André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »


Entretien inédit pour le site de Ballast

La guerre du Viêt Nam n’est pas finie : c’est le pro­pos avan­cé par André Bouny, auteur de l’es­sai Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam, depuis main­te­nant vingt ans. Nombre de ses vic­times vivent encore à l’heure où ces lignes s’é­crivent : l’agent orange — un défo­liant mas­si­ve­ment employé par l’aviation nord-amé­ri­caine — frap­pa des mil­lions d’in­di­vi­dus, de géné­ra­tion en géné­ra­tion : fausses couches, mal­for­ma­tions congé­ni­tales, patho­lo­gies, can­cers… Si le grand public sait l’u­sage qui fut fait du napalm, l’agent orange demeure mécon­nu. En mai 2014, Bouny ins­ti­gua, aux côtés de Tran To Nga, ancienne résis­tante viet­na­mienne conta­mi­née lors du conflit, le pro­cès inten­té contre 26 com­pa­gnies chi­miques amé­ri­caines — dont Monsanto. Nous avons consa­cré un article à ce sujet dans le numé­ro 3 de notre revue papier : le pré­sent échange est la ver­sion inté­grale de l’un des nom­breux entre­tiens menés lors de son écri­ture.


bounyL’agent orange est « un sujet d’i­ni­tiés, obs­cur et mal iden­ti­fié du grand public », écri­vez-vous. Pourquoi ce brouillard autour de lui ? Mais, en tant que mili­tant actif, per­ce­vez-vous mal­gré tout une évo­lu­tion au fil de ces der­nières années ?

Tout d’abord, je ne suis pas un mili­tant au sens pre­mier du mot, « sol­dat », plu­tôt un « paci­fiste déniai­sé » ; et dans son inter­pré­ta­tion moderne, je m’y sens à l’étroit. Il s’agit d’un enga­ge­ment actif plus large pour la jus­tice, qui n’est jamais acquise. C’est un tra­vail inter­mi­nable – deman­dant de ce fait à la jeu­nesse de se l’approprier –, pré­cis, exi­geant et scru­pu­leux, comme écrire ou don­ner une confé­rence ; une res­pon­sa­bi­li­té consé­quente sous le regard de mil­lions de vic­times. Tout ceci n’impose pas ascé­tisme et tris­tesse, seule­ment de l’énergie. À l’attention de ceux qui ignorent le sujet, je dois rap­pe­ler que les épan­dages d’agent orange durant la guerre amé­ri­caine au Viêt Nam avaient pour but d’anéantir la forêt tro­pi­cale afin d’empêcher les com­bat­tants indé­pen­dan­tistes de s’y cacher, ain­si que d’empoisonner et détruire les res­sources vivrières, les pri­vant ain­si de nour­ri­ture — eux, mais aus­si les popu­la­tions. Dans un deuxième temps, cela obli­geait les habi­tants à aban­don­ner terres et vil­lages : ils étaient alors dépla­cés dans 3 à 4 000 camps appe­lés « hameaux stra­té­giques », per­met­tant leur contrôle et pri­vant ain­si la gué­rilla de nour­ri­ture et la cou­pant de tout ren­sei­gne­ment. L’agent orange reste – bien que les choses soient en train de chan­ger dou­ce­ment – un sujet d’initiés parce qu’il imbrique de nom­breux domaines : poli­tiques et mili­taires, scien­ti­fiques et sani­taires, juri­diques et diplo­ma­tiques, envi­ron­ne­men­taux et éco­no­miques, etc. Et, par-des­sus tout, his­to­riques. Au fond, comme la plu­part des sujets ! Mais c’est sur­tout du domaine his­to­rique que vient le brouillard qui entoure l’agent orange. Pour dif­fé­rentes rai­sons – guerres secrètes et illé­gales au Laos et au Cambodge, entre autres –, l’Histoire ne men­tionne pas cette guerre chi­mique, et quand elle est évo­quée, elle n’est jamais pré­sen­tée (et donc encore moins recon­nue, comme telle). Par ailleurs, l’agent orange ne fut qu’une des nom­breuses armes uti­li­sées lors de cette gigan­tesque entre­prise de des­truc­tion que fut la guerre du Viêt Nam.

« Comment le crime de l’agent orange pour­rait-il être notoire ? Outre les obs­truc­tions finan­cières, sa vul­ga­ri­sa­tion n’est pas aisée. »

Dans ces condi­tions, com­ment le crime de l’agent orange pour­rait-il être notoire ? Outre les obs­truc­tions finan­cières, sa vul­ga­ri­sa­tion n’est pas aisée. D’où la néces­si­té de dif­fu­ser le sujet, le rendre acces­sible afin de ne pas rebu­ter en le can­ton­nant à une cause anxio­gène : autre­ment dit, faire confiance à l’intelligence des gens. C’est donc bien l’Histoire qui a occul­té cette guerre chi­mique – pour­tant la plus impor­tante de l’histoire de l’humanité. D’une part, on ne res­taure pas l’Histoire écrite et impo­sée par les vain­queurs et puis­sants en cla­quant des doigts tan­dis qu’elle conti­nue d’être insuf­flée dans les esprits depuis le plus jeune âge au tra­vers de dis­cours erro­nés et de manuels sco­laires au conte­nu inexact relayés sans fin comme véri­té. D’autre part, nous savons que la pre­mière empreinte reste qua­si­ment indé­lé­bile dans les esprits. Or, il ne nous est pas ensei­gné de réflé­chir, mais de répé­ter. Aussi, les gens vous regardent avec des yeux incré­dules lorsque vous par­lez de mil­lions de vic­times « incon­nues », et ne vous prennent pas au sérieux même si vous l’êtes bien davan­tage qu’eux. Et puis, il ne s’agit pas d’une simple réha­bi­li­ta­tion qui débou­che­rait sur la bonne conscience de la chose enfin recon­nue donc « répa­rée », puisque les vic­times sont là, aujourd’hui, cin­quante ans après sous nos yeux qui regardent ailleurs. Il y a bien des années de cela, j’ai fait appel à de grandes consciences états-uniennes, dont Howard Zinn et Noam Chomsky – per­son­nages cha­leu­reux, concrets et posi­tifs ; le pre­mier, aujourd’hui dis­pa­ru, a d’ailleurs pré­fa­cé Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam. Tous deux membres de la pre­mière heure du Comité inter­na­tio­nal de sou­tien que j’ai consti­tué. D’autres vien­dront ensuite : Angela Davis, Joan Baez… plus de cent per­sonnes. Mais cela ne suf­fit pas, car il sem­ble­rait que rien ne puisse agir contre l’ignorance crasse « qui est celle par laquelle l’homme omet­trait de savoir ce qu’il pour­rait et devrait savoir », comme disait un reli­gieux à pro­pos d’un tout autre sujet. La pro­cé­dure fran­çaise actuelle contre 26 mul­ti­na­tio­nales états-uniennes ayant fabri­qué l’agent orange – conduite par Maître William Bourdon et ses col­la­bo­ra­teurs, Maîtres Amélie Lefèbvre et Bertrand Repolt – faci­lite le débat public : les choses bougent. La géné­ra­tion mon­tante de jour­na­listes en appé­tit prend contact et nous sol­li­cite — je la remer­cie au nom de toutes les vic­times pré­sentes, pas­sées, et à venir. Reportages et docu­men­taires, émis­sions et inter­views se suc­cèdent, cour­roie d’un débat nais­sant, même si c’est encore très insuf­fi­sant, et, espé­rons-le, début d’une prise de conscience de l’opinion publique.

Cependant, même si, offi­ciel­le­ment, le déni reste total du côté de « nos alliés amé­ri­cains », il n’est plus rare que pro­fes­seurs d’universités et étu­diants entrent en contact pour abor­der et trai­ter ce crime de guerre, crime contre l’humanité, voire géno­cide dou­blé d’un géno­cide à retar­de­ment – si ce n’est ce que j’appelle un « atten­tat contre le génome humain », pro­prié­té de l’humanité tout entière. Actuellement, une recherche scien­ti­fique récente venant à point pré­cise et démontre l’action néfaste trans­gé­né­ra­tion­nelle de la dioxine TCDD conte­nue dans l’agent orange. Au-delà de ses mul­tiples consé­quences et effets sani­taires, can­cé­ro­gènes et autres recon­nus par l’Académie natio­nale des sciences de Washington, une vieille contro­verse entre­te­nue s’était ins­tal­lée à pro­pos des effets téra­to­gènes de cette dioxine. Or, cette der­nière étude scien­ti­fique sur la molé­cule incri­mi­née, menée par Michael K. Skinner et son équipe – qui a eu la gen­tillesse de me trans­mettre l’original –, pro­fes­seur de bio­chi­mie à l’Université de l’État de Washington, démontre et confirme les ter­ribles enchaî­ne­ments qu’il bap­tise épi­gé­né­tiques trans­gé­né­ra­tion­nels. Si l’appellation scien­ti­fique change quelque peu, les nou­veau-nés échap­pant à la mor­pho­lo­gie géné­rique de l’espèce humaine n’en res­tent pas moins ce qu’ils sont.

1967 (BAO HANH/ANOTHER VIETNAM/NATIONAL GEOGRAPHIC BOOKS)

Vous par­lez de la guerre du Viêt Nam comme d’un « labo­ra­toire de la guerre du futur ». À quoi son­gez-vous, pré­ci­sé­ment ?

Toute guerre de haute inten­si­té est, de fait, une expé­rience en matière d’armement pour la sui­vante, bien qu’entre-temps (si j’ose dire, puisque la guerre n’arrête jamais) essais et expé­riences se pour­suivent. Par exemple, durant la Seconde Guerre mon­diale, États-Unis d’Amérique et Royaume-Uni avaient étu­dié 12 000 sub­stances chi­miques. Puis ils en sélec­tion­nèrent 7 000 pou­vant entrer dans la com­po­si­tion d’armes. Le but était de détruire et empoi­son­ner les rizières pour affa­mer le Japon et obte­nir sa capi­tu­la­tion. Parallèlement, l’effrayant pro­jet Manhattan abou­tis­sait, et ces sub­stances chi­miques res­tèrent en réserve avant d’être réac­ti­vées et uti­li­sées plus tard par l’Angleterre contre la gué­rilla com­mu­niste en Malaisie… Parmi elles se trou­vaient les ancêtres de l’agent orange ! Quant à la guerre amé­ri­caine au Viêt Nam, la pano­plie des armes non-conven­tion­nelles uti­li­sée est tout sim­ple­ment hal­lu­ci­nante, autant que mécon­nue. Par ailleurs, l’aviation amé­ri­caine largue des mil­liers de petites sondes acous­tiques, et des sondes sis­miques sen­sibles aux dépla­ce­ments des coo­lies [tra­vailleurs agri­coles d’o­ri­gine asia­tique]. Des cap­teurs noc­turnes à infra­rouge, des détec­teurs de sources de cha­leur – comme, par exemple, les moteurs ou même les selles humaines fraî­che­ment excré­tées – consti­tuent une véri­table bar­rière élec­tro­nique appe­lée « ligne McNamara ». Cette pano­plie est reliée à un lacis infor­ma­tique embar­qué dans des avions relais Boeing RC-135V/W Rivet joint, qui syn­thé­tisent les infor­ma­tions et dirigent les frappes aériennes qui hachent l’objectif, de jour comme de nuit. Il m’est impos­sible de faire ici un inven­taire exhaus­tif, sauf à rem­plir des pages au risque de las­ser vos lec­teurs (je ne peux que ren­voyer à mon ouvrage celles et ceux qui veulent aller plus loin). Nous ne devons pas oublier que cette pano­plie mar­tiale appar­tient à une époque où la tech­no­lo­gie amé­ri­caine per­met d’envoyer les leurs sur la Lune. L’éventail d’armes télé­gui­dées uti­li­sées au Viêt Nam pré­fi­gu­rait celles de la guerre en Irak, et même l’arrivée des drones aériens – et bien­tôt sous-marins, en cours de mise au point. Une pre­mière en matière de ter­ro­risme dans l’épopée humaine. Depuis la poudre qui per­mit à ceux qui la maî­tri­saient de s’accaparer la majeure par­tie du monde, le but est d’allonger sans fin le bras de celui qui donne la mort sans ris­quer sa vie. Mais cela reste phy­sique, avant que l’intelligence arti­fi­cielle conduise des armes offen­sives auto­nomes « robots tueurs » dému­nies de toute conscience, ter­ro­risme lobo­to­mi­sé ouvrant un monde où la cog­ni­tion devien­drait trouble psy­chia­trique.

Vous avan­cez la notion d’éco­cide, peu connue du grand public. Que recouvre-t-elle et quels liens entre­tient-elle avec la guerre du Viêt Nam ?

« L’éventail d’armes télé­gui­dées uti­li­sées au Viêt Nam pré­fi­gu­rait celles de la guerre en Irak. Une pre­mière en matière de ter­ro­risme dans l’épopée humaine. »

Le mot « éco­cide » refait sur­face avec la guerre chi­mique au Viêt Nam, pré­ci­sé­ment dans la bouche de Vo Quy, scien­ti­fique viet­na­mien, orni­tho­logue et envi­ron­ne­men­ta­liste. Il écrit : « Les toxiques défo­liants, dont l’agent orange, qui furent déver­sés mas­si­ve­ment sur le Sud-Viêt Nam pen­dant la guerre amé­ri­caine et qui conte­naient de la dioxine, ont rava­gé les éco­sys­tèmes natu­rels, et par voie de consé­quence les équi­libres de la vie de l’homme dans la région. C’est la seule guerre chi­mique de l’histoire de cette ampleur qu’ait connu le monde à ce jour. Les effets prin­ci­paux furent un bou­le­ver­se­ment éten­du, durable et sévère, des zones fores­tières et des terres culti­vées, base essen­tielle pour une socié­té agri­cole. Les effets de la dioxine ont pour­sui­vi leur œuvre de des­truc­tion dans le silence et à long terme, tant sur les popu­la­tions que sur l’environnement. » C’est une bonne défi­ni­tion de l’écocide, spé­ci­fique à la guerre du Viêt Nam. L’effondrement d’un règne entraîne inévi­ta­ble­ment les autres. Le Tribunal inter­na­tio­nal d’opinion, de type Russel/Sartre, tenu à Paris en 2009 en sou­tien aux vic­times viet­na­miennes de l’agent orange, a condam­né le gou­ver­ne­ment états-unien et les com­pa­gnies chi­miques au crime d’écocide — entre autres. À cette occa­sion une jus­tice a été ren­due par des som­mi­tés juri­diques venues de tous les conti­nents. Si le ver­dict d’un tri­bu­nal d’opinion ne peut prendre effet, les conclu­sions remises en main propre au pré­sident du Viêt Nam d’alors, Nguyen Minh Triet, au nou­veau pré­sident des États-Unis, Barack Obama, ain­si qu’au Secrétaire géné­ral de l’ONU, Ban Ki–moon, don­nèrent quelque espoir aux vic­times et à ceux qui les sou­tiennent.

On consi­dère sou­vent la Seconde Guerre mon­diale comme la pire des catas­trophes modernes de l’hu­ma­ni­té. Vous écri­vez que « la confron­ta­tion majeure de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té » fut en réa­li­té le Viêt Nam. Comment expli­quez-vous ce déca­lage de per­cep­tions ?

Tout d’abord, afin de ne pas affo­ler l’aiguille du comp­teur des his­to­riens, il est néces­saire de remettre l’extrait que vous citez dans son contexte, qui est : « Du point de vue de l’armement, la guerre du Viêt Nam (et plus lar­ge­ment cette seconde guerre d’Indochine pen­dant laquelle le ton­nage des bombes uti­li­sées fut six fois celui de la Seconde Guerre mon­diale) reste la confron­ta­tion majeure de l’histoire de l’humanité. » Vous m’invitez donc à entrer dans les détails. Ici, je n’évoque pas le nombre de morts, mais l’intensité mili­taire et tech­no­lo­gique de la confron­ta­tion, l’hallucinante dis­pro­por­tion des moyens mis en œuvre. Dans sa grande majo­ri­té, l’opinion publique occi­den­tale, tout entière obnu­bi­lée par les drames de sa propre his­toire, ignore que le Viêt Nam seul a reçu trois fois et demie le ton­nage de bombes lar­guées durant toute la Seconde Guerre mon­diale : com­pa­rai­son des 7 078 032 tonnes de bombes sur le Viêt Nam aux 2 057 277 tonnes de toute la Seconde Guerre mon­diale, ceci sur une sur­face tel­le­ment moindre et concen­trée… qu’elle reste bien, et de loin, la confron­ta­tion majeure de l’histoire de l’humanité. Il est clai­re­ment démon­tré que chaque cen­ti­mètre car­ré et cube de Viêt Nam était un objec­tif mili­taire*. D’autre part, il est néces­saire d’aborder les pertes humaines. Si l’on pro­je­tait la pro­por­tion de 7 bles­sés états-uniens pour un tué, avec ses 5 mil­lions de morts (1 mil­lion de com­bat­tants, 4 mil­lions de civils, annonce du gou­ver­ne­ment viet­na­mien en 2005 qu’aucun pays de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale n’a remis en cause), le Viêt Nam pour­rait avoir connu l’équivalent fara­mi­neux de 35 mil­lions de bles­sés. Cependant, il convient de se méfier d’une telle extra­po­la­tion, car les moyens sani­taires pour trai­ter les vic­times viet­na­miennes (com­bat­tants ou civils) n’étaient nul­le­ment com­pa­rables à ceux dont dis­po­sait l’armée amé­ri­caine pour soi­gner les GI bles­sés. Par ailleurs, il est même dif­fi­cile d’estimer la popu­la­tion viet­na­mienne avant que débute la guerre.

vietnam4

1970. L’équipe radio d’un groupe d’assaut de l’armée nord-viet­na­mienne lors de l’offensive sur la ville de Quang Tri (© Doan Công Tinh)

Nous savons seule­ment qu’en 1975, elle était de 47,63 mil­lions d’habitants. Ce dont il faut réel­le­ment prendre conscience, réside dans la signi­fi­ca­tion des chiffres : dans leur froide rigueur, ils nous apprennent qu’il s’agit non d’une simple guerre asy­mé­trique, mais bien d’une véri­table exter­mi­na­tion, puisque pour chaque sol­dat amé­ri­cain mort, 100 Vietnamiens furent tués, dont 80 % de civils. Pour bien se péné­trer de l’immensité du car­nage, il est inté­res­sant d’opérer un bas­cu­le­ment de para­digme. En 1975, les États-Unis comp­taient 220 mil­lions d’habitants. S’ils avaient subi les mêmes pertes humaines que celles qu’ils ont infli­gées, 23 mil­lions d’Américains auraient suc­com­bé, 106 mil­lions auraient été bles­sés, tan­dis qu’exilés et dépla­cés tota­li­se­raient res­pec­ti­ve­ment 8 et 48 mil­lions. Quel nom por­te­rait pareil bilan si les vic­times avaient été états-uniennes ? Quelle aurait pu être l’ampleur du trau­ma­tisme sachant ce qu’il fut avec des pertes tel­le­ment moins impor­tantes ? Au cours de la guerre secrète, le petit Laos voi­sin a pour sa part reçu, à lui seul, une quan­ti­té plus impor­tante que durant toute la Seconde Guerre mon­diale. Mais cette ter­rible pesée n’est pas ter­mi­née, car nous devons encore y ajou­ter les bom­bar­de­ments consi­dé­rables d’une autre guerre, secrète elle aus­si, menée paral­lè­le­ment au Cambodge, qui en reçut peu ou prou autant que le Laos. Ces chiffres ahu­ris­sants, inima­gi­nables, suf­fisent à don­ner une idée de l’ampleur, et du nombre effroyable de vic­times, du conflit.

« Pareil désastre humain n’est pos­sible dans les pays enga­gés dans la guerre que par une insen­si­bi­li­sa­tion col­lec­tive de la popu­la­tion, alliée de fait ou juste com­plai­sante. »

Concernant le Viêt Nam, n’oublions pas les 10,5 mil­lions de per­sonnes dépla­cées, les veuves et les orphe­lins eux aus­si dénom­brés par mil­lions ; et le mil­lion et demi d’exilés – car après toute guerre d’occupation vient une guerre civile – dont 300 000 mour­ront sous les balles de la réuni­fi­ca­tion, ou en mer, de soif ou de mala­die, des nau­frages ou des pirates. À cette lita­nie de vic­times, il faut encore ajou­ter celles qui n’apparaissent jamais, tuées ou bles­sées en temps de « paix » – cette période entre 2 conflits – par des engins qui n’avaient pas explo­sé lors des bom­bar­de­ments et qui truffent tou­jours le sol du pays. D’après le minis­tère de la Défense viet­na­mien, les mines occupent un ter­ri­toire d’une super­fi­cie de 6,6 mil­lions d’hectares (équi­valent à plus de 2 fois la Belgique). Elles abondent éga­le­ment au Cambodge et au Laos. Mines et autres engins non explo­sés ont fait entre 100 000 et 150 000 vic­times au seul Viêt Nam, dont 42 000 morts. Parmi les­quels beau­coup d’enfants : au début des années 1980, plus de 40 % de la popu­la­tion avait moins de 15 ans. Enfin, de nom­breuses vies furent écour­tées, soit par la famine, soit par l’embargo qui sui­vit la « chute de Saigon » et que l’opinion publique a tota­le­ment oublié, bien qu’il ait duré presque 20 ans. Tel est le bilan humain pour un minus­cule pays du Sud-Est asia­tique, qui vou­lait son indé­pen­dance. Mme Nguyen Thi Binh, qui signa à Paris les Accords de paix pour le Gouvernement révo­lu­tion­naire pro­vi­soire, plu­sieurs fois ministre et ancienne Vice-pré­si­dente de la République Socialiste du Viêt Nam, me disait un jour avec dou­ceur, d’une voix tein­tée d’une pro­fonde et véri­table incom­pré­hen­sion mal­gré son expé­rience excep­tion­nelle : « Pourquoi nous ont-ils fait la guerre ? » La comp­ta­bi­li­té macabre ne s’arrête mal­heu­reu­se­ment pas là. Car pour être com­plet, il faut encore addi­tion­ner les mil­lions de vic­times de l’agent orange éta­lées sur trois géné­ra­tions déjà, même si l’Histoire offi­cielle ne les men­tionne pas. Pareil désastre humain n’est pos­sible dans les pays enga­gés dans la guerre que par une insen­si­bi­li­sa­tion col­lec­tive de la popu­la­tion, alliée de fait ou juste com­plai­sante.

La dif­fi­cul­té, quant aux pos­sibles suites juri­diques, est, assu­rez-vous, d’a­bord « d’ordre poli­tique », plus que juri­dique. À quels niveaux ?

Suite à la pro­cé­dure inten­tée aux USA par des vic­times viet­na­miennes et l’Association viet­na­mienne des vic­times de l’agent orange (VAVA), début 2004, le Tribunal de pre­mière ins­tance de New York-Est a débou­té les plai­gnantes en mars 2005, puis elles sai­sirent la Cour d’appel fédé­rale du second cir­cuit qui, à son tour, les débou­ta fin 2008. Enfin, en der­nier recours, elles firent l’ultime appel pos­sible auprès de la Cour suprême des États-Unis d’Amérique, à Washington, qui ne dai­gna même pas exa­mi­ner la requête et la repous­sa début 2009. Politiquement, c’était impen­sable et insup­por­table. Perdre une pro­cé­dure inten­tée par l’ancien enne­mi sur son propre ter­ri­toire au moyen de son propre arse­nal juri­dique n’est pas made in USA — le pré­sident George W. Bush inter­ve­nant en per­sonne, par le biais du Département de la jus­tice. À la suite de quoi se tint le Tribunal d’opinion à Paris. À ce moment-là, rien n’interdit une pro­cé­dure au Viêt Nam. Sauf que, imman­qua­ble­ment, une pro­cé­dure au Viêt Nam (souf­frant d’une pénu­rie de juristes com­pé­tents, par ailleurs en pleine éva­lua­tion de ses manques juri­dic­tion­nels afin de déve­lop­per un arse­nal juri­dique moderne, de plus, pays non-ali­gné) inten­tée par des vic­times viet­na­miennes auprès d’un tri­bu­nal viet­na­mien contre l’ancien enne­mi et géant amé­ri­cain n’aurait trou­vé aucune cré­di­bi­li­té auprès des États occi­den­taux, pour des rai­sons his­to­riques et idéo­lo­giques. Sans comp­ter que, poli­ti­que­ment, ce serait un coup d’épée dans l’eau raillé par ces mêmes pays néo­co­lo­nia­listes.

(HOANG MAI/ANOTHER VIETNAM/NATIONAL GEOGRAPHIC BOOKS)

De plus, le Viêt Nam est dans une phase de rap­pro­che­ment accé­lé­ré avec les États-Unis, afin de conte­nir l’expansionnisme chi­nois, et ne peut com­mettre pareil accroc diplo­ma­tique avec des Américains, qui ne lâchent rien contre rien. Pour preuve, au mois de juillet 2013, en Corée du Sud, alliée des USA et ancien coa­li­sé lors du conflit viet­na­mien, la Haute cour de Séoul a condam­né les firmes Dow Chemical et Monsanto à ver­ser des sommes pré­cises à ses vété­rans vic­times eux aus­si de l’agent orange. Ce fut sans suite. Le Droit inter­na­tio­nal en construc­tion n’est pas suf­fi­sam­ment avan­cé et, de toute façon, les États-Unis n’y mettent jamais les doigts, ne prennent jamais d’engagement d’ordre moral pou­vant frei­ner ulté­rieu­re­ment un inter­ven­tion­nisme escor­tant leurs inté­rêts tou­jours plus vastes dans le monde. Quand on sait quels com­bats ont dû mener les vété­rans US, eux-mêmes vic­times de l’agent orange, pour obte­nir recon­nais­sance, indem­ni­sa­tion et prise en charge de leurs patho­lo­gies, on est fixé… et tout ce qu’ils obtinrent le fut « à l’a­miable ». Façon de ne pas créer un pré­cé­dent qui ferait juris­pru­dence ! Encore que la juris­pru­dence, dans ce cas… Figurez-vous que les patho­lo­gies recon­nues en lien avec l’agent orange ne sont à leurs yeux valables que pour les vété­rans US, et ne sont pas expor­tables ! Les autres n’existent pas. En France, que pou­vait-on faire ? J’identifie une vic­time fran­çaise de l’agent orange, d’origine viet­na­mienne : Madame Tran To Nga, et la mets en contact avec Maître Bourdon.

« Figurez-vous que les patho­lo­gies recon­nues en lien avec l’agent orange ne sont à leurs yeux valables que pour les vété­rans US, et ne sont pas expor­tables ! »

Malencontreusement, le 9 août 2010, sous la pré­si­dence de Nicolas Sarkozy, le Parlement fran­çais posait quatre ver­rous qui confis­quaient toute com­pé­tence au juge en matière de droit inter­na­tio­nal. Sauf à vou­loir faire de nôtre pays une terre d’asile pour grands cri­mi­nels inter­na­tio­naux, impos­sible de faire plus res­tric­tif. Que pou­vions-nous entre­prendre ? Il exis­tait la pos­si­bi­li­té d’ouvrir une pro­cé­dure dans un autre pays de la com­mu­nau­té. En Europe, les juri­dic­tions espa­gnole et belge accor­daient à leurs juges de grandes com­pé­tences en matière de droit inter­na­tio­nal… La Belgique avait même octroyé une com­pé­tence uni­ver­selle abso­lue à ses juges, tel­le­ment que la chose ne tar­da pas à poser de grandes dif­fi­cul­tés diplo­ma­tiques à son gou­ver­ne­ment puisque n’importe quel citoyen du monde pou­vait sai­sir sa juri­dic­tion contre n’importe quel diri­geant de la pla­nète, mena­çant d’une part l’équilibre inter­na­tio­nal et, d’autre part, la Belgique de rétor­sions éco­no­miques ouvrant la porte à des conflits sociaux internes. Une situa­tion com­pa­rable guet­tait l’Espagne : les deux pays finirent par recu­ler. Le temps passe et Madame Tran s’épuise à com­battre ses patho­lo­gies. Lors de la cam­pagne élec­to­rale pour la pré­si­den­tielle de 2012, le can­di­dat François Hollande inclu­ra dans ses pro­po­si­tions la levée des ver­rous posés par le Parlement fran­çais en 2010. Un objec­tif qui ne retien­dra pas l’attention des foules et pas­se­ra qua­si inaper­çu. En février 2013, sous la pré­si­dence Hollande, le Parlement res­taure la com­pé­tence du juge fran­çais en matière de droit inter­na­tio­nal en levant trois des quatre ver­rous : pre­miè­re­ment, la condi­tion de rési­dence habi­tuelle du sus­pect en France est aban­don­née ; deuxiè­me­ment, il n’est plus exi­gé que les faits soient punis par la loi du pays où ils ont été com­mis ; troi­siè­me­ment, le Parquet ne deman­de­ra plus à la Cour pénale inter­na­tio­nale de se pro­non­cer la pre­mière – condi­tion par ailleurs incom­pa­tible avec le Statut de Rome qui donne au contraire la prio­ri­té aux États.

Reste le qua­trième ver­rou : le mono­pole du Parquet, « sujet déli­cat entre tous » selon la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui ajoute : « Il paraît incon­ce­vable de dire sans autre forme de pro­cès qu’une vic­time ne peut enga­ger l’action publique ; mais en même temps on ne peut igno­rer l’expérience qu’ont vécue d’autres pays » et la crainte de voir les tri­bu­naux fran­çais ins­tru­men­ta­li­sés par des plaintes venues du monde entier. Mais il suf­fit d’un seul ver­rou pour que la porte de la jus­tice se ferme à une vic­time. Toutefois, l’ouverture d’une pro­cé­dure par une vic­time ayant la natio­na­li­té fran­çaise pour un tort extra­ter­ri­to­rial com­mis par un tiers étran­ger n’est plus empê­chée. Mais sa réus­site posait une ques­tion impor­tante et déli­cate : la plainte devait-elle être por­tée devant un tri­bu­nal de droit pénal, ou bien civil ? Compte-tenu de la charge que sous-tend la pro­cé­dure en ques­tion, le pénal amè­ne­rait à coup sûr la ren­contre d’obstacles insur­mon­tables, appa­ren­tés à ceux vécus par les pays voi­sins. Le mieux devra être aban­don­né au pro­fit du bien ; la plainte se fera donc au civil — ce qui ne devrait pas empê­cher une condam­na­tion à répa­rer les dom­mages cau­sés à autrui (cor­po­rels, maté­riels ou moraux), en ver­sant des dom­mages-inté­rêts ou en exé­cu­tant une obli­ga­tion. Il s’agirait d’un fait sans pré­cé­dent contre les com­pa­gnies chi­miques états-uniennes ayant fabri­qué et four­ni l’agent orange en pleine connais­sance de son « excep­tion­nelle toxi­ci­té », selon l’expression écrite, en date du 24 juin 1965, par un des prin­ci­paux four­nis­seurs, Dow Chemical, dont le chiffre d’affaires dépas­sait il y a encore peu de temps le PIB du Viêt Nam. Le cabi­net William Bourdon – Léa Forestier a donc assi­gné 26 socié­tés mul­ti­na­tio­nales états-uniennes. Les audiences ont com­men­cé au Tribunal d’Évry. On en est là. Les pro­cé­dures pré­cé­dentes ont été mar­gi­na­li­sées, en par­tie par le fait que les médias connaissent mal ou pas du tout le sujet pour les rai­sons évo­quées pré­cé­dem­ment. Mais aujourd’hui, l’envergure de Maître Bourdon sti­mule le débat public. Même si beau­coup reste à faire : la conscience d’une opi­nion publique inter­na­tio­nale bien infor­mée, par la pres­sion qu’elle exer­ce­rait, pour­rait vrai­ment por­ter secours aux vic­times de l’agent orange.

vietnam8

(© James Nachtwey)

Quel regard por­tez-vous sur Obama, aujourd’­hui ? Vous par­liez, dans un article paru en 2008, d’un « espoir mesu­ré ».

Je vais vous répondre à rebours. En 2008, l’élection de Barack H. Obama, né de sang mêlé, a sou­le­vé un enthou­siasme déme­su­ré. Au regard de l’histoire raciale des États-Unis, son élec­tion était la cari­ca­ture d’une pro­gres­sion morale évi­dente de la part de la popu­la­tion. Le monde dans sa gri­saille ne vou­lut y voir que ce côté posi­tif, et l’amplifia. Par ailleurs, quoique brillant, Obama res­tait ce qu’il était, métis. Car s’il avait été noir, il n’est pas du tout cer­tain qu’il eût été élu. Sa poli­tique lui res­semble. Mais peut-il en faire une autre au regard des méca­nismes qui l’ont élu ? D’où un « espoir mesu­ré », m’évitant à l’époque d’écrire « espoir scep­tique » dans un contexte qui n’était pas prêt à l’entendre. Effectivement, vis-à-vis des vic­times de l’agent orange, il dou­ble­ra la pro­messe d’une aide finan­cière prise par son pré­dé­ces­seur à hau­teur de 3 mil­lions de dol­lars… puis pro­po­se­ra au Congrès 12 mil­lions… quand Nguyen Van Rinh, pré­sident de VAVA, l’estime à plus de mille mil­liards. Cette aide res­te­ra tou­te­fois une aumône, mais qua­si uni­que­ment au béné­fice d’entreprises amé­ri­caines car si pol­luer rap­porte, dépol­luer aus­si, et sou­vent aux mêmes ! Nous pou­vons tou­jours espé­rer et croire qu’intérieurement le per­son­nage a conscience qu’il se tient très en deçà de ce qui serait décent de faire… mais bien sûr cela ne change rien à la situa­tion réelle des vic­times.

Un der­nier point : Kennedy est une icône posi­tive de la culture occi­den­tale (aus­si bien poli­tique qu’i­co­no­gra­phique et artis­tique) : vous rap­pe­lez son rôle dans la guerre du Viêt Nam. Pourquoi un tel trou noir, dans la mémoire col­lec­tive ?

S’agit-il d’un trou de mémoire où d’une dis­si­mu­la­tion his­to­rique ? Difficile d’oublier ce qui n’a jamais été dit en son temps. En quelques mots donc, début 1961, John F. Kennedy sou­hai­tant ras­su­rer l’Amérique sur le fait qu’il n’était pas « rose », dépê­cha 400 bérets verts, des forces d’opérations spé­ciales avec pour mis­sion d’instruire les sol­dats sud-viet­na­miens aux dif­fé­rents moyens de com­battre la gué­rilla com­mu­niste au sud. Le nombre des « conseillers mili­taires », que son pré­dé­ces­seur avait envoyés par cen­taines, fut por­té à 16 000. Sous l’égide des conseillers états-uniens, l’armée du Sud lan­ça des mil­liers d’opérations de ratis­sage au sein de la popu­la­tion. Le sous-secré­taire d’État, George Ball, fut le seul des prin­ci­paux conseillers du pré­sident à le mettre en garde. Il pré­vint son ami Kennedy que le Viêt Nam ne se plie­rait pas faci­le­ment à la volon­té de l’Amérique. « Maintenir l’indépendance du Sud-Viêt Nam », insis­ta Ball, « signi­fie que dans cinq ans il y aura 300 000 sol­dats amé­ri­cains dans les rizières et les jungles du Viêt Nam. » Kennedy ne crut pas une seconde à cette pro­phé­tie. Des bom­bar­diers et des héli­co­ptères amé­ri­cains vinrent s’ajouter aux forces en pré­sence, confir­mant l’interventionnisme états-unien, tan­dis que l’armée du Sud-Viêt Nam enga­geait 100 000 hommes sup­plé­men­taires. Plus tard, ses effec­tifs appro­che­ront le mil­lion. C’est le pré­sident Kennedy qui don­na son feu vert en 1961 au lan­ce­ment de l’opération « Ranch Hand » dési­gnant l’épandage des agents chi­miques au Viêt Nam. L’amnésie col­lec­tive de cet envers de Kennedy réside dans le seul fait que les choses qui ne sont pas dites ne peuvent pas être sues ! Dans le contexte des années 1960, Kennedy (et ses frères) était celui qui ren­voyait l’image la plus proche des aspi­ra­tions de la jeu­nesse d’après-guerre, culti­vant – sans mau­vais esprit de ma part – une repré­sen­ta­tion de sur­face proche de celle d’une star de ciné­ma… en quelque sorte, un Obama blanc. À cette dif­fé­rence impor­tante qu’Obama n’est pas issu d’un clan fami­lial richis­sime enra­ci­né en poli­tique depuis le XIXe siècle comme celui des Kennedy. Par la suite, JFK, qui était en fric­tion avec les puis­sances occultes de l’« État pro­fond » (ser­vices secrets, milieu des affaires et de la finance, mafia, etc.), fut assas­si­né, ne lais­sant pas au temps la pos­si­bi­li­té de ter­nir l’icône : cela scel­la le mythe.


http://www.agent-orange-vietnam.org/


NOTES 

* Cf. le rap­port de Peter Weiss publié en juillet 1968, aux édi­tions du Seuil, dans la col­lec­tion « Combats » diri­gée par Claude Durand.


REBONDS

☰ Lire « Journal d’un résis­tant viet­na­mien », Ngo-Van-Chiêu (Memento), juin 2015
☰ Lire notre article « Léo Figuères : d’une résis­tance à l’autre », Alain Ruscio, juin 2015
☰ Lire notre article « Daniel Guérin, à la croi­sée des luttes », mars 2015
☰ Lire notre article « Indochine : gloire aux déser­teurs », Émile Carme, jan­vier 2015
☰ Lire notre article « Tuer pour civi­li­ser : au cœur du colo­nia­lisme », Alain Ruscio, novembre 2014

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.