Comité Adama : « On va se battre ensemble »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Samedi 26 mai 2018 : la Marée popu­laire, aux quatre coins de la France. L’appel uni­taire — signé par un grand nombre de par­tis, de mou­ve­ments, d’or­ga­ni­sa­tions, d’as­so­cia­tions et de syn­di­cats (du Parti com­mu­niste à la CNT en pas­sant par le NPA, la France insou­mise, la CGT, Alternative liber­taire, ATTAC ou encore Act Up-Paris) — invite l’en­semble de la popu­la­tion à résis­ter au « coup de force » anti­so­cial du pou­voir en place. Le Comité Adama a fait savoir la semaine pas­sée qu’il se joi­gnait à la marche, au sein du cor­tège de tête, et qu’il conviait « tous les sec­teurs en lutte » à faire de même. « Pour nous, la ques­tion sociale com­prend évi­dem­ment la ges­tion raciste de nos vies », pré­cise-t-il. Adama Traoré a été tué par des gen­darmes le 19 juillet 2016 : sa sœur, Assa Traoré, est deve­nue l’une des figures du com­bat contre les vio­lences poli­cières. Préférant par­ler d’« alliance » plu­tôt que de « conver­gence », elle mul­ti­plie les dépla­ce­ments afin de mani­fes­ter son sou­tien aux gré­vistes d’ONET, aux che­mi­nots ou aux étu­diants qui occupent les uni­ver­si­tés : « La France divise son peuple : une par­tie est oppres­sée, l’autre est sou­la­gée» Youcef Brakni, porte-parole du Comité, nous en dit plus sur l’am­bi­tion de cet appel.


Lire en ita­lien (ita­lia­no)


N’attendons plus « les grands par­tis de gauche », dites-vous : pour­quoi ?

On a 30 ans de lutte de l’immigration der­rière nous : nos aînés nous ont ouvert le che­min. On a vu le rôle catas­tro­phique de la gauche durant la Marche pour l’égalité et contre le racisme, en 1983. On a vu les incal­cu­lables ten­ta­tives de « conver­gences » de la gauche avec le Mouvement de l’immigration et des ban­lieues (MIB) : elles ont toutes échoué. Quand je parle du mou­ve­ment social et de la gauche, je parle des têtes, pas des mili­tants de base. On a vu Tarek Kawtari, un des fon­da­teurs du MIB, faire une inter­ven­tion remar­quable dans le Larzac en 2003 : déjà, il deman­dait à la gauche qui appe­lait à « l’union » où elle se trou­vait quand les quar­tiers fai­saient face à l’État. Nous, on parle de morts. Les quar­tiers popu­laires, ce sont des morts — des jeunes, noirs et arabes pour la plu­part, qui meurent entre les mains de la police. Et dans 90 % des cas, le par­quet fait cause com­mune avec les forces de l’ordre ou les syn­di­cats poli­ciers viennent en ren­fort. C’est tou­jours la même méthode hui­lée. Et on abou­tit sou­vent à des non-lieux. On a envie de deman­der à la gauche et à l’ensemble du mou­ve­ment social : « Est-ce que ça vous parle, ça ? Ça vous inter­pelle ? Ça vous dérange pas que des jeunes hommes des quar­tiers popu­laires subissent des vio­lences autre­ment plus grandes que tout ce que le mou­ve­ment social a connu ? » En 2005, il y a eu trois semaines de révoltes sociales contre l’exclusion : tout le monde a regar­dé ailleurs ou a dénon­cé des « sau­va­geons ». Pourquoi cette révolte, alors ? Deux enfants sont morts élec­tro­cu­tés. Ils avaient tel­le­ment peur de la police qu’ils ont pré­fé­ré se réfu­gier dans un trans­for­ma­teur élec­trique ! Voilà où on en est. Depuis 2005, rien n’a chan­gé. À cette époque, je n’aurais jamais cru que ça conti­nue­rait.

Que ce soit clair pour les lec­teurs : par « gauche », vous enten­dez toute la gauche, du PS à Lutte ouvrière ?

« Le sys­tème mise sur notre essouf­fle­ment : il espère, en nous répri­mant, qu’on ne tien­dra jamais sur la durée. Plus on nous réprime, plus on redou­ble­ra d’efforts. »

Je parle de toutes les for­ma­tions qui se reven­diquent de « la gauche » et font des quar­tiers une réserve élec­to­rale. De ces gens dont le seul rap­port aux quar­tiers popu­laires est le nombre de points qu’ils peuvent y prendre. Ces gauches ne sont pas sor­ties du prisme colo­nial : c’est une approche pater­na­liste, infan­ti­li­sante. Quand on ramène un Noir ou un Arabe, c’est uni­que­ment pour déco­rer. Tout le monde sait, de nos jours, qu’on ne peut plus faire une élec­tion sans les quar­tiers — même Macron a un dis­cours sur le sujet ! Mais on nous balance seule­ment des miettes, des sub­ven­tions, des plans urbains. Très peu de mou­ve­ments de gauche prennent en compte nos luttes. Car elles existent ! Quand on rentre par effrac­tion dans le mou­ve­ment social, le 26 mai, on montre qu’on est là et qu’on n’attend pas d’être convo­qués. On n’attend pas qu’on nous cède la place puisque c’est notre place, le mou­ve­ment social.

Vous aviez par­lé d’une double invi­si­bi­li­sa­tion des luttes des quar­tiers, durant l’occupation de Tolbiac, orga­ni­sées par l’État et par la gauche.

Exactement, il y a dua­li­té. En ça, le cor­tège de tête est un espace inté­res­sant : on va ain­si ins­tau­rer un rap­port de force poli­tique entre le cor­tège tra­di­tion­nel des syn­di­cats et des par­tis, der­rière nous, et l’État, devant nous. La CGT existe depuis 1895 ; nous on n’est rien, à côté, on n’a pas de moyens, on galère pour tout. C’est épui­sant. L’affaire Adama Traoré, c’est 25 jeunes en pri­son. Le sys­tème mise sur notre essouf­fle­ment : il espère, en nous répri­mant, qu’on ne tien­dra jamais sur la durée. L’Histoire prouve le contraire. Plus on nous réprime, plus on redou­ble­ra d’efforts. On a fait le tour des facs occu­pées : c’était bien, on était avec Assa, ça fai­sait joli, c’était roman­tique, elle était applau­die, on a eu des dons… Mais dès lors qu’il est ques­tion de se dépla­cer sur nos ter­rains de lutte — à Beaumont-sur-Oise ou ailleurs —, il n’y a plus per­sonne ! On est venus pour sou­te­nir les étu­diants, le jour de l’évacuation de Tolbiac ; on vient en ren­fort. Mais quand on orga­nise un évè­ne­ment en mémoire d’Adama à Beaumont, le 28 avril 2018, un après-midi avec de la boxe et des jeux pour les enfants, non seule­ment on ne voit presque per­sonne du mou­ve­ment social, mais en plus l’armée de terre se déploie. Deux véhi­cules de l’opé­ra­tion Sentinelle ! Au pré­texte de « sécu­ri­ser ». Mais cha­cun sait que cette opé­ra­tion a voca­tion à pré­ve­nir les risques d’attentat. Soyons sérieux. Le quar­tier de l’évènement, Boyenval, se trouve au bord de champs de blé. Il est tota­le­ment encla­vé. C’est uni­que­ment pour nous inti­mi­der. Les mili­taires nous ont d’ailleurs avoué qu’ils étaient venus à la demande des gen­darmes. On dénonce ce déploie­ment armé ; résul­tat : opé­ra­tion puni­tive dès le len­de­main, contrôle de tous les jeunes au pied de l’immeuble de la famille Traoré.

Assa Traoré, le 22 juillet 2017, Beaumont-sur-Oise (Bertrand GUAY / AFP)

Olivier Besancenot était pré­sent, mais il était en effet assez seul… Comment l’expliquez-vous ?

Ça pose la ques­tion de la cen­tra­li­té. Pour le mou­ve­ment social clas­sique, por­té à gauche, les « vraies luttes », ce sont celles des che­mi­nots, les étu­diants, les hos­pi­ta­liers… Tout le reste est consi­dé­ré comme secon­daire. Dans l’imaginaire de cette gauche, on sou­tient, d’accord, mais de loin ; on pense que la lutte « réelle » ne s’y joue pas. Beaumont, Aulnay, Grigny, ce sont des ter­ri­toires secon­daires. Le mou­ve­ment social est auto­cen­tré. On appelle donc à le décen­trer. J’étais là à Nuit Debout, j’ai enten­du tous les appels à la « conver­gence » : ça ne se passe pas comme ça. D’accord, les mili­tants découvrent avec la loi Travail que les matraques, ça fait mal, mais nous c’est notre quo­ti­dien — voire, même, on nous tire des­sus. On a vu la vidéo du viol de Théo mais les humi­lia­tions sexuelles sont per­ma­nentes : n’importe quel gars de quar­tier l’a vécu. Les mises à nu au cours des gardes à vue qui ne servent abso­lu­ment à rien… Ce qu’on dit, c’est qu’aucun mou­ve­ment social ne gagne­ra sans les quar­tiers. C’est impos­sible.

Voilà pour­quoi le Comité Adama pré­fère par­ler d’« alliances » et non de « conver­gence ».

Exactement. « Convergence », c’est un mot qui laisse des traces : c’est un ren­dez-vous man­qué. C’est deve­nu creux. Quand je l’entends, j’entends une arnaque. Mais par­lons d’alliances, oui. Nous sommes des alliés. Nous avons à nous confron­ter à un même enne­mi. Les coups, on va les prendre ensemble. On va au front ensemble. On va se battre ensemble. C’est ce qu’on dit, pour le 26 mai et pour la suite. Ce que pro­pose Macron est inac­cep­table.

L’ennemi, c’est « le sys­tème ». Le mou­ve­ment social a pour habi­tude de le défi­nir comme « capi­ta­liste »…

« Nous sommes des alliés. Nous avons à nous confron­ter à un même enne­mi. Les coups, on va les prendre ensemble. On va au front ensemble. »

Nous, on ajoute que le racisme struc­tu­rel englobe la ques­tion éco­no­mique. L’antiracisme struc­tu­rel est anti­ca­pi­ta­liste. Le capi­ta­lisme s’est construit sur le corps des esclaves noirs : il n’y a pas de colo­nia­lisme sans capi­ta­lisme, pas plus qu’il n’y a de capi­ta­lisme sans colo­nia­lisme. Lutter contre le racisme et lut­ter contre le capi­ta­lisme, c’est indis­so­ciable. Et c’est une lutte qui dépasse lar­ge­ment Macron, puisqu’elle est sys­té­mique. Les pré­si­dents passent mais rien ne change pour nous. Qui voit la dif­fé­rence entre Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron ? Les classes moyennes. Les classes moyennes blanches. Pour les quar­tiers, c’est une même conti­nui­té de vio­lence sociale.

Vous faites d’ailleurs savoir dans votre appel que les quar­tiers prennent de plein fouet « la casse des ser­vices publics ».

Promenez-vous par exemple dans le 93. Il faut voir l’état des ser­vices publics ! Dans un col­lège de Bagnolet, on met des seaux quand il pleut. C’est dingue. Est-ce que ça serait pos­sible dans un col­lège d’un beau quar­tier de Paris ? Quand j’étais petit, on pou­vait avoir des profs absents pen­dant plu­sieurs semaines. Voire un mois. Les pro­fes­seurs viennent se for­mer dans les ban­lieues, ils prennent « de l’expérience » puis repartent dans le Jura ou en Bourgogne. On a des endroits encla­vés où il n’y a même pas de ser­vices publics. Avant de les défendre, encore fau­drait-il qu’on en ait par­tout ! De Bagnolet à Clichy, il nous faut 1h30 : ça fait des années qu’on nous parle du Grand Paris, du métro, du tram­way… C’est sans cesse retar­dé. Et pour­quoi s’en fiche-t-on ? Parce que ce sont des popu­la­tions issues de l’immigration post-colo­niale. Le rap­port à l’État, pour trop d’entre nous, c’est la BAC en civil et sa vio­lence inouïe.

Lors de Nuit Debout, l’un de vos membres, Almamy Kanouté, avait par­lé d’une « fusion » qui puisse « englobe[r] le monde rural ». On parle beau­coup de la « jonc­tion » Paris-ban­lieues, mais la France rurale est très sou­vent oubliée dans le dis­cours de la gauche radi­cale.

La France insou­mise se met à en par­ler, non ? Notre demande de jus­tice et d’égalité est valable pour toutes les zones, pour tous les oppri­més. Édouard Louis parle bien de cette France-là. Il faut seule­ment refu­ser le dis­cours de la concur­rence entre les oppres­sions, celui que porte par exemple Marine Le Pen en répé­tant que les cam­pagnes sont plus pauvres mais qu’elles ne brûlent pas des voi­tures. On ne doit pas oppo­ser la misère. Ce qui dif­fé­ren­cie ces deux espaces et la ges­tion de la pau­vre­té qui les touche, c’est la ques­tion raciale. La France rurale connaît de nom­breux pro­blèmes spé­ci­fiques mais ne vit pas la chasse quo­ti­dienne de la police.

Almamy Kanouté à la Bourse du Travail (Paris), Nuit Debout, avril 2016 (par Stéphane Burlot)

Quand Assa Traoré nous avait dit, en 2016, qu’il faut « une révo­lu­tion pour que ça change » et qu’on « devra la faire ensemble », c’est donc un hori­zon por­té par l’ensemble du Comité ?

Bien sûr. Nous sommes révo­lu­tion­naires. Nous ne vou­lons pas nous conten­ter de quelques petites réformes à la marge. Il faut une rup­ture. Nous ne vou­lons, par exemple, pas seule­ment que les gen­darmes soient condam­nés : ce qu’il s’est pro­duit ne doit plus exis­ter. Mais pour chan­ger le sys­tème, il faut un ras­sem­ble­ment large avec tous ceux qui veulent lut­ter. Nos petits dis­cours ne peuvent rien chan­ger ; si on est 10 000, alliés, à la tête des mani­fes­ta­tions, c’est autre chose… Quand une syn­di­ca­liste du nom de Maryam Pougetoux est atta­quée par la gauche, voire l’extrême gauche, quand on hurle avec les loups, et donc avec Gérard Collomb ou Manuel Valls, on devrait se poser des ques­tions. Se dire qu’il y a un pro­blème. Rien n’interdit à une femme de s’habiller comme elle l’entend et d’avoir des fonc­tions syn­di­cales. D’où sort cette his­toire ? Pourquoi se joindre à la meute ?

En sep­tembre 2017, François Ruffin vous avait répon­du qu’il tenait « à mener l’enquête » avant de s’engager publi­que­ment dans « l’affaire Adama Traoré ». Une décla­ra­tion qui avait pro­vo­qué cer­taines ten­sions. Ont-elles pu se régler, depuis ?

Non. On a notre ligne, on ne court après per­sonne. François Ruffin a por­té le t‑shirt de l’Olympique Eautcourtois à l’Assemblée, il a sou­te­nu la ZAD : c’est bien ; il n’a pas vou­lu por­ter le t‑shirt « Justice pour Adama » : c’est une réponse poli­tique. Pourquoi ne pas hési­ter quand il s’agit des ouvriers de Goodyear et de ceux qui séquestrent leurs patrons ?

Le socio­logue Saïd Bouamama nous disait récem­ment qu’« on n’abat pas le sys­tème sans orga­ni­sa­tion ». Le cor­tège de tête est par défi­ni­tion « auto­nome » ; com­ment voyez-vous la struc­tu­ra­tion d’un large espace de résis­tance ?

On aime­rait créer une grande force durable à même de por­ter la ques­tion des vio­lences poli­cières, de l’école, du loge­ment et du tra­vail. Mais je ne crois pas à la pro­cla­ma­tion d’une orga­ni­sa­tion sur une estrade. Ni d’un par­ti. Pour tout vous dire, par­ti­ci­per au 26 mai, c’est éga­le­ment une expé­rience pour nous. Ce n’est pas for­cé­ment un espace où on va habi­tuel­le­ment. On ne sait pas ce que ça va don­ner. C’est dans le pro­ces­sus même de la lutte et au fil des expé­riences que pour­ront, peut-être, se créer natu­rel­le­ment des orga­ni­sa­tions.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité », décembre 2017
☰ Lire notre article « Anarchisme et révo­lu­tion noire », Lorenzo Kom’boa Ervin (tra­duc­tion), décembre 2017
☰ Lire notre article « Femmes, noires et com­mu­nistes contre Wall Street — par Claudia Jones » (tra­duc­tion), décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Tactikollectif : « Les anti­ca­pi­ta­listes n’ont pas fait leur tra­vail dans les quar­tiers », octobre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Issa Bidard : « Un jeune de Neuilly ne va jamais cou­rir s’il est contrô­lé », mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Mathieu Rigouste : « Les vio­lences de la police n’ont rien d’accidentel », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Assa Traoré : « Allions nos forces », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Almamy Kanouté : « Il faut fédé­rer tout le monde », juillet 2015


Vignette : Manifestation à la mémoire d’Adama Traoré devant la gare du Nord à Paris, le 30 juillet 2016 / AFP/Archives

Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.