Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Vers la révolution écosocialiste [1/2]


Traduction d’un texte de Climate & Capitalism pour le site de Ballast

Le terme « éco­so­cia­lisme » est né en 1975, pour s’an­crer inter­na­tio­na­le­ment à par­tir des années 2000. Au car­re­four du socia­lisme his­to­rique — du mar­xisme, pour l’es­sen­tiel — et de l’é­co­lo­gie poli­tique, il met au jour une double impasse : l’é­co­lo­gie sans socia­lisme (c’est-à-dire sans rup­ture avec l’ordre capi­ta­liste) et le socia­lisme sans éco­lo­gie (c’est-à-dire sans prise en consi­dé­ra­tion de ce qui rend pos­sible la vie sur Terre). Le socio­logue et phi­lo­sophe fran­co-bré­si­lien Michael Löwy est l’un de ses prin­ci­paux théo­ri­ciens. Coauteur en 2001 du « Manifeste éco­so­cia­liste inter­na­tio­nal » et auteur, deux décen­nies plus tard, de l’es­sai Qu’est-ce que l’é­co­so­cia­lisme ?, il retrace ici les grandes lignes de cette pro­po­si­tion à voca­tion popu­laire et révo­lu­tion­naire. Dans ce pre­mier volet, une esquisse de ce que pour­rait être une socié­té écosocialiste.


La civi­li­sa­tion capi­ta­liste contem­po­raine est en crise. L’accumulation illi­mi­tée du capi­tal, la mar­chan­di­sa­tion de tout, l’ex­ploi­ta­tion impi­toyable du tra­vail comme de la nature et la concur­rence bru­tale qui en découle sapent les bases d’un ave­nir durable, met­tant ain­si en dan­ger la sur­vie même de l’es­pèce humaine. La menace pro­fonde et sys­té­mique à laquelle nous sommes confron­tés exige un chan­ge­ment pro­fond et sys­té­mique : une Grande Transition.

En syn­thé­ti­sant les prin­cipes fon­da­men­taux de l’é­co­lo­gie et de la cri­tique mar­xiste de l’é­co­no­mie poli­tique, l’é­co­so­cia­lisme offre une alter­na­tive radi­cale à un sta­tu quo non durable. Rejetant une défi­ni­tion capi­ta­liste du « pro­grès » — basée sur la crois­sance du mar­ché et l’ex­pan­sion quan­ti­ta­tive (qui, comme le montre Marx, est un pro­grès des­truc­teur) —, l’é­co­so­cia­lisme pré­co­nise des poli­tiques fon­dées sur des cri­tères non moné­taires, tels que les besoins sociaux, le bien-être indi­vi­duel et l’é­qui­libre éco­lo­gique. L’écosocialisme cri­tique à la fois l’« éco­lo­gie de mar­ché » domi­nante, laquelle ne remet pas en cause le sys­tème capi­ta­liste, et le « socia­lisme pro­duc­ti­viste », lequel ignore les limites naturelles.

« La menace pro­fonde et sys­té­mique à laquelle nous sommes confron­tés exige un chan­ge­ment pro­fond : une Grande Transition. »

Tandis que les gens réa­lisent de plus en plus à quel point les crises éco­no­miques et éco­lo­giques s’en­tre­mêlent, l’é­co­so­cia­lisme gagne des adeptes. En tant que mou­ve­ment, il est rela­ti­ve­ment nou­veau, mais cer­tains de ses argu­ments de base remontent aux écrits de Marx et d’Engels. De nos jours, les intel­lec­tuels et les mili­tants récu­pèrent cet héri­tage et cherchent à restruc­tu­rer radi­ca­le­ment l’é­co­no­mie selon les prin­cipes de la pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique démo­cra­tique, en pla­çant les besoins humains et pla­né­taires au pre­mier plan. Les « socia­lismes réel­le­ment exis­tants » du XXe siècle, avec leurs bureau­cra­ties sou­vent oublieuses de l’en­vi­ron­ne­ment, n’offrent aucun modèle attrayant pour les éco­so­cia­listes d’au­jourd’­hui. Nous devons plu­tôt tra­cer une nou­velle voie pour l’a­ve­nir, une voie qui s’ar­ti­cule avec les innom­brables mou­ve­ments du monde entier qui par­tagent la convic­tion qu’un monde meilleur est non seule­ment pos­sible, mais éga­le­ment nécessaire.

Planification écologique démocratique

Le cœur de l’é­co­so­cia­lisme est le concept de pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique démo­cra­tique. C’est alors la popu­la­tion elle-même, et non « le mar­ché » ou quelque Politburo, qui prend les prin­ci­pales déci­sions en matière d’é­co­no­mie. Aux pre­miers temps de la Grande Transition vers ce mode de vie à venir, fon­dé sur un nou­veau mode de pro­duc­tion et de consom­ma­tion, cer­tains sec­teurs de l’é­co­no­mie devraient être sup­pri­més (par exemple, l’ex­trac­tion des com­bus­tibles fos­siles impli­qués dans la crise cli­ma­tique) ou restruc­tu­rés, tan­dis que de nou­veaux sec­teurs seraient déve­lop­pés. La trans­for­ma­tion éco­no­mique devrait s’ac­com­pa­gner d’une recherche active du plein emploi, avec des condi­tions de tra­vail et de salaire égales. Cette vision éga­li­taire est essen­tielle, à la fois pour construire une socié­té juste et pour obte­nir le sou­tien de la classe ouvrière à l’en­droit de cette trans­for­ma­tion struc­tu­relle des forces productives.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Une telle vision est incon­ci­liable avec le contrôle pri­vé des moyens de pro­duc­tion et du pro­ces­sus de pla­ni­fi­ca­tion. Pour que les inves­tis­se­ments et l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique servent le bien com­mun, la prise de déci­sion devrait être reti­rée aux banques et aux entre­prises capi­ta­listes qui dominent actuel­le­ment, et trans­fé­rée dans le domaine public. Ensuite, la socié­té elle-même — c’est-à-dire ni une petite oli­gar­chie de pro­prié­taires ter­riens ni une élite de tech­no-bureau­crates — déci­de­rait démo­cra­ti­que­ment des lignes de pro­duc­tion qui devront être pri­vi­lé­giées et de quelle manière les res­sources devront être inves­ties dans l’é­du­ca­tion, la san­té ou la culture. Les déci­sions majeures quant aux prio­ri­tés d’in­ves­tis­se­ment — comme la fer­me­ture de l’en­semble des ins­tal­la­tions au char­bon ou l’o­rien­ta­tion des sub­ven­tions agri­coles vers la pro­duc­tion bio­lo­gique — seraient prises par vote popu­laire direct. D’autres déci­sions, moins impor­tantes, seraient prises par des organes élus, à échelle natio­nale, régio­nale ou locale.

« La prise de déci­sion devrait être reti­rée aux banques et aux entre­prises capi­ta­listes qui dominent actuel­le­ment, et trans­fé­rée dans le domaine public. »

Bien que les conser­va­teurs craignent la « pla­ni­fi­ca­tion cen­trale », la pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique démo­cra­tique pro­meut fina­le­ment davan­tage de liber­té, et non moins. Et ce pour plu­sieurs rai­sons. Premièrement, elle per­met la libé­ra­tion des « lois éco­no­miques » réi­fiées du sys­tème capi­ta­liste, qui enchaîne les indi­vi­dus dans ce que Max Weber appe­lait une « cage de fer ». Les prix des biens ne seraient pas lais­sés aux « lois de l’offre et de la demande », mais reflé­te­raient plu­tôt les prio­ri­tés sociales et poli­tiques via l’u­ti­li­sa­tion de taxes et de sub­ven­tions afin d’en­cou­ra­ger les biens sociaux et de décou­ra­ger les maux sociaux. Idéalement, à mesure que la tran­si­tion éco­so­cia­liste pro­gres­se­ra, davan­tage de pro­duits et de ser­vices essen­tiels à la satis­fac­tion des besoins humains fon­da­men­taux seront dis­tri­bués libre­ment, selon la volon­té des citoyens.

Deuxièmement, l’é­co­so­cia­lisme annonce une aug­men­ta­tion sub­stan­tielle du temps libre. La pla­ni­fi­ca­tion et la réduc­tion du temps de tra­vail sont les deux étapes déci­sives vers ce que Marx appe­lait « le royaume de la liber­té1 ». Une aug­men­ta­tion signi­fi­ca­tive du temps libre consti­tue, en effet, l’une des condi­tions à la par­ti­ci­pa­tion des tra­vailleurs à la dis­cus­sion et à la ges­tion démo­cra­tique de l’é­co­no­mie et de la socié­té. Enfin, la pla­ni­fi­ca­tion éco­lo­gique démo­cra­tique incarne l’exer­cice, par toute la socié­té, de sa liber­té de contrô­ler les déci­sions qui affectent son des­tin. Si l’i­déal démo­cra­tique n’ac­corde pas le pou­voir de déci­sion poli­tique à une petite élite, pour­quoi le même prin­cipe ne s’ap­pli­que­rait-il pas aux déci­sions éco­no­miques ? Sous le capi­ta­lisme, la valeur d’u­sage — la valeur d’un pro­duit ou d’un ser­vice lié au bien-être — n’existe qu’au ser­vice de la valeur d’é­change, ou valeur sur le mar­ché. Ainsi, dans la socié­té contem­po­raine, nombre de pro­duits sont socia­le­ment inutiles ou seule­ment conçus pour une rota­tion rapide (« l’ob­so­les­cence pro­gram­mée ») ; dans une éco­no­mie éco­so­cia­liste pla­ni­fiée, la valeur d’u­sage sera, en revanche, le seul cri­tère de pro­duc­tion de biens et de ser­vice — avec des consé­quences éco­no­miques, sociales et éco­lo­giques de grande portée.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

La pla­ni­fi­ca­tion serait axée sur les déci­sions éco­no­miques à grande échelle et non sur celles, à petite échelle, qui pour­raient affec­ter les res­tau­rants, les épi­ce­ries, les petits maga­sins ou les entre­prises arti­sa­nales locales. Surtout, pareille pla­ni­fi­ca­tion est cohé­rente avec l’au­to­ges­tion par les tra­vailleurs de leurs uni­tés de pro­duc­tion. Si la déci­sion, par exemple, de trans­for­mer une usine de pro­duc­tion d’au­to­mo­biles en une usine de pro­duc­tion d’au­to­bus et de tram­ways serait prise par la socié­té dans son ensemble, l’or­ga­ni­sa­tion interne et le fonc­tion­ne­ment de l’en­tre­prise seraient gérés démo­cra­ti­que­ment par ses tra­vailleurs. Le carac­tère « cen­tra­li­sé » ou « décen­tra­li­sé » de la pla­ni­fi­ca­tion a fait l’ob­jet de nom­breuses dis­cus­sions, mais le plus impor­tant est le contrôle démo­cra­tique à tous les niveaux — local, régio­nal, natio­nal, conti­nen­tal ou inter­na­tio­nal. Par exemple, les ques­tions éco­lo­giques pla­né­taires telles que le réchauf­fe­ment cli­ma­tique doivent être trai­tées à l’é­chelle mon­diale, néces­si­tant dès lors une forme de pla­ni­fi­ca­tion démo­cra­tique mon­diale. Cette prise de déci­sion démo­cra­tique imbri­quée est tout le contraire de ce qui est géné­ra­le­ment décrit, sou­vent avec dédain, comme une « pla­ni­fi­ca­tion cen­trale » : les déci­sions ne sont pas prises par un « centre » quel­conque, mais déci­dées démo­cra­ti­que­ment par la popu­la­tion concer­née à l’é­chelle appropriée.

« La semaine de tra­vail doit-elle être réduite à 30 heures, 25 heures, moins, avec la réduc­tion de la pro­duc­tion que cela implique ? »

Un débat démo­cra­tique et plu­ra­liste se dérou­le­rait à tous les niveaux. Par le biais de par­tis, de pla­te­formes ou d’autres mou­ve­ments poli­tiques, des pro­po­si­tions variées seraient sou­mises au peuple, et des délé­gués seraient élus en consé­quence. La démo­cra­tie repré­sen­ta­tive doit cepen­dant être com­plé­tée — et cor­ri­gée — par la démo­cra­tie directe sur Internet : ain­si, les gens choi­si­raient — au niveau local, natio­nal et, plus tard, mon­dial — par­mi les prin­ci­pales options sociales et éco­lo­giques. Les trans­ports publics doivent-ils être gra­tuits ? Les pro­prié­taires de voi­tures par­ti­cu­lières doivent-ils payer des taxes spé­ciales pour sub­ven­tion­ner les trans­ports publics ? L’énergie solaire doit-elle être sub­ven­tion­née pour concur­ren­cer les éner­gies fos­siles ? La semaine de tra­vail doit-elle être réduite à 30 heures, 25 heures, moins, avec la réduc­tion de la pro­duc­tion que cela implique ?

Une telle pla­ni­fi­ca­tion démo­cra­tique néces­site la contri­bu­tion d’ex­perts. Mais son rôle serait édu­ca­tif : il s’a­gi­rait de pré­sen­ter des points de vue éclai­rés sur les résul­tats alter­na­tifs à prendre en compte par les pro­ces­sus de déci­sion popu­laires. Quelle garan­tie y a‑t-il que le peuple pren­dra des déci­sions éco­lo­gi­que­ment ration­nelles ? Aucune. L’écosocialisme parie que les déci­sions démo­cra­tiques seront de plus en plus rai­son­nées et éclai­rées à mesure que la culture se modi­fie­ra et que l’emprise du féti­chisme des mar­chan­dises sera bri­sée. On ne peut ima­gi­ner sem­blable nou­velle socié­té sans que la popu­la­tion n’at­teigne, par la lutte, l’au­to-édu­ca­tion et l’ex­pé­rience sociale, un niveau éle­vé de conscience socia­liste et éco­lo­gique. Quoi qu’il en soit, les autres alter­na­tives — le mar­ché aveugle ou la dic­ta­ture éco­lo­gique des « experts » — ne sont-elles pas autre­ment plus dangereuses ?

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

La Grande Transition du pro­grès des­truc­teur capi­ta­liste à l’é­co­so­cia­lisme est un pro­ces­sus his­to­rique, une trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire per­ma­nente de la socié­té, de la culture et des men­ta­li­tés. La mise en œuvre de cette tran­si­tion condui­rait non seule­ment à un nou­veau mode de pro­duc­tion et à une socié­té éga­li­taire et démo­cra­tique, mais aus­si à un mode de vie alter­na­tif, à une nou­velle civi­li­sa­tion éco­so­cia­liste — par-delà le règne de l’argent, les habi­tudes de consom­ma­tion arti­fi­ciel­le­ment pro­duites par la publi­ci­té, la pro­duc­tion illi­mi­tée de mar­chan­dises inutiles et/ou nui­sibles à l’en­vi­ron­ne­ment. Un tel pro­ces­sus de trans­for­ma­tion dépen­dra du sou­tien actif de la grande majo­ri­té de la popu­la­tion à un pro­gramme éco­so­cia­liste. Le fac­teur déci­sif dans le déve­lop­pe­ment de la conscience socia­liste et de la conscience éco­lo­gique est l’ex­pé­rience col­lec­tive de lutte, des confron­ta­tions locales et par­tielles au chan­ge­ment radi­cal de la socié­té mon­diale dans son ensemble.

La question de la croissance

« Un tel pro­ces­sus de trans­for­ma­tion dépen­dra du sou­tien actif de la grande majo­ri­té de la popu­la­tion à un pro­gramme écosocialiste. »

La ques­tion de la crois­sance éco­no­mique a divi­sé les socia­listes et les éco­lo­gistes. L’écosocialisme rejette le cadre dua­liste « crois­sance contre décrois­sance », « déve­lop­pe­ment contre anti-déve­lop­pe­ment » : c’est que les deux posi­tions par­tagent une concep­tion pure­ment quan­ti­ta­tive des forces pro­duc­tives. Une troi­sième posi­tion résonne davan­tage avec la tâche qui nous attend : la trans­for­ma­tion qua­li­ta­tive du déve­lop­pe­ment. Un nou­veau para­digme de déve­lop­pe­ment signi­fie la fin du gas­pillage fla­grant des res­sources sous le capi­ta­lisme, moti­vé par la pro­duc­tion à grande échelle de pro­duits inutiles et nocifs. L’industrie de l’ar­me­ment est, bien sûr, un exemple dra­ma­tique, mais, plus géné­ra­le­ment, le but pre­mier de nombre des « biens » pro­duits — avec leur obso­les­cence pro­gram­mée — est de géné­rer des pro­fits pour les grandes entre­prises. Le pro­blème n’est pas la consom­ma­tion exces­sive dans l’ab­so­lu, mais le type de consom­ma­tion pré­do­mi­nant, basé sur un gas­pillage mas­sif et sur la pour­suite mani­feste et com­pul­sive de nou­veau­tés pro­mues par la « mode ». Une nou­velle socié­té orien­te­rait la pro­duc­tion vers la satis­fac­tion de besoins authen­tiques — notam­ment l’eau, la nour­ri­ture, les vête­ments, le loge­ment et des ser­vices de base tels que la san­té, l’é­du­ca­tion, le trans­port et la culture.

Il est évident que les pays du Sud, où ces besoins sont très loin d’être satis­faits, doivent pour­suivre un plus grand « déve­lop­pe­ment » clas­sique — che­mins de fer, hôpi­taux, sys­tèmes d’é­gouts et autres infra­struc­tures. Cependant, plu­tôt que d’i­mi­ter la façon dont les pays riches ont construit leurs sys­tèmes de pro­duc­tion, ces pays peuvent pour­suivre leur déve­lop­pe­ment de façon bien plus éco­lo­gique, en intro­dui­sant notam­ment rapi­de­ment les éner­gies renou­ve­lables. Alors que de nom­breux pays pauvres devront déve­lop­per leur pro­duc­tion agri­cole afin de nour­rir des popu­la­tions affa­mées et crois­santes, la solu­tion éco­so­cia­liste consiste à pro­mou­voir des méthodes agroé­co­lo­giques ancrées dans les uni­tés fami­liales, les coopé­ra­tives ou les fermes col­lec­tives à grande échelle — et non les méthodes des­truc­trices de l’a­gro­bu­si­ness indus­tria­li­sé, impli­quant des intrants inten­sifs de pes­ti­cides, de pro­duits chi­miques et d’OGM.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Dans le même temps, la trans­for­ma­tion éco­so­cia­liste met­trait fin à l’o­dieux sys­tème de dette auquel le Sud glo­bal se voit aujourd’­hui confron­té du fait de l’ex­ploi­ta­tion de ses res­sources par les pays indus­triels avan­cés, ain­si que par les pays en déve­lop­pe­ment rapide comme la Chine. En lieu et place, nous pou­vons envi­sa­ger un flux impor­tant d’as­sis­tance tech­nique et éco­no­mique du Nord vers le Sud, enra­ci­né dans un solide sens de la soli­da­ri­té et la recon­nais­sance du fait que les pro­blèmes pla­né­taires néces­sitent des solu­tions pla­né­taires. Cela ne signi­fie pas néces­sai­re­ment que les habi­tants des pays riches « réduisent leur niveau de vie », mais seule­ment qu’ils fuient la consom­ma­tion obses­sion­nelle de mar­chan­dises inutiles, induite par le sys­tème capi­ta­liste, qui ne répondent pas aux besoins réels ou ne contri­buent pas au bien-être et à l’é­pa­nouis­se­ment de l’humanité.

« L’industrie de la publi­ci­té n’au­rait pas sa place dans une socié­té en tran­si­tion vers l’é­co­so­cia­lisme ; elle serait remplacée. »

Mais com­ment dis­tin­guer les besoins authen­tiques des besoins arti­fi­ciels et contre-pro­duc­tifs ? Dans une large mesure, ces der­niers sont sti­mu­lés par la mani­pu­la­tion men­tale de la publi­ci­té. Dans les socié­tés capi­ta­listes contem­po­raines, l’in­dus­trie de la publi­ci­té a enva­hi toutes les sphères de la vie, façon­nant tout, de la nour­ri­ture que nous man­geons et des vête­ments que nous por­tons aux sports, à la culture, à la reli­gion et à la poli­tique. La publi­ci­té pro­mo­tion­nelle est deve­nue omni­pré­sente, infes­tant insi­dieu­se­ment nos rues, nos pay­sages et nos médias tra­di­tion­nels et numé­riques, façon­nant des habi­tudes de consom­ma­tion osten­ta­toire et com­pul­sive. En outre, l’in­dus­trie de la publi­ci­té elle-même est une source de gas­pillage consi­dé­rable de res­sources natu­relles et de temps de tra­vail, payé en fin de compte par le consom­ma­teur, pour une branche de « pro­duc­tion » qui s’a­vère être en contra­dic­tion directe avec les besoins socio-éco­lo­giques réels. Bien qu’in­dis­pen­sable à l’é­co­no­mie de mar­ché capi­ta­liste, l’in­dus­trie de la publi­ci­té n’au­rait pas sa place dans une socié­té en tran­si­tion vers l’é­co­so­cia­lisme ; elle serait rem­pla­cée par des asso­cia­tions de consom­ma­teurs qui contrôlent et dif­fusent des infor­ma­tions sur les biens et les ser­vices. Bien que ces chan­ge­ments se pro­duisent déjà dans une cer­taine mesure, les vieilles habi­tudes per­sis­te­raient pro­ba­ble­ment durant quelques années — per­sonne n’a le droit de dic­ter les dési­rs des gens. La modi­fi­ca­tion des modes de consom­ma­tion est un défi édu­ca­tif per­ma­nent, dans le cadre d’un pro­ces­sus his­to­rique de chan­ge­ment culturel.

L’un des prin­cipes fon­da­men­taux de l’é­co­so­cia­lisme est que dans une socié­té sans divi­sions de classe mar­quées et sans alié­na­tion capi­ta­liste, l’« être » pren­dra le pas sur l’« avoir ». Au lieu d’as­pi­rer à des biens sans fin, les gens seraient en quête de plus de temps libre et de réa­li­sa­tions per­son­nelles fortes de sens — par le biais d’ac­ti­vi­tés cultu­relles, spor­tives, ludiques, scien­ti­fiques, éro­tiques, artis­tiques et poli­tiques. Rien ne prouve que l’ac­qui­si­tion com­pul­sive de biens découle de la « nature humaine » intrin­sèque, comme le sug­gère la rhé­to­rique conser­va­trice. Il est plu­tôt induit par le féti­chisme de la mar­chan­dise inhé­rent au sys­tème capi­ta­liste, par l’i­déo­lo­gie domi­nante et par la publi­ci­té. Ernest Mandel résume bien ce point critique :

L’accumulation conti­nue de tou­jours plus de mar­chan­dises […] n’est en aucun cas une carac­té­ris­tique uni­ver­selle et même pré­do­mi­nante du com­por­te­ment humain. Le déve­lop­pe­ment des talents et des incli­na­tions pour eux-mêmes, la pro­tec­tion de la san­té et de la vie, les soins aux enfants, le déve­lop­pe­ment de rela­tions sociales riches […] deviennent des moti­va­tions majeures une fois que les besoins maté­riels de base ont été satisfaits.

[Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com

Bien sûr, même une socié­té sans classes est confron­tée à des conflits et des contra­dic­tions. La tran­si­tion vers l’é­co­so­cia­lisme confron­te­rait les ten­sions entre les exi­gences de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et la satis­fac­tion des besoins sociaux ; entre les impé­ra­tifs éco­lo­giques et le déve­lop­pe­ment des infra­struc­tures de base ; entre les habi­tudes de consom­ma­tion popu­laire et la rare­té des res­sources ; entre les impul­sions com­mu­nau­taires et cos­mo­po­lites. Les luttes entre des desi­de­ra­ta concur­rents sont inévi­tables. C’est pour­quoi la pesée et l’é­qui­libre de ces inté­rêts doivent deve­nir la tâche d’un pro­ces­sus de pla­ni­fi­ca­tion démo­cra­tique, libé­ré des impé­ra­tifs du capi­tal et du pro­fit, afin de trou­ver des solu­tions par le biais d’un dis­cours public trans­pa­rent, plu­ra­liste et ouvert. Une telle démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive à tous les niveaux ne signi­fie pas qu’il n’y aura pas d’er­reurs, mais elle per­met aux membres de la col­lec­ti­vi­té sociale de les cor­ri­ger eux-mêmes.


[lire le second volet]


Traduit de l’an­glais par la rédac­tion de Ballast, avec l’ai­mable auto­ri­sa­tion de l’au­teur | « Ecosocialism : A Vital Synthesis », Climate & Capitalism, 16 décembre 2020
Photographies de ban­nière et de vignette : Edward Burtynsky | www.edwardburtynsky.com


  1. Dans le livre III du Capital, il écrit ain­si : « En fait, le royaume de la liber­té com­mence seule­ment là où l’on cesse de tra­vailler par néces­si­té et oppor­tu­ni­té impo­sée de l’ex­té­rieur ; il se situe donc, par nature, au-delà de la sphère de la pro­duc­tion maté­rielle pro­pre­ment dite. De même que l’homme pri­mi­tif doit lut­ter contre la nature pour pour­voir à ses besoins, se main­te­nir en vie et se repro­duire, l’homme civi­li­sé est for­cé, lui aus­si, de le faire et de le faire quels que soient la struc­ture de socié­té et le mode de pro­duc­tion. » [ndlr]

REBONDS

☰ Lire notre article « Écologie : socia­lisme ou bar­ba­rie — par Murray Bookchin », mars 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéo­lo­giques sont pos­sibles », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Corinne Morel Darleux : « Il y a tou­jours un dixième de degré à aller sau­ver », juin 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Murray Bookchin, sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Charbonnier : « L’écologie, c’est réin­ven­ter l’idée de pro­grès social », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017

Sur le même sujet :
Michael Löwy

Philosophe marxiste et écosocialiste franco-brésilien. Il est notamment l'auteur, avec Olivier Besancenot, de Affinités révolutionnaires : Nos étoiles rouges et noires (2014).

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.