Leyla Güven : notes d’une libération


Texte inédit pour le site de Ballast

Qui est Leyla Güven ? Maire en Turquie par deux fois et dépu­tée du Parti démo­cra­tique des peuples — le HDP —, la mili­tante quin­qua­gé­naire, arrê­tée il y a un an pour avoir cri­ti­qué l’invasion meur­trière de la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord conduite par Erdoğan, a été libé­rée sous contrôle judi­ciaire le 25 jan­vier 2019. Derrière les bar­reaux, elle menait une grève de la faim en vue d’obtenir la ces­sa­tion de l’isolement car­cé­ral impo­sé à Abdullah Öcalan, figure du mou­ve­ment révo­lu­tion­naire kurde empri­son­né depuis bien­tôt 20 ans — un régime de déten­tion éga­le­ment dénon­cé par Amnesty International. Danielle Simonnet, coor­di­na­trice du Parti de gauche, s’est ren­due en Turquie à l’invitation du HDP et du TJA, le Mouvement des femmes libres, afin d’appuyer la lutte de l’ensemble des pri­son­niers poli­tiques et de Leyla Güven en par­ti­cu­lier, dont la grève se pour­suit à l’heure qu’il est. Sa libé­ra­tion a eu lieu lors de son séjour, dont elle nous livre ici les notes.


La situa­tion est pré­oc­cu­pante. Leyla Güven, dépu­tée du HDP empri­son­née depuis un an, est en grève de la faim depuis le 7 novembre 2018 ; son état de san­té s’est for­te­ment dégra­dé. Son pro­cès se tient ce ven­dre­di 25 jan­vier 2019 : elle est pour­sui­vie pour avoir dénon­cé dans ses dis­cours l’attaque d’Afrin par les armées d’Erdoğan. Sa grève de la faim n’a pour­tant pas pour objet sa propre libé­ra­tion mais la fin de l’isolement car­cé­ral d’Abdullah Öcalan, lea­der du PKK et figure de pre­mier plan du peuple kurde, empri­son­né depuis 1999 et pur­geant une peine de pri­son à vie sur une île non loin d’Istanbul. Cet iso­le­ment com­plet est subi depuis trois ans au mépris de toutes les conven­tions inter­na­tio­nales. Alors que le PKK avait fait le choix d’une refon­da­tion stra­té­gique vers le confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique — tour­nant ain­si la page du natio­na­lisme kurde et du mar­xisme-léni­nisme —, la Turquie a, ces der­nières années, dur­ci sa répres­sion à l’encontre du peuple kurde et de ses repré­sen­tants et sou­tiens. Après la « ten­ta­tive de coup d’État » de juillet 2016, le pré­sident Erdoğan a fait bas­cu­ler le pays dans une dic­ta­ture : jour­na­listes bâillon­nés et arrê­tés, vaste purge des fonc­tion­naires et des uni­ver­si­taires, empri­son­ne­ment mas­sif de diri­geants et mili­tants poli­tiques (prin­ci­pa­le­ment du HDP).

« Erdoğan a fait bas­cu­ler le pays dans une dic­ta­ture : jour­na­listes bâillon­nés et arrê­tés, empri­son­ne­ment mas­sif de diri­geants et mili­tants poli­tiques. »

Dans la même période, les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS), au sein des­quelles com­battent les forces armées kurdes YPG et YPJ, ont joué un rôle déter­mi­nant dans la lutte contre Daech : elles ont été saluées par toute la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale, libé­rant Raqqa, après que les com­bat­tants kurdes ont aus­si lar­ge­ment contri­bué à reprendre Mossoul, fief de Daech. L’expérience poli­tique qu’ils déve­loppent au Rojava, au nord de la Syrie, est sin­gu­lière dans la région, et même à l’échelle du monde : plu­ra­liste, sociale, sans dis­cri­mi­na­tion eth­nique ou reli­gieuse, por­teuse d’une pra­tique com­mu­na­liste, fémi­niste et sou­cieuse d’écologie1Dans les faits, le contexte de grande pré­ca­ri­té ne per­met pas d’évaluer les mesures éco­lo­gistes prises.. Cette expé­rience non seule­ment nous pas­sionne, mais consti­tue un point d’appui pour la paix face aux États natio­na­listes pan­arabes ou fon­da­men­ta­listes isla­mistes de la région. La rup­ture de l’isolement et la libé­ra­tion d’Öcalan — le Mandela du peuple kurde — n’est pas qu’une ques­tion de défense des droits de l’Homme, elle est aus­si un enjeu poli­tique fon­da­men­tal : une condi­tion essen­tielle pour enga­ger un pro­ces­sus de solu­tion poli­tique au ser­vice de la paix dans cette région du Moyen-Orient. Cela néces­site de sor­tir le PKK de la liste des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes : les héros com­bat­tants d’hier et d’aujourd’hui doivent ces­ser d’être consi­dé­rés comme les pes­ti­fé­rés des tables de négo­cia­tions inter­na­tio­nales.

La mis­sion pré­vue est courte : nous par­tons le jeu­di et ren­trons le same­di. Nous nous ren­dons à Diyarbakir le ven­dre­di, jour pro­gram­mé du pro­cès de Leyla Güven, pour ten­ter de bri­ser le silence poli­tique et média­tique autour de sa grève de la faim. L’ancienne maire, signa­taire de « L’appel à un règle­ment paci­fique de la ques­tion kurde en Turquie », avait déjà fait de la pri­son de 2009 à 2014, comme de nom­breuses per­son­na­li­tés poli­tiques kurdes ou sym­pa­thi­santes accu­sées, bien sûr, de com­pli­ci­té « ter­ro­riste » ; de nou­veau incar­cé­rée, Güven, sor­tie dépu­tée des élec­tions légis­la­tives du 24 juin 2018 et béné­fi­ciant dès lors de l’immunité propre à la fonc­tion, devait être libé­rée — le pro­cu­reur fit appel, annu­lant sa libé­ra­tion. Entre les quatre murs de sa cel­lule, cette femme qui a consa­cré toute sa vie au com­bat poli­tique n’a plus que son corps pour se battre. La grève de la faim, à l’approche du ving­tième anni­ver­saire de l’emprisonnement d’Öcalan, est selon Güven une démarche per­son­nelle pour faire entendre sa demande : « J’ai pous­sé un cri dans la nuit », pré­ci­se­ra-t-elle. 276 autres Kurdes, dont de nom­breux pri­son­niers, lui ont par la suite emboî­té le pas. Depuis que Trump a annon­cé le retrait des troupes amé­ri­caines de Syrie, Erdoğan s’est engouf­fré dans la brèche pour mena­cer de nou­veau, et plus for­te­ment encore, le Rojava d’une attaque mili­taire. La situa­tion s’accélère. Une attaque mili­taire des forces turques contre le nord de la Syrie serait non seule­ment un ter­rible mas­sacre mais pro­vo­que­rait le redé­ploie­ment poten­tiel de Daech et d’Al-Nosra dans la région. Malgré ce contexte poli­tique pour­tant char­gé, silence radio à la fois des auto­ri­tés poli­tiques fran­çaises et euro­péennes comme des médias. Nous avons beau publier des com­mu­ni­qués de presse : rien.

© Danielle Simonnet

À l’initiative d’Éric Coquerel, les dépu­tés France insou­mise ont impul­sé une lettre signée par des par­le­men­taires — du PCF à l’UDI — à l’attention du pré­sident de la République fran­çaise pour qu’il inter­pelle Erdoğan : rien. J’ai orga­ni­sé une délé­ga­tion — avec nos deux dépu­tés européens2Younous Omarjee et Emmanuel Maurel., notre tête de liste aux européennes3Manon Aubry. et une de nos candidates4Sophie Rauszer. — pour expri­mer notre sou­tien aux 15 gré­vistes de la faim qui, à Strasbourg, ont sui­vi Leyla Güven : rien. Pas un jour­na­liste ne se déplace. D’ailleurs, une semaine plus tôt, nous avions été frap­pés par l’absence des médias à la grande mani­fes­ta­tion annuelle, depuis 6 ans déjà, à la mémoire de Sakine Cansiz, Fidan Doğan et Leyla Söylemez, ces trois diri­geantes kurdes assas­si­nées en plein Paris sur ordre des ser­vices secrets turcs. Triple fémi­ni­cide aujourd’hui encore impu­ni. Du coup, depuis une semaine, je tente d’imposer le sujet dans cha­cun de mes pas­sages médias. Sur France Info TV, alors que Macron vient enfin de rendre l’antenne après six heures de ce grand faux débat natio­nal (et au moins une heure de retard sur le plan­ning pré­vu), la jour­na­liste me demande de com­men­ter ce show qui m’insupporte. « Avant de vous répondre, je veux vous par­ler de cette femme. » Je sors la pho­to de Leyla Güven, avec son T-shirt de gré­viste arbo­rant le por­trait d’Öcalan. À peine la pre­mière phrase expri­mée, la jour­na­liste, pani­quée et sem­blant avoir l’oreillette plus qu’un peu agi­tée, tente de me cou­per la parole ; j’ai tenu bon et pu expo­ser la situa­tion. Seul Le Media va réel­le­ment m’inviter sur le sujet, nous per­met­tant, avec Berivan Firat, porte-parole du CDKF (Conseil démo­cra­tique des Kurdes en France), d’exposer toute la situa­tion. Côtés auto­ri­tés, Jean-Luc Mélenchon tente un cour­rier au ministre des Affaires étran­gères, Le Drian, pour que la France plaide au moins la situa­tion pré­oc­cu­pante de l’état de san­té de Leyla Güven : à ce cour­rier éga­le­ment, aucune réponse ne sera faite. C’était déjà déci­dé, mais c’est encore plus impor­tant pour nous à pré­sent : nous devions mar­quer notre pré­sence aux côtés de nos cama­rades du HDP et du mou­ve­ment fémi­niste kurde. Leyla Güven ne doit pas mou­rir.

Jeudi 24 janvier, 13 h 20

« Quelques mois aupa­ra­vant, je m’étais vu refu­ser l’autorisation par l’État d’Israël d’aller en Palestine dans le cadre d’une délé­ga­tion d’élu·e·s : déci­dé­ment. »

Dans l’aéroport, on a quelques appré­hen­sions. Lors de notre der­nier voyage, à l’occasion des élec­tions pré­si­den­tielles et légis­la­tives, où nous nous étions ren­dus à Diyarbakir en tant qu’observateurs inter­na­tio­naux pour le HDP, les ser­vices secrets turcs nous avaient inter­cep­tés à Istanbul. Deux heures d’interrogatoire poli­tique, avec télé­phones et ordi­na­teurs confis­qués, pour abou­tir à un pre­mier ver­dict : nous allions être expul­sés par le pre­mier vol pour Paris et serions inter­dits à vie d’entrée sur le ter­ri­toire turc. Quelques mois aupa­ra­vant, je m’étais vu refu­ser l’autorisation par l’État d’Israël d’aller en Palestine dans le cadre d’une délé­ga­tion d’élu·e·s : déci­dé­ment. Sans qu’on en com­prenne les causes, quelque temps après ces deux heures d’interrogatoire, un nou­veau ver­dict tombe : nous sommes auto­ri­sés à pour­suivre notre voyage. J’ai donc pu obser­ver l’étrange élec­tion pré­si­den­tielle de Turquie. Imaginez : le can­di­dat de l’opposition, Selahattin Demirtaş, contraint de faire cam­pagne depuis sa pri­son ! Coprésident du HDP, dépu­té depuis 2007, il a été arrê­té en novembre 2016 dans le cadre des purges mas­sives conduites par Erdoğan contre l’opposition, accu­sé, comme beau­coup d’autres, de diri­ger, sou­te­nir et faire la pro­pa­gande du PKK. J’ai pu consta­ter nombre d’irrégularités mani­festes : des bureaux de vote sur­veillés par les mili­taires qui n’hésitent pas à impo­ser leur pré­sence armée à l’intérieur ; de nom­breux inci­dents, comme ce mili­tant de l’AKP mena­çant des élec­teurs de son arme ; pire, des urnes qui s’envolent en héli­co­ptère avant d’être dépouillées… Ni la France, ni l’Union euro­péenne n’ont pro­tes­té : un sombre et sinistre accord est pas­sé depuis long­temps avec les auto­ri­tés d’Ankara — à grand ren­fort de moyens finan­ciers, l’Union euro­péenne leur a délé­gué le contrôle de l’immigration aux fron­tières.

Avec Jean-Christophe Sellin, nous avons pris nos pré­cau­tions et défi­ni un pro­to­cole de sécu­ri­té pré­cis — des appels à nos cama­rades pla­ni­fiés pour leur assu­rer de notre pas­sage à la fron­tière ou, le cas échéant, si absence d’appel de notre part, la néces­si­té pour eux de contac­ter les ser­vices de l’ambassade. Mais rien de cela ne s’est avé­ré néces­saire. Nous arri­vons à Istanbul puis à Diyarbakir vers minuit. Quelle va être notre jour­née ? À cette heure-là, nous n’en savons rien. Je me remé­more toutes mes ren­contres avec mes amies kurdes, Anim, Berivan et Hazal, sans oublier Nursel — qui a dû, un temps, se reti­rer du mili­tan­tisme pour des rai­sons de san­té. Les liens se sont tis­sés au fur et à mesure5À l’issue de la mani­fes­ta­tion de jan­vier 2018 contre le triple fémi­ni­cide, nous avions déjà pas mal échan­gé, puis elles m’avaient conviée au Tribunal per­ma­nent des peuples à Paris en mars et, avec ma cama­rade Corinne Morel Darleux, nous étions allées à la séance de pré­sen­ta­tion du ver­dict du Tribunal per­ma­nent des peuples sur la Turquie et les Kurdes, en mai, à Bruxelles. De quoi prendre conscience des crimes com­mis par Erdoğan, ses ser­vices secrets, son armée, en Turquie comme au Rojava. J’avais par la suite invi­té Nursel et Anim au fes­ti­val d’Avignon afin qu’elles inter­viennent dans le débat de la der­nière repré­sen­ta­tion théâ­trale, de Gérald Dumont, de la lec­ture du der­nier livre de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes : elles y expo­sèrent l’enjeu de la bataille fémi­niste dans le com­bat face aux isla­mistes.. En octobre, Anim m’a embar­quée pour Francfort afin de par­ti­ci­per à la confé­rence inter­na­tio­nale des femmes orga­ni­sée par les réseaux fémi­nistes kurdes. Imaginez : plus de 700 femmes dans un amphi, venues du monde entier et échan­geant leurs expé­riences, de luttes fémi­nistes mais aus­si éco­lo­gistes. Inoubliable. Le ven­dre­di 18 jan­vier 2019, Berivan Firat m’a annon­cé la dégra­da­tion très pré­oc­cu­pante des condi­tions de san­té de Leyla Güven. Un ras­sem­ble­ment est impro­vi­sé en deux heures dans la gare du Nord : je n’oublierai pas la fer­veur, mais aus­si le déses­poir, dans les yeux et les into­na­tions des slo­gans de ces cama­rades. Leyla Güven va-t-elle mou­rir dans le silence assour­dis­sant des auto­ri­tés fran­çaises, euro­péennes et des médias ?

© Danielle Simonnet

Vendredi 25 janvier, 8 heures

Duygu, jeune mili­tante turque du HDP et atta­chée par­le­men­taire du dépu­té de Diyarbakir, vient nous cher­cher à l’hôtel. Nous débar­quons devant le tri­bu­nal de la ville. D’autres cadres du HDP sont là, avec nombre de militant·e·s — nous y retrou­vons Pervin Buldan, l’actuelle copré­si­dente du par­ti. Tous nous remer­cient de notre pré­sence et, mal­gré l’inquiétude dans tous les regards, les sou­rires bien­veillants sont sur toutes les lèvres. Je ren­contre la fille de Leyla Güven. Quel cou­rage, quelle pré­sence mal­gré la situa­tion pré­oc­cu­pante de sa mère ! On se retrouve à enchaî­ner des inter­views pour des médias kurdes que nous ne connais­sons pas. Je trouve, enfin, un cor­res­pon­dant de l’AFP sur place : notre dépla­ce­ment aura donc peut-être une réper­cus­sion dans les médias fran­çais (j’avais, avant mon départ, contac­té l’AFP pour décro­cher les coor­don­nées de leur cor­res­pon­dant en Turquie mais n’avais aucune garan­tie qu’ils couvrent le pro­cès de Leyla Güven ; main­te­nant, c’est chose faite). Nous ne savons pas encore si nous serons auto­ri­sés à assis­ter à l’audience6Trois fois aupa­ra­vant, les mili­tants Jean-Christophe Sellin et Corinne Morel-Darleux avaient fait le voyage pour les pro­cès de Demirtas et Yüksekdag, anciens diri­geants du HDP, sans pou­voir y assis­ter.. Nous avons effec­tué les demandes adé­quates aux auto­ri­tés, via l’ambassade, qui nous a signa­lé que les audiences étaient libres, sans pour autant nous don­ner de garan­tie pour l’entrée effec­tive… La veille, a eu lieu le pro­cès à répé­ti­tion de Demirtaş ; il devait faire face à 37 chefs d’accusation, et le voi­là sous le coup d’une condam­na­tion à 142 années d’emprisonnement dans ce simu­lacre de jus­tice !

9 heures

« On nous fait entrer. Elle est allon­gée sur un cana­pé, un masque sur la bouche. »

On nous apprend que le HDP a déci­dé de boy­cot­ter la séance, consi­dé­rant comme tota­le­ment inique de tenir une audience sans que la pré­ve­nue soit en état phy­sique d’y assis­ter, sans que les avo­cats aient pu faire valoir quoi que ce soit. Nous atten­dons. Il fait bien moins froid qu’à Paris et, mal­gré la pluie annon­cée, un beau soleil brille sur Diyarbakir. Puis on apprend la nou­velle : Leyla Güven va être libé­rée ! Libre, elle est libre ! On a du mal à com­prendre. Tout le monde court rejoindre les voi­tures et nous voi­là par­tis en convoi vers la pri­son de Diyarbakir. Une pri­son ? Oui, on voit bien les mira­dors, avec des pelo­tons armés, mais les bâti­ments sont dans un tel état, au milieu de ce centre-ville aux rues défon­cées, aux immeubles dégra­dés, qu’on croit plu­tôt avoir affaire à un bidon­ville à peine amé­lio­ré. La police est là, fina­le­ment numé­ri­que­ment moins impres­sion­nante que lors des manifs des gilets jaunes à Paris (bien qu’ils soient eux aus­si armés de Flash-Ball). On patiente. On refait des inter­views. Puis on se dirige à pied der­rière la pri­son, com­pre­nant que l’ambulance ne sor­ti­ra pas par l’entrée prin­ci­pale. Et c’est sous les applau­dis­se­ments de la foule qui a gros­si que l’ambulance trans­por­tant Leyla Güven quitte enfin la pri­son.

11 heures

On nous invite à rega­gner bien vite les voi­tures : Leyla Güven tient à remer­cier, chez elle, toutes les délé­ga­tions venues la sou­te­nir. On arrive dans une cité HLM. Beaucoup de gens sont dehors à attendre, joyeux et tristes à la fois. Ils se retrouvent, s’embrassent, se serrent dans les bras. Nous mon­tons à l’étage. Sur le palier de son appar­te­ment, des dizaines et des dizaines de paires de chaus­sures éta­lées. Une femme pleure. Je la serre dans mes bras. En dépit du monde, le silence est là — seul·e·s parlent à voix haute quelques militant·e·s qui orga­nisent les pas­sages dans le salon où se trouve Leyla. On nous fait entrer. Elle est allon­gée sur un cana­pé, un masque sur la bouche. Elle nous remer­cie de notre sou­tien et nous explique pour­quoi elle entend bien pour­suivre sa lutte. Malgré la tra­duc­tion, for­mu­lée à voix si basse qu’elle m’échappe par­fois, j’ai le sen­ti­ment de tout com­prendre. Comme si ses gestes, sa voix faible mais déter­mi­née et son regard suf­fi­saient à sai­sir l’essentiel. Elle entend nous trans­mettre le peu de force qu’il lui reste pour qu’on pour­suive le com­bat. Cette femme ne lâche­ra jamais sa cause : déter­mi­née, elle est prête à sacri­fier sa vie, toute sa vie. Nous quit­tons ce salon, cet appar­te­ment, cet immeuble, ce quar­tier sans pou­voir trop par­ler. Autant de tris­tesse, de colère que d’admiration. Leyla Güven est libé­rée mais les charges contre elles ne sont pas levées ; son pro­cès aura lieu en mai pro­chain. Elle est déci­dée à pour­suivre sa grève de la faim, com­bien de jours tien­dra-t-elle avant son der­nier souffle ?

© Danielle Simonnet

14 heures

On a rejoint le local du Congrès démo­cra­tique de la socié­té. C’est une ins­ti­tu­tion non figée, un congrès per­ma­nent qui regroupe les repré­sen­ta­tions de toutes les com­mu­nau­tés cultu­relles et reli­gieuses, les syn­di­cats, mais aus­si le mou­ve­ment fémi­niste ain­si que les asso­cia­tions LGBT. J’ai du mal à me repré­sen­ter com­ment cela fonc­tionne, quel type de débats il peut y avoir ; je rêve­rais d’assister à une de leurs réunions. Après un tchaï (thé noir), et même deux, nous par­tons pour le local du HDP. Dehors, flotte tou­jours la mul­ti­tude de petits dra­peaux qui m’avaient émer­veillée en juin lors de la soi­rée élec­to­rale. Je me sou­viens de la foule si joyeuse qui exul­tait sa fier­té d’avoir atteint un score à deux chiffres aux législatives711, 70 %, soit 67 sièges., syno­nyme de repré­sen­ta­tion pro­por­tion­nelle. À moins qu’elle n’ait ten­té d’oublier, le temps d’une soi­rée de liesse popu­laire, qu’Erdoğan avait tota­le­ment tru­qué l’élection pré­si­den­tielle, que sa réélec­tion allait occa­sion­ner une aggra­va­tion de la répres­sion que le peuple et son oppo­si­tion poli­tique allaient payer cher. Que j’avais dan­sé ! Entraînée dans leur faran­dole tra­di­tion­nelle où on se tient par le petit doigt, avec un pas de danse répé­ti­tif et fina­le­ment pas si com­pli­qué à suivre… Ce matin, la place est vide devant le local, et quelques véhi­cules blin­dés sont là. Au cas où. Nous sommes accueillis par le can­di­dat à l’élection muni­ci­pale de Diyarbakir, éga­le­ment dépu­té. S’engage une dis­cus­sion pas­sion­nante sur leur stra­té­gie poli­tique, la bataille à venir des muni­ci­pales du 31 mars 2019. Il nous ques­tionne sur le mou­ve­ment des gilets jaunes et exprime son éton­ne­ment du niveau de la répres­sion : le « pays des liber­tés » en a pris un coup, même jusque dans la Turquie pour­tant plon­gée dans la dic­ta­ture fas­ciste.

18 heures

« La ques­tion fémi­niste n’est ni un à-côté du com­bat, ni une par­tie du pro­gramme à réa­li­ser une fois le pou­voir conquis. »

Après avoir expri­mé notre sou­tien poli­tique à l’occasion d’un point presse que le HDP avait orga­ni­sé, nous pre­nons une heure de pause, une heure de pro­me­nade dans Dyarbakir. Nous rejoi­gnons le mar­ché que nous avions ado­ré en juin der­nier. Quasiment les yeux fer­més, nos pieds nous ramènent au ven­deur de tapis avec lequel nous avions échan­gé — on s’était jetés dans les bras quand il avait appris que nous étions là en sou­tien au HDP (son fils étant l’ami d’enfance de Demirtaş, il consi­dé­rait ce der­nier comme un membre de sa famille)… Puis nous rejoi­gnons un petit res­tau­rant très simple, avec Ayşe Acar Başaran, dépu­tée de Batman (c’est bien le nom de la ville). Est pré­sente éga­le­ment Ayşe Gökkan, l’une des fon­da­trices du TJA, le Mouvement des femmes libres. Dans leur pro­jet révo­lu­tion­naire, la ques­tion fémi­niste n’est ni un à-côté du com­bat, ni une par­tie du pro­gramme à réa­li­ser une fois le pou­voir conquis : c’est un point de départ, un axe cen­tral et le conden­sé de l’objectif révo­lu­tion­naire, l’émancipation. Le TJA contri­bue à aider les femmes à s’auto-organiser, les aide contre les vio­lences sexistes et sexuelles, d’abord au sein même des struc­tures fami­liales. Il accom­pagne et incite à l’implication des femmes dans toutes les tâches et luttes du com­bat social et poli­tique ; il orga­nise des assem­blées citoyennes et des espaces de non-mixi­té, consi­dé­rant comme essen­tiel que les femmes prennent elles-mêmes, entre elles, leurs propres déci­sions.

Le mou­ve­ment a créé des centres d’alphabétisation et d’éducation à la san­té et aux arts. L’éducation aux ques­tions de genre et au fémi­nisme est consi­dé­rée comme un pilier fon­da­men­tal de l’émancipation des femmes et de la des­truc­tion du patriar­cat — Öcalan lui-même consi­dère que le sujet révo­lu­tion­naire ne doit plus être le pro­lé­ta­riat mais les femmes, se fixant à lui et aux hommes la tâche de « tuer le mâle domi­nant en cha­cun d’eux ». Sakine Cansiz, une des trois femmes assas­si­nées à Paris en 2013, fut par­mi les fon­da­teurs et fon­da­trices du PKK ; elle avait joué éga­le­ment un rôle cen­tral dans la refonte idéo­lo­gique révo­lu­tion­naire, pla­çant la ques­tion de l’émancipation des femmes en son centre. Le mou­ve­ment fémi­niste révo­lu­tion­naire kurde a déve­lop­pé une « science des femmes », la jinéo­lo­gie, fon­dée sur une mytho­lo­gie qui édi­fie la femme en déesse créa­trice de la socié­té néo­li­thique et pro­meut le lien de la femme avec la vie — un lien plus exhaus­tif que celui de l’homme, qui lui confè­re­rait des com­pé­tences et des pou­voirs propres. Si je n’adhère pas à ce dif­fé­ren­tia­lisme, leur construc­tion poli­tique, qui vise à arti­cu­ler étroi­te­ment l’auto-organisation et l’autodéfense (tant phy­sique qu’intellectuelle) des femmes contre la domi­na­tion patriar­cale et l’incitation à l’auto-rééducation des hommes contre la repro­duc­tion de ladite domi­na­tion à l’enjeu démo­cra­tique d’une socié­té éman­ci­pée, m’inspire for­te­ment. « La démo­cra­ti­sa­tion de la femme est déter­mi­nante pour l’établissement per­ma­nent de la démo­cra­tie et de la laï­ci­té. Pour une nation démo­cra­tique, la liber­té de la femme est éga­le­ment d’une impor­tance capi­tale, car la femme libé­rée consti­tue une socié­té libé­rée », note ain­si Öcalan dans Libérer la vie : la révo­lu­tion de la femme.

© Danielle Simonnet

Dans le pro­jet du Rojava comme au sein du HDP, toutes les ins­tances sont pari­taires. Or il n’y a pas, loin s’en faut, de loi sur la pari­té en Turquie — le vice-Premier ministre d’Erdoğan avait même décla­ré vou­loir impo­ser l’interdiction aux femmes de « rire fort » dans l’espace public ! Fièrement, le HDP et le Rojava reven­diquent de devan­cer la loi qu’ils sou­haitent pro­mou­voir. La bataille fémi­niste se mène par la volon­té déter­mi­née de l’incarner, de réa­li­ser l’égalité au quo­ti­dien. Au nord de la Syrie, les femmes ont leur armée et partent au com­bat, kalach­ni­kov en ban­dou­lière, comme les hommes — recon­nues en tant que com­bat­tantes, elles ont pu l’être plus faci­le­ment comme maires de leur com­mune. Mettre la bataille fémi­niste au cœur du pro­ces­sus révo­lu­tion­naire a faci­li­té la fédé­ra­tion des groupes appar­te­nant à dif­fé­rentes cultures, eth­nies et reli­gions, et à mettre à dis­tance les réflexes les plus tra­di­tio­na­listes ou réac­tion­naires qui peuvent exis­ter dans toute com­mu­nau­té cultu­relle et reli­gieuse. Le fémi­nisme sert de ferment à la sécu­la­ri­sa­tion de leur poli­tique, incar­née par le com­mu­na­lisme plu­ra­liste ; il est éga­le­ment l’étendard sym­bo­lique de leur com­bat contre tous les obs­cu­ran­tismes isla­mistes mor­ti­fères de Daech, d’Al-Nosra ou de l’AKP d’Erdoğan. Cette diri­geante fon­da­trice du TJA m’avait for­te­ment impres­sion­née ; quelle joie de la revoir. Je lui demande com­ment elle va, « şöyle böyle » me répond-elle — « Comme ci, comme ça. » J’apprends qu’entre notre pré­cé­dente ren­contre de juin et aujourd’hui, elle a fait six mois de pri­son. Une femme nous rejoint dans le res­tau­rant, jeune et sou­riante ; elle est sor­tie de trois mois de pri­son il y a trois jours. Son pro­cès n’a pas encore eu lieu. Elle dit d’une voix sereine et sans s’arrêter de sou­rire qu’elle sait bien que 10 années de pri­son l’attendent.

On se sépare non sans émo­tion. Je ne sais encore si je pour­rai retour­ner en Turquie pour les élec­tions muni­ci­pales du 31 mars, comme elles le sou­haitent. Et si j’y retourne, seront-elles en liber­té ? « Jin, Jihan, Azadi ! », tel est le plus beau slo­gan du mou­ve­ment fémi­niste kurde : « Les femmes, la lutte, la liber­té ! » Il prend à mes yeux tout son sens ce soir-là. Nous avons beau être épui­sés de fatigue et savoir qu’il nous fau­dra nous lever à l’aube le len­de­main, com­ment aller dor­mir après une telle jour­née ? On se retrouve au bar de l’hôtel avec un mili­tant de la délé­ga­tion inter­na­tio­nale, du par­ti Rouge de Norvège ; autour d’un, deux ou trois rakis, nous échan­geons sur nos par­cours poli­tiques res­pec­tifs…

Samedi, 6 heures

On quitte l’hôtel, direc­tion l’aéroport. Nous pas­sons les contrôles des bagages et des pas­se­ports (dans ce sens-là, aucune appré­hen­sion n’est jus­ti­fiée). Diyarbakir, Istanbul, Paris. Sa gri­saille. Et, comme tous les same­dis, c’est la manif’ des gilets jaunes. J’entends bien conti­nuer de relayer la bataille de mes cama­rades turcs et/ou kurdes au sein du Conseil de Paris des 4, 5 et 6 février en pro­po­sant, à tra­vers ce vœu, que la ville place Leyla Güven sous sa pro­tec­tion sym­bo­lique en la fai­sant citoyenne d’honneur, et que la maire demande au chef de l’État et au gou­ver­ne­ment fran­çais d’intervenir auprès de la Turquie pour sou­te­nir la libé­ra­tion de tous les pri­son­niers poli­tiques.

Lundi 4 février

Mon vœu a été adop­té !


Photographie de ban­nière : Danielle Simonnet


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Guillaume Perrier : « Erdoğan, un rêve de pré­si­dence omni­po­tente », juin 2018
☰ Lire notre repor­tage « Carnet du Rojava », Corinne Morel Darleux, mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec le Conseil démo­cra­tique kurde en France, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017

NOTES   [ + ]

1.Dans les faits, le contexte de grande pré­ca­ri­té ne per­met pas d’évaluer les mesures éco­lo­gistes prises.
2.Younous Omarjee et Emmanuel Maurel.
3.Manon Aubry.
4.Sophie Rauszer.
5.À l’issue de la mani­fes­ta­tion de jan­vier 2018 contre le triple fémi­ni­cide, nous avions déjà pas mal échan­gé, puis elles m’avaient conviée au Tribunal per­ma­nent des peuples à Paris en mars et, avec ma cama­rade Corinne Morel Darleux, nous étions allées à la séance de pré­sen­ta­tion du ver­dict du Tribunal per­ma­nent des peuples sur la Turquie et les Kurdes, en mai, à Bruxelles. De quoi prendre conscience des crimes com­mis par Erdoğan, ses ser­vices secrets, son armée, en Turquie comme au Rojava. J’avais par la suite invi­té Nursel et Anim au fes­ti­val d’Avignon afin qu’elles inter­viennent dans le débat de la der­nière repré­sen­ta­tion théâ­trale, de Gérald Dumont, de la lec­ture du der­nier livre de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes : elles y expo­sèrent l’enjeu de la bataille fémi­niste dans le com­bat face aux isla­mistes.
6.Trois fois aupa­ra­vant, les mili­tants Jean-Christophe Sellin et Corinne Morel-Darleux avaient fait le voyage pour les pro­cès de Demirtas et Yüksekdag, anciens diri­geants du HDP, sans pou­voir y assis­ter.
7.11, 70 %, soit 67 sièges.
Sur le même sujet :
Danielle Simonnet
Danielle Simonnet

Coordinatrice du Parti de gauche et auteure du spectacle « Uber, les salauds et mes ovaires ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.