Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Pour une lutte de classes intersectionnelle


Traduction d’un article de Roar pour le site de Ballast

« Moi ce qui m’ef­fraie encore plus que Zemmour, c’est les dis­cours inter­sec­tion­nels du moment », décla­rait récem­ment l’une des porte-parole du gou­ver­ne­ment Macron. Quelques mois plus tôt, le ministre de l’Éducation natio­nale dénon­çait l’in­ter­sec­tion­na­li­té comme com­plice du ter­ro­risme isla­miste. Ce quin­quen­nat ne nous aura rien épar­gné. Ce mot com­pli­qué désigne pour­tant quelque chose d’élé­men­taire : cer­taines per­sonnes font l’ex­pé­rience de domi­na­tions mul­tiples dans la socié­té. Ce concept entend, dès lors, révé­ler et pen­ser la plu­ra­li­té et l’im­bri­ca­tion des dis­cri­mi­na­tions de classe, de sexe et de race. Sur fond de pan­dé­mie de Covid-19, l’his­to­rien éta­sunien Michael Beyea Reagan s’empare de cette notion — pro­mue par la cher­cheuse afro­fé­mi­niste Kimberlé Williams Crenshaw à la fin des années 1980 — et défend l’i­dée d’une « lutte de classes inter­sec­tion­nelle ». Autrement dit, d’œuvrer, depuis le mou­ve­ment ouvrier, à la des­truc­tion du mode de pro­duc­tion capi­ta­liste en inté­grant les « expé­riences variées, diverses et contra­dic­toires » des tra­vailleurs et des tra­vailleuses.


L’histoire et la pra­tique d’une lutte de classes inter­sec­tion­nelle recèle une riche tra­di­tion de résis­tance de la classe labo­rieuse contre la supré­ma­tie blanche, le patriar­cat et l’im­pé­ria­lisme. Alors qu’un cin­quième du XXIe siècle s’est écou­lé, que notre monde est déchi­ré par des conflits et des catas­trophes, le Covid-19 n’en finit pas d’ac­cé­lé­rer les crises que nous tra­ver­sons. La pan­dé­mie mon­diale a tué des mil­lions de per­sonnes — la race, la pau­vre­té et le sexe étant les prin­ci­paux déter­mi­nants sociaux de la mor­ta­li­té. À l’é­chelle mon­diale, les écarts de reve­nus conti­nuent de se creu­ser, tan­dis qu’une petite mino­ri­té — des finan­ciers et des titans de l’in­dus­trie — amasse une richesse sans pré­cé­dent sur le dos des travailleurs.

« La pan­dé­mie de Covid-19 met en pleine lumière la nature inter­sec­tion­nelle des inéga­li­tés et de la lutte de classes. »

Un seul indi­vi­du, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, contrôle plus de 200 mil­liards de dol­lars, et la classe des mil­liar­daires éta­su­niens a col­lec­ti­ve­ment gagné plus de 1,8 bil­lion de dol­lars durant la pandémie1, créant plu­sieurs nou­veaux mil­liar­daires — dont beau­coup sont issus de l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique. Wall Street, à tra­vers des spé­cu­la­tions en série, a enri­chi cer­taines entre­prises des sec­teurs tech­no­lo­gique et logis­tique, tan­dis que les « tra­vailleurs essen­tiels » de ces mêmes indus­tries connaissent un risque accru d’ex­po­si­tion au virus, et en suc­combent plus rapi­de­ment. Les tra­vailleurs de la san­té, les ouvriers agri­coles, les embal­leurs de viande et les employés des com­merces sont par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés. La pan­dé­mie de Covid-19 met en pleine lumière la nature inter­sec­tion­nelle des inéga­li­tés et de la lutte de classes, mais, nous, acti­vistes et uni­ver­si­taires, pei­nons à l’ap­pré­hen­der et à agir à la hau­teur de la situa­tion. Ni le dis­cours domi­nant, ni celui de la gauche ne par­viennent à sai­sir la com­plexi­té et la diver­si­té de la lutte des classes du XXIe siècle, telle qu’elle a été révé­lée par la pan­dé­mie. Pour faire avan­cer les mou­ve­ments de libé­ra­tion face à cette crise mon­diale sans pré­cé­dent, nous avons besoin de mou­ve­ments issus de la classe labo­rieuse qui puissent affron­ter direc­te­ment le pou­voir de la pro­prié­té et les oppres­sions croi­sées aux­quelles sont confron­tées l’en­semble de nos luttes. La pan­dé­mie mon­diale est un signal d’a­larme : il nous faut recon­naître la nature de notre monde, construire des mou­ve­ments inter­sec­tion­nels à la fois popu­laires et puis­sants dans le but d’in­ver­ser la tendance.

Covid-19, race et classe

La pan­dé­mie de Covid-19 a exa­cer­bé les crises liées aux inéga­li­tés exis­tantes dans les­quelles la classe et la race se ren­forcent mutuel­le­ment. Observons les chiffres : au Royaume-Uni, les Noirs pos­sèdent envi­ron un hui­tième de la richesse des Blancs, tan­dis que moins de la moi­tié des rési­dents noirs ori­gi­naires des Caraïbes, d’Afrique ou du Bangladesh ont de coté l’é­qui­valent de 1 000 £ d’é­co­no­mies [envi­ron 1 160 €, ndlr]. Aux États-Unis, la richesse moyenne totale des familles noires est de 17 150 $ [envi­ron 15 000 €, ndlr], soit un dixième de celle des familles blanches. Au Brésil, les six mil­liar­daires les plus riches du pays — tous blancs — sont aus­si riches que les 50 % les plus pauvres de la popu­la­tion, soit envi­ron 100 mil­lions de per­sonnes, avec un taux de pau­vre­té afro-bré­si­lien deux fois plus éle­vé que celui des Blancs. Lorsque la pan­dé­mie a frap­pé, ceux qui étaient consi­dé­rés comme des « tra­vailleurs essen­tiels » n’ont eu d’autre choix que d’al­ler tra­vailler mal­gré les risques, s’ex­po­sant à la mala­die dans les emplois de ser­vice et de logis­tique de pre­mière ligne.

[Face au Capitole de l'État du Massachusetts durant un cortège funèbre pour les travailleurs essentiels qui ont été malades ou sont décédés du Covid-19, le 25 mai 2020 | Blake Nissen | The Boston Globe | Getty Images]

Nous consta­tons une cor­ré­la­tion entre la pau­vre­té, la race et la mor­ta­li­té due au Covid-19. Partout dans le monde, les pauvres vivent dans des loge­ments sur­peu­plés, ont un accès réduit aux soins, peu de congés mala­die et moins de res­sources en cas d’ur­gence. Tout cela entraîne une plus grande mor­ta­li­té. En Amérique latine, les per­sonnes d’as­cen­dance afri­caine sont tou­chées de manière dis­pro­por­tion­née par le Covid-19 : citons à nou­veau l’exemple du Brésil, où les Noirs sont expo­sés à un risque de mor­ta­li­té 30 % supé­rieur à celui des Blancs. Aux États-Unis, les autoch­tones, les Noirs et les insu­laires du Pacifique connaissent des taux de mor­ta­li­té de un et demie à deux fois supé­rieurs à ceux des popu­la­tions blanches et asia­tiques. Au Royaume-Uni, les com­mu­nau­tés noires et plus géné­ra­le­ment raci­sées sont des popu­la­tions plus sujettes à être infec­tées par le virus. Mais il n’y a sans doute pas de plus grande inter­sec­tion de classe, de race et de pan­dé­mie qu’au sujet des droits de pro­prié­té des vac­cins et du main­tien des bre­vets mon­diaux. Alors que les pays occi­den­taux — dont l’Allemagne, la France et les États-Unis — accu­mulent des stocks excé­den­taires et connaissent d’im­por­tants mou­ve­ments de résis­tance à la vac­ci­na­tion, une grande par­tie des pays en déve­lop­pe­ment lutte pour vac­ci­ner ne serait-ce qu’1 % de sa popu­la­tion. Sur l’en­semble du conti­nent afri­cain, seul 1 % de la popu­la­tion est vac­ci­né et le modeste objec­tif de l’Union afri­caine de 20 % de vac­ci­nés d’i­ci la fin de l’an­née sera dif­fi­cile à atteindre. Le Tchad, le Burkina Faso et la République du Congo ont des taux de vac­ci­na­tion de 1 % ; ailleurs dans le monde, le Pakistan est à 2 %, la Jamaïque à 4 % et, en Inde, un peu plus de 7 % de la popu­la­tion est vaccinée.

« L’industrie phar­ma­ceu­tique a per­mis à sept per­sonnes d’en­trer dans le cercle des mil­liar­daires depuis le début de la pandémie. »

Cette crise de la dis­tri­bu­tion est en par­tie cau­sée par les socié­tés phar­ma­ceu­tiques, en Allemagne et aux États-Unis, qui refusent de lever les res­tric­tions de bre­vet sur la pro­duc­tion. L’OMC n’est par­ve­nue à aucun accord sur la levée des bre­vets en rai­son de l’obs­ti­na­tion du sec­teur pri­vé, et ce tan­dis que ces entre­prises récoltent des béné­fices excep­tion­nels. Pfizer pré­voit des dizaines de mil­liards de dol­lars de reve­nus sup­plé­men­taires — ses chiffres du pre­mier tri­mestre 2021 sont déjà en hausse de plus de 14 mil­liards de dol­lars, soit une aug­men­ta­tion de 45 % par rap­port à 2020. L’industrie phar­ma­ceu­tique a per­mis à sept per­sonnes d’en­trer dans le cercle des mil­liar­daires depuis le début de la pan­dé­mie, et des entre­prises comme Pfizer et Moderna aug­mentent désor­mais le coût des vac­cins contre le Covid-19 pour les pays euro­péens. OXFAM International rap­porte que les pro­fits réa­li­sés sur les vac­cins ont ren­du les ini­tia­tives mon­diales de san­té publique Covid cinq fois plus coû­teuses qu’au­pa­ra­vant. Dans les pays du Sud, d’in­nom­brables per­sonnes mour­ront pour satis­faire des droits de pro­prié­té et pour l’en­ri­chis­se­ment du sec­teur privé.

Une analyse incomplète des classes

Alors que nous ten­tons de com­prendre ce qui nous a ame­nés jus­qu’i­ci, il semble désor­mais clair — et plus que jamais — que la classe sociale est un fac­teur cen­tral de notre socié­té, et qu’elle compte par­mi les causes ori­gi­nelles des crises que nous tra­ver­sons. Pourtant, les idées concer­nant la classe font défaut au sein de la gauche inter­na­tio­nale : dans le dis­cours domi­nant, gauche com­prise, la classe, comme phé­no­mène social, n’est pas bien com­prise. Les idées majo­ri­taires l’as­so­cient aux ques­tions de reve­nu ou d’é­du­ca­tion, tan­dis que cer­tains pen­seurs de gauche la lient stric­te­ment aux « moyens de pro­duc­tion ». Dans cer­tains cercles mili­tants contem­po­rains, la classe sociale est consi­dé­rée comme une simple iden­ti­té et le « clas­sisme » comme une forme de dis­cri­mi­na­tion com­pa­rable au racisme ou au sexisme. Ces idées ne sont pas fausses, mais elles sont incomplètes.

[Marburg (Allemagne), le 27 mars 2021 : un laboratoire BioNTech travaillant sur le vaccin anti-Covid à base d’ARN messager | Alex Kraus | Bloomberg]

Les États-Unis et le Royaume-Uni sont peut-être les pires à cet égard. Le dis­cours domi­nant sur la classe amal­game de nom­breuses per­sonnes de la classe labo­rieuse à la « classe moyenne », un groupe aux contours mal défi­nis qui se contente de ras­sem­bler ceux qui ne sont ni riches, ni pauvres. Cette notion de « classe moyenne » dis­si­mule la réa­li­té de la lutte de classes dans la vie quo­ti­dienne, pour­tant si facile à dis­tin­guer dès lors que nous y prê­tons atten­tion. À gauche, des maga­zines comme Jacobin tiennent un dis­cours dif­fé­rent, tout en offrant une pers­pec­tive limi­tée : ils ont ten­dance à sou­te­nir que la classe est à la base une condi­tion « maté­rielle », dif­fé­rente des autres formes de lutte sociale et plus fon­da­men­tale que les autres. En liant stric­te­ment la classe aux condi­tions maté­rielles, à un cer­tain rap­port aux moyens de pro­duc­tion, ces idées restreignent inuti­le­ment la lutte de la classe labo­rieuse. Ainsi que l’a démon­tré il y a soixante ans l’his­to­rien bri­tan­nique E.P. Thompson, la lutte de classes est un pro­duit de la conscience de classe, laquelle peut pro­ve­nir de nom­breux vec­teurs dif­fé­rents d’i­den­ti­té, d’ex­pé­rience et de conflit.

Lutte de classes internationale

« Une ana­lyse inter­sec­tion­nelle signi­fi­ca­tive inclut la race, le genre et la lutte de classes en tant que parts variables mais coégales de la lutte sociale. »

Mais, sous nos yeux, se trouve une autre tra­di­tion de poli­tique de classes : je l’ap­pelle « lutte de classes inter­sec­tion­nelle ». Elle est à la fois pré­sente dans les mou­ve­ments ouvriers et dans les idées nées de ces luttes. Elle est tout sim­ple­ment la tra­di­tion des mou­ve­ments ouvriers anti­ca­pi­ta­listes oppo­sés à la supré­ma­tie blanche, au patriar­cat, à l’im­pé­ria­lisme et aux autres formes d’op­pres­sion sociale. C’est que, au vu des vec­teurs de race, de genre, de sexua­li­té, de capa­ci­té, de citoyen­ne­té ou encore d’eth­ni­ci­té qui carac­té­risent nos socié­tés et nos lieux de tra­vail, il serait conster­nant que la lutte ouvrière ne se carac­té­rise pas par son intersectionnalité.

Si nous regar­dons du coté de la lutte anti-apar­theid en Afrique du Sud, du Printemps arabe en 2011 ou du sou­lè­ve­ment fémi­niste chi­lien de 2019, nous voyons que toutes ces luttes de classes sont mani­fes­te­ment inter­sec­tion­nelles — qu’il s’a­gisse de la com­po­si­tion même des mou­ve­ments, de la nature de leurs reven­di­ca­tions et des forces contre les­quelles ils s’op­po­sèrent pen­dant le conflit. L’histoire et les formes actuelles de la lutte ouvrière démontrent que lorsque nous résis­tons, cette résis­tance est néces­sai­re­ment inter­sec­tion­nelle. Vers la fin du XXe siècle et durant le XXIe siècle, les uni­ver­si­taires et les théo­ri­ciens ont com­men­cé à rat­tra­per leur retard sur l’ex­pé­rience des gens de la classe labo­rieuse ; beau­coup de ces pen­seurs ont étof­fé et rema­nié l’a­na­lyse maté­rielle et struc­tu­relle mar­xiste du capi­ta­lisme pour y incor­po­rer les notions de culture, de genre, de race, d’op­pres­sion sociale et de pou­voir. Les théo­ries du capi­ta­lisme racial de Cédric Robinson, le fémi­nisme maté­ria­liste de pen­seuses comme Silvia Federici et Selma James, le fémi­nisme noir de théo­ri­ciennes comme Patricia Hill Collins et le Collectif Combahee River ont, toutes et tous, contri­bué à une ana­lyse inter­sec­tion­nelle signi­fi­ca­tive incluant la race, le genre et la lutte de classes en tant que parts variables mais coégales de la lutte sociale. Alors que les cher­cheurs contem­po­rains conti­nuent de tra­vailler dans le cadre de ces tra­di­tions dis­tinctes, la lutte de classes inter­sec­tion­nelle est une syn­thèse de toutes ces idées, évi­dentes dans la pra­tique des mou­ve­ments de la classe labo­rieuse, qui ras­semble la pen­sée fémi­niste, anti­ra­ciste et anticapitaliste.

[Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, à Santiago (Chili), le 25 novembre 2020 | Martin Bernetti | AFP | Getty Images]

De cette façon, elle s’ap­puie sur un héri­tage d’i­dées anar­chistes et de mou­ve­ments sociaux, depuis des écri­vains yid­dish comme Rudolf Rocker jus­qu’à des orga­ni­sa­tions comme les Industrial Workers of the World, qui ont orga­ni­sé « un grand syn­di­cat » pour tous les tra­vailleurs et quelles que soient les divi­sions sociales. Les anar­chistes ont cher­ché à faci­li­ter la soli­da­ri­té de la classe labo­rieuse au-delà des fron­tières, entre les peuples de races et d’eth­nies dif­fé­rentes, pour tous les genres, dans l’in­té­rêt géné­ral d’une huma­ni­té libé­rée. Issue des tra­di­tions com­bi­nées des luttes ouvrières et d’une varié­té de théo­ries sociales, la lutte de classes inter­sec­tion­nelle met en évi­dence la com­po­si­tion maté­rielle et cultu­relle de la poli­tique de classe. Elle démontre que les indi­vi­dus et les iden­ti­tés se forment dans un pro­ces­sus de conflit social col­lec­tif, en lien avec les piliers clés de la struc­ture sociale — la pro­prié­té, la vio­lence blanche et le patriar­cat ; elle affirme que mal­gré des dif­fé­rences, nous par­ta­geons des inté­rêts com­muns en lut­tant contre le capi­tal et l’op­pres­sion. Enfin, la lutte de classes inter­sec­tion­nelle démontre qu’il existe une voie pour la résis­tance et une manière de s’or­ga­ni­ser et de lut­ter pour un ave­nir plus humain et éman­ci­pa­teur. De cette façon, elle peut nous aider à mieux com­prendre — et, plus impor­tant encore, à faci­li­ter — la lutte sociale de libération.

De la Colombie à l’Alabama

« Malgré des dif­fé­rences, nous par­ta­geons des inté­rêts com­muns en lut­tant contre le capi­tal et l’oppression. »

Le meilleur exemple contem­po­rain de lutte des classes inter­sec­tion­nelle est peut-être la grève géné­rale natio­nale en Colombie. Ce pays d’Amérique du Sud a été rava­gé par le Covid-19, avec un pic de décès début juillet 2020, en plus d’a­voir enre­gis­tré une aug­men­ta­tion de la pau­vre­té de 7 % en 2020. Lorsque le gou­ver­ne­ment du pré­sident Duque a ten­té d’a­dop­ter des réformes fis­cales qui pèse­raient lour­de­ment sur les Colombiens ordi­naires, les mili­tants ont pris les rues de Cali, où ils ont été confron­tés à une réponse bru­tale de la police : elle a tué cin­quante-trois per­sonnes à tra­vers le pays. L’émergence d’une grève géné­rale mas­sive a per­mis que la pro­po­si­tion fis­cale soit rapi­de­ment reti­rée et que les ministres soient contraints à la démis­sion. La grève s’est néan­moins pour­sui­vie, fai­sant pres­sion pour obte­nir une cou­ver­ture de san­té pour tous, un for­fait de paie­ment uni­ver­sel, un arrêt des vio­lences poli­cières ain­si que d’autres réformes. Plus impres­sion­nant encore, la struc­ture de coor­di­na­tion de la grève géné­rale s’est com­po­sée à la fois de syn­di­cats, de groupes étu­diants et d’or­ga­ni­sa­tions issues du mou­ve­ment social avec des contri­bu­tions de groupes mili­tants noirs, autoch­tones, de ruraux et de jeunes. Lorsque les groupes d’au­to­dé­fense autoch­tones se sont mani­fes­tés pour sou­te­nir la grève, ils ont recon­nu que leurs inté­rêts — mettre fin à l’ef­fon­dre­ment envi­ron­ne­men­tal et à la vio­lence de l’État envers leurs peuples — étaient ali­gnés sur ceux des gré­vistes. Ces deux groupes se sont bat­tus contre l’État et contre le capi­tal, et les mou­ve­ments indi­gènes sont deve­nus indis­so­ciables des luttes des tra­vailleurs contre les hausses d’im­pôts et pour une méde­cine socia­li­sée. À mesure que le mou­ve­ment a pris de l’am­pleur, la nature inter­sec­tion­nelle de la lutte s’est reflé­tée à la fois dans ses reven­di­ca­tions et sa composition.

Les grèves mon­diales contre Amazon, qui a mis ses tra­vailleurs en dan­ger pen­dant la pan­dé­mie, en sont un autre exemple. À Bessemer, en Alabama, une ville majo­ri­tai­re­ment noire du sud des États-Unis, une cam­pagne de syn­di­ca­li­sa­tion a échoué ce prin­temps [2021] face à l’op­po­si­tion d’Amazon : elle fut vive et vio­la au grand jour la loi. Au cœur de la cam­pagne se trou­vait la défense de la digni­té et de la jus­tice raciale pour la main-d’œuvre majo­ri­tai­re­ment noire — 85 % des tra­vailleurs d’Amazon sont noirs à Bessemer. Les orga­ni­sa­teurs syn­di­caux ont été la cible d’in­sultes racistes alors que les tra­vailleurs consi­dé­raient cette cam­pagne pour la syn­di­ca­li­sa­tion comme un moyen d’être trai­té plus humai­ne­ment. Au moment même où les tra­vailleurs de Bessemer s’or­ga­ni­saient, les tra­vailleurs d’Amazon en Italie se sont éga­le­ment mis en grève. Au cours d’une jour­née de grève et de boy­cott, ils ont défen­du la même cause, ont exi­gé un « temps de tra­vail plus humain » et sou­li­gné la nature inter­na­tio­nale de leur lutte, en bran­dis­sant des pan­cartes indi­quant : « De Plaisance à l’Alabama — un seul grand syn­di­cat ». Malgré l’é­chec en Alabama et l’ac­tion limi­tée d’une jour­née en Italie, la lutte se pour­suit pour la digni­té et l’au­to­dé­ter­mi­na­tion des tra­vailleurs d’Amazon.

[Manifestation à Bessemer (Alabama) contre la direction d'Amazon | Elijah Nouvelage | Bloomberg | Getty Images]

En guerre contre l’oppression

Lorsque les tra­vailleurs entrent en conflit avec l’État et le capi­tal, ces conflits deviennent inter­sec­tion­nels. Les luttes contre les patrons deviennent des luttes contre les fron­tières, le racisme et les autres formes d’op­pres­sion ; à mesure que les mou­ve­ments avancent, ils doivent lut­ter simul­ta­né­ment contre de mul­tiples formes de pou­voir. Un exemple d’i­dées per­ti­nentes, tiré du pas­sé, nous vient de Clarence Coe, un tra­vailleur noir pen­dant la Grande Dépression. Coe a gran­di dans le Tennessee rural, où il a été vic­time de vio­lence raciale. Pour y échap­per, il s’est ins­tal­lé à Memphis où il a tra­vaillé dans de mau­vaises condi­tions dans des usines de mate­las et de pneus. Lorsqu’il a orga­ni­sé des cam­pagnes syn­di­cales, il a été poin­té du doigt et atta­qué par des supré­ma­cistes blancs — à la fois pour son acti­vi­té syn­di­cale et parce qu’il était noir. Son orga­ni­sa­tion lut­tait d’un même élan contre le racisme et l’ex­ploi­ta­tion capi­ta­liste ; en for­mant des syn­di­cats contre la supré­ma­tie blanche, il a ain­si essayé de ras­sem­bler l’en­semble des tra­vailleurs. « Tout le monde était dans le même bateau et s’en est ren­du compte », a‑t-il décla­ré à un intervieweur.

« Bien que ces femmes aient été à la pointe de la lutte de classes, de nom­breux syn­di­cats, domi­nés par les hommes, ne leur ont accor­dé aucun soutien. »

Un autre exemple est celui des femmes de la classe labo­rieuse de Lowell, au Massachusetts, aux ori­gines du capi­ta­lisme indus­triel. Les « filles de l’u­sine », comme elles s’ap­pe­laient elles-mêmes, tra­vaillaient douze heures par jour, avec une exi­gence de pro­duc­ti­vi­té de plus en plus grande et des salaires de plus en plus bas. Pour pou­voir s’ex­pri­mer sur les pro­blèmes ren­con­trés dans leur tra­vail, elles ont dû lut­ter contre les normes patriar­cales qui les rédui­saient au silence et les relé­guaient à la sphère domes­tique. Les filles de l’u­sine ont fini par s’a­per­ce­voir que « nous sommes une bande de sœurs » et que cha­cune doit éprou­ver « de la sym­pa­thie pour les mal­heurs de l’autre ». Elles ont orga­ni­sé des grèves, des péti­tions et adres­sé des cri­tiques publiques visant les oppres­sions à l’in­ter­sec­tion de leur exploi­ta­tion — le capi­ta­lisme et le patriar­cat. Leurs voix les plus mili­tantes l’ont expli­ci­te­ment recon­nu et sont entrées dans « la guerre contre l’op­pres­sion sous toutes ses formes, contre toute posi­tion hié­rar­chique sauf celle que donne le mérite ». Bien que ces femmes aient été à la pointe de la lutte de classes dans les années 1840, de nom­breux syn­di­cats, domi­nés par les hommes, ne leur ont accor­dé aucun sou­tien. Elles ont été ridiculisées.

Bien que ces luttes soient dif­fé­rentes en fonc­tion de la race, du sexe, de l’o­ri­gine natio­nale et d’autres fac­teurs, elles font toutes par­tie de la lutte de classes. Dans les années 1860, l’or­ga­ni­sa­teur syn­di­cal amé­ri­cain William Sylvis a qua­li­fié l’ordre social émergent d’« anta­go­nisme sans fin » entre le tra­vail et le capi­tal. Pour lui, la lutte de classes por­tait sur la pro­prié­té ; la richesse et la pro­prié­té ne doivent-elles appar­te­nir qu’à quelques-uns — et ne pro­fi­ter qu’à quelques-uns — ou bien les non-pos­sé­dants peuvent-ils s’or­ga­ni­ser effi­ca­ce­ment pour arra­cher le contrôle des mains des riches, dans l’in­té­rêt d’une huma­ni­té col­lec­tive et pro­gres­siste ? Au nom de la quête du pro­fit indi­vi­duel à court terme, nous avons assis­té à des décen­nies, voire des siècles de mépris des entre­prises envers la vie humaine et le sort même de la pla­nète. L’estimation de Sylvis demeure tout aus­si juste : nous vivons dans un anta­go­nisme per­ma­nent, dans lequel le capi­tal « est, dans tous les cas, l’a­gres­seur ». Mais, bien qu’il le soit, le capi­ta­lisme n’est pas le seul vec­teur de lutte. Depuis l’é­poque de Sylvis, les mou­ve­ments ouvriers et les théo­ri­ciens ont appris que la supré­ma­tie blanche, le patriar­cat et l’État sont autant de formes contre les­quelles il faut s’en­ga­ger simultanément.

[Grève générale à Bogotá (Colombie), en mai 2021 | Guillermo Legaria | Getty Images]

Une tradition de l’organisation

Reconnaître la lutte de classes inter­sec­tion­nelle est une étape, mais nous devons éga­le­ment nous deman­der com­ment construire au mieux des mou­ve­ments basés sur ces inter­ac­tions. La plu­part du temps, les dif­fé­rences de race, de genre, de sexua­li­té, de capa­ci­té, de natio­na­li­té et d’eth­ni­ci­té sont uti­li­sées pour divi­ser les tra­vailleurs plu­tôt que pour les rap­pro­cher. La gauche actuelle joue trop sou­vent le jeu de ces divi­sions ; elle semble obs­ti­né­ment concen­trée sur la frac­ture et la mar­gi­na­li­sa­tion. Mais construire ce types de soli­da­ri­té se dis­tingue du fait de cher­cher à par­ler depuis une posi­tion d’op­pres­sion et d’at­ta­quer, ou d’in­ter­pel­ler celles et ceux qui ne sont pas suf­fi­sam­ment d’ac­cord. De manière tout aus­si néfaste, une autre par­tie de la gauche pri­vi­lé­gie les aspects stric­te­ment maté­riels et éco­no­miques des ques­tions de classe, au détri­ment des aux autres formes de lutte ; elle s’i­sole dès lors de la classe labo­rieuse, pour qui ces pro­blèmes sont cru­ciaux et quotidiens.

« La gauche actuelle joue trop sou­vent le jeu de ces divi­sions ; elle semble obs­ti­né­ment concen­trée sur la frac­ture et la marginalisation. »

Mais il existe donc une alter­na­tive, jusque dans notre his­toire immé­diate : dans le contexte éta­su­nien, Charles Payne l’ap­pelle « tra­di­tion d’or­ga­ni­sa­tion ». Développée par des gens ordi­naires au cours d’un siècle ou plus de lutte, la « tra­di­tion d’or­ga­ni­sa­tion » consiste à ras­sem­bler les gens autour d’in­té­rêts com­muns, à dis­cu­ter en tête-à-tête avec les tra­vailleurs et à sou­te­nir les orga­ni­sa­tions contes­ta­taires. Son prin­cipe cen­tral est de créer des liens entre les pro­blèmes et les per­sonnes afin de ren­for­cer le pou­voir de la classe labo­rieuse. Cette tra­di­tion met l’ac­cent sur un lent et patient « tra­vail de ter­rain » — comme l’ap­pe­lait l’or­ga­ni­sa­trice des droits civiques Ella Baker—, sur l’é­du­ca­tion popu­laire, la créa­tion d’or­ga­ni­sa­tions de lutte et le dia­logue, par-delà les dif­fé­rences, en vue de construire cette soli­da­ri­té. Le mou­ve­ment mené par les Noirs, les autoch­tones, les étu­diants et les tra­vailleurs en Colombie nous montre la puis­sance de tels ras­sem­ble­ments. Cette grève géné­rale natio­nale a per­mis de rem­por­ter des vic­toires qui pro­fi­te­ront aux tra­vailleurs colom­biens contre les riches et ser­vi­ront les inté­rêts des plus oppri­més. Ainsi se bâtit un pou­voir populaire.

Une résistance intersectionnelle

[…] La dif­fé­rence et la diver­si­té ne signi­fient pas que nous n’a­vons pas éga­le­ment des inté­rêts com­muns en tant que classe : par exemple, l’op­po­si­tion au salaire et à un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion qui nous fait tra­vailler au pro­fit d’au­trui ; ou bien les tra­vaux ména­gers non rému­né­rés, qui per­mettent au capi­ta­lisme de nous exploi­ter en même temps qu’il contraint et déva­lo­rise le tra­vail domes­tique, prin­ci­pa­le­ment effec­tué par les femmes. Nous avons toutes et tous nos propres expé­riences avec le capi­ta­lisme et l’op­pres­sion, et nous les vivons toutes et tous de dif­fé­rentes manières. La lutte de classes inter­sec­tion­nelle démontre que la classe labo­rieuse est consti­tuée de nous-mêmes, avec nos expé­riences variées, diverses et contra­dic­toires. Cela nous montre que nous pou­vons lut­ter col­lec­ti­ve­ment contre les forces qui nous divisent et nous oppriment.

[Manifestation à Séoul (Corée du Sud) en soutien au mouvement Black Lives Matter, juin 2020 | EPA]

Dans les mou­ve­ments actuels des tra­vailleurs d’Amazon, des tra­vailleurs de la san­té, des tra­vailleurs agri­coles, des uni­ver­si­taires pré­caires et des tra­vailleurs de l’é­co­no­mie infor­melle, les luttes ne sont pas les mêmes ; mais si nous écou­tons bien, elles portent des échos pro­fonds et fami­liers. Lorsque nous nous orga­ni­sons dans tous les sec­teurs — avec les tra­vailleurs, les étu­diants et les com­mu­nau­tés oppri­mées —, nos luttes sont plus fortes. Il nous appar­tient de recon­naître ces inter­sec­tions. Il n’est pas pos­sible de contour­ner les pro­blèmes fon­da­men­taux qui ont tour­men­té nos socié­tés pen­dant des siècles ; la seule voie à suivre est de lut­ter contre le capi­ta­lisme, la supré­ma­tie blanche et le patriar­cat. Et comme dans la crise pan­dé­mique actuelle, si nous vou­lons sur­vivre, le remède doit nous inclure tous ensemble.

Traduit de l’anglais par la rédac­tion de Ballast | Michael Beyea Reagan, « International class struggle : from shared oppression to unified resistance », Roar, 21 août 2021.
Photographie de ban­nière : Rassemblement le 6 février 2021 près du centre de dis­tri­bu­tion d’Amazon de Bessemer, en Alabama, où une cam­pagne syn­di­cale a atti­ré l’at­ten­tion du pays | Elijah Nouvelage | Bloomberg
Photographie de vignette : des employés allant à leur poste de tra­vail au centre de rem­plis­sage Amazon, à Eastvale (Californie), le 20 mai 2020 | Terry Pierson | Orange County Register | Newscom 


  1. 1 bil­lion est égal à 1 000 mil­liards [ndlr].

REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion d’un entre­tien avec Hy Thurman : « Quand les Young Patriots s’alliaient aux Black Panthers », juillet 2021
☰ Lire notre tra­duc­tion d’un entre­tien avec Kali Akuno : « Nous n’allons pas mou­rir pour les riches », novembre 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Fatima Ouassak : « Banlieues et gilets jaunes par­tagent des ques­tions de vie ou de mort », juillet 2019
☰ Lire la ren­contre « Ce qui fait peur, c’est l’alliance », juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Saïd Bouamama : « Des Noirs, des Arabes et des musul­mans sont par­tie pre­nante de la classe ouvrière », mai 2018
☰ Lire notre tra­duc­tion « Femmes, noires et com­mu­nistes contre Wall Street — par Claudia Jones », décembre 2017

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.