Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

La Commune, ou « le règne de la justice »


Il y a 150 ans, jour pour jour, que le peuple de Paris s’est sou­le­vé. La Troisième République a été pro­cla­mée quelques mois plus tôt et l’ar­mis­tice avec l’Allemagne signé fin jan­vier ; Adolphe Thiers, 73 ans, est alors chef du pou­voir exé­cu­tif : il tient à tout prix à sai­sir les canons que les Parisiens — épui­sés par le siège prus­sien (la faim, la misère et un taux de mor­ta­li­té mul­ti­plié par deux) — ont payés par sous­crip­tion. La popu­la­tion s’in­ter­pose ; « Barricades par­tout ! », entend-on dans les rues ; le 18 mars 1871 au soir, la pré­fec­ture de police et l’Hôtel de ville sont aux mains des pro­tes­ta­taires. Un dra­peau rouge est his­sé et résonne un cri : « Vive la Commune ! » Elle sera offi­ciel­le­ment pro­cla­mée dans dix jours : entre­temps, aux quatre coins du pays, le sou­lè­ve­ment démo­cra­tique fait tache d’huile. On connaît la fin. En manière d’hom­mage à la Commune et à celles et ceux qui se levèrent contre « un monde mal fait », nous consa­crons une semaine de publi­ca­tions à « la grande fédé­ra­tion des dou­leurs » — ain­si que Vallès la nom­me­ra. Julien Chuzeville, his­to­rien du mou­ve­ment ouvrier, vient de publier un ouvrage sur Léo Frankel, aux édi­tions Libertalia : ouvrier, cor­rec­teur et jour­na­liste hon­grois, il est élu res­pon­sable de la Commission du travail de la Commune de Paris à l’âge de 27 ans. Blessé lors de la Semaine san­glante, il trou­ve­ra refuge en Suisse puis en Angleterre. Extrait : récit des pre­miers jours. 


Le gou­ver­ne­ment d’Adolphe Thiers est de plus en plus inquiet de l’atmosphère poli­tique pari­sienne, où l’on a voté en février beau­coup plus à gauche que le reste du pays, où les réunions publiques donnent une large audience aux révo­lu­tion­naires, où la Garde natio­nale a élu une direc­tion qui com­prend des mili­tants de l’AIT [Première Internationale] comme Varlin. Le 11 mars, le gou­ver­ne­ment décide de sup­pri­mer plu­sieurs jour­naux répu­bli­cains « rouges », dont Le Cri du peuple de Jules Vallès. Puis, dans la nuit du 17 au 18 mars, il tente de désar­mer la Garde natio­nale en s’emparant de canons dans Paris. Mais, aler­tés dès le petit matin, des gardes natio­naux s’y opposent, ren­for­cés par une résis­tance pari­sienne spon­ta­née ; sur­tout, les sol­dats refusent de tirer sur la foule, cer­tains se ral­liant même à elle. Le gou­ver­ne­ment perd donc en quelques heures le contrôle de la capi­tale, ce qui entraîne sa fuite et son repli à Versailles. Ce départ des auto­ri­tés laisse la place à la Commune, qui était récla­mée dans des réunions publiques depuis des mois.

« Le gou­ver­ne­ment perd donc en quelques heures le contrôle de la capi­tale, ce qui entraîne sa fuite et son repli à Versailles. »

Dès les jours sui­vant le 18 mars, les jour­naux sup­pri­més repa­raissent, d’autres se créent, nombre d’entre eux reprennent le calen­drier révo­lu­tion­naire ins­tau­ré en 1792. Le Comité cen­tral de la Garde natio­nale se retrou­vant pro­vi­soi­re­ment en charge du pou­voir à Paris, il convoque des « élec­tions com­mu­nales » dans tous les arron­dis­se­ments, décide la levée de l’état de siège ain­si que la libé­ra­tion de « tous les déte­nus poli­tiques », et annonce vou­loir « faire res­pec­ter la liber­té de la presse, ain­si que toutes les autres1 ». Le 22 mars, Frankel écrit à Becker [révo­lu­tion­naire alle­mand natu­ra­li­sé suisse, ndlr] :

La révo­lu­tion est pour l’heure maître de la situa­tion, une révo­lu­tion menée paci­fi­que­ment — bien qu’elle ne soit pas encore ache­vée — par des hommes qui ne se sont fait un nom ni dans le jour­na­lisme, ni sur la tri­bune, pas plus sur Pégase2 que dans la diplo­ma­tie, car il s’agit pour la plu­part d’hommes qui sont nés dans de modestes logis et ont péni­ble­ment gagné leur vie dans les ate­liers. C’est aus­si ce qui fait pes­ter de rage la bour­geoi­sie3.

Le 23 mars, le conseil fédé­ral de l’AIT se réunit. Dans ce contexte d’urgence, Frankel pro­pose de « faire un mani­feste dans lequel nous invi­te­rions les nôtres à voter la Commune ». Il explique que « la ques­tion est pure­ment sociale » et qu’il s’agit d’« assu­rer le suc­cès des élec­tions ». Cette pro­po­si­tion est accep­tée, trois mili­tants étant dési­gnés pour écrire ce texte : Theisz, Antoine Demay et Frankel. Le Manifeste qu’ils écrivent est ensuite adop­té et affi­ché. Ce docu­ment salue « la révo­lu­tion com­mu­nale » et affirme l’objectif de « l’égalité sociale ». Il s’agit alors pour ces mili­tants de l’AIT d’« aider à mettre la pre­mière pierre de l’édifice social ». Dans ce but, ils rap­pellent quelques prin­cipes de base à appli­quer comme « l’instruction gra­tuite, laïque et inté­grale », ou encore « la liber­té abso­lue de la presse », et appellent en conclu­sion à « voter pour la Commune ». Le texte est signé de 14 mili­tants au nom du conseil fédé­ral de l’AIT, dont Frankel et Jules Nostag, ain­si que de 15 mili­tants au nom de la Chambre fédé­rale des socié­tés ouvrières, dont Eugène Pottier, Camélinat, Theisz, et Lazare Lévy4.

[Emanuil Popgenchev]

Le 24 mars, Le Cri du peuple publie une liste de 38 noms mis en avant par des comi­tés d’arrondissement pour les élec­tions du sur­len­de­main : Frankel y figure, et il est pré­ci­sé qu’il est de l’Internationale5. Ce sou­tien a du poids, car le jour­nal est alors mas­si­ve­ment lu à Paris. Les élec­tions du 26 mars 1871 apportent une nette majo­ri­té aux can­di­dats favo­rables au mou­ve­ment en cours, don­nant une légi­ti­mi­té démo­cra­tique à la pro­cla­ma­tion de la Commune. Frankel est élu dans le XIIIe arron­dis­se­ment : il y a 16 597 ins­crits, 8 010 votants, Frankel obtient 4 080 voix — soit tout juste 51 % des votes expri­més. Si on ignore pour­quoi il y a été can­di­dat, on sait que le XIIIe est un arron­dis­se­ment popu­laire, comme le XIe où il habite, et que l’AIT y est bien implan­tée. Il est cepen­dant celui des quatre élus de l’arrondissement qui recueille le moins de suf­frages, der­rière Léo Melliet, Émile Duval et Jean-Baptiste Chardon6. Frankel, bien que désor­mais l’un des mili­tants les plus actifs de l’AIT à Paris, n’est pas encore aus­si connu qu’eux — mais la situa­tion va chan­ger en quelques semaines. Il est d’ailleurs si peu lié à l’arrondissement qu’il ne fait aucun doute que c’est uni­que­ment parce qu’il est membre du conseil fédé­ral de l’AIT qu’il a été élu7.

« Dans ces pre­miers jours, on vote le report des loyers, l’instauration de la laï­ci­té, on brûle la guillo­tine : l’enthousiasme domine chez les tra­vailleurs de Paris. »

La Commune de Paris est pro­cla­mée le 28 mars par l’annonce offi­cielle des résul­tats du vote sur la place de l’Hôtel de ville, en pré­sence des élus : ce ras­sem­ble­ment mas­sif prend l’allure d’une grande fête popu­laire8. Le Conseil de la Commune for­mé par les élus se réunit dès lors quo­ti­dien­ne­ment. Une indé­ter­mi­na­tion fon­da­men­tale n’est pour­tant pas réel­le­ment tran­chée : la Commune est-elle un gou­ver­ne­ment, voire un gou­ver­ne­ment révo­lu­tion­naire, ou une admi­nis­tra­tion com­mu­nale ? Il n’en reste pas moins que la situa­tion poli­tique, inédite, per­met d’envisager des chan­ge­ments sociaux d’ampleur. Dans ces pre­miers jours, on vote le report des loyers, l’instauration de la laï­ci­té, on brûle la guillo­tine : l’enthousiasme domine chez les tra­vailleurs de Paris. Des idées, des objec­tifs qui parais­saient inat­tei­gnables deviennent des pers­pec­tives concrètes, même pour une par­tie de la popu­la­tion qui ne les par­ta­geaient pas jusqu’ici. La fuite du gou­ver­ne­ment et l’élection d’un conseil com­mu­nal où les radi­caux sont majo­ri­taires suf­fit à l’époque pour par­ler de révo­lu­tion, bien que le gou­ver­ne­ment réfu­gié à Versailles conserve le pou­voir sur le reste de la France, et que l’Assemblée natio­nale élue en février conti­nue de sié­ger. Le Journal offi­ciel publié par les com­mu­nards conti­nue d’ailleurs de repro­duire jusqu’au 3 avril les débats de l’« Assemblée de Versailles » ; cepen­dant le Conseil de la Commune décrète le 30 mars « nuls et non ave­nus les ordres ou com­mu­ni­ca­tions éma­nant du gou­ver­ne­ment de Versailles9 ».

Le 29 mars, le Conseil de la Commune pro­cède en son sein à l’élection d’une Commission exé­cu­tive de sept membres, par­mi 19 can­di­dats — Frankel ne s’étant pas pré­sen­té. Sont ensuite mises en place neuf com­mis­sions thé­ma­tiques qui ont pour but de rem­pla­cer les ministres : Frankel fait par­tie de la « Commission du tra­vail, indus­trie et échange », aux côtés notam­ment de Benoît Malon, Albert Theisz et Augustin Avrial10.

[Emanuil Popgenchev]

Léo Frankel n’ayant pas la natio­na­li­té fran­çaise, la ques­tion de la vali­di­té de son élec­tion est exa­mi­née, et rapi­de­ment confir­mée par une com­mis­sion puis par le Conseil :

Considérant que le dra­peau de la Commune est celui de la République universelle ;
Considérant que toute cité a le droit de don­ner le titre de citoyen aux étran­gers qui la servent ;
Que cet usage existe depuis long­temps chez des nations voisines ;
Considérant que le titre de membre de la Commune étant une marque de confiance plus grande encore que le titre de citoyen, com­porte impli­ci­te­ment cette der­nière qualité,
La com­mis­sion est d’avis que les étran­gers peuvent être admis, et vous pro­pose l’admission du citoyen Frankel6.

« Frankel fut un des hommes les plus intel­li­gents et les plus dévoués de la Commune. En votant son admis­sion, ses col­lègues ne firent qu’affirmer le carac­tère inter­na­tio­nal de la Révolution. »

Commentant ce vote, le com­mu­nard Jean Baptiste Clément écri­ra : « Frankel fut un des hommes les plus intel­li­gents et les plus dévoués de la Commune. En votant son admis­sion, ses col­lègues ne firent qu’affirmer le carac­tère inter­na­tio­nal de la Révolution du 18 Mars11. » Avant 1870, Frankel était un ouvrier socia­liste par­mi d’autres, mili­tant peu connu lais­sant peu de traces. Un remar­quable dis­cours au pro­cès de l’AIT, puis son rôle majeur dans les acti­vi­tés de l’Internationale à Paris, le mettent en avant. À 27 ans, Frankel prend donc place au Conseil de la Commune, fai­sant par­tie des élus les plus jeunes. Il siège aux côtés de nom­breux autres membres de l’AIT : « Sur les quatre-vingt-douze élus de l’Assemblée com­mu­nale, trente-deux au moins appar­tiennent à l’Internationale12. » Les mili­tants de l’AIT ne se placent pas en exté­rio­ri­té, en sur­plomb du mou­ve­ment : ils s’y intègrent plei­ne­ment, font corps avec les organes de dis­cus­sion et de déci­sion de la Commune, non en tant qu’élite diri­geante mais à éga­li­té avec les autres com­mu­nards. Ils n’étaient pas atteints du féti­chisme de l’organisation, ce d’autant plus que l’AIT était un regrou­pe­ment qui impli­quait une diver­si­té d’opinions sur nombre de sujets.

Si les élus membres de l’AIT ne consti­tuent pas une frac­tion visible au sein de la Commune, c’est parce qu’ils ne forment pas un groupe homo­gène, qu’ils ne déli­bèrent pas à part de la Commune — en somme, c’est parce qu’ils ne sont en rien une frac­tion, en pre­mier lieu parce qu’ils ne sou­haitent pas l’être, pré­fé­rant s’intégrer plei­ne­ment au mou­ve­ment d’ensemble. Frankel pour sa part cor­res­pond avec au moins deux membres du Conseil géné­ral de l’AIT à Londres : le secré­taire Johann Eccarius, ain­si que Marx. Malheureusement, une par­tie de ces lettres ont été perdues13. On sait du moins que le Conseil géné­ral se tient le plus pos­sible au cou­rant du mou­ve­ment à Paris, contri­bue à la soli­da­ri­té inter­na­tio­nale avec les com­mu­nards, et que Marx donne quelques conseils à la suite de la demande de Frankel ; mais les inter­na­tio­naux de Londres sont loin de vou­loir don­ner des ordres, pré­fé­rant faire confiance à leurs cama­rades qui sont sur place à Paris et peuvent donc mieux se rendre compte des pos­si­bi­li­tés de l’heure.

[Emanuil Popgenchev]

Le 29 mars, Frankel par­ti­cipe à la réunion du conseil fédé­ral de l’AIT, affir­mant qu’il s’agit désor­mais de « fon­der le droit des tra­vailleurs, et ce droit ne s’établit que par la force morale et la per­sua­sion » ; il faut selon lui lais­ser la méthode de « la mitraille » aux « des­potes ». Il pro­pose aus­si « la nomi­na­tion d’une com­mis­sion qui serait inter­mé­diaire entre la Commune et le conseil fédé­ral ». Sa pro­po­si­tion est adop­tée et une com­mis­sion de sept membres est consti­tuée, mais elle ne semble pas avoir réel­le­ment fonc­tion­né par la suite14. On retrou­vait pour­tant dans cette com­mis­sion plu­sieurs mili­tants proches de Frankel, comme Georges Bertin, Jules Nostag et Auguste Serraillier, dont cer­tains seront ensuite asso­ciés à la com­mis­sion du tra­vail et de l’échange.

« Il s’agit désor­mais de fon­der le droit des tra­vailleurs, et ce droit ne s’établit que par la force morale et la per­sua­sion. »

Le 31 mars, les élus de la Commune se posent la ques­tion de leur propre rému­né­ra­tion. Jules Vallès pro­pose 10 francs par jour, mais une autre pro­po­si­tion est de 15 francs. Frankel fait alors une sug­ges­tion inter­mé­diaire : « 10 francs par jour et cinq francs comme jeton de pré­sence. » Mais il ne recueille que quatre voix, une majo­ri­té adop­tant les 15 francs par jour — soit trois fois plus que le salaire ouvrier moyen à Paris en 187115. À la même séance, un décret à pro­pos des loyers est pro­po­sé par Jean-Baptiste Clément, avec le sou­tien de 10 autres élus dont Frankel, Édouard Vaillant, Jules Babick, Adolphe Clémence et Camille Langevin. On a vu que le paie­ment des loyers avait été sus­pen­du : or, il semble que les signa­taires de la pro­po­si­tion consi­dèrent que la jus­tice sociale implique que cette mesure béné­fi­cie aux seules classes popu­laires, et non aux privilégiés :

La Commune de Paris
Considérant qu’il y a des com­mer­çants et indus­triels qui pen­dant le siège ont exer­cé une indus­trie rémunératrice
Considérant qu’il y a des fonc­tion­naires et ren­tiers qui pen­dant le siège ont joui des mêmes reve­nus qu’en temps ordinaire
Décrète
Article unique
Tous les citoyens ayant jouis­sance de leurs reve­nus ordi­naires pen­dant l’état de siège sont tenus de ver­ser le mon­tant de leurs loyers dans les caisses municipales.
Un Jury serait [sic] nom­mé dans chaque arron­dis­se­ment pour recher­cher ceux qui se trouvent dans cette situation.

Le texte, dont le manus­crit est écrit par Frankel, est cepen­dant repous­sé : il sem­blait dif­fi­cile d’application, voire entrait en contra­dic­tion avec le décret déjà adop­té sur la remise des loyers. Il appa­raît aus­si que le texte a été pré­sen­té sans une concer­ta­tion préa­lable suf­fi­sante, puisque même Varlin est par­ti­san de le repousser16.

[Emanuil Popgenchev]

La Commune est d’abord une reprise par les classes popu­laires de l’espace public, de la ville, comme consé­quence de la mise en fuite des auto­ri­tés. C’est là l’aspect de « Paris libre » qui marque l’expérience com­mu­narde. L’enthousiasme des pre­miers jours et des pre­mières mesures crée un entraî­ne­ment : bien des Parisiens qui ne se seraient jamais décrits comme des révo­lu­tion­naires sont — à ce moment-là — des sou­tiens du mou­ve­ment en cours, de la Commune. Les résul­tats des élec­tions du 26 mars valident l’appui d’une grande par­tie des Parisiens, du moins de la majo­ri­té de ceux qui ont voté. Des choses qui se disaient dans les réunions publiques des années pré­cé­dentes paraissent désor­mais à por­tée de main ; les pers­pec­tives des révo­lu­tion­naires sont deve­nues cré­dibles au-delà de leur audi­toire habi­tuel. Cependant, même s’il y a des socia­listes au sein de la Commune, elle n’est pas elle-même « socialiste ».

« Cependant, même s’il y a des socia­listes au sein de la Commune, elle n’est pas elle-même socia­liste. »

Un bou­le­ver­se­ment social est visible par la forte pro­por­tion d’ouvriers — dont Frankel — par­mi les élus du 26 mars, même s’ils sont mino­ri­taires. Le Conseil regroupe par ailleurs des cou­rants poli­tiques variés, de répu­bli­cains radi­caux jusqu’aux diverses nuances du mou­ve­ment ouvrier. Les col­lec­ti­vistes comme Frankel sont mino­ri­taires, mais tout de même nom­breux. Les élec­tions du 26 mars, mal­gré une abs­ten­tion éle­vée, marquent un sou­tien popu­laire consis­tant à la Commune, et en son sein aux par­ti­sans d’une République démo­cra­tique et sociale uni­ver­selle. Cette expres­sion « République uni­ver­selle » est impor­tante pour com­prendre l’état d’esprit qui est celui des com­mu­nards, ou du moins de nombre d’entre eux : on le voit par exemple quand il s’agit de rendre hom­mage à un régi­ment, le Conseil de la Commune rem­place le mot « patrie » par « République17 ». Ayant tous vécu sous le Second Empire et mili­té contre lui, les élus de la Commune sont des répu­bli­cains et pour une par­tie d’entre eux la République dépasse les limites de la nation. La libé­ra­tion que repré­sente pour eux la Commune consiste notam­ment dans l’objectif de mettre en place une orga­ni­sa­tion poli­tique et sociale qui soit à l’opposé de la dic­ta­ture qu’était le Second Empire.

Néanmoins, la com­pré­hen­sion de la Commune a lar­ge­ment souf­fert d’abord de sa légende noire, puis de sa légende rose. Encore de nos jours, une sur­es­ti­ma­tion acri­tique de ce qu’elle fut est cou­rante, de même que l’ignorance des contra­dic­tions qui exis­taient en son sein18.


[lire le deuxième volet de notre semaine « La Commune a 150 ans »]


Chapitre extrait du livre de Julien Chuzeville, Léo Frankel — com­mu­nard sans fron­tières, Libertalia, 2021.
Le pré­sent titre fait réfé­rence à un article de Léo Frankel, paru le 1er jan­vier 1872 dans le jour­nal L’Émancipation : « J’étais pour la Commune, disait la brave et intel­li­gente Louise Michel, parce qu’elle vou­lait la Révolution sociale. Dans ces mots est tout le pro­gramme de la Commune. La Commune a suc­com­bé. Elle a suc­com­bé sous la force bru­tale. Mais en étouf­fant sa voix, on n’a pas même cica­tri­sé les plaies sociales qu’elle avait mis­sion de gué­rir, et tous les déshé­ri­tés des deux sexes, tous ceux qui veulent le règne de la véri­té, de la jus­tice, attendent sa résurrection. »


Illustrations de ban­nière et de vignette : Emanuil Popgenchev 


  1. Journal offi­ciel de la République fran­çaise n° 79, 20 mars 1871, p. 1.
  2. Désigne les per­sonnes qui ont acquis leur renom­mée grâce aux lettres, Pégase sym­bo­li­sant, dans la mytho­lo­gie grecque, l’inspiration poé­tique [NdT].
  3. Lettre à Johann Philipp Becker, 22 mars 1871, dans Götz Langkau, « Die Deutsche Sektion in Paris », 1871 : jalons pour une his­toire de la Commune de Paris, trad. CL.
  4. Les Séances offi­cielles de l’Internationale à Paris pen­dant le siège et pen­dant la Commune, op. cit., p. 132–152. Le texte est repro­duit dans la « par­tie non offi­cielle » du Journal offi­ciel le 27 mars.
  5. Le Cri du peuple n° 24, daté du 25 mars 1871, p. 2.
  6. Journal offi­ciel de la République fran­çaise n° 90, 31 mars 1871, p. 1.
  7. Un rap­port de police ulté­rieur, en 1873, le men­tionne comme membre de la sec­tion du XIIIe arron­dis­se­ment de l’AIT, mais c’est peut-être une confu­sion du fait qu’il fut élu de l’arrondissement ; une autre hypo­thèse serait qu’il ait adhé­ré après son élec­tion, afin d’être en contact avec les inter­na­tio­naux locaux (APP Ba 439, repro­duit dans le Dictionnaire bio­gra­phique du mou­ve­ment ouvrier tome IV, édi­tions ouvrières, 1967, p. 66–67).
  8. « Proclamation de la Commune », Journal offi­ciel de la République fran­çaise édi­tion du soir, n° 88, datée du 30 mars 1871 [parue la veille], p. 1.
  9. « Décret annu­lant les ordres de Versailles », Procès-ver­baux de la Commune de 1871, Ressouvenances, 2002, tome I, p. 53–54, et Journal offi­ciel de la Commune de Paris édi­tion du soir, n° 1, datée du 31 mars 1871, p. 1. Le 30 mars est le seul jour où le jour­nal change de nom ; l’appellation et la numé­ro­ta­tion ordi­naires reprennent le len­de­main, à la suite d’une déci­sion du Conseil de la Commune (Procès-ver­baux, p. 60).
  10. Procès-ver­baux de la Commune de 1871, op. cit., tome 1, p. 36–37 et 43–44, et Journal offi­ciel de la Commune de Paris n° 1, 30 mars 1871, p. 1.
  11. « La revanche des com­mu­neux », Le Cri du peuple n° 1052, 15 sep­tembre 1886, p. 2.
  12. Michel Cordillot, « L’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs et les ori­gines du mou­ve­ment ouvrier moderne (1865–1871) », dans Histoire des mou­ve­ments sociaux en France de 1814 à nos jours, La Découverte, 2014, p. 99.
  13. Subsistent une lettre d’Eccarius à Frankel du 4 avril 1871, deux brouillons de lettres de Marx (les lettres effec­ti­ve­ment envoyées n’ayant pas sur­vé­cu à la répres­sion de la Commune), et deux lettres de Frankel à Marx publiées en annexe.
  14. Les Séances offi­cielles de l’Internationale à Paris pen­dant le siège et pen­dant la Commune, op. cit., p. 158 et 174.
  15. Procès-ver­baux de la Commune, tome I, p. 81–82, et « Statistique des salaires en France, de 1853 à 1871 », Journal de la socié­té de sta­tis­tique de Paris tome XVI, 1875, p. 39–40.
  16. Fac-similé du manus­crit dans L’Autographe n° 1, 2 sep­tembre 1871, p. 11, et Procès-ver­baux de la Commune, tome I, p. 82–83. Arnould défend la pro­po­si­tion dans Histoire popu­laire et par­le­men­taire de la Commune de Paris, Kistemaeckers, 1878, tome II, p. 120–121.
  17. « A bien méri­té de la patrie et de la Commune » devient « a bien méri­té de la République et de la Commune » (Procès-ver­baux de la Commune, tome II, p. 346, séance du 12 mai).
  18. Ce regard apo­lo­gé­tique se retrouve dans le fait que des livres de par­ti­ci­pants à la Commune — Lissagaray notam­ment — sont par­fois encore consi­dé­rés comme des réfé­rences, alors que ce ne sont guère aujourd’hui que des sources par­mi d’autres, à lire avec esprit cri­tique et à recou­per. Les ouvrages de réfé­rence sont aujourd’hui ceux de Jacques Rougerie et de Robert Tombs.

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien « Michèle Audin raconte Eugène Varlin », avril 2019
☰ Lire notre article « Zola contre la Commune », Émile Carme, mars 2019
☰ Lire notre article « Élisée Reclus, vivre entre égaux », Roméo Bondon, sep­tembre 2017
☰ Lire « La Commune ou la caste — par Gustave Lefrançais », juin 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire de Louise Michel, mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Mathieu Léonard : « Vive la Première Internationale ! », mai 2015

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.