L’écoféminisme : qu’est-ce donc ?


Texte inédit pour le site de Ballast

Dans les milieux mili­tants et aca­dé­miques fran­çais, l’heure semble à la décou­verte pro­gres­sive de l’écoféminisme. En mani­fes­ta­tion, on ne compte plus les pan­cartes tout à la fois fémi­nistes et éco­lo­gistes. Né aux États-Unis contre l’in­dus­trie nucléaire dans les années 1970 et 80 — et désor­mais por­té en Amérique latine, en Inde ou en Indonésie —, ce mou­ve­ment poli­tique et phi­lo­so­phique hété­ro­clite (cultu­rel, spi­ri­tua­liste, maté­ria­liste, socia­liste, queer ou encore végé­ta­rien) cor­rèle la mise à sac des éco­sys­tèmes par le capi­ta­lisme et l’op­pres­sion sécu­laire des femmes par le patriar­cat. Deux reproches lui sont régu­liè­re­ment adres­sés : l’es­sen­tia­lisme et le mys­ti­cisme. Reproches plus que légi­times pour toute pers­pec­tive socia­liste maté­ria­liste digne de ce nom. Seulement voi­là, l’af­faire est plus com­pli­quée : c’est ce que l’a­ni­ma­trice de la chaîne YouTube Game of Hearth, spé­cia­li­sée en éco­lo­gie poli­tique et en fémi­nisme, entend défendre ici, déplo­rant de concert les récu­pé­ra­tions réac­tion­naires et com­mer­ciales de ce mou­ve­ment. Une invi­ta­tion à la dis­cus­sion.


Sans doute faut-il mobi­li­ser le terme « éco­fé­mi­nisme » au plu­riel. En effet, depuis son appa­ri­tion, son usage est très diver­se­ment reven­di­qué, et ce d’autant plus qu’il semble dif­fi­cile d’en don­ner clai­re­ment l’origine. A‑t-il été for­gé par la fran­çaise Françoise d’Eaubonne en 1974 dans son ouvrage Le Féminisme ou la mort, ou bien, comme le sug­gère Janet Biehl1, par l’écoféministe Chaia Heller ? On pour­rait éga­le­ment pen­cher pour plu­sieurs appa­ri­tions simul­ta­nées, liées à un contexte géo­po­li­tique inter­na­tio­nal de grande ten­sion (la guerre froide et la menace d’une guerre nucléaire) et de cri­tique éco­lo­giste en plein essor (dans les pays enri­chis du Nord, une même confi­gu­ra­tion de pen­sée se réa­lise, issue de constats simi­laires, et celles qui se reven­diquent de l’é­co­fé­mi­nisme font le lien entre culture guer­rière, des­truc­tion de l’environnement et sexisme).

« Les racines du déploie­ment des pen­sées et pra­tiques éco­fé­mi­nistes sont à trou­ver en grande par­tie aux États-Unis, dans les pre­mières mani­fes­ta­tions anti­nu­cléaires des années 1970. »

Les racines du déploie­ment des pen­sées et pra­tiques éco­fé­mi­nistes sont à trou­ver en grande par­tie aux États-Unis, dans les pre­mières mani­fes­ta­tions anti­nu­cléaires des années 1970 — qui iront s’intensifiant durant la décen­nie sui­vante. Pendant cette période, des femmes, issues de milieux sociaux divers, se sont ras­sem­blées pour lut­ter contre la culture guer­rière et destructrice2 qui, selon elles, mena­çait leur vie — et la vie tout court, enten­due comme pos­si­bi­li­té de mener une exis­tence stable dans un envi­ron­ne­ment non-toxique. Chargées par leur rôle social de s’occuper des foyers, et donc de favo­ri­ser la conti­nui­té de la vie, elles étaient éga­le­ment aux pre­mières loges pour en consta­ter la des­truc­tion, mani­fes­ter leur inquié­tude et leur refus de cette situation3. L’écoféminisme est donc ini­tia­le­ment un ensemble de luttes poli­tiques dans les­quelles la défi­ni­tion même du « poli­tique » est réin­ven­tée : non plus un jeu de domi­na­tion mais le besoin et le désir, mani­fes­tés avec peur et colère, d’un chan­ge­ment social et cultu­rel radi­cal en faveur de la vie et contre l’exploitation et la guerre. Ce nou­veau « poli­tique » est intrin­sè­que­ment non-violent, non-hié­rar­chique ; il se mène hors des sphères poli­tiques ins­ti­tu­tion­nelles (mais non sans s’adresser à celles-ci) ; col­lec­tif, il prend en charge les notions d’é­mo­tions et, même, de spiritualité4.

Des thèses communes, deux points sensibles

C’est au court de ces luttes que s’est pro­gres­si­ve­ment éla­bo­ré un cor­pus de textes divers, mais expri­mant un fond de pen­sée com­mun, que l’on peut résu­mer ain­si : la culture dite « moderne », à ses débuts et au cours de son déve­lop­pe­ment, a fait le geste concep­tuel de sépa­rer et de mettre à dis­tance, une sphère seule­ment humaine d’une autre sphère, celle de la « nature », en déva­luant cette der­nière dans un but de contrôle et d’exploitation. Dans ce même geste de sépa­ra­tion, une par­tie de l’humanité, les femmes, a été repous­sée dans la sphère de la « nature » — par consé­quent, elles ont été exploi­tées de la même manière que les terres, les fleuves, les ani­maux, les plantes, dans un rap­port de sujet à objet, d’actif à pas­sif, d’esprit à matière, etc. La dis­tinc­tion de ces deux grands ordres, « nature » et « culture », disent les éco­fé­mi­nistes, est ce qui a per­mis la culture de guerre et de des­truc­tion qu’elles refusent. Cette sépa­ra­tion, tout à fait arti­fi­cielle, est ce qu’il convient de remettre en cause, de com­battre. Il fau­dra donc reclaim (réhabiliter/se réap­pro­prier) ce qui a été déva­lo­ri­sé après avoir été pla­cé dans la sphère de la « nature », notam­ment le corps (et plus encore celui des femmes), ses émo­tions, le soin qu’on lui accorde, etc.

(Cody William Smith)

À par­tir de ces pré­misses rela­ti­ve­ment larges, les concep­tua­li­sa­tions et les actions peuvent être nom­breuses et variées, elles engendrent plu­sieurs cou­rants éco­fé­mi­nistes connais­sant de fortes divi­sions, accom­pa­gnées d’un rejet de cer­taines théo­ries et de cer­tains modes d’ac­tion. Les deux aspects les plus polé­miques, à la fois en dehors et au sein du grand ensemble de l’écoféminisme, sont la ques­tion de l’essentialisme (l’écoféminisme ten­drait à une concep­tion des femmes comme défi­nies et réduites au rôle que leur don­ne­rait leur corps) et celle des pra­tiques spi­ri­tuelles et reli­gieuses, qui ont accom­pa­gné ses débuts et son déploie­ment. Deux aspects sou­vent mal res­ti­tués et mal com­pris.

Derrière l’essentialisme, la réappropriation du corps

« Les deux aspects les plus polé­miques, à la fois hors et au sein du grand ensemble de l’écoféminisme, sont la ques­tion de l’essentialisme et celle des pra­tiques spi­ri­tuelles. »

La ques­tion de l’essentialisme est à repla­cer dans le contexte géné­ral des théo­ri­sa­tions fémi­nistes. L’écoféminisme naît à une époque où les luttes fémi­nistes sont concen­trées à libé­rer les femmes du car­can domes­tique, de l’aliénation des tâches de repro­duc­tion, et à les faire accé­der au même sta­tut que les hommes : celui de pro­duc­trices. Est alors dénon­cé le lien noué entre femmes et « nature » : asso­cier les femmes et la mater­ni­té, et en faire des êtres « plus proches de la nature » eu égard à leur corps, c’est, pour la plu­part des fémi­nistes, pro­duire un argu­men­taire poli­tique natu­ra­li­sant dont le but est de jus­ti­fier et d’asseoir une divi­sion sexuelle du tra­vail — où les unes tra­vaillent gra­tui­te­ment pour les autres, se char­geant pour eux d’une série de tâches récur­rentes, fas­ti­dieuses et déva­lo­ri­sées car rat­ta­chées aux néces­si­tés du corps vivant (se nour­rir, s’habiller, évo­luer dans un envi­ron­ne­ment propre, s’assurer d’une des­cen­dance en bonne san­té, être soi­gné au quo­ti­dien dans la mala­die…). C’est de cette exploi­ta­tion que le fémi­nisme entend en pre­mier lieu libé­rer les femmes, et une telle libé­ra­tion passe par l’émancipation de la tutelle mas­cu­line, par l’autonomie finan­cière en pre­mier lieu — auto­no­mie qui doit néces­sai­re­ment être accom­pa­gnée du même accom­plis­se­ment de soi dont béné­fi­cient les hommes.

Ainsi, le fémi­nisme des années 1970–80 hérite, aux États-Unis, des thèses por­tées par Betty Friedan dans La Femme mys­ti­fiée. L’autrice et mili­tante y dénonce la pro­pa­gande mas­sive pro­duite au sor­tir de la Seconde Guerre mon­diale à des­ti­na­tion des femmes, afin de leur faire reprendre leur rôle tra­di­tion­nel de mère au foyer — pour mieux, à nou­veau, réser­ver l’emploi sala­rié aux hommes. Cette pro­pa­gande van­tait les mérites de la mater­ni­té, du soin por­té au mari par sa femme, d’un logis bien tenu grâce à l’aide de divers biens de consom­ma­tion. Il n’est donc guère sur­pre­nant que l’écoféminisme, cher­chant à reclaim la sphère de la « nature » et tout ce qui y a été pla­cé, notam­ment ce qui est relève des tâches de repro­duc­tion, ait inquié­té les fémi­nistes dans la lignée de Friedan : elles y ont vu une ten­ta­tive de régres­sion réac­tion­naire venant célé­brer à nou­veaux frais l’association femme-nature. Il n’était pour­tant pas ques­tion de cela pour l’écoféminisme. Il s’a­gis­sait plu­tôt de dire que le geste cri­tique du fémi­nisme n’était pas ache­vé, et devait l’être urgem­ment. En pro­dui­sant une cri­tique de l’enfermement arti­fi­ciel des femmes dans la sphère de la « nature », le fémi­nisme a man­qué, aux yeux de l’é­co­fé­mi­nisme, de cri­ti­quer ce qui était fait à l’ensemble de cette caté­go­rie de « nature » — trop occu­pé à éman­ci­per les femmes de l’aliénation éma­nant de cette clô­ture en les fai­sant pas­ser du côté de la « culture ».

(Cody William Smith)

Reclaim la « nature », c’est éman­ci­per, en même temps que les femmes, l’entièreté de la sphère de la « nature » de l’emprise de la sphère de la « culture », éri­gée maî­tresse et ordon­na­trice. Cela passe par la défense de la thèse selon laquelle les femmes, au même titre que les hommes, font par­tie de la « nature » : pré­tendre le contraire, c’est faire un vœu de mort. Ce qui ne veut pas dire, pour les éco­fé­mi­nistes, que la « nature » dont nous fai­sons par­tie et qui nous consti­tue fait de nous des êtres dont l’existence n’est que néces­si­té et pure réponse à l’injonction déter­mi­niste de la matière. Ce qui ne veut pas dire non plus que nous avons une « nature » devant nous ser­vir de règle abso­lue pour diri­ger nos vies. Cela signi­fie sim­ple­ment que notre liber­té passe par la consi­dé­ra­tion du fait que nous sommes tous et toutes des corps, et qu’il nous est néces­saire d’en prendre soin plu­tôt que d’exiger que d’autres soient à notre ser­vice pour que nous puis­sions l’oublier et nous en consi­dé­rer dispensés5. Aimer ces corps, les inves­tir, les célé­brer, quelle qu’en soit la manière : cela par­ti­cipe de manière pri­mor­diale à faire tom­ber la cloi­son construite par la moder­ni­té entre « nature » et « culture », et cela par­ti­cipe à leur éman­ci­pa­tion d’une culture qui les réduit et les déva­lo­rise pour mieux les instrumentaliser6.

« Cela passe par la défense de la thèse selon laquelle les femmes, au même titre que les hommes, font par­tie de la nature. »

C’est donc ce qu’ont fait les éco­fé­mi­nistes, tant dans leurs textes théo­riques, leurs récits (de fic­tion ou non) que dans leurs pra­tiques. La diver­si­té des stra­té­gies adop­tées pour se réap­pro­prier le corps est grande : des mani­fes­ta­tions dan­sées et chan­tées au sépa­ra­tisme les­bien, en pas­sant par les théo­ries d’économie fémi­niste visant à pen­ser la socia­li­sa­tion de la mater­ni­té, ou encore la réap­pro­pria­tion des savoirs obs­té­triques et gyné­co­lo­giques, etc. On peut voir là un échec à main­te­nir une uni­té, une ligne direc­trice claire, autant qu’un suc­cès des thèses éco­fé­mi­nistes, inves­ties par une grande varié­té de ten­dances fémi­nistes (maté­ria­lisme, dif­fé­ren­tia­lisme, essen­tia­lisme stra­té­gique, queer…), reflé­tant la diver­si­té des vies des femmes et leur per­met­tant à toutes de s’en­ga­ger dans une même lutte. Cette diver­si­té a prê­té un flanc par­ti­cu­liè­re­ment vul­né­rable à la cri­tique extra-éco­fé­mi­niste, la par­tie cri­ti­quée pas­sant vite pour le tout de l’écoféminisme, rédui­sant dras­ti­que­ment la por­tée de celui-ci.

Derrière la spiritualité, le rituel pour l’action politique

La ques­tion de la spi­ri­tua­li­té est l’autre pan de l’écoféminisme sou­vent men­tion­né pour le dési­gner comme un cou­rant réac­tion­naire, empê­tré dans des archaïsmes inquié­tants. Là encore, c’est la diver­si­té qui pré­vaut : si la spi­ri­tua­li­té, on l’a dit, a été pré­sente dès les pre­mières mani­fes­ta­tions et les pre­miers textes éco­fé­mi­nistes, elle n’a jamais été un impé­ra­tif impo­sé à toutes, pas plus qu’elle n’a été unique ou dog­ma­tique. Athéisme et spi­ri­tua­li­té se sont côtoyés (non sans dis­cus­sions) sans que l’un ou l’une ne prenne le des­sus sur l’autre. De plus, la spi­ri­tua­li­té éco­fé­mi­niste répond à deux exi­gences qui n’ont rien de résur­gences obs­cu­ran­tistes : la conti­nui­té du geste de reclaim men­tion­né plus haut jusque dans l’aspect spi­ri­tuel de la culture, et la recherche col­lec­tive d’une cer­taine dyna­mique de groupe.

(Cody William Smith)

C’est qu’une grande par­tie de l’écoféminisme s’intéresse à relire l’histoire de la moder­ni­té, la des­truc­tion, puis l’in­vi­si­bi­li­sa­tion d’une culture pré-exis­tante qui ne serait pas une culture de la domi­na­tion, de l’exploitation de la sphère arti­fi­ciel nature-femme7. Cette culture pré-exis­tante com­pre­nait un pan spi­ri­tuel détruit par la reli­gion judéo-chré­tienne patriar­cale, celle-ci accom­pa­gnant dans ses prin­cipes le geste de sépa­ra­tion moderne entre « nature » et « culture », et la déva­lua­tion des femmes au sein de cette sphère de la « nature ». Par consé­quent, le reclaim éco­fé­mi­niste, en ce qu’il est un tra­vail sur la culture moderne en vue de la chan­ger, entend éga­le­ment inves­tir l’aspect spi­ri­tuel de cette culture, qui fait par­tie de son sys­tème de domi­na­tion et d’exploitation. Dans un geste de recréa­tion contem­po­raine, cet inves­tis­se­ment peut notam­ment s’appuyer sur la prise en consi­dé­ra­tion des spi­ri­tua­li­tés non-patriar­cales pas­sées. Il est néces­saire de sou­li­gner que ce geste de reclaim est conscient de ne pas rele­ver d’une exac­ti­tude his­to­rique ou scien­ti­fique — il ne cherche d’ailleurs pas à l’être. En effet, il est un tra­vail de rétros­pec­tion par­tiel lors­qu’il s’ins­pire du pas­sé pour créer des spi­ri­tua­li­tés nou­velles, empruntes les aspi­ra­tions de celles qui les pra­tiquent (le néo­pa­ga­nisme de la Wicca), ou bien qu’il pro­pose une réin­ven­tion éco­fé­mi­niste des reli­gions patriar­cales elles-mêmes (judaïsme, pro­tes­tan­tisme, boud­dhisme…).

« Cette culture pré-exis­tante com­pre­nait un pan spi­ri­tuel détruit par la reli­gion judéo-chré­tienne patriar­cale, celle-ci accom­pa­gnant dans ses prin­cipes le geste de sépa­ra­tion moderne entre nature et culture. »

La spi­ri­tua­li­té la plus répan­due dans l’écoféminisme, et qui y a joué le plus grand rôle, est celle qui réin­vente la reli­gion païenne indoeu­ro­péenne de la Déesse (la Wicca). Sa pra­tique n’implique pas de dogmes, de textes sacrés ou de hié­rar­chie, mais la mise en place de rituels, de manière prag­ma­tique et expé­ri­men­tale. Ces rituels peuvent être indi­vi­duels mais éga­le­ment col­lec­tifs — ce qui nous amène à l’ins­tau­ra­tion de dyna­miques col­lec­tives par des pra­tiques spi­ri­tuelles de créa­tion de rituels. Les mani­fes­ta­tions éco­fé­mi­nistes des années 1980 com­pre­naient une part de ritua­li­sa­tion très impor­tante. On peut pen­ser à la Women’s Pentagon Action du 17 novembre 1980, mani­fes­ta­tion très riche en rituels et en sym­boles : une pro­ces­sion de pou­pées géantes sym­bo­li­sant suc­ces­si­ve­ment le deuil, la colère, l’empo­werment et le défi, accom­pa­gnée de danses, de chants, de cris, de pleurs, du tis­sage d’une grande toile et de sorts jetés pour mau­dire cet endroit où sont prises des déci­sions jugées mor­ti­fères et des­truc­trices. Il s’agissait donc bien d’une action poli­tique, mais insé­pa­rable du rituel qui l’a consti­tuée. Que les par­ti­ci­pantes le conçoivent comme l’expression d’une convic­tion reli­gieuse per­son­nelle ou comme un dis­po­si­tif créé dans le but de se don­ner du pou­voir — le pou­voir de ne pas être para­ly­sées par la peur, le pou­voir de mani­fes­ter contre une culture dont elles ne veulent plus — importe peu : l’essentiel est que le rituel fonc­tionne, comme expres­sion sym­bo­lique d’une reven­di­ca­tion poli­tique et comme mise en action des mani­fes­tantes.

Dans son ouvrage Rêver l’obscur, Starhawk, acti­viste, « sor­cière » et théo­ri­cienne éco­fé­mi­niste néo­païenne, écrit tout autant et d’un seul tenant sur la magie, les rituels reli­gieux célé­brant la Déesse et l’organisation des pra­tiques col­lec­tives à visée poli­tique. Un rituel magique est — pour elle et plus lar­ge­ment pour les éco­fé­mi­nistes qui y par­ti­cipent à l’occasion d’une mani­fes­ta­tion ou d’une action — un rituel qui a pour but d’a­me­ner chaque membre du groupe à trou­ver en elle la force d’agir, et d’agir avec les autres. Il est donc aisé de choi­sir de lais­ser de côté la ques­tion de la croyance en la Déesse pour adhé­rer à l’efficacité poli­tique des rituels, construits à des­sein pour favo­ri­ser l’horizontalité dans les pra­tiques poli­tiques.

(Cody William Smith)

Le tournant académique des années 1990

Si l’écoféminisme des deux pre­mières décen­nies a été majo­ri­tai­re­ment consti­tué d’actions grass­roots (de la base), les années 1990 se sont carac­té­ri­sées par l’entrée de la pen­sée éco­fé­mi­niste à l’université, prin­ci­pa­le­ment aux États-Unis. Une telle muta­tion vers les sphères intel­lec­tuelles a pro­gres­si­ve­ment tiré le mou­ve­ment poli­tique ini­tial vers la res­pec­ta­bi­li­té aca­dé­mique ; ce fai­sant, elle a engen­dré un tra­vail de dis­cri­mi­na­tion accru à l’égard de cer­taines thèses — celles, notam­ment, tenues pour essen­tia­li­santes ou irra­tion­nelles. Ce qui aupa­ra­vant ren­dait sim­ple­ment l’écoféminisme mul­tiple, plu­riel, est deve­nu le ferment d’une divi­sion qui a mené au dis­cré­dit de pans entiers du mou­ve­ment — si ce n’est du mou­ve­ment dans son entiè­re­té.

« Une telle muta­tion vers les sphères intel­lec­tuelles a pro­gres­si­ve­ment tiré le mou­ve­ment poli­tique ini­tial vers la res­pec­ta­bi­li­té aca­dé­mique. »

Ainsi, un cer­tain pan de l’écoféminisme, se dési­gnant lui-même comme « éco­fé­mi­nisme socia­liste », atta­ché à des concep­tions fémi­nistes maté­ria­listes, s’est dis­tin­gué de ce qu’il a lui-même appe­lé l’« éco­fé­mi­nisme cultu­rel »8. L’écoféminisme socia­liste s’est auto­pro­cla­mé seul digne d’intérêt : il aurait, lui, une por­tée poli­tique, tan­dis que l’écoféminisme « cultu­rel » relè­ve­rait d’une vaine bataille secon­daire, voire tout à fait impro­duc­tive. En effet, cher­cher à réfor­mer la culture patriar­cale, en inven­ter une autre autour de valeurs non-patriar­cales, c’est, pour l’écoféminisme socia­liste, non seule­ment se dés­in­té­res­ser d’une lutte véri­ta­ble­ment poli­tique (car foca­li­sée sur les struc­tures sociales d’exploitation), mais éga­le­ment tom­ber dans la poé­ti­sa­tion niaise d’un pré­ten­du « fémi­nin » venant ren­for­cer l’assignation des femmes à la vacui­té d’un déco­rum. L’académisation de l’é­co­fé­mi­nisme a eu pour résul­tat de dis­cré­di­ter par­tiel­le­ment le reclaim de la « nature », et sa capa­ci­té à bou­le­ver­ser l’ordre socio­po­li­tique : le « fémi­nin » était de nou­veau déva­lué dans le but de faire accep­ter une par­tie des concep­tions éco­fé­mi­nistes dans l’univers patriar­cal de l’université et de la pro­duc­tion des savoirs9. L’intérêt pour le corps et sa reva­lo­ri­sa­tion, la prise en compte de l’importance des émo­tions, les pra­tiques mili­tantes struc­tu­rées par des rituels : tout cela a été reje­té comme ne pou­vant faire par­tie d’un éco­fé­mi­nisme recom­man­dable.

Quelle pensée socialiste ?

L’écoféminisme socia­liste n’en a pas moins pro­duit un cor­pus impor­tant de textes. Des pen­seuses comme Carolyn Merchant, Mary Mellor, Ariel Salleh ou Maria Mies ont contri­bué par leurs tra­vaux à l’établissement d’un dia­logue entre éco­fé­mi­nisme et pen­sées socia­listes, éco­so­cia­listes et marxistes10. Tout comme le fémi­nisme mar­xiste de la seconde vague a mené un tra­vail cri­tique de la théo­rie mar­xiste afin d’in­té­grer aux fon­de­ments de celle-ci une ana­lyse de la divi­sion sexuelle du tra­vail, l’écoféminisme socia­liste s’est atta­ché à inter­ro­ger la ques­tion du genre dans l’écologie sociale (non sans dif­fi­cul­té, en témoigne le rejet de tout type d’écoféminisme par Janet Biehl à par­tir de 199111) : « Les tenants de l’écologie sociale se posent la ques­tion de savoir com­ment nous devrions sur­vivre sur la pla­nète, com­ment déve­lop­per des sys­tèmes de pro­duc­tion de nour­ri­ture et d’énergie, une archi­tec­ture et des façons de vivre qui per­met­tront aux êtres humains de satis­faire leurs besoins maté­riels et de vivre en har­mo­nie avec la nature non-humaine […] cette pers­pec­tive a été déve­lop­pée par Murray Bookchin, à qui je dois beau­coup, […] mais si cette ana­lyse est utile, l’écologie sociale demeure incom­plète sans le fémi­nisme12. »

(Cody William Smith)

Quoiqu’inspiré par les pen­seurs de l’écologie sociale, l’écoféminisme socia­liste s’en dis­tingue en liant indis­so­cia­ble­ment exploi­ta­tion de la « nature » et exploi­ta­tion des femmes, au pro­fit d’une ana­lyse maté­ria­liste renou­ve­lée. Comme le fémi­nisme maté­ria­liste, l’écoféminisme socia­liste se veut cri­tique de la dis­tinc­tion entre tra­vail de pro­duc­tion (décrit comme « social ») et tra­vail de repro­duc­tion (décrit comme « natu­rel ») : l’enfantement, de même que les tâches domes­tiques, sont des tra­vaux comme les autres, c’est-à-dire des tra­vaux humains car conscients, et donc des acti­vi­tés sociales — acti­vi­tés par ailleurs d’une impor­tance cruciale13. Ce fai­sant, il est noté que l’exploitation des femmes, sous cou­vert de la « natu­ra­li­té » des tâches accom­plies par elles, fait par­tie de ce qui rend pos­sible l’accumulation capi­ta­liste. L’invisibilisation géné­rale du tra­vail des femmes à la réa­li­sa­tion des tâches vitales mais déva­luées, pénibles dans leur carac­tère répé­ti­tif, et peu rému­né­rées, est ce qui, pour les éco­fé­mi­nistes socia­listes, a per­mis à un petit nombre d’hommes (et par­fois de femmes, dans les pays occi­den­taux enri­chis) d’être libres d’exercer des acti­vi­tés moins néces­saires mais plus valo­ri­sées socia­le­ment et bien mieux rému­né­rées — si ce n’est rému­né­ré tout court14. Le carac­tère vital et imma­nent des tâches attri­buées aux femmes et non-recon­nues comme socia­le­ment utiles, le fait qu’elles aient à s’occuper des corps et de leurs besoins régu­liers, qu’elles aient à prendre en charge leurs limi­ta­tions, tout cela serait à com­prendre comme le résul­tat d’une volon­té d’émancipation cachant ses moyens de se réa­li­ser : une liber­té au prix de l’exploitation et de l’aliénation d’autrui, uti­li­sé comme res­source non-pro­duc­tive à dis­po­si­tion par nature. Autrement dit, la liber­té de quelques uns à l’é­gard des contin­gences maté­rielles ne peut exis­ter que si d’autres se chargent dis­crè­te­ment, sous la contrainte, de ces contin­gences.

« L’écoféminisme socia­liste en vient à pro­duire, entre autres choses, une cri­tique du maté­ria­lisme his­to­rique mar­xiste. »

Dès lors, l’écoféminisme socia­liste en vient à pro­duire, entre autres choses, une cri­tique du maté­ria­lisme his­to­rique mar­xiste : « En dépit de l’affirmation pre­mière de Marx à pro­pos de l’importance des rela­tions entre l’humanité et la nature, le maté­ria­lisme his­to­rique mar­xiste s’est déve­lop­pé à par­tir d’une concep­tion des rela­tions éco­no­miques sou­cieuse des rela­tions sociales (de classe, de pro­prié­té), et au dépens des rela­tions phy­siques (bio­lo­giques, éco­lo­giques)15. » Mary Mellor, cher­cheuse anglaise, est ain­si atta­chée à la pro­duc­tion d’une ana­lyse éco­fé­mi­niste maté­ria­liste où la « maté­ria­li­té » n’est plus seule­ment celle des rela­tions éco­no­miques ou des rela­tions de classe, mais éga­le­ment de l’exploitation de corps (ceux des femmes, ceux des per­sonnes raci­sées ou infé­rio­ri­sées d’une quel­conque manière, bien sûr, mais éga­le­ment ceux des non-humains). Une telle ana­lyse, dit-elle, per­met de mettre en lumière une dimen­sion igno­rée et abu­si­ve­ment réduite au social, du carac­tère maté­riel des vies humaines : les corps sont ce grâce à quoi et à par­tir de quoi peut s’exercer la trans­cen­dance de la liber­té humaine — le libre choix, le gou­ver­ne­ment, etc. Ces corps, limi­tés, sans néces­sai­re­ment déter­mi­ner toute acti­vi­té humaine, ne peuvent être igno­rés dans l’influence qu’ils ont sur les orga­ni­sa­tions sociales.

L’écoféminisme hors de ses racines

Si les ori­gines de l’écoféminisme sont, on l’a dit, majo­ri­tai­re­ment anglo-saxonnes, et plus lar­ge­ment ancrées dans les pays occi­den­taux enri­chis, des luttes sem­blables ont été et sont iden­ti­fiées un peu par­tout dans le monde — là où des femmes entrent en lutte contre une culture patriar­cale guer­rière d’exploitation, et au nom de la pré­ser­va­tion des éco­sys­tèmes, les­quels sont avant tout pour elles un foyer dont elles ont la charge et le soin. Que les femmes menant ces luttes s’approprient ou non le terme « éco­fé­mi­nisme », les éco­fé­mi­nistes reven­di­quées tendent à y recon­naître leur propre geste — moyen­nant la plu­part du temps des pré­cau­tions rigou­reuses et nuancées16.

(Cody William Smith)

Par ailleurs, his­to­ri­que­ment luttes de femmes blanches, les luttes éco­fé­mi­nistes n’ignorent pas les luttes de jus­tice envi­ron­ne­men­tale menées simul­ta­né­ment aux leurs aux États-Unis par les femmes de cou­leur pour dénon­cer le racisme envi­ron­ne­men­tal dont elles et leur famille fai­saient les frais, notam­ment lorsque les zones de rejet des déchets toxiques étaient ins­tal­lées à proxi­mi­té de leurs habi­ta­tions. Bien au contraire, les écrits et les mani­fes­ta­tions éco­fé­mi­nistes s’en rap­prochent expli­ci­te­ment et s’y réfèrent17. Enfin, une acti­viste comme Starhawk, voya­geant régu­liè­re­ment à tra­vers le monde pour sou­te­nir des luttes poli­tiques éco­lo­gistes (la ZAD de Notre-Dame des Landes en France, les lieux dévas­tées par l’ouragan Katrina…) tend à dis­sé­mi­ner les idées et les pra­tiques éco­fé­mi­nistes, indif­fé­rem­ment de leur contexte d’origine. Loin de se conten­ter d’ex­pri­mer des reven­di­ca­tions limi­tées car situées, loin de ren­voyer exclu­si­ve­ment au por­trait type de l’occidentale blanche de la classe moyenne, l’écoféminisme peut être consi­dé­ré comme un outil cri­tique et pra­tique, maniable dans toutes sortes de situa­tions — à condi­tion de prendre en compte l’importance du chan­ge­ment de contexte qui advient dans le pas­sage d’une lutte à une autre18.

Ici et maintenant

« Songeons à la recru­des­cence, sur les blogs et les comptes dédiés au life­style, de la men­tion du fémi­nin sacré, sou­vent asso­cié à l’achat de diverses pierres semi-pré­cieuses et de maté­riel éso­té­rique… »

Aujourd’hui, en France, l’heure semble à la décou­verte pro­gres­sive de l’écoféminisme, tant dans les uni­ver­si­tés que par un public plus large, notam­ment mili­tant. Ses divers cor­pus de textes com­mencent depuis quelques années à être tra­duits en fran­çais ; ces édi­tions s’accompagnent de pré­faces et de post­faces impor­tantes visant à rela­ter l’histoire et la diver­si­té de ce cou­rant de pen­sée. Dans les publi­ca­tions scien­ti­fiques, une place (certes encore réduite) est faite aux cher­cheurs et aux cher­cheuses qui se penchent sur les textes éco­fé­mi­nistes et réha­bi­litent leurs apports per­ti­nents en matière de cri­tiques fémi­nistes et éco­lo­gistes. Sur le ter­rain mili­tant, la décou­verte de l’écoféminisme en est encore à ses bal­bu­tie­ments, et est très peu répan­du. Si un petit nombre de col­lec­tifs com­mencent à inves­tir la radi­ca­li­té des thèses éco­fé­mi­nistes et à lui joindre des pers­pec­tives queer19, inter­sec­tion­nelles et déco­lo­niales, il n’en reste pas moins que, de manière géné­rale, l’écoféminisme est de nou­veau per­çu soit comme un dan­ger réac­tion­naire pour les luttes fémi­nistes, soit comme un cou­rant de pen­sée dépo­li­ti­sé seule­ment pré­oc­cu­pé par l’es­thé­ti­sa­tion du quo­ti­dien pri­vé.

Pour cause : entre récu­pé­ra­tions effec­ti­ve­ment réac­tion­naires des réfé­rences au corps et à la « nature » (son­geons en France au déve­lop­pe­ment d’un « fémi­nisme inté­gral » por­té par Marianne Durano et Eugénie Bastié, qui s’exprime entre autres dans la revue Limite) et récu­pé­ra­tions com­mer­ciales dépo­li­ti­santes pro­fi­tant d’une mode de consom­ma­tion tour­nant autour du « natu­rel » et de l’ésotérique (son­geons à la recru­des­cence, sur les blogs et les comptes de réseaux sociaux dédiés au life­style, de la men­tion du « fémi­nin sacré », sou­vent asso­cié à l’achat de diverses pierres semi-pré­cieuses et de maté­riel éso­té­rique, ou encore les cam­pagnes de publi­ci­té pour des biens de consom­ma­tion dits « éco­lo­giques », « bio­lo­giques », « zéro déchet », pre­nant pour cible un public fémi­nin), l’écoféminisme semble avoir bien mau­vaise presse auprès du grand public. Bien qu’initiées par des femmes issues d’une grande diver­si­té sociale, les pen­sées et pra­tiques éco­fé­mi­nistes sont peu appré­hen­dées sous l’angle de la puis­sance de leur por­tée cri­tique et poli­tique. On pour­rait en conclure que l’écoféminisme souffre des mêmes maux que l’écologie poli­tique, le mono­pole de la reven­di­ca­tion de la « nature » en poli­tique étant étant consi­dé­ré de longue date comme l’a­pa­nage de l’ex­trême droite20, ou bien vidé de sa charge cri­tique par un ver­dis­se­ment de façade des com­mu­ni­ca­tions capi­ta­listes. Mais il convient de noter qu’il souffre éga­le­ment du stig­mate que connaissent les luttes fémi­nistes radi­cales qui, se heur­tant fron­ta­le­ment à un sexisme soli­de­ment enra­ci­né, sont bien vite priées de revoir leurs ambi­tions à la baisse pour éven­tuel­le­ment par­ve­nir à se faire entendre.

L’écoféminisme, lorsqu’on en par­court l’histoire mili­tante et les écrits théo­riques, nous appa­raît donc comme une source impor­tante pour enri­chir non seule­ment les luttes éco­lo­gistes et fémi­nistes mais aus­si l’é­la­bo­ra­tion de théo­ries cri­tiques diverses. La pro­gres­sive décou­verte de ses thèses et de ses actions pas­sées n’est que la pre­mière, longue et patiente, mais néces­saire, étape du che­min à pas­ser vers sa par­ti­ci­pa­tion pleine et entière à la réflexi­vi­té envi­ron­ne­men­tale et indis­tinc­te­ment sociale, qui est éla­bo­rée pour répondre aux enjeux des bou­le­ver­se­ments éco­lo­giques qui menacent de nom­breux modes de sub­sis­tance.


Photographies de ban­nière et de vignette : Cody William Smith | https://www.codywilliamsmith.com


REBONDS

☰ Lire notre article « Écologie : socia­lisme ou bar­ba­rie — par Murray Bookchin », mars 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéo­lo­giques sont pos­sibles », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Charbonnier : « L’écologie, c’est réin­ven­ter l’idée de pro­grès social », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Vidalou : « La Nature est un concept qui a fait faillite », février 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Vandana Shiva : « Gandhi est plus per­ti­nent qu’il ne l’a jamais été », février 2017
☰ Lire notre article « L’écosocialisme : qu’est-ce donc ? », Pierre-Louis Poyau, décembre 2016

  1. Janet Biehl, « What is Social Ecofeminism ? », Green Perspective, n° 11, pp. 1–8.
  2. On note par exemple l’émergence de l’association Women and life on Earth, du camp éco­fé­mi­niste ins­tal­lé pen­dant près de 20 ans à Greenham Common (Grande-Bretagne), de la marche de la Women’s Pentagon Action ou encore des mul­tiples com­mu­nau­tés éco­fé­mi­nistes sépa­ra­tistes les­biennes.
  3. Pour un récit du rôle des femmes en poli­tique à tra­vers les mani­fes­ta­tions éco­fé­mi­nistes, voir Celene Krauss, « Des bonnes femmes hys­té­riques : mobi­li­sa­tions envi­ron­ne­men­tales popu­laires fémi­nines », Émilie Hache, Reclaim, 2016, pp. 211–232.
  4. Pour un récit du dérou­le­ment des mani­fes­ta­tions, voir Ynestra King, « Si je ne peux pas dan­ser, je ne veux pas prendre part à votre révo­lu­tion », Émilie Hache, op. cit., pp. 105–126.
  5. On pen­se­ra par exemple au pro­blème de la non-répar­ti­tion au sein des foyers hété­ro­sexuels des tâches domes­tiques, qui sont la plu­part du temps prises en charge par les femmes, ou encore à la manière dont cette non-répar­ti­tion peut être consi­dé­rée comme réso­lue, par les couples aisés, dans l’embauche à bas coût d’un per­son­nel qui se révèle être en écra­sante majo­ri­té fémi­nin et/ou raci­sé.
  6. Notamment dans l’exploitation par le tra­vail sala­rial et le tra­vail domes­tique (gra­tuit ou non), mais éga­le­ment dans l’injonction coer­ci­tive à la sexua­li­té repro­duc­tive, etc. À l’exploitation des corps des femmes, l’écoféminisme a éga­le­ment asso­cié l’exploitation ani­male, avec entre autres la ratio­na­li­sa­tion qui a per­mis sa mas­si­fi­ca­tion lors du déve­lop­pe­ment de l’élevage indus­triel — sur ce der­nier point, voir par exemple l’ou­vrage Ecofeminism : Women, Animals, Nature, Temple University Press, 1982.
  7. Voir notam­ment Susan Griffin, Woman and Nature: the Roaring Inside Her, The Women’s Press, 1984 ; Carolyn Merchant, The Death of Nature, Harper, San Francisco, 1980 ; Silvia Federici, Caliban et la Sorcière.
  8. Lire à ce pro­pos Elisabeth Carlassare, « Socialist and Cultural Ecofeminism: Allies in Resistance », Ethics and the Environment, 5(1), JAI Press Inc., 1999, pp. 89–106.
  9. Lire à ce pro­pos Julie Cook, « La colo­ni­sa­tion de l’écoféminisme par la phi­lo­so­phie », Émilie Hache, op. cit., pp.285–318.
  10. Ariel Salleh, « Le maté­ria­lisme incar­né en action », Multitudes, 2017/2 n° 67, pp.37–45.
  11. Janet Biehl, Finding our Way: Rethinking Ecofeminist Politics, Black Rose Books, 1991.
  12. Judith Plant, Healing the Wounds: The Promise of Ecofeminism, Green Print, p. 19, 1989 [tra­duc­tion GoH].
  13. Maria Mies, Patriarchy and Accumulation on a World scale, Zed Press, 1986.
  14. Mary Mellor, « Women, Nature and the social Construction of Economic Man », International Journal of Ecological Economics, vol. 20, n° 2, pp. 129–140.
  15. Mary Mellor, Feminism and Ecology, Polity Press, 1997, p. 175 [trad. GoH].
  16. Lire par exemple Marine Allard, Lucie Assemat et Coline Dhaussy, « Ni les femmes ni la terre ! », Multitudes, 2017/2 n° 67, pp. 82–89. Ou encore les textes de Vandaha Shiva sur le mou­ve­ment Chipko en Inde.
  17. Également noté par Celene Krauss, op. cit.
  18. Voir par exemple la lec­ture maté­ria­liste d’Ariel Salleh : « La méthode dia­lec­tique […] s’intéresse à la signi­fi­ca­tion en tant qu’elle est en pleine trans­for­ma­tion. Ainsi, la femme n’est plus une essence fixée pour les siècles des siècles, mais bien plu­tôt un être doté de mul­tiples poten­tiels poli­tiques. Par consé­quent, un point de vue maté­ria­liste incar­né, pour qui les consciences des indi­vi­dus tirent leur forme du tra­vail que ces der­niers accom­plissent, consi­dèrent les iden­ti­tés trans­genres, indi­gènes, mas­cu­lines, etc. comme étant per­pé­tuel­le­ment refaites et rené­go­ciées par l’action pra­tique des indi­vi­dus dans et sur le monde. Nous sommes tous en cours (« work in pro­gress »). »
  19. Voir par exemple Cy Lecerf Maulpoix et Margaux Le Donné, « Sensibilités cli­ma­tiques entre mou­vances éco­fé­mi­nistes et queer », Multitudes, 2017/2, n ° 67, pp. 66–74.
  20. Voir la thèse de Karl Polanyi, telle que rap­por­tée par Pierre Charbonnier, Abondance et Liberté, La Découverte, 2020, pp. 276–288.
Avatar
Game of Hearth

Animatrice de la chaîne YouTube écologiste et féministe Game of Hearth.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie à partir du 9 juin ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louis Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Awel Haouati) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.