Angela Davis appelle à la résistance collective


Intervention traduite de l’anglais pour le site de Ballast

La Marche des femmes a répon­du hier, en six cents points du globe, à l’in­ves­ti­ture du 45e pré­sident nord-amé­ri­cain, Donald Trump : une foule écra­sante. Aux États-Unis, des rues de Chicago à celles de Portland, des squares de New York aux places de Boston, on dénom­bra plus de deux mil­lions de manifestant.e.s : le mil­liar­daire fait en effet l’ob­jet de plu­sieurs accu­sa­tions d’a­gres­sion sexuelle et s’est van­té de pou­voir « tout faire » sur les femmes, sans sou­ci de leur consen­te­ment, du fait de sa célé­bri­té média­tique. La mili­tante fémi­niste Angela Davis, figure du Mouvement noir de libé­ra­tion des années 1970 et can­di­date par deux fois à la vice-pré­si­dence des États-Unis en tant que membre du Parti com­mu­niste, en était. « Les pro­chains 1 459 jours de l’ad­mi­nis­tra­tion Trump seront 1 459 jours de résis­tance », a‑t-elle lan­cé. Nous tra­dui­sons le discours qu’elle a pro­non­cé à Washington.


L’Histoire ne peut être effacée comme on efface une page Web

À ce moment déci­sif de notre his­toire, rap­pe­lons-nous que nous toutes et tous qui sommes ici — ces cen­taines de mil­liers, voire de mil­lions de femmes, de per­sonnes trans­genres, d’hommes et de jeunes —, à la Marche des femmes, repré­sen­tons les puis­santes forces du chan­ge­ment : nous sommes déter­mi­nés à empê­cher que ces vieilles cultures racistes et hété­ro-patriar­cales reviennent au devant de la scène. Nous consi­dé­rons que nous sommes des agents col­lec­tifs de l’Histoire et que celle-ci ne peut pas être effa­cée comme on efface une page Web. Nous savons que nous nous ras­sem­blons cet après-midi sur des terres indi­gènes et nous sui­vons l’exemple des peuples des pre­mières nations — qui, mal­gré la vio­lence géno­ci­daire mas­sive qu’ils ont connue, n’ont jamais renon­cé à la lutte pour leur ter­ri­toire, pour l’eau, pour la culture et pour leur peuple. Nous saluons par­ti­cu­liè­re­ment aujourd’­hui les Sioux de Standing Rock. Les luttes pour la liber­té des Noirs, qui ont façon­né la nature même de l’his­toire de notre pays, ne peuvent être sup­pri­mées d’un simple revers de la main. On ne peut pas nous faire oublier que les vies des Noirs comptent réel­le­ment [réfé­rence au mou­ve­ment Black lives mat­ter, ndlr]. L’histoire même de ce pays est ancrée dans celles de l’es­cla­va­gisme et du colo­nia­lisme — ce qui implique, qu’on le veuille ou non, que les États-Unis sont une his­toire d’im­mi­gra­tion et d’es­cla­vage. Propager la xéno­pho­bie, crier au meurtre et au viol et construire des murs n’ef­fa­ce­ront pas l’Histoire. Aucun être humain n’est illé­gal. 

« Oui, nous saluons la lutte pour un salaire mini­mum à 15 dol­lars. Nous nous dédions à la résis­tance col­lec­tive. Nous résis­tons face aux mil­lion­naires qui pro­fitent des taux hypo­thé­caires. »

La lutte pour la pla­nète — contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique, pour garan­tir l’ac­ces­si­bi­li­té à l’eau des terres sioux de Standing Rock, de Flint, du Michigan, de la Cisjordanie et de Gaza, pour sau­ver notre faune, notre flore et l’air — est le cœur de la lutte pour la jus­tice sociale. Ceci est une Marche des femmes et cette Marche des femmes repré­sente la pro­messe d’un fémi­nisme qui se bat contre les pou­voirs per­ni­cieux de la vio­lence éta­tique. Un fémi­nisme inclu­sif et inter­sec­tion­nel qui nous invite toutes et tous à rejoindre la résis­tance face au racisme, à l’is­la­mo­pho­bie, à l’an­ti­sé­mi­tisme, à la miso­gy­nie et à l’ex­ploi­ta­tion capi­ta­liste. Oui, nous saluons la lutte pour un salaire mini­mum à 15 dol­lars. Nous nous dédions à la résis­tance col­lec­tive. Nous résis­tons face aux mil­lion­naires qui pro­fitent des taux hypo­thé­caires et face aux agents de la gen­tri­fi­ca­tion. Nous résis­tons face à ceux qui pri­va­tisent les soins de san­té. Nous résis­tons face aux attaques contre les musul­mans et les migrants. Nous résis­tons face aux attaques visant les per­sonnes en situa­tion de han­di­cap. Nous résis­tons face aux vio­lences éta­tiques per­pé­trées par la police et par le com­plexe indus­tria­lo-car­cé­ral. Nous résis­tons face à la vio­lence de genre ins­ti­tu­tion­nelle et intime — en par­ti­cu­lier contre les femmes trans­genres de cou­leur.

Lutter pour le droit des femmes, c’est lut­ter pour les droits humains par­tout sur la pla­nète ; c’est pour­quoi nous disons : liber­té et jus­tice pour la Palestine ! Nous célé­brons la libé­ra­tion immi­nente de Chelsea Manning et Oscar López Rivera. Mais nous disons aus­si : libé­rez Leonard Peltier ! Libérez Mumia Abu-Jamal ! Libérez Assata Shakur ! Au cours des pro­chains mois et des pro­chaines années, nous serons appe­lés à inten­si­fier nos demandes de jus­tice sociale, à deve­nir plus actifs dans notre défense des popu­la­tions vul­né­rables. Que ceux qui prônent encore la supré­ma­tie de l’homme blanc hété­ro-patriar­cal se méfient de nous. Les pro­chains 1 459 jours de l’ad­mi­nis­tra­tion Trump seront 1 459 jours de résis­tance. Résistance sur le ter­rain, résis­tance dans les salles de classe, résis­tance au tra­vail, résis­tance par notre art et notre musique. Ceci n’est que le com­men­ce­ment, et, pour reprendre les mots de l’i­ni­mi­table Ella Baker, « Nous qui croyons en la liber­té, nous ne nous repo­se­rons pas avant qu’elle n’advienne ». Je vous remer­cie.


Traduction de l’an­glais par Julie Paquette et Cihan Gunes, pour Ballast.
Photographie de cou­ver­ture : Civic Center Park, Denver, 21 jan­vier 2017 (DR)


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Eryn Wise : « Nous vivons un moment his­to­rique », décembre 2016
☰ Lire notre article « Trump — Ne pleu­rez pas, orga­ni­sez-vous ! », Richard Greeman, novembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Angela Davis, octobre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Zahra Ali : « Décoloniser le fémi­nisme », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Hester Eisenstein : « Il y a de la place pour la lutte sur tous les fronts », avril 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Frigga Haug : « La libé­ra­tion des femmes est indis­pen­sable à celle de l’humanité », mars 2016
☰ Lire notre article « Black Panthers — Pour un anti­ra­cisme socia­liste », Bobby Seale (tra­duc­tion), décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « Nos luttes mûrissent, gran­dissent », mars 2015
☰ Lire notre article « Luther King : plus radi­cal qu’on ne le croit ? », Thomas J. Sugrue (tra­duc­tion), mars 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.