Bure réenchante la lutte antinucléaire 


Texte inédit pour le site de Ballast

En 1998, le gou­ver­ne­ment Jospin donne l’au­to­ri­sa­tion pour l’ins­tal­la­tion d’un labo­ra­toire visant à expé­ri­men­ter le « sto­ckage en couche géo­lo­gique pro­fonde » des déchets radio­ac­tifs issus de l’in­dus­trie nucléaire fran­çaise. Depuis, de nou­velles lois passent afin de vali­der le prin­cipe d’un centre unique, situé à Bure. C’est donc sur place que les oppo­sants au pro­jet se mobi­lisent pour empê­cher le début des tra­vaux. Ceux qui vécurent les luttes anti­nu­cléaires des années 1970 le savent : il n’est pas simple d’af­fron­ter le mas­to­donte ato­mique fran­çais — débats publics bidons, opa­ci­té, sou­tien sans faille de l’État et moyens déme­su­rés. Comment, alors, faire vivre à nou­veau la flamme du com­bat anti­nu­cléaire ? Militant habi­tant sur place depuis plus d’un an, Gaspard d’Allens, coau­teur de l’en­quête Les Néo-pay­sans, nous raconte la réa­li­té de la lutte et les enjeux stra­té­giques de ce nou­veau « front », bien déci­dé à ne plus se satis­faire des seules mani­fes­ta­tions.


En France, le com­bat anti­nu­cléaire est mar­qué par l’avancée inexo­rable du désastre ato­mique. Après la viru­lence des mani­fes­ta­tions de la pre­mière heure, il s’est enfer­mé dans la contre-exper­tise scien­ti­fique et le folk­lore des grandes chaînes humaines, pei­nant à trou­ver une prise face au lob­by nucléaire et à l’État. En qua­rante ans, et mal­gré Plogoff, la mort de Vital Michalon, le blo­cage des trains Castor (Cask for sto­rage and trans­port of radio­ca­tive mae­trial), les mul­tiples péti­tions et mani­fes­ta­tions, la France est deve­nue le pays le plus nucléa­ri­sé du monde. Dans le rang des anti­nu­cléaires, il règne aujourd’­hui une cer­taine amer­tume, une fatigue. Le mou­ve­ment est d’ailleurs vieillis­sant. Les grandes messes mili­tantes n’ont plus la splen­deur d’antan et se répètent comme des lita­nies : ils étaient 10 000 au début des années 2000 à défi­ler sur les côtes sau­vages du Cotentin contre l’EPR (réac­teur pres­su­ri­sé euro­péen) de Flamanville ; nous n’étions plus que 4 000 en octobre der­nier. Ces mani­fes­ta­tions ne sont plus que l’ex­pres­sion d’une grande ker­messe, une suc­ces­sion de corps et d’a­tomes dépres­sifs, qui scandent des « On ne lâche rien » pour se rendre fina­le­ment compte que l’on a tout per­du. Il manque au mou­ve­ment anti-nuke des vic­toires, aus­si minces soient-elles. Il manque un front, une bataille où rien ne serait iné­luc­table, où nous aurions la pos­si­bi­li­té de chan­ger réel­le­ment le cours des choses.

Renouer avec la radicalité

« Personne ne peut gérer des déchets qui res­te­ront dan­ge­reux pour des cen­taines voire des mil­lions d’an­nées. »

À Bure, les récentes mobi­li­sa­tions, contre le pro­jet Cigéo (Centre indus­triel de sto­ckage géo­lo­gique) d’enfouissement des déchets radio­ac­tifs, donnent une lueur d’espoir. Depuis l’été der­nier, des opposant.e.s à ce pro­jet occupent illé­ga­le­ment le bois Lejuc et empêchent le début des tra­vaux de la future pou­belle nucléaire. Ce chan­tier déme­su­ré vise à enfouir plus de 80 000 m³ de déchets radio­ac­tifs dans un coin per­du de la cam­pagne meu­sienne. Loin des yeux et loin du cœur, à 500 mètres sous terre. L’enjeu est déci­sif pour la filière : c’est un moyen de mon­trer qu’elle maî­trise la ges­tion de ses déchets et que l’on peut donc, sans cil­ler, conti­nuer à construire des cen­trales et des EPR à tout va. Le nucléaire est une éner­gie propre, puis­qu’on vous le dit ! C’est évi­dem­ment un tour de boni­men­teur, un argu­ment finan­cier et mar­ke­ting, mais sûre­ment pas scien­ti­fique. Personne ne peut « gérer » des déchets qui res­te­ront dan­ge­reux pour des cen­taines voire des mil­lions d’an­nées. Les oppo­sants qui occupent en ce moment la forêt en ont bien conscience et refusent de voir un ter­ri­toire rural être sacri­fié par l’in­dus­trie nucléaire. Depuis le 26 avril 2017, ils sont expul­sables mais res­tent déter­mi­nés à défendre ce bois. Ils avaient déjà connu une expul­sion l’é­té der­nier, la forêt s’é­tait emplie de gaz lacry­mo­gène et de cen­taines de gen­darmes. Ils avaient fina­le­ment réus­si à réoc­cu­per la forêt en août 2016. Depuis, des bar­ri­cades ont pous­sé, ain­si que des cabanes dans les arbres à plus de 20 mètres de hau­teur pour se pro­té­ger des attaques poli­cières. Le com­bat se joue sur le ter­rain mais aus­si dans les pré­toires, où les opposant.e.s ont eu gain de cause à plu­sieurs reprises : les défri­che­ments illé­gaux de l’Andra (Agence natio­nale pour la ges­tion des déchets radio­ac­tifs) ont été condam­nés par la jus­tice. La déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal ayant cédé le bois Lejuc à l’agence a aus­si été jugée « irré­gu­lière » par le Tribunal admi­nis­tra­tif de Nancy le 28 février der­nier. Le conseil muni­ci­pal a revo­té en mai une déli­bé­ra­tion mais celle-ci est de nou­veau contes­tée, car enta­chée de conflits d’in­té­rêt.

La lutte de Bure, vieille de plus de 20 ans, prend un tour­nant inédit. Les actions directes et les sabo­tages sont main­te­nant plei­ne­ment assu­més. Le 18 février der­nier, des cen­taines de mani­fes­tants se sont atta­qués aux grilles de l’Andra mal­gré les tirs de gre­nades lan­cés par les forces de l’ordre. Après des années à jouer les bons élèves, à par­ti­ci­per aux concer­ta­tions bidons, la coor­di­na­tion Bure Stop sou­tient qu’« il est inévi­table que la colère finisse par s’exprimer hors des espaces tolé­rés par les auto­ri­tés et autre­ment qu’avec la fleur aux dents1Lire le com­mu­ni­qué de sou­tien sur le site Burestop ! ». Cette mon­tée en radi­ca­li­té n’est pas sans pré­cé­dent. Elle nous rap­pelle la fronde popu­laire qui avait agi­té les vil­lages du Maine-et-Loire et des Deux-Sèvres à la fin des années 1980, alors que l’Andra pro­je­tait d’y enfouir ses pires poi­sons. Les bar­ri­cades de trac­teurs au Bourg d’Iré, le sac­cage des bureaux de l’agence à Segré, les déver­se­ments de lisier à Neuvy-Bouin et la forte mobi­li­sa­tion des popu­la­tions avaient obli­gé l’État à recu­ler. Fin 1989, dans ces petits vil­lages, presque chaque jour, des affron­te­ments avaient lieu avec les forces de l’ordre. Des mil­liers de per­sonnes brû­laient leur carte élec­to­rale en signe de contes­ta­tion. Les élus étaient obli­gés de suivre pour ne pas être trai­tés de « col­la­bo ». Pour mettre fin aux hos­ti­li­tés, le gou­ver­ne­ment Rocard s’est retrou­vé contraint de signer, le 9 février 1990, un mora­toire sur les pro­jets d’enfouissement de déchets radio­ac­tifs. Il est éton­nant de voir à quel point ces luttes sont peu connues alors même qu’elles ont été déci­sives et vic­to­rieuses. Elles ont su très tôt allier une diver­si­té de pra­tiques et assu­mer une part de conflic­tua­li­té tout en étant très ancrées loca­le­ment. Sans s’y réfé­rer com­plè­te­ment, la lutte de Bure a bien des simi­li­tudes avec ces mobi­li­sa­tions : la colère qui s’exprime aujourd’hui est le fruit de l’exaspération des popu­la­tions et des opposant.e.s qui refu­se­ront jusqu’au bout que leur ter­ri­toire se trans­forme en dépo­toir nucléaire. À Bure, les suc­cès des der­niers mois sont liés à plu­sieurs choix stra­té­giques qu’il est inté­res­sant d’expliciter ici afin non pas de les repro­duire comme une fran­chise, mais d’esquisser des tac­tiques de lutte effi­caces.

(DR)

Assumer la multiplicité

Une des grandes réus­sites des der­nières mobi­li­sa­tions a été d’articuler différents modes d’actions, à com­prendre leur com­plé­men­ta­ri­té au sein d’un même mou­ve­ment. « Il n’y a pas d’un côté le mani­fes­tant mas­qué sur la bar­ri­cade et de l’autre le citoyen péti­tion­naire devant son écran », écri­vaient en juin 2016 des opposant.e.s. La lutte a su ral­lier autour d’elle des per­sonnes d’ho­ri­zons dif­fé­rents : des jeunes poli­ti­sés par Nuit Debout ou la COP 21 à la sphère auto­nome, des milieux anar­chistes aux pay­sans de la Confédération pay­sanne, des asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales aux habi­tants du coin… La diver­si­té des pra­tiques s’éprouve et se vit, elle se dis­cute en AG ou autour d’un repas, en bonne intel­li­gence. Le choix de la diver­si­té casse une bonne fois pour toute le débat lan­ci­nant et dog­ma­tique entre non-vio­lence et action directe. Elle sous-entend aus­si un res­pect, une rela­tion de confiance entre les dif­fé­rentes com­po­santes pour non seule­ment ne pas mettre en dan­ger celles et ceux qui ne le sou­haitent pas mais aus­si appor­ter, paral­lè­le­ment à des moments de confron­ta­tion, des espaces col­lec­tifs, joyeux et fami­liaux.

« La lutte de Bure asso­cie le rap­port de force sur le ter­rain grâce à des actions de sabo­tage, des occu­pa­tions illé­gales et des mani­fes­ta­tions offen­sives, ain­si qu’au com­bat juri­dique. »

La lutte de Bure asso­cie le rap­port de force sur le ter­rain grâce à des actions de sabo­tage, des occu­pa­tions illé­gales et des mani­fes­ta­tions offen­sives, ain­si qu’au com­bat juri­dique qu’elle mène avec une legal team et une équipe d’avocats surin­ves­tis et déter­mi­nés. Elle fait aus­si de la visi­bi­li­té média­tique une arme pour contre­car­rer l’Andra qui tente d’avancer depuis 20 ans sans vague. Tout tient ensemble : il ne peut y avoir de lutte juri­dique sans actions et blo­cages sur le ter­rain, car les recours sont non rétro­ac­tifs. Les actions offen­sives res­tent, elles, fra­giles sans dis­cours et visi­bi­li­tés exté­rieures car elles peuvent être mises sous silence ou cari­ca­tu­rées. Enfin, la média­ti­sa­tion sans action ou tra­vail de fond juri­dique se résume à une com­mu­ni­ca­tion creuse et sans consis­tance. Donner dif­fé­rents visages à la lutte est essen­tiel pour évi­ter les éti­quettes stig­ma­ti­santes et dérou­ter les auto­ri­tés qui cherchent à don­ner une image néga­tive ou fal­si­fiée du mou­ve­ment, notam­ment en employant le terme de « ZAD ». Une bro­chure écrite à Bure au cours de l’été 2016 résume bien cette idée : « Une stra­té­gie de résis­tance géné­rale et col­lec­tive peut consis­ter à se rendre indis­cer­nables. Les tac­tiques et les rôles que nous jouons doivent se trans­for­mer au gré des cir­cons­tances et des rap­ports de force. Émeutier un jour, citoyen léga­liste qui demande des comptes le len­de­main, dan­seur fou le sur­len­de­main. »

Habiter et défendre un territoire

Depuis plu­sieurs années, nous avons vu les limites des grandes mani­fes­ta­tions anti­nu­cléaires, ponc­tuelles et éphé­mères, avec l’arrivée mas­sive de cars et sa lourde logis­tique de bar­numsSi elles peuvent par­fois mar­quer le rap­port de force, elles laissent sou­vent der­rière elles des len­de­mains désen­chan­tés et vides. À Bure, cette impres­sion se res­sent d’autant plus que le pro­jet de pou­belle nucléaire s’est implan­té sur un désert démo­gra­phique. Après le pas­sage de la foule et des jour­na­listes, c’est « le silence éter­nel des espaces infi­nis », le calme plat. Sans pré­sence conti­nue des oppo­sants sur le ter­rain, l’Andra peut avan­cer ses pions en toute tran­quilli­té. Nombre d’opposant.e.s ont donc déci­dé d’habiter ce ter­ri­toire, de s’y ancrer plei­ne­ment en lien avec les rive­rains et les pay­sans du coin. En reta­pant des mai­sons, en lan­çant des acti­vi­tés agri­coles et en construi­sant dès main­te­nant une autre forme de vie, plus col­lec­tive et plus auto­nome, ils enra­cinent la résis­tance et lui donnent de la consis­tance. Si nous vou­lons réen­chan­ter le com­bat anti­nu­cléaire, nous devons le réen­cas­trer dans des logiques plus vastes : lut­ter contre « le nucléaire et son monde », contre l’État fort, le capi­ta­lisme, l’oligarchie, l’extractivisme. Lutter contre « Cigéo et son monde » en défen­dant un ter­ri­toire avec son his­toire, ses forêts, ses terres agri­coles et sa vie rurale.

Natacha Delmotte / Reporterre

Bure est deve­nu un point de ral­lie­ment et de ren­contre, où des jeunes et des moins jeunes décident de se lan­cer corps et âme dans la lutte, d’y mettre leurs tripes, leur joie et leur rage. Non pas en étant des « mili­tants pro­fes­sion­nels », des « experts du nucléaire », mais plu­tôt en mêlant la vie à la lutte. Ce qui se trame à Bure ne peut se résu­mer à des argu­ments tech­niques, à des lignes sur un tract poli­tique, c’est d’abord et avant tout une expé­rience vécue. A la manière de ce qui se vit dans « les libres répu­bliques » de la val­lée No TAV décrites dans le livre Contrées, du col­lec­tif Mauvaise Troupe : « C’est un monde effer­ves­cent, un monde autre qui s’ouvrait, l’économie et le contrôle étaient sus­pen­dus, rem­pla­cés par la force de liens qui ne se sont pas depuis dénoués. Et ce n’est plus seule­ment pour pro­té­ger un simple ter­rain que les bar­ri­cades se sont éri­gées, mais pour défendre la pos­si­bi­li­té de ce qui s’y construi­sait et s’y affir­mait ». 

Éviter l’écueil de l’électoralisme et le fétichisme de la massification

« Après 25 ans d’enfumage démo­cra­tique, plus per­sonne, ici, n’est dupe. Il faut comp­ter d’abord sur nous-mêmes, sans délé­ga­tions. »

À l’approche des pré­si­den­tielles, Bure s’est trans­for­mé en « mar­queur poli­tique ». Après ces der­niers mois de mobi­li­sa­tions, il était de bon ton de pro­cla­mer son oppo­si­tion au pro­jet Cigéo. Mélenchon agi­tait son holo­gramme, Hamon fai­sait des annonces sur Bourdin Direct, Jadot twee­tait à l’infini. Pourtant, sur place, les opposant.e.s rap­pe­laient : « Il n’y a pas de buf­fet élec­to­ral pré­vu chez nous, les palettes construisent des chiottes sèches pas des pupitres de mee­ting […] ; on ne sert plus de soupe poli­tique. On fait plu­tôt dans la récup’ de dés­illu­sion­nés des cha­maille­ries de par­tis, on remixe nos propres idées assai­son­nées d’autogestion, d’autonomie et d’horizontalité2Lire « Notre lutte n’est pas pré­si­den­tiable ! ». » Le labo­ra­toire de Bure a été vali­dé en 1999 par Dominique Voynet lors du gou­ver­ne­ment de la gauche plu­rielle. Cette déci­sion a été vécue loca­le­ment comme une tra­hi­son et a pri­vé de cré­dit toute parole venue d’en haut. Après 25 ans d’enfumage démo­cra­tique, plus per­sonne, ici, n’est dupe. Il faut comp­ter d’abord sur nous-mêmes, sans délé­ga­tions. « Notre force col­lec­tive se construit dans l’entremêlement des indi­vi­dua­li­tés et non dans leur addi­tion bête­ment quan­ti­ta­tive », écrivent des opposant.e.s.

La mas­si­fi­ca­tion du mou­ve­ment n’est pas un objec­tif prio­ri­taire, unique. On ne peut la faire adve­nir en l’implorant, en visant seule­ment cette abs­traite « opi­nion publique ». La mas­si­fi­ca­tion est plu­tôt une consé­quence de ce que l’on arrive à faire et à construire, ensemble, sur le ter­rain. À 400 per­sonnes déter­mi­nées, nous pou­vions faire tom­ber le mur qui entou­rait le bois l’été der­nier, et mar­quer ain­si une grande vic­toire contre l’Andra, avec un reten­tis­se­ment natio­nal. On peut se sen­tir puis­sants à quelques cen­taines, et faibles et ato­mi­sés à plu­sieurs mil­liers. Ce qui compte en prio­ri­té c’est le par­tage d’un moment et d’un geste com­mun, mêlant la colère au rire et à la fête. Et c’est ain­si que petit à petit des cen­taines de per­sonnes entendent par­ler de Bure et nous rejoignent. Peu importe le nombre, ce qui nous tient col­lec­ti­ve­ment est ailleurs : un ima­gi­naire, l’ébauche d’une vie autre et d’une réap­pro­pria­tion de nos exis­tences. Depuis cet été, ce petit vil­lage, aux confins de la Meuse, est en pleine effer­ves­cence. Et c’est cer­tain, nous sommes aux pré­misses de quelque chose de plus grand encore.


Voir


Aller voir

Du 19 au 26 avril : fête anni­ver­saire de la pre­mière année d’oc­cu­pa­tion du bois Lejuc
Du 12 au 13 août : fes­ti­val des Bure’Lesques à Bure

Crédits pho­to ban­nière : DR
Crédits pho­to de vignette : Jean-Sébastien Evrard / AFP


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Lucile Leclair : « Refuser l’agriculture indus­trielle », novembre 2016
☰ Lire notre article « L’écosocialisme, qu’est-ce donc ? », Pierre-Louis Poyau, décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Hervé Kempf : « On redé­couvre ce qu’est la poli­tique », juillet 2016
☰ Lire notre article « Le Buen vivir : qu’est-ce donc ? », Émile Carme, juillet 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean Malaurie : « Nous vivons la crise mon­diale du pro­grès », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Vincent Liegey : « Avoir rai­son tout seul, c’est avoir tort », avril 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Naomi Klein : « Le chan­ge­ment cli­ma­tique génère des conflits », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Paul Ariès : « La poli­tique des grandes ques­tions abs­traites, c’est celle des domi­nants », mars 2015

NOTES   [ + ]

Gaspard d'Allens
Gaspard d'Allens

Journaliste et auteur, aux côtés de Lucile Leclair, de l'ouvrage « Les Néo-paysans » (éditions du Seuil/Reporterre).

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+