Fatima Ouassak : « Banlieues et gilets jaunes partagent des questions de vie ou de mort »


Entretien inédit pour le site de Ballast

C’est à Bagnolet, à l’est de la capi­tale, que Fatima Ouassak, lil­loise d’en­fance, vit et s’en­gage. Le Front de Mères, dont elle est la cofon­da­trice, s’a­vance comme le pre­mier syn­di­cat de parents d’é­lèves des quar­tiers popu­laires ; le Réseau Classe/Genre/Race, qu’elle pré­side, lutte contre les dis­cri­mi­na­tions subies par les femmes issues de l’im­mi­gra­tion post-colo­niale. Nous la retrou­vons dans un café. Le prin­temps 2019 aura vu la décon­fi­ture de la gauche dans les urnes euro­péennes et le Sénat se pro­non­cer en faveur de la mise au ban des mères qui portent un fou­lard lors de sor­ties sco­laires ; l’é­té enre­gistre des records de cha­leur et l’Assemblée natio­nale rati­fie le CETA quelques heures après avoir invi­té une fameuse acti­viste pour le cli­mat. L’occasion d’un point avec cette mili­tante anti­ra­ciste, fémi­niste et éco­lo­giste qui en appelle à la digni­té (et à la révolution).


Vous ne sem­blez pas par­ta­ger l’idée que la gauche anti­ca­pi­ta­liste soit aujourd’hui un champ de ruines. Comment s’explique cet optimisme ?

Mon opti­misme ne ren­voie pas tant à la gauche anti­ca­pi­ta­liste qu’à cette nou­velle géné­ra­tion de mili­tants qui émerge, notam­ment dans les quar­tiers popu­laires. Elle pro­pose une ana­lyse poli­tique du sys­tème et des moda­li­tés de luttes, et incarne l’espoir. Je pense au Comité Adama et à tous les col­lec­tifs de ter­rain, moins connus, qui réa­lisent un tra­vail de four­mi dans l’urgence du quo­ti­dien. Bien sûr, je n’ignore pas la dure­té de ceux d’en face : on vit actuel­le­ment sous un régime auto­ri­taire — qu’on peut même, du point de vue des quar­tiers, qua­li­fier de fas­ci­sant. Mais ce rap­port de force débloque éga­le­ment des choses. On l’a vu récem­ment avec les gilets jaunes : les espoirs et les pers­pec­tives ne sont plus les mêmes, depuis. Même si nous étions déjà dans une dyna­mique d’ou­ver­ture, ils nous ont per­mis de nous ouvrir davan­tage encore, d’élargir le spectre de nos ques­tions — raciales et impé­ria­listes, pour l’essentiel —, de tou­cher à la ques­tion sociale d’une manière encore plus large. Mais à Bagnolet, dans le 93, et plus lar­ge­ment dans les quar­tiers, notre gros pro­blème reste la gauche…

Mais « la gauche aujourd’­hui, c’est nous », avez-vous tou­te­fois décla­ré au len­de­main des élec­tions européennes !

« Les gilets jaunes nous ont chan­gés. Ils repré­sentent une France que nous ne connais­sions pas et qui, pour être franche, nous fai­sait peur. »

Toutes les luttes aux­quelles j’ai par­ti­ci­pé se sont faites en rup­ture avec la gauche — de la plus radi­cale au PS. Car la gauche ne pre­nait pas en charge nos pro­blé­ma­tiques, ou bien les sabo­tait, les dia­bo­li­sait. Ce « nous » s’est donc construit en réac­tion, mais pas seule­ment. Car il y a du génie poli­tique dans les quar­tiers — je dis ça sans la jouer « 9–3 ter-ter » ! (rires) Notre condi­tion et notre situa­tion de des­cen­dants de l’immigration post-colo­niale nous obligent, comme le dit le socio­logue Saïd Bouamama, à « bri­co­ler ». Ça n’obéit pas à des caté­go­ries uni­ver­si­taires et théo­riques bien décou­pées, à la hache, mais ça n’en reste pas moins très sub­til, essen­tiel. Nous por­tons une vision du monde nour­rie de réfé­rences à l’exil, à l’islam ; c’est un mélange bâtard et bouillon­nant qui nous place à la pointe du com­bat révo­lu­tion­naire. Et, j’y reviens : les gilets jaunes nous ont chan­gés. Ils repré­sentent une France que nous ne connais­sions pas et qui, pour être franche, nous fai­sait peur : celle des cam­pagnes blanches qui regardent BFM. Mais de voir que cette popu­la­tion n’est pas des­cen­due dans la rue contre les femmes voi­lées, les Noirs, les Arabes ou les migrants, de voir que tous ces gens issus des classes popu­laires se sont mobi­li­sés autour d’enjeux qui résonnent avec les nôtres — la digni­té, l’égalité, la jus­tice sociale —, ça a bous­cu­lé notre regard. Et donc nos façons de mili­ter. On a de nom­breux points com­muns. On peut même s’inspirer de cer­taines actions radi­cales des gilets jaunes.

La gauche peut encore avoir ten­dance à faire l’impasse sur le racisme struc­tu­rel ; c’est pour­tant notre urgence. Après les atten­tats contre Charlie Hebdo et le Bataclan, après les polé­miques à répé­ti­tion contre le fou­lard, j’ai vu cer­tains pans de la gauche bas­cu­ler, sous des formes plus raf­fi­nées que les théo­ries du « grand rem­pla­ce­ment », dans le racisme. À l’hiver der­nier, j’étais mar­quée par ça. Et débarquent les gilets jaunes, et ce n’est pas contre nous qu’ils prennent les ronds-points et déferlent sur les Champs-Élysées ! El ham­dou­lil­lah1 ! (rires) Donc il fal­lait les sou­te­nir, et même inté­grer le mou­ve­ment. À chaque fois que je croise des gilets jaunes, on dis­cute, on s’écoute : il y a beau­coup moins de ten­sions qu’avec bien d’autres espaces, d’ailleurs très mili­tants. Sans doute parce que les ban­lieues et les gilets jaunes par­tagent des ques­tions qui ne sont pas théo­riques, mais bien de vie ou de mort. Cela ne veut pas dire qu’il faille mettre tous nos œufs dans le panier de la « conver­gence ». Non : la base, là où il faut s’in­ves­tir le plus, c’est d’a­bord là où on vit. Dans nos quar­tiers, dans les écoles de nos enfants, dans nos immeubles. Et là où on tra­vaille. Avec la pers­pec­tive de joindre les deux, lutte des quar­tiers popu­laires et lutte syndicale.

[Cyrille Choupas | Ballast]

Vous disiez récem­ment à Reporterre que vous ne lut­tez « jamais sur des ques­tions idéo­lo­giques ». On entend très bien votre sou­ci du concret, de l’action locale. Mais les idées et leur hégé­mo­nie façonnent aus­si le monde, non ?

Bien sûr, il s’agit d’un équi­libre. Il n’y a pas d’un côté le monde des idées et de l’autre le ter­rain, le prag­ma­tisme. Mais les mili­tants arrivent, trop sou­vent et trop vite, avec leurs gros sabots et leurs concepts — inac­ces­sibles, en prime. Ils passent leur temps à vou­loir faire ren­trer les urgences concrètes dans leur cadre idéo­lo­gique. La conscien­ti­sa­tion se fait d’a­bord par l’expérience. Lire, comme pre­mière approche, créé sou­vent une dis­tance. Certains parlent du racisme comme s’il s’a­gis­sait de phy­sique quan­tique : tout est ultra-com­pli­qué et dés­in­car­né, donc d’une cer­taine manière paci­fié et neu­tra­li­sé. Le vécu, la vio­lence, ça se tra­duit géné­ra­le­ment par des mots simples. Et, de façon plus per­son­nelle, je suis inca­pable de m’engager contre des oppres­sions que je ne vis pas. Je poli­tise ce que connais, ce que j’affronte. On ne peut pas pla­quer les théo­ries déco­lo­niales et inter­sec­tion­nelles ; c’est du mépris de classe que de croire que les gens devraient rendre grâce à ces concepts. Travaillons dans l’ordre : par­tir des oppres­sions vécues ; cher­cher des outils pour éla­bo­rer une stra­té­gie, les com­bi­ner et les bri­co­ler dans le but de gagner. Le mar­xisme, le fémi­nisme ou l’antiracisme, en tant que tels, je m’en fiche s’ils ne nous per­mettent pas d’obtenir des vic­toires pour plus de jus­tice dans la vie de tous les jours.

Vous posez d’ailleurs la ques­tion éco­lo­gique comme « un outil de libé­ra­tion, pour l’é­ga­li­té et la jus­tice ». Un outil par­mi d’autres ou celui qui pour­rait per­mettre, du fait qu’il décide de l’avenir même du monde et de nos socié­tés, d’embrasser les autres problèmes ?

« Même la veille du fameux jour de la fin du monde, le monde sera tou­jours autant hié­rar­chi­sé racia­le­ment si on noie la lutte anti­ra­ciste dans la lutte écologiste ! »

La ques­tion éco­lo­gique est à part : c’est un enjeu de sur­vie, de civi­li­sa­tion. En plus, c’est un outil qui n’est pas abî­mé ni dis­cré­di­té dans les ban­lieues — contrai­re­ment au com­mu­nisme, à cause des élus du PC qui les ont long­temps diri­gées. Mais croire que l’écologie régle­ra tous les pro­blèmes, non. Dire que, puisque nous ris­quons de tous y pas­ser de la même façon, nous allons abo­lir comme par magie l’ensemble des hié­rar­chies pour n’être plus que des humains égaux, ça, je n’y crois pas du tout. Même la veille du fameux jour de la fin du monde, le monde sera tou­jours autant hié­rar­chi­sé racia­le­ment si on noie la lutte anti­ra­ciste dans la lutte éco­lo­giste ! Les Blancs et les non-Blancs ne subi­ront pas la même chose en cas de catas­trophe éco­lo­gique — ils ne subissent déjà pas la même chose. Pareil pour les hommes et les femmes. On est condam­nés à pen­ser l’écologie en même temps que l’antiracisme et le féminisme.

Quand vous évo­quez une éco­lo­gie « du point de vue des descendant.e.s de l’im­mi­gra­tion post-colo­niale », ça recouvre quoi de précis ?

De par­tir, là encore, de là où on est. On ne vit pas dans les pays du Sud, on vit dans le Sud du Nord. C’est une éco­lo­gie ancrée, qui tra­duit cette réa­li­té sin­gu­lière. D’un quar­tier à l’autre de Bagnolet, par exemple, tu ne vas pas avoir la même offre en termes d’alimentation. Des grecs, des pro­duits indus­triels et des bis­cuits Pépito par­tout, ici ; des AMAP et des jar­dins par­ta­gés, là. On est blo­qués dans des tours à dix-huit étages, les ascen­seurs ne marchent pas tous, tu croises la police avec des armes de guerre ou bien des tra­fi­quants de drogue. On est, de fait, assi­gnés à rési­dence. Je connais des mères qui disent à leurs enfants de mar­cher sans regar­der à droite ni à gauche. On s’enferme dans nos appar­te­ments exi­gus, nos enfants sur-consomment de la télé et du numé­rique. On n’accède pas de la même manière qu’aux autres à l’espace public. On nous parle de « sau­ver l’environnement » ? Encore faut-il le voir ! C’est au bled que je l’ai connu, moi. Un jour, j’ai reçu un for­mu­laire sco­laire pour ma fille me deman­dant si elle mange du porc — il se trouve que non. Mais les enfants qui ne mangent pas de viande du tout ? Ils mangent un bout de pain et du fro­mage. J’ai remon­té le pro­blème auprès de la FCPE2 et j’ai vu des parents s’opposer à nous sur ces ques­tions. Ils ont mené une guerre pour le tout-viande ! Au final, j’étais une isla­miste qui avan­çait mas­quée… Ma pre­mière lutte en matière éco­lo­gique a été de me battre pour être recon­nue légi­time à par­ler d’écologie.

[Cyrille Choupas | Ballast]

Votre végé­ta­risme a donc des liens avec l’écologie anticapitaliste.

Bien sûr. Mais je tâche tou­jours d’ajuster mon dis­cours sur ce qu’il est pos­sible de faire loca­le­ment. Si mon pro­pos effraie les concer­nés, je ne peux pas conti­nuer. Je peux éga­le­ment prendre cette ques­tion d’un point de vue reli­gieux. On a ten­dance à réduire la pro­blé­ma­tique de l’a­li­men­ta­tion qui concerne les musul­mans à la ques­tion du halal/pas halal, or il existe toute une réflexion sur ce qu’il est licite ou non de faire par rap­port aux ani­maux, à la viande. En islam, seul un rituel rend la viande licite, et sur des temps pré­cis. Le Prophète en man­geait d’ailleurs extrê­me­ment peu. Et la condi­tion, pour en man­ger, c’est que l’animal ait été bien trai­té, qu’il ait vécu sa vie. Si le mou­ton voit l’arme, tu ne peux plus le tuer car il souffre à la vue du cou­teau. 80 à 90 % de la viande qu’on consomme est d’origine indus­trielle, et on sait tous, notam­ment grâce à L214, ce qu’il se passe d’atroce dans les abat­toirs fran­çais. La viande dite halal, dans de telles condi­tions, n’est pour moi pas licite ! La ques­tion ani­male est fon­da­men­tale : quand on aura avan­cé sur ce sujet, dans les quar­tiers, il y aura des ponts à faire.

Le Front de Mères, dites-vous, assume un posi­tion­ne­ment « inédit ». Quelle est sa singularité ?

« 80 à 90 % de la viande qu’on consomme est d’origine indus­trielle, et on sait tous, notam­ment grâce à L214, ce qu’il se passe d’atroce dans les abat­toirs fran­çais. La ques­tion ani­male est fondamentale. »

Jusqu’à pré­sent, on met­tait en avant les mères pour aller par­ler aux jeunes hommes des quar­tiers. Pour qu’ils ne crament pas de voi­tures, en gros. Nous, on n’est pas là-dedans ; on n’est pas dans le contrôle social. On dit au contraire qu’on se bat, qu’on monte au front. On s’auto-organise. Prendre en charge les ques­tions de l’école, pour pen­ser la ques­tion sys­té­mique des dis­cri­mi­na­tions, me paraît per­ti­nent. Les parents sont au cœur de la machine concur­ren­tielle capi­ta­liste. Les déro­ga­tions sco­laires3 ali­mentent la ségré­ga­tion raciale, éco­no­mique et ter­ri­to­riale. Je ne veux pas que mes enfants écrasent les autres pour avoir plus d’« opportunités » !

Historiquement, le fémi­nisme est rare­ment asso­cié à la valo­ri­sa­tion de la mater­ni­té, sur­tout dans notre famille politique !

Clairement. Du fait de l’idée que les femmes ne doivent pas être réduites à leur rôle de mères. La mater­ni­té n’est géné­ra­le­ment pas pen­sée par le fémi­nisme : on se retrouve sans outils. Pour ma pre­mière gros­sesse, j’avais fait savoir à l’hôpital public que je ne vou­lais pas de cer­taines pra­tiques obs­té­tri­cales et on n’a pas res­pec­té ma volon­té. En plus, à cause de ça, j’ai eu de très fortes dou­leurs pen­dant plu­sieurs semaines et on m’a don­né un pla­ce­bo : la femme arabe qui exa­gère… Pour mon second enfant, j’ai accou­ché ailleurs, dans une mater­ni­té plu­tôt bobo : rien à voir ! Je n’ai pas été consi­dé­rée de la même manière. Je ne vous parle même pas de la manière dont les femmes rroms étaient trai­tées dans le pre­mier éta­blis­se­ment — c’était répu­gnant. J’ai donc com­men­cé à réflé­chir à la mère comme sujet poli­tique fémi­niste à par­tir de ces expé­riences. Ce fémi­nisme majo­ri­taire défiant à l’endroit de la mater­ni­té est très occi­den­tal. Aminata Traoré, que j’avais invi­tée en 2018 pour une jour­née consa­crée au 8 mars, pose la ques­tion en sens inverse : arrê­tons de nous réduire à notre sta­tut de femmes, nous sommes aus­si des mères !

Mais axer sur les mères ne conforte-t-il pas les pères à ne pas assu­mer leurs tâches ?

On ne fait pas de la cou­ture ni du cous­cous. Front de Mères est une orga­ni­sa­tion poli­tique où les femmes prennent le micro et le pou­voir. Les mères y sont sujets poli­tiques, et révolutionnaires !

[Cyrille Choupas | Ballast]

En 2006, vous aviez appe­lé, dans un article, à « créer de nou­veaux espaces poli­tiques où serait au centre le point de vue des femmes issues de l’immigration ». Nous voi­ci treize ans plus tard…

J’étais à Lille, à cette époque. L’antiracisme poli­tique était pari­sien, plu­tôt « intel­lo déclas­sé », et Ni putes ni sou­mises avait été créé en 2003. À tra­vers cette asso­cia­tion, il y a eu ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la voix des femmes des quar­tiers, bien sûr, il y a eu confis­ca­tion, mais il y a eu au départ quelques mili­tantes sin­cères qui s’y trou­vaient. J’étais per­sua­dée, alors, qu’il fal­lait prendre en charge les pro­blèmes qu’elle sou­le­vait si on ne vou­lait pas, pré­ci­sé­ment, qu’elle serve la soupe aux racistes et aux impé­ria­listes. J’ai donc écrit le texte que vous évo­quez pour un ras­sem­ble­ment anti­co­lo­nia­liste, et, en off, j’ai per­çu un déca­lage : on s’attendait à ce que je dénonce uni­que­ment le fémi­nisme comme ins­tru­men­ta­li­sa­tion. Or ce n’est pas que ça. Lutter contre la récu­pé­ra­tion, ce n’est pas un objec­tif en soi : on doit d’abord et avant tout lut­ter contre les oppres­sions qu’on subit. On a fon­dé le CFI, le Collectif des fémi­nistes indi­gènes, qui était non-mixte, et deux lignes se sont affir­mées. Pour par­ler de racisme, tout allait bien, mais dès qu’on posait la ques­tion du sexisme tel qu’on le subis­sait concrè­te­ment, ça bégayait un peu. Ma ligne, c’était que même si c’était dif­fi­cile, il fal­lait par­ler de tout, tou­jours de notre point de vue ; l’autre, c’était de s’en tenir stric­te­ment à la cri­tique du fémi­nisme blanc et de ne rien dire de plus de crainte d’être ins­tru­men­ta­li­sées et de « vendre la com­mu­nau­té ». C’était des polé­miques sans fin.

« Il faut vrai­ment une très grande patience pour répondre encore à la ques­tion de savoir pour­quoi on uti­lise le mot blanc. »

Il n’était pas ques­tion, à mes yeux, de me sacri­fier, ou de sacri­fier mes sœurs, pour pré­ser­ver « le gar­çon arabe », au demeu­rant com­plè­te­ment fan­tas­mé et sur lequel étaient pro­je­tées, au fond et sous pré­texte de le défendre, des repré­sen­ta­tions racistes. Je pou­vais le dire d’autant plus fran­che­ment que je suis irré­cu­pé­rable. La ligne que je défen­dais n’a pas du tout été sui­vie : au contraire. J’ai quit­té ce milieu en 2012. En 2014–15, j’ai fon­dé le Réseau Classe/Genre/Race, qui défend très exac­te­ment la ligne défi­nie dans mon article de 2006. J’ai pu mobi­li­ser sur ces ques­tions notam­ment au sein des quar­tiers, et ça se passe très bien ! La bous­sole, c’est de tra­vailler sur des pro­jets concrets et locaux, qui s’ins­crivent dans les luttes de l’im­mi­gra­tion et des quar­tiers, avec des points de vigi­lance — par exemple le fait de faire atten­tion à l’esthétisation des luttes qui ont lieu aux États-Unis. En France, les Blancs adorent qu’on parle des Américains ! C’est quand même plus inof­fen­sif pour ses petits pri­vi­lèges quand les luttes se passent là-bas, très loin. Le mythe indi­vi­dua­liste autour d’Angela Davis le montre bien. Je parle sou­vent de Djamila Bouhired comme réfé­rence majeure en termes de lutte : et là, parce que c’est l’Algérie et l’Afrique, parce que c’est nous, nos parents, parce que c’est l’his­toire colo­niale de la France, ça coince. En plus, Bouhired gagne à la fin4 !

L’appel récur­rent à prendre la mesure des ses « pri­vi­lèges », indi­vi­duel­le­ment, ça vous parle ?

On parle beau­coup de « dis­cri­mi­na­tions » comme si le sys­tème n’aimait pas les Noirs ou les Arabes, comme si « le pas­sé ne passe pas ». Non ! Si des per­sonnes sont dis­cri­mi­nées, c’est pour que d’autres soient pri­vi­lé­giées. Entendue ain­si, elle me parle. Mais sur le ter­rain stra­té­gique des luttes, moins. « Check tes pri­vi­lèges », si tu veux, mais ça demande une éner­gie énorme d’aller conscien­ti­ser les domi­nants. J’avais par­ti­ci­pé à une uni­ver­si­té d’été des Verts sur cette ques­tion et il faut vrai­ment une très grande patience pour répondre encore à la ques­tion de savoir pour­quoi on uti­lise le mot « blanc ». J’ai déjà vu des pri­vi­lé­giés pleu­rer sur les pri­vi­lèges qu’ils se découvrent avoir… Même les dis­cri­mi­nés ne pleurent pas autant ! Aller chu­cho­ter à l’oreille des pri­vi­lé­giés, sans doute faut-il le faire ; cer­tai­ne­ment, même. Mais il faut savoir ce que ça peut coû­ter psy­cho­lo­gi­que­ment, et je n’ai, pour ma part, pas le temps pour ça — sur­tout que, du côtés des oppri­més, beau­coup n’arrivent pas à recon­naître leur sta­tut de vic­times. Je crois davan­tage au rap­port de force politique.

[Cyrille Choupas | Ballast]

Vous allez mener à la ren­trée 2019 une « sor­tie péda­go­gique avec toutes les mamans ! » pour vous dres­ser contre les attaques du Sénat à l’encontre des mères qui portent le fou­lard5

Les mères voi­lées ne sup­plient pas l’État pour par­ti­ci­per aux sor­ties sco­laires : elles ne l’ont pas atten­du pour faire décou­vrir le monde à leurs enfants. Une membre de Front de Mères qui porte le fou­lard a lit­té­ra­le­ment vomi en décou­vrant cet amen­de­ment, et s’est ren­due à l’école avec une boule au ventre. À chaque fois qu’on parle du voile, on oublie com­bien les femmes voi­lées se retrouvent mal à l’aise dans leur envi­ron­ne­ment, regar­dées, épiées, com­bien leurs enfants sont humi­liés en voyant leurs mères l’être. Pour des rai­sons idéo­lo­giques, l’Éducation natio­nale assume de détruire des enfants. Certains gosses ont déve­lop­pé des pho­bies sco­laires suite à la cir­cu­laire Châtel6, en 2012. Je suis convain­cue que dans cin­quante ans, on lira ce qu’on a fait subir aux femmes voi­lées, en France, comme l’expression la plus nette de la mon­tée du fas­cisme. L’État veut vrai­ment la guerre…

Dans un texte, vous lan­cez : « pre­nons le pou­voir ! » Il y aura des élec­tions muni­ci­pales en mars 2020 : c’est un levier de mobi­li­sa­tion ou les urnes sont vaines ?

« Dans cin­quante ans, on lira ce qu’on a fait subir aux femmes voi­lées comme l’expression la plus nette de la mon­tée du fascisme. »

Je ne suis pas une gau­chiste. Je ne suis pas sur un posi­tion­ne­ment de l’autonomie toute en pure­té. Quand tu sais la dif­fi­cul­té que c’est, dans ta propre ville, d’obtenir ne serait-ce qu’une salle car le pou­voir ins­ti­tu­tion­nel t’est hos­tile, tu ne peux pas igno­rer le pou­voir. J’ai vu de quelle manière les poli­tiques racistes s’abattent à l’échelle d’une ville. Donc on doit prendre le pou­voir — d’abord à l’échelle des muni­ci­pales, des légis­la­tives. On ne peut pas se conten­ter de réagir, de dénon­cer ; on doit se don­ner les moyens de gérer. Le pou­voir n’est pas néga­tif en tant que tel : c’est une vraie diver­gence que j’ai au sein de la gauche radicale.

Donc mon­ter une liste ?

Oui — même si je ne veux pas y figu­rer per­son­nel­le­ment. Monter des listes auto­nomes dans des villes où existe une vraie tra­di­tion de luttes. Mais trois Arabes qui dis­cutent ensemble, c’est le début du « com­mu­nau­ta­risme » ! (rires)

À Commercy, dans la Meuse, des gilets jaunes réflé­chissent aus­si à ces ques­tions d’échelon municipal.

Oui ! On pour­rait s’entre-inspirer.


Photographie de ban­nière : Cyrille Choupas | Ballast


  1. « Louange à Dieu ».
  2. Fédération des conseils de parents d’é­lèves.
  3. « La carte sco­laire per­met l’af­fec­ta­tion d’un élève dans un col­lège ou un lycée géné­ral ou tech­no­lo­gique cor­res­pon­dant à son lieu de rési­dence. Toutefois, chaque famille a la pos­si­bi­li­té de for­mu­ler une demande de déro­ga­tion afin que son enfant soit sco­la­ri­sé dans un éta­blis­se­ment de son choix. » [source]
  4. Djamila Bouhired est gra­ciée puis libé­rée le 18 avril 1962, en appli­ca­tion des accords d’Évian. L’indépendance sera pro­cla­mée au mois de juillet de la même année.
  5. En mai 2019, les séna­teurs ont adop­té un amen­de­ment Les Républicains visant à inter­dire le port du fou­lard pour les (mères) accom­pa­gna­trices dans le cadre des sor­ties sco­laires. Le 13 juin, la Commission mixte pari­taire le reje­tait.
  6. Circu­laire n° 2012-056 : « Ces prin­cipes per­mettent notam­ment d’empêcher que les parents d’é­lèves ou tout autre inter­ve­nant mani­festent, par leur tenue ou leurs pro­pos, leurs convic­tions reli­gieuses, poli­tiques ou phi­lo­so­phiques lors­qu’ils accom­pagnent les élèves lors des sor­ties et voyages sco­laires. »

REBONDS

☰ Lire notre article « Audre Lorde : le savoir des opprimées », Hourya Benthouami, mai 2019
☰ Lire notre entretien avec Mehdi Charef : « Du peuple immigré », avril 2019
☰ Lire notre reportage « Contre le mal-vivre : quand la Meuse se rebiffe », Djibril Maïga et Elias Boisjean, janvier 2019
☰ Lire notre entretien avec le Comité Adama : « On va se battre ensemble », mai 2018
☰ Lire notre entretien avec Saïd Bouamama : « Des Noirs, des Arabes et des musulmans sont partie prenante de la classe ouvrière », mai 2018
☰ Lire notre entretien avec Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité », décembre 2017

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.