Tuer pour civiliser : au cœur du colonialisme


Texte inédit pour le site de Ballast

« Halte à la repen­tance ! » piaffent-ils en chœur de leurs per­choirs. « Les Français » n’au­raient qu’une pas­sion : « la haine de soi » pour mieux expier un pas­sé dont ils ne sont plus fiers. Le siècle der­nier fut celui des luttes d’in­dé­pen­dance ; l’af­faire, puis­qu’en­ten­due, serait donc à clas­ser — à l’heure où Eric Zemmour, jurant à qui veut l’en­tendre de l’é­vi­dence du « rôle posi­tif » de la colo­ni­sa­tion, cara­cole sur les étals des librai­ries ; à l’heure où Alain Finkielkraut, assu­rant que les auto­ri­tés hexa­go­nales ne firent « que du bien aux Africains », est sacré à l’Académie ; à l’heure où l’au­teur de Vive l’Algérie fran­çaise !, nous nom­mons Robert Ménard, a trans­for­mé la ville de Béziers en sujet d’ac­tua­li­té, les « vieilles lunes » n’ont-elles pas encore cer­taines choses à dire ? L’historien Alain Ruscio remonte le temps pour nous faire entendre ces voix qui, de gauche à droite, appe­lèrent à la guerre par sou­ci de « paci­fi­ca­tion ». ☰ Par Alain Ruscio


« Quelle drôle façon de civiliser : pour apprendre
aux gens à bien vivre, on commence par les tuer. »
Hô Chi Minh, 1925

afficheCommençons en 1580. Un pen­seur fran­çais, des plus fameux, écrit ces lignes, deve­nues célèbres, que les plus intran­si­geants anti­co­lo­nia­listes du XXe siècle n’au­raient sans nul doute pas désa­vouées : « Tant de villes rasées, tant de nations exter­mi­nées, tant de mil­lions de peuples pas­sés au fil de l’é­pée, et la plus riche et belle par­tie du monde bou­le­ver­sée pour la négo­cia­tion des perles et du poivre ! […] Jamais l’am­bi­tion, jamais les ini­mi­tiés publiques ne pous­sèrent les hommes les uns contre les autres à si hor­ribles hos­ti­li­tés et cala­mi­tés si misé­rables. » On aura recon­nu Michel de Montaigne, l’au­teur des Essais. Combien, depuis cette époque et ces lignes, à l’ombre des dra­peaux des puis­sances colo­ni­sa­trices, d’autres « villes rasées », de « nations exter­mi­nées », de « peuples pas­sés au fil de l’é­pée » ? On pour­rait se conten­ter de cette ques­tion, sans crainte d’être contre­dit, et entrer dans les détails et les des­crip­tions, pour le moins hor­rible, des fusillades, des raz­zias, des déca­pi­ta­tions, des cor­vées de bois, des tor­tures, des viols, de l’u­ti­li­sa­tion de l’a­via­tion, des armes chi­miques, du napalm… On pour­rait citer mille auteurs qui pro­tes­tèrent, de Victor Hugo (« L’armée faite féroce par l’Algérie ») à Anatole France, en pas­sant par Albert Londres, André Gide, Malraux, Aragon, Sartre ou encore François Mauriac… On pour­rait, certes. Mais nous res­te­rions dans le com­ment ; nous devons plu­tôt ten­ter de com­prendre le pour­quoi.

« Cette matrice a un nom : l’i­déo­lo­gie colo­niale. La vio­lence n’est pas for­tuite, mais néces­saire. Obligatoire. »

Les vio­lences colo­niales sont le fruit de la ren­contre conflic­tuelle entre, de la part des hommes « blancs », un esprit de conquête et de suf­fi­sance, por­té par un racisme, alter­na­ti­ve­ment agres­sif ou pater­na­liste (mais qui se vou­lait en tout état de cause consta­ta­tion de l’é­vi­dence), et, de la part des hommes « de cou­leur », un refus de cette conquête, puis une résis­tance, basés sur un sen­ti­ment natio­nal ou, tout sim­ple­ment, sur l’ins­tinct de sur­vie. Prenons, pour asseoir cette pro­po­si­tion, la pre­mière expé­di­tion colo­niale de l’ère moderne : la cam­pagne d’Égypte, lan­cée en mai 1798 et conduite par le géné­ral Bonaparte. Deux ans après, Jacques de Menou de Boussay, com­man­dant en chef du Corps expé­di­tion­naire en Égypte (il suc­cé­dait à Bonaparte et à Kléber), pro­cla­ma au peuple égyp­tien : « J’ai reçu l’ordre de la République Française et du consul Bonaparte, de vous rendre heu­reux : je ne ces­se­rai d’y tra­vailler. Mais je vous aver­tis aus­si que si vous n’êtes fidèles aux Français, que s’il vous arri­vait encore, pres­sés par de mau­vais conseils, de vous éle­ver contre nous, notre ven­geance serait ter­rible, et j’en atteste ici Dieu et son Prophète, tous les maux retom­be­raient sur vos têtes. Rappelez-vous ce qui est arri­vé au Caire, à Boulaq, à Mahalat-el-Kabira, et autres villes de l’Égypte ? Le sang de vos pères, de vos frères, de vos enfants, de vos femmes, de vos amis, a cou­lé comme les flots de la mer ; vos mai­sons ont été détruites ; vos pro­prié­tés rava­gées et consu­mées par le feu. Quelle a été la cause de tout cela ? Les mau­vais conseils que vous avez écou­tés, les hommes qui vous avaient trom­pés. Que cette leçon vous serve pour tou­jours1 ! »

Un demi-siècle plus tard, un méde­cin mili­taire séjour­nant en Algérie fit savoir : « La force a été employée, non point cruelle et bar­bare, mais tac­ti­cienne et pro­tec­trice. » Puis l’homme, Audouard de son patro­nyme, de pour­suivre : « On est conduit bien sou­vent à cor­ri­ger des inhu­mains en leur fai­sant éprou­ver les rigueurs de l’in­hu­ma­ni­té même2. » Une for­mule qui pour­rait figu­rer au fron­ton de toutes les expé­di­tions colo­niales. Mais que l’on ne s’y méprenne pas : nous ne sommes pas ici dans une absence de logique, dans un para­doxe qui pour­rait presque prê­ter, a pos­te­rio­ri, à sou­rire, mais dans la matrice même de l’es­prit de la conquête puis de la paci­fi­ca­tion. Cette matrice a un nom : l’i­déo­lo­gie colo­niale. La vio­lence n’est pas for­tuite, mais néces­saire. Obligatoire. Les pro­pos avan­cés par de Menou de Boussay sont emblé­ma­tiques en ce qu’ils mettent en évi­dence le lien logique qui existe entre ledit esprit et la vio­lence qu’il induit : 1/ Nous vous libé­rons (« J’ai reçu l’ordre […] de vous rendre heu­reux »), 2/ Mais si vous refu­sez, nous vous tuons (« S’il vous arri­vait […] de vous éle­ver contre nous, notre ven­geance serait ter­rible »).

(DR)

L’idéologie colo­niale se struc­ture sur une notion clé : la hié­rar­chie. Celle, plus pré­ci­sé­ment, des « races », des cultures, des civi­li­sa­tions et des hommes. Sans cela, l’ex­pan­sion impé­riale n’eût pu être pos­sible. Sans la cer­ti­tude que la « race blanche » pos­sé­dait, dans tous les domaines de l’exis­tence, une supé­rio­ri­té abso­lue. L’ouvrage phare du comte de Gobineau, Essai sur l’i­né­ga­li­té des races humaines, qui pré­ten­dait expli­quer l’his­toire des peuples et des civi­li­sa­tions, date de 1853 — soit quelques années après l’a­chè­ve­ment de la conquête de l’Algérie et à l’o­rée des autres grandes conquêtes. Cette idéo­lo­gie est mani­chéenne, binaire : nous (= notre « race », notre culture, notre civi­li­sa­tion — d’ailleurs la seule qui soit) repré­sen­tons le degré supé­rieur d’é­vo­lu­tion de l’Humanité, tan­dis que les autres (en par­ti­cu­lier les « races de cou­leur ») sont inca­pables de s’é­le­ver par elles-mêmes jus­qu’à nos concep­tions. Nous devons dès lors les « éle­ver », autant que faire se pour­ra, jus­qu’à un cer­tain degré de civi­li­sa­tion.

« Nous sommes char­gés (soit par l’é­vo­lu­tion, soit par la Providence) de por­ter nos valeurs bien au-delà de nos fron­tières. »

Ce nous pro­cède d’une généa­lo­gie double : nous sommes, d’une part, por­teurs des valeurs de libé­ra­tion inhé­rentes à la République et aux Lumières, et, d’autre part, les repré­sen­tants de la vraie reli­gion, celle du Christ. Ces deux concep­tions, a prio­ri en oppo­si­tion, s’a­vèrent sou­vent com­plé­men­taires aux colo­nies — on se sou­vient du mot de Léon Gambetta, pré­sident du Conseil sous la Troisième République : « L’anticléricalisme n’est pas un pro­duit d’ex­por­ta­tion. » Nous sommes char­gés (soit par l’é­vo­lu­tion, soit par la Providence) de por­ter nos valeurs bien au-delà de nos fron­tières. Nous avons une mis­sion sur terre — un autre mot-clé. Il ne s’a­git pas d’un choix ni d’une hypo­thèse à envi­sa­ger par­mi d’autres : l’homme blanc ne peut pas faire autre­ment qu’ex­por­ter ses valeurs, puis veiller, natu­rel­le­ment, à leur res­pect. C’est le fameux « far­deau de l’homme blanc » énon­cé par Rudyard Kipling dans un poème publié en 1899. Si l’é­cri­vain était bri­tan­nique, ce carac­tère fut par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué en France.

Hommes poli­tiques, intel­lec­tuels et hommes de ter­rain eurent la cer­ti­tude sin­cère d’être les déten­teurs de la Raison — majus­cule ! — et pos­sé­daient de ce fait la tâche his­to­rique d’en faire pro­fi­ter les autres nations, pays, « races », etc. Prenons quelques exemples. Un poète, aujourd’­hui oublié, qui eut jadis son heure de gloire : « Toutesfois l’Immortel vou­lut que nostre race / De ce vaste Univers cou­vrist toute la face3 ». (Du Bartas, « Les Colonies », 1584). Une chan­son enthou­siaste, signée Salle en pleine apo­gée révo­lu­tion­naire, dédiée au légen­daire bon­net phry­gien. Les cou­plets se suivent et, à chaque étape, dans le monde entier, ce der­nier libère un à un les pays… Voyons celui qui est consa­cré aux pays musul­mans : « L’esclave, enfant de Mahomet / Libre en rece­vant ce bon­net / Va frap­per ses des­potes / Déjà sous les yeux du Sultan / Il bénit le nou­veau tur­ban / Des Français sans-culottes4 ». Près de quatre décen­nies plus tard, le lieu­te­nant-géné­ral Louis de Bourmont pro­cla­mait à Toulon, à la veille d’ap­pa­reiller pour Alger : « La cause de la France est celle de l’hu­ma­ni­té. Montrez-vous digne de votre belle mis­sion5. » Tout est dit en deux phrases et en trois mots : France = huma­ni­té, donc mis­sion. On pour­rait de toute évi­dence mul­ti­plier à l’en­vi ce type de cita­tions.

D’aucuns s’en éton­nèrent : ces Français, qui pen­saient arri­ver en libé­ra­teurs, furent le plus sou­vent accueillis à coups de fusils, de pierres ou de flèches ! La résis­tance fut obs­ti­née : il fal­lut dix-sept années pour mettre au pas l’Algérie, jus­qu’à la red­di­tion d’Abd el-Kader en 1847 ; il fal­lut un demi-siècle pour s’emparer de l’Indochine, avec la mort, en 1913, du lea­der natio­na­liste De Tham. Quelle conclu­sion fal­lait-il en tirer ? L’ingratitude des popu­la­tions conquises, sans doute… Puis, la conquête ache­vée, la paci­fi­ca­tion assu­rée, la France colo­niale, impré­gnée dans toutes ses fibres de sa mis­sion, est per­sua­dée qu’elle est en train de réus­sir. Elle roule des méca­niques, fière de son bilan. Les « masses indi­gènes » lui sont recon­nais­santes : elles pro­fitent de la « paix fran­çaise », qu’elles peuvent com­pa­rer aux misères et aux injus­tices qu’elles endu­raient par le pas­sé. Si, mal­gré tout, mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion il y a, ils sont pro­vo­qués par des « meneurs » mani­pu­lés par « l’é­tran­ger », trou­vant quelque inté­rêt inavouable à mena­cer l’har­mo­nie qui règne désor­mais dans les ter­ri­toires paci­fiés.

« Le colo­ni­sa­teur est le chi­rur­gien qui va se char­ger d’ex­tir­per la gan­grène. Quitte à, en che­min, cou­per çà et là quelques membres… »

Ces fau­teurs de troubles ne repré­sentent, par défi­ni­tion, qu’une infime mino­ri­té. Pour les tenants du sys­tème colo­nial, le doute n’est pas per­mis : les popu­la­tions nous sont fidèles, il ne peut y avoir, pour récu­ser notre pré­sence, que des mino­ri­tés qui ne repré­sentent qu’elles-mêmes. Ainsi, lors des grandes révoltes pay­sannes du centre Viêtnam de 1931, le ministre Paul Reynaud évo­qua « quelques cen­taines ou quelques mil­liers de révol­tés6 ». Au début de la guerre d’Indochine, le dépu­té Marius Moutet glo­sa, dans la Revue de l’Union fran­çaise : « Une mino­ri­té entre­pre­nante, auda­cieuse, témé­raire, fana­tique, s’est don­né figure de repré­sen­ter l’u­na­ni­mi­té du peuple anna­mite7. » Même son de cloche au nord de l’Afrique : lors de la dépo­si­tion du Sultan du Maroc, Eugène Guernier — porte-parole du Parti colo­nial, his­to­rien, pro­fes­seur à Sciences-Po et membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer — affir­ma pour sa part : « Plus de 85 % de la popu­la­tion du Maroc sont à nos côtés contre un sul­tan qui a failli à sa parole. » Et François Mitterrand de ren­ché­rir, à l’Assemblé natio­nale, lors­qu’é­clate en Algérie une guerre qui ne dit pas son nom : « Tandis que quelques fana­tiques mul­ti­pliaient les atten­tats, un immense peuple de huit à neuf mil­lions d’hommes se refuse à s’y asso­cier et par­fois, au contraire, s’é­lève contre eux. » Le maire d’Alger, par ailleurs secré­taire d’État à la Guerre, enté­ri­na, sûr de ses chiffres : « 99 % de la popu­la­tion algé­rienne réprouvent les récents troubles8. »

Ce « 99 % » est en tout point élo­quent. Les orga­nismes sont fon­da­men­ta­le­ment sains (autre­ment dit : fidèles à la métro­pole) mais ils sont atta­qués par une mala­die qui risque de les empor­ter. On songe à la confé­rence qui inau­gure le film Z, réa­li­sé par Costa-Gavras : le géné­ral, inter­pré­té par Pierre Dux, assi­mile la gauche grecque à un « mil­diou idéo­lo­gique » — c’est-à-dire une mala­die fon­gique, cau­sée par un para­site, qui pro­voque flé­tris­sure et moi­sis­sure. Le colo­ni­sa­teur est le chi­rur­gien qui va se char­ger d’ex­tir­per la gan­grène. Quitte à, en che­min, cou­per çà et là quelques membres…

(DR)

Mais qui sont donc, aux yeux des auto­ri­tés, ces mino­ri­taires enra­gés et mus par le seul désir de pro­vo­quer le chaos ? La lie de la popu­la­tion, les anciennes couches diri­geantes, les « races » ou les « eth­nies » mal­saines ou encore les élé­ments révo­lu­tion­naires, enne­mis par nature de la « paix fran­çaise » (et par­fois d’ailleurs tout cela à la fois…). La lie ? Les expres­sions fusent pour dési­gner les pré­ten­dus délin­quants, les bandes de pavillons noirs du Tonkin et autres cou­peurs de route (les fameux fel­la­ghas) d’Algérie… Les anciennes couches diri­geantes ? Les caïds d’Algérie, les man­da­rins d’Indochine, les rois nègres d’Afrique sub­sa­ha­rienne… Les « races » et les eth­nies « mau­vaises » ? Les Hovas de Madagascar, les Khroumirs de Tunisie, les « Tonkinois » d’Indochine, les Arabes du Maghreb, toutes oppo­sées aux « bonnes races » : les Berbères du Maghreb, les Cambodgiens d’Indochine, etc. Une cer­taine eth­no­gra­phie colo­niale a tou­jours été uti­li­sée, par­fois — mais pas tou­jours — au corps défen­dant des spé­cia­listes, comme une arme de divi­sion mas­sive… Les élé­ments révo­lu­tion­naires ? Il n’est guère besoin d’in­sis­ter : tous les mou­ve­ments insur­rec­tion­nels du XXe siècle, sans excep­tion, ont été taxés de « com­mu­nistes » — même lors­qu’ils étaient déclen­chés au nom de la fidé­li­té à un sul­tan pré­sen­té, par ailleurs, comme moyen­âgeux (au Maroc : Mohammed ben Youssef), à un lea­der cha­ris­ma­tique plu­tôt pro-occi­den­tal (en Tunisie : Bourguiba), même lors­qu’il se récla­mait d’une nation arabe et musul­mane (en Algérie, le FLN), même lors­qu’il s’a­gis­sait de rivaux des com­mu­nistes (au Viêt Nam, le VNQDD)…

« Le colon met sur la réa­li­té (une nation rebelle) un masque opaque (le grand mythe de la mino­ri­té agis­sante). »

La répres­sion n’est donc pas une mani­fes­ta­tion de bru­ta­li­té à l’en­contre d’un peuple mais un acte d’au­to­dé­fense contre des élé­ments mal­sains, le rebut (poli­tique et social) de la popu­la­tion. Tout — c’est-à-dire la vio­lence — est per­mis pour iso­ler les germes mena­çants. Parlant ain­si, le colo­ni­sa­teur construit lui-même le piège dans lequel il va s’en­fer­mer : il met sur la réa­li­té (une nation rebelle) un masque opaque (le grand mythe de la mino­ri­té agis­sante). Pourtant, la réa­li­té se mon­tra rétive : les orga­nismes gan­gre­nés que le chi­rur­gien venu d’Occident vou­lait ampu­ter sem­blaient aimer leur mala­die et pré­fé­rer leur gan­grène indi­gène à la san­té étran­gère.

Un des grands intel­lec­tuels des années 1920, Lucien Lévy-Bruhl, se fen­dit d’un ouvrage qui va quin­tes­sen­cier cet esprit (son titre, La men­ta­li­té pri­mi­tive, est déjà un pro­gramme). Lévy-Bruhl par­tait d’un constat : « Les socié­tés pri­mi­tives, en géné­ral, se montrent hos­tiles à tout ce qui vient du dehors. » Si les peuples conquis ont l’in­cons­cience ou le culot de ne pas appré­cier notre bien­fai­trice pré­sence, voire s’ils se révoltent au nom de fumeux et incer­tains prin­cipes natio­na­listes, ne font-ils pas la preuve qu’ils sont bar­bares ? Donc : « Il faut que les chan­ge­ments, même si ce sont incon­tes­ta­ble­ment des pro­grès, leur soient impo­sés. » Mais les indi­gènes résistent… « De là, chez les pri­mi­tifs, des signes de crainte et de défiance que les Blancs inter­prètent sou­vent comme de l’hos­ti­li­té, puis du sang ver­sé, des repré­sailles, et par­fois l’ex­ter­mi­na­tion du groupe. » Rappelons-nous le géné­ral Menou, en 1800 : « J’ai reçu l’ordre […] de vous rendre heu­reux » mais si vous refu­sez « notre ven­geance serait ter­rible ». Un siècle plus plus tard, Lévy Bruhl, qui n’é­tait ni un mili­taire ivre de sang, ni un pré-fas­ciste (l’homme, membre de la Ligue des droits de l’homme et par­ti­san de la SFIO, écri­vit un temps dans L’Humanité, avant 1914), ne dit rien d’autre : « sang ver­sé », « repré­sailles », avant d’employer le mot suprême : « exter­mi­na­tion » !

dien

(DR)

Or rien ne s’est pas­sé comme le vou­laient les théo­ri­ciens de l’ex­pan­sion colo­niale. Il y eut des oppo­si­tions, des résis­tances. Nul besoin, pour les expli­quer, de « meneurs » venus « de l’é­tran­ger ». Car, contrai­re­ment aux tableaux idyl­liques de l’é­poque sur la mise en valeur (que l’on se reporte aux tra­vaux d’Albert Sarraut) de l’Empire au béné­fice de tous, qu’a signi­fié l’ar­ri­vée des Européens pour les colo­ni­sés ? D’abord, la perte de leurs terres. Pour ces socié­tés alors rurales, par­tout, à plus de 90 %, c’é­tait évi­dem­ment là l’es­sen­tiel. Puis le tra­vail, plus ou moins for­cé, sur ces mêmes terres. Une mise en valeur faite certes selon des sché­mas ima­gi­nés à Paris, par des cer­veaux fran­çais, mais appli­quée par des bras — et, sou­vent de la sueur et du sang — des « indi­gènes », au pro­fit, fina­le­ment, des colons et de la métro­pole. Une fis­ca­li­té galo­pante : il fal­lait bien que ces tra­vaux fussent finan­cés. Il ne le furent, dans leur masse, ni par les impôts des métro­po­li­tains, ni par ceux des colons. Enfin, la subor­di­na­tion au quo­ti­dien aux nou­veaux maîtres, avec le lot de vexa­tions (le voca­bu­laire de l’é­poque est d’une vio­lence raciste que l’on a du mal à ima­gi­ner aujourd’­hui) et de « petites » bru­ta­li­tés que mille témoi­gnages rap­portent.

« Rien ne s’est pas­sé comme le vou­laient les théo­ri­ciens de l’ex­pan­sion colo­niale. Il y eut des oppo­si­tions, des résis­tances. »

Dans ces condi­tions, nul besoin d’i­ma­gi­ner des meneurs gref­fés arti­fi­ciel­le­ment sur des socié­tés calmes et sereines pour com­prendre l’a­gi­ta­tion. Meneurs, certes, il y eut, du De Tham à Hô Chi Minh en Indochine, d’Abd el-Kader à Messali Hadj en Algérie, d’Abd el Krim à Ben Barka au Maroc, mais ils furent des révé­la­teurs. Car le pire était que ces soit-disant mino­ri­taires, mal­gré les abla­tions suc­ces­sives, réap­pa­rais­saient et… deve­naient de plus en plus nom­breux. Tout le méca­nisme qui allait entraî­ner la vio­lence de masse était en place : si, comme l’af­fir­mait Jacques Chevallier, 99 % des Algériens étaient avec nous, il suf­fi­sait d’é­li­mi­ner 1 %… mais ces 99 % se trans­for­maient, avec l’emprise crois­sante du FLN sur les popu­la­tions, en 90 %… Éliminons donc 10 %… etc., etc. Et, s’il s’a­vé­rait qu’ils étaient plus nom­breux encore, l’ex­ter­mi­na­tion de pans entiers de la socié­té colo­ni­sée fut, sinon une réa­li­té tou­jours et par­tout, du moins une réa­li­té bor­née dans l’es­pace et située dans le temps. Autrement dit : la colo­ni­sa­tion ne fut pas une exter­mi­na­tion par nature, mais il y eut bel et bien des exter­mi­na­tions.

Cette période, on l’a vu, avait théo­ri­sé l’i­né­ga­li­té des races. De la pro­cla­ma­tion de cette inéga­li­té à la néga­tion de l’hu­ma­ni­té des Noirs, des Jaunes ou des « basa­nés », il n’y avait qu’un pas. De cette néga­tion à leur sup­pres­sion, ensuite, un autre pas, vite fran­chi. Les récits de l’ère des conquêtes, de celle des diverses paci­fi­ca­tions, puis des guerres de déco­lo­ni­sa­tion, d’Indochine au Cameroun en pas­sant par l’Algérie, four­millent de ter­ribles anec­dotes sur des exac­tions com­mises par des braves petits sol­dats de France qui, certes, en d’autres cir­cons­tances, n’au­raient pas fait de mal à une mouche… Pas à une mouche, non ; mais à un bicot, un nègre, un canaque ou un nia­quoué… Ils étaient cou­verts, encou­ra­gés, jus­ti­fiés, par leurs gou­ver­nants et par leurs chefs mili­taires. François Guizot ne décla­rait-il pas, à la Chambre des dépu­tés, le 10 juin 1846 : « N’oubliez jamais que quand on a affaire avec des peuples à demi sau­vages, avec des popu­la­tions accou­tu­mées à la dévas­ta­tion, au meurtre, à se faire la guerre entre elles d’une manière cruelle, n’ou­bliez jamais qu’on est obli­gé, pour se défendre, d’employer des moyens plus vicieux, et quel­que­fois plus durs que ne le vou­drait le sen­ti­ment natu­rel des hommes qui com­mandent nos sol­dats » ?

algerie

(DR)

L’inhumanité, de l’a­veu même de ceux qui déci­dèrent, entre­prirent ou jus­ti­fièrent les conquêtes colo­niales, était donc consub­stan­tielle au sys­tème. S’il fal­lait une véri­fi­ca­tion expé­ri­men­tale de cette affir­ma­tion, on la trou­ve­rait dans la déco­lo­ni­sa­tion tra­gique, à la fran­çaise : de 1945 à 1962, et même aux années 1970, si l’on prend en compte l’ex­ter­mi­na­tion des der­niers maquis de l’UPC au Cameroun, l’o­li­gar­chie fran­çaise a guer­royé contre des mou­ve­ments de libé­ra­tion natio­nale qu’elle s’obs­ti­nait à pré­tendre mino­ri­taires.

« Le colo­nia­lisme était-il réfor­mable ? »

Le colo­nia­lisme était-il réfor­mable ? Né dans la vio­lence, pou­vait-il s’a­men­der et s’au­to­dé­truire paci­fi­que­ment ? C’est une ques­tion spé­cieuse pour un his­to­rien : il lui suf­fit de consta­ter que cela ne s’est pas pas­sé ain­si. Pourtant il y eut, du temps même des guerres de déco­lo­ni­sa­tion, des hommes qui répon­dirent à cette ques­tion : nous emprun­te­rons sa conclu­sion à Sartre, lors de sa célèbre confé­rence de 1956 : « Le colo­nia­lisme est un sys­tème9 ». Répondant à une ques­tion posée par un inter­lo­cu­teur fic­tif, qu’il nomme un « réa­liste au cœur tendre qui pro­po­sait des réformes » (et on ne peut que pen­ser que Sartre visait Albert Camus), réformes qua­li­fiées de « mys­ti­fi­ca­tion néo-colo­nia­liste », il iro­ni­sait : « Les néo-colo­nia­listes pensent qu’il y a de bons colons et des colons très méchants. C’est par la faute de ceux-ci que la situa­tion des colo­nies s’est dégra­dée ». Non, disait Sartre, il n’y a pas de « bons colons » qui pour­raient rache­ter les fautes et les crimes des « méchants », il y a des colons tout court qui, tels les bour­geois de Marx, ont créé leurs propres fos­soyeurs : « Les colons ont for­mé eux-mêmes leurs adver­saires ; ils ont mon­tré aux hési­tants qu’au­cune solu­tion n’é­tait pos­sible en dehors d’une solu­tion de force. L’unique bien­fait du colo­nia­lisme, c’est qu’il doit se mon­trer intran­si­geant pour durer et qu’il pré­pare sa perte par son intran­si­geance ». Même si ce n’est plus à la mode, je me range pour ma part à cette conclu­sion de Sartre.


NOTES

1. Dans Kléber et Menou en Egypte depuis le départ de Bonaparte (août 1799-sep­tembre 1801), Paris, Société d’his­toire contem­po­raine, F. Rousseau, Ed. Picard & fils, 1900 (Gallica).
2.  Un moyen d’assurer la conquête de l’Algérie auquel on n’a pas encore pen­sé, Brochure, Paris, Imprimerie d’Édouard Bautruche (Gallica).
3.  Dans La Seconde Semaine, cité par Yvonne Bellenger, « Sur “Les Colonies“ de Du Bartas », dans Michel Balard (dir.), État et colo­ni­sa­tion au Moyen-Age, Lyon, Ed. La Manufacture, 1989.
4. Cité par Ginette & Georges Marty, Dictionnaire des chan­sons de la Révolution, Paris, Tallandier, 1988.
5. Cité par le colo­nel-mar­quis de Bartillat, Coup d’œil sur la cam­pagne d’Afrique en 1830 et sur les négo­cia­tions qui l’ont pré­cé­dée, avec les pièces offi­cielles dont la moi­tié était inédite, Paris, chez Delaunay & Dentu, Libraires au Palais-Royal, juin 1831 (ouvrage paru sans nom d’auteur. Le même Bartillat publie­ra en 1832, sous son nom, une Relation de la cam­pagne d’Afrique).
6. Le Temps, 18 novembre 1931.
7. « Résister, et aus­si retrou­ver la voie qui, par l’accord, mène à la paix », Revue de l’Union fran­çaise, mai 19471.
8.  Cité par Zahir Ihaddaden, « La dés­in­for­ma­tion pen­dant la guerre d’Algérie », dans Jean-Charles Jauffret & Maurice Vaïsse (dir.), Militaires et gué­rilla dans la guerre d’Algérie, Bruxelles, Ed. Complexe, 2001.
9. Discours, Paris, Salle Wagram, 27 jan­vier 1956, repris sous le titre « Le colo­nia­lisme est un sys­tème », Les Temps Modernes, mars-avril, in Situations, Vol. V, Colonialisme et néo-colo­nia­lisme, Paris, Gallimard, NRF, 1964.

Alain Ruscio
Alain Ruscio

Historien et chercheur indépendant né en 1947. Spécialisé sur les questions coloniales, il est notamment l'auteur des ouvrages « Le Credo de l’homme blanc » et « Nous et moi, grandeurs et servitudes communistes ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.