L’abécédaire de Noam Chomsky


Texte inédit pour le site de Ballast

Compagnon de route du mou­ve­ment liber­taire, lin­guiste et ancien pro­fes­seur au dépar­te­ment de langues modernes de Boston, Noam Chomsky s’est impo­sé de par le monde comme un cri­tique aigui­sé de la glo­ba­li­sa­tion et de la poli­tique exté­rieure nord-amé­ri­caine. « Nous tra­vaillons à la fois pour la réforme et pour pré­pa­rer le ter­rain à un chan­ge­ment plus radi­cal », confia-t-il à notre rédac­tion. Refoulé de Palestine en 2010 par les auto­ri­tés israé­liennes et sou­tien actif d’Occupy Wall Street, Chomsky a appor­té son sou­tien à Bernie Sanders en 2015.


chomsky-abcAnarchisme : « L’anarchisme, à mon avis, est une expres­sion de l’idée que la res­pon­sa­bi­li­té de prou­ver ce qu’on avance revient tou­jours à ceux qui affirment que l’autorité et la domi­na­tion sont néces­saires. Ils doivent démon­trer, avec de solides argu­ments, que cette conclu­sion est cor­recte. S’ils ne le peuvent pas, alors les ins­ti­tu­tions qu’ils défendent devraient être consi­dé­rées comme illé­gi­times. » (Perspectives poli­tiques, Le mot et le reste, 2007)

Ben Laden : « Opération Geronimo. La men­ta­li­té impé­ria­liste est si pro­fon­dé­ment ancrée dans les socié­tés occi­den­tales que per­sonne n’a été même capable de s’apercevoir qu’en lui don­nant un tel nom, ils glo­ri­fiaient Ben Laden, l’identifiant par là à une résis­tance cou­ra­geuse contre des enva­his­seurs géno­ci­daires. C’est comme le fait de bap­ti­ser nos armes du nom des vic­times de nos crimes : Apache, Tomahawk… C’est comme si la Luftwaffe avait appe­lé ses avions de chasse Juif et Tzigane. » (« Ma réac­tion à la mort d’Oussama Ben Laden », Guernica Magazine, mai 2011)

Couverture : « J’ai un jour deman­dé à un autre rédac­teur en chef que je connais au Boston Globe pour­quoi leur cou­ver­ture du conflit israé­lo-pales­ti­nien était si hor­rible (elle l’est). Il a juste ri et m’a dit : Combien d’annonceurs arabes pen­sez-vous que nous ayons ? La conver­sa­tion s’est arrê­tée là. » (Comprendre le pou­voir, pre­mier mou­ve­ment, Aden, 2005)

Démocratie : « L’endoctrinement n’est nul­le­ment incom­pa­tible avec la démo­cra­tie. Il est plu­tôt, comme cer­tains l’ont remar­qué, son essence même. C’est que, dans un État mili­taire, ce que les gens pensent importe peu. Une matraque est là pour les contrô­ler. Si l’État perd son bâton et si la force n’opère plus et si le peuple lève la voix, alors appa­raît ce pro­blème. Les gens deviennent si arro­gants qu’ils refusent l’autorité civile. Il faut alors contrô­ler leurs pen­sées. Pour ce faire, on a recours à la pro­pa­gande, à la fabri­ca­tion du consen­sus d’illusions néces­saires. » (Entretien pour la radio étu­diante American Focus, 2002)

Ennemi prin­ci­pal : « Rappelez-vous, tout État, tout État a un enne­mi prin­ci­pal : sa propre popu­la­tion. Si le cli­mat poli­tique com­mence à se dété­rio­rer dans votre propre pays et que la popu­la­tion com­mence à deve­nir active, toutes sortes de choses hor­ribles peuvent arri­ver ; il faut donc que vous fas­siez en sorte que la popu­la­tion reste calme, obéis­sante et pas­sive. Et un conflit inter­na­tio­nal est un des meilleurs moyens pour y arri­ver : s’il y a un dan­ge­reux enne­mi dans les envi­rons, les gens vont aban­don­ner leurs droits, parce qu’ils doivent sur­vivre. » (Comprendre le pou­voir, pre­mier mou­ve­ment, Aden, 2005)

Foulard : « Je ne pense pas qu’il devrait exis­ter de lois contrai­gnant les femmes à reti­rer leurs voiles ou à opter pour tel ou tel vête­ment de bai­gnade. Les valeurs sécu­lières devraient être hono­rées : par­mi elles, le res­pect des choix indi­vi­duels tant que cela ne nuit pas à autrui. Les valeurs sécu­lières devant être res­pec­tées sont mises à mal lorsque le pou­voir d’État empiète sur des domaines qui devraient rele­ver du choix per­son­nel. Si les juifs has­si­diques choi­sissent de se vêtir dans des man­teaux noirs, des che­mises blanches et des cha­peaux noirs, les che­veux conforme au style ortho­doxe et l’habit reli­gieux, ce n’est pas l’affaire de l’État. De même lorsqu’une femme musul­mane décide de por­ter un fou­lard ou d’aller nager en bur­ki­ni. » (Entretien pour Truthout, 31 août 2016)

Gauche : « Si le bol­che­visme devait être consi­dé­ré comme fai­sant par­tie de la gauche, alors je me dis­so­cie­rais tout sim­ple­ment de la gauche. […] Lénine était, à mon avis, l’un des plus grands enne­mis du socia­lisme. » (De l’espoir en l’avenir, Agone, 2001)

Huntington : « Comme ana­lyse his­to­rique, c’est ridi­cule. Le chris­tia­nisme est infi­ni­ment plus violent [que l’islam] depuis des siècles — en fait, c’est l’une des civi­li­sa­tions les plus sau­vages de l’Histoire. […] Il existe des gens qui s’efforcent déses­pé­ré­ment de créer un choc des civi­li­sa­tions. Deux des prin­ci­paux s’appellent Oussama Ben Laden et George Bush. » (L’Ivresse de la force, Fayard, 2008)

Irak, 9 avril 2003 (DR)

Intellectuels : « Être un intel­lec­tuel n’a vir­tuel­le­ment rien à voir avec le fait de tra­vailler avec son cer­veau, ce sont des choses dif­fé­rentes. Je soup­çonne que plein de gens chez les arti­sans, les méca­ni­ciens auto­mo­biles et ain­si de suite, font pro­ba­ble­ment autant ou davan­tage de tra­vail intel­lec­tuel que plein de gens dans les uni­ver­si­tés. […] Ces gens-là sont appe­lés intel­lec­tuels, mais il s’agit en réa­li­té plu­tôt d’une sorte de prê­trise sécu­lière, dont la tâche est de sou­te­nir les véri­tés doc­tri­nales de la socié­té. Et sous cet angle-là, la popu­la­tion doit être contre les intel­lec­tuels, je pense que c’est une réac­tion saine. » (Comprendre le pou­voir, pre­mier mou­ve­ment, Aden, 2005)

Jihâd : « Si vous vou­lez faire par­tie du monde civi­li­sé, et si vous vou­lez dimi­nuer l’attrait du mou­ve­ment dji­ha­diste extré­miste, alors faites les juger par des tri­bu­naux civils. En fait, le fait même qu’ils se trouvent à Guantanamo consti­tue un scan­dale. C’est quoi, Guantanamo ? Guantanamo a été volé à Cuba par la force des armes, il y a un siècle. » (Entretien pour DemocracyNow, 15 mars 2010)

Kennedy : « Pourquoi l’histoire ter­rible de l’intervention des États-Unis en Amérique cen­trale et aux Caraïbes ne fait-elle pas par­tie des fon­da­men­taux des pro­grammes sco­laires, afin que tout le monde apprenne que, par exemple, des per­sonnes vivent dans des condi­tions de qua­si escla­vage au Guatemala parce que la réforme agraire a été inter­rom­pue par le coup fomen­té par la CIA en 1954, et que les inter­ven­tions qui ont ensuite eu lieu sous Kennedy et Johnson ont ser­vi à main­te­nir un Etat ter­ro­riste et tor­tion­naire jamais éga­lé dans le monde moderne ? » (The Chomsky Reader, Pantheon, 1987)

Liberté d’expression : « Je consi­dère la loi Gayssot comme com­plè­te­ment illé­gi­time et en contra­dic­tion avec les prin­cipes d’une socié­té libre, tels qu’ils ont été com­pris depuis les Lumières. Cette loi a pour effet d’accorder à l’État le droit de déter­mi­ner la véri­té his­to­rique et de punir ceux qui s’écartent de ses décrets, ce qui est un prin­cipe qui nous rap­pelle les jours les plus sombres du sta­li­nisme et du nazisme. » (Communiqué, 5 sep­tembre 2010)

Marxisme : « Le mar­xisme ou le freu­disme ne sont que des cultes irra­tion­nels. […] [Ils] appar­tiennent à l’histoire des reli­gions orga­ni­sées. Mon pro­blème a donc en par­tie à voir avec son exis­tence même : il me semble que le simple fait de débattre de quelque chose comme le mar­xisme est déjà une erreur. » (Comprendre le pou­voir, troi­sième mou­ve­ment, Aden, 2006)

Nuremberg : « Pourquoi ne fait-on pas un pro­cès pour crimes de guerre à chaque pré­sident amé­ri­cain ? […] Selon les prin­cipes des pro­cès de Nuremberg, chaque pré­sident amé­ri­cain depuis lors aurait été pen­du. Y en a-t-il un seul qui ait été mis en juge­ment ? Cette ques­tion a-t-elle jamais été sou­le­vée ? » (Comprendre le pou­voir, pre­mier mou­ve­ment, Aden, 2005)

Staff Sgt. Teddy Wade (2011)

Objectifs : « Dans l’immédiat, [le déman­tè­le­ment du pou­voir de l’État] va com­plè­te­ment à l’encontre de mes objec­tifs : mes objec­tifs immé­diats ont été et sont tou­jours de défendre et même de ren­for­cer cer­tains élé­ments de l’autorité de l’État qui subissent actuel­le­ment des attaques sévères. Et je ne pense pas qu’il y ait de contrac­tion là-dedans — aucune, en réa­li­té. […] En dépit de ma vision anar­chiste, je crois que cer­tains aspects du sys­tème d’État, comme ceux qui garan­tissent que les enfants mangent à leur faim, doivent être défen­dus — très vigou­reu­se­ment, même. » (Comprendre le pou­voir, troi­sième mou­ve­ment, Aden, 2006)

Progrès : « Le pro­grès social, c’est un peu comme l’escalade des mon­tagnes […], tu penses que tu atteins le som­met de la col­line, mais il y a une autre col­line que tu ne connais même pas et qui est encore plus haute, et il faut que tu la grimpes aus­si. » (Chomsky & Cie, Olivier Azam et Daniel Mermet, novembre 2008)

Questions : « Les élec­tions n’offrent pas d’issue car les centres de déci­sions — la mino­ri­té des nan­tis — se rejoignent pour ins­ti­tuer une forme par­ti­cu­lière d’ordre socio-éco­no­mique. Ce qui empêche le pro­blème de trou­ver son expres­sion. Les choses dont on dis­cute ne touchent les élec­teurs que de loin : ques­tions de per­sonnes ou de réformes dont ils savent qu’elles ne seront pas appli­qués. Voilà ce dont on dis­cute, non ce qui inté­resse les gens. » (Sur le contrôle de nos vies, Allia, 2003)

Révolution : « Si réfor­miste signi­fie se sou­cier des condi­tions de vie des gens qui souffrent, et tra­vailler pour les amé­lio­rer, alors toute per­sonne avec qui il vaut la peine de par­ler est réfor­miste. […] La révo­lu­tion est un moyen, pas un but. Si nous nous enga­geons en faveur d’objectifs don­nés, quels qu’ils soient, nous cher­che­rons à les réa­li­ser paci­fi­que­ment, par la per­sua­sion et le consen­sus si pos­sible — du moins, si nous ne sommes pas fous et si nous avons un mini­mum de sens moral. » (Raison contre pou­voir, le pari de Pascal, L’Herne, 2009)

Secteur pri­vé : « Les prin­ci­paux archi­tectes du consen­sus de Washington néo­li­bé­ral sont les maîtres du sec­teur pri­vé, pour l’essentiel de très grosses socié­tés qui dominent une bonne part de l’économie inter­na­tio­nale et ont les moyens de contrô­ler la défi­ni­tion de la poli­tique, ain­si que la struc­tu­ra­tion de la pen­sée et de l’opinion. Les États-Unis jouent, pour des rai­sons évi­dentes, un rôle par­ti­cu­lier dans le sys­tème. Pour reprendre les termes de Gerald Haines, his­to­rien spé­cia­liste de la diplo­ma­tie et de la CIA : Après la Seconde Guerre mon­diale, les États-Unis, pour défendre leurs propres inté­rêts, ont assu­mé la res­pon­sa­bi­li­té du bien-être du monde capi­ta­liste. » (Le pro­fit avant l’homme, 10x18, 2004)

Trump : « C’est un clown — lit­té­ra­le­ment : il pour­rait être dans un cirque. » (Entretien pour Art is Power, mars 2016)

URSS : « L’Union sovié­tique n’a pas ins­tau­ré le socia­lisme mais un capi­ta­lisme d’État. Seulement, comme la pro­pa­gande de l’Est et celle de l’Ouest conver­geaient, le monde a ava­lé le bobard selon lequel ce qui se réa­li­sait là-bas était le socia­lisme. Je conti­nue donc à croire au socia­lisme véri­table, fon­dé sur le contrôle de la pro­duc­tion par les pro­duc­teurs et sur celui des com­mu­nau­tés par elles-mêmes. » (Entretien pour Le Point, 24 juin 2010)

Violence : « Je ne suis pas un paci­fiste à tout crin. Je n’affirme pas qu’il est mau­vais en toutes cir­cons­tances d’avoir recours à la vio­lence, bien que le recours à la vio­lence soit injuste en un sens. […] L’usage de la vio­lence et la créa­tion de degrés d’une cer­taine injus­tice rela­tive ne peuvent se jus­ti­fier que si l’on affirme — avec la plus grande pru­dence — tendre à un résul­tat plus équi­table. Sans cette base, c’est tota­le­ment immo­ral. » (Sur la nature humaine, Aden, 2005)

Washington : « Washington répugne tou­jours à livrer ceux qui l’ont bien ser­vi même s’il agit de ter­ro­ristes. Ainsi, en février 2003, le Venezuela a deman­dé l’extradition de deux offi­ciers qui avaient par­ti­ci­pé au coup d’État du 11 avril 2002 contre le pré­sident Hugo Chávez et qui avaient ensuite orga­ni­sé un atten­tat à Caracas avant de fuir à Miami, où ils ont trou­vé refuge. Bien enten­du, Washington a refu­sé. Car tous les ter­ro­rismes ne sont pas de même nature. Et ceux qui servent les inté­rêts des États-Unis ne sau­raient être qua­li­fiés du vilain terme de ter­ro­ristes. Ils sont les nou­veaux “com­bat­tants de la liber­té”, comme les médias qua­li­fiaient jadis Oussama Ben Laden lui-même. » (« L’autisme de l’Empire », Le Monde diplo­ma­tique, mai 2004)

XXe : « Au XXe siècle, les théo­ri­ciens de la démo­cra­tie recom­mandent de mettre la masse à sa place, de sorte que les hommes res­pon­sables puissent vivre à l’écart du pié­ti­ne­ment et des rugis­se­ments du trou­peau dérou­té, des mar­gi­naux igno­rants qui fourrent leur nez par­tout, dont le rôle doit se limi­ter à assis­ter en spec­ta­teurs inté­res­sés aux évé­ne­ments qui se déroulent, sans vrai­ment y prendre part. Périodiquement, le temps d’une élec­tion, ils doivent sou­te­nir l’un ou l’autre membre de la classe domi­nante, pour retour­ner ensuite à leurs affaires pri­vées. » (L’An 501, la conquête conti­nue, L’Herne, 2007)

Yougoslavie : « L’argument le plus fré­quent est qu’il fal­lait faire quelque chose : on ne pou­vait pas res­ter les bras croi­sés alors que les atro­ci­tés conti­nuaient. On a tou­jours le choix. Il est tou­jours pos­sible de suivre le prin­cipe d’Hippocrate : D’abord ne pas faire de mal. Si vous ne par­ve­nez pas à adhé­rer à ce prin­cipe élé­men­taire, ne faites rien. Il existe tou­jours des voies à explo­rer. La diplo­ma­tie et les négo­cia­tions ne sont jamais épui­sées. » (« L’OTAN, maître du monde », Le Monde diplo­ma­tique, mai 1999)

Zizek : « Les poseurs qui font les malins en uti­li­sant des termes fan­tai­sistes et des poly­syl­labes en pré­ten­dant avoir une théo­rie alors qu’ils n’ont aucun début de théo­rie ne m’intéressent pas. Il n’y a de théo­rie dans aucun de ces machins — pas de théo­rie au sens scien­ti­fique ou dans tout autre domaine sérieux que nous connais­sons. Essayez de trou­ver dans tous les tra­vaux que vous avez men­tion­nés des prin­cipes à par­tir des­quels vous pou­vez déduire des conclu­sions, des pro­po­si­tions empi­ri­que­ment tes­tables ; tout cela va au-delà du niveau de ce que vous pou­vez expli­quer en cinq minutes à un enfant de douze ans. Essayez de voir si vous y par­ve­nez lorsque les mots fan­tai­sistes sont déco­dés. Je ne peux pas. Donc, je ne m’intéresse pas à ce genre de pos­tures. Zizek en est l’exemple extrême. Je ne com­prends rien à ce qu’il raconte. » (Entretien au col­lec­tif « Veterans Unplugged », décembre 2012)


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Daniel Bensaïd, mai 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.