Vive la Première Internationale !


Entretien inédit pour le site de Ballast

Nous por­tons un inté­rêt par­ti­cu­lier à la Première Internationale, fon­dée en 1864, en ce qu’elle per­met­tait, en dépit des que­relles, l’expression d’un socia­lisme plu­ra­liste : prou­dho­niens, trade-unio­nistes, uto­pistes, col­lec­ti­vistes, com­mu­nistes, liber­taires, etc. Pour ravi­ver son sou­ve­nir, nous nous sommes entre­te­nus avec Mathieu Léonard, auteur de l’essai L’émancipation des tra­vailleurs, tra­vail his­to­rique entiè­re­ment consa­cré à la Première Internationale (aus­si appe­lée AIT). Nous le retrou­vons dans l’arrière-salle sans éclai­rage d’un café : il porte une gavroche — au mur, der­rière lui, une pho­to­gra­phie de Marylin Monroe. 


leonardAvec Éric Hazan, des édi­tions La Fabrique, vous vous êtes éton­nés du peu d’ouvrages sur le sujet. Comment l’expliquez-vous ?

C’est en effet le constat qui a moti­vé la rédac­tion de mon livre. Il y avait un rela­tif oubli, de la part des his­to­riens, qui pen­saient que tout avait été dit, qu’il n’y avait plus grand-chose à décou­vrir, en terme his­to­rio­gra­phique, et qu’il s’agissait là de débats poli­tiques qui n’intéressaient plus le milieu universitaire1Le col­loque de la Sorbonne, de juin 2014, pour les 150 ans de la fon­da­tion de l’AIT a cher­ché à sti­mu­ler les nou­velles pistes de recherches.. Oubli, aus­si, de la part des mili­tants. Peut-être lié à une forme de décom­po­si­tion de la gauche radi­cale… L’AIT consti­tue une réfé­rence un peu mytho­lo­gique du mou­ve­ment ouvrier et révo­lu­tion­naire, mais, curieu­se­ment, on trou­vait peu de livres syn­thé­tiques sur la ques­tion. Les édi­tions La Fabrique, qui ont à cœur de res­ti­tuer les mémoires révo­lu­tion­naires — même si je ne par­tage pas tou­jours leurs choix —, ont jugé que l’histoire de l’AIT y avait toute sa place. Éric Hazan m’a don­né l’opportunité de le faire. De dis­cus­sions en dis­cus­sions, il m’a mis le pied à l’étrier et m’a pro­po­sé de m’éditer si je me lan­çais dans ce pro­jet. Au début, je ne savais pas encore sous quel angle l’aborder ; c’était assez ver­ti­gi­neux et, en même temps, très sti­mu­lant.

Dans une confé­rence, vous disiez que vous aviez vou­lu trai­ter ce sujet « par en bas ».

« Il y avait un rela­tif oubli, de la part des his­to­riens, qui pen­saient que tout avait été dit, qu’il n’y avait plus grand-chose à décou­vrir. »

Avant d’entamer l’écriture à pro­pre­ment par­ler, j’ai vite consta­té que cette pre­mière ten­ta­tive d’organisation de masse mon­diale, dans laquelle se sont des­si­nées les grandes lignes direc­trices du mou­ve­ment ouvrier, ne se rédui­sait pas à l’image cari­ca­tu­rale qu’on pou­vait en avoir, celle d’une lutte entre « mar­xistes » et « anar­chistes » qui se solde par l’expulsion fra­cas­sante de Bakounine par Marx, lors du Congrès de La Haye, en 1872. Comment fal­lait-il envi­sa­ger une his­toire syn­thé­tique de l’AIT ? Dégager des thé­ma­tiques ? En faire un court résu­mé des ten­dances poli­tiques ? Une fois plon­gé dans cette his­toire, j’ai déci­dé de suivre un fil chro­no­lo­gique qui per­met­tait de recon­tex­tua­li­ser au mieux les options qui se sont posées aux indi­vi­dus de l’époque. Il me parais­sait impor­tant de reve­nir à ce foi­son­ne­ment et à son pro­ces­sus évo­lu­tif : ce qu’il faut bien réa­li­ser, c’est que ces gens ne savaient pas pré­ci­sé­ment ce qu’ils allaient faire. Ils n’avaient pas de mode d’emploi pré­éta­bli. Ce sont des échanges, des ren­contres, des décla­ra­tions, des tâton­ne­ments. C’est une évi­dence pour nous, on connaît toute l’histoire, rétros­pec­ti­ve­ment ; pas eux : même s’ils s’imaginaient par­ti­ci­per à une trans­for­ma­tion du monde et œuvrer pour l’émancipation, même s’ils redou­taient la guerre, même s’ils espé­raient être les acteurs d’une révo­lu­tion, les choses ne se déroulent jamais de la façon dont on les ima­gine. Plus que les débats théo­riques et idéo­lo­giques, j’ai vou­lu m’approcher de leurs pro­jec­tions, en matière d’implication his­to­rique, et de ce qu’ils allaient ensuite en faire.

Combien de temps vous a pris l’écriture ?

Pour la rédac­tion, onze mois à plein temps. Avec aupa­ra­vant un temps de lec­ture et de recherches en poin­tillé — envi­ron deux ans et demi, en tout.

Bakounine (DR)

Bakounine (DR)

Pour les gens qui connaissent mal ce sujet, pou­vez-vous déjà resi­tuer les prin­ci­pales ten­dances qui coha­bitent au sein de la Première Internationale ?

Il y a, au départ, l’impulsion des trade-unio­nistes anglais — le plus impor­tant mou­ve­ment syn­di­cal du XIXe siècle, qui pré­co­nise une forme de syn­chro­ni­sa­tion à l’échelle euro­péenne pour contrer la mise en concur­rence des ouvriers dans un moment d’accélération de la mon­dia­li­sa­tion capi­ta­liste. Ils ne sont pas les plus révo­lu­tion­naires, mais les plus orga­ni­sés : leurs diri­geants se nour­rissent sou­vent d’une pen­sée posi­ti­viste. Il y a les ouvriers fran­çais, qua­li­fiés sou­vent de prou­dho­niens — mais qui ne sont pas seule­ment réduc­tibles à cette seule influence : ils puisent éga­le­ment chez les uto­pistes (pen­sons à Fourier) —, qui cherchent à ce moment de libé­ra­li­sa­tion du Second Empire des nou­velles voies d’organisation de la classe ouvrière, tant par les élec­tions (Manifeste des soixante) que par la consti­tu­tion de cor­po­ra­tions syn­di­cales. Il y a la pré­sence des « com­mu­nistes » alle­mands, notam­ment par­mi les exi­lés à Londres, dont Marx, bien sûr. En péri­phé­rie, on constate l’intérêt de tout un tas de pros­crits démo­crates qui gre­nouillent à Londres, et par­ti­cipent aux débats ini­tiaux dans l’espoir d’y défendre leur cause par­ti­cu­lière. Schématiquement, on peut dis­tin­guer deux axes prin­ci­paux dans le pro­jet ini­tial de l’Internationale : la soli­da­ri­té entre les tra­vailleurs ; la fra­ter­ni­té entre les peuples. En 1868, Bakounine se rap­proche de l’AIT en rom­pant avec la Ligue pour la paix, qu’il juge trop bour­geoise. Il va consti­tuer un réseau paral­lèle et aura rapi­de­ment une grande influence sur cer­taines sec­tions de l’Internationale, notam­ment par­mi les inter­na­tio­naux suisses, ita­liens ou espa­gnols. Le pro­gramme par­ti­cu­lier de l’Alliance se carac­té­rise par la mise en avant de l’athéisme, le rejet de l’État ou encore l’égalité entre les sexes — ce qui explique qu’on pour­ra par­ler d’une ten­dance anar­chiste, ou plu­tôt anti-auto­ri­taire, même si ceux-là se disent alors « socia­listes révo­lu­tion­naires » ou « col­lec­ti­vistes anti-auto­ri­taires ».

Votre livre s’ouvre sur l’échec des révo­lu­tions et la néces­si­té de s’organiser poli­ti­que­ment pour y faire face. Comment cela s’articule-t-il ?

« Nombreux sont ceux qui en viennent à pen­ser qu’il faut pas­ser par d’autres formes d’actions et d’organisations poli­tiques. »

Seize ans avant la créa­tion de l’Internationale, il y a l’échec de 1848. Répression de masse, exil… Il y a dans l’air l’idée d’un cré­pus­cule des révo­lu­tions au XIXe siècle, même si la Commune sem­ble­ra contre­dire cette impres­sion. Nombreux sont ceux qui en viennent à pen­ser qu’il faut pas­ser par d’autres formes d’actions et d’organisations poli­tiques, d’autant que quelques États euro­péens s’ouvrent peu à peu à un cer­tain plu­ra­lisme, qui per­met la consti­tu­tion de par­tis ou de syn­di­cats. La construc­tion de l’AIT ne se fait pas sur le pro­jet d’une insur­rec­tion armée, même si des inter­na­tio­na­listes, comme les blan­quistes (sur­tout à par­tir de la Commune), y sont favo­rables. Son but est d’y aller pia­no. C’est le jeu de l’Histoire et la lutte des classes qui conduit l’Internationale à la Révolution, ce n’est pas une aspi­ra­tion de sédi­tion qu’elle porte en elle-même. Les patrons et les grandes puis­sances vont peu à peu la dési­gner comme une force sub­ver­sive et la dia­bo­li­ser. Pourtant, il faut relire la défi­ni­tion de la Révolution dans La Révolution poli­tique et sociale, un jour­nal de l’AIT sous la Commune, pour mesu­rer la pru­dence des inter­na­tio­naux pris dans le feu de l’Histoire : « Nous sommes pour la Révolution, c’est-à-dire un état de choses tel que, sans secousse, sans désordre, sans coup d’État, sans émeutes, sans léser aucun inté­rêt légi­time, les réformes poli­tiques et sociales ces­sant par la liber­té com­plète de pen­sée d’être un épou­van­tail pour les niais et les igno­rants, puissent pas­ser aisé­ment du domaine de la théo­rie sur le ter­rain de la pra­tique… »

D’ailleurs, la grève est loin de faire l’unanimité dans le mou­ve­ment social de l’époque. Cela peut éton­ner, aujourd’hui.

Oui, notam­ment par­mi les prou­dho­niens. Proudhon esti­mait que c’était un moyen de lutte contre-pro­duc­tif, ou, du moins, insuf­fi­sant. Il pen­sait que c’était un outil illé­gal dans les rap­ports de pro­duc­tion, et qu’elle se retour­nait sys­té­ma­ti­que­ment contre les gré­vistes eux-mêmes, car le patron trou­ve­ra tou­jours une autre façon de pal­lier, de sur­en­ché­rir… Mais il faut rap­pe­ler qu’il écri­vait cela à une époque où les syn­di­cats étaient inter­dits. D’une manière géné­rale, dans l’esprit de ceux qui avaient connu la féro­ci­té de juin 1848, il y avait toutes sortes de défiances et de pru­dences par rap­port à ce qui pou­vait entraî­ner un risque de répres­sion. Par la force des choses, cela va évo­luer — notam­ment à par­tir de la grève des bron­ziers, en 1867, qui fut assez déci­sive dans le rap­port des mou­ve­ments ouvriers à cette forme de lutte. Tout va se dur­cir et se radi­ca­li­ser à la fin des années 1860 : les grèves vont être de plus en plus répri­mées, dans les bas­sins miniers notam­ment. La ques­tion de la légi­ti­mi­té de la grève est alors dépas­sée : il faut main­te­nir un rap­port de force et le dépas­ser. De même, face au risque de guerre, l’idée de grève géné­rale émerge pro­gres­si­ve­ment — Marx n’y est d’ailleurs pas spé­cia­le­ment favo­rable. Toute cette période per­met de rela­ti­vi­ser ce qu’on a pu consi­dé­rer depuis comme des prin­cipes acquis du mou­ve­ment social ; tout y est encore empi­rique et en débat.

John Jabez Edwin Mayall

Marx, par John Jabez Edwin Mayall

Venons-en à la Commune. Un moment char­nière, donc ?

C’est effec­ti­ve­ment un moment cru­cial dans l’histoire de l’AIT. Il y a un avant et un après. La guerre fran­co-prus­sienne puis la Commune vont, d’une cer­taine façon, pré­ci­pi­ter l’échec de l’Internationale. Le mas­sacre des com­mu­nards glace le mou­ve­ment ouvrier fran­çais pen­dant une décen­nie, mais aus­si, plus lar­ge­ment, l’ensemble des mou­ve­ments euro­péens. L’AIT est accu­sée d’avoir fomen­té le sou­lè­ve­ment. À peu de frais, les gou­ver­ne­ments des grandes puis­sances vont la décla­rer illé­gale dans beau­coup de pays (France, Allemagne, Espagne, Italie, Portugal). La plu­part des com­mu­nards sont dépor­tés en Nouvelle-Calédonie, cer­tains fuient en Angleterre ou en Suisse. L’Allemagne inter­dit tout lien avec une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale. En France, la pos­si­bi­li­té d’une Internationale, ou sim­ple­ment d’un droit d’association, est inter­dite jusqu’aux lois Waldeck-Rousseau, à la fin du XIXe. L’Europe n’est donc plus un ter­rain pos­sible pour l’AIT.

Nous par­lions tout à l’heure des dif­fé­rents cou­rants pré­sents en son sein. De quelle façon les retrouvent-on dans la Commune ?

« Le mas­sacre des com­mu­nards glace le mou­ve­ment ouvrier fran­çais pen­dant une décen­nie, mais aus­si, plus lar­ge­ment, l’ensemble des mou­ve­ments euro­péens. »

Comme le note Jacques Rougerie, l’AIT est une force poten­tielle dans la Commune — plu­sieurs dizaines de mil­liers d’affiliés —, mais une fai­blesse orga­ni­sa­trice… L’AIT n’a aucun rôle dans le 18 mars : c’est la foule pari­sienne qui déclenche l’insurrection. Les grands orga­ni­sa­teurs de la fédé­ra­tion pari­sienne de l’Internationale, comme Varlin ou Theisz, sont des par­ti­ci­pants achar­nés à la Commune, mais ils vont agir à titre indi­vi­duel : ils sont à la garde natio­nale, aux comi­tés d’arrondissements, dans les clubs… Un tiers des com­mu­nards réper­to­riés sont membres de l’AIT, mais ils n’agissent pas spé­cia­le­ment en tant que tels. Parmi les cou­rants, on dis­tingue les blan­quistes, qui ont afflué dans l’Internationale après sep­tembre 1870, pen­sant qu’elle pour­rait être un outil pour pré­ci­pi­ter les choses, puis les col­lec­ti­vistes, et quelques prou­dho­niens — il y a aus­si des « prou­dho­niens obtus », comme Tolain et Fribourg, qui se déclarent contre la Commune et se séparent de l’AIT. Grosso modo, les pre­miers pré­co­nisent la consti­tu­tion d’un Comité de salut public, durant la Commune, tan­dis que les socia­listes refusent l’aventure et la dic­ta­ture — on leur repro­che­ra d’ailleurs par­fois la fai­blesse de leur léga­lisme. On retrouve les inter­na­tio­naux aux postes éco­no­miques et sociaux de la Commune, on leur doit la prin­ci­pale influence sur le carac­tère social de cette der­nière. Parallèlement, le Conseil géné­ral de Londres et les cor­res­pon­dants de Marx à Paris, Seraillier, Frankel, déplorent le manque de struc­ture et de dis­ci­pline de l’AIT pari­sienne, qui s’éparpille à la moindre com­mo­tion poli­tique. Ce défaut d’organisation appa­raît pour eux comme une des leçons de l’échec de la Commune.

On sent vos affi­ni­tés, entre les lignes de votre livre. Était-ce conscient ? Aviez-vous des ambi­tions aca­dé­miques et objec­tives, ou non ?

C’est com­pli­qué, cette ques­tion. Il faut bien sûr avoir de l’empathie avec son sujet, et je ne peux pas nier que j’en ai. Mais, à aucun moment, je n’ai pen­sé ou vou­lu faire un livre idéo­lo­gique. Je ne pré­tends pas dire aux lec­teurs ce qu’il faut pen­ser. Je tra­vaille sur les contra­dic­tions, pas sur l’inamovible. (il réflé­chit) Je peux assu­mer une forme de sub­jec­ti­vi­té… Je ne sais pas… Vous pen­sez à quelque chose en par­ti­cu­lier ?

blanqui2

Blanqui, par A. Néraudan

Vous n’avez pas l’air de por­ter les blan­quistes dans votre cœur. Et vous sem­blez pré­fé­rer Bakounine à Marx. En fait, nous avons trou­vé votre ouvrage bien plus proche des liber­taires que des mar­xistes ou des éta­tistes, pour faire court.

Oui, c’est vrai… Mais ce n’est pas tant mon regard qui pré­vaut… Je ne pré­tends pas dis­tri­buer les bons ou les mau­vais rôles, je me suis nour­ri des com­men­taires des contem­po­rains à l’AIT, des réflexions sou­vent acerbes des uns sur les autres. Les prin­ci­paux pro­ta­go­nistes de cette his­toire sont des per­son­nages hauts en cou­leur, avec des egos ter­ribles ; ce sont aus­si des duel­listes. Et si les cri­tiques que j’ai pu lire dans mes recherches portent davan­tage sur les blan­quistes que sur Varlin, il y a peut-être une rai­son… Varlin est une figure incon­tes­ta­ble­ment atta­chante, modeste mais déter­mi­née, le contraire d’un poseur ou d’un « révo­lu­tion­naire de la phrase ». Blanqui sus­cite cer­tai­ne­ment un res­pect una­nime, à l’époque, mais c’est moins le cas pour bien de ses émules… Gustave Lefrançais, dans son Étude sur le mou­ve­ment com­mu­na­liste, écrit : « Nous sommes de ceux qui, trop socia­listes pour être par­ti­sans d’une dic­ta­ture quelle qu’elle soit, ont consta­té chez Blanqui et ses amis trop de ten­dances auto­ri­taires pour admettre qu’on puisse jamais leur lais­ser la direc­tion d’un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire. » Les blan­quistes sont éva­lués à plus de deux mille à Paris, au milieu des années 1860, ce qui est un peu plus consé­quent qu’un simple grou­pus­cule : ils sont dans la pré­pa­ra­tion de coups et croient prin­ci­pa­le­ment dans le rôle d’une mino­ri­té agis­sante qui pousse au sou­lè­ve­ment et ins­taure une « dic­ta­ture pari­sienne ». D’un point de vue roman­tique, les blan­quistes nous fas­cinent car ils sont très por­tés sur l’action. Et, dans leur évo­lu­tion ulté­rieure, après la mort du « Vieux », on peut s’interroger sur ce qui a pu pré­fi­gu­rer, dans leur doc­trine et leurs pra­tiques, le ral­lie­ment de nom­breux blan­quistes au natio­na­lisme (son­geons à Ernest Granger), plus lar­ge­ment au Parti socia­liste (autour d’Édouard Vaillant) et, dans une moindre mesure, à l’anarchisme (Constant Martin).

« Marx est une figure brillante intel­lec­tuel­le­ment, en effet, mais fina­le­ment peu connue par ses contem­po­rains. »

D’autre part, je tenais aus­si à rap­pe­ler que les dif­fé­rents cou­rants mar­xistes, ou d’ailleurs anti­marxistes, ont édi­fié, à tort selon moi, l’image d’un Marx tout-puis­sant dans la Première Internationale. Son fidèle ami Engels y a contri­bué en tout pre­mier lieu. Or, si l’on s’en tient aux faits his­to­riques, Marx est une figure brillante intel­lec­tuel­le­ment, en effet, mais fina­le­ment peu connue par ses contem­po­rains, en dehors de son cercle fami­lial et de quelques cor­res­pon­dants en Allemagne ! Il n’est pas l’organisateur de l’AIT, du moins jusqu’en 1871, ou cela devient pro­blé­ma­tique, mais un secré­taire effi­cace — à qui l’on doit la rédac­tion des rap­ports du Conseil géné­ral. Maximilien Rubel le dit : ce n’est pas Le Capital qui rend Marx célèbre de son vivant, mais la Commune. Il est dési­gné dans les jour­naux bour­geois de l’époque comme le lea­der occulte de l’Internationale — et ça le flatte même un peu d’accéder au rang de « l’homme le plus calom­nié de Londres ». Par la suite, les mar­xistes ont vou­lu faire de l’AIT une orga­ni­sa­tion qui por­tait en germe la forme obli­gée du Parti révo­lu­tion­naire : ce n’était pas le cas. Elle n’était au contraire pas une struc­ture ver­ti­cale ; c’était même son ori­gi­na­li­té. Marx le dit lui-même dans une inter­view à un jour­na­liste amé­ri­cain, en juillet 1871 : « L’internationale n’est nul­le­ment le gou­ver­ne­ment de la classe ouvrière, c’est un lien, ce n’est pas un pou­voir. […] L’Association n’impose aucune forme aux mou­ve­ments poli­tiques : elle exige seule­ment le res­pect de leur but. » Sa posi­tion évo­lue­ra en faveur d’une forme de cen­tra­li­sa­tion poli­tique, peu de temps après, avec l’adoption de l’article 7a, à la Conférence de Londres, en sep­tembre 1871 (qui sti­pule que le pro­lé­ta­riat doit se consti­tuer en par­ti poli­tique — ce qui va sus­ci­ter un tol­lé chez les anti-auto­ri­taires).

Mais on ne peut, en même temps, pas idéa­li­ser l’aspect hori­zon­tal et plu­ra­liste de la Première Internationale. Dès le com­men­ce­ment, les que­relles éclatent et cha­cun se tire dans les pattes.

Oui, c’est vrai. Mais au moins les débats per­mettent de confron­ter des opi­nions et d’affiner cer­taines ques­tions. Et c’est néces­saire, cette conflic­tua­li­té. On ne peut pas se satis­faire d’un rela­ti­visme consen­suel, où tout le monde doit être d’accord pour le seul prin­cipe d’être d’accord, ou de faire silence dans les rangs.

La revue Contretemps vous a repro­ché d’écrire que Marx, contrai­re­ment à Bakounine, n’avait pas su, ou vou­lu, anti­ci­per le bureau­cra­tisme rouge. Que répon­dez-vous à ça ?

Je repro­duis en conclu­sion un texte assez vision­naire de Bakounine sur la bureau­cra­tie rouge, en rap­pe­lant que c’est le reproche qu’il fait à Marx. Est-il juste ? On peut noter que Marx a cri­ti­qué, dans ses notes sur la Commune, la bureau­cra­tie éta­tique, qu’il qua­li­fie « d’excroissance para­si­taire gref­fée sur la socié­té civile », mais, en revanche, il est vrai qu’il n’a jamais vou­lu prendre au sérieux les cri­tiques que les anti-auto­ri­taires for­mu­laient sur l’État. Bakounine a fait de cette ques­tion, au contraire, la colonne ver­té­brale de sa pen­sée. Cela ne fait pas de Marx un bureau­crate inté­gral — même si ses intrigues au moment du Congrès de la Haye ne sont pas à son hon­neur, comme l’ont eux-mêmes recon­nus des bio­graphes mar­xistes comme Franz Mehring ou Otto Rühle —, mais la ques­tion se posait déjà à ce moment-là, et Marx l’a, disons, éva­cuée… L’historien du mou­ve­ment socia­liste George Haupt sou­ligne d’ailleurs que Marx « refuse de recon­naître le sys­tème de pen­sée de Bakounine, non parce qu’il dénie sa consis­tance, comme il l’affirme péremp­toi­re­ment, mais parce que Marx cherche à le dis­cré­di­ter et à le réduire aux dimen­sions d’un chef de secte et de conspi­ra­teur de type ancien. » Au-delà des que­relles d’influence, le pro­fond cli­vage entre Marx et Bakounine porte sur la ques­tion poli­tique et l’autonomie du pro­lé­ta­riat. Pour Bakounine, rien — ni par­le­men­ta­risme, ni bureau­cra­tie — ne doit se sub­sti­tuer à l’action du pro­lé­ta­riat et aux formes dont il se dote par et pour lui-même, tan­dis que Marx pense que la conquête du pou­voir poli­tique est une condi­tion préa­lable à l’émancipation éco­no­mique. C’est un cli­vage qui nour­rit tou­jours la réflexion sur l’émancipation, en regard des cala­mi­teuses expé­riences éta­tiques se récla­mant du com­mu­nisme au XXe siècle.

proudhon4

Proudhon, par G. Courbet

Et quels sont pour vous les angles morts de la Première Internationale ?

La ques­tion des femmes, c’est le ren­dez-vous man­qué. Il y a pour­tant des grèves de femmes : il aurait été pos­sible des les accueillir dès 1869, après la révolte des ouvrières ova­listes, à Lyon, mais pour des rai­sons d’intrigues des uns et des autres, cela n’a pas eu lieu. C’est inex­cu­sable, même si les reproches a pos­te­rio­ri portent tou­jours une forme de condes­cen­dance. C’est d’ailleurs, à la fin des années 1840, une femme socia­liste, Flora Tristan, qui a eu l’intuition de cette idée inter­na­tio­na­liste, mais elle est tou­jours res­tée une paria, y com­pris dans les milieux socia­listes. Les femmes ont une place indé­niable dans le mou­ve­ment ouvrier, mais on ne les retrouve pas en pro­por­tion dans l’AIT… Il y a bien Élisabeth Dmitriev, qui fai­sait par­tie de la sec­tion russe de Genève, Nathalie Le Mel, proche de Varlin, ou André Léo [Victoire Béra, de son vrai nom], la com­pagne de Benoît Malon, qui a écrit de nom­breux textes et articles, notam­ment un Appel aux pay­sans, durant la Commune. Il y avait des grandes réti­cences de cer­tains élé­ments de l’AIT, notam­ment les prou­dho­niens pari­siens « de droite », à consi­dé­rer l’égalité entre les sexes. Ce n’était pas, pour eux, une prio­ri­té.

Et la ques­tion colo­niale ?

« La ques­tion des femmes, c’est le ren­dez-vous man­qué. C’est inex­cu­sable. »

C’est une grosse incu­rie, aus­si. L’abolition de l’esclavage aux États-Unis a été saluée dès 1864, c’est d’ailleurs une des pre­mières décla­ra­tions publiques de l’AIT, mais elle n’a pas relié le sort des colo­ni­sés à celui des ouvriers euro­péens. En 1871, il y a bien des insur­rec­tions en Guadeloupe et en Kabylie, mais je n’ai pas trou­vé de sources qui fassent un pont entre les sujets. L’historienne Jeanne Moisand, qui se penche sur les révoltes dans l’Empire espa­gnol à la même époque, constate les mêmes lacunes de soli­da­ri­té entre le mou­ve­ment ouvrier et les luttes anti­co­lo­niales.

Il y aura, après, Louise Michel qui sou­tien­dra les rebelles kanak.

Oui, c’est une excep­tion remar­quable par­mi les com­mu­nards en exil. Ceci étant, elle n’était pas membre de l’AIT. Il y a aus­si la ques­tion de la pay­san­ne­rie, qui n’a pas été suf­fi­sam­ment trai­tée. Elle est fon­da­men­tale, sur­tout si l’on consi­dère ce qu’il s’est pas­sé par la suite, en Russie, en 1917. Collectivisation for­cée ou res­pect du mar­ché pay­san et de la com­mune vil­la­geoise ? Ces débats n’ont pu être tran­chés. Et il y a encore la ques­tion des machines, en marge des dis­cus­sions de l’AIT, sujet qu’a étu­dié récem­ment François Jarrige, pour en arri­ver à la conclu­sion que « l’AIT fut donc à la fois un for­mi­dable ins­tru­ment de lutte contre les inéga­li­tés et de résis­tance au capi­ta­lisme indus­triel, et l’un des lieux de l’acceptation pro­gres­sive de l’usage des machines dans les mondes du tra­vail ». On peut dire avec le recul que l’AIT a pu por­ter poli­ti­que­ment les débats les plus avan­cés pour l’émancipation de son temps, mais qu’elle n’a pas pu se pro­je­ter sur tout.

Louise Michel (DR)

Louise Michel (DR)

Parmi les rares figures, aujourd’hui, qui en appellent à l’AIT, il y a Löwy et Besancenot. Ils veulent s’appuyer des­sus pour récon­ci­lier le mar­xisme et l’anarchisme. Cela vous parle-t-il ?

Pour tout vous dire, je ne me sens pas très concer­né par l’usage de ces mots, ni par ses dépo­si­taires. Je le dis sans mépris à l’égard de ces deux-là. J’aime d’ailleurs beau­coup les livres de Michael Löwy, comme Rédemption et uto­pie. Mais même dans l’esprit d’une syn­thèse, je crains tou­jours les ins­tru­men­ta­li­sa­tions et les réduc­tions. Ce sont des iden­ti­tés poli­tiques qui ont leur impor­tance his­to­rique, mais dont je doute de l’utilité, aujourd’hui, pour de nou­velles pers­pec­tives révo­lu­tion­naires. Je me demande si ce n’est pas dépas­sé, si ça parle encore aux gens, si ces concepts n’ont pas les pieds dans le marbre. L’enjeu contem­po­rain, selon moi, c’est fina­le­ment plus la praxis et ses contra­dic­tions vivantes, que l’idéologie et ses véri­tés froides.

Mais vous n’écrivez pas tout ceci pour sim­ple­ment évo­quer un pas­sé oublié : vous tenez à en faire un levier, n’est-ce pas ?

Il faut bien admettre que l’internationalisme a bien du plomb dans l’aile. Nous vivons une sorte d’apothéose du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé, mais la ten­dance lourde du mou­ve­ment social est au repli, alors même qu’il fau­drait de nou­velles pers­pec­tives trans­na­tio­nales — notam­ment face à la géné­ra­li­sa­tion du dum­ping social. L’esprit de l’Internationale reste un anti­dote contre les per­cées natio­na­listes et iden­ti­taires. Il ne faut pas ces­ser de tis­ser et retis­ser des liens, avec les migrants, entre les luttes des tra­vailleurs, avec les mou­ve­ments de résis­tance face à l’emprise de la moder­ni­té tech­no-capi­ta­liste… Aujourd’hui, quelles sont nos pers­pec­tives d’émancipation réelles ? Je ne sais pas. Récemment, j’ai rele­vé une ins­crip­tion dans le métro, une cita­tion d’Adorno, qui donne peut-être matière à réflexion : « La pen­sée de l’émancipation ne pro­cède pas de ce qu’elle vise l’idéal d’une socié­té juste, mais qu’elle se sépare d’une socié­té fausse. »


REBONDS

☰ Lire notre article « Blanqui et Bensaïd : l’Histoire ouverte », Émile Carme, mai 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Michael Löwy : « Sans révolte, la poli­tique devient vide de sens », décembre 2014
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Christophe Angaut : « Qui était vrai­ment Bakounine ? », novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Le col­loque de la Sorbonne, de juin 2014, pour les 150 ans de la fon­da­tion de l’AIT a cher­ché à sti­mu­ler les nou­velles pistes de recherches.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.