Proudhon en gilet jaune


Texte inédit pour le site de Ballast

Force est de consta­ter les cor­res­pon­dances entre le mou­ve­ment des gilets jaunes et la pen­sée de celui qu’il est cou­tume de pré­sen­ter comme le père de l’a­nar­chisme, Pierre-Joseph Proudhon : c’est en tout cas ce que l’au­teur de Proudhon contem­po­rain et L’Anarchisme entend ici démon­trer. Remise en cause de la repré­sen­ta­tion, cri­tique de l’o­li­gar­chie libé­rale, affir­ma­tion de la facul­té du peuple à s’au­to­gou­ver­ner en déli­bé­rant et en se don­nant ses propres lois : autant d’é­chos entre le sou­lè­ve­ment popu­laire, qui s’en va « fêter » sa pre­mière année, et le théo­ri­cien bison­tin écroué en 1849 pour « exci­ta­tion à la haine et au mépris du gou­ver­ne­ment de la République ». ☰ Par Édouard Jourdain


Les gilets jaunes sont un mou­ve­ment inédit. S’il a pu être rap­pro­ché de 1789, 1848, 1871 ou Mai 68, et si l’on peut en effet rele­ver cer­taines ana­lo­gies, l’Histoire, on le sait, ne se répète pas. Mais elle demeure éclai­rante à bien des égards et recèle des armes enfouies, qu’il nous appar­tient de déter­rer pour mieux com­prendre le pré­sent et le trans­for­mer en un futur meilleur. L’expérience de Proudhon et ses idées four­nissent de telles armes. Armes de la cri­tique, mais armes construc­tives. Armes à dérouiller, certes, mais armes en état de marche. Tour à tour gar­dien de vaches dès sa prime enfance, ouvrier typo­graphe et jour­na­liste, l’intéressé eut selon ses propres dires « le rare avan­tage, si c’en est un, de naître peuple, d’apprendre ce qui a fait le peuple tel qu’il est aujourd’hui, et de res­ter peuple1 ». Il eut affaire avec de mul­tiples régimes poli­tiques — la monar­chie consti­tu­tion­nelle, la démo­cra­tie par­le­men­taire, l’empire —, mais aus­si l’expérience de la Révolution de 1848. Révolté par la misère qu’avait connue sa famille, la vie et la pen­sée de Proudhon, vouées à la réso­lu­tion du pro­blème social et poli­tique, résonnent aujourd’hui d’un son par­ti­cu­lier sur des sujets comme la repré­sen­ta­tion, la déli­bé­ra­tion et la consti­tu­tion.

« La vie et la pen­sée de Proudhon, vouées à la réso­lu­tion du pro­blème social et poli­tique, résonnent aujourd’hui d’un son par­ti­cu­lier. »

De la Révolution fran­çaise à nos jours, le libé­ra­lisme a encais­sé plu­sieurs crises — celle des années 1930 ayant sous doute conduit au plus ter­rible d’entre les débou­chés, entendre l’avènement des tota­li­ta­rismes. La crise que nous tra­ver­sons actuel­le­ment est d’un autre ordre ; il n’en demeure pas moins une intui­tion, celle qu’un autre ordre poli­tique et social est pos­sible et sou­hai­table. Si aucune alter­na­tive viable n’est envi­sa­gée dans toute sa radi­ca­li­té, l’extrême centre res­te­ra cette anti­chambre du pire (dès lors que la radi­ca­li­té est com­prise comme une réso­lu­tion des pro­blèmes à la racine). Proudhon, en 1848, avait déjà poin­té les dan­gers d’un régime se récla­mant d’un hypo­crite « juste milieu » : « Le juste milieu, connu des phi­lo­sophes sous le nom d’éclectisme, vient de cette dis­po­si­tion d’esprit égoïste et pares­seuse, qui pré­fère aux solu­tions franches des accom­mo­de­ments impos­sibles ; qui accepte la reli­gion mais faite à sa conve­nance ; qui veut de la phi­lo­so­phie mais sans réserve ; qui sup­porte la monar­chie mais com­plai­sante ; la démo­cra­tie, mais sou­mise ; qui pro­clame la liber­té du com­merce, mais en se cou­vrant de pro­tec­tions ; qui s’arrangerait de la gra­tui­té de cir­cu­la­tion du cré­dit, mais en sti­pu­lant un inté­rêt pour ses capi­taux […]. Le juste milieu est l’hypocrisie de la conser­va­tion2. »

Encore faut-il admettre que l’on comp­tait à l’époque de Proudhon des formes de régimes mixtes, invi­tant dans une cer­taine mesure à la coha­bi­ta­tion des idéo­lo­gies et à l’exis­tence de contre-pou­voirs. Nous en sommes reve­nus. Le néo­li­bé­ra­lisme se mêle désor­mais à l’autoritarisme de l’État, cela dans une socié­té inté­gra­le­ment colo­ni­sée par le mar­ché. Qu’est-ce que le néo­li­bé­ra­lisme ? Une double infil­tra­tion : de l’État au sein du mar­ché, lequel doit assu­rer au pre­mier des assises pour son bon fonc­tion­ne­ment (y com­pris de manière auto­ri­taire) ; du mar­ché au sein de l’État, lequel doit éga­le­ment se sou­mettre à la loi de la concur­rence. Une inter­pé­né­tra­tion qui s’ef­fec­tue sans le consen­te­ment du peuple, consi­dé­ré inca­pable de se gou­ver­ner lui-même — comme l’affirme l’un des pères du néo­li­bé­ra­lisme, Walter Lippmann.

Manifestation à Paris (par Stéphane Burlot)

La capacité du peuple ou le refus de la représentation

« Ignorance ou impuis­sance, le Peuple, d’après la théo­rie démo­cra­tique, est inca­pable de se gou­ver­ner : la démo­cra­tie, comme la monar­chie, après avoir posé comme prin­cipe la sou­ve­rai­ne­té du Peuple, abou­tit à une décla­ra­tion de l’incapacité du Peuple3 ! » L’émergence du mou­ve­ment des gilets jaunes a sus­ci­té une polé­mique de savants quant à sa posi­tion vis-à-vis des repré­sen­tants : s’agit-il d’un mou­ve­ment qui cri­tique la toute-puis­sance des élus ou, au contraire, d’un mou­ve­ment qui regrette leur impuis­sance ? Cette manière de poser les alter­na­tives en dit long sur l’incapacité à sou­le­ver la ques­tion de la démo­cra­tie. Ce qui est en jeu n’est pas tant la puis­sance ou l’impuissance des élus que la capa­ci­té poli­tique des citoyens — laquelle va de pair avec une remise en ques­tion radi­cale de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive telle qu’elle existe. C’est que la repré­sen­ta­tion, dans nos démo­cra­ties libé­rales, n’a jamais été capable de repré­sen­ter le peuple — comme le rap­pelle l’ouvrage désor­mais clas­sique de Pierre Rosanvallon, Le Peuple introu­vable. Et pour cause : la repré­sen­ta­tion est enten­due au sens aris­to­cra­tique du terme, où les « meilleurs », c’est-à-dire les plus « capables », sont cen­sés diri­ger la masse des igno­rants, qui, acca­blés par leur tra­vail, n’ont plus le temps de s’occuper de la chose publique.

« La repré­sen­ta­tion est enten­due au sens aris­to­cra­tique du terme, où les meilleurs, c’est-à-dire les plus capables, sont cen­sés diri­ger la masse des igno­rants. »

Déjà, en 1793, John Oswald, un Anglais venu en France lors de la Révolution pour par­ti­ci­per aux débats du club des Jacobins, écri­vait un pam­phlet inti­tu­lé Le Gouvernement du peuple, ou plan de consti­tu­tion pour la répu­blique uni­ver­selle. On y lit : « J’avoue que je n’ai jamais pu réflé­chir sur ce sys­tème de repré­sen­ta­tion sans m’étonner de la cré­du­li­té, je dirais presque la stu­pi­di­té avec laquelle l’esprit humain avale les absur­di­tés les plus pal­pables. Si un homme pro­po­sait sérieu­se­ment que la nation pis­sât par pro­cu­ra­tion, on le trai­te­rait de fou. […] Mais le fait est, que quoiqu’il nous soit impos­sible de pen­ser les uns pour les autres, que d’aimer les uns pour les autres, de boire ou de man­ger les uns pour les autres, cepen­dant l’habitude de délé­guer à autrui le soin de pen­ser pour nous, nous fait insen­si­ble­ment désap­prendre à pen­ser tout à fait : et ceci répond mer­veilleu­se­ment bien à l’intention cha­ri­table de ces mes­sieurs, qui veulent nous épar­gner la peine de pen­ser pas nous même4. »

L’un des points les plus ori­gi­naux du mou­ve­ment des gilets jaunes est sa posi­tion par­ti­cu­liè­re­ment cri­tique à l’en­droit du prin­cipe repré­sen­ta­tif. Ont ain­si, en son cœur, été inté­grés des méca­nismes de prévention/conjuration de la repré­sen­ta­tion, comme en témoigne le refus de pré­sen­ter des listes aux élec­tions euro­péennes de 2019. Celles, peu nom­breuses et vive­ment cri­ti­quées, qui ont main­te­nu leur can­di­da­ture ont obte­nu un score désas­treux : moins de 2 %. À l’issue d’un ras­sem­ble­ment de trois jours à Saint-Nazaire, 700 gilets jaunes, repré­sen­tant 235 groupes locaux de toute la France, publiaient le 8 avril de la même année plu­sieurs « appels » com­muns, dont l’un concerne pré­ci­sé­ment la ques­tion de la repré­sen­ta­tion : « Face à la mas­ca­rade des grands débats, face à un gou­ver­ne­ment non repré­sen­ta­tif au ser­vice d’une mino­ri­té pri­vi­lé­giée, nous met­tons en place les nou­velles formes d’une démo­cra­tie directe. Concrètement, nous recon­nais­sons que l’Assemblée des assem­blées peut rece­voir des pro­po­si­tions des assem­blées locales, et émettre des orien­ta­tions comme l’a fait la pre­mière assem­blée des assem­blées de Commercy. Ces orien­ta­tions sont ensuite sys­té­ma­ti­que­ment sou­mises aux groupes locaux. L’Assemblée des assem­blées réaf­firme son indé­pen­dance vis-à-vis des par­tis poli­tiques, des orga­ni­sa­tions syn­di­cales et ne recon­naît aucun lea­der auto­pro­cla­mé. »

Manifestation à Paris (par Stéphane Burlot)

Ce refus de la repré­sen­ta­tion part d’un prin­cipe clair, qui consti­tue la base d’une démo­cra­tie réelle : une volon­té ne sau­rait se sub­sti­tuer à une autre, fût-ce par la repré­sen­ta­tion, dont le phi­lo­sophe socia­liste Cornelius Castoriadis a lui aus­si sou­li­gné toute l’absurdité : « L’idée que qui­conque pour­rait me repré­sen­ter me paraî­trait insup­por­ta­ble­ment insul­tante, si elle n’était pas hau­te­ment comique5. » Les notions d’efficacité et d’« exper­tise » comme cri­tère de gou­ver­ne­ment, puis de gou­ver­nance, n’ont rien arran­gé quant à la jus­ti­fi­ca­tion de la repré­sen­ta­tion comme confis­ca­tion des capa­ci­tés poli­tiques des citoyens. Au XIXe siècle, Proudhon s’oppose à l’usurpation de l’autorité poli­tique par les experts au nom de l’ignorance sup­po­sée du peuple : « […] je n’ai jamais vu que le juge­ment du plus igno­rant sur les faits de son état et de sa pro­fes­sion, sur ce qui regarde ses inté­rêts et ses droits, fut plus faillible que celui du plus éclai­ré du plus savant. Toute la dif­fé­rence consiste dans le talent d’exposition, qua­li­té acquise, non dans la per­cep­tion de l’idée qui sou­vent, au contraire, est plus obs­cure chez l’érudit que chez l’homme de sa nature6. » Que nous dit Noël, gilet jaune ren­nais, au micro de France Bleu Armorique ? « Même si notre pré­sident pense qu’on est des gens simples et peu culti­vés, eh bien, vous voyez, on a quand même du bon sens, et c’est peut-être ce qui nous aide. » Ou bien Stéphanie ? « Pour qu’on ait confiance en eux, fau­drait peut-être qu’ils aient un petit peu confiance en leur peuple. On n’est pas des illet­trés, on est très impli­qués dans ce qui se passe dans notre pays et on aime­rait avoir un peu plus la parole. On ne va pas voter pour des gens qui après décident pour nous. »

« On n’est pas des illet­trés, on est très impli­qués dans ce qui se passe dans notre pays et on aime­rait avoir un peu plus la parole. »

C’est donc par la réap­pro­pria­tion de la parole que les indi­vi­dus sont sus­cep­tibles de com­bler la brèche qui les sépare de leur capa­ci­té de déci­sion. « Une nation qui se fait repré­sen­ter doit être repré­sen­tée dans tout ce qui la consti­tue : dans sa popu­la­tion, dans ses groupes, dans toutes ses facul­tés et condi­tions7 », note Proudhon. Les voix qui résultent de cette plu­ra­li­té ne sau­raient bien évi­dem­ment confé­rer une parole pleine et abso­lue aux man­da­taires, qui auraient ten­dance, en s’autonomisant, à repro­duire une oli­gar­chie épar­pillée. La parole démo­cra­tique fait tou­jours l’objet d’une réci­pro­ci­té, d’une liai­son et d’un contrôle : parce que la parole est la pre­mière mani­fes­ta­tion du pou­voir, elle n’a pas à être confis­quée. Dès lors, le phi­lo­sophe liber­taire d’as­su­rer : « Le choix des capa­ci­tés, le man­dat impé­ra­tif, la révo­ca­bi­li­té per­ma­nente, sont les consé­quences les plus immé­diates, les plus incon­tes­tables du prin­cipe élec­to­ral. C’est l’inévitable pro­gramme de toute la démo­cra­tie8. »

Les consé­quences poli­tiques de ce pro­gramme se retrouvent dans cette décla­ra­tion des gilets jaunes, elle aus­si issue d’un texte adop­té par l’Assemblée de Saint-Nazaire : « Nous, gilets jaunes réunis en Assemblée des assem­blées appe­lons l’ensemble des GJ ain­si que tous nos conci­toyens à s’engager dans la réap­pro­pria­tion de notre pou­voir poli­tique. Une étape impor­tante de cette recon­quête passe par le niveau local. Nous appe­lons à créer dans chaque com­mune de France où cela est pos­sible une ou plu­sieurs assem­blées citoyennes et popu­laires. Car ce pou­voir nous a été confis­qué comme nous le consta­tons dans de mul­tiples domaines : éco­lo­gie, public/privé (pri­va­ti­sa­tion), démo­cra­tie, etc. Ces assem­blées sont l’expression de la volon­té popu­laire. Chaque assem­blée mène ses propres expé­riences en toute auto­no­mie dans le res­pect de l’intérêt col­lec­tif (en lien avec des asso­cia­tions, gilets jaunes seuls, groupes de citoyens, asso­cia­tions de quar­tiers, pré­sen­ta­tion de listes ou non…). Nous appe­lons les assem­blées citoyennes et popu­laires, ain­si créées, à se fédé­rer en réseau par l’échange de leurs expé­riences. Réapprenons à par­ta­ger nos pré­oc­cu­pa­tions pour défi­nir ensemble ce que nous vou­lons. Réapprenons à vivre ensemble où nous habi­tons. »

Assemblée de Commercy, dans la Meuse (par Stéphane Burlot)

Délibérer, pour quoi faire ?

L’approche déli­bé­ra­tive du libé­ra­lisme dif­fère fon­da­men­ta­le­ment de l’approche déli­bé­ra­tive des gilets jaunes, qui cor­res­pond davan­tage à la phi­lo­so­phie liber­taire et plus encore à celle de Proudhon. La théo­rie libé­rale s’en tient géné­ra­le­ment à la force du meilleur argu­ment, sans prendre en compte les inéga­li­tés de pou­voir et les inéga­li­tés éco­no­miques. Le libé­ra­lisme envi­sage trois moda­li­tés de déli­bé­ra­tion dif­fé­rentes : un modèle éli­tiste, un modèle asso­cia­tif et un modèle par­ti­ci­pa­tif. Dans le modèle éli­tiste, la divi­sion entre les citoyens et les repré­sen­tants est claire et nette : seuls les repré­sen­tants sont suf­fi­sam­ment éclai­rés pour pou­voir défi­nir ce qu’est le bien com­mun. Comme le sou­tient Sieyès — sans doute l’un des théo­ri­ciens les plus signi­fi­ca­tifs de ce modèle —, les citoyens « se nomment des repré­sen­ta­tions bien plus capables qu’eux-mêmes de connaître l’intérêt géné­ral, et d’interpréter à cet égard leur propre volon­té9 ». Le dépu­té du Tiers état aux États géné­raux estime ain­si que la France ne sau­rait être une démo­cra­tie mais un régime repré­sen­ta­tif. Dans l’approche asso­cia­tive, la socié­té civile est en dia­logue avec ses repré­sen­tants afin de déter­mi­ner les orien­ta­tions poli­tiques. La déli­bé­ra­tion a lieu à la fois entre les élus et les dif­fé­rentes asso­cia­tions qui com­posent la socié­té civile. Les par­te­naires sociaux, que ce soient les repré­sen­tants des sala­riés ou des patrons, peuvent aus­si déli­bé­rer entre eux de manière à éclai­rer du mieux pos­sible les élus qui, en der­nière ins­tance, pren­dront les déci­sions adé­quates à ce qui leur semble être le bien com­mun. Ce modèle a été par­ti­cu­liè­re­ment déve­lop­pé par le phi­lo­sophe alle­mand Jürgen Habermas. Enfin, l’approche par­ti­ci­pa­tive estime que les citoyens sont suf­fi­sam­ment éclai­rés pour pou­voir prendre des déci­sions après déli­bé­ra­tion au sein de leurs asso­cia­tions, de leur lieu de tra­vail, de leur école, etc. Si leur pou­voir est supé­rieur aux modèles pré­cé­dents, il n’en demeure pas moins subor­don­né à celui des repré­sen­tants. Autrement dit, leur marge de manœuvre ne peut excé­der les cadres de la loi qui est exclu­si­ve­ment éla­bo­rée par ceux-ci.

« Ce n’est pas un hasard si les gilets jaunes s’en sont par­fois pris vio­lem­ment aux médias, cen­sés garan­tir le bon fonc­tion­ne­ment d’une démo­cra­tie libé­rale déli­bé­ra­tive. »

Si l’approche déli­bé­ra­tive des gilets jaunes peut rejoindre cer­tains aspects des théo­ries libé­rales de la déli­bé­ra­tion, elle en remet en cause un prin­cipe fon­da­men­tal : l’égalité for­melle, en par­ti­cu­lier entre les repré­sen­tants et les citoyens, et en géné­ral entre des citoyens qui n’ont pas le même pou­voir. Ce n’est pas un hasard si les gilets jaunes s’en sont par­fois pris vio­lem­ment aux médias, cen­sés garan­tir le bon fonc­tion­ne­ment d’une démo­cra­tie libé­rale déli­bé­ra­tive. Il s’a­vère que les médias consti­tuent, aux yeux des mani­fes­tants, une oli­gar­chie qui ne repré­sente en rien la plu­ra­li­té de la socié­té fran­çaise. Pour réa­li­ser une démo­cra­tie déli­bé­ra­tive digne de ce nom, la pre­mière condi­tion est de réen­vi­sa­ger radi­ca­le­ment l’égalité des pou­voirs, qu’ils soient éco­no­mique, poli­tique ou… média­tique. La seconde condi­tion, qui découle de la pre­mière, est alors que la voix des citoyens ne se réduise pas à un son qui se perd dans le silence du désert ou dans le brou­ha­ha du mar­ché : les voix doivent comp­ter en consti­tuant autant de capa­ci­tés qui concourent à des prises de déci­sion com­munes.

Les pra­tiques de déli­bé­ra­tion obser­vées sur les ronds-points ou dans les assem­blées concordent avec ce que Proudhon appe­lait la « rai­son col­lec­tive ». Celle-ci affirme la réa­li­té du plu­ra­lisme. Elle est l’expression de la confron­ta­tion des points de vue, laquelle per­met un éclai­rage mutuel et rend pos­sible la prise de déci­sions en meilleure connais­sance de cause. Proudhon s’ex­plique ain­si : « Lorsque deux ou plu­sieurs hommes sont appe­lés à se pro­non­cer contra­dic­toi­re­ment sur une ques­tion, soit de l’ordre natu­rel, soit, et à plus forte rai­son, de l’être humain, il résulte de l’élimination qu’ils sont conduits à faire réci­pro­que­ment de leur sub­jec­ti­vi­té, c’est-à-dire de l’absolu que le moi affirme et qu’il repré­sente, une manière de voir com­mune, qui ne res­semble plus du tout, ni pour le fond ni pour la forme, à ce qu’aurait été sans ce débat leur façon de pen­ser indi­vi­duelle. Cette manière de voir, dans laquelle il n’entre que des rap­ports purs, sans mélange d’élément méta­phy­sique et abso­lu­tiste, consti­tue la rai­son col­lec­tive ou rai­son publique10. » La rai­son col­lec­tive est donc par­ti­cu­liè­re­ment liée à la déli­bé­ra­tion.

Commercy (par Stéphane Burlot)

On retrouve là l’interaction des dimen­sions indi­vi­duelle et col­lec­tive : cha­cun pense, rai­sonne par lui-même et argu­mente pour défendre sa posi­tion per­son­nelle, tout en par­ti­ci­pant à un dia­logue où la récep­tion de nou­veaux points de vue enri­chit et trans­forme les sub­jec­ti­vi­tés de cha­cun. Chaque membre social a « deux esprits et deux lan­gages, un esprit d’intérêt, de spé­cu­la­tion et de jus­tice propre, et un esprit d’intérêt géné­ral, de phi­lo­so­phie syn­thé­tique, et de jus­tice uni­ver­selle… Une langue pour nos idées par­ti­cu­lières et une langue pour nos idées géné­rales11 ». La légi­ti­mi­té d’une déci­sion résulte donc néces­sai­re­ment pour Proudhon d’un pro­ces­sus de déli­bé­ra­tion où ont pu se confron­ter les indi­vi­dus concer­nés par la déci­sion à prendre. C’est de cette manière que le peuple peut s’éduquer par lui-même — Proudhon parle de « démo­pé­die ».

« Le débat, lorsqu’il ne sup­pose pas des par­ti­ci­pants dotés d’un réel pou­voir, n’est pas une com­po­sante de la démo­cra­tie. »

L’isolement dis­pa­raît alors au pro­fit du prin­cipe de socia­bi­li­té. L’individu n’est pas écra­sé par la col­lec­ti­vi­té : au contraire. En par­ti­ci­pant à plu­sieurs com­mu­nau­tés (quar­tier, métier, famille, asso­cia­tion, etc.), il déve­loppe sa liber­té et sa per­son­na­li­té. On retrouve ici la théo­rie de la liber­té chère au théo­ri­cien anar­chiste, qui dis­tingue deux types de liber­té : « La liber­té est de deux sortes : simple, c’est celle du bar­bare, du civi­li­sé même qui ne recon­naît d’autre loi que celle du cha­cun chez soi, cha­cun pour soi ; com­po­sée, lorsqu’elle sup­pose, pour son exis­tence le concours de deux ou plu­sieurs liber­tés. Au point de vue bar­bare, liber­té est syno­nyme d’isolement : celui-là est le plus libre dont l’action est la moins limi­tée par celle des autres ; l’existence d’un seul indi­vi­du sur toute la face du globe don­ne­rait ain­si l’idée de la plus haute liber­té pos­sible. Au point de vue social, liber­té et soli­da­ri­té sont termes iden­tiques : la liber­té de cha­cun ren­con­trant dans la liber­té d’autrui, non plus une limite, comme dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793, mais un auxi­liaire, l’homme le plus libre est celui qui a le plus de rela­tions avec ses sem­blables12. » Ajoutons que pour Proudhon — cela est fon­da­men­tal —, la dis­cus­sion et le débat ne sont pas sépa­rables de la par­ti­ci­pa­tion effec­tive des êtres à l’élaboration des normes et à la prise de déci­sion.

Le débat, lorsqu’il ne sup­pose pas des par­ti­ci­pants dotés d’un réel pou­voir, n’est pas une com­po­sante de la démo­cra­tie. C’est au mieux un moment convi­vial d’échanges, comme on peut le retrou­ver à un dîner entre amis, au pire une mas­ca­rade qui sert à légi­ti­mer en der­nière ins­tance le mono­logue du pou­voir, comme l’a démon­tré la tenue du « grand débat » d’Emmanuel Macron : « Il ne suf­fit pas, rap­pelle Proudhon, de mani­fes­ta­tions élec­to­rales, plus ou moins équi­voques, de pro­fes­sions de foi publiées dans les jour­naux ; de confé­rences plus ou moins sui­vies don­nées par quelques ora­teurs, avec la per­mis­sion de la police… Il faut agir poli­ti­que­ment et socia­le­ment, faire appel, par tous les moyens légaux, à la force col­lec­tive, mettre en branle toutes les puis­sances du pays et de l’État13. » C’est ce que s’efforcent de faire les gilets jaunes, à la fois au cours des mani­fes­ta­tions, sur les ronds-points et dans leurs assem­blées. Cela suf­fit-il ? Ne faut-il pas agir à un niveau plus glo­bal en chan­geant la Constitution, quitte à ce que ce soient les citoyens eux-mêmes qui l’écrivent ? Cette idée est sou­le­vée par une par­tie des gilets jaunes ; bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité, elle mérite que l’on s’y penche.

Commercy (par Stéphane Burlot)

Pour une nouvelle constitution ?

Est-ce qu’une nou­velle consti­tu­tion per­met­trait de résoudre le pro­blème poli­tique ? L’idée d’une VIe République réap­pa­rait à l’en­vi comme remède miracle à toute crise. N’y retrouve-t-on pas une forme de féti­chisme, et donc d’esquive des pro­blèmes fon­da­men­taux ? L’expérience de Proudhon peut, ici aus­si, s’a­vé­rer éclai­rante. En sep­tembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte revient en France puis est élu aux élec­tions par­tielles dans cinq dépar­te­ments. Il a des sou­tiens dans l’ar­mée, la bour­geoi­sie mais aus­si le peuple : il se pose en effet comme l’an­ti-Cavaignac — qui avait per­mis la bou­che­rie de Juin — et affiche sa pré­oc­cu­pa­tion des pro­blèmes sociaux (il a notam­ment écrit une bro­chure sur l’ex­tinc­tion du pau­pé­risme). Bonaparte dis­pose donc d’un champ élec­to­ral rela­ti­ve­ment large, qui lui per­met de nouer des contacts de l’ex­trême gauche à l’ex­trême droite. Aussi n’est-ce pas par hasard que, lors de son retour d’exil, l’une des pre­mières per­sonnes qu’il demande à ren­con­trer n’est autre que Proudhon. Ils se voient le 26 sep­tembre devant témoins, afin d’é­vi­ter des spé­cu­la­tions qui n’au­raient pas lieu d’être ; très vite, Proudhon se méfie. Il se doute bien que le sou­hait de Bonaparte est avant tout de se trou­ver un allié à l’ex­trême gauche qui n’hé­site pas à se mon­trer cri­tique envers la Montagne.

« Bonaparte dis­pose donc d’un champ élec­to­ral rela­ti­ve­ment large, qui lui per­met de nouer des contacts de l’ex­trême gauche à l’ex­trême droite. »

La course à la pré­si­dence se pro­file ; Bonaparte se pré­pare. En octobre, l’Assemblée décide, sous l’in­fluence de Lamartine, de faire élire le pré­sident de la République au suf­frage uni­ver­sel. C’est là pour Proudhon l’une des choses les plus dan­ge­reuses qui soient : non seule­ment le pré­sident ne pour­ra plus être révo­qué par l’Assemblée, mais il se ver­ra en prime direc­te­ment intro­ni­sé par le peuple, lui confé­rant une légi­ti­mi­té et des pou­voirs exor­bi­tants — de la monar­chie de droit divin, nous pas­se­rions ain­si, par le biais du suf­frage uni­ver­sel, à une monar­chie de droit popu­laire. Le 20 décembre de la même année, Louis-Napoléon Bonaparte l’emporte avec 74,2 % des voix. La réac­tion de Proudhon est acerbe : « La voix du peuple, dit-on, est la voix de Dieu : cette idée nous revient sans cesse depuis que nous voyons fonc­tion­ner le suf­frage uni­ver­sel. Il faut conve­nir pour­tant que le peuple a par­lé cette fois comme un homme ivre. Mais, dit le pro­verbe, il est un dieu pour les ivrognes14. » Dans un véhé­ment article du Peuple15, il s’en prend à la pré­si­dence et à la Constitution qui, selon lui, est inca­pable de limi­ter les pou­voirs de l’é­lu suprême : la sépa­ra­tion des pou­voirs entre le légis­la­tif et l’exé­cu­tif ne fait qu’a­jou­ter à la confu­sion et au conflit des auto­ri­tés, en ver­tu du prin­cipe onto­lo­gique consis­tant à sépa­rer l’âme du corps. Ces pro­pos ne l’empêchent pas de ter­mi­ner par cette injonc­tion iro­nique : « À Dieu ne plaise que j’excite le peuple au mépris, pas plus qu’à l’émeute, pour ce chif­fon de papier qu’il appelle aujourd’hui sa CONSTITUTION16 ! »

Lorsque Proudhon, deve­nu dépu­té, est som­mé de s’ex­pli­quer sur cet article, il avance l’ar­gu­ment sui­vant : il a tou­jours défen­du la Constitution mais s’est atta­qué à l’exécutif, au pré­sident, pour défendre les pré­ro­ga­tives de l’Assemblée. C’est pour­quoi Proudhon s’in­surge lorsque les par­ti­sans de Bonaparte émettent le désir de dis­soudre l’Assemblée dans l’espoir que celle-ci soit de leur cou­leur : le pré­sident, selon la Constitution, est inféo­dé à l’Assemblée ; il ne sau­rait être nul­le­ment ques­tion que leurs pou­voirs s’égalent, encore moins qu’il ait l’aval sur elle pour faire régner l’ar­bi­traire. C’est toute la dif­fé­rence entre le régime monar­chique et le régime répu­bli­cain : avec la monar­chie, tout gra­vite autour du corps du roi (par­le­ments, états géné­raux, chambre des pairs et des dépu­tés, etc.) et lui est subal­terne — en ce sens, la Constitution repose entiè­re­ment sur la figure monar­chique du pou­voir exé­cu­tif. Avec le régime répu­bli­cain, c’est désor­mais le légis­la­tif qui prime sur l’exécutif.

Manifestation à Paris (par Stéphane Burlot)

Aussi Proudhon avance-t-il qu’en fai­sant remon­ter du pou­voir exé­cu­tif au légis­la­tif la per­pé­tui­té d’action, le gou­ver­ne­ment s’est, pour ain­si dire, spi­ri­tua­li­sé. « Ce n’est plus le corps qui domine, c’est l’intelligence17. » Le pou­voir de l’Assemblée ne peut cepen­dant être abso­lu et vio­ler la Constitution au nom de la majo­ri­té : la Constitution prend en effet toute son impor­tance lors­qu’il s’a­git de pro­té­ger le droit des mino­ri­tés contre le pou­voir de la majo­ri­té. Le res­pect de la Constitution, du fait que l’u­na­ni­mi­té et la volon­té géné­rale du peuple res­tent des rêves irréa­li­sables, demeure la condi­tion sine qua non pour évi­ter la guerre civile. La vio­ler, c’est consa­crer le règne de la tyran­nie des majo­ri­tés : « Omnipotence des majo­ri­tés ! — C’est la déci­ma­tion des citoyens. Avec ce sys­tème on va loin, très loin ! Avec ce sys­tème on com­mence par l’emprisonnement des citoyens, on finit par la guillo­tine en per­ma­nence18. »

« Une démo­cra­tie réelle exige la remise en cause de notre sys­tème éco­no­mique afin que les indi­vi­dus puissent se réap­pro­prier le temps indis­pen­sable à la pré­oc­cu­pa­tion de la chose publique. »

Proudhon ne la féti­chise tou­te­fois pas. Sa défense est liée aux cir­cons­tances poli­tiques plus qu’à sa théo­rie poli­tique, qui compte davan­tage sur l’or­ga­ni­sa­tion fédé­rale des forces poli­tiques et éco­no­miques, ain­si que sur la morale des citoyens. En cela, il rejoint par­fai­te­ment le juge­ment du même Castoriadis : « Un bout de papier peut bien avoir une valeur pro­cla­ma­toire, ser­vir vague­ment de garde-fou, mais il n’as­su­re­ra jamais lui-même sa propre vali­di­té. De fait, toute ins­ti­tu­tion ou consti­tu­tion s’ap­puie sur des forces pré­sentes dans la socié­té, ce qui veut dire que d’autres forces peuvent la ren­ver­ser. La ques­tion de la garan­tie effec­tive des ins­ti­tu­tions concerne donc l’en­semble de la socié­té : il faut que les pra­tiques d’au­to­gou­ver­ne­ment et de liber­té y soient pro­fon­dé­ment enra­ci­nées, que l’é­du­ca­tion des citoyens cor­res­ponde à cette fin19. » La démo­cra­tie est le seul régime qui pose ses propres normes, normes qui ne sont pas garan­ties par des normes supé­rieures et exté­rieures. C’est pour­quoi « la démo­cra­tie est cer­tai­ne­ment un régime tra­gique, sujet à l’hubris, on le sait et on le voit dans la der­nière par­tie du Ve siècle à Athènes, elle doit faire face à la ques­tion de son auto­li­mi­ta­tion20 ». L’autonomie sup­pose en effet que l’homme est aus­si res­pon­sable qu’il est libre, liber­té dif­fi­cile qui n’est assor­tie d’aucune garan­tie. Autrement dit, l’homme démo­cra­tique accepte le risque de la tra­gé­die.

Ce qu’il s’agit de rete­nir avant tout, c’est qu’« aucune règle abs­traite, aucun com­man­de­ment uni­ver­sel avec un conte­nu concret, ne peut nous déga­ger de la charge et de la res­pon­sa­bi­li­té de notre agir21 ». Dans la pers­pec­tive d’un gou­ver­ne­ment de soi qui sup­pose l’autolimitation, c’est sans doute l’exercice de la phro­nê­sis, tra­duite en latin par pru­den­tia, pru­dence, qui est déter­mi­nante, davan­tage qu’une soi-disant « exper­tise ». Par consé­quent, une véri­table démo­cra­tie n’est pos­sible que grâce à une culture et une édu­ca­tion des citoyens ou du peuple : les pro­cé­dures démo­cra­tiques, rota­tions, déli­bé­ra­tions, élec­tions, sont autant de « pièces d’un pro­ces­sus poli­tique édu­ca­tif actif, visant à exer­cer, donc à déve­lop­per chez tous les capa­ci­tés cor­res­pon­dantes et par là à rendre aus­si proche que pos­sible de la réa­li­té effec­tive le pos­tu­lat de l’égalité poli­tique22 ». En per­met­tant aux indi­vi­dus de deve­nir auto­nomes, la pai­deia (« édu­ca­tion » au sens civique, en grec) s’accompagne néces­sai­re­ment de déci­sions poli­tiques sub­stan­tives, la démo­cra­tie consis­tant ain­si à réa­li­ser l’autonomie indi­vi­duelle et col­lec­tive ain­si que le bien com­mun — que l’on trouve der­rière tout droit et toute pro­cé­dure. L’autonomie sup­pose la par­ti­ci­pa­tion géné­rale à la poli­tique et, par­tant, la créa­tion d’un espace public qui cesse d’être l’espace pri­vé de la bureau­cra­tie, des hommes poli­tiques ou des rois. L’existence d’un espace public où cha­cun a la pos­si­bi­li­té de prendre la parole et de peser dans la confec­tion de la loi n’est pas uni­que­ment sou­te­nue par des garan­ties juri­diques : l’essentiel réside dans les mœurs de citoyens capables de défendre les valeurs de la démo­cra­tie. Une démo­cra­tie réelle, qui puisse être inves­tie, exige donc la remise en cause de notre sys­tème éco­no­mique afin que les indi­vi­dus puissent se réap­pro­prier le temps indis­pen­sable à la pré­oc­cu­pa­tion de la chose publique. Cela sup­pose bien évi­dem­ment la dis­pa­ri­tion des classes sociales.


Photographie de ban­nière et de vignette : Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Paul Jouary : « De tout temps, les démo­crates ont refu­sé le suf­frage uni­ver­sel », mars 2019
☰ Lire notre repor­tage « Contre le mal-vivre : quand la Meuse se sou­lève », Djibril Maïga et Elias Boisjean, jan­vier 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Benoît Borrits : « Casser le car­can de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », sep­tembre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Cornelius Castoriadis, février 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnaud Tomès et Philippe Caumières : « Castoriadis — La démo­cra­tie ne se limite pas au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne », jan­vier 2018

  1. Proudhon, De la jus­tice dans la Révolution et dans l’Église, Garnier, 1858, t. I, p. 46.
  2. Proudhon, Confessions d’un révo­lu­tion­naire, Tops/Trinquier, 1997, p. 31–32.
  3. Proudhon, Solution du pro­blème social, Lacroix, 1868, p. 91.
  4. John Oswald, Le Gouvernement du peuple, ou plan de consti­tu­tion pour la répu­blique uni­ver­selle, Éditions de la Passion, 1996, p. 51.
  5. Castoriadis, Les Carrefours du laby­rinthe, t. II : Domaines de l’homme, Points, 1999, p. 78.
  6. Proudhon, Carnets, Les presses du réel, 2005, p. 637.
  7. Proudhon, Contradictions poli­tiques, Marcel Rivière, 1952, p. 273.
  8. Proudhon, Solution du pro­blème social, op.cit., p. 79.
  9. Emmanuel Sieyès, « Sur l’organisation du pou­voir légis­la­tif et la sanc­tion royale », dans François Furet et Ran Halévi (dir.), Orateurs de la Révolution fran­çaise, vol. 1, Gallimard, 1989, p. 1025.
  10. Proudhon, De la jus­tice dans la Révolution et dans l’Église, t. II, op.cit., p. 387–388.
  11. Proudhon, Cours d’économie poli­tique, cité par S. Chambost dans Proudhon et la norme, p. 248.
  12. Proudhon, Confessions d’un révo­lu­tion­naire, op. cit., p. 203.
  13. Proudhon, De la capa­ci­té poli­tique des classes ouvrières, Éditions du monde liber­taire, 1977, p. 317.
  14. Proudhon, Le Peuple, n° 31 – 18 décembre 1848.
  15. Le Peuple, n° 3 – Sans date, « La Présidence ».
  16. Ibid.
  17. Proudhon, Le Peuple, n° 91 – 17 février 1849.
  18. Proudhon, Le Peuple, n° 127 – 26 mars 1849.
  19. Cornelius Castoriadis, La Cité et les lois, Séminaires 1983–1984, Éditions du Seuil, 2008, p. 129.
  20. Castoriadis, Les Carrefours du laby­rinthe, t. IV : La Montée de l’insignifiance, op. cit., p. 202.
  21. Castoriadis, Les Carrefours du laby­rinthe, t. IV : La Montée de l’insignifiance, op. cit., p. 256.
  22. Ibid., p .284.
Édouard Jourdain
Édouard Jourdain

Spécialiste de l'histoire de l'anarchisme et de Proudhon, il est l’auteur de « L’anarchisme » (2013) et « Proudhon contemporain » (2018).

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.