L’abécédaire d’Emma Goldman


Emma Goldman n’é­tait pas née aux États-Unis mais elle se per­ce­vait comme l’un de ses enfants « adop­tés » : non pas, confiait-elle, en rai­son d’une carte d’i­den­ti­té mais d’« un état d’es­prit », celui de l’im­men­si­té des terres et d’un cer­tain sou­ci de la liber­té. Tandis qu’un mil­liar­daire natio­na­liste fan­fa­ronne dans les bureaux de la Maison Blanche, (re)plongeons-nous dans l’œuvre-vie de cette mili­tante née en Lituanie en 1869 : anar­chiste, com­mu­niste et fémi­niste, ama­trice de danse et de théâtre, elle fut incar­cé­rée pour s’être levée contre la Première Guerre mon­diale et avoir défen­du le droit des femmes à la contra­cep­tion. Exilée en Russie, elle se sépa­ra des bol­che­viks qu’elle avait ini­tia­le­ment sou­te­nus et par­tit appuyer les liber­taires en Espagne, contre Franco. Celle que les ser­vices secrets nord-amé­ri­cains tenaient pour l’une des voix les plus « dan­ge­reuses » mou­rut d’un acci­dent vas­cu­laire céré­bral à Toronto, en 1940, après avoir dénon­cé le Pacte ger­ma­no-sovié­tique… Une vie, disait-elle, « de déses­poir noir et de fervent espoir » — l’un de ses amis salua, sur sa tombe, celle qui se bat­tit sans relâche, en tant qu’ou­vrière, infir­mière, essayiste et acti­viste, pour « un monde sans guerre, un monde sans pau­vre­té, un monde d’es­poir et de fra­ter­ni­té humaine ».


Amour libre : « S’il était pos­sible d’autopsier l’essentiel des cas de jalou­sie, il appa­raî­trait pro­ba­ble­ment que moins les pro­ta­go­nistes sont ani­més par un grand amour, plus leur jalou­sie est vio­lente et déter­mi­née. Deux per­sonnes liées par l’unité et par une har­mo­nie rela­tion­nelle ne craignent pas de réduire leur confiance mutuelle et leur sécu­ri­té si l’un d’entre eux éprouve de l’attraction pour un autre. » (« Jealousy : Causes and a Possible Cure » [1912], Marriage and Love & Jealousy : Causes and a Possible Cure, In the Spirit of Emma, 2008)

Berceau : « La France est le ber­ceau de l’a­nar­chie. C’est à ses fils les plus brillants que nous en devons la pater­ni­té, notam­ment au plus grand de tous, Proudhon. Ils ont livré pour leur idéal une bataille exté­nuante, ont encou­ru les per­sé­cu­tions, l’emprisonnement, par­fois au prix de leur propre vie. Pas en vain. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

Communisme liber­taire : « Le com­mu­nisme est néces­sai­re­ment liber­taire. Anarchiste. » (« Le com­mu­nisme n’existe pas en URSS », The American Mercury, avril 1935)

Disséminer : « On ne sou­li­gne­ra jamais assez que la révo­lu­tion ne sert à rien si elle n’est pas ins­pi­rée par son idéal ultime. Les méthodes révo­lu­tion­naires doivent être en har­mo­nie avec les objec­tifs révo­lu­tion­naires. Les moyens uti­li­sés pour appro­fon­dir la révo­lu­tion doivent cor­res­pondre à ses buts. En d’autres termes, les valeurs éthiques que la révo­lu­tion infu­se­ra dans la nou­velle socié­té doivent être dis­sé­mi­nées par les acti­vi­tés révo­lu­tion­naires de la période de tran­si­tion. Cette der­nière peut faci­li­ter le pas­sage à une vie meilleure mais seule­ment à condi­tion qu’elle soit construite avec les mêmes maté­riaux que la nou­velle vie que l’on veut construire. La révo­lu­tion est le miroir des jours qui suivent ; elle est l’enfant qui annonce l’Homme de demain. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

État : « Hommes et femmes, savez-vous que l’État est votre pire enne­mi ? C’est une machine qui vous écrase pour mieux sou­te­nir vos maîtres, ceux que l’on nomme la classe diri­geante. Et comme des enfants naïfs, vous vous en remet­tez à vos lea­ders poli­tiques. Avec votre com­pli­ci­té, ils s’emparent de votre confiance, mais c’est pour la vendre au plus offrant. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

Force : « Le savant, l’ingénieur, le spé­cia­liste, le cher­cheur, l’enseignant et l’artiste créa­teur, tout comme le menui­sier, le machi­niste, et tous les autres tra­vailleurs font inté­gra­le­ment par­tie de la force col­lec­tive qui per­met­tra à la révo­lu­tion de construire le nou­vel édi­fice social. Elle n’emploiera pas la haine, mais l’unité ; pas l’hostilité, mais la cama­ra­de­rie ; pas le pelo­ton d’exécution, mais la sym­pa­thie — telles sont les leçons à tirer du grand échec russe pour l’intel­li­gent­sia comme pour les ouvriers. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

Générosité : « Plus que tout autre chose, la pri­son fut une véri­table école de la vie. Une école dou­lou­reuse, mais com­bien pré­cieuse ! C’est là que je décou­vris les pro­fon­deurs et les com­plexi­tés de l’âme humaine, là que je com­pris le sens des mots lai­deur et beau­té, mes­qui­ne­rie et géné­ro­si­té. J’y appris à regar­der la vie avec mes propres yeux […]. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

Homosexualité : « Le [sujet] le plus tabou de notre socié­té : l’ho­mo­sexua­li­té. Cependant la cen­sure vint de mes propres rangs parce que je trai­tais de sujets aus­si peu natu­rels que l’ho­mo­sexua­li­té. L’anarchisme était suf­fi­sam­ment calom­nié, et on accu­sait déjà les mili­tants de dépra­va­tion […]. Moi, je croyais à la liber­té d’ex­pres­sion, et la cen­sure dans mon camp avait sur moi le même effet que la répres­sion poli­cière. Elle me ren­for­çait dans ma volon­té de défendre ceux qui sont vic­times d’in­jus­tice sociale comme ceux qui sont vic­times de pré­ju­gés puri­tains. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

(Lewis Wickes Hine)

Interruption volon­taire de gros­sesse : « Ces accou­che­ments me ren­daient malade et me déses­pé­raient : lorsque j’en reve­nais, je haïs­sais les hommes, que je tenais pour res­pon­sables des condi­tions effrayantes dans les­quelles vivaient ces femmes et ces enfants. Et je me haïs­sais encore plus de ne pas voir com­ment les secou­rir. […] Une vie non dési­rée que l’on main­tient dans une pau­vre­té abjecte ne m’a jamais paru sacrée. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

Journalistes : « Le grand pro­blème avec les jour­na­listes est que, géné­ra­le­ment, ils ignorent les évé­ne­ments cou­rants ou que, man­quant d’honnêteté, ils ne les évoquent jamais. » (« Le patrio­tisme, une menace contre la liber­té », Anarchism and Other Essays, New York & London : Mother Earth Publishing Association, 1911)

Kropotkine : « [Il] montre que dans le règne ani­mal aus­si bien que dans la socié­té humaine, la coopé­ra­tion — par oppo­si­tion aux luttes intes­tines — œuvre dans le sens de la sur­vi­vance et de l’é­vo­lu­tion des espèces. […] Pierre Kropotkine a mon­tré les résul­tats fan­tas­tiques qu’on peut attendre lorsque cette force qu’est l’in­di­vi­dua­li­té humaine œuvre en coopé­ra­tion avec d’autres. » (The Place for the Individual in Society, Chicago : Free Society Forum, 1940)

Libertaires russes : « La plu­part des anar­chistes russes eux-mêmes se trou­vaient mal­heu­reu­se­ment englués dans de tout petits groupes et des com­bats indi­vi­duels, plu­tôt que dans un grand mou­ve­ment social et col­lec­tif. Un his­to­rien impar­tial admet­tra cer­tai­ne­ment un jour que les anar­chistes ont joué un rôle très impor­tant dans la révo­lu­tion russe — un rôle beau­coup plus signi­fi­ca­tif et fécond que leur nombre rela­ti­ve­ment limi­té pou­vait le faire croire. Cependant, l’honnêteté et la sin­cé­ri­té m’obligent à recon­naître que leur tra­vail aurait été d’une valeur pra­tique infi­ni­ment plus grande s’ils avaient été mieux orga­ni­sés […]. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

Mouvement : « Une cause qui défen­dait un si bel idéal, qui lut­tait pour l’a­nar­chie, la libé­ra­tion et la liber­té, contre les idées reçues et les pré­ju­gés, une telle cause ne pou­vait exi­ger que l’on renonce à la vie et à la joie. Je pré­ci­sai que la Cause ne pou­vait espé­rer que je devienne une nonne, ni que le Mouvement se trans­forme en cloître. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

Nietzsche : « Avec lui, j’at­tei­gnis des hau­teurs aux­quelles je n’a­vais pas rêvé jusque-là. Ce lan­gage incan­ta­toire, cette beau­té vision­naire me don­naient envie de dévo­rer chaque ligne de ses écrits : mais j’é­tais trop pauvre pour les ache­ter. » (Living my Life, Alfred A. Knopf, 1931)

(Lewis Wickes Hine)

Offrant : « Ce sys­tème qui force les femmes à vendre leur fémi­ni­té et leur indé­pen­dance au plus offrant n’est qu’une rami­fi­ca­tion du même sys­tème infer­nal qui per­met à quelques uns de vivre sur les richesses pro­duites par leurs sem­blables, dont 99 % doivent tra­vailler et se réduire en escla­vage du matin au soir pour un salaire à peine suf­fi­sant à leur sur­vie, cepen­dant que les fruits de leur tra­vail sont absor­bés par une mino­ri­té de vam­pires dés­œu­vrés qui vivent entou­rés de tout ce que le monde compte de plus luxueux. » (« L’anarchisme et la ques­tion sexuelle », The Alarm, 27 sep­tembre 1896)

Pantalon : « [La femme] devrait être son égale [à l’homme] face au monde, comme elle l’est dans la réa­li­té. Elle est aus­si capable que lui, mais quand elle tra­vaille elle est moins payée. Pourquoi ? Parce qu’elle porte des jupes au lieu de pan­ta­lons. […] La femme, au lieu d’être consi­dé­rée comme la reine de la mai­son selon les livres clas­siques, est en fait la ser­vante, la maî­tresse et l’esclave du mari et des enfants. Elle perd tota­le­ment sa propre indi­vi­dua­li­té, elle perd même son nom qu’elle n’est pas auto­ri­sée à conser­ver. » (Interview publiée dans le Sunday Magazine Post Dispatch de Saint Louis, le 24 octobre 1897)

Question reli­gieuse : « J’étais de reli­gion juive quand j’étais enfant — vous savez, je suis juive —, mais main­te­nant je suis athée. Personne n’a été capable de prou­ver ni les ori­gines de la Bible, ni l’existence d’un dieu selon mon opi­nion. Je ne crois pas dans un au-delà à l’exception de l’au-delà qui est trou­vé dans la matière phy­sique qui existe dans le corps humain. Je pense que les vies existent dans d’autres formes ; et je ne pense pas que ce qui a été créé peut être per­du ; cela conti­nue encore et à nou­veau sous une forme ou une autre. L’âme n’existe pas ; tout est dans la matière phy­sique. » (Interview publiée dans le Sunday Magazine Post Dispatch de Saint Louis, le 24 octobre 1897)

Révolution : « Les valeurs humaines sont encore plus impor­tantes parce qu’elles fondent toutes les valeurs sociales. Nos ins­ti­tu­tions et nos condi­tions sociales reposent sur des idées pro­fon­dé­ment ancrées. Si l’on change ces condi­tions sans tou­cher aux idées et valeurs sous-jacentes, il ne s’agira alors que d’une trans­for­ma­tion super­fi­cielle, qui ne peut être durable ni ame­ner une amé­lio­ra­tion réelle. […] Le but ultime de tout chan­ge­ment social révo­lu­tion­naire est d’établir le carac­tère sacré de la vie humaine, la digni­té de l’homme, le droit de chaque être humain à la liber­té et au bien-être. Si tel n’est pas l’objectif essen­tiel de la révo­lu­tion, alors les chan­ge­ments sociaux vio­lents n’ont aucune jus­ti­fi­ca­tion. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

Sionisme : « Je m’oppose depuis de nom­breuses années au sio­nisme, qui n’est que le rêve des capi­ta­listes juifs dans le monde entier de créer un État juif avec tous ses acces­soires : gou­ver­ne­ment, lois, police, mili­ta­risme, etc. En d’autre termes, ils veulent créer une machine éta­tique juive pour pro­té­ger les pri­vi­lèges d’une mino­ri­té contre une majo­ri­té. » (Lettre à l’éditeur de Spain and the World, 26 août 1938)

Travail : « Le cer­veau et le muscle sont indis­pen­sables pour régé­né­rer la socié­té. Le tra­vail intel­lec­tuel et le tra­vail manuel coopèrent étroi­te­ment dans le corps social, comme le cer­veau et la main dans le corps humain. L’un ne peut fonc­tion­ner sans l’autre. Il est vrai que la plu­part des intel­lec­tuels se consi­dèrent comme une classe à part, supé­rieure aux ouvriers, mais par­tout les condi­tions sociales minent rapi­de­ment le pié­des­tal de l’intelligentsia. Les intel­lec­tuels sont for­cés d’admettre qu’eux aus­si sont des pro­lé­taires […]. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

URSS : « Il est désor­mais clair pour­quoi la révo­lu­tion russe, diri­gée par le Parti com­mu­niste, a échoué. Le pou­voir poli­tique du Parti, orga­ni­sé et cen­tra­li­sé dans l’État, a cher­ché à se main­te­nir par tous les moyens à sa dis­po­si­tion. Les auto­ri­tés cen­trales ont essayé de cana­li­ser de force les acti­vi­tés du peuple dans des formes cor­res­pon­dant aux objec­tifs du Parti. […] La révo­lu­tion russe reflète, à une petite échelle, la lutte sécu­laire entre le prin­cipe liber­taire et le prin­cipe auto­ri­taire. » (Postface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

(Lewis Wickes Hine)

Violence : « Je n’ai jamais nié que la vio­lence est inévi­table […]. Néanmoins, c’est une chose d’employer la vio­lence dans le com­bat, comme moyen de défense. C’est tout à fait autre chose d’en faire un prin­cipe de ter­reur, de l’ins­ti­tu­tion­na­li­ser, de l’as­si­gner à la place la plus essen­tielle de la lutte sociale. Un tel ter­ro­risme engendre la contre-révo­lu­tion et, à son tour, il devient lui-même contre-révo­lu­tion­naire. » (Préface à My Disillusionment in Russia, Doubleday, Page & Co, 1923)

WWI : « Les masses euro­péennes qui se battent dans les tran­chées et sur les champs de bataille ne sont pas moti­vées par un désir pro­fond de faire la guerre ; ce qui les a pous­sées sur les champs de bataille, c’est la com­pé­ti­tion impi­toyable entre d’infimes mino­ri­tés de pro­fi­teurs sou­cieux de déve­lop­per les équi­pe­ments mili­taires, des armées plus effi­caces, des bateaux de guerre plus grands, des canons de plus longue por­tée. On ne peut construire une armée puis la ran­ger dans une boîte comme on le fait avec des sol­dats de plomb. » (« La pré­pa­ra­tion mili­taire nous conduit tout droit au mas­sacre uni­ver­sel », Mother Earth, n° 10, décembre 1915)

Xénophobie : « L’Amérique est essen­tiel­le­ment un mel­ting-pot. Dans ce pays, aucun groupe natio­nal ne peut se van­ter d’appartenir à une race pure et supé­rieure, d’être déten­teur d’une mis­sion his­to­rique par­ti­cu­lière ou d’une culture plus spi­ri­tuelle. Et pour­tant les chau­vins et les spé­cu­la­teurs bel­li­cistes n’arrêtent pas d’ânonner les slo­gans sen­ti­men­taux du natio­na­lisme hypo­crite : L’Amérique aux Américains, L’Amérique d’abord, avant tout et tou­jours. » (« La pré­pa­ra­tion mili­taire nous conduit tout droit au mas­sacre uni­ver­sel », Mother Earth, n° 10, décembre 1915)

Yachting : « Regardez les soi­rées et les dîners des enfants de ces bour­geois, dont un seul plat aurait suf­fi à nour­rir des cen­taines d’affamés pour qui un repas d’eau et de pain est un luxe. Regardez ces fana­tiques de la mode pas­ser leur temps à inven­ter de nou­veaux moyens de s’amuser : sor­ties au théâtre, bals, concerts, yach­ting, cou­rant d’une par­tie à l’autre du globe dans une recherche folle de gaie­té et plai­sirs. Et alors tour­nez vous un moment et regar­dez ceux qui pro­duisent la richesse qui paie ces diver­tis­se­ment exces­sifs et arti­fi­ciels. » (« L’Anarchisme et la ques­tion sexuelle », The Alarm, 27 sep­tembre 1896)

Zénith : « […] le capi­ta­lisme a atteint son zénith le plus éhon­té. Eussent les tra­vailleurs la pos­si­bi­li­té d’a­voir leurs propres repré­sen­tants — ce que réclament à corps et à cris nos bons poli­ti­ciens socia­listes —, qu’en est-il de leur hon­nê­te­té et de leur bonne foi ? Il faut gar­der à l’es­prit que le che­min poli­ti­cien des bonnes inten­tions est pavé de pièges : on y trouve toutes formes de mani­gances pos­sibles et ima­gi­nables — grâce aux­quelles l’as­pi­rant poli­ti­cien peut atteindre le suc­cès. » (« Ce que signi­fie l’a­nar­chisme », Anarchism and Other Essays, Mother Earth Publishing Association, 1910)


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens ou cor­res­pon­dances des auteur.e.s.
Photographie de cou­ver­ture : Emma Goldman par Margaret Michaelis, 1936, Espagne


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Rosa Luxemburg, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Angela Davis, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de George Orwell, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Noam Chomsky, sep­tembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Daniel Bensaïd, mai 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+