Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Élisabeth Dmitrieff : féministe, socialiste, communarde


Traduction d’un article de Roar pour le site de Ballast

Qu’est-ce qui a bien pu mener une jeune femme venue de Russie à prendre la tête de la plus impor­tante orga­ni­sa­tion fémi­nine durant la Commune de Paris ? Cette femme, c’est Élisabeth Dmitrieff. Inspirée par les popu­listes russes et proche de Marx, elle s’est inves­tie dans les clubs et dans les comi­tés, en mani­fes­ta­tion et sur les bar­ri­cades, pour l’au­to­no­mie des ouvrières et leur recon­nais­sance comme sujets révo­lu­tion­naires. L’his­to­rienne éta­su­nienne Carolyn J. Eichner, autrice d’un ouvrage de réfé­rence sur les femmes et la Commune récem­ment paru sous le titre Franchir les bar­ri­cades, en a fait un por­trait, que nous tra­dui­sons. De la Russie impé­riale à la Sibérie en pas­sant par Genève, Londres et Paris, elle nous place dans les pas d’une révo­lu­tion­naire internationaliste.


Élisabeth Dmitrieff arrive à Paris le dixième jour de la Commune. La socia­liste et fémi­niste russe, tout juste vingt ans, contacte immé­dia­te­ment les membres du Conseil. Elle ren­contre ensuite les femmes à la tête des asso­cia­tions de tra­vailleuses. Dmitrieff, envoyée de Londres comme émis­saire de Marx et du Comité cen­tral de l’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs (AIT), tire alors les leçons d’une situa­tion révo­lu­tion­naire : plu­tôt que d’en faire sim­ple­ment le compte ren­du pour Londres, elle décide de mettre à pro­fit son assise théo­rique et son expé­rience dans l’or­ga­ni­sa­tion de tels mou­ve­ments pour pas­ser à l’ac­tion. Deux semaines plus tard, le 11 avril, elle affiche et publie un « Appel aux citoyennes de Paris ». Celui-ci enjoint les femmes de se battre et annonce : « Paris est blo­qué, Paris est bom­bar­dé… Citoyennes […] aux armes ! La Nation est en dan­ger ! »

« Paris est blo­qué, Paris est bom­bar­dé… Citoyennes, aux armes ! La Nation est en dan­ger ! »

Ce soir-là, à 20 heures, se tient au Café de la Nation la pre­mière réunion de sa nou­velle asso­cia­tion, l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux bles­sés. Cette der­nière pré­voit « d’é­ta­blir des comi­tés dans chaque arron­dis­se­ment, d’or­ga­ni­ser le mou­ve­ment des femmes pour la défense de Paris ». En plus de cela et de son sou­tien sur le champ de bataille, l’Union des femmes s’at­tache à amé­lio­rer la vie et le sta­tut de ces der­nières en les affran­chis­sant des condi­tions d’ex­ploi­ta­tion qu’im­plique le tra­vail sala­rié. L’Union des femmes a pour objec­tif de répondre aux besoins immé­diats cau­sés par le conflit mili­taire comme à ceux qui sont dus au chô­mage des femmes en temps de guerre. La charte de l’Union pro­meut éga­le­ment des avan­cées socio-éco­no­miques plus géné­rales au pro­fit des femmes. Avec Dmitrieff à sa tête, l’Union des femmes comp­te­ra jus­qu’à un mil­lier de par­ti­ci­pantes ; elle sera l’une des asso­cia­tions les plus impor­tantes et dyna­miques pen­dant la Commune.

Comment expli­quer qu’une jeune Russe de 20 ans, arri­vée en France au beau milieu d’une guerre civile et révo­lu­tion­naire, ait pu accom­plir tout cela ? Comment Dmitrieff a‑t-elle pu ras­sem­bler les res­sources néces­saires, faire auto­ri­té et ins­tau­rer les prin­cipes d’une telle orga­ni­sa­tion ? Disciple du popu­lisme russe et de Marx, res­pon­sable des tra­vailleuses et de la sec­tion des émi­grés russes de l’AIT à Genève, Dmitrieff a su com­bi­ner théo­rie et pra­tique. Née de l’u­nion illé­gi­time d’un aris­to­crate russe et d’une infir­mière alle­mande dans la Russie rurale, Élisabeth Dmitrieff gagne Genève à 16 ans pour étu­dier la pro­pa­gande socia­liste et fémi­niste et s’im­pli­quer dans leur mise en œuvre. Elle arrive ain­si à Paris expé­ri­men­tée, avec un solide bagage intel­lec­tuel : sa propre tra­jec­toire géo­gra­phique l’a déjà ame­née des péri­phé­ries de l’en­ga­ge­ment poli­tique inter­na­tio­nal jus­qu’à son centre. En dépit de la mar­gi­na­li­sa­tion qu’elle a subie en rai­son de son genre, de ses ori­gines « bâtardes » et rurales, de sa jeu­nesse et de son sta­tut d’é­tran­gère, Dmitrieff a su se sai­sir de ce moment révolutionnaire.

[Anne Ryan]

Une école au-delà des murs de l’université

Née Elizaveta Loukinitchna Koucheleva le 1er novembre 1850 à Volok, dans la pro­vince de Pskov, au nord-ouest de la Russie, Dmitrieff a gran­di dans un monde empreint d’i­né­ga­li­tés et de contra­dic­tions. Élevée dans un grand confort maté­riel dans la pro­prié­té d’un père aris­to­crate, lequel pos­sède une biblio­thèque de choix, elle vit entou­rée d’une pay­san­ne­rie encore asser­vie. Malgré les pri­vi­lèges de sa classe d’o­ri­gine, Dmitrieff aura connu des formes de mar­gi­na­li­sa­tion mul­tiples, notam­ment en tant qu’é­tran­gère, grâce à quoi elle adop­te­ra des pers­pec­tives cri­tiques, sur les ins­ti­tu­tions et les struc­tures, tant de l’in­té­rieur que de l’ex­té­rieur. Si son père a recon­nu Élisabeth et ses frères et sœurs comme héri­tiers, il n’a jamais pris de mesures pour effa­cer leur sta­tut juri­dique d’en­fants illé­gi­times. Alors que son frère fré­quente une école éli­tiste pour gar­çons, on leur refuse, à elle et à sa sœur, l’en­trée à l’é­cole pour filles – ce qui témoigne du carac­tère gen­ré de la notion d’« illégitimité ».

« Elle orga­nise des coopé­ra­tives ouvrières, trans­po­sant les ana­lyses de la com­mune pay­sanne pour les appli­quer aux tra­vailleurs des villes. »

Dmitrieff passe d’a­bord ses hivers à Saint-Pétersbourg avec sa famille, au contact de la vie urbaine, de la culture et des mou­ve­ments réfor­mistes et radi­caux émer­gents dans la Russie des années 1860. De plus en plus poli­ti­sée, elle s’im­plique dans le mou­ve­ment mili­tant de la jeu­nesse de Saint-Pétersbourg, ren­contre les idées de Marx dans la revue Rousskoe slo­vo (« Le Mot russe ») et lit en 1863 le roman extrê­me­ment influent de Nikolaï Tchernychevski, Que faire ? Si Tchernychevski affirme que la com­mune pay­sanne russe est une forme poli­tique intrin­sè­que­ment socia­liste, il la réin­vente aus­si comme un monde de rela­tive éga­li­té entre les sexes, où les femmes mènent une vie de liber­té et d’in­dé­pen­dance. Dès l’é­la­bo­ra­tion de sa pen­sée poli­tique du genre et de la classe, Dmitrieff croise le tra­vail de ces pen­seurs avec son expé­rience propre. Lorsque les femmes russes com­mencent à assis­ter aux cours uni­ver­si­taires dans les années 1860, l’État réagit en inter­di­sant for­mel­le­ment aux femmes d’é­tu­dier. Ainsi, en 1867, Dmitrieff part à Genève, en Suisse, pour étu­dier. Elle contracte un mariage blanc avec un homme âgé conci­liant — comme l’un des per­son­nages fémi­nins du roman de Tchernychevski — lui offrant la « légi­ti­mi­té » de voya­ger en tant que femme mariée.

À son arri­vée, Dmitrieff se plonge dans la vie poli­tique gene­voise. Aux côtés de l’im­por­tante com­mu­nau­té russe de la ville, par­mi laquelle figurent plu­sieurs futurs com­mu­nards, elle fonde la sec­tion des émi­grés russes de Genève de l’Internationale. Sa for­tune lui per­met de finan­cer le jour­nal de l’or­ga­ni­sa­tion, Narodnoe delo (« La Cause du peuple »). Proche de Marx et ins­pi­rée par Que faire ? de Tchernychevski, la sec­tion des émi­grés com­prend de nom­breuses femmes et n’est pas empreinte de la miso­gy­nie prou­dho­nienne de la sec­tion pari­sienne de l’Internationale. Loin des murs de l’u­ni­ver­si­té, Genève fait office d’é­cole pour Dmitrieff. Elle déve­loppe une théo­rie poli­tique fon­dée sur le popu­lisme fémi­niste russe, tein­tée du plai­doyer de Marx en faveur des mou­ve­ments poli­tiques cen­tra­li­sés, seuls capable de mener à l’é­man­ci­pa­tion. Envisageant des coopé­ra­tives fédé­rées liées par un pou­voir cen­tra­li­sé, Dmitrieff déve­loppe sa propre forme d’as­so­cia­tion­nisme mar­xiste. Si cette approche ser­vi­ra de fon­de­ment à l’Union des femmes pen­dant la Commune, c’est à Genève que Dmitrieff com­mence à mettre en pra­tique ces théo­ries. Elle orga­nise des coopé­ra­tives ouvrières, trans­po­sant ain­si les ana­lyses de la com­mune pay­sanne pour les appli­quer aux tra­vailleurs des villes, et par­ti­cipe à une asso­cia­tion syn­di­cale de femmes. En 1870, signe de leur confiance en ses capa­ci­tés, la sec­tion des émi­grés russes de l’Internationale choi­sit Dmitrieff pour les repré­sen­ter au Conseil géné­ral de l’or­ga­ni­sa­tion à Londres.

[Anne Ryan]

Intermède londonien

Elle arrive à Londres en décembre 1870, munie d’une lettre de la sec­tion gene­voise la pré­sen­tant à Marx sous son nom d’é­pouse, « Mme Élisaveta Tomanovskaya ». Pendant les trois mois qui pré­cèdent l’é­rup­tion de la Commune, Dmitrieff assiste aux réunions de l’Internationale de Londres, étu­die le mou­ve­ment syn­di­cal bri­tan­nique, dis­cute et débat avec Marx et ses col­lègues, se lie d’a­mi­tié avec ses filles. Tombée malade d’une bron­chite en jan­vier, Dmitrieff pour­suit par écrit sa conver­sa­tion avec Marx sur l’or­ga­ni­sa­tion agri­cole russe. Elle aborde l’a­ve­nir de la com­mune pay­sanne et déplore que « sa trans­for­ma­tion en petite pro­prié­té indi­vi­duelle [soit], mal­heu­reu­se­ment, plus que pro­bable », que le gou­ver­ne­ment russe encou­rage l’é­ta­blis­se­ment de la pro­prié­té pri­vée tout en « sup­pri­mant la res­pon­sa­bi­li­té col­lec­tive ». Dmitrieff décrit com­ment « Une loi adop­tée l’an­née der­nière a déjà abo­li [la pro­prié­té col­lec­tive] dans les com­munes de moins de qua­rante âmes (les âmes des hommes, car les femmes, mal­heu­reu­se­ment, n’ont pas d’âme). » Comme Tchernychevski avant elle, Dmitrieff voit dans la com­mune pay­sanne un modèle de forme socia­liste, et la pré­sente comme un frein à la pro­prié­té pri­vée. Contestant le maté­ria­lisme his­to­rique de Marx, elle affirme un excep­tion­na­lisme russe, tout en cri­ti­quant sub­ti­le­ment le patriar­cat russe. Deux mois plus tard, la jeune femme de vingt ans adap­te­ra ses idées à la révo­lu­tion pari­sienne nais­sante. Dmitrieff, qui séjour­nait pro­ba­ble­ment avec les filles de Marx à Londres, ter­mine sa note sur un ton de cha­leu­reuse fami­lia­ri­té. « Évidemment, je ne veux pas abu­ser de votre temps, mais si vous avez plu­sieurs heures de libre dimanche soir, je suis sûre que vos filles seraient aus­si heu­reuses que moi si vous les pas­siez avec nous. »

L’appel aux femmes de Paris

« Les sol­dats refusent de tirer sur les Parisiennes menant la mani­fes­ta­tion. À la fin de la jour­née, deux géné­raux sont morts. »

Le 18 mars, à Paris, un groupe de tra­vailleuses s’in­ter­pose entre des sol­dats de l’ar­mée fran­çaise et les canons qu’ils doivent aller récu­pé­rer aux buttes Montmartre. Les pièces d’ar­tille­rie, oubliées là depuis la capi­tu­la­tion de la France dans le récent conflit l’op­po­sant à la Prusse, sur­plombent la ville. Les sol­dats refusent de tirer sur les Parisiennes menant la mani­fes­ta­tion. À la fin de la jour­née, deux géné­raux sont morts, le gou­ver­ne­ment fran­çais a reti­ré ses troupes de la ville dont le siège com­mence, tan­dis que les révo­lu­tion­naires socia­listes occupent l’hô­tel de ville. Ainsi débutent les 72 jours de la guerre civile, qui porte aus­si le nom de Commune de Paris.

Sur le point de quit­ter Londres pour gagner Paris insur­gée, Élisabeth se défait de son nom légal, Tomanovskaya, pour assu­mer celui de « Dmitrieff », son nom de guerre1, d’a­près celui de sa grand-mère pater­nelle, Dimitrieva, un patro­nyme répan­du en Russie. Opposée aux normes de genre, Élisabeth rejette le suf­fixe « ‑a » qui devrait fémi­ni­ser son patro­nyme et lui pré­fère la forme mas­cu­line Dmitrieff. Lorsqu’elle se ver­ra condam­née par contu­mace après la Commune, Dmitrieff devien­dra de nou­veau Tomanovskaya et échap­pe­ra ain­si à la police fran­çaise, qui cher­che­ra en vain, des années durant, une femme nom­mée Dmitrieff ou Dmitrieva. Élisabeth Dmitrieff arrive à Paris avec un faux pas­se­port four­ni par la sec­tion lon­do­nienne de l’AIT. Elle contacte deux membres de la branche pari­sienne de l’or­ga­ni­sa­tion, tous deux élus au Conseil de la Commune : Benoît Malon et Léo Frankel. Elle avait déjà ren­con­tré le pre­mier, un mili­tant de 27 ans, à Genève, quand il y était en exil, à l’ins­tar de bien des socia­listes. Frankel, lui, un Juif hon­grois de 28 ans, a pris la tête de la com­mis­sion du tra­vail et de l’é­change de la Commune. Comme Dmitrieff, il a des contacts étroits avec Marx : tous deux font par­tie des quelques com­mu­nards influen­cés par la pen­sée du phi­lo­sophe, dont la plu­part des écrits n’ont pas encore été tra­duits en fran­çais. Les par­cours de Dmitrieff et de Frankel illus­trent bien la dimen­sion inter­na­tio­nale de la Commune.

[Anne Ryan]

Frankel et la com­mis­sion du tra­vail et de l’é­change appor­te­ront ain­si leur sou­tien à Dmitrieff et à l’Union des femmes. Lui et Malon, contrai­re­ment à de nom­breux mili­tants socia­listes influen­cés par la pen­sée de Proudhon, sou­tiennent acti­ve­ment l’é­man­ci­pa­tion des femmes. En plus de cher­cher à créer des liens avec le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire, Dmitrieff s’at­tache à trou­ver des acti­vistes par­mi les tra­vailleuses. C’est à la suite de réunions entre ces femmes, par­mi les­quelles la modiste Blanche Lefebvre, la cou­tu­rière Marie Leloup et la confec­tion­neuse de cha­ren­taises Thérèse Lemaigre Collin, que Dritrieff écrit l’« Appel aux citoyennes de Paris », qui ini­tie l’Union des femmes. Celui-ci, affi­ché sur les murs de toute la ville et publié dans de nom­breux jour­naux de la Commune, inter­pelle : « Est-ce l’é­tran­ger qui revient enva­hir la France ? […] Non, ces enne­mis, ces assas­sins du peuple et de la liber­té, sont des Français ! […] Nos enne­mis, ce sont les pri­vi­lé­giés de l’ordre social actuel, tous ceux qui ont tou­jours vécu de la sueur de nos fronts, qui tou­jours se sont engrais­sés de notre misère. » Illustrant son propre inter­na­tio­na­lisme et celui de la Commune, Dmitrieff sou­ligne qu’il s’a­git d’une guerre de classe et non d’un conflit international.

« Nos enne­mis, ce sont les pri­vi­lé­giés de l’ordre social actuel, tous ceux qui ont tou­jours vécu de la sueur de nos fronts, qui tou­jours se sont engrais­sés de notre misère. »

L’« Appel aux citoyennes » rend compte de la com­mu­nau­té d’in­té­rêts et des soli­da­ri­tés trans­na­tio­nales qui existent alors. Il part des ten­sions entre classes à l’œuvre en Russie, puis men­tionne l’Irlande, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre et l’Autriche. La Commune serait ain­si le pro­duit de toutes ces oppres­sions et contes­ta­tions, ce qui conduit Dmitrieff à s’in­ter­ro­ger : « L’arbre de la liber­té, fécon­dé par les flots de sang ver­sés durant des siècles, [a‑t-il] enfin por­té ses fruits ? » L’appel fait ensuite réfé­rence à l’hé­ri­tage révo­lu­tion­naire des Parisiennes, appe­lant les citoyennes de la ville, « des­cen­dantes des femmes de la grande Révolution » à s’u­nir afin de « [se pré­pa­rer] à défendre et à ven­ger nos frères ! »

L’Union des femmes et la Commune

Dmitrieff met en œuvre une orga­ni­sa­tion dûment cen­tra­li­sée dont les repré­sen­tantes, élues, sont dotées d’une auto­ri­té recon­nue. Elle ins­taure un comi­té cen­tral pro­vi­soire com­po­sé d’elle-même et de sept tra­vailleuses. Un comi­té per­ma­nent sera élu par la suite, com­por­tant des délé­guées issues de chaque asso­cia­tion d’ar­ron­dis­se­ment — elles « assu­re­ront la direc­tion géné­rale » de l’or­ga­ni­sa­tion. Seule Dmitrieff fera par­tie du comi­té per­ma­nent sans avoir à être élue. Elle devient éga­le­ment secré­taire géné­rale du comi­té exé­cu­tif de l’Union des femmes, dont les sept membres sont des élues du comi­té cen­tral, et sont payées. Ainsi Dmitrieff a‑t-elle fon­dé et pris la tête de l’Union des femmes le peu de temps qu’elle dure­ra. Elle exi­ge­ra une cer­taine allé­geance au groupe de la part de ses membres ; la fémi­niste socia­liste André Léo se voit ain­si publi­que­ment rabrouée pour avoir uti­li­sé son nom sur une affiche du comi­té de vigi­lance des femmes de Montmartre. Peut-être est-ce cette intran­si­geance qui explique l’ab­sence, au sein de l’Union des femmes, d’autres com­mu­nardes pas­sées à la pos­té­ri­té, par­mi les­quelles Louise Michel et Paule Minck. Ou bien est-ce dû à la jeu­nesse de Dmitrieff, à sa rela­tive inex­pé­rience et à son manque de fami­lia­ri­té avec le milieu pari­sien ? Minck et Michel ayant tou­jours appe­lé à l’in­ter­na­tio­na­lisme du mou­ve­ment, cet argu­ment paraît peu per­ti­nent pour expli­quer leur absence de l’Union.

[Anne Ryan]

Une socia­liste fémi­niste culti­vée, relieuse de son métier et ani­ma­trice du mou­ve­ment ouvrier, Nathalie Lemel, a fait excep­tion aux règles éta­blies par Dmitrieff. Fille de cafe­tiers petit-bour­geois, elle a rejoint l’Internationale en 1866, et cofon­dé avec le délé­gué au gou­ver­ne­ment de la Commune Eugène Varlin, la coopé­ra­tive ali­men­taire La Marmite. Elle a par­ti­ci­pé pen­dant la Commune à divers clubs poli­tiques. Lemel est élue repré­sen­tante de la sec­tion du 6e arron­dis­se­ment de l’Union des femmes. Elle est ensuite intro­duite dans le comi­té cen­tral, puis choi­sie pour par­ti­ci­per au comi­té exé­cu­tif. À 45 ans, Lemel apporte à l’or­ga­ni­sa­tion une expé­rience due à son âge et à son vécu d’ac­ti­viste en tant qu’ar­ti­sane et mère céli­ba­taire. Elle joue­ra un rôle impor­tant dans la conduite de l’or­ga­ni­sa­tion mais, contrai­re­ment à ce qu’ont pu en dire beau­coup d’u­ni­ver­si­taires et d’é­cri­vains, elle n’a pas fon­dé l’Union des femmes ni ne l’a codirigée.

« À 45 ans, Lemel apporte à l’or­ga­ni­sa­tion une expé­rience due à son âge et à son vécu d’ac­ti­viste en tant qu’ar­ti­sane et mère célibataire. »

Lors de la deuxième réunion de l’Union des femmes, le 13 avril, Dmitrieff et le comi­té cen­tral pro­vi­soire rédigent une « Adresse des citoyennes à la Commission exé­cu­tive de la Commune de Paris ». Celle-ci éla­bore une ana­lyse socia­liste et fémi­niste des rela­tions qu’en­tre­tient le gou­ver­ne­ment de la Commune avec le peuple pari­sien et des obli­ga­tions que cela implique. Après avoir rap­pe­lé com­bien il est impor­tant que la popu­la­tion s’u­nisse col­lec­ti­ve­ment pour résis­ter à l’en­ne­mi, le texte déclare : « La Commune, repré­sen­tante du grand prin­cipe pro­cla­mant l’anéantissement de tout pri­vi­lège, de toute inéga­li­té, par là-même est enga­gée à tenir compte des justes récla­ma­tions de la popu­la­tion entière, sans dis­tinc­tion de sexe. » En deman­dant au gou­ver­ne­ment de la Commune de recon­naître et de prendre en compte toutes les inéga­li­tés aux­quelles doivent faire face les Parisiens, l’a­dresse sou­ligne la nature gen­rée des hié­rar­chies inhé­rentes à l’exer­cice du pou­voir, à savoir que l’op­pres­sion subie n’est pas la même selon le sexe auquel on appar­tient, y com­pris au sein d’une même classe sociale. Le texte dénonce ouver­te­ment le fait que la « dis­tinc­tion [de sexe] » a été « créée et main­te­nue par le besoin de l’antagonisme sur lequel reposent les pri­vi­lèges des classes domi­nantes ». En fai­sant le constat que les classes diri­geantes doivent entre­te­nir le conflit entre les genres pour pou­voir main­te­nir leurs pri­vi­lèges, Dmitrieff et le comi­té cen­tral pro­vi­soire affirment par là même que capi­ta­lisme et patriar­cat sont liés.

L’adresse en appelle conjoin­te­ment à la théo­ri­sa­tion et à la mise en pra­tique, et se ter­mine par une demande au gou­ver­ne­ment de la Commune : qu’il sou­tienne l’Union des femmes en lui octroyant des espaces de ren­contre dans chaque arron­dis­se­ment et en pre­nant en charge ses frais d’im­pres­sion. Les autrices de l’a­dresse affirment enfin « Qu’une orga­ni­sa­tion sérieuse […] capable de don­ner un sou­tien effec­tif et vigou­reux à la Commune de Paris, ne peut réus­sir qu’avec l’aide et le concours du gou­ver­ne­ment de la Commune ». Ce der­nier s’ac­cor­de­ra sur les pro­po­si­tions de Dmitrieff et recon­naî­tra l’in­té­rêt d’une rela­tion d’aide mutuelle, actant la sub­di­vi­sion de l’Union des femmes. L’administration révo­lu­tion­naire, tout en com­po­sant avec sa base et avec les clubs poli­tiques fémi­nins prô­nant une démo­cra­tie radi­cale, entre­tient des rela­tions ami­cales avec cette orga­ni­sa­tion hié­rar­chi­sée et struc­tu­rée qu’est l’Union des femmes.

[Anne Ryan]

Des conséquences fondamentales sur la vie et le travail des femmes

Profitant désor­mais d’une aide maté­rielle assu­rée et de liens offi­ciels avec le gou­ver­ne­ment révo­lu­tion­naire, Dmitrieff peut se consa­crer à son objec­tif pre­mier : amé­lio­rer le sta­tut socio-éco­no­mique des femmes en met­tant un terme au sala­riat, en réor­ga­ni­sant et en rééva­luant leur tra­vail. C’est en ce sens qu’elle publie offi­ciel­le­ment une « Adresse du comi­té cen­tral de l’Union des femmes à la Commission de tra­vail et d’é­change » au nom de la com­mis­sion exé­cu­tive de l’Union des femmes, afin de deman­der qu’on la charge de « la réor­ga­ni­sa­tion et de la redis­tri­bu­tion du tra­vail des femmes à Paris ». Dmitrieff estime que « garan­tir au pro­duc­teur la pro­duc­tion ne peut fonc­tion­ner que par l’in­ter­mé­diaire d’as­so­cia­tions libres de pro­duc­teurs ». Des fédé­ra­tions de coopé­ra­tives déte­nues par les tra­vailleuses et tra­vailleurs pour­raient répondre à la crise qui touche les femmes sans emploi, et se doter des moyens d’« assu­rer enfin aux ouvriers le contrôle de leur propre pro­duc­tion ». Ces pro­pos illus­trent bien com­ment la lec­ture que fait Dmitrieff de la com­mune pay­sanne et coopé­ra­tive russe et son fémi­nisme urbain s’en­tre­mêlent avec la pen­sée des socia­listes fran­çais défen­seurs des asso­cia­tions de tra­vailleurs et des coopé­ra­tives auto­gé­rées. Cette pro­po­si­tion fait en effet écho aux idées de plu­sieurs par­ti­sans d’un socia­lisme tant révo­lu­tion­naire que réfor­miste (par­mi les­quels, à divers titres, Louis Blanc, Pierre Joseph-Proudhon et Louis-Auguste Blanqui), et est sou­te­nue par la mino­ri­té socia­liste asso­cia­tion­niste au sein du gou­ver­ne­ment de la Commune — qui compte notam­ment Malon et Frankel dans ses rangs.

« À terme, plus d’un mil­lier de com­mu­nardes rejoin­dront l’Union des femmes. »

La pro­po­si­tion faite à la Commission du tra­vail et de l’é­change liste six trans­for­ma­tions vitales à appor­ter aux condi­tions de vie et de tra­vail des femmes : mettre fin au tra­vail répé­ti­tif, « fatal pour le corps et l’es­prit » ; réduire les heures de tra­vail quo­ti­dien pour évi­ter l’é­pui­se­ment phy­sique qui « mène inévi­ta­ble­ment à l’ex­tinc­tion des facul­tés men­tales » ; « l’a­néan­tis­se­ment de toute concur­rence entre les tra­vailleurs des deux sexes, leurs inté­rêts étant en tout point iden­tiques et leur soli­da­ri­té vitale » ; à tra­vail égal, salaire égal, sans dis­tinc­tion de genre — une lutte tou­jours d’ac­tua­li­té au XXIe siècle ; attendre de tous les par­ti­ci­pants qu’ils rejoignent l’Internationale. Enfin, que le gou­ver­ne­ment de la Commune alloue à l’Union des femmes les fonds néces­saires à l’or­ga­ni­sa­tion des asso­cia­tions de travailleurs.

Dmitrieff insiste sur l’ur­gence d’un tel pro­gramme. Selon elle, « Le tra­vail des femmes est le plus exploi­té de tous » et, pour­sui­vant, il existe un vrai risque que ces femmes « tem­po­rai­re­ment révo­lu­tion­naires » ne rede­viennent à nou­veau réac­tion­naires, puisque c’est ain­si que « l’ordre social pas­sé les a for­mées ». Dmitrieff attend donc de la Commune qu’elle passe des com­mandes à l’Union des femmes pour la pro­duc­tion de l’é­qui­pe­ment mili­taire, et de la com­mis­sion du tra­vail et de l’é­change qu’elle couvre les coûts en se réap­pro­priant les « usines et ate­liers aban­don­nés par la bour­geoi­sie ». Répondant aux besoins urgents en matière d’emploi des femmes, Dmitrieff s’empare éga­le­ment de la ques­tion de l’exploitation des tra­vailleuses à long terme, pui­sant dans les théo­ries sociales et éco­no­miques pour amé­lio­rer la vie de ces dernières.

[Anne Ryan]

À terme, plus d’un mil­lier de com­mu­nardes rejoin­dront l’Union des femmes. Dmitrieff enquête sur les com­pé­tences des tra­vailleuses pari­siennes, les mar­chés qui leur sont attri­bués et éla­bore des plans pour les aider à trou­ver du tra­vail. Elle forme des sous-comi­tés des­ti­nés à créer dans toute la ville des coopé­ra­tives auto­gé­rées par des tra­vailleuses. Ces comi­tés incluent des com­mis­sions res­pon­sables des achats, de la comp­ta­bi­li­té et de l’en­cais­se­ment, ain­si que de la recherche de bâti­ments vides. Les der­niers jours de la Commune, le comi­té exé­cu­tif de l’Union des femmes pro­pose la for­ma­tion d’une chambre fédé­rée de tra­vailleuses, une asso­cia­tion à l’é­chelle de la ville qui comp­te­rait des repré­sen­tantes de toutes les branches, pour une coopé­ra­tion et un sou­tien mutuels. En seule­ment quelques semaines, Dmitrieff a su créer un pro­gramme extrê­me­ment détaillé, clair, struc­tu­ré et prag­ma­tique, qui a per­mis de fon­der des asso­cia­tions d’a­te­liers contrô­lés par les tra­vailleuses elles-mêmes, s’ap­puyant sur les com­pé­tences de ces femmes, les res­sources néces­saires à leur emploi et les besoins du marché.

La Commune, naissance d’un monde nouveau

« Tandis que les troupes ver­saillaises enva­hissent Paris, Dmitrieff publie son der­nier mes­sage : Rassemblez toutes les femmes et le Comité lui-même et venez immé­dia­te­ment pour aller aux bar­ri­cades ! »

Tandis que les troupes ver­saillaises enva­hissent, bom­bardent et détruisent Paris durant ce qu’on appel­le­ra la « Semaine san­glante », Dmitrieff publie son der­nier mes­sage à l’Union des femmes : « Rassemblez toutes les femmes et le Comité lui-même et venez immé­dia­te­ment pour aller aux bar­ri­cades ! » Blessée avec Frankel alors qu’ils com­battent côte à côte sur une bar­ri­cade, Dmitrieff sauve son cama­rade, plus gra­ve­ment atteint. Puis, gué­ris de leurs bles­sures, cachés dans les abris de la capi­tale, les deux com­mu­nards qui ont pour eux d’être poly­glottes et ins­truits se glissent hors de la ville en se fai­sant pas­ser pour un couple de bour­geois prus­siens se ren­dant en Suisse en train. Quelques mois plus tard, Dmitrieff retourne en Russie et aban­donne son nom de guerre. Élisabeth Dmitrieff a dis­pa­ru. Veuve depuis peu, elle se rema­rie — cette fois par amour — et suit son mari en exil dans une pri­son sibé­rienne. Elle ne refe­ra sur­face dans les archives que trente-cinq ans plus tard, tra­vaillant comme jour­na­liste à Saint-Pétersbourg. Entretemps, les détails de sa vie res­tent flous.

Âgée de 20 ans lors de la Commune de Paris, Dmitrieff aura déve­lop­pé et par­tiel­le­ment mis en œuvre un pro­gramme com­plexe, très éla­bo­ré, de réor­ga­ni­sa­tion du tra­vail des femmes pari­siennes, s’ef­for­çant d’a­mé­lio­rer le sort de celles qui subissent à la fois l’op­pres­sion capi­ta­liste et patriar­cale. Empruntant au popu­lisme russe, au fémi­nisme, au mar­xisme et au socia­lisme fran­çais, Dmitrieff est l’au­teure d’une théo­rie poli­tique qu’elle a constam­ment adap­tée au contexte révo­lu­tion­naire, tout en posant les bases d’une pra­tique poli­tique ration­nelle et effi­cace — ceci dans un temps extrê­me­ment court et dans des condi­tions extra­or­di­naires. Car elle savait bien que si la théo­rie et la pra­tique fémi­nistes n’é­taient pas par­tie pre­nante du monde nou­veau qui émer­geait alors, celui-ci échoue­rait à com­battre les oppres­sions liées au genre, quand bien même l’ex­ploi­ta­tion de classe serait en par­tie éradiquée.


Illustration de ban­nière : Anne Ryan
Traduit de l’anglais par Loez, Camille Marie et Roméo Bondon, pour Ballast | Carolyn J. Eichner, « Elisabeth Dmitrieff : femi­nist, unio­nist, Communarde », Roar, 2 avril 2021.

  1. En fran­çais dans le texte.

REBONDS

☰ Lire notre article « Rosa Luxemburg et l’ombre de la Commune », Émile Carme, mars 2021
☰ Lire notre article « Gaston Da Costa : se défier des endor­meurs », Tristan Bonnier, mars 2021
☰ Lire notre article « Anna Jaclard, l’é­ga­li­té enfin », Élie Marek, mars 2021
☰ Lire notre entre­tien avec Kristin Ross : « Le pas­sé est impré­vi­sible », novembre 2020
☰ Lire notre entre­tien « Michèle Audin raconte Eugène Varlin », avril 2019
☰ Lire « La Commune ou la caste — par Gustave Lefrançais », juin 2017

Sur le même sujet :
Carolyn J. Eichner

Professeure à l'université du Wisconsin, Milwaukee, aux États-Unis. Ses recherches portent sur l'histoire des femmes et la question du genre au XIXe siècle, en France et dans l'empire colonial. Son premier livre, Surmonting the Barricades: Women in the Paris Commune, a été traduit en 2020 sous le titre Franchir les barricades.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.