Sahara algérien — des essais nucléaires aux camps de sûreté


Texte inédit pour le site de Ballast

L’accident nucléaire de Béryl se pro­duit un 1er mai 1962 lors d’un essai de l’armée fran­çaise à In Ekker, dans le Sahara algé­rien. Plus de cin­quante ans plus tard, les consé­quences de cet acci­dent sur la vie des femmes et des hommes qui habitent la région, ain­si que sur celle des ani­maux et de la flore, sont désas­treuses. Legs colo­nial inavoué, le site de Béryl devien­dra, avec d’autres sites irra­diés, un lieu cen­tral du dis­po­si­tif de répres­sion mis en place par le pou­voir algé­rien dans les années 1990, contre les isla­mistes. Une chro­nique autour du film At(h)ome, qui revient jus­te­ment sur cette his­toire. ☰ Par Awel Haouati


Mars 1962. Des clauses tenues secrètes dans les accords d’Évian auto­risent l’armée fran­çaise à uti­li­ser le ter­ri­toire saha­rien pour ses essais nucléaires et chi­miques, pen­dant cinq à seize ans (selon les sites des­ti­nés à ces essais), après l’indépendance de l’Algérie. Le 1er mai 1962, soit près de deux mois avant l’indépendance du pays, un acci­dent nucléaire se pro­duit à In Ekker, à 150 kilo­mètres au nord de Tamanrasset, dans l’extrême-sud algé­rien. La bombe porte un nom de pierre pré­cieuse : Béryl. Si les écrits concer­nant cet acci­dent sont nom­breux (notam­ment sur Internet), il reste peu connu de la majo­ri­té des Algériens — et du grand public en géné­ral. La « Gerboise bleue », pre­mier essai nucléaire fran­çais sur le sol algé­rien dans la ville saha­rienne de Reggane, en 1960, a connu plus ample média­ti­sa­tion.

« Les habi­tants du Sahara sont consi­dé­rés, de part et d’autre, sinon comme inexis­tants, du moins comme des citoyens de seconde zone. »

Que la France ait deman­dé à effec­tuer ces essais nucléaires sur le ter­ri­toire qu’elle s’apprêtait à rendre aux Algériens s’avère moins sur­pre­nant que l’accord qui lui a été don­né par ceux qui allaient gou­ver­ner ce pays, et qui se sont char­gés, avec d’autres, de le libé­rer. N’avaient-ils vrai­ment pas le choix ? « La France n’aurait jamais accep­té de par­tir si les Algériens n’avaient pas don­né leur accord », dira-t-on. Ainsi, les 13 essais nucléaires de In Ekker — à quoi il faut ajou­ter quelques autres conces­sions (exploi­ta­tion du pétrole par la France avant sa natio­na­li­sa­tion en 1971 ; base de la marine fran­çaise main­te­nue à Mers El Kebir, à Oran ; essais chi­miques à Oued Namous, dans le désert) — auraient repré­sen­té l’un des enjeux majeurs de la négo­cia­tion de l’indépendance, à Évian. Les négo­cia­teurs algé­riens n’auraient pas été en posi­tion de force. Mais ce qui est encore plus désta­bi­li­sant, et dou­lou­reux, est le fait qu’aucune des deux par­ties — car les deux sont res­pon­sables de cette catas­trophe — n’ait son­gé à aver­tir, infor­mer ou dépla­cer les popu­la­tions vivant à proxi­mi­té des sites choi­sis afin de faire explo­ser les bombes sou­ter­raines et aériennes. « C’était le prix à payer pour obte­nir l’indépendance », ajou­te­ra-t-on. Mais qui a véri­ta­ble­ment payé ce prix ?

Dans une archive de l’Ina datant d’octobre 1997, Pierre Mesmer, ministre fran­çais de la Défense entre 1960 et 1969, répond avec un déta­che­ment décon­cer­tant à un jour­na­liste qui lui demande pour­quoi l’Algérie avait accep­té que des essais chi­miques se fassent sur son ter­ri­toire, sur un autre site situé à Oued Namous, au sein de la base mili­taire B2-Namous (vers la fron­tière algé­ro-maro­caine, près de Beni Ouenif), de 1962 à 1978 : « Mais B2-Namous est au Sahara ! Et le Sahara, comme on sait, y a pas beau­coup d’habitants, et les expé­ri­men­ta­tions de la France à B2-Namous ne gênaient pas du tout l’Algérie ! Au contraire ! Je dirais au contraire parce que ça appor­tait autour de B2-Namous une cer­taine acti­vi­té, qui a dis­pa­ru com­plè­te­ment quand nous avons fer­mé le centre. » Les habi­tants du Sahara sont consi­dé­rés, de part et d’autre, sinon comme inexis­tants, du moins comme des citoyens de seconde zone. Loin d’être spé­ci­fique à la signa­ture des accords d’Évian, l’argument d’un désert inha­bi­té et vide a été réuti­li­sé par les défen­seurs de l’exploitation du gaz de schiste dans le Sahara, en 2015. Les habi­tants de la ville d’In Salah et des envi­rons, mobi­li­sés durant plu­sieurs mois pour deman­der l’arrêt des forages, avaient alors évo­qué les essais nucléaires de la France sur le sol algé­rien, conscients que « le sous-sol saha­rien nour­rit le Nord, qui laisse le poi­son au Sud ». La mémoire de ces évé­ne­ments est encore vive, ain­si que l’affirme le pho­to­graphe Bruno Hadjih, qui a col­la­bo­ré à la réa­li­sa­tion du film At(h)ome, dans une inter­view : les gens « se trans­mettent [cette his­toire] encore aujourd’hui de père en fils, et de mère en fille, car ils subissent tou­jours, dans leur chair, les consé­quences de ces essais nucléaires ». Cette facette des accords d’Évian ne cor­res­pond cer­tai­ne­ment pas à l’image glo­rieuse que l’on s’en fait habi­tuel­le­ment — par­ti­cu­liè­re­ment en Algérie. Pour quelqu’un à qui l’on a incul­qué les valeurs du natio­na­lisme algé­rien et l’importance de la déco­lo­ni­sa­tion, cette his­toire consti­tue un véri­table choc. Pour un lec­teur fami­lier de l’histoire algé­rienne, conscient de la com­plexi­té de la déco­lo­ni­sa­tion et de ses pro­lon­ge­ments, cela reste éga­le­ment un choc. Le roman natio­nal algé­rien acquiert un arrière-goût amer.

In Ekker, Tamanrasset (DR)

« C’est quoi cette chose ? C’est une étoile ? Un tremblement ? »

Le point de départ du film At(h)ome, sor­ti en 20131Le film a été pro­je­té peu de fois en Algérie : à Béjaïa en 2014, à Alger et Annaba en 2016, à l’occasion de fes­ti­vals de ciné­ma. Distribué depuis 2016 en France par Les écrans du large, il fait l’objet d’une tour­née de pro­jec­tions en France et existe en DVD. Le pro­jet pren­dra la forme d’un ouvrage et d’une expo­si­tion en 2018. réa­li­sé par Elisabeth Leuvrey, est un tra­vail docu­men­taire du pho­to­graphe Bruno Hadjih. Ce der­nier par­court la région de Tamanrasset et d’In Ekker à plu­sieurs reprises, entre 2009 et 2014, dési­reux, à l’origine, de tra­vailler sur l’image du désert dans l’imaginaire occi­den­tal et sur des sujets liés à l’environnement. Il observe alors des phé­no­mènes inha­bi­tuels : des roches défor­mées, comme de la lave, des ani­maux morts, comme momi­fiés. Des amas de barils sur le bord de la route Nationale 1, qui longe le site. Il pho­to­gra­phie tout cela puis, au fil de ses ren­contres, apprend qu’une bombe nucléaire sou­ter­raine a fait trem­bler le mas­sif mon­ta­gneux de Tawrirt Tan Afella 50 ans plus tôt, avant que le nuage radio­ac­tif n’irradie toute la région — et en pre­mier lieu le petit vil­lage de Mertoutek, situé à une soixan­taine de kilo­mètres. Le récit de l’enquête de Bruno Hadjih et ceux des vil­la­geois et nomades s’alternent et rythment le défi­le­ment des pho­tos de Hadjih, por­traits de celles et ceux qui racontent et images des pay­sages irra­diés consti­tuant la prin­ci­pale matière ico­no­gra­phique du film. Si les témoi­gnages des « irra­diés de Béryl » du côté fran­çais sont connus2L’histoire du per­son­nel et des mili­taires pré­sents sur le site au moment de l’explosion de Béryl a fait l’objet d’un télé­film en 2006, Vive la bombe !, dif­fu­sé sur plu­sieurs chaînes fran­çaises entre 2007 et 2010, ain­si que d’un ouvrage col­lec­tifLes irra­diés de Béryl, publié en 2011., peu de choses existent sur les consé­quences de cet acci­dent sur le ter­ri­toire algé­rien et ses habi­tants. Un pre­mier film inti­tu­lé L’Algérie, De Gaulle et la bombe, réa­li­sé par Larbi Benchiha en 2010, revient sur les essais nucléaires fran­çais dans le Sahara — notam­ment ceux de Reggane et Béryl. Ce docu­men­taire, dont nous n’avons réus­si à voir que la bande-annonce, semble adop­ter un angle his­to­rique. Les images d’archives des dis­cours de De Gaulle y croisent les témoi­gnages contem­po­rains des mili­taires pré­sents sur les sites des essais nucléaires, ain­si que ceux des habi­tants de la région.

« J’étais ber­gère, quand Tawrirt a sau­té, et tout ce qui s’est pas­sé je m’en sou­viens. Je gar­dais mes chèvres, c’est tout. Bien après on nous a dit que c’était la bombe…»

C’est dans le temps pré­sent qu’At(h)ome prend racine. Une place cen­trale est accor­dée au récit oral, à la parole de celles et ceux qui content, dans leur langue, la manière dont ils ont vécu l’explosion de la mon­tagne Tawrirt. Le récit en tama­sheq (langue toua­reg) d’une femme est ain­si tra­duit dans les sous-titres : « Quand cette chose-là est arri­vée… Ce dez dez dez dez [le bruit du trem­ble­ment]… Que pen­sez-vous ? C’est quoi cette chose ? C’est une étoile ? Non, ce n’est pas une étoile. Un trem­ble­ment ? Non. C’est ter­rible cette chose-là. Et tout d’un coup, des traî­nées de fumée qui allaient dans un sens et dans l’autre. Dez, dez, dez, dez, dez. On s’est deman­dés : C’est quoi cette chose-là ? Khalass, ça y est, on a pen­sé que les mon­tagnes s’écroulaient. On a vu des héli­co­ptères voler dans tous les sens. C’était bruyant. Et tout d’un coup, on a vu une forme blanche qui est sor­tie de la fumée, comme une boule. Dez, dez, dez, dez, dez. On trem­blait tous. Nous avons eu peur. Nous sommes par­tis en cou­rant. Nous nous sommes cachés dans les arbres ! (elle rit) J’ai dit à ma tante : Fais tes prières, ça c’est la mort qui arrive. Je lui ai dit : Je pense que c’est la mort qui est arri­vée. On a des­cen­du l’oued. À notre arri­vée, les gens étaient morts. C’est ça qui s’est pas­sé. Moi j’avais sans doute dix ans, j’étais une petite fille. J’étais ber­gère, quand Tawrirt a sau­té, et tout ce qui s’est pas­sé, je m’en sou­viens. Je gar­dais mes chèvres et c’est tout. Bien après, on nous a dit que c’était la bombe. C’est vrai. »

L’incompréhension, d’abord. La mort et la mala­die, ensuite. Depuis cette explo­sion, les habi­tants de Mertoutek ne cessent de comp­ter et d’enterrer leurs morts. 17 au cours du pre­mier mois sui­vant l’explosion. Les sur­vi­vants observent, depuis des dizaines d’années, la façon dont la mala­die ronge non seule­ment leurs propres corps, mais aus­si ceux de leurs enfants. « Mana fah­mine fiha walou. » Nous n’y com­pre­nons rien. Sur la page Facebook de la loca­li­sa­tion « Tawrirt Tan Afella », les com­men­taires d’anciens appe­lés de l’armée fran­çaise pré­sents au moment de l’explosion, aujourd’hui à la retraite, reviennent sur l’événement, pho­to­gra­phies à l’appui. Les consé­quences de l’accident sont éga­le­ment très lourdes pour ces per­sonnes puisqu’elles étaient très proches du site de la bombe et durent prendre la fuite face à l’avancée du nuage radio­ac­tif. Si ces hommes n’évoquent pas expli­ci­te­ment les séquelles du nuage radio­ac­tif sur les réseaux sociaux et les forums, on le devine à tra­vers leurs com­men­taires sur une pho­to­gra­phie de l’accident : « Les 1er Mai se suivent… Le 1er Mai 1962 j’étais au Sahara, pas au pied du Tan Affella… juste un peu plus à l’ouest dans l’Ouarkziz.… » ; « Bonjour M., un sale jour, bonne fin de jour­née ! » ; « Un jour de deuil plus qu’un jour de fête ! »

Un bloc de la mon­tagne Tawrirt Tan Afella qui s’est déta­ché lors de l’explosion. Archives de Marcel Couchot.

Lors d’un col­loque inter­na­tio­nal sur les explo­sions nucléaires dans le Sahara algé­rien, orga­ni­sé par le minis­tère des Moudjahidine — du nom des com­bat­tants de la guerre de libé­ra­tion natio­nale — en février 2010, à Alger, une vic­time fran­çaise de l’accident de Béryl raconte ce 1er mai 1962. Au moment des essais, sa mis­sion est de « sécu­ri­ser le site, éloi­gner et empê­cher l’accès à la popu­la­tion locale ». Placé avec ses col­lègues à une dizaine de kilo­mètres de la mon­tagne Tawrirt, il reçoit avec eux une « pluie de sco­ries, comme de gros grains de sable ». Rapatriés à l’hôpital des armées de Clamart, ils apprennent que les doses reçues sont esti­mées à 600 mil­li­sie­vert (mSv)3Ce témoi­gnage est cité dans un article du quo­ti­dien algé­rien El Moujahid.. La limite actuel­le­ment admise par la régle­men­ta­tion fran­çaise est de 1 mSv par an, pour la popu­la­tion. À 10 mSv, on demande la mise à l’abri des popu­la­tions ; au-delà de 50, leur éva­cua­tion. À par­tir de 100 mSv, on parle alors de fortes doses, entraî­nant des consé­quences directes et à long terme, sur le corps et la san­té. Tout le monde ne sera pas éva­cué après Béryl, et cer­tains membres du per­son­nel scien­ti­fique et de l’armée res­te­ront sur le site jusqu’en 1963, voire jusqu’en 1966, année du der­nier essai nucléaire, « Grenat ». Les habi­tants de Mertoutek, eux, n’ont jamais été éva­cués et subissent, chez eux, les retom­bées de l’accident depuis plus de 50 ans.

Du campement d’expérimentation nucléaire au « camp de sûreté »

« Territoire d’expérimentation nucléaire de l’armée fran­çaise, In Amguel devient un lieu cen­tral du dis­po­si­tif de répres­sion mis en place par le pou­voir algé­rien dès 1992. »

Dans ces échanges vir­tuels entre anciens appe­lés et ingé­nieurs de l’armée fran­çaise, on apprend l’existence du cam­pe­ment Saint-Laurent à In Amguel, à envi­ron 50 kilo­mètres du site de l’explosion de Béryl, ser­vant de base de vie et d’expérimentations du Centre d’expérimentations mili­taires des oasis (CEMO) entre 1962 et 1963. Il est pos­sible que ce cam­pe­ment ait été réuti­li­sé à par­tir de 1992 par le pou­voir algé­rien afin d’y enfer­mer des mil­liers de déte­nus, arrê­tés dans dif­fé­rentes villes, à la suite de la vic­toire du FIS, le Front isla­mique du salut (par­ti d’opposition isla­miste) aux élec­tions légis­la­tives, et de l’interruption du pro­ces­sus élec­to­ral sur une déci­sion du pou­voir en jan­vier 19924Plusieurs ouvrages et articles abordent la période des années 1990 en Algérie. Voir Jacob Mundy, Imaginative Geographies of Algerian Violence, Stanford University Press, 2015 ; Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démo­cra­tique en Algérie (1988–1992), Paris, Les presses Sciences Po, 2015.. Les pri­son­niers avaient en effet été répar­tis entre In Amguel, Reggane et Oued Namous, sites pour­tant conta­mi­nés par la radio­ac­ti­vi­té et les restes des essais chi­miques et bac­té­rio­lo­giques héri­tés de l’ancienne puis­sance colo­niale. En l’absence d’infrastructures d’internement dans le désert, ces cam­pe­ments d’expérimentation de l’armée fran­çaise ont pu repré­sen­ter pour les auto­ri­tés algé­riennes une solu­tion répres­sive prête à l’emploi.

C’est à l’histoire des anciens déte­nus des camps du Sud, ouverts (ou réuti­li­sés) dans les années 1990, que la seconde par­tie du film est consa­crée. Arrêtés arbi­trai­re­ment dans toute l’Algérie — sans man­dat d’arrêt et en dehors de tout cadre légis­la­tif — en rai­son de leur par­ti­ci­pa­tion ou de leur sym­pa­thie au FIS, ou sim­ple­ment « parce qu’ils por­taient une barbe », beau­coup se demandent encore pour quelles rai­sons ils se sont retrou­vés dans ces camps. Légal depuis l’ouverture de l’Algérie au mul­ti­par­tisme en 1989, le FIS5À pro­pos du FIS, se réfé­rer aux articles de Myriam Aït-Aoudia sur la genèse du par­ti et sa par­ti­ci­pa­tion aux pre­mières élec­tions plu­ra­listes algé­riennes, dans la revue Politix. bas­cule dans la clan­des­ti­ni­té suite à son inter­dic­tion après l’interruption des élec­tions en 1991, puis sa dis­so­lu­tion en 1992. Les sou­tiens du par­ti sont alors consi­dé­rés comme une menace à la « sûre­té de l’État », accu­sa­tion qui sera reprise tout au long du conflit des années 1990 à l’encontre de toute forme d’opposition à la pos­ture du pou­voir, à ses méthodes de répres­sion et de contrôle de l’information. Les hommes inter­viewés dans le film décrivent par le détail les condi­tions dans les­quelles ils sont for­cés de vivre pen­dant plu­sieurs mois, voire plu­sieurs années : enfer­més dans des petites cabines, très chaudes durant la jour­née et très froides le soir, ils se rap­pellent de cette toux qui gagnait tout le monde à l’intérieur. À l’époque, ils ne savent pas encore que ce camp a été irra­dié en 1962 et que le taux de radio­ac­ti­vi­té des lieux les met en dan­ger de mort. Comme les habi­tants de Mertoutek en 1962, ils l’apprendront plus tard. Ils seront relâ­chés de la même façon qu’ils ont été arrê­tés, sans expli­ca­tions. L’incompréhension, encore une fois, se mêle à la mala­die et à la souf­france des corps : sen­sa­tion d’électricité au contact de l’eau, can­cers, han­di­caps, etc. Certains sont morts des séquelles de la radio­ac­ti­vi­té, d’une mort que les sur­vi­vants décrivent à leur tour comme lente et dou­lou­reuse. De retour dans leurs villes, ils font l’erreur d’emporter avec eux des pierres du site saha­rien, qu’ils trouvent belles, avant d’apprendre que ces roches sont radio­ac­tives — et qu’ils ont dès lors, à leur insu, conta­mi­né leurs proches. Les camps du sud algé­rien font par­tie des réa­li­tés les plus invi­si­bi­li­sées du conflit des années 1990 (au même titre que la ques­tion des dis­pa­rus, par exemple), peut-être parce qu’ils ne cor­res­pondent pas à une vision mani­chéenne de cette guerre, plus sou­vent mise en avant et plus visible dans le dis­cours public6Des asso­cia­tions de défense des droits de l’Homme et des col­lec­tifs citoyens mènent tout de même un tra­vail de recherche et de ter­rain depuis de nom­breuses années pour faire exis­ter ces réa­li­tés. Parmi elles, le col­lec­tif des familles des dis­pa­rus en Algérie, et Algeria Watch.. Un comi­té de défense des inter­nés des camps de sûre­té (CDICS) a depuis été crée, mais l’histoire demeure mécon­nue, quand elle n’est pas niée.

Le cam­pe­ment Saint-Laurent à In Amguel, à envi­ron 50 kilo­mètres du site de l’explosion de Béryl. (DR)

Territoire d’expérimentation nucléaire et chi­mique de l’armée fran­çaise dans les années 1960 — condi­tion invrai­sem­blable pour une indé­pen­dance négo­ciée — la zone d’In Amguel, comme celles de Reggane et de Oued Namous, devient un lieu cen­tral du dis­po­si­tif de répres­sion mis en place par un pou­voir algé­rien se sen­tant mena­cé par la vic­toire du FIS en décembre 1991. La fron­tière entre colo­ni­sa­tion et période post-colo­niale est poreuse. Les consé­quences des essais nucléaires fran­çais et de l’accident de Béryl sont là pour nous le rap­pe­ler, au même titre que la réuti­li­sa­tion par l’État algé­rien de tech­niques répres­sives inté­grant des camps d’internement, qui ne sont pas sans évo­quer les méthodes de la France au moment de la guerre de libé­ra­tion nationale7À ce sujet, lire les tra­vaux de Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard sur les camps d’internement et de regrou­pe­ment pen­dant la guerre d’Algérie.. Sans cher­cher à com­pa­rer les deux périodes ou les deux conflits, il est impor­tant de sou­li­gner la façon dont un État indé­pen­dant s’inspire de l’État colo­nial qui l’a pré­cé­dé, ne serait-ce qu’à tra­vers la vio­lence avec laquelle il gère et réprime un mou­ve­ment d’opposition, quel qu’il soit. C’est donc à une lec­ture à la lisière de l’histoire natio­nale du moment de la déco­lo­ni­sa­tion, ain­si qu’à une lec­ture plus com­plexe de la « décen­nie noire » — la période de « guerre civile » en Algérie, qui s’étend du début des années 1990 au début des années 2000 —, que nous conduit le récit des essais nucléaires du Sahara, de leurs lieux et des tra­jec­toires des indi­vi­dus qui y sont d’une cer­taine façon liés depuis 1962, ou depuis 1992, à aujourd’hui.


Photographie de ban­nière : nuage radio­ac­tif de Béryl. (DR)
Photographie de vignette : vil­lage de Mertoutek. Bruno Hadjih / Picturetank.


REBONDS

☰ Lire notre article « Assia Djebar — la mémoire est une voix de femme », Jonathan Delaunay, avril 2017
☰ Lire notre article « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec l’association fran­çaise Survie : « Il n’y a pas de bases mili­taires afri­caines en France », novembre 2016
☰ Lire notre article « Mohamed Saïl, ni maître ni valet », Émile Carme, octobre 2016

☰ Lire notre entre­tien avec André Bouny : « Agent orange, le déni reste total », février 2016
☰ Lire notre article « Serge Michel — amour, anar­chie et Algérie », Émile Carme, février 2015
☰ Lire notre article « Tuer pour civi­li­ser : au cœur du colo­nia­lisme », Alain Ruscio, novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Le film a été pro­je­té peu de fois en Algérie : à Béjaïa en 2014, à Alger et Annaba en 2016, à l’occasion de fes­ti­vals de ciné­ma. Distribué depuis 2016 en France par Les écrans du large, il fait l’objet d’une tour­née de pro­jec­tions en France et existe en DVD. Le pro­jet pren­dra la forme d’un ouvrage et d’une expo­si­tion en 2018.
2.L’histoire du per­son­nel et des mili­taires pré­sents sur le site au moment de l’explosion de Béryl a fait l’objet d’un télé­film en 2006, Vive la bombe !, dif­fu­sé sur plu­sieurs chaînes fran­çaises entre 2007 et 2010, ain­si que d’un ouvrage col­lec­tifLes irra­diés de Béryl, publié en 2011.
3.Ce témoi­gnage est cité dans un article du quo­ti­dien algé­rien El Moujahid.
4.Plusieurs ouvrages et articles abordent la période des années 1990 en Algérie. Voir Jacob Mundy, Imaginative Geographies of Algerian Violence, Stanford University Press, 2015 ; Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démo­cra­tique en Algérie (1988–1992), Paris, Les presses Sciences Po, 2015.
5.À pro­pos du FIS, se réfé­rer aux articles de Myriam Aït-Aoudia sur la genèse du par­ti et sa par­ti­ci­pa­tion aux pre­mières élec­tions plu­ra­listes algé­riennes, dans la revue Politix.
6.Des asso­cia­tions de défense des droits de l’Homme et des col­lec­tifs citoyens mènent tout de même un tra­vail de recherche et de ter­rain depuis de nom­breuses années pour faire exis­ter ces réa­li­tés. Parmi elles, le col­lec­tif des familles des dis­pa­rus en Algérie, et Algeria Watch.
7.À ce sujet, lire les tra­vaux de Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard sur les camps d’internement et de regrou­pe­ment pen­dant la guerre d’Algérie.
Awel Haouati
Awel Haouati

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.