Retour au Nigeria


Texte paru dans le n° 2 de la revue Ballast (printemps 2015)

Janvier 2015. Au Nigeria — pays d’Afrique de l’Ouest de 186 mil­lions d’ha­bi­tants —, les élec­tions pré­si­den­tielles bat­taient leur plein : Goodluck Jonathan face à Muhammadu Buhari. Le pre­mier régnait à la tête de l’État depuis 2007 ; le second, ancien put­schiste, prési­da le Conseil mili­taire suprême dans les années 1980. L’auteur reve­nait pour l’oc­ca­sion sur ses terres natales, tan­dis que les gangs sala­fistes de Boko Haram y semaient le chaos, avant de ral­lier Daech, et qu’on abat­tait, à Paris, la rédac­tion de Charlie Hebdo. Carnet de bord. ☰ Par Native Maqari


1985, Katsina, au nord du pays.

« Gauche, droite, gauche, droite ! » Mets un t‑shirt blanc, un béret vert et un short assor­ti. Mets le bra­ce­let vert et blanc qui témoigne de ta loyau­té envers le régime mili­taire ; et marche ! Marche vers le pelo­ton d’exécution et prends-en de la graine : voi­là une pré­cieuse leçon de vie ! Va voir com­ment ça meurt, un homme mau­vais ! Je me sou­viens encore de la voix de l’officier qui agi­tait son fouet pen­dant que nous mar­chions en direc­tion du ter­rain de polo, non loin du palace de l’Émir. Si l’un de nous sor­tait du rang ou rom­pait la for­ma­tion, le fouet frap­pait sans crier gare. Non, nous n’étions pas des pri­son­niers, ni de guerre ni d’aucune sorte. Nous étions des élèves d’école pri­maire en route pour une exé­cu­tion publique de cri­mi­nels. Le plus âgé d’entre nous n’avait pas douze ans. J’en avais cinq.

C’était la pre­mière fois que je voyais un homme mou­rir. Deux ans aupa­ra­vant, un jeune colo­nel (du nom de Muhammadu Buhari) avait ren­ver­sé le gou­ver­ne­ment démo­cra­ti­que­ment élu de Shehu Shagari et décla­ré la War Against Indiscipline (« la guerre contre l’indiscipline ») — la WAI, pour faire court. Buhari ten­ta d’appliquer la dis­ci­pline mili­taire à la nation tout entière : dou­bler dans une queue à une sta­tion de bus était puni de vingt coups de fouet ; un fonc­tion­naire devait réa­li­ser un cer­tain nombre de sauts de gre­nouille s’il arri­vait en retard à son tra­vail ; fumer un joint coû­tait quelques années de pri­son ; pos­sé­der de la cocaïne envoyait au pelo­ton dans les plus brefs délais. Quant à nous, petits éco­liers, il nous fal­lait assis­ter aux exé­cu­tions publiques. C’était un ordre de Buhari. La mise à mort de cri­mi­nels pos­sé­dait quelques ver­tus péda­go­giques — à com­men­cer par nous faire com­prendre ce qu’il advien­drait de nous si, par je ne sais quel hasard, nous déci­dions d’emprunter pareille voie…

« Les offi­ciers s’approchaient, pla­çaient des sacs de riz en toile de jute mar­ron sur leurs têtes ; le pelo­ton d’exécution se met­tait à genoux, à quelques mètres d’eux, et, au der­nier coup de sif­flet, ils pres­saient la détente. »

Nous devions nous asseoir sur les gra­dins, à approxi­ma­ti­ve­ment 150 ou 200 mètres d’une ligne de barils d’essence rem­plis de sable et peints aux cou­leurs natio­nales : vert, blanc, vert. L’officier au fouet nous avait fait savoir que les barils étaient rem­plis de sable car l’armée uti­li­sait des balles spé­ciales pour les cri­mi­nels. J’ai décou­vert bien plus tard à quel point elles étaient spé­ciales. Les céré­mo­nies com­men­çaient par une dis­tri­bu­tion de bra­ce­lets en perles vertes, blanches et vertes, par des femmes volon­taires. Les perles étaient appe­lées da’a, un mot hau­sa qui signi­fie « dis­ci­pline ». C’était à la fois un rap­pel de l’exécution et une preuve de par­ti­ci­pa­tion, afin de mon­trer que le por­teur dudit bra­ce­let n’avait pas man­qué l’événement. Puis, de la musique beu­glait à tra­vers les porte-voix accro­chés aux poteaux de but. Toujours cette même musique du chan­teur de folk popu­laire Dankwairo. Le refrain, des plus accro­cheurs, était obsé­dant : « Guerrrrrre contre l’indiscipliiiiineeee. Aucune condi­tion n’est per­ma­nente ». La voix mez­zo-sopra­no de Dankwairo cré­pi­tait. Il avait un fort accent hau­sa. Soudain, le sif­flet reten­tis­sait et la foule se tai­sait aus­si­tôt. Le pelo­ton d’exécution s’avançait — une dou­zaine d’hommes en uni­forme vert fon­cé armés d’AK-47. Peu impor­tait le nombre de cri­mi­nels : il y avait tou­jours douze hommes pour s’en occu­per. Bien plus tard, on m’en a expli­qué la rai­son : une ou deux armes conte­naient des balles à blanc mais les tireurs ne savaient pas les­quelles — cha­cun pou­vait dès lors s’imaginer que son arme n’était cou­pable de rien…

Les cri­mi­nels étaient gar­dés dans les écu­ries jusqu’à ce que les sol­dats soient prêts. Ensuite, ils mar­chaient à genoux, atta­chés au niveau du buste aux barils d’essence. Ils avaient géné­ra­le­ment déjà subi bien des bles­sures en déten­tion (ou peut-être lors de leur arres­ta­tion). Ils se voyaient offrir un der­nier repas, qu’ils refu­saient le plus sou­vent (et tou­jours à ma grande décep­tion !). Les plus vieux nous racon­taient des his­toires folles de cri­mi­nels magi­ciens et de durs à cuire qui deman­daient une der­nière ciga­rette, pre­naient une bouf­fée puis, lorsqu’ils souf­flaient la fumée, se trans­for­maient eux-mêmes en fumée avant de dis­pa­raître. D’autres deman­daient de l’eau puis se dis­sol­vaient en buvant une gor­gée. D’autres encore, les plus intré­pides, s’envolaient pure­ment et sim­ple­ment, comme ça, sous les yeux du stade tout entier. Je n’eus jamais cette chance : la plu­part des hommes que j’ai vus étaient déjà bles­sés, détruits et même à moi­tié morts. Ils bafouillaient leurs der­niers mots de repen­tance ou juraient de se rache­ter, sup­pliant, afin d’être épar­gnés. Les offi­ciers s’approchaient, pla­çaient des sacs de riz en toile de jute mar­ron sur leurs têtes ; le pelo­ton d’exécution se met­tait à genoux, à quelques mètres d’eux, et, au der­nier coup de sif­flet, ils pres­saient la détente, se levaient et se tenaient au garde-à-vous pen­dant que les doc­teurs se pré­ci­pi­taient véri­fier les corps. Je n’ai jamais vu per­sonne avoir besoin d’être tué une seconde fois. Mais ce qui me mar­qua le plus était la quan­ti­té de sang qui recou­vrait les barils une fois les corps reti­rés. La par­tie blanche des cou­leurs natio­nales était désor­mais com­plè­te­ment rou­gie.

À cette époque, je ne connais­sais pas encore le mot « iro­nique » mais je trou­vais bizarre que le blanc du dra­peau signi­fiât « paix ». « Pourquoi autant de sang alors que les trous sont à peine visibles ? », deman­dais-je un jour à mon grand frère. Il répon­dit sans hési­ter, comme un vété­ran, un habi­tué des exé­cu­tions publiques : « À cause des balles spé­ciales. » Toujours per­plexe, je deman­dai : « Quelles balles spé­ciales ? – Balles dum-dum, fit-il. Ce sont des balles spé­ciales qui entrent dans le corps nor­ma­le­ment mais explosent quand elles en sortent. » Il était amu­sé ; j’étais hor­ri­fié et cela devait l’amuser plus encore. C’était en 1985 et, quelques mois plus tard, Buhari fut ren­ver­sé puis arrê­té par l’un des ses vieux amis de l’armée.

Muhammadu Buhari, au centre (DR)

*

Vingt-neuf ans plus tard, à Lagos.

J’arrive à l’aéroport de Murtala. En sor­tant, par­tout autour, il y a d’immenses affiches de Muhammadu Buhari. Sous sa pho­to­gra­phie, visible de loin, un slo­gan : « LE CHANGEMENT ». J’ai du mal à mettre le doigt sur ce qui me gêne le plus : est-ce le fait qu’il n’y ait aucune trace du dic­ta­teur dans ce por­trait ? Buhari, arbo­rant un sou­rire pater­nel, semble vieux et sage. Ce n’est pas l’homme qui a cau­sé mes trau­ma­tismes d’enfance que j’ai sous les yeux, mais un gent­le­man cha­ris­ma­tique qui pro­pose très sim­ple­ment « LE CHANGEMENT » à la Nation. Pour les Nigérians de ma géné­ra­tion, le nom de Buhari évoque le début des années sombres. L’ère de la WAI… Pourtant, je dois admettre que je ne suis pas sur­pris : oui, Buhari est deve­nu une per­son­na­li­té très popu­laire. Pour tous ceux qui, contrai­re­ment à moi, sont res­tés au Nigéria, il n’était qu’un com­men­ce­ment. Sont venus après lui dic­ta­teurs, faux démo­crates et autres marion­nettes de l’État — tous plus cor­rom­pus les uns que les autres. On a men­ti tant de fois aux Nigérians que la véri­té n’est sans doute plus leur affaire. Ils ont per­du toute foi en l’actuel gou­ver­ne­ment de Goodluck Jonathan. La boucle est bou­clée : ils ont déci­dé de don­ner une seconde chance à Buhari.

C’est une toute nou­velle image de lui qu’on nous montre. Pensée et conçue par la même équipe qui s’occupa de la cam­pagne poli­tique de Barack Obama. Les ques­tions se bous­culent, tou­te­fois. Comment un type comme Buhari peut-il appa­raître comme un bon choix, une solu­tion, un espoir ? Les Nigérians sont-ils tous prêts à oublier son pas­sé de des­pote pour don­ner, cette fois, une chance à la démo­cra­tie ? Je sors mon car­net de notes et mon dic­ta­phone pour essayer, au hasard des routes et des ren­contres, d’y voir plus clair…

*

Ademola B est conduc­teur de taxi dans l’État d’Ogun.

– C’est ton taxi ou tu le loues ? lui deman­dé-je.
– Non, c’est le mien. J’ai fini de le payer.
– Les élec­tions arrivent, pas vrai ?
– Oui, en février.
– Pour qui tu vas voter ?
– Pour Goodluck Jonathan.
– Pourquoi ?
– C’est le bon gars.
– Donc tu n’aimes pas Buhari ?
– Pas du tout.
– Et pour­quoi ça ?
– Parce qu’il va emme­ner ce pays dans la guerre civile. C’est lui qui finance Boko Haram.
– Vraiment ? Et com­ment tu sais ça ?
– On le sait. Tout le monde sait ça. (Il com­mence à s’agiter.) Lorsqu’il a per­du les élec­tions en 2011, il a juré qu’« ils ren­draient le pays ingou­ver­nable » : qu’est-ce que ça signi­fie ?
– Je ne sais pas, tu vas me le dire.
– D’abord, il a pleu­ré comme une fem­me­lette et puis il a dit ça. Maintenant Boko Haram tue des gens par­tout.
– Je pen­sais que Boko Haram était là depuis 2000.
– C’est vrai, mais main­te­nant ils sont plus forts parce qu’il les aide. La preuve, c’est que lorsque le gou­ver­ne­ment a déci­dé de bom­bar­der Boko Haram, Buhari a dit qu’ils ne devraient pas faire ça. Comment t’appelles ça ?
– Tu vas me le dire…
– C’est sim­ple­ment la preuve ! Buhari est Boko Haram ! Je vais voter pour le PDP1People’s Democratic Party. parce que Jonathan est notre homme.

*

Cinq jours plus tard. Il s’appelle Abdurrasak Babajide et lui aus­si conduit un taxi.

– Ce n’est pas le mien, non ; je l’ai pen­dant deux semaines chaque mois, me répond-il.
– Combien tu dois payer par jour pour l’avoir ?
– Huit mille nai­ras.
– Et com­bien est-ce que tu dois faire ?
– Douze mille nai­ras.
– Ça fait com­bien ça, en dol­lars ?
– Je sais pas ; le dol­lar est fort en ce moment.
– J’ai obte­nu 225 nai­ras pour un dol­lar aujourd’hui.
– Donc je dois faire envi­ron 50 dol­lars par jour.
– Et tu vas aller voter ?
– Ouais, je vais voter Buhari.
– Pourquoi ?
– Parce que je sou­tiens l’APC, donc je vote pour mon can­di­dat.
– Est-ce que tu te sou­viens de quand Buhari était au pou­voir ?
– Ouais, je me sou­viens. Les choses étaient bien, à l’époque : l’eau était buvable, les rues étaient propres, il y avait l’électricité, les choses fonc­tion­naient. Il n’a pas volé tout l’argent, lui. Il n’est pas un voleur. Il était dur, mais il n’était pas un voleur. Il a tou­jours pos­sé­dé que deux mai­sons. Regarde ce Goodluck Jonathan : lui, il pos­sède tout dans sa ville natale ! En l’espace de qua­torze ans, son PDP n’a fait que voler l’argent du pétrole.
– Et si Buhari reve­nait en 2015 pour voler ce qu’il n’a pas pu prendre en 1985 ?
– Je ne sais pas… Il pour­rait, c’est vrai. Mais je ne pense pas. Je pense qu’il veut cor­ri­ger ses erreurs.

Damasak, au Nigeria (Emmanuel Braun/Reuters)

*

Nous voi­là en 2015, jus­te­ment. Depuis trois jours. Je dis­cute avec un cer­tain Martins, âgé de qua­rante-trois ans :

– Pour qui vas-tu voter ?
– Je ne sais pas, je ne pense pas aller voter.
– Ah ?
– Je ne suis pas ins­crit. Ils nous ont don­né qu’un week-end et il y avait trop de monde. Je ne suis pas arri­vé à me faire ins­crire. Et quand ça a été mon tour, ils étaient à court de cartes… Ils ont dit que la com­mis­sion élec­to­rale n’avait pas pu les livrer à temps.
– Et tu ne peux pas trou­ver un autre moyen, une autre occa­sion, de t’inscrire ?
– Non.
– Combien de gens sont dans ton cas ?
– Je ne sais pas, mais beau­coup d’entre nous.

*

Kayode est méca­ni­cien. Il a vingt-huit ans.

– Moi, je vais voter pour Buhari.
– Et pour­quoi ?
– Parce que c’est le seul qui va faire quelque chose avec Boko Haram. C’était un mili­taire, il sait com­ment s’adresser à eux.
– Pourtant, on m’a dit qu’il les finan­çait.
– Qui t’a dit ça ?
– Un chauf­feur de taxi, l’autre jour.
– Pfff… C’est seule­ment de la dés­in­for­ma­tion du PDP. Juste des conne­ries. Certains d’entre eux vont même jusqu’à dire que Boko Haram n’existe pas ! Est-ce que tu crois ça, aus­si ?
– Je ne sais pas trop ce que je crois, fais-je naï­ve­ment.
– Crois-moi : Boko Haram est réel et il n’y a que Buhari qui puisse en finir avec eux.

*

Un autre, un autre jour. Il se pré­nomme Chinedu et me dit tout de go qu’il ne sait pas encore pour qui voter.

– Tu es encore en train de réflé­chir avant de te déci­der ?
– Non, ce n’est pas moi qui choi­sis, répond-il en rica­nant.
– Mais qui, alors ?
– Mon patron. Il nous dit pour qui voter.
– Et com­bien de per­sonnes tra­vaillent pour lui ?
– 40, je dirais.
– Et vous votez tous pour celui qu’il choi­sit ?
– Oui, il nous le dit le jour de l’élection. On se retrouve tous le matin et il nous donne des enve­loppes avec le nom du can­di­dat.
– Mais per­sonne ne te voit, dans l’isoloir : pour­quoi tu ne changes pas de can­di­dat au der­nier moment ?
– Il n’y a pas d’isoloir. Nous y allons tous ensemble, donc les autres ver­ront pour qui je vote…
– Et il se pas­se­rait quoi, s’ils lui disaient ?
– Le patron me dirait que l’entreprise n’a plus besoin de moi.

*

7 jan­vier.

Je prends un vol pour le nord du pays, tout en réflé­chis­sant à mes der­nières dis­cus­sions. Que Boko Haram soit « une réa­li­té », je n’en dou­tais pas ; je me demande en revanche de quelle manière cela va influer sur l’issue des élec­tions. L’organisation a inten­si­fié ses attaques dans le nord-est du Nigeria ces der­niers mois. C’est évident, au vu des convois de l’armée et du nombre de check­points, que le gou­ver­ne­ment les a dans le col­li­ma­teur. En tout cas, ils mettent le paquet pour nous le faire croire.

Voilà deux jours que mon télé­phone est à plat. Depuis que j’ai quit­té Lagos, je n’ai pas pris la peine de le char­ger. Abuja est une ville PDP : elle est entiè­re­ment pla­car­dée d’affiches du pré­sident sor­tant. Abubakar, vieil ami du col­lège, est venu me cher­cher à l’aéroport. Nous pre­nons la route vers Zaria, après avoir rechar­gé nos télé­phones dans une sta­tion-ser­vice. Sitôt allu­mé, le mien se met à son­ner dans tous les sens : « T’es à Paris ? », « Tu as appe­lé la famille, tout va bien ? », « C’est la merde chez toi ! », etc. à peine le temps de lire un mes­sage qu’un autre arrive. « Merde, il se passe quoi à Paris ? » Merde, oui, que se passe-t-il à Paris, là où je vis désor­mais depuis quelques années ? « Ha, tu n’as pas vu les infos ? On a tiré sur les gens de Charlie Hebdo… » Je lis les infor­ma­tions que je trouve à pro­pos des attaques en même temps que les réponses de mes amis fran­çais.

Attentats contre la rédac­tion de Charlie Hebdo

Ça fait main­te­nant une heure qu’on tente de quit­ter Abuja, mais toutes les sor­ties semblent blo­quées par des convois mili­taires allant vers le nord. On passe la nuit entière à rou­ler der­rière eux. Ils conduisent dou­ce­ment. J’ai pu comp­ter une soixan­taine de check­points entre Zaria et Kaduna. Nous ne nous dou­tons pas un seul ins­tant qu’une ville entière, tan­dis que nous dis­cu­tons dans la voi­ture de Charlie Hebdo, est en train d’être rasée par Boko Haram — d’autant que nous rou­lons droit sur elle. Nous nous arrê­tons pour ache­ter de la nour­ri­ture. Abubakar se gare sur le bord de l’autoroute. Quand je reviens, il n’est plus là ; je prends mon télé­phone pour l’appeler quand deux sol­dats sur­gissent des buis­sons de l’autre côté de la route. Aussitôt, ils se mettent à me hur­ler des­sus, ils veulent que je tra­verse l’autoroute. Je leur réponds que des voi­tures filent à toute allure et l’un d’eux arme son pis­to­let. Je tra­verse. Ces gars sont ten­dus. Je par­viens fina­le­ment à retrou­ver Abubakar, qui m’explique que le sec­teur est deve­nu une zone mili­taire. Ça fait par­tie du plan de Goodluck Jonathan pour lut­ter contre le ter­ro­risme.

« La presse inter­na­tio­nale se charge, comme un seul homme, de faire pas­ser Boko Haram pour une armée isla­mique qui ne s’en prend qu’aux mino­ri­tés chré­tiennes. »

Des mas­sacres viennent d’avoir lieu à Baga, donc. Signés Boko Haram. Comme la plu­part des Nigérians, le silence du monde me heurte. Je demande à mon frère : com­ment expli­quer un tel manque d’empathie ? Il me répond que le pire n’est pas le silence, mais les comptes-ren­dus. La presse inter­na­tio­nale se charge, comme un seul homme, de faire pas­ser Boko Haram pour une armée isla­mique qui ne s’en prend qu’aux mino­ri­tés chré­tiennes. Dans les faits, c’est plu­tôt une bande de fous furieux qui visent toute per­sonne, c’est-à-dire n’importe laquelle, ayant le mal­heur de croi­ser leur che­min. « Nous, me dit-il, les musul­mans nor­maux, on est leur pre­mière cible ! C’est une des rai­sons pour les­quelles Jonathan perd le sou­tien des gens du Nord, en met­tant en avant l’idée fausse qu’ils ne ciblent que les chré­tiens. On va le virer de ses bureaux en février ! »

*

De retour à Lagos.

On m’a pro­po­sé de peindre à l’occasion d’une fête orga­ni­sée par l’association Eti-Osa, qui s’engage pour les enfants défa­vo­ri­sés. Jide (c’est un faux nom), le direc­teur géné­ral, est bien luné. La période des élec­tions, pour lui, c’est un salaire plus impor­tant. Les poli­ti­ciens ont besoin de petits chefs locaux pour asseoir leur popu­la­ri­té. Je l’interroge sur son rôle et, après quelques shots de Henessey, il se fait plus bavard. Il m’emmène dans une pièce à l’arrière de son bureau et me montre des affiches du APC, du PDP, des archives… Il me fait voir ensuite un lot d’une cen­taine de machettes toutes neuves, en me disant : « On a reçu ça, hier. » Avant d’ajouter, ras­su­rant : « Mais j’espère qu’on en arri­ve­ra pas là, cette fois. »

Je quitte l’île de Lagos en espé­rant, en effet, qu’il serait mieux de ne pas en arri­ver là. Les deux der­nières élec­tions au Nigeria ont été san­glantes. Les deux par­tis sont sur les dents. Tous les coups sont per­mis. La course est ser­rée : le Nigeria reste avant tout le pays le plus riche d’Afrique. Je suis dans la mai­son du musi­cien Fela Kuti — elle est deve­nue un musée. Tandis que nous dis­cu­tons bou­lot avec Kunle Kuti (un des fils du célèbre musi­cien, ndlr) son télé­phone sonne. Il s’excuse et prend l’appel (il s’agit de sa sœur). En moins de deux secondes, son visage change du tout au tout. Ahuri, il se met à cou­rir hors du bâti­ment, me fai­sant signe de le suivre, tout en ne lâchant pas le télé­phone. On se dirige vers un kiosque pour ache­ter le jour­nal du soir. Il l’ouvre à la hâte et tombe sur le cahier cen­tral : il y a un por­trait de Fela Kuti, que Buhari avait condam­né à plu­sieurs années de pri­son en 1983. Une image bien connue, avec ses deux poings levés. Et, en guise de légende : « Vous sou­ve­nez-vous de Fela ? » Le PDP entend ain­si rap­pe­ler aux Nigérians le pas­sé sombre du lea­der de l’APC. « Quelle bande de malins ! », s’exclame Kunle.

*

Les élec­tions pré­si­den­tielles se sont tenues le 27 mars, mal­gré un report d’un mois. Elles furent, d’après de nom­breux obser­va­teurs, les plus trans­pa­rentes de l’histoire du pays. Buhari l’emporta sur Jonathan : un raz-de-marée élec­to­ral. Sans une goutte de sang.


Photographie de cou­ver­ture : Lagos, par Robin Hammond


REBONDS

☰ Lire notre car­net « Se sou­ve­nir de la fron­tière : Gibraltar », Maya Mihindou, juin 2017
☰ Lire notre article « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech » (tra­duc­tion), Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre car­net de route « Carnet de Birmanie : les Rohingya oubliés », Médine, février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre car­net de route « Retour en Syrie », Fares et Sarah Kilani, décembre 2016
☰ Lire notre car­net de route en deux par­ties « Crise des réfu­giés : ce n’est pas une crise huma­ni­taire », Yanna Oiseau, mai 2016

NOTES   [ + ]

1.People’s Democratic Party.
Native Maqari
Native Maqari

Native Maqari est né au Nigeria et a grandi aux États-Unis. Son album « Captain Rugged », scénarisé par Keziah Jones, a paru en 2014.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.