Virée dans le Tokyo libertaire


Texte inédit pour le site de Ballast

En juin der­nier, une loi « anti-conspi­ra­tion » était rati­fiée au Parlement japo­nais : elle entend lut­ter contre le « ter­ro­risme », faire face au « crime orga­ni­sé » et enca­drer les Jeux olym­piques de 2020, très contro­ver­sés sur le sol natio­nal. « C’est une loi qui punit jusqu’aux pen­sées des gens », concluait le jour­na­liste Abe Takashi. Sous un gou­ver­ne­ment où la police pou­vait déjà mettre en garde à vue n’importe lequel de ses citoyens durant trois semaines, sans aucun chef d’inculpation, ces res­tric­tions sont signi­fi­ca­tives. Dans sem­blable contexte, il nous est d’autant plus pré­cieux d’avoir eu l’occasion de ren­con­trer quelques mili­tants liber­taires de la ville de Tokyo. Nous en retrou­ve­rons cer­tains au Forum social mon­dial anti­nu­cléaire qui se tien­dra à Paris dans quelques jours. ☰ Par Maya Mihindou


Café Lavanderia

L’air est doux, mouillé. La belle sai­son bou­tonne les arbres et la nuit s’affiche en pleine lumière — néons paille­tés et pan­neaux lumi­neux guindent la ville depuis deux heures. Dans une cave, des concerts de rock éner­vé : jeu­nesse punk, artiste de butō contem­po­rain et vieux de la vieille se sont salués cour­toi­se­ment avant d’attacher leurs tripes au micro. Nous sommes à Tokyo, camé­ra en main, pour suivre un groupe fran­çais dans sa tour­née nip­pone. Les concerts ont com­men­cé en fin d’après-midi ; deux heures ont suf­fi pour déglin­guer l’atmosphère. À 21 heures, il en paraît quatre. Nous fuyons le bruit et la fumée pour pous­ser la porte, un peu médu­sés, d’un lieu asso­cia­tif, le Café Lavanderia — « Les JO tuent les pauvres ! Non aux JO ! », lit-on en fran­çais sur une vitrine cli­gno­tante. Quelques vélos sont garés gros­siè­re­ment sur le côté, non atta­chés. Juste en face, à l’angle, le Golden Finger : un bar les­bien illustre en bor­dure du quar­tier de Kabukichō.

« Dans le fond du café, Horinori, fameux tatoueur, construit à mains nues son ate­lier sur les ruines d’une énorme les­si­veuse. »

Nous trou­vons Fujimoto — Fuji — der­rière son comp­toir, jeune homme de 50 ans tout en salo­pette de tra­vailleur et aux épaisses lunettes rondes et noires ; voix, sou­rire, doux et sin­cères : il est l’un des tenan­ciers. Ce soir-là, il est seul à rin­cer ses tasses à café tout en fai­sant la conver­sa­tion à une femme, Keiko. Quatre chats roux — des fran­gins — s’étalent sur le comp­toir. Au-des­sus de nos têtes, d’autres affiches, plu­tôt impro­bables ici : sou­tien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, « Mostra del llibre Anarquista », « Nora Brigade », des visuels zapa­tistes, l’imposant logo de la CNT et même la repro­duc­tion d’un petit kiosque à jour­naux fran­çais titrant « L’Humanité ». Le comp­toir fait face à une impo­sante biblio­thèque d’ouvrages musi­caux, poli­tiques ou artis­tiques : il est temps de s’asseoir un peu. « Notre-Dame-des-Landes, j’y suis venue deux fois », nous dira Keiko. « J’ai mani­fes­té à Nantes et par­ti­ci­pé à l’occupation plu­sieurs mois pour faire des inter­ven­tions sur le nucléaire japo­nais. » C’est là-bas qu’elle a acquis les quelques notions de fran­çais qui nous per­mettent d’échanger, à grand ren­fort d’anglais.

Nous revien­drons les trois jours qui suivent, sur­pris à chaque pas­sage : un abri plan­qué dans une ville au ventre plein. Le Café Lavanderia, du nom de l’ancienne lave­rie qui y tenait place, est un lieu cogé­ré par seize membres, dont Keiko et Yumiko, autre tenan­cière et com­pagne de Fuji ; c’est, depuis 2009, un lieu « anti­fas­ciste » de ren­contres et de musique : y sont pas­sés, le temps d’un café ou d’un échange, des objec­teurs de conscience, l’écrivain bos­niaque Aleksandar Hemon (lui qui écrit : « C’est la plaie des temps, quand les fous mènent les aveugles ») ou encore le lin­guiste amé­ri­cain Noam Chomsky (lui qui dit : « Le roi est nu mais il n’aime pas qu’on le lui dise »). Ce café de quelques mètres car­rés ras­semble les sen­si­bi­li­tés anar­chistes de la ville. S’y éla­borent des télé­vi­sions alter­na­tives, des réunions sur les actions à venir ain­si que des concerts et des pro­jec­tions, presque tous les soirs. « C’est aus­si un lieu de culture », pré­cise Keiko. Ces trois-là et d’autres cama­rades ras­semblent, orga­nisent, accueillent ; le reste du temps, Yumiko est employée dans une can­tine uni­ver­si­taire. Ne lui reste que la nuit et les vacances sco­laires pour tra­vailler à sa mai­son d’édition (Press Transistor, neuf titres en dix ans) : de la poé­sie et des textes nour­ris par la Beat gene­ra­tion, de Kerouac à Allen Ginsberg. « Je pense que les forces motrices de cette lit­té­ra­ture sont le rêve et l’espoir que des incon­nus des­sinent dans leur vie quo­ti­dienne. » Elle nous offre sa der­nière paru­tion : Ginsberg Speaks, de Misako Yarita. Fuji, lui, est gra­phiste. Dans le fond du café, Horinori, fameux tatoueur, construit à mains nues son ate­lier sur les ruines d’une énorme les­si­veuse. En quelques jours, nous croi­se­rons, autour d’une bière ou d’un café zapa­tiste, un Allemand de pas­sage, des com­pa­gnons slo­vènes et bos­niaques et des Américains hilares. Une dame japo­naise nous fera la conver­sa­tion en espa­gnol ; une langue apprise par inté­rêt « pour le FC BARCA et pour la guerre d’Espagne, mais je n’y ai encore jamais été ! »

Keiko N.

« Le Japon est un pays très conser­va­teur. Et je veux être libre, vivre libre­ment, mais la socié­té japo­naise est une socié­té d’hommes. Le Premier ministre, les pro­fes­seurs, les méde­cins, ceux qui ont les métiers d’importance étaient, et sont encore aujourd’hui, tous des hommes. Je suis en colère avec ça depuis mon enfance. »

Nous dis­cu­tons un long moment avec Keiko. Elle porte un jean, un t-shirt et des lunettes. L’entente est immé­diate, quoique quelque peu entra­vée par la non-maî­trise de nos langues. Certains mots-clés créent tou­te­fois des ter­ri­toires de com­pli­ci­té. Nous lui deman­dons : a-t-elle gran­di dans une famille poli­ti­sée ? « Mon père était un membre du Parti socia­liste [Nihon Shakaitō, ndlr] : il tra­vaillait dans une com­pa­gnie de che­mins de fer. Il y avait des réunions qui se tenaient direc­te­ment dans les locaux. Je vivais dans la ville de Chiba, qui dépen­dait beau­coup de l’entreprise qui l’employait. Les membres pré­sents aux réunions sont deve­nus séna­teurs, et mon père les a sou­te­nus. » La géné­ra­tion du père de Keiko fut celle qui, au sor­tir de la guerre, assis­ta aux « purges rouges » de la guerre froide, impo­sées par le tuteur nord-amé­ri­cain ; elles tou­chèrent par­ti­cu­liè­re­ment le milieu uni­ver­si­taire — ce fut la géné­ra­tion qui vit, en 1952, la signa­ture d’un trai­té « de paix » avec les États-Unis, offrant aux Japonais d’installer des cen­trales nucléaires sur leur sol1Le 16 décembre 1955, le Parlement (« la Diète ») vote un pro­gramme nucléaire civil à la qua­si-una­ni­mi­té. Seuls s’y opposent quelques dépu­tés, dont les com­mu­nistes. : c’est le début du nucléaire civil2« Le 8 décembre 1953, le pré­sident états-unien Eisenhower pro­nonce son dis­cours aux Nations unies, sur­nom­mé Atoms for peace. Le par­te­naire visé en pre­mier, c’est le Japon. Les diri­geants amé­ri­cains l’érigent en effet comme modèle à faire valoir auprès des pays du tiers-monde atti­rés par le com­mu­nisme, et auprès des pays euro­péens en recons­truc­tion. En convain­quant le peuple japo­nais ato­mi­sé des mérites du nucléaire civil, on sédui­ra plus faci­le­ment les autres peuples. Mais il faut sur­mon­ter l’allergie au nucléaire (gen­pat­su are­ru­gî) que le peuple japo­nais éprouve depuis les bom­bar­de­ments de Hiroshima-Nagasaki.» Source : Libération. et des essais amé­ri­cains de Castle Bravo, au large des côtes paci­fique. Les mou­ve­ments contes­ta­taires qui sui­virent furent spec­ta­cu­laires. « Les étu­diants des années 1960 ont été très actifs, il y a eu des mou­ve­ments poli­tiques impor­tants », pour­suit Keiko. Le Japon vécut cette période de remous mon­dial avec une radi­ca­li­té par­ti­cu­lière : les syn­di­cats étu­diants (proches des com­mu­nistes, mais ancien­ne­ment com­po­sés de mou­vances plus liber­taires), Zengakuren et Zenkioto, occu­pèrent par cen­taines de mil­liers rues et uni­ver­si­tés, élar­gis­sant bien vite leurs actions et par­ti­ci­pant à ce grand « non » qui carac­té­ri­sa la décen­nie : « non » aux trai­tés « de paix » et « de sécu­ri­té », « non » au réar­me­ment du pays, « non » aux essais nucléaires des États-Unis comme à ceux de l’URSS et, bien sûr, « non » à la guerre du Vietnam. C’est aus­si en 1960 que les mineurs de la ville de Miike, les « gueules noires », firent grève durant 282 jours (des syn­di­ca­listes furent assas­si­nés par des yaku­zas) et que le Premier ministre Nobusuke Kishi — grand-père de l’actuel Shinzo Abe — ne chan­gea pas une ligne de ses pro­jets3 Il fut ministre de l’armement pen­dant la Seconde Guerre mon­diale. mais démis­sion­na sous la pres­sion étu­diante. Keiko naquit dans ce sillage.

« Les États-Unis ont payé 2 mil­lions de dol­lars à l’État japo­nais pour étouf­fer l’affaire des pêcheurs conta­mi­nés par les essais nucléaires.»

« Non » au nucléaire. Elle nous résume les dif­fé­rents étapes des rela­tions amé­ri­ca­no-japo­naises concer­nant cette ques­tion : « En 1945, les États-Unis ont lâché les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki4C’est ain­si que l’empereur Hiro-Hito déclare, le 15 août 1945 : « L’ennemi a mis en œuvre une bombe nou­velle d’une extrême cruau­té, dont la capa­ci­té de des­truc­tion est incal­cu­lable et décime bien des vies inno­centes. Si nous conti­nuions à com­battre, cela aurait entraî­né non seule­ment l’effondrement et l’anéantissement de la nation japo­naise, mais encore l’extinction com­plète de la civi­li­sa­tion humaine. ». Ils mirent en place l’ABCC, l’Atomic Bomb Casualty Commission, en 1946. Dans le contexte de la guerre, beau­coup d’expériences avaient été faites sur des Laotiens et des Chinois par des méde­cins japo­nais. Des expé­riences chi­miques. Alors, après la guerre, ces uni­tés furent enga­gées dans l’ABCC amé­ri­cain5« L’Institut natio­nal de la san­té du Japon créé en 1947, le Yoken, exa­mine, sans les soi­gner, les hiba­ku­sha. Il intègre des anciens membres de l’unité 731 qui, pen­dant la guerre, effec­tua des expé­riences sur des pri­son­niers (vivi­sec­tions sans anes­thé­sie, tests chi­miques et bac­té­rio­lo­giques…). De 1947 à 1983, tous ses direc­teurs pro­viennent de cette uni­té qui échappe à l’épuration en échange d’une col­la­bo­ra­tion avec les États-Unis. Les scan­dales du Yoken sont si nom­breux (tests sur des malades sans leur auto­ri­sa­tion, affaire de la vac­ci­na­tion de la variole au cours des années 1960, affaire du sang conta­mi­né en 1982–1997…) qu’il est restruc­tu­ré en 1997, sous un autre nom. » Source : Libération. au lieu d’être envoyées en pri­son. Les Américains n’étaient pas inté­res­sés à aider les res­ca­pés de la bombe, ils l’étaient bien plus par ses dégâts et les résul­tats des recherches des méde­cins japo­nais », nous explique-t-elle. Le Japon d’après-guerre reste un ter­rain expé­ri­men­tal stra­té­gique pour la pre­mière puis­sance mon­diale. Elle ajoute : « Les États-Unis ont payé 2 mil­lions de dol­lars à l’État japo­nais pour étouf­fer l’affaire des pêcheurs conta­mi­nés par les essais nucléaires6« Une intense cam­pagne média­tique est lan­cée en sa faveur. S’y dis­tingue Shôriki Matsutarô, à l’origine un acti­viste d’extrême droite, membre du gou­ver­ne­ment jusqu’au-boutiste de 1944, pro­prié­taire d’un puis­sant quo­ti­dien (le Yomiuri shim­bun) et de la pre­mière chaîne de télé­vi­sion pri­vée, NTV, qui dif­fuse des pro­grammes four­nis par les Américains, dont le docu­men­taire Our Friend the Atom de Walt Disney. » Source : Libération.. Un seul bateau de pêcheurs a reçu une com­pen­sa­tion du gou­ver­ne­ment ! Bien d’autres étaient pour­tant concer­nés : il y a eu des radia­tions mor­telles, d’autres sont tom­bés malades… »

Nous repre­nons un café. Keiko a étu­dié la lit­té­ra­ture pro­lé­ta­rienne du XIXe siècle : ce fut son che­min vers l’anarchisme. « À l’époque de l’anarchisme japo­nais, le gou­ver­ne­ment était mili­taire et n’hésitait pas à tuer les écri­vains. Kobayashi Takiji, Sakae Osugi… ils ont été assas­si­nés. J’ai étu­dié cette époque et ces écri­vains, cela a fait gran­dir ma colère. » La mili­tante est très atta­chée à l’Histoire et aux creux de mémoire qui acci­dentent son pays. Des pro­blé­ma­tiques peu à l’ordre du jour au Japon : l’Histoire loue les vain­queurs et les sol­dats, qu’importe les erreurs com­mises ; ici, on ne débou­lonne pas. Elle évoque avec assu­rance « l’impérialisme » et « l’histoire colo­niale » qu’il lui tient à cœur d’informer. À l’heure où nous par­lions, elle pré­pa­rait une confé­rence sur les femmes résis­tantes en Corée ; à l’heure où nous repor­tons ces lignes, elle s’apprête à venir assis­ter au Forum social mon­dial anti­nu­cléaire qui se tient cette année à Paris. « Dans la socié­té actuelle, je trouve mes propres moyens de me battre. En fai­sant par exemple de la sen­si­bi­li­sa­tion par des émis­sions ou en orga­ni­sant des évé­ne­ments. Samedi, ce sera autour de la mémoire des femmes coréennes. Avant la guerre, leur pays était une colo­nie du Japon. » Keiko nous montre le flyer séri­gra­phié de l’événement illus­tré d’une pho­to­gra­phie de Ryu Gwansun : « Cette Coréenne était une résis­tante à l’impérialisme japo­nais. Je vou­drais que les gens prennent conscience de l’action impé­riale du Japon. La jeune géné­ra­tion l’ignore tota­le­ment. La police du gou­ver­ne­ment ne veut pas ensei­gner cette par­tie de l’histoire du pays. Personne ne parle de la Seconde Guerre mon­diale, encore moins de l’impérialisme. Dans l’enseignement, il n’y a plus d’Histoire entre la moi­tié du XIXe et la moi­tié du XXe. » D’après Keiko, le minis­tère de l’Éducation japo­nais n’enseigne pas l’histoire moderne pour ne pas évo­quer l’invasion de la Chine et de la Corée.

Les liens entre le Japon et les États-Unis furent scel­lés bien avant la guerre. « En 1854, un impor­tant capi­taine amé­ri­cain, le com­mo­dore Perry, est entré au Japon, alors fer­mé sur lui-même [durant la période Edo, les marins étran­gers ne pou­vaient accos­ter sur l’archipel, et la popu­la­tion ne pou­vait en sor­tir, sous peine de mort, ndlr]. Le Japon s’est ouvert au monde après cela et a vou­lu se mon­trer plus fort : ils sont pas­sés d’une situa­tion de repli à une situa­tion de colo­ni­sa­teur, nous dit Keiko. La jeune géné­ra­tion ne connaît pas tout ça, même si cer­tains pro­fes­seurs bravent l’interdit. » Le gou­ver­ne­ment, pour­suit-elle, « vou­drait que le peuple croie dans des valeurs comme la force, la jus­tice, la paix. Mais l’Histoire, la vraie Histoire, contre­dit tout cela. » Le Japon serait aujourd’hui l’un des rares pays sans forces mili­taires auto­nomes : une situa­tion qui ne sied plus à son « pro­tec­teur » amé­ri­cain, qui, de ses bases du Sud-Japon, sur­veille la Corée de près. L’État nip­pon, membre de l’ONU, ne peut se consti­tuer en armée, en ver­tu de l’article 97« Aspirant sin­cè­re­ment à une paix inter­na­tio­nale fon­dée sur la jus­tice et l’ordre, le peuple japo­nais renonce pour tou­jours à la guerre comme droit sou­ve­rain de la nation et à la menace ou à l’utilisation de la force comme moyens de régler les conflits inter­na­tio­naux. Afin de réa­li­ser cet objec­tif, aucune armée de terre, de mer et de l’air, de même qu’aucun poten­tiel de guerre ne seront jamais main­te­nus. Le droit de mettre l’État en état de guerre ne sera pas recon­nu. » Traduction de Jacques Gravereau. de sa Constitution : « Après la Seconde Guerre, une consti­tu­tion paci­fique fut mise en place et le Japon a aban­don­né l’armée. Il y avait seule­ment une armée locale. Il y a deux ans, Shinzo Abe a modi­fié cette poli­tique et, à pré­sent, le Japon peut par­ti­ci­per aux guerres. » Liquider l’article 9 est en effet le che­val de bataille de l’extrême droite japo­naise. « Lors de la guerre du Golfe, le Japon était pré­sent comme armée locale de défense, mais non habi­li­té à se battre ; seule­ment à l’arrière — pour la construc­tion des routes et autres ins­tal­la­tions publiques. Mais, à pré­sent, ils en ont la pos­si­bi­li­té. Ils étaient impli­qués dans un contin­gent de l’Onu dans le Sud-Soudan, par exemple, où sévit la guerre civile. Le gou­ver­ne­ment japo­nais les a fait reve­nir il y a peu. »

« Le Japon s’est ouvert au monde après cela et a vou­lu se mon­trer plus fort : ils sont pas­sés d’une situa­tion de repli à une situa­tion de colo­ni­sa­teur. »

La nuit s’enfonce : il est temps de rejoindre notre cave à musique. « Il faut que vous lisiez les articles de Kolin Kobayashi, il parle votre langue mieux que moi, il est spé­cia­liste des ques­tions nucléaires ! » Elle remonte ses lunettes sur son nez et note quelques adresses où se rendre en ville. « Allez voir Narita San dans sa librai­rie Irregular Rhythm Asylum. » Nous deman­dons à Fuji, le tenan­cier, com­bien coûte un café : 300 yens, me répond-il en fran­çais. « San gya­ku yen », répli­quons-nous en japo­nais. Comment se pro­curent-ils le café zapa­tiste, au fait ? « Nous le fai­sons venir d’Allemagne afin de sou­te­nir l’autogestion du Chiapas. » Keiko se pré­pare jus­te­ment, avec d’autres (notam­ment l’économiste Toshimaru Ogura), à par­ti­ci­per à un pla­teau de télé­vi­sion sur le sujet : expli­quer et ana­ly­ser les racines et l’objectif du mou­ve­ment zapa­tiste dans le contexte mexi­cain.

Narita K.

« Au Japon, la police peut déte­nir les gens en garde à vue pen­dant vingt-trois jours, sans aucune jus­ti­fi­ca­tion. Dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion, si des per­sonnes sont arrê­tées, tout devient donc com­pli­qué. La moti­va­tion baisse très vite… »

Une librai­rie comme un kiosque per­ché au troi­sième étage d’une ruelle, enclave rési­den­tielle dans le quar­tier cen­tral de Shinjuku San-chô­mé. Nous sommes à Irregular Rhythm Asylum, « L’asile à rythme irré­gu­lier ». Narita, son gérant, nous parle de la période mili­tante qui sui­vit la triple catas­trophe du trem­ble­ment de terre, du tsu­na­mi et l’explosion de la cen­trale de Fukushima en 2011, qui relan­ça avec fra­cas les enjeux nucléaires sur l’archipel sis­mique. « On ne savait pas com­ment faire après tout ça, on était tous très cho­qués. On n’a rien pu orga­ni­ser pen­dant un mois. Mettre en place la pre­mière mani­fes­ta­tion anti­nu­cléaire, un mois après l’accident, a été com­pli­qué. Mais nous avons orga­ni­sé un ras­sem­ble­ment en une semaine à Tokyo. On atten­dait 5 000 ou 7 000 per­sonnes, il y en a eu 10 000 — et pour la plu­part, c’était leur pre­mière mani­fes­ta­tion : ça a été impor­tant. On a pu mani­fes­ter dans toute la rue sans l’intervention de la police. Au Japon, il n’est jamais pos­sible faire ça. On ne peut qu’utiliser un coin de rue, la police contrôle tout. Elle a com­men­cé à le faire très vite, lors des ras­sem­ble­ments sui­vants, en arrê­tant des gens. Mais on a per­sé­vé­ré à cinq ou six reprises, puis d’autres groupes se sont orga­ni­sés — et conti­nuent à le faire. »

La librai­rie de Narita est un autre lieu de mémoire et de relais pour les anar­chistes de la capi­tale. Elle est per­due dans des ruelles, il a fal­lu tour­ner autour un bon moment. Tokyo est une ville dont la géo­mé­trie invite à ne pas s’attarder seule­ment aux rez-de-chaus­sée — il faut avoir un œil sur les étages des immeubles et l’autre sur les dédales qui s’enfoncent dans les sous-sols : nous sommes dans une cité (la plus grande du monde) faite de super­po­si­tions et d’imbrications inter­mi­nables, où les refuges — nom­breux —, comme l’est ce lieu, existent en poin­tillé de la ville. « J’étais très impli­qué dans la scène Punk DIY [Do It Yourself, ndlr], nous raconte Narita. Je vou­lais en connaître plus sur l’anarchisme et je l’ai décou­vert par moi-même ; j’ai com­men­cé par rejoindre des mani­fes­ta­tions, j’ai ren­con­tré des per­sonnes qui sont deve­nues des proches. Puis, en 2004, il y a eu beau­coup de monde très actif dans les mou­ve­ments anti­guerre, au début des conflits en Irak, trois ans plus tôt. Ça a été impor­tant cette année-là. Alors j’ai com­men­cé à mani­fes­ter à chaque occa­sion. » Le télé­phone sonne, il se lève pour répondre. « Moshi moshi ? » Entre les immenses tours qui peuplent l’imaginaire que nous avons de la capi­tale japo­naise, des quar­tiers plus dis­crets font leur vie. De som­maires habi­ta­tions à tata­mis et murs légers s’empilent entre un kon­bi­ni — ces épi­ce­ries de quar­tier ouvertes sans inter­rup­tion — et un ter­rain de sport, où s’entraînent quelques enfants. Aussi : des res­tau­rants de ramens [nouilles japo­naises, ndlr], des vélos garés en bord de route, quelques pots de fleurs, des plantes grasses posées sur des dalles de terre cuite et de vieux bibe­lots à la lisière des trot­toirs, un chat calé entre deux. « Pendant la guerre d’Irak, le gou­ver­ne­ment japo­nais était impli­qué dans les opé­ra­tions amé­ri­caines car le gou­ver­ne­ment japo­nais obéit tout le temps aux poli­tiques étran­gères des États-Unis. »

« La librai­rie de Narita est un autre lieu de mémoire et de relais pour les anar­chistes de la capi­tale. »

Cet évé­ne­ment fut un moment de bas­cule par­ti­cu­lier pour Narita comme pour de nom­breux cama­rades. « J’ai ren­con­tré des anar­chistes de longue date, très pré­sents dans les mou­ve­ments anti­guerre, très accueillants. On a bu beau­coup. (rires) Certains d’entre eux s’occupaient d’une petite mai­son d’édition et d’impression, ici. Ils uti­li­saient tout cet espace mais vou­laient réduire les coûts. Ils m’ont pro­po­sé d’utiliser la moi­tié de l’espace. Alors j’ai déci­dé d’ouvrir une librai­rie à cet endroit. » Narita a com­men­cé à tra­vailler dans leur mai­son d’édition et d’impression tout en tenant sa librai­rie. « J’étais encore dans la scène punk, où je créais des fan­zines et m’occupais de la dis­tri­bu­tion indé­pen­dante : CD, livres… que j’ai fini par appor­ter ici, dans la librai­rie. » D’où l’aspect hété­ro­clite de l’endroit. Quelques mètres car­rés recou­verts d’affiches, de fan­zines, de por­traits datés (Kotoku Shusui, Sakae Osugi…), de gra­vures, d’autocollants écrits en slo­vène, alle­mand, espa­gnol, japo­nais, le fameux café zapa­tiste, des affiches de sou­tien aux indi­gènes (« No olym­pics on sto­len land ! »), des gants blancs où est écrit « NON » en hira­ga­na8Alphabet japo­nais. (ils servent à mani­fes­ter paci­fi­que­ment), des kef­fiehs pales­ti­niens sous plas­tique et des séri­gra­phies en trois cou­leurs. « Ce sont les œuvres d’anarchistes de Malaisie, qu’ils nous ont lais­sées lors de leur der­nier pas­sage ».

Sur une table, des femmes confec­tionnent des flyers bico­lores. Cet endroit est à la fois un petit musée et un lieu de conscien­ti­sa­tion actif, au cœur de la capi­tale d’un pays où la logique de consom­ma­tion s’avère des plus sophis­ti­quées ; pour­tant, nous sommes tra­ver­sés par la sen­sa­tion d’une fami­lia­ri­té éton­nante. Nous lui deman­dons : com­ment por­ter des idées anti­ca­pi­ta­listes dans une ville comme Tokyo ? « On se concentre davan­tage sur l’autogestion », répond-il. « Notre réseau s’agrandit peu à peu. Récemment, nous avons eu beau­coup de visi­teurs d’autres pays d’Asie, comme Taiwan, Hong Kong, la Corée du Sud, la Malaisie… Ces per­sonnes sont venues au Japon (ça ne coûte plus si cher de venir ici de ces pays). À pré­sent, nous nous atte­lons à créer des pro­jets avec des anar­chistes d’Asie. L’an der­nier, nous avons eu une semaine de fes­ti­val — No Limit : « Tokyo Auto­no­mous Zone » — avec d’autres acti­vistes. » Il s’agit d’un fes­ti­val qui, depuis 2011, ras­semble artistes, pen­seurs et acti­vistes venant du conti­nent. « Près de 2 000 per­sonnes sont venues à Tokyo pour une semaine. Il y a eu des ate­liers, des expo­si­tions et des confé­rences dans beau­coup de langues. Il a fal­lu des tra­duc­teurs, mais par­fois les per­sonnes venant de Corée et de Chine par­laient un peu le japo­nais et pou­vaient nous aider ; tout se dérou­lait ici, au Café Lavanderia et dans d’autres lieux. Les per­sonnes qui venaient de l’étranger séjour­naient ici ou chez des amis. » Le libraire a lui-même voya­gé sur le conti­nent à plu­sieurs reprises. « Nous avons à pré­sent un réseau d’espaces col­lec­tifs et auto­nomes par­tout », achève-t-il. Des alliances qui exis­taient déjà dans les années 1920, à l’âge d’or de l’anarchisme japo­nais. Cette année 2017, le fes­ti­val se déplace en Corée du Sud.

Nous avions vécu dans cette ville il y a dix ans, le temps de six mois. Y reve­nir, et revoir les quelques amis ren­con­trés alors, n’est pas ano­din : cer­tains se sont mariés, d’autres sont deve­nus parents, d’autres passent encore leurs soi­rées dans les iza­kaya de la capi­tale. L’un, Dinesh, apprend à maî­tri­ser l’écriture de sa langue d’accueil ; musi­cien ici depuis vingt ans, il reste insé­pa­rable de ses tablas — il a même fait la tour­née japo­naise de Stevie Wonder, nous raconte-t-il, pho­to à l’appui ! « Nous étions à Yokohama quand il y a eu le trem­ble­ment de terre. Nous avons été coin­cés sur les routes embou­teillées pen­dant très long­temps. Il a fal­lu des heures pour reve­nir à Tokyo et, pen­dant six mois, nous avons eu du mal à trou­ver du lait, de l’eau et des œufs. » Et Naomi, son épouse, d’ajouter : « Les étran­gers sont vite ren­trés chez eux les jours sui­vants. Ils nous ont lais­sés. Mais pour­tant c’est comme ça ici, notre terre est comme ça : il faut l’accepter. » Un autre ami, Antoine, Français vivant ici depuis une décen­nie : masque anti­pol­lu­tion et horaires à cre­ver, il veut chan­ger de bou­lot. Nous échan­geons. « J’étais employé dans une gale­rie d’art quand le sol a trem­blé. Je voyais par la fenêtre les fils élec­triques sus­pen­dus faire des tours sur eux-mêmes, comme des cordes à sau­ter. Je ne pen­sais qu’aux tableaux qui pou­vaient tom­ber. J’ai gar­dé cette image en tête, presque au ralen­ti : les murs qui s’écroulent. Ils se sont écrou­lés len­te­ment, avec légè­re­té. Le sol trem­blait et je pen­sais Ha ! c’est pour ça qu’on construit des murs aus­si léger ici ! » Par peur des radia­tions, il m’a dit avoir calé des linges mouillés sous sa fenêtre l’année sui­vante, comme beau­coup d’autres.

« Je voyais par la fenêtre les fils élec­triques sus­pen­dus faire des tours sur eux-mêmes, comme des cordes à sau­ter. Je ne pen­sais qu’aux tableaux qui pou­vaient tom­ber.»

Le séisme de 2011 — 18 000 morts et dis­pa­rus — fait rup­ture dans la décen­nie ; à l’instar, quoique dans une autre mesure, des atten­tats de Paris : si ces tra­gé­dies n’ont rien à voir entre elles, cer­tains res­sen­tis, cepen­dant, se croisent étran­ge­ment quand de tels évé­ne­ments tranchent les quo­ti­diens et planent comme des cor­beaux autour des têtes. Nous en par­lons, pré­oc­cu­pés : de la peur qui a été plan­tée très for­te­ment dans les corps. Du besoin de soli­da­ri­té. De la cer­ti­tude que la catas­trophe va frap­per de nou­veau, n’importe qui, n’importe où : drôles de points com­muns… « À pré­sent, les gens sont pas­sés à autre chose et tentent d’oublier », nous dit Narita. « Ça a été très trau­ma­ti­sant, il y a tou­jours des eaux conta­mi­nées qui s’écoulent vers la mer. Rien ne va, mais le gou­ver­ne­ment dit tout le contraire, que tout est sous contrôle. Ils ne veulent pas remettre en ques­tion les Jeux olym­piques, et les gens pré­fèrent le croire. Pourtant, tout l’est du Japon est sous les radia­tions. Mais les gens pré­fèrent ne pas y pen­ser, car si on accepte la réa­li­té, il faut tout chan­ger, chan­ger en pro­fon­deur notre vie quo­ti­dienne… »

En nous ren­dant à la librai­rie de Narita, nous avons tra­ver­sé l’important quar­tier de Shibuya. Une vieille dame nous avait accos­tés pour nous deman­der quelques pièces avec grand empres­se­ment. Sous un pont, de nom­breuses per­sonnes sans abri vivent au pied des murs : autant de scènes inima­gi­nables il y a dix ans, dans la capi­tale de la seconde puis­sance éco­no­mique du monde (en troi­sième posi­tion aujourd’hui, après les États-Unis et la Chine) ; non pas que la pau­vre­té fût moindre, mais les sans-abris japo­nais — des per­sonnes âgées condam­nées à de petits bou­lots, des sala­riés licen­ciés au mau­vais âge —, étaient gran­de­ment mis à l’écart, vivant dans des tentes bleues, concen­trés par quar­tier, comme celui de Sanya et Yoyogi, et men­diant à peine. Presque invi­sibles. La honte de l’échec social, ici, cloître encore davan­tage les gens dans leur condi­tion. J’en parle au libraire : « Beaucoup de sans-domi­cile ont per­du leur ter­ri­toire et leurs tentes bleues repé­rables. Ils vivaient dans les parcs, en com­mu­nau­té ; ils avaient des amis, des voi­sins. Le gou­ver­ne­ment les a dis­per­sés. Depuis, la plu­part ont per­du tous ces liens à cause de la gen­tri­fi­ca­tion des quar­tiers. C’est un chan­ge­ment énorme depuis dix ans. Ils étaient pré­sents en nombre dans le parc de Yoyogi : près de 300 per­sonnes, qui vivaient là depuis les années 2000. Désormais, ils sont 30 : tous les autres ont été déga­gés par le gou­ver­ne­ment et la police. Il y a beau­coup de jeunes aus­si. Le gou­ver­ne­ment les envoie dans des mai­sons, pro­vi­soires, pour un séjour limi­té à deux semaines : il est impos­sible pour eux de trou­ver un tra­vail ou une mai­son en si peu de temps. » Des asso­cia­tions chré­tiennes leur viennent en aide. « Des citoyens éga­le­ment, pré­cise Narita. Des amis tiennent par exemple un café soli­daire à Yoyogi : ils se sont ins­tal­lés avec eux. Sept ans plus tôt, le pro­jet de rem­pla­ce­ment d’un parc public en plein Shibuya par un parc pri­vé, le Miyashita Nike Park (estam­pillé Nike, donc), avait mobi­li­sé de nom­breuses per­sonnes. Il y a eu un mou­ve­ment impor­tant d’opposition au pro­jet ; nous avons occu­pé le parc pen­dant huit mois — hiver com­pris. Il y avait de nom­breuses per­sonnes sans-domi­cile qui vivaient dans ce parc ; nous nous sommes orga­ni­sés ensemble. »

La gen­tri­fi­ca­tion. C’est pour Narita le mal prin­ci­pal. Et un terme que nous connais­sons bien, puisqu’il désigne le déve­lop­pe­ment qui guette cha­cune de nos villes en France : les épi­ce­ries fines et les bars en bois rem­placent les bou­tiques ordi­naires, accom­pa­gnant une hausse des loyers et l’éviction des classes popu­laires. Mais ce terme prend ici une toute autre dimen­sion, car Tokyo comme toutes les cités japo­naises sont en constante construc­tion ; la cher­cheuse Natacha Aveline parle d’« amné­sie archi­tec­tu­rale9« Le sol a acquis une telle valeur que les construc­tions, par rap­port à lui, n’en ont presque aucune. C’est donc sans états d’âme qu’on les détruit. Les villes japo­naises pra­tiquent depuis long­temps l’amnésie archi­tec­tu­rale ; la mémoire du pas­sé y prend d’autres formes, comme l’atmosphère vibrante des fes­ti­vals et des fêtes popu­laires (mat­su­ri) ou le pul­lu­le­ment des minus­cules autels shin­to (inari jin­ja) qui égayent les quar­tiers. » Source : Géoconfluences. ». Tout y est détruit et recons­truit constam­ment — logique d’un archi­pel sis­mique où tout peut s’écrouler n’importe quand, logique aus­si des maté­riaux uti­li­sés, flexibles et légers, contras­tant for­te­ment avec notre vieille Europe cam­pée dans ses murs cen­te­naires char­gés d’Histoire. Rien de tel en ces lieux : le patri­moine et les mémoires résident ailleurs que dans la vieille pierre. Affaire de savoir-faire, de gestes trans­mis et répé­tés par­fai­te­ment, réadap­tés tou­jours : c’est une réa­li­té qui façonne un rap­port au pas­sé et au futur fon­da­men­ta­le­ment par­ti­cu­lier.

« Tout y est détruit et recons­truit constam­ment — contras­tant for­te­ment avec notre vieille Europe cam­pée dans ses murs cen­te­naires. »

Et pour­tant « la gen­tri­fi­ca­tion, c’est la des­truc­tion de la manière de vivre des gens, et de la vie, par le capi­ta­lisme. La gen­tri­fi­ca­tion change nos vies vio­lem­ment, déplace les gens », nous dit Narita. « Cela concerne tous les quar­tiers, c’est pré­sent par­tout. Le quar­tier de Yoyogi, qui va accueillir un stade olym­pique, est proche de Shibuya. Les alen­tours de Shibuya sont en pleine gen­tri­fi­ca­tion. Et c’est très violent. Ils font des centres com­mer­ciaux, alors que nous en avons déjà par­tout ! » Les Jeux olym­piques qui se tien­dront au Japon sym­bo­lisent gran­de­ment, à ses yeux, la sur­di­té du gou­ver­ne­ment, dési­reux d’investir dans de nou­velles infra­struc­tures (à hau­teur de 5,3 mil­liards de yens pour la seule ville de Tokyo) alors qu’il se relève à peine de 2011, et que le pays est irra­dié. « Récemment, nous avons créé un réseau anti-olym­pique, le Planetary no Olympic Network. Et ses membres ne viennent pas seule­ment de Tokyo ; il y a des gens de New York, de Los Angeles, de Rio de Janeiro… On échange ensemble là-des­sus. » Narita sou­ligne à plu­sieurs reprises la por­tée inter­na­tio­nale de ces pré­oc­cu­pa­tions. « Il y a eu le mou­ve­ment anti-G8 au Japon et la réunion de tous les pre­miers ministres en 2008. Il y a eu une mobi­li­sa­tion à Hokkaido. Ça n’a pas été cou­ron­né de suc­cès car les mesures de sécu­ri­té étaient mons­trueuses. Nous étions près de 10 000 per­sonnes dans les grosses mani­fes­ta­tions, mais peu de l’étranger. C’est peut-être un peu loin, et la langue n’est pas la même. Le mou­ve­ment anti­glo­ba­li­sa­tion a connu une baisse de régime après le G8, en Allemagne. Beaucoup d’activistes se sont concen­trés sur des pro­blé­ma­tiques locales. » Narita et d’autres s’étaient d’ailleurs ren­dus en Allemagne afin de rejoindre le mou­ve­ment inter­na­tio­nal d’opposition. « Il y a eu un échange d’expériences et de savoir-faire avec les acti­vistes, qui nous a per­mis de nous orga­ni­ser. Ça a été une expé­rience impor­tante pour nous. »

Nous sommes entou­rés de biblio­thèques impo­santes : à gauche, la lit­té­ra­ture japo­naise ; à droite, les lit­té­ra­tures étran­gères. Narita a un corps tout en lon­gueur, les mains fines. « Ma famille n’était pas poli­ti­sée, me dit-il. J’ai lu beau­coup d’anarchistes du début du XXe : cette période a été le moment déci­sif et impor­tant de l’anarchisme japo­nais. Ensuite ça s’est tari, avec l’arrivée du com­mu­nisme et de la guerre. » Quid du Parti com­mu­niste ? « Il est vivant. Mais ils sont ter­ri­ble­ment chiants. Ils ne sont pas radi­caux du tout. » Il rit, et une fille rit aus­si der­rière lui. Je lui demande de me sor­tir quelques livres de sa biblio­thèque. « Nous avons des livres de Kotoku Sushui, com­mu­niste liber­taire exé­cu­té par le gou­ver­ne­ment. » Il m’en montre un autre : « Des ouvrages de Sakae Osugi — acti­viste his­to­rique qui fut incar­cé­ré, entre bien des choses, pour ses écrits et pour avoir tra­duit un ouvrage de Kropotkine. Celui-ci est un essai plus moderne sur l’anarchisme, par divers auteurs. » Il me tend Introduction to the anar­chism, orches­tré par Motonao Gensai Mori, jeune plume. « C’est un bon écri­vain et son livre est un guide de base sur le sujet. On y évoque Proudhon, Bakounine, Kropotkine, Élisée Reclus… » Quel auteur japo­nais nous conseille-t-il ? « Cet auteur moderne, Yasushi Kurihara, est très popu­laire. »

Il s’empare d’un autre ouvrage : « Ce livre parle d’une anar­chiste qui s’appelle Noe Itō. Elle était la par­te­naire de Sakae Osugi, elle a été tuée avec lui. C’était une fémi­niste et une anar­chiste féroce. Elle a tra­duit beau­coup de livres anglo­phones en japo­nais, notam­ment l’œuvre d’Emma Goldman. Elle était très puis­sante. » Le fémi­nisme est une ques­tion que nous n’avons fait qu’effleurer… « J’ai des amies fémi­nistes qui tra­vaillent avec les sans-domi­cile. Mais le Japon n’est pas vrai­ment fémi­niste… Il y en a, mais ce sont des idées qui ne cir­culent pas vrai­ment. Moi, je me décris comme fémi­niste — en tout cas j’essaie —, car j’observe que sur la scène punk que je connais, c’est catas­tro­phique. Il y a beau­coup de sexisme. » Narita nous pré­sente pour finir des ouvrages de Gen Hirai. « Il a écrit de nom­breux essais poli­tiques se concen­trant sur la culture popu­laire, sur les ouvriers. » Il me montre un ouvrage. « Le sous-titre de ce livre sur Tokyo est Vue d’ensemble des classes popu­laires. Il est né et a gran­di pas loin d’ici, à l’endroit même où se tient le Café Lavanderia. C’était sa mai­son, sa famille y tenait une lave­rie. »

Nami

« Je vou­drais faire des ate­liers de danse anti­ca­pi­ta­liste. Je m’inspire essen­tiel­le­ment du quo­ti­dien. Au Japon, les gens se touchent peu, ne se prennent pas dans les bras et conservent constam­ment une dis­tance avec les autres, je l’ai com­pris en voya­geant. C’est aus­si une vio­lence du sys­tème qui nous isole tou­jours plus. Je vou­drais tra­vailler cette réa­li­té avec la danse. »

La pre­mière fois que nous l’avons vue, elle séri­gra­phiait à la main les flyers de ses ate­liers dans la librai­rie de Narita. Puis au Café Lavanderia, avec… du rap fran­çais comme ambiance musi­cale. Nami a notre âge, elle est petite et porte les che­veux au car­ré ; c’est une dan­seuse acti­viste, anar­cho-fémi­niste, née dans la pré­fec­ture d’Aichi. « C’est très rural d’où je viens, il y a beau­coup de nature, c’est impor­tant pour moi. » Très impli­quée dans les mou­ve­ments anti­guerre et anti­nu­cléaire, elle a été volon­taire aux Nations unies pen­dant ses études. « Je n’ai pas pu gar­der mes sen­ti­ments pour moi. Là-bas, ils étaient béné­voles, comme si ce n’était là qu’une étape de leur vie. J’ai com­pris qu’ils ne pou­vaient pas chan­ger la socié­té ain­si. Ensuite, quand je suis arri­vée à Tokyo, j’ai ren­con­tré des asso­cia­tions qui venaient en aide aux per­sonnes à la rue. C’étaient des mili­tants, ils ne fai­saient pas la cha­ri­té, ils se met­taient au niveau des gens comme étant leurs frères, leurs cama­rades. » Nami a rejoint par la suite Fujimoto, Yumiko, Narita et les autres. « J’ai com­pris avec eux ce que cela signi­fiait d’être anar­chiste. »

Sourire, aplomb et révolte. Son corps est en constant mou­ve­ment, elle parle avec ses mains. Elle tente de joindre ces deux pas­sions, l’engagement poli­tique et la danse, pour en faire une seule acti­vi­té cohé­rente. « La danse est toute ma vie. » Pour la gagner, elle tra­vaille dans une entre­prise japo­naise (« un petit bureau » qu’elle a quit­té depuis) mais sou­hai­te­rait se consa­crer à son art. « Je fais des per­for­mances poli­tiques dans le cadre de mani­fes­ta­tions. » Elle nous montre une sélec­tion de vidéos : nous la voyons dan­ser devant l’Assemblée natio­nale, entou­rée de chaus­sures noires posées sur le sol, avec d’autres acti­vistes fémi­nistes (les Women in Black). Les chaus­sures « fan­tômes » sym­bo­lisent les dis­pa­rus (et futurs dis­pa­rus) du nucléaire. Une autre, avec le même groupe : elles lisent et dis­tri­buent l’article 9 de la Constitution japo­naise à des pas­sants, en pleine rue. « Aspirant sin­cè­re­ment à une paix inter­na­tio­nale fon­dée sur la jus­tice et l’ordre, le peuple japo­nais renonce pour tou­jours à la guerre comme droit sou­ve­rain de la nation et à la menace ou à l’utilisation de la force comme moyens de régler les conflits inter­na­tio­naux… » Une der­nière vidéo nous fait voir Nami, déter­mi­née, lors d’une mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste en 2014. Il y a en elle une foi solaire, une force qui ne laisse pas indif­fé­rent. Vêtue dans le style caba­ret, elle mène le cor­tège d’une fan­fare où s’alignent une tren­taine de per­sonnes affi­chant des slo­gans contre le Premier ministre Shinzo Abe, dans une grande artère de Shinjuku. L’image est édi­fiante : trente per­sonnes, et presque autant de poli­ciers qui cha­pe­ronnent, à moins d’un mètre, chaque pas de ces créa­tifs réfrac­taires.


Visuel de cou­ver­ture : émeutes étu­diantes dans le quar­tier de Shinjuku, Tokyo (1960) / DR
Photographies de l’article : Maya Mihindou


REBONDS

☰ Lire notre article « Shûsui Kôtoku : appel au bon­heur », Émile Carme, octobre 2017
☰ Lire notre article « Élisée Reclus, vivre entre égaux », Roméo Bondon, sep­tembre 2017
☰ Lire notre car­net « Retour au Nigéria », Native Maqari, juillet 2017
☰ Lire notre car­net « Se sou­ve­nir de la fron­tière : Gibraltar », Maya Mihindou, juin 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Emma Goldman », novembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Noam Chomsky », sep­tembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Colson : « L’anarchiste est extrê­me­ment réa­liste », février 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Christophe Angaut : « Qui était vrai­ment Bakounine ? », novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Le 16 décembre 1955, le Parlement (« la Diète ») vote un pro­gramme nucléaire civil à la qua­si-una­ni­mi­té. Seuls s’y opposent quelques dépu­tés, dont les com­mu­nistes.
2.« Le 8 décembre 1953, le pré­sident états-unien Eisenhower pro­nonce son dis­cours aux Nations unies, sur­nom­mé Atoms for peace. Le par­te­naire visé en pre­mier, c’est le Japon. Les diri­geants amé­ri­cains l’érigent en effet comme modèle à faire valoir auprès des pays du tiers-monde atti­rés par le com­mu­nisme, et auprès des pays euro­péens en recons­truc­tion. En convain­quant le peuple japo­nais ato­mi­sé des mérites du nucléaire civil, on sédui­ra plus faci­le­ment les autres peuples. Mais il faut sur­mon­ter l’allergie au nucléaire (gen­pat­su are­ru­gî) que le peuple japo­nais éprouve depuis les bom­bar­de­ments de Hiroshima-Nagasaki.» Source : Libération.
3. Il fut ministre de l’armement pen­dant la Seconde Guerre mon­diale.
4.C’est ain­si que l’empereur Hiro-Hito déclare, le 15 août 1945 : « L’ennemi a mis en œuvre une bombe nou­velle d’une extrême cruau­té, dont la capa­ci­té de des­truc­tion est incal­cu­lable et décime bien des vies inno­centes. Si nous conti­nuions à com­battre, cela aurait entraî­né non seule­ment l’effondrement et l’anéantissement de la nation japo­naise, mais encore l’extinction com­plète de la civi­li­sa­tion humaine. »
5.« L’Institut natio­nal de la san­té du Japon créé en 1947, le Yoken, exa­mine, sans les soi­gner, les hiba­ku­sha. Il intègre des anciens membres de l’unité 731 qui, pen­dant la guerre, effec­tua des expé­riences sur des pri­son­niers (vivi­sec­tions sans anes­thé­sie, tests chi­miques et bac­té­rio­lo­giques…). De 1947 à 1983, tous ses direc­teurs pro­viennent de cette uni­té qui échappe à l’épuration en échange d’une col­la­bo­ra­tion avec les États-Unis. Les scan­dales du Yoken sont si nom­breux (tests sur des malades sans leur auto­ri­sa­tion, affaire de la vac­ci­na­tion de la variole au cours des années 1960, affaire du sang conta­mi­né en 1982–1997…) qu’il est restruc­tu­ré en 1997, sous un autre nom. » Source : Libération.
6.« Une intense cam­pagne média­tique est lan­cée en sa faveur. S’y dis­tingue Shôriki Matsutarô, à l’origine un acti­viste d’extrême droite, membre du gou­ver­ne­ment jusqu’au-boutiste de 1944, pro­prié­taire d’un puis­sant quo­ti­dien (le Yomiuri shim­bun) et de la pre­mière chaîne de télé­vi­sion pri­vée, NTV, qui dif­fuse des pro­grammes four­nis par les Américains, dont le docu­men­taire Our Friend the Atom de Walt Disney. » Source : Libération.
7.« Aspirant sin­cè­re­ment à une paix inter­na­tio­nale fon­dée sur la jus­tice et l’ordre, le peuple japo­nais renonce pour tou­jours à la guerre comme droit sou­ve­rain de la nation et à la menace ou à l’utilisation de la force comme moyens de régler les conflits inter­na­tio­naux. Afin de réa­li­ser cet objec­tif, aucune armée de terre, de mer et de l’air, de même qu’aucun poten­tiel de guerre ne seront jamais main­te­nus. Le droit de mettre l’État en état de guerre ne sera pas recon­nu. » Traduction de Jacques Gravereau.
8.Alphabet japo­nais.
9.« Le sol a acquis une telle valeur que les construc­tions, par rap­port à lui, n’en ont presque aucune. C’est donc sans états d’âme qu’on les détruit. Les villes japo­naises pra­tiquent depuis long­temps l’amnésie archi­tec­tu­rale ; la mémoire du pas­sé y prend d’autres formes, comme l’atmosphère vibrante des fes­ti­vals et des fêtes popu­laires (mat­su­ri) ou le pul­lu­le­ment des minus­cules autels shin­to (inari jin­ja) qui égayent les quar­tiers. » Source : Géoconfluences.
Maya Mihindou
Maya Mihindou

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.