Michaël Ferrier : « Fukushima, c’est une situation de guerre »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien inédit pour le site de Ballast

« Les morts de Fukushima ne sont plus des morts : ce sont des déchets nucléaires », écri­vait Michaël Ferrier dans son ouvrage Fukushima, récit d’un désastre, paru en 2012. Un livre hybride, alliant le vécu et l’a­na­lyse de l’en­quê­teur et de l’é­cri­vain-phi­lo­sophe qui porte sur le Japon le regard res­pec­tueux d’un étran­ger y vivant et tra­vaillant depuis plus de vingt ans. Ferrier était à Tokyo quand le sol se mit à trem­bler. « On dirait une bête qui rampe, un ser­pent de sons, la queue vivante d’un dra­gon. Je com­prends pour­quoi les Japonais repré­sentent le trem­ble­ment de terre sous la forme d’un pois­son-chat, mi-félin, mi-mol­lusque. » Il décide très vite de se rendre sur les côtes rava­gées par le tsu­na­mi afin de docu­men­ter, de ques­tion­ner et d’ai­der. « Dans un désastre, les courbes dis­pa­raissent, toute la ron­deur du monde, sa dou­ceur et son embon­point, n’en reste plus que le tran­chant. » Prenant le lec­teur par la main, il retrace les petits gestes et les réflexes de ceux qui évi­tèrent le pire. Il fau­drait à pré­sent pen­ser avec Fukushima, car ce que sym­bo­lise cette cen­trale bles­sée « mau­dite dans la terre, dans le ciel et dans la mer » nous concerne tous, nous dit l’au­teur. En 2011, juste avant le prin­temps, près de 18 000 morts et dis­pa­rus lais­sèrent un vide sur le sol japo­nais : qu’ad­vien­dra-t-il des sur­vi­vants, condam­nés à une « demi-vie » ?


Votre ouvrage fut écrit d’une traite. Vous êtes proche du repor­tage de ter­rain tout en avan­çant avec le lan­gage de la lit­té­ra­ture : de quoi s’immerger tota­le­ment dans la période qui nous occupe. Un sen­ti­ment d’ur­gence ?

Sans aucun doute. Il faut rap­pe­ler qu’à par­tir du 11 mars 2011, j’ai été pris — avec des mil­lions d’autres — dans une incroyable spi­rale d’é­vé­ne­ments dévas­ta­teurs : un trem­ble­ment de terre de magni­tude 9 (le plus impor­tant sur­ve­nu au Japon depuis que les ins­tru­ments de mesure modernes existent, et l’un des plus énormes jamais enre­gis­trés), sui­vi d’un tsu­na­mi dont les vagues pou­vaient dépas­ser 30 mètres, s’infiltrant jusqu’à une dizaine de kilo­mètres à l’intérieur des terres, sac­ca­geant tout sur son pas­sage. Enfin, une catas­trophe nucléaire dévas­ta­trice — quatre explo­sions dans la cen­trale, trois fusions de cœurs — qui pro­voque aujourd’­hui encore des rejets radio­ac­tifs extrê­me­ment impor­tants, dans l’air, dans la terre et dans la mer. C’est ce que j’ai appe­lé « une cas­cade de catas­trophes ». Alors oui, l’ur­gence !

« Beaucoup de gens cher­chaient un billet pour s’en­fuir du pays, et je fai­sais la démarche inverse. Ce n’é­tait pas un acte d’hé­roïsme : sim­ple­ment la convic­tion que pour écrire ça, il ne fal­lait pas se plan­quer. »

L’écriture de Fukushima, récit d’un désastre s’est dérou­lée sur exac­te­ment huit mois, du 11 mars 2011 (j’ai com­men­cé à écrire dès le jour du séisme) au 11 novembre 2011 (date à laquelle j’ai envoyé le manus­crit à Gallimard). Il y a d’a­bord eu une phase intense de prise de notes. Impressions, sen­sa­tions, émo­tions, mais aus­si des­crip­tions, infor­ma­tions, réflexions. J’ai tou­jours ten­té de gar­der ces dif­fé­rents registres — par­fois contra­dic­toires mais le plus sou­vent com­plé­men­taires — pré­sents à l’é­cri­ture. Très vite, cepen­dant, j’ai sen­ti que je ne pou­vais pas écrire la catas­trophe sans aller sur place : j’a­vais un billet d’a­vion pour Paris, j’é­tais cen­sé aller au Salon du Livre qui avait lieu quelques jours plus tard. Je ne l’ai jamais uti­li­sé ! Ainsi, au moment où beau­coup de gens cher­chaient déses­pé­ré­ment un billet pour s’en­fuir du pays, je fai­sais la démarche inverse. Ce n’é­tait pas un acte d’hé­roïsme : sim­ple­ment la convic­tion que pour écrire ça, il ne fal­lait pas se plan­quer, il fal­lait plon­ger au cœur du désastre. Ce livre a d’a­bord été écrit sur le ter­rain, au plus près du réel, dans la pous­sière des routes.

Le sis­mo­graphe enre­gistre les évé­ne­ments, mais il est aus­si un outil pour les décryp­ter. En même temps que cette phase de prise de notes, je mul­ti­plie donc à la fois les lec­tures et les ren­contres. Parler avec les sur­vi­vants, ren­con­trer les liqui­da­teurs, les hommes poli­tiques, les sis­mo­logues… et, dans le même temps, enta­mer un dia­logue avec Zhang Heng (l’in­ven­teur du sis­mo­graphe), relire le Dit des Heike1Classique de la lit­té­ra­ture médié­vale japo­naise., scru­ter Voltaire aus­si bien que Tanizaki. Bref, faire tour­ner la biblio­thèque. Je pense aus­si déjà à la com­po­si­tion du livre. Même si je peux l’u­ti­li­ser par­fois, je ne veux pas de la forme « jour­nal » : racon­ter la catas­trophe au jour le jour m’ap­pa­raît comme une solu­tion de faci­li­té, cela revient à lais­ser à la catas­trophe le tem­po de l’é­cri­ture. Face au désastre qui nous trans­perce, et même si je sais déjà qu’il en res­te­ra tou­jours quelque chose d’in­sen­sé, je veux, comme le dit l’ex­pres­sion popu­laire, « reprendre la main » : après tout, n’est-ce pas là, au propre comme au figu­ré, le tra­vail de l’é­cri­vain ?

Kuniyoshi, 1851

Je prête tou­jours beau­coup d’at­ten­tion à la com­po­si­tion de mes livres. Ici, j’ai choi­si une divi­sion très simple, en trois par­ties. Ces trois par­ties cor­res­pondent bien enten­du aux trois phases de la catas­trophe : « Le Manche de l’é­ven­tail » (le séisme), « Récits sau­vés des eaux » (le tsu­na­mi), « La demi-vie, mode d’emploi » (la catas­trophe nucléaire). Mais elles peuvent tout aus­si bien s’en­tendre comme les trois actes d’une tra­gé­die ou les trois vers d’un haï­ku, cha­cun met­tant l’ac­cent sur un des aspects du désastre et cor­res­pon­dant à un élé­ment natu­rel : terre (qui tremble), mer (qui déferle), air (qui cir­cule, pro­pa­geant la conta­mi­na­tion radio­ac­tive). J’aime assez le fait que la tri­par­ti­tion du livre puisse se lire dans la pers­pec­tive d’une tra­gé­die grecque comme dans celle d’un genre japo­nais, et, fina­le­ment, comme une réfé­rence aux élé­ments natu­rels : ain­si, la com­po­si­tion même du livre signale qu’on doit lire cette catas­trophe à par­tir du sol japo­nais, certes, mais aus­si dans une pers­pec­tive plus large — et comme un évè­ne­ment qui nous concerne tous. Enfin, à par­tir du mois d’août, il y aura une der­nière phase d’ar­ran­ge­ment (comme on le dit des ike­ba­na), de mise au net, dans l’ap­par­te­ment d’un ami à Paris, puis à nou­veau chez moi, à Tokyo. Le 11 novembre 2011, je lâche le manus­crit par mail : je me regarde dans le miroir, je suis hir­sute, j’ai une barbe de plu­sieurs semaines. J’ai l’im­pres­sion qu’une longue décharge élec­trique m’a tra­ver­sé le corps pen­dant huit mois : je suis épui­sé.

« Comment pré­voir les trem­ble­ments de terre ? » est une ques­tion de pre­mier ordre au Japon. Les bêtes le sentent tou­jours avant nous. « Le trem­ble­ment de terre nous apprend non seule­ment à nous jeter sous la table mais aus­si à obser­ver les ani­maux », dites-vous d’ailleurs. Seuls les ani­maux d’élevage enfer­més par les hommes res­tèrent coin­cés. Vous évo­quez éga­le­ment ces pieuvres gigan­tesques pêchées les mois pré­cé­dents… Tout cela pen­dant que les cap­teurs méca­niques péris­saient par­fois sous le choc. Qu’en est-il aujourd’hui de nos capa­ci­tés de pré­vi­sions ?

« Toute une poli­tique de la ville et de l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire reste à mettre en œuvre, dont nous ne sommes qu’aux pre­mières étapes. »

Les catas­trophes de cette nature (et de cette enver­gure) sont par défi­ni­tion des évè­ne­ments qui prennent par sur­prise. Il est tou­jours extrê­me­ment dif­fi­cile aujourd’­hui de pré­voir un trem­ble­ment de terre — cer­tains scien­ti­fiques disent même que c’est impos­sible. J’ai choi­si d’ou­vrir mon livre par l’his­toire de Zhang Heng, un let­tré chi­nois qui fut aus­si l’in­ven­teur du pre­mier sis­mo­graphe, au pre­mier siècle de notre ère : de cette manière, je vou­lais remettre en valeur la vieille alliance tech­no­lo­gie-lit­té­ra­ture, qui ne sont pas du tout des domaines oppo­sés dans mon esprit. Certains artistes en portent témoi­gnage : Blaise Pascal par exemple, ou Zhang Heng lui-même. Nous sommes main­te­nant vingt siècles après lui ; il y a eu des pro­grès énormes en sis­mo­lo­gie, avec la décou­verte de la tec­to­nique des plaques par exemple, l’en­re­gis­tre­ment des ondes ou les avan­cées des tech­niques d’i­ma­ge­rie pour les visua­li­ser, la géo­dé­sie et l’ob­ser­va­tion spa­tiale, etc. Pourtant, on se demande tou­jours si un séisme est pré­vi­sible. Cela nous rap­pelle que l’im­pré­vi­si­bi­li­té fait par­tie de la nature et de la vie, de notre exis­tence dans ce « monde flot­tant », comme disaient les peintres d’es­tampes. Loin de moi cepen­dant l’i­dée de pré­tendre que ces avan­cées seraient inutiles : elles peuvent per­mettre de réduire au maxi­mum les risques, en tenant compte par exemple de la struc­ture des sols, de l’a­gen­ce­ment des plaques, de la proxi­mi­té des failles… Toute une poli­tique de la ville et de l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire reste à mettre en œuvre, dont nous ne sommes qu’aux pre­mières étapes, au Japon comme ailleurs, dans un monde où les habi­tants des villes repré­sentent désor­mais plus de la moi­tié de l’hu­ma­ni­té. Et il nous faut trou­ver les nou­veaux Zhang Heng, ceux dont l’in­gé­nio­si­té tech­no­lo­gique est ados­sée à une immense conscience de la beau­té du monde.

Une année avant le séisme japo­nais, un autre avait eu lieu en Haïti, de moindre ampleur pour­tant, qui fit quelques cen­taines de mil­liers de vic­times…

Oui, vous avez rai­son de le rap­pe­ler, et il serait pas­sion­nant de faire une étude com­pa­ra­tive de ces deux séismes, tant du point de vue des réac­tions des pou­voirs publics que de l’at­ten­tion inter­na­tio­nale qui y a été accor­dé, de leurs cou­ver­tures média­tiques res­pec­tives, ou bien encore des livres qui en sont sor­tis, par exemple. Nous avons eu avec Dany Laferrière [auteur de Tout bouge autour de moi, ndlr] un bel échange de mails à ce sujet, que nous avions appe­lé « un dia­logue entre deux séismes ». Je ne suis pas sûr qu’il y ait une ver­tu péda­go­gique de la catas­trophe : la manière dont ni Haïti ni Fukushima n’ont été vrai­ment pris en compte pour la ges­tion des risques le montre assez clai­re­ment, même s’il y a eu quelques avan­cées dans l’un et l’autre cas. En revanche, je suis cer­tain que lorsque deux per­sonnes com­mencent à dis­cu­ter de leurs expé­riences res­pec­tives avec suf­fi­sam­ment de pré­ci­sion et de tran­chant, un éclai­rage sti­mu­lant peut en sor­tir, un peu comme une étin­celle jaillit du frot­te­ment de deux silex.

Soma no Furudairi par Kuniyoshi, 1845

On lira peut-être un jour en paral­lèle ces deux livres très dif­fé­rents que sont Tout bouge autour de moi et Fukushima, récit d’un désastre. Très dif­fé­rents à bien des égards (leurs titres le disent d’emblée), ils ont pour­tant au moins une chose en par­tage : ils insistent sur la néces­si­té de prendre des notes. C’est l’é­cri­ture de cale­pin, « écrire sur le vif ». On sait l’im­por­tance de son cale­pin noir dans le livre de Dany : il peut l’emporter par­tout — comme un pas­se­port — et le sor­tir ins­tan­ta­né­ment au cours de ses déam­bu­la­tions. « Ce qui sauve cette ville, ce sont les gens qui déam­bulent, écrit-il. C’est l’appétit de vivre de cette foule qui fait la vie dans les rues pous­sié­reuses. » Dans mon livre, je me com­pare à un moine mar­cheur : « Comme les moines mar­cheurs, je n’ai appor­té avec moi qu’un balu­chon d’ustensiles : quelques vête­ments, des livres, un sty­lo et des cale­pins pour prendre des notes. » Les gens qui déam­bulent à Haïti, les moines mar­cheurs au Japon : même quand les contextes sont si dif­fé­rents, et les réac­tions sou­vent si dis­sem­blables, il y a, face au désastre, la néces­si­té de se remettre en route — pour évi­ter lit­té­ra­le­ment la déroute. C’est ce que Dany appelle « l’appétit de vivre ». Ce qu’Akutagawa, bien des années avant, nom­mait dans une for­mule magni­fique : « Ces choses que même un incen­die déchaî­né ne peut réduire en cendres. »

« Amour, guerre, désastre, incen­die, atten­tat ter­ro­riste ou catas­trophe natu­relle : c’est ça un évè­ne­ment », écri­vez-vous ; « c’est d’une guerre qu’il s’agit », dites-vous ailleurs. Quelle guerre ?

« Je le dis à ceux, nom­breux, qui sous-estiment le dan­ger nucléaire : c’est une guerre à laquelle ils nous condamnent. »

« Éléments, ani­maux, humains, tout est en guerre », écri­vait déjà Voltaire dans son poème sur le séisme de Lisbonne. Oui, un grand séisme, a for­tio­ri quand il est sui­vi d’un tsu­na­mi et d’une catas­trophe nucléaire, c’est une situa­tion de guerre : je rap­pelle que dans toute la région ont été déployés plus de 100 000 hommes, 90 héli­co­ptères, 541 avions et 50 navires… Dès le 13 mars, 100 000 réser­vistes des Forces japo­naises d’autodéfense (l’é­qui­valent de l’ar­mée japo­naise) ont d’ailleurs été rap­pe­lés en urgence. Les familles des troupes d’auto-défense japo­naises qui mou­raient pen­dant les « opé­ra­tions » — terme mili­taire — pou­vaient rece­voir 90 mil­lions de yens : ce sont les mon­tants attri­bués aux sol­dats envoyés en Irak ou à ceux qui patrouillent au large de la Somalie dans les zones infes­tées de pirates. Et quand la conta­mi­na­tion radio­ac­tive s’en mêle, alors là, c’est encore pire : c’est encore une guerre, mais plus sour­noise et autre­ment délé­tère. Le voca­bu­laire uti­li­sé dans les jour­naux japo­nais est d’ailleurs assez élo­quent : on parle de la néces­saire « recon­quête » des réac­teurs endom­ma­gés, qui se fera au terme d’une « guerre de tran­chées »… On uti­lise des drones et des robots, dont la plu­part ont déjà été tes­tés dans les zones de conflits inter­na­tio­naux, en Irak et en Afghanistan notam­ment. Je rap­pelle aus­si que le 2 avril, pour la pre­mière fois de son his­toire, 15 des 145 membres de la Chemical Biological Incident Response Force ont été déployés hors du ter­ri­toire amé­ri­cain, dans l’est du Japon. C’est un corps des Marines spé­cia­le­ment entraî­né pour les situa­tions d’urgence bio­lo­gique, chi­mique ou nucléaire : trente-deux véhi­cules, des tonnes de maté­riel trans­por­tées dans pas moins de sept avions, un labo­ra­toire mobile spé­cia­li­sé dans la détec­tion des sub­stances toxiques et la décon­ta­mi­na­tion… Les pay­sages, la faune, la flore, les êtres humains… tout est mena­cé. L’incinération, l’enfouissement, le sto­ckage : tout pose pro­blème. Plusieurs endroits sur Terre sont d’ores et déjà condam­nés, et à la lettre, inha­bi­tables : voyez sur ce point le magni­fique texte de François Bizet inti­tu­lé « L’inhabitat2Dans Penser avec Fukushima, sous la direc­tion de C. Doumet et M. Ferrier, édi­tions Cécile Defaut, 2016, pp. 161–190. ». On ne se débar­rasse pas ain­si d’éléments invi­sibles qui ont entre des dizaines et des mil­liers d’années de noci­vi­té. Je le dis cal­me­ment à ceux, nom­breux, qui sous-estiment le dan­ger nucléaire : c’est une guerre à laquelle ils nous condamnent, tôt ou tard, et qui fera des vic­times. Et en pre­mier lieu sur cette terre de France, qu’ils disent tant ché­rir.

Vous évo­quez le départ des expa­triés et des étran­gers de l’est du Japon. « Bref, les tra­ders se font la malle », résu­mez-vous. Sont-ils reve­nus six ans après ?

Pas seule­ment de l’est : à Tokyo aus­si, on a assis­té à une véri­table « éva­po­ra­tion ». Je pré­cise que je n’ai aucune posi­tion mora­liste sur ce point : cha­cun fait comme il l’en­tend et, dans une telle situa­tion, bien malin qui sait com­ment il réagi­rait. Cela dépend de toute façon de toute une série de fac­teurs, qui incluent la situa­tion per­son­nelle, fami­liale, pro­fes­sion­nelle et son propre rap­port au pays. Mais ce qui est insup­por­table, ce sont ceux qui prennent la poudre d’es­cam­pette et demandent aux autres de res­ter, ou qui donnent à dis­tance de grandes leçons de morale… et ceux-ci, il y en a dans toutes les pro­fes­sions. Je ne dia­bo­lise donc pas les tra­ders en tant qu’in­di­vi­dus : mais au-delà des situa­tions per­son­nelles, ce sont les struc­tures et le fonc­tion­ne­ment qui m’in­té­ressent. J’ai men­tion­né cet aspect pour mon­trer à quel point la finance inter­na­tio­nale peut réagir très vite pour sau­ve­gar­der ses inté­rêts en tout point du globe, sans grand sou­ci du pays dans lequel elle opère. Alors, pour répondre à votre ques­tion, oui, bien sûr, ils sont reve­nus. Et ils repar­ti­ront aus­si­tôt que néces­saire avec la même maes­tria. Apparition, dis­pa­ri­tion… rema­té­ria­li­sa­tion qua­si-immé­diate à des mil­liers de kilo­mètres : ce sont de grands illu­sion­nistes ! C’est ce que montre par exemple le film de Scorcese, Le Loup de Wall Street : en sur­face, fabrique d’i­mages clin­quantes, pros­pé­ri­té ruti­lante. On surfe lit­té­ra­le­ment sur le chaos. Mais quand le réel frappe, quand la vague déferle, il n’y a plus per­sonne. Savoir qu’une grande par­tie de l’é­co­no­mie mon­diale repose sur de tels tours de passe-passe peut lais­ser, au choix, son­geur, hilare ou déses­pé­ré. Sur ce point, le rôle de l’é­cri­vain n’a pas chan­gé depuis Balzac, me semble-t-il : mon­trer, comme il le dit dans un superbe titre, L’Envers de l’his­toire contem­po­raine.

Kuniyoshi, 1853

L’aspect lit­té­ra­le­ment extra­or­di­naire de ces trois évè­ne­ments consé­cu­tifs a dépla­cé d’un même élan tous les repères poli­tiques ; la démo­cra­tie s’embourbe dans les « états d’urgence ». Comment cela influence-t-il la poli­tique au Japon ?

Le Japon est dans un état de sclé­rose poli­tique pro­fonde, qui en fait d’une cer­taine manière notre exact contem­po­rain : j’en­tends par là un des pays qui repré­sente le mieux à la fois l’ex­tra­or­di­naire degré d’ai­sance où l’homme est par­ve­nu dans cer­taines régions du monde et le non moins extra­or­di­naire marasme dans lequel il se débat mal­gré toutes les richesses accu­mu­lées. Car sans pré­ju­ger des évo­lu­tions dans les années à venir — qui sont tou­jours pos­sibles — que constate-t-on aujourd’­hui ? Bien enten­du, le triple désastre du 11 mars a été pris en compte, au moins de manière par­tielle : des bud­gets ont été votés, des lois ont été modi­fiées et, dès 2012, une Agence de la recons­truc­tion a été mise sur pied, à laquelle des sommes non négli­geables ont été allouées (envi­ron 250 mil­liards de dol­lars d’a­près le gou­ver­ne­ment pour les cinq pre­mières années). Il n’y a cepen­dant pas d’illu­sion à se faire : tout ceci est très coû­teux mais aus­si très super­fi­ciel. Des vrais pro­blèmes qui se posent en pro­fon­deur, rien n’est dit ou presque. Par exemple : com­ment se débar­ras­ser vrai­ment du nucléaire ? C’est plu­tôt la pers­pec­tive de remettre les réac­teurs en ser­vice qui est aujourd’­hui évo­quée ! Comment chan­ger nos habi­tudes de vie, notre modèle social ? Au lieu de ça, le gâchis des res­sources a repris de plus belle : nous vivons dans une socié­té dite « de consom­ma­tion », mais qui est plu­tôt une « socié­té de sur­con­som­ma­tion », et même une socié­té de sac­cage et de gas­pillage. Toutes ces ques­tions, qui sont pour­tant cru­ciales, non seule­ment pour le Japon mais pour l’en­semble de la pla­nète, je ne vois pas qu’elles soient sérieu­se­ment posées aujourd’­hui, ni au Japon ni ailleurs — et sûre­ment pas au Japon, alors que pour des rai­sons qui tiennent à la fois de sa géo­gra­phie, de son his­toire et de sa culture, c’est un pays qui devrait être à la pointe en ce domaine. À la place de cette réflexion, on s’ex­cite fort sur la pré­pa­ra­tion des Jeux olym­piques ! On essaie main­te­nant de per­sua­der les gens de pas­ser à autre chose : on fait de « Tokyo 2020 » le nou­vel objec­tif de la nation. C’est ce que le géo­graphe Rémi Scoccimarro appelle, d’une for­mule élo­quente : « l’as­si­gna­tion à rési­lience3Voir Penser avec Fukushima, op. cit., pp 133–159. ».

Pour l’é­di­tion japonaise4Parue en 2013 sous le titre Fukushima Nōto [Notes de Fukushima]., l’é­di­teur m’a deman­dé une nou­velle pré­face. Voici ce que j’y écri­vais, qui est encore inédit en fran­çais : « Moins de trois ans après Fukushima, on a déjà oublié Fukushima. [] On a oublié les jours et les jours d’an­goisse, de mani­pu­la­tions de l’in­for­ma­tion, de men­songes et de ter­gi­ver­sa­tions. On a oublié que Tokyo a failli être éva­cuée, qu’il n’a tenu qu’au hasard et à la direc­tion des vents que le Japon ne soit pas cou­pé en deux. On a oublié l’eau conta­mi­née, l’o­céan empoi­son­né, les pois­sons et le planc­ton dévas­tés, la plus forte pol­lu­tion marine jamais enre­gis­trée dans toute l’Histoire de l’Humanité. Et elle conti­nue : sous l’eau, per­sonne ne vous entend crier. » Je ne trouve pas aujourd’­hui un mot à y chan­ger. La véri­té, c’est que si on pré­tend aujourd’­hui apprendre aux gens à vivre avec Fukushima, à se rési­gner à cette espèce de vie muti­lée que j’a­vais nom­mée la « demi-vie » nucléaire, on n’a en réa­li­té pas vrai­ment com­men­cé à « pen­ser avec Fukushima », comme le dit le titre du volume col­lec­tif que nous avons publié l’an der­nier avec Christian Doumet. De ce point de vue, l’é­vè­ne­ment que nous nom­mons « Fukushima » est loin d’être ter­mi­né, il est au contraire en pleine phase de déploie­ment. On peut même dire qu’il ne fait que com­men­cer.


Photographie de cou­ver­ture : Arkadiusz Podniesinski 


REBONDS

☰ Lire notre car­net « Virée dans le Tokyo liber­taire », Maya Mihindou, octobre 2017
☰ Lire notre article « Shûsui Kôtoku : appel au bon­heur », Émile Carme, octobre 2017
☰ Lire notre article « Sahara algé­rien — des essais nucléaires aux camps de sûre­té », Awel Haouati, juin 2017
☰ Lire notre article « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Naomi Klein : « Le chan­ge­ment cli­ma­tique génère des conflits », décembre 2015

NOTES   [ + ]

1.Classique de la lit­té­ra­ture médié­vale japo­naise.
2.Dans Penser avec Fukushima, sous la direc­tion de C. Doumet et M. Ferrier, édi­tions Cécile Defaut, 2016, pp. 161–190.
3.Voir Penser avec Fukushima, op. cit., pp 133–159.
4.Parue en 2013 sous le titre Fukushima Nōto [Notes de Fukushima].
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.