Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Vers la révolution écosocialiste [2/2]


Traduction d’un texte de Climate & Capitalism pour le site de Ballast

Le temps est comp­té mais il n’est pas trop tard pour agir, estime le phi­lo­sophe fran­co-bré­si­lien Michael Löwy. Chacun sait que le sys­tème capi­ta­liste est très lar­ge­ment res­pon­sable de la crise éco­lo­gique ; cha­cun sait « la guerre » qu’il mène contre l’en­vi­ron­ne­ment — inutile d’y reve­nir. La ques­tion cli­ma­tique s’im­pose dès lors, pour­suit-il, comme « la ques­tion sociale et poli­tique la plus impor­tante du XXIe siècle ». Pour y répondre, les éco­so­cia­listes s’é­chinent, depuis 20 ans, à s’or­ga­ni­ser de par le monde — en Afrique du Sud, au Brésil, en Australie, au Canada, en Inde, en Turquie ou encore aux États-Unis. Dans ce second volet, Löwy revient sur l’é­chec inévi­table du mou­ve­ment éco­lo­giste s’il n’en­tend pas rompre avec le capi­ta­lisme, c’est-à-dire se tour­ner vers le socia­lisme, et sur le carac­tère obso­lète du mou­ve­ment anti­ca­pi­ta­liste s’il ne place pas l’é­co­lo­gie en son centre.


[lire le pre­mier volet]


Les ques­tions envi­ron­ne­men­tales n’é­tant pas aus­si mar­quantes au XIXe siècle qu’à notre époque de catas­trophe éco­lo­gique nais­sante, ces pré­oc­cu­pa­tions n’ont pas joué un rôle cen­tral dans les tra­vaux de Marx et Engels. Néanmoins, leurs écrits uti­lisent des argu­ments et des concepts essen­tiels concer­nant le lien entre dyna­mique capi­ta­liste et des­truc­tion de l’en­vi­ron­ne­ment natu­rel, et le déve­lop­pe­ment d’une alter­na­tive socia­liste et éco­lo­gique au sys­tème domi­nant. Certains pas­sages de Marx et d’Engels (et, sans conteste, dans les cou­rants mar­xistes domi­nants qui ont sui­vi) adoptent une posi­tion non cri­tique à l’é­gard des forces pro­duc­tives créées par le capi­tal, trai­tant le « déve­lop­pe­ment des forces pro­duc­tives » comme le prin­ci­pal fac­teur du pro­grès humain. Cependant, Marx était radi­ca­le­ment oppo­sé à ce que nous appe­lons aujourd’­hui le « pro­duc­ti­visme » — la logique capi­ta­liste selon laquelle l’ac­cu­mu­la­tion de capi­tal, de richesses et de mar­chan­dises devient une fin en soi.

« Chaque pro­grès de l’agriculture capi­ta­liste est un pro­grès non seule­ment dans l’art d’exploiter le tra­vailleur, mais encore dans l’art de dépouiller le sol. »

L’idée fon­da­men­tale de l’é­co­no­mie socia­liste — contrai­re­ment aux cari­ca­tures bureau­cra­tiques qui pré­va­laient dans les expé­riences « socia­listes » du XXe siècle — est de pro­duire des valeurs d’u­sage, des biens néces­saires à la satis­fac­tion des besoins, au bien-être et à l’é­pa­nouis­se­ment de l’Homme. Pour Marx, la carac­té­ris­tique cen­trale du pro­grès tech­nique n’é­tait pas la crois­sance indé­fi­nie des pro­duits (« avoir »), mais la réduc­tion du tra­vail socia­le­ment néces­saire et l’aug­men­ta­tion conco­mi­tante du temps libre (« être »). L’accent mis par Marx sur l’au­to-déve­lop­pe­ment com­mu­niste, sur le temps libre pour les acti­vi­tés artis­tiques, éro­tiques ou intel­lec­tuelles — par oppo­si­tion à l’ob­ses­sion capi­ta­liste de la consom­ma­tion de biens de plus en plus maté­riels — implique une réduc­tion déci­sive de la pres­sion sur l’en­vi­ron­ne­ment naturel.

Au-delà du béné­fice pré­su­mé pour l’en­vi­ron­ne­ment, une contri­bu­tion mar­xienne essen­tielle à la pen­sée éco­lo­gique socia­liste consiste à attri­buer au capi­ta­lisme une faille méta­bo­lique — c’est-à-dire une per­tur­ba­tion de l’é­change maté­riel entre les socié­tés humaines et l’en­vi­ron­ne­ment natu­rel. Cette ques­tion est notam­ment abor­dée dans un pas­sage bien connu du Capital :

La grande pro­prié­té fon­cière réduit la popu­la­tion agri­cole à un mini­mum, à un chiffre qui baisse constam­ment en face d’une popu­la­tion indus­trielle concen­trée dans les grandes villes et qui s’accroît sans cesse ; elle crée ain­si des condi­tions qui pro­voquent un hia­tus irré­mé­diable dans l’équilibre com­plexe du méta­bo­lisme social com­po­sé par les lois natu­relles de la vie ; il s’ensuit un gas­pillage des forces du sol, gas­pillage que le com­merce trans­fère bien au-delà des fron­tières du pays consi­dé­ré. […] En outre, chaque pro­grès de l’agriculture capi­ta­liste est un pro­grès non seule­ment dans l’art d’exploiter le tra­vailleur, mais encore dans l’art de dépouiller le sol ; chaque pro­grès dans l’art d’accroître sa fer­ti­li­té pour un temps, un pro­grès dans la ruine de ses sources durables de fer­ti­li­té. Plus un pays, les États‑Unis du nord de l’Amérique, par exemple, se déve­loppe sur la base de la grande indus­trie, plus ce pro­cès de des­truc­tion s’accomplit rapi­de­ment. La pro­duc­tion capi­ta­liste ne déve­loppe donc la tech­nique et la com­bi­nai­son du pro­cès de pro­duc­tion sociale qu’en épui­sant en même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : La terre et le travailleur.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Ce pas­sage impor­tant cla­ri­fie la vision dia­lec­tique de Marx sur les contra­dic­tions du « pro­grès » et ses consé­quences des­truc­trices pour la nature dans les condi­tions capi­ta­listes. L’exemple, bien sûr, se limite à la perte de fer­ti­li­té du sol. Mais sur cette base, Marx tire l’i­dée géné­rale que la pro­duc­tion capi­ta­liste incarne une ten­dance à miner les « condi­tions natu­relles éter­nelles ». D’un point de vue simi­laire, Marx réitère l’ar­gu­ment, plus fami­lier, selon lequel la même logique pré­da­trice du capi­ta­lisme exploite et avi­lit les tra­vailleurs. Alors que la plu­part des éco­so­cio­logues contem­po­rains s’ins­pirent des idées de Marx, l’é­co­lo­gie a pris une place de plus en plus cen­trale dans leur ana­lyse et leur action. Au cours des années 1970 et 1980, en Europe comme aux États-Unis, un socia­lisme éco­lo­gique a com­men­cé à prendre forme. Manuel Sacristan, un phi­lo­sophe espa­gnol dis­si­dent-com­mu­niste, a fon­dé la revue éco­so­cia­liste et fémi­niste Mientras Tanto en 1979, intro­dui­sant le concept dia­lec­tique de « forces des­truc­tives-pro­duc­tives ». Raymond Williams, socia­liste bri­tan­nique et fon­da­teur des études cultu­relles modernes, a été l’un des pre­miers en Europe à appe­ler à un « socia­lisme éco­lo­gi­que­ment conscient » ; on lui attri­bue même sou­vent le mérite d’a­voir inven­té le terme « éco­so­cia­lisme ». André Gorz, phi­lo­sophe et jour­na­liste fran­çais, a sou­te­nu l’i­dée que l’é­co­lo­gie poli­tique doit por­ter une cri­tique de la pen­sée éco­no­mique et appe­lé à une trans­for­ma­tion éco­lo­gique et huma­niste du tra­vail. Barry Commoner, un bio­lo­giste amé­ri­cain, a sou­te­nu que le sys­tème capi­ta­liste et sa tech­no­lo­gie — et non la crois­sance démo­gra­phique — étaient res­pon­sables de la des­truc­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, ce qui l’a conduit à la conclu­sion qu’une « sorte de socia­lisme » était l’al­ter­na­tive réaliste.

« Le sys­tème capi­ta­liste est l’un des prin­ci­paux res­pon­sables du chan­ge­ment cli­ma­tique et de la crise éco­lo­gique plus large qui touche la Terre. »

Dans les années 1980, James O’Connor a fon­dé l’in­fluente revue Capitalism Nature Socialism. La revue s’est ins­pi­rée de l’i­dée de O’Connor sur la « deuxième contra­dic­tion du capi­ta­lisme ». Dans cette for­mu­la­tion, la pre­mière contra­dic­tion est la contra­dic­tion mar­xiste entre les forces et les rap­ports de pro­duc­tion ; la deuxième se situe entre le mode de pro­duc­tion et les « condi­tions de pro­duc­tion » — en par­ti­cu­lier, l’é­tat de l’en­vi­ron­ne­ment. Une nou­velle géné­ra­tion d’é­co­marxistes est appa­rue dans les années 2000, dont John Bellamy Foster et d’autres, autour de la revue Monthly Review : ils ont déve­lop­pé le concept mar­xiste de « frac­ture méta­bo­lique » entre les socié­tés humaines et l’en­vi­ron­ne­ment. En 2001, Joel Kovel et l’au­teur des pré­sentes lignes ont publié un Manifeste éco­so­cia­liste, déve­lop­pé plus avant par les mêmes auteurs, aux côtés de Ian Angus cette fois, dans le « Manifeste éco­so­cia­liste de Belem » de 2008, signé par des cen­taines de per­sonnes de 40 pays et dis­tri­bué au Forum social mon­dial en 2009. Il est deve­nu une réfé­rence impor­tante pour les éco­so­cia­listes du monde entier.

Pourquoi les écologistes doivent être socialistes

Comme ces auteurs, et d’autres, l’ont mon­tré, le capi­ta­lisme est incom­pa­tible avec un quel­conque ave­nir durable. Le sys­tème capi­ta­liste, une machine de crois­sance éco­no­mique pro­pul­sée par les com­bus­tibles fos­siles depuis la Révolution indus­trielle, est l’un des prin­ci­paux res­pon­sables du chan­ge­ment cli­ma­tique et de la crise éco­lo­gique plus large qui touche la Terre. Sa logique irra­tion­nelle d’ex­pan­sion et d’ac­cu­mu­la­tion sans fin, de gas­pillage des res­sources, de consom­ma­tion osten­ta­toire, d’ob­so­les­cence pro­gram­mée et de recherche du pro­fit à tout prix conduit la pla­nète au bord de l’abîme.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Le « capi­ta­lisme vert » (la stra­té­gie qui consiste à réduire l’im­pact envi­ron­ne­men­tal tout en main­te­nant les ins­ti­tu­tions éco­no­miques domi­nantes) offre-t-il une solu­tion ? L’invraisemblance d’un tel scé­na­rio de réforme poli­tique est illus­trée de la manière la plus écla­tante par l’é­chec d’un quart de siècle de confé­rences inter­na­tio­nales visant à trai­ter effi­ca­ce­ment le chan­ge­ment cli­ma­tique. Les forces poli­tiques enga­gées dans l’« éco­no­mie de mar­ché » capi­ta­liste qui ont créé le pro­blème ne peuvent être à l’o­ri­gine de la solu­tion. Lors de la confé­rence de Paris sur le cli­mat de 2015, de nom­breux pays ont ain­si déci­dé de faire de sérieux efforts pour main­te­nir l’aug­men­ta­tion moyenne de la tem­pé­ra­ture mon­diale en des­sous de 2 °C (idéa­le­ment, ont-ils conve­nu, en des­sous de 1,5 °C). En consé­quence, ils se sont por­tés volon­taires pour mettre en œuvre des mesures visant à réduire leurs émis­sions de gaz à effet de serre. Ils n’ont tou­te­fois mis en place aucun méca­nisme d’ap­pli­ca­tion ni de consé­quences en cas de non-res­pect, ce qui ne garan­tit pas qu’un pays tien­dra sa parole. Les États-Unis, deuxième plus gros émet­teur de car­bone au monde, sont désor­mais diri­gés par un néga­tion­niste du cli­mat [texte écrit avant la départ de Donald Trump, ndlr] qui les a reti­rés de l’ac­cord. Même si tous les pays res­pec­taient leurs enga­ge­ments, la tem­pé­ra­ture mon­diale aug­men­te­rait de 3 °C ou plus, avec un risque impor­tant de chan­ge­ment cli­ma­tique désas­treux et irréversible.

« Le défi envi­ron­ne­men­tal — construire un sys­tème alter­na­tif qui reflète le bien com­mun dans son ADN ins­ti­tu­tion­nel — devient inex­tri­ca­ble­ment lié au défi socialiste. »

Le défaut fatal du capi­ta­lisme vert réside dans le conflit entre la micro-ratio­na­li­té du mar­ché capi­ta­liste, avec son cal­cul à courte vue des pertes et pro­fits, et la macro-ratio­na­li­té de l’ac­tion col­lec­tive pour le bien com­mun. La logique aveugle du mar­ché résiste à une trans­for­ma­tion rapide de l’éner­gie pour s’é­loi­gner de la dépen­dance aux com­bus­tibles fos­siles, en contra­dic­tion intrin­sèque avec la ratio­na­li­té éco­lo­gique. Il ne s’a­git pas d’ac­cu­ser les « mau­vais » capi­ta­listes éco­ci­daires, par oppo­si­tion aux « bons » capi­ta­listes verts : la faute incombe à un sys­tème ancré dans une concur­rence impi­toyable et une course au pro­fit à court terme qui détruit l’é­qui­libre de la nature. Le défi envi­ron­ne­men­tal — construire un sys­tème alter­na­tif qui reflète le bien com­mun dans son ADN ins­ti­tu­tion­nel — devient inex­tri­ca­ble­ment lié au défi socialiste.

Ce défi exige la construc­tion de ce que E. P. Thompson a appe­lé une « éco­no­mie morale », fon­dée sur des prin­cipes non moné­taires et extra-éco­no­miques, sociaux-éco­lo­giques et régie par des pro­ces­sus de déci­sion démo­cra­tiques. Bien plus qu’une réforme pro­gres­sive, ce qu’il faut, c’est l’é­mer­gence d’une civi­li­sa­tion sociale et éco­lo­gique qui fasse naître une nou­velle struc­ture éner­gé­tique et un ensemble de valeurs et un mode de vie post-consu­mé­riste. La réa­li­sa­tion de cette vision ne sera pas pos­sible sans une pla­ni­fi­ca­tion et un contrôle publics sur les « moyens de pro­duc­tion », les intrants phy­siques uti­li­sés pour pro­duire une valeur éco­no­mique — telles que les ins­tal­la­tions, les machines et les infrastructures.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Une poli­tique éco­lo­gique qui fonc­tionne dans le cadre des ins­ti­tu­tions et des règles domi­nantes de l’« éco­no­mie de mar­ché » ne per­met­tra pas de rele­ver les pro­fonds défis envi­ron­ne­men­taux aux­quels nous sommes confron­tés. Les éco­lo­gistes qui ne recon­naissent pas que le « pro­duc­ti­visme » découle de la logique du pro­fit sont voués à l’é­chec — ou, pire, à être absor­bés par le sys­tème. Les exemples abondent. L’absence d’une posi­tion anti­ca­pi­ta­liste cohé­rente a conduit la plu­part des par­tis verts euro­péens — notam­ment en France, en Allemagne, en Italie et en Belgique — à deve­nir de simples par­te­naires « éco-réfor­mistes » dans la ges­tion sociale-libé­rale du capi­ta­lisme par les gou­ver­ne­ments de centre-gauche. Bien sûr, la nature ne s’en est pas mieux sor­tie sous le « socia­lisme » de type sovié­tique que sous le capi­ta­lisme. C’est d’ailleurs l’une des rai­sons pour les­quelles l’é­co­so­cia­lisme a un pro­gramme et une vision très dif­fé­rents du soi-disant « socia­lisme réel­le­ment exis­tant » du pas­sé. Puisque les racines du pro­blème éco­lo­gique sont sys­té­miques, l’é­co­lo­gie doit remettre en ques­tion le sys­tème capi­ta­liste domi­nant, ce qui signi­fie qu’il faut prendre au sérieux la syn­thèse du XXIe siècle entre l’é­co­lo­gie et le socia­lisme : l’écosocialisme.

Pourquoi les socialistes doivent être écologistes

« L’absence d’une posi­tion anti­ca­pi­ta­liste cohé­rente a conduit la plu­part des par­tis verts euro­péens à deve­nir de simples par­te­naires éco-réfor­mistes. »

La sur­vie de la socié­té civi­li­sée, et peut-être d’une grande par­tie de la vie sur la pla­nète Terre, est en jeu. Une théo­rie ou un mou­ve­ment socia­liste qui n’in­tègre pas l’é­co­lo­gie comme élé­ment cen­tral de son pro­gramme et de sa stra­té­gie est ana­chro­nique et sans inté­rêt. Le chan­ge­ment cli­ma­tique repré­sente l’ex­pres­sion la plus mena­çante de la crise éco­lo­gique pla­né­taire, posant un défi sans pré­cé­dent his­to­rique. Si on laisse les tem­pé­ra­tures mon­diales dépas­ser les niveaux pré­in­dus­triels de plus de 2 °C, les scien­ti­fiques pré­voient des consé­quences de plus en plus graves — comme une élé­va­tion du niveau de la mer si impor­tante qu’elle ris­que­rait de sub­mer­ger la plu­part des villes mari­times, de Dacca au Bangladesh à Amsterdam, Venise ou New York. Une déser­ti­fi­ca­tion à grande échelle, une per­tur­ba­tion du cycle hydro­lo­gique et de la pro­duc­tion agri­cole, des phé­no­mènes météo­ro­lo­giques plus fré­quents et plus extrêmes et la dis­pa­ri­tion d’es­pèces sont autant de menaces. Nous en sommes déjà à 1 °C. À quelle aug­men­ta­tion de tem­pé­ra­ture (5, 6 ou 7 °C) allons-nous atteindre un point de bas­cu­le­ment au-delà duquel la pla­nète ne pour­ra plus sup­por­ter la vie civi­li­sée, voire devien­dra inhabitable ?

Il est par­ti­cu­liè­re­ment inquié­tant de consta­ter que les effets du chan­ge­ment cli­ma­tique s’ac­cu­mulent à un rythme bien plus rapide que ne le pré­disent les cli­ma­to­logues, qui — comme presque tous les scien­ti­fiques — ont ten­dance à être très pru­dents. L’encre ne sèche pas plus vite sur un rap­port du Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat lorsque l’aug­men­ta­tion des impacts cli­ma­tiques le fait paraître trop opti­miste. Alors que l’ac­cent était autre­fois mis sur ce qui se pas­se­ra dans un ave­nir loin­tain, l’at­ten­tion s’est de plus en plus por­tée sur ce à quoi nous sommes confron­tés aujourd’­hui et dans les années à venir.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Certains socia­listes recon­naissent la néces­si­té d’in­té­grer l’é­co­lo­gie, mais s’op­posent au terme « éco­so­cia­lisme », arguant que le socia­lisme inclut déjà l’é­co­lo­gie, le fémi­nisme, l’an­ti­ra­cisme ain­si que d’autres fronts pro­gres­sistes. Cependant, le terme « éco­so­cia­lisme », en sug­gé­rant un chan­ge­ment déci­sif des idées socia­listes, revêt une signi­fi­ca­tion poli­tique impor­tante. Premièrement, il reflète une nou­velle com­pré­hen­sion du capi­ta­lisme en tant que sys­tème basé non seule­ment sur l’ex­ploi­ta­tion mais aus­si sur la des­truc­tion — la des­truc­tion mas­sive des condi­tions de vie sur la pla­nète. Deuxièmement, l’é­co­so­cia­lisme étend la signi­fi­ca­tion de la trans­for­ma­tion socia­liste au-delà d’un chan­ge­ment de pro­prié­té : une trans­for­ma­tion civi­li­sa­tion­nelle de l’ap­pa­reil pro­duc­tif, des modes de consom­ma­tion et de l’en­semble du mode de vie. Troisièmement, ce nou­veau terme sou­ligne la vision cri­tique qu’il adopte des expé­riences du XXe siècle au nom du socialisme.

« L’écosocialisme étend la signi­fi­ca­tion de la trans­for­ma­tion socia­liste au-delà d’un chan­ge­ment de pro­prié­té : une trans­for­ma­tion civilisationnelle. »

Le socia­lisme du XXe siècle, dans ses ten­dances domi­nantes (social-démo­cra­tie et com­mu­nisme de type sovié­tique), était, au mieux, inat­ten­tif à l’im­pact humain sur l’en­vi­ron­ne­ment et, au pire, com­plè­te­ment mépri­sant. Les gou­ver­ne­ments ont adop­té et adap­té l’ap­pa­reil pro­duc­tif capi­ta­liste occi­den­tal dans un effort de « déve­lop­pe­ment », tout en igno­rant lar­ge­ment les coûts néga­tifs pro­fonds sous forme de dégra­da­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. L’URSS en est un par­fait exemple. Les pre­mières années qui ont sui­vi la Révolution d’Octobre ont vu se déve­lop­per un cou­rant éco­lo­gique : un cer­tain nombre de mesures de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment ont été pro­mul­guées. Mais, à la fin des années 1920, du fait du pro­ces­sus de bureau­cra­ti­sa­tion sta­li­nienne en cours, un pro­duc­ti­visme insou­ciant de l’en­vi­ron­ne­ment s’est impo­sé dans l’in­dus­trie et l’a­gri­cul­ture au moyen de méthodes tota­li­taires, tan­dis que les éco­lo­gistes étaient mar­gi­na­li­sés ou éli­mi­nés. L’accident de Tchernobyl de 1986 est un emblème dra­ma­tique des consé­quences désas­treuses à long terme.

Changer qui pos­sède des biens sans chan­ger la façon dont ils sont gérés est une impasse. Le socia­lisme doit pla­cer la ges­tion démo­cra­tique et la réor­ga­ni­sa­tion du sys­tème pro­duc­tif au cœur de la trans­for­ma­tion, ain­si qu’un enga­ge­ment ferme en faveur de la ges­tion éco­lo­gique. Pas seule­ment le socia­lisme ou l’é­co­lo­gie, mais l’écosocialisme.

L’écosocialisme et la Grande Transition

La lutte pour le socia­lisme vert à long terme exige de lut­ter pour des réformes concrètes et urgentes à court terme. Sans se faire d’illu­sions sur les pers­pec­tives d’un « capi­ta­lisme propre », le mou­ve­ment pour un chan­ge­ment pro­fond doit essayer de réduire les risques pour les per­sonnes et la pla­nète, tout en gagnant du temps pour obte­nir le sou­tien néces­saire à un chan­ge­ment plus fon­da­men­tal. En par­ti­cu­lier, la bataille pour for­cer les puis­sances en place à réduire dras­ti­que­ment les émis­sions de gaz à effet de serre reste un front clé, de même que les efforts locaux pour pas­ser à des méthodes agroé­co­lo­giques, à l’éner­gie solaire coopé­ra­tive et à la ges­tion com­mu­nau­taire des ressources.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Ces luttes concrètes et immé­diates sont impor­tantes en soi : des vic­toires par­tielles sont essen­tielles pour lut­ter contre la dété­rio­ra­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et le déses­poir face à l’a­ve­nir. À plus long terme, ces cam­pagnes peuvent contri­buer à éle­ver la conscience éco­lo­gique et socia­liste et à pro­mou­voir l’ac­ti­visme d’en bas. La prise de conscience et l’au­to-orga­ni­sa­tion sont toutes deux des condi­tions préa­lables et des fon­de­ments déci­sifs pour trans­for­mer radi­ca­le­ment le sys­tème mon­dial. L’amplification de mil­liers d’ef­forts locaux et par­tiels en un mou­ve­ment mon­dial sys­té­mique glo­bal ouvre la voie à une Grande Transition : une nou­velle socié­té et un nou­veau mode de vie. Cette vision imprègne l’i­dée popu­laire d’un « mou­ve­ment des mou­ve­ments », née du mou­ve­ment pour la jus­tice mon­diale et des Forums sociaux mon­diaux, et qui, depuis de nom­breuses années, a favo­ri­sé la conver­gence des mou­ve­ments sociaux et envi­ron­ne­men­taux dans une lutte com­mune. L’écosocialisme n’est qu’un cou­rant par­mi d’autres dans ce cou­rant plus large, sans pré­tendre qu’il est « plus impor­tant » ou « plus révo­lu­tion­naire » que les autres. Une telle pré­ten­tion concur­ren­tielle engendre une pola­ri­sa­tion contre-pro­duc­tive alors que ce qu’il faut, c’est l’unité.

« Le mou­ve­ment pour la jus­tice cli­ma­tique réunit l’an­ti­ra­cisme et l’é­co­so­cia­lisme dans la lutte contre la des­truc­tion des condi­tions de vie des com­mu­nau­tés souf­frant de discrimination. »

L’écosocialisme vise plu­tôt à contri­buer à un ethos com­mun adop­té par les dif­fé­rents mou­ve­ments pour une Grande Transition. L’écosocialisme se consi­dère comme fai­sant par­tie d’un mou­ve­ment inter­na­tio­nal : puisque les crises éco­lo­giques, éco­no­miques et sociales mon­diales ne connaissent pas de fron­tières, la lutte contre les forces sys­té­miques qui sont à l’o­ri­gine de ces crises doit éga­le­ment être mon­dia­li­sée. De nom­breuses inter­sec­tions impor­tantes font sur­face entre l’é­co­so­cia­lisme et d’autres mou­ve­ments, notam­ment les efforts visant à relier l’é­co­fé­mi­nisme et l’é­co­so­cia­lisme comme étant conver­gents et com­plé­men­taires. Le mou­ve­ment pour la jus­tice cli­ma­tique réunit l’an­ti­ra­cisme et l’é­co­so­cia­lisme dans la lutte contre la des­truc­tion des condi­tions de vie des com­mu­nau­tés souf­frant de dis­cri­mi­na­tion. Dans les mou­ve­ments indi­gènes, cer­tains diri­geants sont des éco­so­cia­listes ; de nom­breux éco­so­cia­listes voient quant à eux dans le mode de vie indi­gène, fon­dé sur la soli­da­ri­té com­mu­nau­taire et le res­pect de la « Pachamama », une source d’ins­pi­ra­tion pour la pers­pec­tive éco­so­cia­liste. De même, l’é­co­so­cia­lisme trouve sa voix au sein des mou­ve­ments pay­sans, syn­di­caux, décrois­sants — pour ne par­ler que d’eux.

Le mou­ve­ment de ras­sem­ble­ment des mou­ve­ments cherche à chan­ger le sys­tème, convain­cu qu’un autre monde est pos­sible au-delà de la mar­chan­di­sa­tion, de la des­truc­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, de l’ex­ploi­ta­tion et de l’op­pres­sion. Le pou­voir des élites diri­geantes en place est indé­niable et les forces de l’op­po­si­tion radi­cale res­tent faibles. Mais elles se déve­loppent et repré­sentent notre espoir d’ar­rê­ter le cours catas­tro­phique de la « crois­sance » capi­ta­liste. L’écosocialisme apporte une pers­pec­tive impor­tante pour nour­rir la com­pré­hen­sion et la stra­té­gie de ce mou­ve­ment pour une Grande Transition. Walter Benjamin a défi­ni les révo­lu­tions non comme la loco­mo­tive de l’Histoire, comme le pen­sait Marx, mais comme le fait pour l’hu­ma­ni­té de tirer sur le frein de secours avant que le train ne tombe dans l’a­bîme. Nous n’a­vons jamais autant eu besoin d’at­teindre ce levier ensemble et de tra­cer une nou­velle voie vers une des­ti­na­tion dif­fé­rente. L’idée et la pra­tique éco­so­cia­listes peuvent aider à orien­ter ce pro­jet his­to­rique mondial.


Traduit de l’anglais par la rédac­tion de Ballast, avec l’aimable auto­ri­sa­tion de l’auteur | « Ecosocialism : A Vital Synthesis », Climate & Capitalism, 16 décembre 2020
Photographies de ban­nière et de vignette : Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

REBONDS

☰ Lire notre article « Écologie : socia­lisme ou bar­ba­rie — par Murray Bookchin », mars 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéo­lo­giques sont pos­sibles », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Corinne Morel Darleux : « Il y a tou­jours un dixième de degré à aller sau­ver », juin 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Murray Bookchin, sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Charbonnier : « L’écologie, c’est réin­ven­ter l’idée de pro­grès social », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
Sur le même sujet :
Michael Löwy

Philosophe marxiste et écosocialiste franco-brésilien. Il est notamment l'auteur, avec Olivier Besancenot, de Affinités révolutionnaires : Nos étoiles rouges et noires (2014).

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.