Castoriadis — La démocratie ne se limite pas au dépôt d’un bulletin dans une urne


Entretien inédit pour le site de Ballast

Il fut mili­tant, phi­lo­sophe, éco­no­miste, psy­cha­na­lyste et figure de l’or­ga­ni­sa­tion anti-sta­li­nienne Socialisme ou bar­ba­rie : le mois der­nier mar­quait le ving­te­naire de sa mort. Arnaud Tomès et Philippe Caumières sont les auteurs d’un ouvrage aus­si pas­sion­nant que syn­thé­tique sur les idées majeures de ce pen­seur qui vou­lut « réin­ven­ter la révo­lu­tion » : Pour l’au­to­no­mie — La pen­sée poli­tique de Castoriadis. Que peut le théo­ri­cien de l’au­to­no­mie pour notre temps ?


On dit sou­vent qu’il y a un Castoriadis mili­tant1Période Socialisme ou Barbarie. et un Castoriadis phi­lo­sophe2Après son livre L’Institution ima­gi­naire de la socié­té, en 1975.. Vous mon­trez que ce pré­ju­gé n’est pas fon­dé…

Philippe Caumières : Il suf­fit de lire Castoriadis pour se rendre compte qu’il n’a jamais varié quant à ses enga­ge­ments poli­tiques : de fait, qu’il parle de ges­tion ouvrière dans les années 1950, d’auto­ges­tion dans les années 1970 ou de démo­cra­tie à par­tir des années 1980, c’est tou­jours d’autonomie, c’est-à-dire de direc­tion consciente par les hommes eux-mêmes de leur vie qu’il est ques­tion. Il convient par ailleurs de rap­pe­ler que L’Institution ima­gi­naire de la socié­té est un ouvrage consti­tué de deux par­ties écrites à dix années d’intervalle : la pre­mière, inti­tu­lée « Marxisme et théo­rie révo­lu­tion­naire », est pro­po­sée aux lec­teurs de Socialisme ou Barbarie en cinq livrai­sons, entre 1964 et 1965 ; la deuxième ne paraît qu’avec le livre, en 1975. C’est après l’écriture de la pre­mière par­tie que le groupe cesse de mili­ter — ce qui marque effec­ti­ve­ment la fin d’une période. Mais en l’intégrant à la publi­ca­tion de ce qui consti­tue son maître ouvrage, Castoriadis signi­fie que cela ne repré­sente pas une rup­ture, mais une évo­lu­tion ren­due néces­saire par un chan­ge­ment de cadre de pen­sée. C’est ce qui per­met de sai­sir pour­quoi il assure que res­ter révo­lu­tion­naire sup­po­sait l’abandon du mar­xisme. Il faut, enfin, sou­li­gner que si, vers le milieu des années 1960, Castoriadis cesse de mili­ter comme il l’avait fait les années pré­cé­dentes, il s’est direc­te­ment impli­qué dans l’espace public à chaque moment de convul­sion de la socié­té : en 1968, bien enten­du, où, mal­gré les risques d’expulsion encou­rus (Castoriadis n’a été natu­ra­li­sé qu’au début des années 1970), il est allé dis­tri­buer des textes ronéo­ty­pés aux mani­fes­tants avant de les reprendre dans son ana­lyse inti­tu­lée « La révo­lu­tion anti­ci­pée » parue fin juin dans La Brèche ; en 1986, en défen­dant les coor­di­na­tions étu­diantes ; en 1995, où il s’est clai­re­ment démar­qué de la posi­tion de ceux qui proches de lui, ont expri­mé, via la revue Esprit, leur sou­tien à la réforme impo­sée par le gou­ver­ne­ment Juppé.

Arnaud Tomès : Il ne faut pas oublier non plus que Castoriadis a constam­ment écrit de la phi­lo­so­phie, même pen­dant les années où il mili­tait à SoB [Socialisme ou Barbarie]. Il est clair que, chez lui, la réflexion phi­lo­so­phique croise tou­jours la réflexion poli­tique : ses ques­tions phi­lo­so­phiques majeures — Qu’est-ce qu’une socié­té ? qu’est-ce qui fait tenir ensemble toutes ses dimen­sions ? pour­quoi y a‑t-il de l’histoire et pas seule­ment de la répé­ti­tion ? — émanent de sa pra­tique mili­tante et des impasses du mar­xisme sou­li­gnées par Philippe. Ce n’est pas par refus de la pra­tique poli­tique que Castoriadis renonce au mili­tan­tisme après mai 68, mais parce qu’il estime qu’il y a une tâche plus impor­tante : refon­der une véri­table pen­sée poli­tique en évi­tant les pièges du déter­mi­nisme mar­xien et de la pra­tique auto­ri­taire qu’il induit néces­sai­re­ment.

La cri­tique de la bureau­cra­tie est géné­ra­le­ment asso­ciée à l’i­déo­lo­gie (néo)libérale. Pourtant, il y a bien une cri­tique révo­lu­tion­naire de la bureau­cra­tie — dont on a pu voir un exemple récent avec l’an­thro­po­logue anar­chiste David Graeber. Castoriadis, avec Socialisme ou Barbarie, a été l’un des fers de lance de cette cri­tique dans les années 1950–60. Il voyait d’ailleurs dans l’URSS une « socié­té capi­ta­liste bureau­cra­tique » et non un simple capi­ta­lisme d’État. Que désigne dans la théo­rie cas­to­ria­dienne le concept de « bureau­cra­tie » ?

« Refonder une véri­table pen­sée poli­tique en évi­tant les pièges du déter­mi­nisme mar­xien et de la pra­tique auto­ri­taire qu’il induit néces­sai­re­ment. »

Philippe Caumières : La bureau­cra­tie repré­sente une for­ma­tion sociale indé­pen­dante qui exploite le pro­lé­ta­riat. Le pro­blème qui se pose aux mar­xistes non sta­li­niens tient dans la genèse de cette for­ma­tion. Est-elle le fait d’une pro­duc­tion basée sur la pro­prié­té pri­vée ? Si tel est le cas, son exis­tence dans une éco­no­mie ayant col­lec­ti­vi­sé les moyens de pro­duc­tion tient à une conjonc­ture par­ti­cu­lière de baisse de la dyna­mique révo­lu­tion­naire — et l’on peut esti­mer qu’elle n’est qu’une couche para­si­taire appe­lée à dis­pa­raître avec la reprise de cette dyna­mique, ain­si que le pen­sait Trotsky. Pour ce der­nier, l’essentiel est le fait que la bureau­cra­tie ne détient pas les moyens de pro­duc­tion, qu’elle ne fait que les contrô­ler — ce qui lui inter­dit de fon­der sa domi­na­tion sur la pro­prié­té et donc de trans­mettre à ses héri­tiers son droit à l’exploitation. C’est du reste parce qu’il consi­dé­rait l’appropriation col­lec­tive des moyens de pro­duc­tion et la pla­ni­fi­ca­tion comme mar­quant une évo­lu­tion essen­tielle par rap­port aux socié­tés capi­ta­listes que Trotsky a pu jus­ti­fier la défense de l’URSS durant la Seconde Guerre mon­diale, y com­pris après la signa­ture du Pacte ger­ma­no-sovié­tique.

Castoriadis rompt avec de telles pers­pec­tives. Plus exac­te­ment, il prend au sérieux les der­nières réflexions de Trotsky, qui avait fini par admettre que la défaite du pro­lé­ta­riat entraî­ne­rait la mise en place d’un régime inédit d’exploitation. À la fin des années 1940, la ques­tion lui parais­sait tran­chée : la bureau­cra­tie était bien une for­ma­tion sociale exploi­teuse appa­ren­tée à une classe au sens mar­xiste du terme — ce qui inter­di­sait, à pro­pos de la Russie, de par­ler d’État ouvrier, même dégé­né­ré. Quant à l’expression, cou­rante depuis Lénine, de capi­ta­lisme d’État, elle lui paraît tota­le­ment inap­pro­priée au sys­tème social issu de la révo­lu­tion parce qu’elle laisse entendre que les lois éco­no­miques du capi­ta­lisme conti­nue­raient de valoir après la dis­pa­ri­tion de la pro­prié­té pri­vée et de la concur­rence. Si tou­te­fois, on peut faire un paral­lèle entre les deux orga­ni­sa­tions sociales des deux blocs, c’est en rai­son d’une même ten­dance à l’asservissement des pro­duc­teurs à un pro­cès de tra­vail sur lequel ils n’ont aucun contrôle. Castoriadis voit là l’expression de ce qu’il nomme capi­ta­lisme bureau­cra­tique — frag­men­té à l’Ouest, total en URSS (où la domi­na­tion de la couche exploi­teuse est bien plus puis­sante que dans les socié­tés occi­den­tales). Mais il ne faut pas s’imaginer qu’entre les deux, il y a une simple évo­lu­tion. Même s’il appar­tient à l’univers du capi­ta­lisme, le régime social de la Russie repré­sente, aux yeux de Castoriadis, une créa­tion his­to­rique nou­velle.

Extrait d’une pein­ture de Jean Dubuffet

Cette cri­tique est-elle encore per­ti­nente aujourd’­hui, alors que le néo­li­bé­ra­lisme triom­phant n’a ces­sé de faire recu­ler l’État social ?

Arnaud Tomès : Au contraire, il semble qu’elle soit plus que jamais per­ti­nente. Vous rap­pe­liez vous-même que se déve­loppe aujourd’hui, avec Graeber, une cri­tique de gauche de la bureau­cra­tie. Castoriadis affir­mait déjà, dans ses articles de SoB sur l’usine for­diste, que la bureau­cra­tie n’est pas for­cé­ment syno­nyme d’État : c’est dans l’entreprise pri­vée que se déve­loppent des bureaux, qui pilotent de manière cen­tra­li­sée la pro­duc­tion. Une cri­tique de la bureau­cra­tie n’est donc pas for­cé­ment — en tout cas pas uni­que­ment — une cri­tique de l’État : elle est une cri­tique de la dis­tinc­tion entre les diri­geants et les exé­cu­tants. L’erreur — et c’est une erreur que fait aujourd’hui une frac­tion de la gauche — serait de pen­ser que la cri­tique du néo­li­bé­ra­lisme impli­que­rait la réha­bi­li­ta­tion de l’État, ce qui occulte le fait que ce sont les États natio­naux qui ont mené des poli­tiques néo­li­bé­rales, y com­pris pour ce qui est de leurs propres admi­nis­tra­tions, comme en témoigne le new public mana­ge­ment. L’État social que nous avons connu sous les Trente Glorieuses est de toute manière en train de s’effondrer : la ques­tion est de savoir si nous vou­lons le main­te­nir arti­fi­ciel­le­ment en vie — ce que les évo­lu­tions du capi­ta­lisme contem­po­rain, avec la rup­ture du com­pro­mis for­diste, rendent très aléa­toire — ou si nous vou­lons en pro­fi­ter pour don­ner une nou­velle vigueur au pro­jet d’autonomie. Comme le sou­ligne à juste titre Franck Fischbach dans son livre Le Sens du social, les acquis de l’État social se fondent tout de même sur un pacte contes­table : nous vous accor­dons des avan­tages sociaux mais, en échange, vous devez vous plier aux exi­gences d’une éco­no­mie capi­ta­liste moderne ! L’État social est par exemple allé de pair avec le renon­ce­ment par les par­tis ouvriers et les syn­di­cats de toute reven­di­ca­tion d’autogestion sur le lieu de tra­vail. Je crois que Castoriadis nous donne des élé­ments pour pen­ser une autre socié­té, dans laquelle les indi­vi­dus n’abdiquent pas leur auto­no­mie en échange d’avantages maté­riels.

Philippe Caumières : Castoriadis ne s’est pas conten­té de dénon­cer la bureau­cra­tie, sa ten­dance fon­cière à la réi­fi­ca­tion des tra­vailleurs ou des employés, d’un point de vue moral ; il a aus­si et sur­tout dénon­cé son carac­tère contra­dic­toire puisque la pro­duc­tion ne peut se pas­ser de l’initiative de ceux que l’on consi­dère comme de simples exé­cu­tants. Cela signale que le tra­vail n’est pas une acti­vi­té que l’on accepte sans impli­ca­tion, sans y cher­cher du sens. Les patho­lo­gies du tra­vail, régu­liè­re­ment dénon­cées, paraissent rele­ver fon­da­men­ta­le­ment de la même situa­tion qui exclut les indi­vi­dus de la direc­tion de leurs tâches.

C’est aus­si à cette époque qu’il dis­tingue, au sein de SoB, la véri­table contra­dic­tion du capi­ta­lisme : elle ne se situe, selon lui, pas entre pro­lé­taires et pro­prié­taires des moyens de pro­duc­tion, mais bien entre diri­geants et exé­cu­tants, cen­sés se com­por­ter comme des robots ser­viles. Une nou­velle vision de la lutte des classes ?

« La démo­cra­tie ne doit pas s’arrêter aux portes de l’usine, selon Castoriadis, et se limi­ter, tous les cinq ans, au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne. »

Arnaud Tomès : Castoriadis n’a ces­sé de contes­ter l’idée, dif­fu­sée par les par­tis com­mu­nistes après la guerre et plus géné­ra­le­ment par ceux qui pen­saient que l’URSS était un État ouvrier, que la Russie sovié­tique avait réa­li­sé le socia­lisme en natio­na­li­sant les moyens de pro­duc­tion. Or, non seule­ment l’étatisation de ces moyens de pro­duc­tion ne sup­prime pas l’exploitation — cette exploi­ta­tion se fait seule­ment dans le cadre du capi­ta­lisme bureau­cra­tique — mais elle ne crée aucune liber­té : l’ouvrier sovié­tique était, répé­tons-le, encore plus féro­ce­ment exploi­té que l’ouvrier des socié­tés occi­den­tales, qui avait tout de même des moyens (par la lutte syn­di­cale, par exemple) de se défendre et même de conqué­rir des droits. Castoriadis en est donc venu à pen­ser que la véri­table contra­dic­tion est celle qui existe entre les diri­geants et les exé­cu­tants : tant que les indi­vi­dus sont sou­mis à ce qu’Yvon Bourdet appelle une « hété­ro­ges­tion », on ne peut pas par­ler de socia­lisme ou même tout sim­ple­ment de démo­cra­tie — celle-ci ne doit pas s’arrêter aux portes de l’usine, selon Castoriadis, et se limi­ter, tous les cinq ans, au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne. Mais je ne pense pas que Castoriadis en par­le­rait comme d’une nou­velle lutte des classes. Il a aban­don­né le sché­ma mar­xiste de la lutte des classes dans les années 1970, en esti­mant qu’il existe une alié­na­tion plus pro­fonde de la socié­té, toutes classes confon­dues, à ses propres ins­ti­tu­tions, quand celle-ci cesse de les remettre en ques­tion, quand elle les consi­dère comme natu­relles ou néces­saires. D’une cer­taine manière, même les diri­geants sont alié­nés aux struc­tures sociales et à l’idéologie qui les sous-tend : il suf­fit de voir aujourd’hui l’aliénation des cadres, sou­mis à des exi­gences de per­for­mances et de ren­ta­bi­li­té tout aus­si insup­por­tables que les employés. Il est en ce sens plus dif­fi­cile de dénon­cer l’aliénation que d’en appe­ler à la simple lutte des classes.

Philippe Caumières : Comme je l’ai déjà sug­gé­ré, Castoriadis ne consi­dère pas le tra­vail comme une acti­vi­té struc­tu­rel­le­ment alié­nante qu’il fau­drait dépas­ser pour espé­rer vivre libre. Il y voit au contraire la pos­si­bi­li­té d’affirmation d’une liber­té concrète. Cela sup­pose évi­dem­ment de nou­veaux rap­ports de pro­duc­tion qui ne soient plus basés sur cette oppo­si­tion fixe et pérenne entre diri­geants et diri­gés que nous avons dénon­cée, mais qui per­mettent à cha­cun d’exprimer ses poten­tia­li­tés créa­trices : il s’agit de mettre de la poé­sie dans le tra­vail, comme dit Castoriadis.

Extrait d’une pein­ture de Jean Dubuffet

On sait qu’il s’est dis­tan­cié du trots­kysme assez vite. Mais il a été encore plus loin, en s’af­fran­chis­sant com­plè­te­ment du mar­xisme. Pourtant, à l’in­verse de son cama­rade Claude Lefort, il n’est jamais tom­bé dans le libé­ra­lisme ni le renie­ment. Quels sont les points prin­ci­paux que Castoriadis cri­tique dans la théo­rie de Marx ?

Arnaud Tomès : Castoriadis a com­men­cé par cri­ti­quer des points très pré­cis de la pen­sée éco­no­mique de Marx : consta­tant par lui-même l’augmentation du niveau de vie des ouvriers lors des Trente Glorieuses et le non-effon­dre­ment du capi­ta­lisme, pour­tant pré­dit par ceux qui se reven­di­quaient de la lettre du mar­xisme, il ne pou­vait accep­ter les dogmes de la baisse ten­dan­cielle du taux de pro­fit ou de la pau­pé­ri­sa­tion iné­luc­table des socié­tés capi­ta­listes. Mais, plus pro­fon­dé­ment, c’est la phi­lo­so­phie de l’histoire de Marx que Castoriadis a fini par reje­ter com­plè­te­ment : dans une telle phi­lo­so­phie, ce sont les forces pro­duc­tives qui jouent le rôle fon­da­men­tal, celui du moteur de l’Histoire, et les phé­no­mènes his­to­riques s’expliquent par le déve­lop­pe­ment tech­nique et éco­no­mique. Même si elle inter­vient en der­nière ins­tance, selon le mot d’Engels, la cau­sa­li­té éco­no­mique reste donc la plus impor­tante : cela abou­tit de fait à un déter­mi­nisme his­to­rique, sans doute com­pli­qué par la com­plexi­té des situa­tions his­to­riques (ce qu’Althusser appe­lait la « sur­dé­ter­mi­na­tion »), mais tout de même, l’Histoire est fon­da­men­ta­le­ment régie par des lois éco­no­miques qui ont, selon l’expression de Marx, la « néces­si­té de fer » des pro­ces­sus natu­rels. Cela abou­tit fort logi­que­ment à faire des hommes les ins­tru­ments d’une néces­si­té his­to­rique qui leur échappe : nous ne sommes pas si loin que cela de la « ruse de la Raison » hégé­lienne ! Castoriadis voit dans ce néces­si­ta­risme une contra­dic­tion avec les idéaux de liber­té qui mènent les mou­ve­ments révo­lu­tion­naires : d’où la fameuse for­mule, rap­pe­lée par Philippe, selon laquelle nous avons le choix entre res­ter mar­xistes ou res­ter révo­lu­tion­naires. Dans L’Institution ima­gi­naire de la socié­té, Castoriadis va encore appro­fon­dir sa cri­tique du déter­mi­nisme his­to­rique de Marx en mon­trant que c’est le type de théo­rie pro­po­sée par Marx qui est pro­blé­ma­tique : une théo­rie qui ignore la créa­tion social-his­to­rique et recon­duit la pré­ten­tion de la pen­sée héri­tée — de toute la tra­di­tion occi­den­tale depuis Platon — à déga­ger l’essence du social par une vue (theo­ria) ration­nelle : dans la pen­sée mar­xiste, nous trou­vons déjà tous les élé­ments pour consti­tuer une science de l’Histoire et du social, science qui devient très vite la pro­prié­té exclu­sive des intel­lec­tuels du par­ti et de ses cadres diri­geants. On n’a plus ensuite qu’à pos­ter des gardes devant la Douma, comme le fait le par­ti bol­che­vik en 1918, au nom du fait que le résul­tat des élec­tions n’a pas été conforme au sens de l’Histoire ! La cri­tique de Marx l’aura ain­si conduit à une cri­tique radi­cale du ratio­na­lisme et de ses pré­sup­po­sés, qu’il a appro­fon­die par la suite en pro­po­sant une nou­velle onto­lo­gie et une phi­lo­so­phie où l’imaginaire joue un rôle déter­mi­nant.

Philippe Caumières : On pour­rait résu­mer en disant que c’est sa ten­dance à la scien­ti­fi­ci­té que Castoriadis reproche à Marx, son féti­chisme de l’économie comme « science », comme il dit. Cela lui paraît anti­no­mique avec l’autre ten­dance irra­diant son œuvre, qui assure que l’émancipation des hommes sera le fait de leur enga­ge­ment, de leurs luttes.

L’autonomie est l’un des concepts phares de l’œuvre de Castoriadis. Pourtant, Boltanski et Chiapello ont mon­tré aus­si com­ment le concept d’au­to­no­mie et la rhé­to­rique auto­ges­tion­naire ont été récu­pé­rés par le « nou­vel esprit du capi­ta­lisme ». En quoi l’au­to­no­mie cas­to­ria­dienne se dis­tingue de celle que louent les mana­gers et le capi­ta­lisme contem­po­rain ?

« Castoriadis assure que s’il n’y a pas d’égalité sans liber­té, sans libre par­ti­ci­pa­tion de tous au pou­voir, il n’y a pas non plus de liber­té sans éga­li­té. »

Philippe Caumières : L’étymologie l’indique : l’autonomie, c’est le fait de poser soi-même la loi, c’est-à-dire ne pas la rece­voir d’un Autre, qu’il s’agisse de Dieu ou de l’État. Mais cela ne relève nul­le­ment d’une reven­di­ca­tion « indi­vi­dua­liste ». L’individu est un être social, une « fabri­ca­tion sociale », comme dit Castoriadis, qui refuse de l’envisager comme un être sin­gu­lier. Il ne nie pas qu’existe une dimen­sion sin­gu­lière ; mais celle-ci n’est autre que la psy­chè, cette part de cha­cun qui reste irré­duc­tible à la socia­li­sa­tion. Si, comme nous l’avons déjà sou­li­gné, Castoriadis assure que l’autonomie est la « direc­tion consciente par les hommes eux-mêmes de leur vie », c’est qu’il ne sépare pas l’individu du citoyen. Il est du reste fort cri­tique à l’égard des ceux qui, comme Benjamin Constant, pré­tendent défendre les liber­tés pri­vées et le droit de culti­ver son jar­din en lais­sant à d’autres, qui le dési­rent, la « charge » des affaires publiques. Qui ne voit la contra­dic­tion d’une telle vue, qui conduit pour­tant à la défense de la repré­sen­ta­tion poli­tique ?

La pen­sée de Castoriadis, pro­fon­dé­ment cohé­rente, ne peut évi­ter de déga­ger les consé­quences des thèses qu’elle avance : être auto­nome, diri­ger consciem­ment sa vie, sup­pose sans doute un tra­vail sur soi — ce pour­quoi, selon Castoriadis, la psy­cha­na­lyse relève du pro­jet d’autonomie ; mais cela ne sau­rait suf­fire. On ne peut se pré­tendre libre au sens des stoï­ciens, en accep­tant l’ordre social tel qu’il est et en consi­dé­rant, par exemple, que l’on n’a rien à dire sur les orien­ta­tions que doit prendre l’entreprise où l’on tra­vaille et, qu’une fois pas­sé la porte d’entrée, il faut suivre les règles édic­tées par la hié­rar­chie. Diriger sa vie, c’est la diri­ger dans tous ses aspects, pas seule­ment le dimanche ou en famille, mais dans l’entreprise éga­le­ment ; ce qui sup­pose la pos­si­bi­li­té d’avoir voix au cha­pitre en ce qui concerne les poli­tiques éco­no­miques locales et géné­rales. On com­prend pour­quoi Castoriadis assure que s’il n’y a pas d’égalité sans liber­té, sans libre par­ti­ci­pa­tion de tous au pou­voir, il n’y a pas non plus de liber­té sans éga­li­té — com­ment être libre si d’autres ont plus de pou­voir, que ce soit au plan stric­te­ment poli­tique ou éco­no­mique ? De la ges­tion ouvrière, on passe ain­si à l’autogestion, puis à la démo­cra­tie, en évi­tant tout for­ma­lisme. L’ouvrage de Boltanski et Chiapello est fort sti­mu­lant et les ana­lyses qu’il déve­loppe sou­vent justes. Il est tou­te­fois regret­table que ses auteurs n’aient pas tenu compte des vues de Castoriadis. Ils auraient pu notam­ment prendre connais­sance d’un texte, publié en 1974 dans une revue de la CFDT — c’est-à-dire trois ans avant la rup­ture de l’Union de la gauche et le « recen­trage » de la cen­trale syn­di­cale —, qui dénonce fer­me­ment toute forme de hié­rar­chie, tant du com­man­de­ment que des salaires. Ils auraient alors per­çu que, pour être mino­ri­taire, exis­tait un cou­rant pour lequel la dis­tinc­tion entre cri­tique artiste et cri­tique sociale n’est ni accep­tée ni accep­table.

Extrait d’une pein­ture de Jean Dubuffet

Partisan de l’au­to­ges­tion, des Conseils ouvriers, cri­tique de l’État et de la bureau­cra­tie, anti-tota­li­taire et anti-léni­niste… Tout porte à croire que Castoriadis était un anar­chiste, ou une sorte de « com­mu­niste liber­taire » — et son influence sur les liber­taires n’est pas des moindres. Pourtant, il ne s’en est jamais reven­di­qué, et a même écrit contre l’a­nar­chisme !

Arnaud Tomès : Le rap­port de Castoriadis avec l’anarchisme est assez mys­té­rieux : comme vous le sou­li­gnez, il existe beau­coup d’analogies entre la posi­tion de Castoriadis et celle des anar­chistes, et pour­tant Castoriadis est très cri­tique vis-à-vis de ce cou­rant poli­tique avec lequel il devrait pour­tant se sen­tir en sym­pa­thie. Cela s’explique par plu­sieurs fac­teurs : tout d’abord, la culture de Castoriadis est mar­xiste, et on sait ce que Marx pen­sait de l’anarchisme et quels furent ses rap­ports avec Stirner ou Bakounine. Ensuite et sur­tout : Castoriadis consi­dère l’anarchisme comme une variante de l’individualisme. Il exprime cela dans un de ses pre­miers textes phi­lo­so­phiques inti­tu­lé « Phénoménologie de la conscience pro­lé­ta­rienne », qui reste encore très hégé­lien. Il y défi­nit l’anarchisme comme une forme de la conscience de soi, qui estime pou­voir chan­ger immé­dia­te­ment la socié­té, par un mou­ve­ment spon­ta­né de révolte, sans s’intéresser à la ques­tion de l’organisation. Castoriadis n’a jamais défen­du la spon­ta­néi­té des masses en tant que telle, sachant fort bien qu’elle n’est pas néces­sai­re­ment arti­cu­lée à un désir d’autonomie : c’est ce qui l’a oppo­sé à Lefort à l’époque de SoB, et c’est ce qui l’oppose aux anar­chistes, qui ont peur de perdre leur « belle âme » dans les média­tions poli­tiques — qui sup­posent tou­jours des rap­ports de pou­voir. Enfin, Castoriadis estime que les anar­chistes ne peuvent pas pen­ser le social : comme les libé­raux, ils pensent la socié­té à par­tir de l’individu, et les formes de vie col­lec­tive sur le modèle d’un contrat social. Ils occultent donc la force de l’institution ou des signi­fi­ca­tions ima­gi­naires sociales, ces signi­fi­ca­tions qui sont au centre de toute socié­té et qui ne sont pas le pro­duit d’un indi­vi­du ou d’un rap­port entre des indi­vi­dus.

Philippe Caumières : Castoriadis n’envisage pas une vie sociale sans ins­tances de pou­voir ni ins­ti­tu­tions. La ques­tion, pour lui, n’est pas leur mise en cause ou leur aban­don, mais de les pen­ser selon les prin­cipes démo­cra­tiques. En ce qui concerne le pou­voir, il s’agit de le rendre le plus expli­cite pos­sible tout en refu­sant qu’il émane d’une ins­tance sépa­rée de la socié­té comme peut l’être ou a pu l’être l’État moderne. De même faut-il évi­ter que les ins­ti­tu­tions ne « s’autonomisent » si l’on peut dire, qu’elles échappent au contrôle des citoyens en rai­son de leur iner­tie propre. De manière géné­rale, une socié­té auto­nome est une socié­té ins­ti­tuante, son acti­vi­té poli­tique est per­ma­nente. C’est là un point que beau­coup contestent, consi­dé­rant cela comme irréa­li­sable et donc irréa­liste. Sans doute l’histoire plaide-t-elle pour eux puisque les moments révo­lu­tion­naires, ces « moments heu­reux », comme dit Arendt, qui sont des moments d’effervescence et de créa­ti­vi­té dans tous les domaines, comme cela a pu être le cas au mi-temps des années 1960 jusqu’au début des années 1970, ne durent pas. Mais Castoriadis pense que cela ne tient pas à des dyna­miques imma­nentes, qu’une socié­té auto­nome n’est nul­le­ment contra­dic­toire et néces­sai­re­ment vouée à ver­ser dans l’hétéronomie.

Pour lui, la théo­rie poli­tique ne peut être une créa­tion d’intellectuels retran­chés dans leur bureau mais bien une théo­rie qui s’en­ra­cine dans l’agir poli­tique des masses (leurs luttes, leurs pro­jets, leurs ins­ti­tu­tions, etc.). Est-ce à dire que le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire n’a pas besoin de « théo­ri­ciens », voire d’intellectuels ?

« Castoriadis n’envisage pas une vie sociale sans ins­tances de pou­voir ni ins­ti­tu­tions. La ques­tion, pour lui, n’est pas leur mise en cause ou leur aban­don, mais de les pen­ser selon les prin­cipes démo­cra­tiques. »

Philippe Caumières : La ques­tion, pour lui, n’est évi­dem­ment pas de contes­ter la théo­rie ni ceux qui la déve­loppent. Il revient très tôt du reste sur le pro­pos que l’on trouve dans le Que faire ? de Lénine, assu­rant que « sans théo­rie révo­lu­tion­naire, il n’y a pas d’action révo­lu­tion­naire », pour assu­rer que son sens pro­fond signi­fie qu’il ne peut y avoir déve­lop­pe­ment de l’action révo­lu­tion­naire, sans déve­lop­pe­ment de la théo­rie révo­lu­tion­naire. Mais il tient à rap­pe­ler que la théo­rie, pour être une théo­rie per­ti­nente, ne vient jamais de rien, qu’elle s’enracine dans le vécu, celui des domi­nés notam­ment. Castoriadis reste ici fidèle à Marx et Engels, qui voyaient dans la dis­tinc­tion entre théo­rie et pra­tique l’origine de l’idéologie. Oublier que la théo­rie doit se nour­rir de la pra­tique ne conduit pas sim­ple­ment à des ana­lyses contes­tables ; cela accorde la place du maître à ceux qui les déve­loppent. Les mili­tants de Socialisme ou Barbarie, Claude Lefort en tête, étaient fort sen­sibles à ce point qui a sus­ci­té de vifs débats à pro­pos de la ques­tion de l’organisation mili­tante. Ce qui est tou­te­fois essen­tiel pour Castoriadis est la créa­ti­vi­té per­ma­nente des masses que les caté­go­ries habi­tuelles de pen­ser inter­disent de recon­naître. Il faut rap­pe­ler que la revue Socialisme ou Barbarie a immé­dia­te­ment fait écho à une des pre­mières expé­riences de prise de parole par quelqu’un « d’en bas », en publiant, au long de ses six pre­miers numé­ros, L’Ouvrier amé­ri­cain, jour­nal d’un tra­vailleur signant Paul Romano.

Arnaud Tomès : Je crois que Castoriadis a évo­lué sur ces ques­tions. Après la dis­so­lu­tion de SoB, il a lui-même entre­pris un tra­vail intel­lec­tuel de grande ampleur parce qu’il lui sem­blait que le moment était venu d’une élu­ci­da­tion des rai­sons de l’échec des mou­ve­ments ouvriers se reven­di­quant du mar­xisme, et d’une refon­da­tion d’un pro­jet révo­lu­tion­naire. Ce que cri­tique Castoriadis, c’est l’intel­lec­tuel orga­nique, ou celui qui pré­tend dis­pen­ser la science aux masses incultes, comme Bourdieu dis­pen­sant son savoir socio­lo­gique aux vic­times de la domi­na­tion pour qu’ils se libèrent ; ce n’est nul­le­ment le tra­vail de l’intellectuel cri­tique. Ce qui est tout de même frap­pant quand on a mili­té un peu, c’est de voir à quel point les mili­tants des orga­ni­sa­tions clas­siques de gauche sont pri­son­niers des schèmes de la pen­sée héri­tée : c’est moins vrai depuis que les Indignés, Occupy Wall Street ou Nuit debout ont déve­lop­pé une réelle réflexion sur leur action. Mais les orga­ni­sa­tions syn­di­cales ou les par­tis clas­siques res­tent de grandes machines bureau­cra­tiques, qui ne conçoivent l’action que selon une divi­sion du tra­vail recon­dui­sant les schèmes de l’hétéronomie. On le voit par exemple chez les Insoumis de Mélenchon. Nul doute ici que le tra­vail intel­lec­tuel d’un Castoriadis soit abso­lu­ment néces­saire.

Extrait d’une pein­ture de Jean Dubuffet

Critique de l’idéologie du Progrès et d’un cer­tain ratio­na­lisme obtus, Castoriadis n’abandonne pas l’idée de rai­son cri­tique, ni celle d’amélioration des condi­tions de vie ou de pro­grès de la liber­té. Où se situe-t-il dans le débat, encore pré­gnant, entre postmodern(ist)es et par­ti­sans de la moder­ni­té ? Serait-il une sorte d’antimoderne qui s’ignore ?

Arnaud Tomès : Castoriadis a tou­jours refu­sé de prendre part à la que­relle entre par­ti­sans de la moder­ni­té et post­mo­der­nistes. Pour lui, la notion de moder­ni­té n’a d’ailleurs aucun sens : une socié­té qui s’intitule elle-même « moderne » affirme d’une cer­taine manière que rien ne pour­ra venir après elle, qu’elle consti­tue la fin de l’Histoire — ce qui est absurde. Quant à la post­mo­der­ni­té, conçue à la manière de Jean-François Lyotard (ancien membre de SoB), il y voyait l’une de ces modes intel­lec­tuelles sans inté­rêt qui régu­liè­re­ment animent le monde média­tique. Castoriadis se veut fidèle à ce qu’il appelle lui-même le pro­jet d’autonomie, qui ne naît pas avec la moder­ni­té, mais bien avant, au moment où la socié­té grecque invente à la fois la démo­cra­tie et la phi­lo­so­phie : l’un des acquis de ce pro­jet d’autonomie, dont les Lumières consti­tuent à la fois la reprise et la radi­ca­li­sa­tion, est en effet l’idée de la rai­son cri­tique, à laquelle Castoriadis est très atta­ché. Rien de plus étran­ger à lui que l’irrationalisme de ses contem­po­rains, d’un Foucault qui voit la rai­son — dans les pages les moins ins­pi­rées de son Histoire de la folie à l’âge clas­sique — comme un vec­teur d’assujettissement et d’exclusion, par exemple. Mais Castoriadis n’est pas igno­rant de toutes les ambi­guï­tés du ratio­na­lisme : il sait que la rai­son n’a pas le même sens selon qu’on la limite à la ratio­na­li­té ins­tru­men­tale (celle de l’économie capi­ta­liste, par exemple) ou selon qu’on y voit le pro­duit et le moyen du pro­jet d’autonomie. Ni moderne ni anti­mo­derne, il est donc plu­tôt, comme Socrate, ato­pos : non situable dans cette polé­mique qui ne le concerne pas, fidèle à ce qu’a de meilleur la moder­ni­té (l’universalisation du pro­jet d’autonomie) et cri­tique de ce qu’elle a de pire.

Ces cri­tiques ne peuvent être déta­chées du concept prin­ci­pal for­gé par ce phi­lo­sophe, à savoir celui d’imaginaire, et plus par­ti­cu­liè­re­ment d’imaginaire radi­cal et d’imaginaire ins­ti­tuant. En quoi l’analyse que fait Castoriadis révo­lu­tionne-t-elle les para­digmes habi­tuels des sciences humaines et, par­tant, de la pen­sée poli­tique ?

« Tout se passe comme si les idées de Castoriadis, res­tées mar­gi­nales durant toute sa vie, avaient fini par irra­dier l’espace public. »

Philippe Caumières : Castoriadis tâche de rendre compte de ce qui est, de la réa­li­té effec­tive. La consi­dé­ra­tion des socié­tés et de la contin­gence de leur his­toire conduit à recon­naître qu’elles ne relèvent que d’elles-mêmes, qu’elles s’auto-instituent. C’est un point sou­vent mal com­pris, contes­té par tous ceux qui conti­nuent à réflé­chir avec des cadres de pen­sée héri­tés, usant, par exemple, du prin­cipe de cau­sa­li­té quel que soit le domaine abor­dé — ce qui impose de conce­voir que tout ce qui existe est par­fai­te­ment déter­mi­né, n’étant jamais que l’effet néces­saire de causes anté­cé­dentes. Mais com­ment alors évi­ter de rap­por­ter la socié­té — le social-his­to­rique, comme dit Castoriadis pour mani­fes­ter que toute socié­té est his­to­rique et que l’histoire relève tou­jours du social — à une ori­gine extra-sociale ? Et com­ment accep­ter l’émergence du nou­veau au sens fort du mot ? Parler de nou­veau, c’est en effet par­ler de ce qui n’a jamais été, pas même en puis­sance, de ce qui ne dérive pas de causes anté­cé­dentes. Le nou­veau est le fruit d’une créa­tion ex-nihi­lo, même si celle-ci n’est jamais in nihi­lo ni cum nihi­lo : il est émer­gence qui ne pro­vient de rien, qui n’est pas simple trans­for­ma­tion d’un don­né préa­lable, même si cette der­nière ne se pro­duit jamais dans le rien ni à par­tir de rien. Ce pour­quoi il marque une rup­ture dans l’histoire. Les grandes œuvres artis­tiques, par exemple, sont des créa­tions en ce sens. Mais cela vaut aus­si au plan col­lec­tif : la tra­gé­die ou la démo­cra­tie sont des créa­tions de la socié­té athé­nienne clas­sique, de même la (pseu­do) ratio­na­li­té éco­no­mique est-elle une créa­tion moderne qui n’est en rien un effet néces­saire de l’ordre social à un moment don­né de son évo­lu­tion. La recon­nais­sance du nou­veau conduit Castoriadis à insis­ter sur une ins­tance créa­trice comme sa condi­tion de pos­si­bi­li­té : l’imagination indi­vi­duelle ou l’imaginaire col­lec­tif. Castoriadis envi­sage ain­si le social-his­to­rique comme un ordre propre, ne ren­voyant qu’à lui-même, c’est-à-dire comme repré­sen­tant un niveau d’être spé­ci­fique. Il savait que cela n’était géné­ra­le­ment pas admis par ses pairs qui, refu­sant de céder sur la pleine déter­mi­na­tion et sur la cau­sa­li­té, le rap­por­taient à la nature ou en fai­saient le pro­duit d’interactions entre indi­vi­dus — comme si ces der­niers pou­vaient exis­ter indé­pen­dam­ment du social. Il pen­sait que cette thèse, et le tra­vail d’élucidation mené à par­tir de là, repré­sen­taient son apport théo­rique majeur.

Le pes­si­misme de fin de vie3Comme le montrent les titres d’articles et de livres : La Montée de l’insignifiance, Le Monde mor­ce­lé, Une socié­té à la dérive, « Le Délabrement de l’Occident » ou encore « Contre le confor­misme géné­ra­li­sé ». de Castoriadis semble indi­quer une perte de foi dans les chan­ge­ments révo­lu­tion­naires. La radi­ca­li­té par­ti­cu­liè­re­ment exi­geante de la pen­sée cas­to­ria­dienne ne l’a‑t-il pas aveu­glé aux évé­ne­ments poli­tiques qui ont mar­qué son temps4Pensons notam­ment à l’expérience chia­pa­nèque des néo-zapa­tistes et du sous-com­man­dant Marcos, qui res­semble en tout point aux idées qu’il a pu défendre, ain­si que l’altermondialisme. ?

Arnaud Tomès : Castoriadis est mort en 1997 : il n’a pas vrai­ment eu le temps de voir le déve­lop­pe­ment de l’altermondialisme. Il n’en est pas moins extrê­me­ment cri­tique du néo­li­béa­lisme dans l’un de ses der­niers textes publiés, inti­tu­lé iro­ni­que­ment « La Rationalité du capi­ta­lisme » : toutes les cri­tiques déve­lop­pées plus tard par Attac, ou par les mou­ve­ments alter­mon­dia­listes, y sont déjà pré­sentes. Castoriadis, qui a long­temps gagné sa vie comme éco­no­miste, voyait dans le néo­li­bé­ra­lisme l’une des plus grandes régres­sions intel­lec­tuelles de notre époque, témoi­gnant pré­ci­sé­ment de ce qu’il consi­dé­rait comme la « mon­tée de l’insignifiance », y com­pris dans la théo­rie. Castoriadis n’était pas aveugle face aux évé­ne­ments poli­tiques qui pou­vaient mani­fes­ter un regain d’intérêt pour le pro­jet d’autonomie : s’il n’a pas écrit, à ma connais­sance sur le mou­ve­ment zapa­tiste, il a en revanche été très atten­tif à ce qui se pas­sait en France en décembre 1995, comme le rap­pe­lait Philippe. Mais Castoriadis fai­sait un diag­nos­tic d’ensemble des socié­tés occi­den­tales : il y voyait un vaste mou­ve­ment de dépo­li­ti­sa­tion, de repli dans la vie pri­vée, et une crise des signi­fi­ca­tions ima­gi­naires cen­trales sur les­quelles ces socié­tés s’étaient bâties. Ce n’est pas la par­tie de l’œuvre de Castoriadis que je pré­fère — il y cède sou­vent à des constats socio­lo­giques à l’emporte-pièce : le mora­liste et le polé­miste l’emportent par­fois sur le phi­lo­sophe —, mais Castoriadis y pointe tout de même cer­tains phé­no­mènes inquié­tants comme la dis­pa­ri­tion de cer­tains modèles anthro­po­lo­giques au pro­fit du consom­ma­teur-jouis­seur fabri­qué par le néo-capi­ta­lisme contem­po­rain.

Philippe Caumières : En fait, ce que vous nom­mez son pes­si­misme, relève de son diag­nos­tic concer­nant ce qu’il nomme « l’éclipse du pro­jet d’autonomie et la pri­va­ti­sa­tion des indi­vi­dus », lequel date de la fin des années 1950. Comme nous l’avons déjà dit, cela ne l’a pas empê­ché de se mobi­li­ser chaque fois qu’il y a eu une vague contes­ta­taire dans l’espace public.

Extrait d’une pein­ture de Jean Dubuffet

Mort en 1997, il a raté des mou­ve­ments comme Occupy, Nuit Debout, 15M, et tant d’autres ini­tia­tives qui ont sur­gi après la crise de 2007. En quoi ses idées sont-elles per­ti­nentes aujourd’hui pour com­prendre les enjeux contem­po­rains et mieux agir en faveur d’une pers­pec­tive révo­lu­tion­naire ?

Philippe Caumières : Tout se passe comme si les idées de Castoriadis, res­tées mar­gi­nales durant toute sa vie, avaient fini par irra­dier l’espace public. Les mou­ve­ments que vous évo­quez se carac­té­risent en effet par le refus d’une orga­ni­sa­tion hié­rar­chi­sée de manière fixe et la volon­té des mili­tants de domi­ner, autant que faire se peut, leur deve­nir com­mun.

Arnaud Tomès : Castoriadis est en effet lu et reven­di­qué par beau­coup de mili­tants. Il a eu le mérite de ne pas pro­po­ser d’utopie (terme qu’il reje­tait) ni de vou­loir pro­phé­ti­ser la forme que pren­drait le mou­ve­ment social : c’était contraire à son idée de la créa­ti­vi­té his­to­rique. Il faut aujourd’hui lire Castoriadis, quand on est révo­lu­tion­naire ou tout sim­ple­ment démo­crate, pour se déprendre des schèmes intel­lec­tuels assez répan­dus dans les mou­ve­ments poli­tiques de gauche : une cer­taine vision de l’histoire, qui n’est pas exempte de téléo­lo­gie ; un mora­lisme qui confine par­fois au mani­chéisme ; une ten­dance à la bureau­cra­tie et à l’autoritarisme. Castoriadis a éga­le­ment le mérite de pro­po­ser une réflexion de fond sur ce qu’est une démo­cra­tie véri­table — et pas ces oli­gar­chies libé­rales que nous appe­lons à tort, de manière oxy­mo­rique, « démo­cra­ties repré­sen­ta­tives ». Castoriadis pose les ques­tions essen­tielles : quelles sont les signi­fi­ca­tions ima­gi­naires qui peuvent aujourd’hui faire sens pour nous ? vou­lons-nous une démo­cra­tie authen­tique, un régime de l’autonomie et de l’auto-limitation ? com­ment rompre avec la socié­té mar­chande ? quelle édu­ca­tion pour un homme démo­cra­tique ? Les mou­ve­ments révo­lu­tion­naires ont tout inté­rêt à se réap­pro­prier ces ques­tions, qui sont au centre du tra­vail de Castoriadis.


REBONDS

☰ Lire notre article « Castoriadis ou l’au­to­no­mie radi­cale », Galaad Wilgos, juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Hervé Kempf : « On redé­couvre ce qu’est la poli­tique », juillet 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervero-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Renaud Garcia : « Renouer avec les gens ordi­naires », février 2016
☰ Lire notre article « Bookchin : éco­lo­gie radi­cale et muni­ci­pa­lisme liber­taire », Adeline Baldacchino, octobre 2015
☰ Lire le texte inédit de Daniel Bensaïd, « Du pou­voir et de l’État », avril 2015

NOTES   [ + ]

1.Période Socialisme ou Barbarie.
2.Après son livre L’Institution ima­gi­naire de la socié­té, en 1975.
3.Comme le montrent les titres d’articles et de livres : La Montée de l’insignifiance, Le Monde mor­ce­lé, Une socié­té à la dérive, « Le Délabrement de l’Occident » ou encore « Contre le confor­misme géné­ra­li­sé ».
4.Pensons notam­ment à l’expérience chia­pa­nèque des néo-zapa­tistes et du sous-com­man­dant Marcos, qui res­semble en tout point aux idées qu’il a pu défendre, ain­si que l’altermondialisme.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.