allant au-delà de ce qui était exi­gé pour le paie­ment de la dette, a vidé les bud­gets sociaux, para­ly­sé la réforme agraire et réduit l’ambitieux pro­gramme « faim zéro » à un pro­gramme mini­mal de cha­ri­té publique. S’engager inver­se­ment sur la voie de la rup­ture avec la logique de pri­va­ti­sa­tion et de mar­chan­di­sa­tion géné­ra­li­sée du monde (des ser­vices, des res­sources natu­relles, du vivant), sur la voie de l’opposition réso­lue à la dic­ta­ture des mar­chés finan­ciers, c’est accep­ter le risque d’un affron­te­ment avec les puis­sances et les pou­voirs éta­blis. Les dis­cus­sions sur le rap­port entre mou­ve­ments sociaux et repré­sen­ta­tion poli­tique, sur les classes et la mul­ti­tude, sur l’État et le pou­voir, sur l’impérialisme et l’Empire, pas­se­ront alors du domaine de la théo­rie spé­cu­la­tive à celui de la pra­tique poli­tique.


Préface de Clases, Plebes, Multitudes, paru au Chili en 2006, aux édi­tions Palinodia.

NOTES   [ + ]

1.Conseil lati­no-amé­ri­cain des sciences sociales.
2.Boaventura de Sousa Santos, « L’utopie assu­mée ».
3.John Holloway « No ! », in Historical Materialism, vol. 13, n° 4, 2005 <www.brill.nl>
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+