Kurdistan irakien : les montagnes, seules amies des Kurdes ?


Texte inédit pour le site de Ballast

Le pro­verbe kurde « Seules les mon­tagnes sont nos amies » est affi­ché dans une des salles du musée de la bien macabre Prison rouge de Sulaymaniyah. Un mois après le réfé­ren­dum d’indépendance qui s’est tenu au Kurdistan ira­kien le 25 sep­tembre 2017, ce pro­verbe semble être plus que jamais d’actualité. Cette consul­ta­tion, menée contre l’avis de tous, a pro­vo­qué une crise majeure qui s’est sol­dée, notam­ment, par la perte pour les Kurdes de la qua­si-tota­li­té des ter­ri­toires dis­pu­tés et des champs pétro­liers, ain­si que par la démis­sion du pré­sident Massoud Barzani. C’est pour­tant avec beau­coup d’enthousiasme qu’une impor­tante par­tie des habi­tants de la région se ren­daient aux urnes, ce 25 sep­tembre. Retour, sur place, sur ces quelques jours qui ont pla­cé les Kurdes au centre du monde et sur les consé­quences directes de cette consul­ta­tion.Par Laurent Perpigna Iban


Quelques jours avant le réfé­ren­dum, l’aéroport d’Erbil (Hewler, en kurde) prend des allures très sin­gu­lières. Porte d’entrée prin­ci­pale pour les jour­na­listes et les obser­va­teurs venus en nombre, il affiche fiè­re­ment sur sa façade, côté tar­mac, un immense dra­peau frap­pé du soleil zoroas­trien. Le contrôle des pas­se­ports est effec­tué par des agents por­tant des broches men­tion­nant le ren­dez-vous du 25 sep­tembre. C’est une cer­ti­tude : Erbil pos­sède bien à cet ins­tant l’aéroport le plus « indé­pen­dan­tiste » du monde. À notre arri­vée, pas besoin de visa ira­kien pour péné­trer dans la région kurde du nord du pays : un per­mis déli­vré à l’arrivée suf­fit. Le Kurdistan ira­kien dis­pose alors d’un sta­tut d’autonomie recon­nu offi­ciel­le­ment par la Constitution ira­kienne depuis 1991, de son propre bud­get et de ses propres ins­ti­tu­tions. C’est un sen­ti­ment qui ne nous quit­te­ra plus tout au long de notre séjour : aucun indice ne nous per­met­tra de déce­ler l’appartenance de cette région à l’entité ira­kienne. « Nous ne par­lons même pas l’arabe, l’écrasante majo­ri­té de la popu­la­tion ici com­prend mieux l’anglais que l’arabe ! », s’exclame un jeune homme dans les rues d’Erbil.

« À notre arri­vée, pas besoin de visa ira­kien pour péné­trer dans la région kurde du nord du pays : un per­mis déli­vré à l’arrivée suf­fit. »

Dans la capi­tale de la région auto­nome du Kurdistan, beau­coup de Kurdes « de la dia­spo­ra » ont fait le dépla­ce­ment. Faruk est de ceux-là : « Nous sommes ori­gi­naires du nord-Kurdistan1Kurdistan sous admi­nis­tra­tion turque. et nous vivons en France. Nous sommes venus ici parce que c’est un moment his­to­rique et que nous vou­lons le par­ta­ger avec le peuple kurde. Nous avons pris plu­sieurs avions afin d’éviter de pas­ser par des zones sen­sibles, au cas où il y ait des com­pli­ca­tions après le réfé­ren­dum… » D’immenses ban­de­roles appe­lant les citoyens de la région à voter « oui » sont ins­tal­lées dans les grands axes. La cita­delle de la ville, elle aus­si, est uti­li­sée comme sup­port sur laquelle trônent d’immense bâches plas­tiques. Le Parti démo­cra­tique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani n’a pas lési­né sur la com­mu­ni­ca­tion dans son fief ; d’ailleurs, son por­trait s’affiche en grand sur bon nombre de véhi­cules. C’est une cer­ti­tude, ici comme à Dohouk : la popu­la­tion conti­nue de lui être majo­ri­tai­re­ment favo­rable.

« Slemani », l’autre Kurdistan irakien

À trois heures de route, au sud-est d’Erbil, l’ambiance est tout autre. Nous sommes à Sulaymaniyah, deuxième ville du Kurdistan ira­kien, une cité bien dif­fé­rente de son homo­logue. « Slemani », comme on se plaît à l’appeler, n’a que peu de points com­muns avec Erbil. On y trouve grand nombre de cafés avec jar­din, de biblio­thèques et de salles dédiées à la culture qui font d’elle la capi­tale intel­lec­tuelle du Kurdistan ira­kien. Toujours pas de trace de l’État ira­kien, mais nous sommes ici dans le fief his­to­rique de l’Union patrio­tique du Kurdistan (UPK), de Jalal Talabani, et éga­le­ment de « Gorran », le Mouvement pour le chan­ge­ment. Le PDK et l’UPK ont entre­te­nu pen­dant long­temps des rela­tions chao­tiques. Dans les années 1980, les deux prin­ci­pales forces poli­tiques com­bat­taient sépa­ré­ment le gou­ver­ne­ment ira­kien, sans man­quer de s’entretuer dans les val­lées de la région. Plus tard, à la libé­ra­tion du Koweit, le Kurdistan ira­kien, qui avait obte­nu une qua­si-indé­pen­dance, vit une tra­gique guerre civile écla­ter avec pour toile de fond les désac­cords entre le PDK et l’UPK : les forces d’un Mustafa Barzani2Mustafa Barzani, fon­da­teur du PDK et père de Massoud Barzani., réso­lu­ment tour­né vers la Turquie, et celles de Jalal Talabani, tour­né lui vers l’Iran, vont s’affronter dans un duel fra­tri­cide jusqu’à un ces­sez-le-feu arti­cu­lé autour d’un par­tage des pou­voirs et d’une divi­sion admi­nis­tra­tive. La las­si­tude de nombre de Kurdes face à un sys­tème par­ta­gé entre deux des familles les plus riches de la région a emme­né le mou­ve­ment Gorran à prendre beau­coup d’ampleur, jusqu’à dépas­ser son rival de l’UPK lors des élec­tions légis­la­tives de 2013.

Des Peshmergas du PDK, juchés sur le toit d’une jeep, le jour du réfé­ren­dum

Dans une immense bâtisse juchée sur une col­line de la ville, Hoshyar Omer, le res­pon­sable des rela­tions diplo­ma­tiques du par­ti Gorran, nous reçoit. « Nous avons été exclus du Parlement, nos ministres ren­voyés. Pourquoi ? Êtes-vous mal reçus ici ? Avons-nous l’air dan­ge­reux ? » s’exclame-t-il. Le par­ti Gorran, deve­nu deuxième force poli­tique de la région, inquiète les hautes sphères du Kurdistan. Créé en 2009, par des dis­si­dents de l’UPK las­sés des mono­poles poli­tiques tra­di­tion­nels des élites kurdes, ce jeune par­ti a connu une ascen­sion fou­droyante. Il s’est d’ailleurs posi­tion­né « contre » ce réfé­ren­dum. « La situa­tion poli­tique du GRK [Gouvernement régio­nal du Kurdistan d’Irak] ne nous per­met pas d’envisager un futur en tant que nation. Nous sommes pour l’indépendance, mais nous devons d’abord résoudre nos graves pro­blé­ma­tiques. Nous avons lut­té pour nous débar­ras­ser d’un dic­ta­teur pen­dant des dizaines d’années. Ce n’est pas pour choi­sir le nôtre », clame Hoshyar Omer.

« Les pro­blèmes sociaux poin­tés du doigt par Gorran consti­tuent la clé de voûte de la contes­ta­tion popu­laire. »

L’influence de Gorran à Sulaymaniyah est très forte. Ici plus qu’ailleurs, à la veille du réfé­ren­dum, les habi­tants sont par­ta­gés, entre enthou­siasme et dés­illu­sion. Les pro­blèmes sociaux poin­tés du doigt par Gorran consti­tuent la clé de voûte de la contes­ta­tion popu­laire. Paiman, une jeune fille d’une ving­taine d’années, résume : « Le plus gros pro­blème est que la popu­la­tion souffre d’avoir de si petits salaires : je pense que, pour l’heure, ils devraient tra­vailler à régler cette ques­tion et ne devraient pas s’occuper d’autre chose. » Sulaymaniyah est le cœur de la résis­tance face à l’oppression baa­siste, qui hante encore les mémoires bien des années après. La Prison rouge, réha­bi­li­tée en musée, est là pour témoi­gner des souf­frances du peuple kurde durant cette époque sombre. Ancien siège des mou­kha­ba­rat [les ser­vices secrets ira­kiens, ndlr], ce lieu a ser­vi de centre d’emprisonnement et de tor­ture entre la prise de fonc­tion de Saddam Hussein, en 1979, et le mois de mars 1991, quand les Peshmergas, sou­te­nus par de nom­breux civils, don­nèrent l’assaut final sur ce lieu lugubre. Les salles de tor­ture sont res­tées en l’état et une gale­rie com­pile les images du ter­rible exode de 1991, dans lequel 12 000 Kurdes mou­rurent de faim et d’épuisement. Sur un pan de mur, les unes des jour­naux de l’époque tra­duisent la dou­leur du peuple. Un membre de l’équipe du musée, par­fai­te­ment fran­co­phone, lance : « Nous avons entre­po­sé dans ce cou­loir 180 000 mor­ceaux de miroirs. Ce chiffre cor­res­pond au nombre de vic­time de la cam­pagne d’Anfal3L’opération Anfal, menée en 1988 par Saddam Hussein contre les Kurdes d’Irak, en quelques chiffres : 100 000 Kurdes tués, 3 000 vil­lages rayés de la carte et les popu­la­tions dépor­tées dans des camps.. Ce lieu est très sym­bo­lique ; il entre­tient la mémoire de notre peuple. Mais pour­quoi Massoud Barzani ne vient jamais ici ? La der­nière fois qu’il est venu, il était escor­té, il paraît même qu’il por­tait un gilet pare-balles : est-ce nor­mal ? »

Montée en pression

Nous sommes aujourd’hui le 24 sep­tembre 2017, à la veille du réfé­ren­dum. Dans la nuit, la situa­tion s’est lar­ge­ment dété­rio­rée. De plus en en plus de rumeurs font état d’un chan­ge­ment de cap de l’UPK qui, sous la pres­sion de l’Iran, sem­ble­rait dis­po­sé à accep­ter « l’alternative » pro­po­sée par l’ONU — à savoir le report du réfé­ren­dum en contre­par­tie d’un accom­pa­gne­ment des négo­cia­tions éta­lées sur trois ans. La ten­sion est mon­tée d’un cran dans la nuit, à Kirkouk, après un épi­sode ten­du entre deux franges de l’UPK, puis entre des repré­sen­tants de l’UPK et du PDK. Si un consen­sus est trou­vé in extre­mis au cours de la soi­rée, c’est néan­moins un pre­mier acte de divi­sion au sein de l’UPK. C’est éga­le­ment dans la ban­lieue de la « Jérusalem kurde » qu’une voi­ture pié­gée visant un maga­sin d’alcool fait trois vic­times, rap­pe­lant un para­mètre impor­tant : les pre­mières lignes de front face à Daech ne sont qu’à quelques kilo­mètres de Kirkouk.

La ville de Sulaymaniyah, fief de l’UPK mais aus­si du par­ti Gorran

Au cours de la jour­née, Keyvan Khosravi, porte-parole de la plus haute ins­tance de la sécu­ri­té ira­nienne, le Conseil suprême de sécu­ri­té natio­nale ira­nien, annonce que toutes les liai­sons aériennes entre l’Iran et le Kurdistan ira­kien sont inter­dites jusqu’à nou­vel ordre. Ce même Iran qui a frap­pé durant la nuit les zones de Haji Omaran, près de sa fron­tière, pré­tex­tant la pré­sence sur place de com­bat­tants kurdes ira­niens. Du côté de la Turquie, une sus­pen­sion des liai­sons aériennes est rapi­de­ment annon­cée par une agence de presse. L’information sera sans délai démen­tie par le gou­ver­ne­ment turc, qui se conten­te­ra dans un pre­mier temps d’effectuer des manœuvres mili­taires le long de sa fron­tière avec le Kurdistan ira­kien. Le 23 sep­tembre, comme un aver­tis­se­ment, c’est le par­le­ment turc qui votait le renou­vel­le­ment d’un man­dat per­met­tant à l’armée d’intervenir sur les ter­ri­toires ira­kiens et syriens. À Bagdad, alors qu’une confron­ta­tion entre milices chiites et Peshmergas est crainte, le gou­ver­ne­ment ira­kien appelle tous les pays de la région à ne trai­ter qu’avec l’État ira­kien pour les tran­sac­tions pétro­lières, cou­pant ain­si le Gouvernement régio­nal du Kurdistan d’Irak du reste du monde.

« Il est 17 heures, dans un café de Slemani ; cha­cun attend la décla­ra­tion de Massoud Barzani annon­cée en cours de jour­née. »

Il est 17 heures, dans un café de Slemani ; cha­cun attend la décla­ra­tion de Massoud Barzani annon­cée en cours de jour­née. Les spé­cu­la­tions vont bon train. « Il ne fera pas machine arrière, c’est trop tard ! », nous confie un jeune homme, qui ima­gine des inci­dents en cas d’annonce de report. Un de ses amis s’emporte : « Le PDK répète que c’est le bon moment, mais per­sonne ne nous sou­tient. Nous sommes encore et tou­jours seuls au monde ! » La ten­sion est à son paroxysme. Massoud Barzani met immé­dia­te­ment un terme aux rumeurs. « Nous allons au réfé­ren­dum. Nous ne revien­drons jamais à Bagdad pour rené­go­cier un par­te­na­riat qui a échoué. »

Jour J, année 0

7 heures du matin, le 25 sep­tembre 2017. C’est avec une heure d’avance sur les civils que les Peshmergas, armes sous le bras, prennent la direc­tion des bureaux de vote. À Erbil, la mobi­li­sa­tion est très forte en ce début de mati­née. Une vache est sacri­fiée devant l’un des bureaux de la capi­tale du Gouvernement régio­nal du Kurdistan d’Irak. « C’est sym­bo­lique pour nous, les Kurdes. On fait cela lors des nais­sances. Et aujourd’hui, c’est une nais­sance » com­mente un homme devant la scène. À l’intérieur, c’est la cohue. Les salles de classe voient défi­ler des familles entières, sou­vent vêtues de cos­tumes ache­tés spé­cia­le­ment pour l’occasion. Les enfants, eux, se plaisent à trem­per le doigt dans l’encrier. « Je rêve de ce moment depuis 1956 ! C’est mon rêve ! » s’exclame un homme, écharpe « Kurdistan » autour du cou. Il a dépas­sé la soixante-dizaine et voit ce moment comme un hon­neur fait à tous les mar­tyrs de son peuple. Naima est venue voter en com­pa­gnie de sa fille et de sa petite-fille : « Notre pré­sence ici doit nous appor­ter la liber­té, pas la tris­tesse. Ce qui s’est pro­duit dans le pas­sé doit aujourd’hui se chan­ger en joie. Le sang ver­sé par nos mar­tyrs ne doit pas avoir été ver­sé pour rien, nous avons connu un géno­cide, nous avons été réfu­giés, nous avons souf­fert — et pas qu’un peu ! Je prie Dieu que dans la joie et la sécu­ri­té, nos droits soient res­pec­tés. »

Coupures de presse rela­tant l’Anfal, affi­chées dans le musée de la Prison rouge

Juchés sur une jeep, des Peshmergas paradent sur la place cen­trale d’Erbil. Mais, curieu­se­ment, l’atmosphère reste glo­ba­le­ment calme tout au long de la jour­née. À la nuit tom­bée, quelques feux d’artifices sont tirés, mais nous sommes loin des moments d’enthousiasme où des dizaines de mil­liers de per­sonnes se ras­sem­blaient lors des moments forts de la cam­pagne. Aux alen­tours de 21 heures, les pre­miers chiffres de la par­ti­ci­pa­tion tombent. Sans sur­prise, les fiefs du PDK de Erbil et de Dohouk voient une forte mobi­li­sa­tion, avec une par­ti­ci­pa­tion oscil­lant entre 86 % et 88 %. Sulaymaniyah et Halabja (ville mar­tyre gazée par Saddam Hussein) dépassent à peine les 50 %, comme un sym­bole de dés­in­té­res­se­ment de la socié­té kurde. Kamal Chomani, jour­na­liste kurde et col­la­bo­ra­teur à The Tahrir Institute, consi­dère que ces chiffres ne sont pas le fruit du hasard : « Les citoyens de Souleymanieh et de Halabja ont envoyé un mes­sage fort aux lea­ders kurdes. Nous n’avons pas été voter, non pas car nous sommes contre l’indépendance du Kurdistan, mais sim­ple­ment parce que nous ne vous fai­sons plus confiance, et que nous ne croyons plus en vos pro­messes. »

« Avant même l’annonce des résul­tats, le gou­ver­ne­ment ira­kien avait publi­que­ment décla­ré qu’il était oppo­sé à toute négo­cia­tion dans ces condi­tions. »

La ville de Kirkouk, point de conver­gence de tous les regards, a vu sa popu­la­tion se mobi­li­ser assez lar­ge­ment : près de 80 % de ses habi­tants se sont ren­dus dans les urnes. La jour­née s’est dérou­lée sans inci­dent majeur. Les pre­mières images venant de Kurdes en liesse au Rojava et au Kurdistan ira­nien cir­culent. On y voit des familles pre­nant les rues, célé­brant un évé­ne­ment qui semble être moins cli­vant en dehors des fron­tières du Kurdistan ira­kien. C’est en réa­li­té un contraste fort. Sur les artères prin­ci­pales d’Erbil, les célé­bra­tions de joie sont de courte durée et for­te­ment modé­rées. L’enjeu prin­ci­pal de cette jour­née n’est fina­le­ment pas le résul­tat de ce réfé­ren­dum, mais plus les réac­tions d’Ankara, de Téhéran et de Bagdad.

Le jour d’après

Les résul­tats offi­ciels du réfé­ren­dum sont ren­dus publics par la Commission élec­to­rale kurde dans l’après-midi du mer­cre­di 27 sep­tembre. Les nom­breux jour­na­listes et obser­va­teurs ont déjà pour la plu­part quit­té la région. Le « oui » a très lar­ge­ment rem­por­té le scru­tin, avec 92,73 % des suf­frages. Dans les rues d’Erbil, la joie a lais­sé place à l’inquiétude. Si cha­cun se satis­fait d’une jour­née his­to­rique sans inci­dent, alors que le pays était pla­cé au centre de l’attention inter­na­tio­nale, per­sonne n’ignore les consé­quences de cette « fuite en avant ». Ce réfé­ren­dum était, selon ses orga­ni­sa­teurs, un simple préa­lable à l’ouverture de négo­cia­tions avec Bagdad. Avant même l’annonce des résul­tats, le gou­ver­ne­ment ira­kien avait publi­que­ment décla­ré qu’il était oppo­sé à toute négo­cia­tion dans ces condi­tions. Toutes les liai­sons inter­na­tio­nales au départ et à des­ti­na­tion d’Erbil et de Sulaymaniyah sont sus­pen­dues jusqu’à nou­vel ordre ; c’est un pre­mier signal fort envoyé par Bagdad. Rapidement, les liai­sons entre le Kurdistan ira­kien et l’Egypte, le Liban, puis la Turquie sont annu­lées. La région se retrouve ain­si encla­vée, déser­tée par la qua­si-tota­li­té des étran­gers rési­dents et des jour­na­listes.

Une famille kurde sor­tant des bureaux de vote

Les habi­tants du Kurdistan ira­kien le savent. Le Gouvernement régio­nal n’a pas le moyen de contrô­ler ses fron­tières, ni même de vivre de manière « auto­nome ». Il est dépen­dant éco­no­mi­que­ment de ses voi­sins directs avec qui il est aujourd’hui en conflit ouvert. Téhéran, Bagdad et Ankara ont les moyens d’affamer le Kurdistan ira­kien, « laché » par des États-Unis furieux que Barzani n’ait pas sui­vi ses pré­ro­ga­tives. En dépit des ges­ti­cu­la­tions de Recep Tayyip Erdoğan, le pipe­line par lequel tran­sitent chaque jour des cen­taines de mil­liers de barils de brut pro­duits au Kurdistan reste ouvert. Pendant ce temps, la répres­sion du régime turc sur les Kurdes de son pays et sur ceux du Rojava s’intensifie dan­ge­reu­se­ment. Osman Baydemir, dépu­té et porte-parole du Parti démo­cra­tique des Peuples (HDP), est condam­né au début du mois d’octobre par un tri­bu­nal pénal de Diyarbakir à 17 mois d’emprisonnement, cou­pable d’« insultes à des fonc­tion­naires de l’État en ser­vice ».

« Guerre éclair » à Kirkouk

« Dans cette ville ou plus qu’ailleurs la popu­la­tion civile est très majo­ri­tai­re­ment armée, la crainte d’une guerre totale était jus­ti­fiée. »

Le 15 octobre, en fin de jour­née, des mou­ve­ments de troupes ira­kiennes aux abords de la ville de Kirkouk sont rap­por­tés. Ces infor­ma­tions ne tardent pas à être confir­mées : elles vont être sui­vies d’une recon­quête éclair de la ville par l’armée ira­kienne et par les milices chiites, en moins de 24 heures. Pourtant, en 2014, c’était bien le gou­ver­ne­ment de Nouri al-Maliki qui avait confié la ges­tion de cette ville clé ain­si que des ter­ri­toires dis­pu­tés au Gouvernement régio­nal du Kurdistan, qui mobi­li­sait ses forces pour reprendre d’autres villes clés alors sous le dra­peau noir de l’OEI : Mossoul, Tikrit, ou Ramadi, entre autres. La déroute de Daech sur le ter­ri­toire ira­kien a donc géné­ré deux agen­das dif­fé­rents chez ceux qui com­bat­taient ensemble hier : le che­min de l’indépendance pour les Kurdes, et la reprise des ter­ri­toires per­dus puis confiés au Gouvernement régio­nal pour l’Irak.

À la sur­prise géné­rale, les Peshmergas de l’UPK se retirent très rapi­de­ment de Kirkouk, pro­vo­quant la colère de sa popu­la­tion. En réa­li­té, le par­ti kurde qui admi­nistre le sud du Kurdistan ira­kien fait face à une crise interne majeure, après la mort de son lea­der, Jalal Talabani. La branche majo­ri­taire de l’UPK aban­donne rapi­de­ment toutes ses posi­tions, lais­sant sans coup férir la ville à Bagdad. Si le bilan humain de la jour­née du 16 octobre est esti­mé à au moins 86 morts du côté des Peshmergas, c’est avant tout parce qu’une autre frange du par­ti, menée par l’ancien gou­ver­neur de Kirkouk, Najm Eddine Karim, n’entend pas aban­don­ner Kirkouk sans com­battre. Dans cette ville ou plus qu’ailleurs la popu­la­tion civile est très majo­ri­tai­re­ment armée, la crainte d’une guerre totale était jus­ti­fiée. Dès le matin, des colonnes de véhi­cules civils kurdes pre­naient la route d’Erbil et de Soulaymaniya, effrayés par le spectre d’une ven­geance des milices chiites. Dans la ville mul­ti-eth­nique de Touz Khourmatou, à quelques kilo­mètres de Kirkouk, les troupes ira­kiennes ont là aus­si pro­vo­qué un exode mas­sif de la popu­la­tion kurde, avant de per­pé­trer nombre de pillages. Des dizaines d’habitations kurdes ont en outre été incen­diées.

Portrait de Massoud Barzani, dans les rues d’Erbil

Alliance internationale afin d’isoler Massoud Barzani ?

L’échiquier poli­tique kurde vole en éclat. Du côté du PDK, on accuse publi­que­ment l’UPK de haute tra­hi­son. Seulement, voi­là, quelques heures plus tard, ce sont les Peshmergas de Barzani qui se retirent à leur tour, cette fois de la région de Sinjar, comme ils l’avaient déjà fait en 2014. À la dif­fé­rence près qu’ils ne laissent pas, cette fois-ci, les Yézidis aux mains de Daech mais dans celles des milices chiites4Parmi les milices chiites, il existe un bataillon yézi­di qui s’est engouf­fré rapi­de­ment dans la brèche pro­vo­quée par le retrait des Peshmergas.. L’armée ira­kienne a récu­pé­ré la qua­si-tota­li­té des zones dis­pu­tées en trois jours et semble mili­tai­re­ment en mesure d’envahir l’ensemble du GRK, jusqu’à la fron­tière turque. Ce scé­na­rio, s’il est pos­sible, n’est cepen­dant pas le plus pro­bable. Bagdad semble plus dis­po­sé à « encer­cler » le GRK, en repre­nant la ges­tion des fron­tières de son ter­ri­toire natio­nal. Tous les indi­ca­teurs semblent dès lors aiguiller vers un consen­sus stra­té­gique étu­dié entre Badgad, Téhéran et Soulayminiyah afin d’isoler Massoud Barzani et d’affaiblir sa main mise sur le Gouvernement régio­nal du Kurdistan d’Irak. La frange domi­nante de l’UPK, étroi­te­ment liée à la République isla­mique, ne serait d’ailleurs pas la grande per­dante d’une telle situa­tion puisqu’elle pour­rait obte­nir des faveurs éco­no­miques de Bagdad dans un futur proche.

Bafel Talabani, fils du défunt « oncle Mam », accu­sé de toutes parts d’avoir lais­sé Kirkouk aux mains ira­kiennes au nom d’une « stra­té­gie poli­tique », a démen­ti caté­go­ri­que­ment ces allé­ga­tions dans une inter­view accor­dée à France 24 : ce ne sont d’après lui que le risque de lourdes pertes humaines qui ont moti­vé ce retrait. Ce démen­ti a tou­te­fois du mal à trou­ver un écho favo­rable : l’Iran, par­te­naire his­to­rique de l’UPK, a, entre le 24 et le 25 octobre, rou­vert la fron­tière avec la région kurde contrô­lée par l’UPK tout en lais­sant fer­mé l’ac­cès à la région contrô­lée par le PDK. Une déci­sion qui cor­ro­bore tota­le­ment la théo­rie d’accords secrets entre l’UPK et le gou­ver­ne­ment ira­kien. Au Kurdistan ira­kien, les fan­tômes de la guerre civile hantent les esprits d’une popu­la­tion qui craint un affron­te­ment armé entre les dif­fé­rentes fac­tions kurdes. En effet, seule­ment 27 % des uni­tés des Peshmergas sont « natio­na­li­sées », ce qui signi­fie que 73 % des forces de défense kurdes sont des milices qui appar­tiennent aux dif­fé­rents par­tis. Le risque est d’autant plus impor­tant que les dif­fé­rentes fac­tions des Peshmergas — au même titre que l’armée ira­kienne et les milices chiites — ont été lour­de­ment armées par les Occidentaux pour lut­ter contre Daech. Acculé, Massoud Barzani est contraint d’annoncer sa démis­sion le 29 octobre. À l’issue d’une ses­sion sous ten­sion au Parlement, des membres du par­ti Gorran sont vio­lem­ment pris à par­tie par des pro-Barzani, furieux de voir leur lea­der quit­ter son poste. À Zakho, le siège du par­ti du chan­ge­ment, ain­si que celui de l’UPK, sont incen­diés. Même si la démis­sion de Barzani n’est que sym­bo­lique — il reste de fait le prin­ci­pal inter­lo­cu­teur au Kurdistan ira­kien —, il est peu pro­bable qu’elle mette fin aux ten­sions poli­tiques dans le pays, d’autant qu’il n’a pas man­qué d’épingler vio­lem­ment ses rivaux, qu’il qua­li­fie de « traîtres ».

La frontière entre le Rojava et le GRK dans l’œil du cyclone

Malgré toutes les pres­sions inter­na­tio­nales, et en dépit de ses divi­sions déjà exis­tantes, le Gouvernement régio­nal du Kurdistan d’Irak avait fait front, et main­te­nu le réfé­ren­dum. Sa pro­po­si­tion de « geler » les résul­tats est un aveu de fai­blesse bien cruel pour une par­tie de la popu­la­tion qui s’était prise à rêver de jours meilleurs. Mais les faits sont là : les accro­chages entre Peshmergas et armée ira­kienne sont nom­breux, prin­ci­pa­le­ment près des fron­tières syriennes et turques, qui se sont conver­ties en une zone à hauts risques. Cette pro­po­si­tion, moti­vée par le désir de reprendre le dia­logue et les négo­cia­tions, a été reje­tée en bloc par les Hachd al-Chaabi, puis par le gou­ver­ne­ment ira­kien, qui réclament, eux, l’annulation pure et simple des résul­tats. En atten­dant, les ten­sions conti­nuent de s’accroître le long de cette fron­tière sen­sible. La ville de Fishkabour, située à la jonc­tion des Kurdistans ira­kiens, syriens et turcs, fait office d’un déli­cat point de conver­gence mili­taire. Point de pas­sage du prin­ci­pal pipe­line reliant les puits de pétrole kurdes à la Turquie, Fishkabour risque d’être très rapi­de­ment convoi­té par Bagdad — d’autant que le gou­ver­ne­ment turc a été clair : si l’Irak ne ferme pas le point fron­tière entre le Rojava et le Gouvernement régio­nal, l’armée turque s’en char­ge­ra uni­la­té­ra­le­ment. Ce qui, dans le contexte actuel, ne serait pas pour déplaire à un Recep Tayyip Erdoğan qui mul­ti­plie les attaques contre le PKK et ses affi­liés au Rojava. À ce pro­pos, un accord a été signé entre Badgad et Ankara afin d’éliminer toutes les bases arrières du Parti des tra­vailleurs du Kurdistan sur le ter­ri­toire ira­kien.

Dans un des bureaux de vote d’Erbil, le 25 sep­tembre 2017

Quel Irak pour demain ?

L’avenir du Kurdistan dépen­dra donc autant de sa facul­té à gérer une coha­bi­ta­tion poli­tique en interne que de la recons­truc­tion de l’Irak et de sa sta­bi­li­sa­tion poli­tique. Empêtré dans des divi­sions confes­sion­nelles, s’il veut sur­vivre en tant qu’État-nation, l’Irak devra réus­sir à récon­ci­lier chiites et sun­nites en tirant un trait défi­ni­tif sur son pas­sé. C’est éga­le­ment la seule manière de cou­per l’herbe sous le pied de Daech, qui, même défait mili­tai­re­ment, sera tou­jours une menace dans le cadre d’un pro­lon­ge­ment d’une oppres­sion confes­sion­nelle sun­nite. C’est le risque majeur pour l’Irak : pro­lon­ger les sys­tèmes de domi­na­tion qui gan­grènent le pays depuis plu­sieurs dizaines d’années. Si les forces kurdes et ira­kiennes ont coopé­ré durant plu­sieurs années, c’est bien parce qu’elles avaient un « enne­mi com­mun » : la dis­pa­ri­tion de cet enne­mi com­mun a fait explo­ser en éclats les alliances d’hier, trans­for­mant alliés en adver­saires. Les milices Hachd al-Chaabi sont offi­ciel­le­ment sous l’autorité du gou­ver­ne­ment ira­kien, mais cha­cun sait qu’elles peuvent rapi­de­ment deve­nir incon­trô­lables et que quelques-unes de ses bri­gades sont direc­te­ment pilo­tées depuis l’Iran.

Dans le cadre où une solu­tion serait trou­vée à la ques­tion kurde, qu’en sera-t-il des rela­tions entre le gou­ver­ne­ment ira­kien et ses dif­fé­rentes fac­tions ? Pourrait-on là aus­si voir les alliés cir­cons­tan­ciels d’hier se trans­for­mer en enne­mis du len­de­main ? C’est un scé­na­rio plau­sible, étant don­né que même dans le camp chiite, l’alignement sur la République isla­mique d’Iran n’est pas sys­té­ma­tique et que les États du golfe sont en embuscade5Lire Saif Eddine Al-Amri, « L’Arabie saou­dite à la recherche d’alliés ira­kiens contre l’Iran », Orient XXI, 3 octobre 2017.. Si le sché­ma actuel de divi­sions com­mu­nau­taires venait à per­sis­ter, une par­ti­tion de l’Irak entre chiites et sun­nites devien­drait inévi­table. Par rico­chet, cette option pour­rait bien ouvrir une nou­velle porte aux Kurdes ira­kiens.


Toutes les pho­to­gra­phies sont de l’au­teur.


REBONDS

☰ Lire notre article « Kurdistan ira­kien : les enjeux d’un réfé­run­dum », Laurent Perpigna Iban, sep­tembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre article « La démo­cra­tie radi­cale contre Daech » (tra­duc­tion), Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre article « Rojava : des révo­lu­tion­naires ou des pions de l’Empire ? » (tra­duc­tion), Marcel Cartier, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre entre­tien « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? » (tra­duc­tion), avril 2017
☰ Lire notre article « Newroz, entre enthou­siasme et incer­ti­tudes », Laurent Perpigna Iban, avril 2017
☰ Lire notre entre­tien « De retour de la révo­lu­tion du Rojava » (tra­duc­tion), mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Abbas Fahdel : « En Irak, encore dix ans de chaos », sep­tembre 2015

NOTES   [ + ]

1.Kurdistan sous admi­nis­tra­tion turque.
2.Mustafa Barzani, fon­da­teur du PDK et père de Massoud Barzani.
3.L’opération Anfal, menée en 1988 par Saddam Hussein contre les Kurdes d’Irak, en quelques chiffres : 100 000 Kurdes tués, 3 000 vil­lages rayés de la carte et les popu­la­tions dépor­tées dans des camps.
4.Parmi les milices chiites, il existe un bataillon yézi­di qui s’est engouf­fré rapi­de­ment dans la brèche pro­vo­quée par le retrait des Peshmergas.
5.Lire Saif Eddine Al-Amri, « L’Arabie saou­dite à la recherche d’alliés ira­kiens contre l’Iran », Orient XXI, 3 octobre 2017.
Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant et blogueur. Travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+