L’abécédaire d’Angela Davis

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Texte inédit pour le site de Ballast

Communiste et ancienne pro­fes­seure de phi­lo­so­phie, celle qui fut une figure du Mouvement de libé­ra­tion noir — empri­son­née aux États-Unis au début des années 1970 — conti­nue de mili­ter pour la créa­tion d’un mou­ve­ment capable, à la fois, de « représente[r] la classe ouvrière, les mou­ve­ments anti­ra­cistes, les ques­tions fémi­nistes et LGBTQ, les reven­di­ca­tions contre la guerre et la jus­tice envi­ron­ne­men­tale ». C’est donc à « une lutte sans trêve » qu’Angela Davis nous invite — le titre de l’un de ses der­niers ouvrages…


Aujourd’hui : « Du fait de l’in­sis­tance à ras­sem­bler la race, le genre et d’autres caté­go­ries dans un cadre qui était aupa­ra­vant occu­pé par la classe seule, nous sommes désor­mais obli­gés de recon­naître à quel point la classe est tou­jours racia­li­sée et tou­jours gen­rée. En d’autres termes, la classe ouvrière d’au­jourd’­hui ne peut pas être appré­hen­dée comme prin­ci­pa­le­ment blanche et mas­cu­line. » (Sur la liber­té — Petite antho­lo­gie de l’é­man­ci­pa­tion, Aden, 2016)

Boycott : « Même si l’on ignore le nom de toutes ces femmes qui ont refu­sé de prendre le bus pour se rendre depuis leur quar­tier misé­rable vers les quar­tiers aisés des Blancs, il nous faut rendre hom­mage à leur vic­toire col­lec­tive. Ce boy­cott n’aurait pas pu réus­sir sans leur refus de mon­ter dans le bus. Et sans ce refus qui s’est avé­ré cru­cial, un per­son­nage tel que Martin Luther King n’aurait peut-être jamais émer­gé sur le devant de la scène. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

Consommation : « Je suis par­fois réel­le­ment déçue par le fait que nombre d’entre nous assu­mions d’être des mili­tants radi­caux sans pour­tant réflé­chir à la nour­ri­ture que nous met­tons dans nos corps. […] D’ordinaire, je ne men­tionne pas que je suis végane. Mais ça a évo­lué. Je pense que c’est le bon moment pour en par­ler car c’est l’une des com­po­santes de la pers­pec­tive révo­lu­tion­naire. […] La majo­ri­té des gens ne songe pas au fait qu’elle mange des ani­maux. Quand elle mange un steak ou du pou­let, elle ne pense pas à l’im­mense souf­france endu­rée par ces ani­maux uni­que­ment pour qu’ils deviennent des pro­duits ali­men­taires voués à la consom­ma­tion humaine. » (Conférence « On Revolution : A Conversation Between Grace Lee Boggs and Angela Davis », mars 2012)

Devoir : « La révo­lu­tion est une chose sérieuse, la chose la plus sérieuse dans la vie d’un révo­lu­tion­naire. Quand on s’en­gage dans la lutte, ce doit être pour la vie. […] Le tra­vail révo­lu­tion­naire sérieux est fait d’ef­forts per­sis­tants, métho­diques et col­lec­tifs pour orga­ni­ser les masses dans l’ac­tion. » (Autobiographie, Albin Michel, 1975)

Élargir : « Nous ne pou­vons pas seule­ment pen­ser en termes de crimes et de châ­ti­ments. Nous ne pou­vons pas pen­ser la pri­son uni­que­ment comme un lieu de puni­tion pour ceux qui ont com­mis des actes cri­mi­nels. Nous devons donc nous effor­cer d’élargir notre réflexion. Ce qui néces­site de se deman­der : pour­quoi, par exemple, y a‑t-il dans les pri­sons un nombre si dis­pro­por­tion­né de Noirs et de non-Blancs en géné­ral ? La ques­tion du racisme sur­git alors imman­qua­ble­ment. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

FBI : « Le FBI avait mis en place des moyens colos­saux pour avoir ma peau. Dans des com­mu­nau­tés noires, à tra­vers tout le pays, ils ont arrê­té des cen­taines de femmes qui me res­sem­blaient. Ils ont sur­veillé sans relâche ma famille et mes amis. Ma pho­to était affi­chée dans tout le pays, flan­quée de l’ins­crip­tion Armée et dan­ge­reuse ! J’ai tra­ver­sé cinq États en me dégui­sant. J’étais ter­ri­fiée. » (Entretien avec L’Express, 8 mars 2013)

Genre : « Je dus faire très tôt la connais­sance d’un syn­drome très répan­du par­mi les mili­tants noirs. En peu de mots, ils confon­daient leurs acti­vi­tés poli­tiques avec l’af­fir­ma­tion de leur viri­li­té. Ils pen­saient — et cer­tains conti­nuent à le pen­ser — que le fait d’être un homme noir leur don­nait des droits sur les femmes noires. » (Autobiographie, Albin Michel, 1975)

Hommes : « Il s’agit plu­tôt d’encourager une cer­taine prise de conscience afin que les hommes les plus pro­gres­sistes sachent qu’il est de leur res­pon­sa­bi­li­té de ral­lier d’autres hommes à la cause fémi­niste. Les hommes peuvent par­fois convaincre d’autres hommes plus effi­ca­ce­ment. Il est impor­tant que ceux que nous vou­drions asso­cier à nos luttes puissent avoir des modèles. Qu’est-ce que cela signi­fie pour un homme que de suivre l’exemple du fémi­nisme ? » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

2015, The Washington Post

Immigration : « L’immigration, bien évi­dem­ment, est le pro­duit de tous les chan­ge­ments éco­no­miques sur­ve­nus à l’échelle mon­diale — l’avènement d’un capi­ta­lisme mon­dial, et les trans­for­ma­tions struc­tu­relles de l’économie des pays du Sud qui obligent leur popu­la­tion à s’exiler pour sur­vivre. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

Justice : « Tout comme le com­bat contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud a fini par deve­nir une des pré­oc­cu­pa­tions pre­mières d’une grande majo­ri­té des mou­ve­ments de lutte pour la jus­tice dans le monde, la ques­tion pales­ti­nienne doit deve­nir la prio­ri­té de tous les mou­ve­ments pro­gres­sistes aujourd’hui. » (Entretien paru dans le n° 1 de la revue Ballast, 2014)

Ku Klux Klan : « Nous n’avons peut-être pas à subir les lyn­chages et la vio­lence du Ku Klux Klan de la même manière qu’autrefois, mais la vio­lence d’État, la vio­lence poli­cière, la vio­lence mili­taire sont loin d’avoir dis­pa­ru. Le Ku Klux Klan lui-même conti­nue de sévir en par­tie. Je ne pense pas que cela signi­fie pour autant que le mou­ve­ment pour les droits civiques a échoué. Son héri­tage est au contraire remar­quable : il a mis fin à la dis­cri­mi­na­tion juri­dique et au sys­tème de ségré­ga­tion. Les conquêtes sont réelles, et il ne faut pas sous-esti­mer leur impor­tance. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

Lutte fémi­niste : « Le fémi­nisme a tou­jours été tra­ver­sé de contra­dic­tions. […] De la même manière que le fémi­nisme domi­nant consen­tait au racisme et au colo­nia­lisme dans les époques pré­cé­dentes (ce qui per­siste bien enten­du encore de nos jours), le fémi­nisme sert d’a­li­bi à l’is­la­mo­pho­bie contem­po­raine. Ce qui veut dire que les approches inter­sec­tion­nelles pro­po­sées aux États-Unis par des fémi­nistes de cou­leur radi­cales sont d’au­tant plus impor­tantes aujourd’­hui. » (Sur la liber­té — Petite antho­lo­gie de l’é­man­ci­pa­tion, Aden, 2016)

Marx : « Selon une for­mule de Karl Marx désor­mais clas­sique, la reli­gion est l’o­pium du peuple. Autrement dit : la reli­gion enseigne aux hommes à se satis­faire de leur sort en ce monde, à accep­ter l’op­pres­sion — en orien­tant leurs espoirs et leurs dési­rs vers un domaine sur­na­tu­rel. Une somme réduite de souf­frances ter­restres ne compte pas en regard du bon­heur éter­nel. Comme Marcuse le rap­pelle volon­tiers, on néglige sou­vent le fait que Karl Marx a ajou­té que la reli­gion exprime les sou­haits uto­piques de la créa­ture oppri­mée. » (Angela Davis parle, Éditions Sociales, 1971)

Néolibéralisme : « Nous allons peut-être enfin nous éman­ci­per de l’individualisme der­rière lequel nous nous retran­chons à l’heure du néo­li­bé­ra­lisme. Les idéo­lo­gies néo­li­bé­rales nous conduisent à nous foca­li­ser sur l’individu et sur nous-mêmes, sur des vic­times indi­vi­duelles, des cou­pables indi­vi­duels. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

Occupy Wall Street, 2011, David E. Cooley

Obama : « L’erreur que nous avons com­mise après avoir élu Obama, c’est que nous n’avons pas main­te­nu la pres­sion. Directement après sa pres­ta­tion de ser­ment, nous aurions dû mobi­li­ser et exer­cer des pres­sions sur lui afin de rame­ner les sol­dats dans leurs foyers, de fer­mer Guantanamo, d’améliorer les soins de san­té… » (Entretien pour le Parti du tra­vail de Belgique, juin 2012)

Parvenir : « J’avais depuis long­temps la cer­ti­tude que, pour par­ve­nir à ses buts ultimes, la lutte de libé­ra­tion des Noirs aurait à s’in­sé­rer dans le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire qui, lui, englo­bait tous les tra­vailleurs. Il était aus­si clair pour moi que ce mou­ve­ment devait se diri­ger vers le socia­lisme. Et je savais que les Noirs — les tra­vailleurs noirs — devaient avoir un rôle de lea­der­ship impor­tant dans la lutte finale. » (Autobiographie, Albin Michel, 1975)

Questions phi­lo­so­phiques : « Socrate a énon­cé quelque chose de très pro­fond lors­qu’il a dit que la rai­son d’être de la phi­lo­so­phie est de nous ensei­gner la manière de bien vivre. À notre époque, bien vivre signi­fie se libé­rer du pro­blème urgent de la misère, de la néces­si­té éco­no­mique et de l’en­doc­tri­ne­ment, de l’op­pres­sion de l’es­prit. » (Angela Davis parle, Éditions Sociales, 1971)

Racisme : « On ne peut pas éra­di­quer le racisme tant qu’il est si pro­fon­dé­ment ancré dans la struc­ture de notre socié­té. C’est pour­quoi il est impor­tant de déve­lop­per une ana­lyse qui va au-delà de la simple dénon­cia­tion d’actes indi­vi­duels racistes : nous ne pou­vons plus nous conten­ter de pour­suivre en jus­tice des cou­pables iso­lés. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)

Sanders : « Mon approche a tou­jours consis­té à mettre l’ac­cent sur les poli­tiques indé­pen­dantes, plus radi­cales, mais je pense aus­si qu’il est impor­tant que Bernie Sanders ait sou­le­vé des ques­tions qui, sans quoi, n’au­raient jamais été posées dans le cadre de la cam­pagne entre les deux grands par­tis. » (Entretien pour le site Ebony, février 2016)

Totalité : « Oui, Monsieur, je suis com­mu­niste et je le consi­dère comme un des plus grands hon­neurs humains, parce que nous lut­tons pour la libé­ra­tion totale de la race humaine. » (Autobiographie, Albin Michel, 1975)

Unité : « Nous ne pou­vons plus lut­ter pour cette sorte d’u­ni­té sur laquelle les gens avaient ten­dance à comp­ter, par le pas­sé. Nous devons renon­cer à ces vieilles idées d’u­ni­té noire ou d’u­ni­té des femmes. Le genre d’u­ni­té dont nous avons besoin, je pense, est celle qui se forge autour de pro­jets poli­tiques, à l’in­verse de cette uni­té sim­pliste fon­dée sur la race ou le sexe. » (Entretien pour le Hastings Women’s Law Journal, volume 10, 1999)

Marche des femmes, Stéphanie Sugars

Violences sexuelles : « Il est sou­vent consi­dé­ré que le viol est un acte de luxure, et en consé­quence que les vio­leurs sont des hommes qui ne peuvent pas contrô­ler leur désir sexuel. La véri­té est pour­tant que la plu­part des vio­leurs n’a­gissent pas sous le coup d’une impul­sion dans le but de satis­faire une pul­sion sexuelle incon­trô­lable. Les motifs de ces hommes se situent plu­tôt dans le besoin socia­le­ment impo­sé d’exer­cer un pou­voir et un contrôle sur les femmes à tra­vers l’u­sage de la vio­lence. » (« La vio­lence contre les femmes et le défi constant du racisme », 1985)

Whitney : « Femme blanche du XXe siècle, Anita Whitney fut une pion­nière de la lutte contre le racisme. Avec ses cama­rades noires, elle for­gea la stra­té­gie com­mu­niste d’é­man­ci­pa­tion de la classe ouvrière ; le com­bat pour la libé­ra­tion des Noirs en était le pivot. […] On lui deman­da un jour : Anita, com­ment voyez-vous le Parti com­mu­niste ? Qu’est-ce qu’il signi­fie pour vous ? – Eh bien, il a don­né un sens à ma vie, dit-elle avec un sou­rire incré­dule, un peu éton­née par cette ques­tion. » (Femmes, race et classe, Éditions des femmes, 1983)

XXIe siècle : « Nous ne devons pas sous-esti­mer les luttes du XXIe siècle, et nous ne devons pas sous-esti­mer ce qu’Internet per­met. Un tel ras­sem­ble­ment, aus­si rapide, aus­si mas­sif, était impen­sable sans ce nou­vel outil. Il y a eu des cam­pe­ments dans le monde entier. Aux États-Unis, ce qui fait d’Occupy un mou­ve­ment vrai­ment neuf, c’est qu’on n’avait plus fait de cri­tique col­lec­tive du capi­ta­lisme depuis les années 1930. » (Entretien pour Libération, mars 2013)

Yeux : « Quand on par­la du socia­lisme dans ma classe d’his­toire, ce fut comme si un monde nou­veau s’ou­vrait à mes yeux. Pour la pre­mière fois, la notion d’une poli­tique socio-éco­no­mique idéale me devint fami­lière […]. Le Manifeste com­mu­niste me frap­pa comme un coup de foudre. Je le lus avec avi­di­té, car j’y trou­vais des réponses aux dilemmes appa­rem­ment sans réponse qui m’a­vaient assaillie. » (Autobiographie, Albin Michel, 1975)

Zones : « Nous vivons encore, en effet, dans le mythe selon lequel les esclaves ont été libé­rés par Lincoln. Ce mythe se per­pé­tue à tra­vers la culture de masse — même à tra­vers un film comme Lincoln. Or Lincoln n’a pas libé­ré les esclaves. Nous vivons pareille­ment dans le mythe selon lequel le mou­ve­ment pour les droits civiques a libé­ré ceux qui étaient consi­dé­rés comme des citoyens de seconde zone. Les droits civiques, natu­rel­le­ment, consti­tuent un élé­ment essen­tiel de la liber­té qui fut reven­di­quée à cette époque. Mais leur obten­tion n’a réso­lu qu’une par­tie du pro­blème. » (Une lutte sans trêve, La Fabrique, 2016)


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens et cor­res­pon­dances des auteur.e.s.
Portrait en vignette : Patrick Tehan/Bay Area News Group, mai 1998.
Photographie de ban­nière : AP Photo/Sal Veder, décembre 1971

REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de George Orwell, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Noam Chomsky, sep­tembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Daniel Bensaïd, mai 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.