Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité »


Semaine « Résistances afro-américaines »

Activiste, essayiste et ancienne pro­fes­seure en Californie, Angela Davis figu­ra, en 1970, sur la liste des dix fugi­tifs les plus recher­chés par le FBI et fut par deux fois can­di­date à la vice-pré­si­dence des États-Unis pour le Parti com­mu­niste — qu’elle quit­ta en 1991. Nous l’a­vions inter­viewée dans les colonnes de notre pre­mier numé­ro, sou­cieux, comme la mili­tante mar­xiste, fémi­niste, anti­ra­ciste et végane qu’elle est, de por­ter une parole cri­tique ouverte à tous les fronts. C’est tout natu­rel­le­ment que nous enta­mons cette semaine thé­ma­tique consa­crée aux résis­tances afro-amé­ri­caines avec elle — l’un de nos membres l’a ren­con­trée à de nom­breuses reprises, dans le cadre d’un ouvrage paru aux édi­tions Haymarket Books : nous avons tra­duit l’une de ces ren­contres, ayant pour fil rouge les connexions pos­sibles entre luttes anti­ra­cistes, fémi­nistes et anti-impé­ra­listes.


Vous mili­tez depuis des décen­nies. Qu’est-ce qui vous fait conti­nuer ?

Nous n’avons pas d’autre pos­si­bi­li­té que de res­ter opti­mistes. L’optimisme est une néces­si­té abso­lue, même si ce n’est qu’un opti­misme de la volon­té, allié, comme disait Gramsci, au pes­si­misme de l’in­tel­li­gence. Ce qui me fait conti­nuer, ce sont les nou­veaux modes de col­lec­ti­vi­té. Je ne sais pas si j’aurais sur­vé­cu en l’ab­sence de mou­ve­ments de résis­tance col­lec­tive — de com­mu­nau­tés de lutte. Quoi que je fasse, je m’y sens tou­jours direc­te­ment reliée ; nous vivons dans une ère où il faut encou­ra­ger le sens du col­lec­tif. Notamment parce que le néo­li­bé­ra­lisme tente de for­cer les gens à se pen­ser uni­que­ment en termes indi­vi­duels et non col­lec­tifs. C’est dans la col­lec­ti­vi­té qu’on trouve des réser­voirs d’espoir et d’optimisme.

Le racisme est un pro­blème sys­té­mique, n’est-ce-pas ?

« C’est dans la col­lec­ti­vi­té qu’on trouve des réser­voirs d’espoir et d’optimisme. »

Tout à fait. C’est un phé­no­mène très com­plexe. Il y a des élé­ments struc­tu­rels très impor­tants dans le racisme et, bien sou­vent, ils ne sont pas pris en compte quand on débat de la fin du racisme ou du com­bat que l’on mène contre lui. Il y a aus­si l’impact sur le psy­chisme — c’est là qu’intervient la per­sis­tance des sté­réo­types : pen­dant des siècles, les Noirs ont été repré­sen­tés comme des sous-hommes et des cri­mi­nels. Ces sys­tèmes de repré­sen­ta­tion sont visibles dans l’en­semble des modes de com­mu­ni­ca­tion — et en par­ti­cu­lier les médias ; ils façonnent en par­tie les inter­ac­tions sociales et font donc per­du­rer les sté­réo­types. La ques­tion qui se pose est de savoir pour­quoi, jusqu’à aujourd’­hui, il n’y a pas eu d’ef­fort sérieux de com­pré­hen­sion de l’impact du racisme sur les ins­ti­tu­tions et les atti­tudes indi­vi­duelles. Tant que nous ne pour­rons pas répondre au racisme par une approche large de ce type, les sté­réo­types per­du­re­ront.

En obser­vant l’his­toire des luttes anti­ra­cistes aux États-Unis, on constate qu’au­cun chan­ge­ment notable n’est attri­buable uni­que­ment au pou­voir pré­si­den­tiel, aus­si pro­gres­siste qu’il ait vou­lu être. Toutes les évo­lu­tions pas­sées résultent de mou­ve­ments de masse, depuis l’époque de l’esclavage jus­qu’à la guerre de Sécession, dans laquelle c’est l’implication des Noirs qui a réel­le­ment déter­mi­né l’issue du conflit. On croit qu’Abraham Lincoln y a cam­pé le rôle prin­ci­pal : il a aidé à la cause mais le chan­ge­ment vient de ces esclaves, femmes et hommes — et le rôle des femmes n’est pas recon­nu — qui ont déci­dé eux-mêmes de s’émanciper et de rejoindre l’armée de l’Union. Sans par­ler du mou­ve­ment abo­li­tion­niste. Lors du mou­ve­ment de lutte pour les droits civiques, on constate que ce sont ces mou­ve­ments qui ont pous­sé les gou­ver­ne­ments à agir. Je ne vois pas pour­quoi les choses seraient dif­fé­rentes aujourd’hui. Les mou­ve­ments ont besoin de temps pour se déve­lop­per et mûrir. Ils ne se pro­duisent pas spon­ta­né­ment. Ils appa­raissent comme le résul­tat d’un dur tra­vail d’organisation, qui s’ef­fec­tue la plu­part du temps en cou­lisses. Je dirais que ces 20 der­nières années, il y a eu un effort per­ma­nent d’organisation des luttes contre les vio­lences poli­cières, le racisme, contre les pri­sons et le com­plexe car­cé­ral indus­triel. La conscience poli­tique est bien plus éle­vée dans nombre de com­mu­nau­tés que ce qu’on croit. Il y a une com­pré­hen­sion popu­laire des liens entre les vio­lences poli­cières racistes et les ques­tions sys­té­miques. Le com­plexe car­cé­ral indus­triel n’est pas sans points com­muns avec le sys­tème des pri­sons secrètes et de la tor­ture, uti­li­sés par la CIA, comme cela a été révélé1Voir, par exemple, ce rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal.. Les bases existent pour construire un mou­ve­ment, mais, en l’é­tat, je ne dirais pas qu’il en existe un qui soit orga­ni­sé.

Black Live Matters, Michigan (2014, PATRICK RECORD/AP/SIPA)

Quelles leçons, en la matière, avons-nous tiré des années 1960 et 1970 ?

Nous avons appris dans ces années-là que les mou­ve­ments de masse peuvent pro­vo­quer des chan­ge­ments sys­té­miques. Si l’on consi­dère toutes les lois deve­nues effec­tives, le Civil Rights Acts, par exemple, ou le Voting Rights Act, on voit bien que tout cela ne découle pas d’un pré­sident qui aurait pris des mesures extra­or­di­naires. C’est un abou­tis­se­ment por­té par des gens qui ont lut­té et mani­fes­té. Je me sou­viens qu’en 1963, durant la période de lutte pour les droits civiques, avant la Marche sur Washington, il y a eu une croi­sade des enfants à Birmingham, en Alabama. Les enfants s’é­taient orga­ni­sés pour faire face aux puis­sants canons à eau et à la police de Bull Connor. Il y a bien sûr eu des oppo­sants à cette mani­fes­ta­tion — même Malcolm X esti­mait qu’il n’é­tait pas oppor­tun que des enfants soient confron­tés à un tel dan­ger —, mais ces der­niers vou­laient par­ti­ci­per. Et ces images d’enfants fai­sant face aux chiens et aux canons à eau ont fait le tour du monde ; cela a contri­bué à ce qu’une conscience glo­bale émerge sur la bru­ta­li­té du racisme. Cela a consti­tué une avan­cée extra­or­di­naire. On oublie sou­vent le rôle qu’ont joué les plus jeunes pour bri­ser le silence mas­quant le racisme. Mais ce n’est pas, en défi­ni­tive, le type de chan­ge­ment dont nous avons réel­le­ment besoin : nous n’avons tou­jours pas assis­té à la trans­for­ma­tion éco­no­mique et à d’autres chan­ge­ments struc­tu­rels néces­saires pour com­men­cer à éra­di­quer le racisme.

Comment les mou­ve­ments popu­laires peuvent-ils faire pres­sion sur les poli­ti­ciens les plus hos­tiles ?

« Sous de nom­breux aspects, la lutte des Noirs aux États-Unis sert d’emblème à toutes les luttes pour la liber­té. »

Lyndon B. Johnson, le pré­sident de l’époque, était l’un de ces hommes poli­tiques com­plè­te­ment hos­tiles : il fer­mait les yeux sur le racisme. C’est pour­tant sous son gou­ver­ne­ment que des lois impor­tantes ont été votées. Les mou­ve­ments peuvent donc for­cer des poli­ti­ciens hos­tiles à prendre des mesures. Prenons l’exemple de l’Afrique du Sud : qui aurait pu pen­ser que de Klerk aurait pris la posi­tion qu’il a fina­le­ment adop­tée ? Ce résul­tat a été le fait des mou­ve­ments au sein du pays, sou­te­nus par le mou­ve­ment sud-afri­cain hors du pays et par une cam­pagne de soli­da­ri­té inter­na­tio­nale.

Vous avez fait allu­sion un jour au fait que l’élection d’Obama a pu, d’une cer­taine manière, repré­sen­ter un obs­tacle en la matière…

Il faut doré­na­vant envi­sa­ger la poli­tique des Noirs dans un sens plus large. On ne peut pas la pen­ser aujourd’hui de la même manière qu’on le fai­sait aupa­ra­vant. Sous de nom­breux aspects, la lutte des Noirs aux États-Unis sert d’emblème à toutes les luttes pour la liber­té. Dès lors, dans la sphère poli­tique ayant trait à la ques­tion noire, je dois éga­le­ment inclure les luttes de genre ou celles contre la répres­sion de l’immigration. Je trouve qu’il est impor­tant de se réfé­rer à ce que l’on nomme sou­vent la « tra­di­tion radi­cale noire ». Elle est liée non seule­ment aux Noirs, mais à tous ceux qui luttent pour la liber­té. Il faut donc consi­dé­rer dans cette optique le futur comme ouvert. Il est évident que la liber­té des Noirs, dans un sens res­treint, n’a pas encore été conquise — compte tenu notam­ment du fait qu’une très large part de cette com­mu­nau­té est plon­gée dans la pau­vre­té, qu’un nombre incroya­ble­ment dis­pro­por­tion­né de Noirs est en pri­son, pris dans les mailles du com­plexe car­cé­ral indus­triel… Mais il faut aus­si prendre en compte la popu­la­tion lati­no et la popu­la­tion indi­gène, les Américains d’o­ri­gine. Il nous faut voir la manière dont le racisme anti­mu­sul­man a pros­pé­ré en se fon­dant sur le racisme anti­noir. Tout est beau­coup plus com­pli­qué aujourd’hui : je ne dirai jamais qu’il faut envi­sa­ger uni­que­ment la libé­ra­tion des Noirs — notam­ment au vu de l’é­mer­gence d’une classe moyenne noire ! Obama est emblé­ma­tique de cette ascen­sion des indi­vi­dus noirs, non seule­ment en poli­tique, mais aus­si dans les hié­rar­chies éco­no­miques. Et cela ne va pas néces­sai­re­ment trans­for­mer les condi­tions de vie de la majo­ri­té des Noirs.

(RAFAEL PEREZ/AFP/GettyImages)

En Afrique du Sud, l’ascension d’un sec­teur noir de la popu­la­tion, très puis­sant et très riche — une bour­geoi­sie noire, si vous vou­lez —, n’a jamais vrai­ment été prise en compte. La pos­si­bi­li­té d’une telle ascen­sion n’a pas été envi­sa­gée, en tout cas pas publi­que­ment, pen­dant la période de lutte contre l’apartheid. On pen­sait qu’une fois que les Noirs auraient conquis le pou­voir éco­no­mique et poli­tique, la liber­té éco­no­mique serait alors ins­tau­rée pour tous : on voit que ce n’est pas néces­sai­re­ment le cas… On retrouve la même situa­tion aux États-Unis. Je me suis par ailleurs fré­quem­ment ren­due au Brésil ces der­niers temps, et ce pays est à la veille d’avancées majeures en ce qui concerne le racisme. Ils ont l’opportunité de choi­sir de suivre l’exemple des États-Unis ou de l’Afrique du Sud, ou bien d’opter pour une voie qui prenne davan­tage en compte le fac­teur éco­no­mique. Un élé­ment que l’on peut obser­ver dans la période récente, et que je trouve extrê­me­ment impor­tant, est le déve­lop­pe­ment de cam­pagnes de soli­da­ri­té qui ont fait conver­ger dif­fé­rentes luttes. Les Palestiniens, qui se sont ins­pi­rés des luttes des Noirs aux États-Unis, devraient en retour les ins­pi­rer dans la pour­suite de leur lutte pour la liber­té. Et peut-être les Palestiniens peuvent-ils prendre conscience des pro­blèmes inhé­rents au fait d’es­ti­mer que l’accession d’individus noirs au pou­voir peut tout chan­ger. Ce qui va mener les Palestiniens à la liber­té sera autre­ment plus com­pli­qué que l’ac­ces­sion à l’argent.

Que peuvent appor­ter au mou­ve­ment de libé­ra­tion pales­ti­nien le fémi­nisme noir et la lutte des Noirs ?

« La ques­tion pales­ti­nienne est de plus en plus pré­sente dès lors qu’il est ques­tion, plus lar­ge­ment, de jus­tice sociale. »

Je ne crois pas que j’exprimerais cela ain­si, parce que je pense que la soli­da­ri­té implique tou­jours une sorte de mise en com­mun. Aux États-Unis, on a ten­dance à se croire les meilleurs en tout : cette posi­tion de don­neur de leçons vis-à-vis de tous ceux qui luttent de par le monde ne me convient pas. Je crois au par­tage des expé­riences. Les avan­cées du fémi­nisme noir, tout comme celles des fémi­nismes des femmes de cou­leur, peuvent pro­po­ser des idées, des expé­riences et des ana­lyses aux Palestiniens. Et, réci­pro­que­ment, ces fémi­nismes ont à apprendre de la lutte des Palestiniens et des fémi­nistes pales­ti­niennes. Je songe par exemple à la notion d’intersectionnalité qui a carac­té­ri­sé ces types de fémi­nisme, selon laquelle on ne peut pas sim­ple­ment consi­dé­rer le genre comme iso­lé de la race, de la classe, de la sexua­li­té, de la natio­na­li­té, des capa­ci­tés, de toute une varié­té de ques­tions. Les Palestiniens, ou les per­sonnes impli­quées dans la lutte pales­ti­nienne, ont don­né de cela une expres­sion qui a contri­bué à ce qu’aux États-Unis, les gens donnent à la notion d’intersectionnalité une accep­tion plus large.

En quoi la lutte pour la Palestine a‑t-elle chan­gé au cours des der­nières années ?

Des chan­ge­ments vrai­ment impor­tants se sont pro­duits. La ques­tion de la liber­té pales­ti­nienne a été mar­gi­na­li­sée bien trop long­temps ; c’est ain­si que bien des gens aux États-Unis sont consi­dé­rés comme pro­gres­sistes… sauf en ce qui concerne la Palestine. Je reprends le terme de la mili­tante Rebecca Vilkomerson, qui parle des « PEP » pour dési­gner les pro­gres­sistes à l’ex­cep­tion de la Palestine [Progressive Except Palestine, ndlr]. Aujourd’hui cela change. L’impact du sio­nisme, jus­qu’i­ci enva­his­sant, perd de sa force. Sur tous les cam­pus uni­ver­si­taires, l’organisation des Students for Justice in Palestine connaît un réel essor : elle ras­semble aujourd’­hui un grand nombre de per­sonnes qui ne sont pas for­cé­ment des Palestiniens, des Arabes ou des musul­mans, et qui en sont deve­nus des membres actifs. Le sujet pales­ti­nien est de plus en plus pré­sent dès lors qu’il est ques­tion, plus lar­ge­ment, de jus­tice sociale. Selon ma propre expé­rience, je devais tou­jours m’attendre à des résis­tances ou des oppo­si­tions lorsque j’abordais ce sujet aupa­ra­vant : il est désor­mais de plus en plus admis. C’est lié à ce qui se passe en Palestine même, à l’es­sor du mou­ve­ment de soli­da­ri­té avec la Palestine dans le monde, et pas seule­ment aux États-Unis. Ici, c’est lié en par­ti­cu­lier au nombre crois­sant de gens qui s’associent aux mou­ve­ments noir, amé­rin­dien et lati­no, et qui ont incor­po­ré la Palestine dans leurs pla­te­formes de reven­di­ca­tion. J’ai par­lé aux mani­fes­tants de Ferguson des tweets des mili­tants pales­ti­niens qui don­naient des conseils sur la façon de gérer cela ! La connexion directe que faci­litent les réseaux sociaux a éga­le­ment joué un rôle.

Manifestation à Gaza, 6 décembre 2017 (AP Photo / Adel Hana)

Comment les étu­diants envi­sagent-ils leurs rela­tions avec le monde exté­rieur, sur­tout depuis que les uni­ver­si­tés sont deve­nues des ins­ti­tu­tions d’élite ? L’uni­ver­si­té de Californie à Los Angeles (UCLA) en four­nit un bon exemple…

Certainement ! L’UCLA a his­to­ri­que­ment été le centre de tout un ensemble de luttes liées à la com­mu­nau­té, au sens large du terme. Mon propre com­bat s’y est mené ! Mais aujourd’hui, les oppo­si­tions étu­diantes qui contestent les fron­tières de l’université, et la ten­ta­tive d’en faire un bas­tion de l’élitisme néo­li­bé­ral, sont extrê­me­ment impor­tants. Dans le cas de l’organisation Students for Justice in Palestine, le fait d’as­so­cier les cam­pus de tout le pays à la cam­pagne Boycott, dés­in­ves­tis­se­ment et sanc­tions (BDS) n’a pas seule­ment ren­for­cé le mou­ve­ment BDS, cela a per­mis aux étu­diants de remettre en cause la pri­va­ti­sa­tion des pri­sons. Et, sur de nom­breux cam­pus ayant lut­té contre les entre­prises qui pro­fitent de l’occupation de la Palestine, les luttes ont éga­le­ment ciblé les entre­prises pro­fi­tant de la pri­va­ti­sa­tion des pri­sons. Ces deux ques­tions sont, sur de nom­breux points, inti­me­ment asso­ciées — et ce n’est qu’un exemple par­mi tant d’autres.

En quoi le mou­ve­ment pour la cause pales­ti­nienne est-il simi­laire, ou dif­fé­rent, de celui qui s’op­po­sait autre­fois à l’apartheid ?

« Plus per­sonne, au sein du mou­ve­ment anti­ra­ciste, ne peut avan­cer qu’il est pos­sible de rem­por­ter la vic­toire tant que la manière dont inter­viennent le genre, la sexua­li­té, la classe et la natio­na­li­té n’est pas pris en consi­dé­ra­tion. »

Il y a beau­coup de simi­la­ri­tés entre les deux. La cam­pagne BDS a choi­si de suivre la voie tra­cée par la lutte anti-apar­theid, dans une pers­pec­tive de soli­da­ri­té plus glo­bale, via la méthode du boy­cott de masse. La dif­fé­rence réside dans l’existence d’un lob­by sio­niste puis­sant. Il y avait évi­dem­ment à l’é­poque l’in­fluence d’un puis­sant lob­by pro-apar­theid, mais pas celle du lob­by sio­niste, dont l’emprise s’é­tend jus­qu’aux églises noires : l’État d’Israël a déployé des efforts signi­fi­ca­tifs pour recru­ter des repré­sen­tants noirs. J’ignore s’il y eut le même niveau de sophis­ti­ca­tion à l’époque du mou­ve­ment anti-apar­theid. Il ne fait pas de doute que l’État d’Israël a appris de ce mou­ve­ment. Mais, en même temps, je ne pense pas qu’on ait jamais vu, au niveau de la base, une affi­ni­té avec la lutte en Palestine telle qu’elle existe aujourd’hui dans les groupes mili­tants. J’ai eu l’occasion de par­ti­ci­per à une table ronde lors de la confé­rence de l’Association natio­nale d’études des femmes, la NWSA. Cette der­nière n’avait jamais pris posi­tion sur la ques­tion pales­ti­nienne : lors d’une grande plé­nière ras­sem­blant peut-être 2 500 per­sonnes, durant un débat sur la Palestine, quelqu’un a deman­dé que l’on vote publi­que­ment l’a­dop­tion par la NWSA d’une posi­tion forte de sou­tien à la cam­pagne BDS. Quasiment tout le monde s’est levé. C’est com­plè­te­ment nou­veau. Il y avait peut-être 10 ou 20 per­sonnes qui sont res­tées assises — les applau­dis­se­ments duraient, et ça a été une expé­rience très exal­tante. Il faut constam­ment faire des connexions : lorsque nous lut­tons contre la vio­lence raciste, que ce soit à Ferguson, pour Michael Brown ou Eric Garner à New York, nous ne devons pas oublier ce qui nous relie à la Palestine. Il faut s’engager dans une démarche d’intersectionnalité à plu­sieurs niveaux. Il faut tou­jours mettre l’accent là-des­sus pour que les gens se rap­pellent que rien n’arrive de manière com­plé­te­ment iso­lée ; quand on voit la police répri­mer une mani­fes­ta­tion à Ferguson, il faut aus­si pen­ser à la police et à l’armée israé­lienne répri­mant les mani­fes­ta­tions dans les Territoires occu­pés.

Quel est le plus grand suc­cès en matière de fémi­nisme que vous avez pu obser­ver au cours de votre vie ?

Tous les mou­ve­ments, y com­pris fémi­nistes, sont à leur apo­gée dès lors qu’ils com­mencent à affec­ter la vision et la pers­pec­tive de ceux qui ne leur étaient pas néces­sai­re­ment asso­ciés. Les fémi­nistes radi­cales, ou les fémi­nistes anti­ra­cistes radi­cales, sont impor­tantes parce qu’elles ont influen­cé la manière dont on pense aujourd’­hui les luttes en faveur de la jus­tice sociale — sur­tout chez les jeunes. Plus per­sonne, au sein du mou­ve­ment anti­ra­ciste, ne peut avan­cer qu’il est pos­sible de rem­por­ter la vic­toire tant que la manière dont inter­viennent le genre, la sexua­li­té, la classe et la natio­na­li­té n’est pas pris en consi­dé­ra­tion dans les luttes anti­ra­cistes. Autrefois, les luttes pour la liber­té étaient per­çues comme étant des luttes mas­cu­lines. La liber­té pour les Noirs était réduite à la liber­té de l’homme noir — il suf­fit de voir des figures comme Malcolm X, et bien d’autres. Mais ce n’est plus pos­sible aujourd’hui. D’ailleurs, le fémi­nisme n’est pas une manière de voir que seules les femmes devraient adop­ter : cela doit, de plus en plus, être la manière de voir adop­tée par tous les genres. La tra­di­tion radi­cale noire doit désor­mais s’engager dans les luttes contre le racisme anti­mu­sul­man : sans doute le racisme aujourd’hui le plus viru­lent.


Photographie de ban­nière : Cuba, années 1970 (DR)
Portrait d’Angela Davis en vignette : Jeff Vespa/WireImage
Texte inédit en fran­çais, tra­duit de l’an­glais par Jean Ganesh, pour Ballast, en col­la­bo­ra­tion avec Frank Barat, coau­teur, avec Angela Davis, de Freedom Is a Constant Struggle : Ferguson, Palestine, and the Foundations of a Movement (Haymarket Books, 2015)


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion
« Femmes, noires et com­mu­nistes contre Wall Street — par Claudia Jones », décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Danièle Obono : « Il faut tou­jours être dans le mou­ve­ment de masse », juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Amandine Gay : « À qui réus­sit-on à par­ler ? », jan­vier 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Angela Davis appelle à la résis­tance col­lec­tive », jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Eryn Wise : « Nous vivons un moment his­to­rique », décembre 2016
☰ Lire notre article « Trump — Ne pleu­rez pas, orga­ni­sez-vous ! », Richard Greeman, novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « Nos luttes mûrissent, gran­dissent », mars 2015

NOTES   [ + ]

1.Voir, par exemple, ce rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.