Jean Michel Morel : « La révolution est-elle soluble dans des accords provisoires ? »


Entretien inédit pour le site de Ballast

« Nous allons très bien­tôt pas­ser à l’ac­tion pour neu­tra­li­ser les groupes ter­ro­ristes en Syrie », lan­çait Erdoğan le 8 jan­vier 2019, sur fond de retrait pro­gres­sif des 2 000 sol­dats états-uniens déployés dans le pays gou­ver­né par Bachar al-Assad. Le pou­voir turc ciblait là les révo­lu­tion­naires, majo­ri­tai­re­ment kurdes, de la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord/Rojava — dont il occupe l’un des prin­ci­paux can­tons, depuis 10 mois, aux côtés de com­bat­tants isla­mistes issus de l’Armée syrienne libre. Les cadres de la révo­lu­tion négo­cient dès lors l’ap­pui mili­taire du régime de Damas, en dépit de la répres­sion dont les démo­crates syriens, kurdes com­pris, ont été de longue date l’ob­jet. Avec son roman Retour à Kobâné, Jean Michel Morel, écri­vain et col­la­bo­ra­teur au jour­nal Orient XXI, nous embarque dans un thril­ler géo­po­li­tique ayant pour point de départ l’une des cel­lules de la pri­son de Villepinte. Le lec­teur s’at­tache aux des­tins bien­tôt liés des per­son­nages prin­ci­paux, Erwan Badrakhan — membre du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) — et Leyland Woodrow Baxter — pro­fes­seur amé­ri­cain dans le Montana, empri­son­né en France pour une his­toire de drogue. Fiction, actua­li­té et Histoire s’en­tre­croisent alors…


Le per­son­nage prin­ci­pal de votre livre, Erwan Badrakhan, est un Kurde empri­son­né en France. Depuis sa cel­lule de la pri­son de Villepinte, il ne peut assis­ter qu’en spec­ta­teur aux évé­ne­ments qui se déroulent au Rojava. Fiction ou œuvre his­to­rique ?

Fiction, bien sûr. Mais contexte his­to­rique cer­tain. Erwan est en pri­son pour avoir été mêlé à un échange de coups de feu avec des agents des ser­vices secrets turcs — le MIT — opé­rant en France. L’assassinat des trois mili­tantes du Parti des tra­vailleurs du Kurdistan, Fidan Doğan, Sakine Cansiz et Leyla Söylemez, dans la nuit du 9 au 10 jan­vier 2013 à Paris, montre que le MIT n’hésite pas à agir en dehors de la Turquie. Et à agir vio­lem­ment…

Dans sa cel­lule, Badrakhan a ran­gé sur une éta­gère, aux côtés de L’Espoir de Malraux et des œuvres de Camus, Dumas ou Simenon, un ouvrage de Murray Bookchin. Est-ce le signe que l’essayiste amé­ri­cain, dis­pa­ru en 2006, a influen­cé toute une géné­ra­tion, au Kurdistan et ailleurs ?

« Construire une Syrie démo­cra­tique dans laquelle les Kurdes délé­gue­ront à l’État des pou­voirs réga­liens mais gére­ront de façon auto­nome ce ter­ri­toire. »

Les réflexions théo­riques de Bookchin, pas­sé par le mar­xisme pur et dur (et sou­vent réi­fié), l’ont conduit à envi­sa­ger l’émancipation poli­tique et sociale ain­si que le com­bat éco­lo­gique de façon plus liber­taire, en délais­sant le dog­ma­tisme sté­rile. Erwan, qui est un cadre du PKK, un homme de la matu­ri­té, s’est frot­té à cette pen­sée qui fait pri­mer l’organisation « nucléaire » et hori­zon­tale de la socié­té sur toute orga­ni­sa­tion ver­ti­cale. Ce « confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique » implique de se déga­ger, en par­ti­cu­lier, du sys­tème cla­nique et du patriar­cat. Deux constantes des socié­tés moyen-orien­tales — mais pas que, évi­dem­ment — que les Kurdes pro­gres­sistes, sui­vant les traces d’Öcalan, le lea­der du PKK embas­tillé depuis 18 ans sur l’île-prison d’Imrali, s’efforcent d’abolir. En par­ti­cu­lier parce qu’ils sont convain­cus que la sup­pres­sion de l’aliénation capi­ta­liste pour les humains passe d’abord par la pleine liber­té don­née aux femmes, pre­mières vic­times de ces formes archaïques d’organisation de la socié­té et de domi­na­tion de ses membres. Mais, comme vous y faites allu­sion, Erwan sait aus­si appré­cier l’écriture roma­nesque de Simenon. Ou celle d’Alexandre Dumas. Un mili­tant n’est pas qu’un bloc de pen­sées théo­riques tou­jours prêt à les déver­ser sur le moindre audi­teur : Erwan est un indi­vi­du dans lequel des émo­tions artis­tiques ont trou­vé leur espace d’épanouissement, qui n’est indif­fé­rent ni à la beau­té des choses, ni aux joies de l’amour.

Vous évo­quez clai­re­ment dans votre ouvrage le chan­ge­ment de stra­té­gie mené par le PKK et Öcalan : une bifur­ca­tion idéo­lo­gique inévi­table pour pro­té­ger une popu­la­tion meur­trie par des années de guerre ?

Öcalan a potas­sé Bookchin et, bien que les deux hommes ne se soient jamais ren­con­trés, une grande conni­vence s’est éta­blie entre eux via une cor­res­pon­dance épis­to­laire. Les « fon­da­men­taux » d’Öcalan, ex-mar­xiste radi­cal, ont bou­gé. Dès lors, la ques­tion de l’indépendance du Kurdistan turc et, plus encore, l’utopie d’un grand Kurdistan ras­sem­blant sa com­po­sante turque, syrienne, ira­nienne et ira­kienne ont été aban­don­nées. Öcalan ne vou­lait pas sub­sti­tuer aux natio­na­lismes sou­vent bel­li­queux, xéno­phobes et mor­ti­fères de ces pays un natio­na­lisme kurde tout aus­si arc-bou­té sur une iden­ti­té plus ou moins magni­fiée, condui­sant à d’inévitables dérives dans ses rap­ports aux popu­la­tions non-kurdes. Selon lui, la ques­tion kurde est deve­nue plu­rielle et doit se trai­ter dans cha­cun des quatre États par des pro­ces­sus de conci­lia­tion et de recon­nais­sance de sa spé­ci­fi­ci­té. C’est tout le pro­jet du Parti de l’union démo­cra­tique (PYD) au Rojava. Construire une Syrie démo­cra­tique dans laquelle les Kurdes délé­gue­ront à l’État des pou­voirs réga­liens (la défense natio­nale, en par­ti­cu­lier) mais gére­ront de façon auto­nome ce ter­ri­toire — qui n’est pas un confet­ti puisqu’il est grand comme la Belgique. De plus, la guerre de gué­rilla ne peut s’éterniser au risque soit de se déli­ter, soit que les « mili­taires » prennent le pas sur les « poli­tiques ». L’armée turque est la deuxième armée de l’OTAN, c’est dire sa capa­ci­té mili­taire. Quant à la nomenk­la­tu­ra turque mili­taire ou civile, on peut consi­dé­rer, au vu de l’Histoire, qu’elle a le goût du sang. Il faut donc s’en sou­ve­nir avant de se lan­cer dans un conflit armé. Les 40 000 morts de ce qu’il faut bien appe­ler une action d’éradication eth­nique dans le Bakûr, le Kurdistan turc, sont essen­tiel­le­ment des civils. Pas seule­ment des com­bat­tants — même si ceux-ci ont payé un lourd tri­but dans les affron­te­ments avec l’armée. C’est en pesant tous ces élé­ments qu’Öcalan s’est achar­né à recher­cher une trêve puis la paix. Dans le roman, Erwan montre que l’on n’est pas pas­sé loin de la réus­site de cette stra­té­gie. Si elle a échoué, la res­pon­sa­bi­li­té en revient à Erdoğan, pas au PKK.

Manbidj, avril 2018 : cours à la Maison des femmes (© Yann Renoult)

Vous évo­quez la volon­té conci­lia­trice et démo­cra­tique du PYD. L’essayiste liber­taire Pierre Bance pointe pour sa part le « pou­voir hégé­mo­nique » de ce par­ti. Comment main­te­nir un dis­cours ouvert à la nuance ?

Dans son ouvrage Un autre futur pour le Kurdistan — Municipalisme liber­taire et confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique, Pierre Bance met en pers­pec­tive le pro­jet et la réa­li­té d’aujourd’hui. Il décor­tique les ambi­tions du PYD et de ses alliés et n’hésite pas à poin­ter les apo­ries théo­riques et donc, à ce jour, pra­tiques de leur dis­cours. Le tout sans oublier la sin­gu­la­ri­té du contexte et sans remettre en cause leur volon­té sin­cère de trans­for­ma­tion de la socié­té. Il nous appelle à être vigi­lant sur d’éventuelles dérives mais jamais ses pro­pos ne visent à décon­si­dé­rer l’existant au point de tom­ber dans ce qu’il dénonce lorsqu’il écrit : « La pire des choses serait une adhé­sion les yeux fer­més au cré­dit du roman­tisme révo­lu­tion­naire ou son pen­dant, un rejet sans appel au nom de la pure­té anar­chiste. » Au Rojava, dans les cir­cons­tances actuelles, la seule force orga­ni­sée et effi­cace, c’est effec­ti­ve­ment le PYD. Efficace poli­ti­que­ment — des avan­cées sub­stan­tielles ont eu lieu dans dif­fé­rents domaines comme les droits des femmes ou la jus­tice, les assem­blées qui, quelque soit leur niveau, sont for­cé­ment diri­gées par un homme et une femme mais aus­si par un·e Kurde et un·e Arabe (ou un·e Turkmène), etc. Le PYD s’est mon­tré aus­si effi­cace mili­tai­re­ment. Qui a orga­ni­sé et fédé­ré Kurdes et Arabes (dans un rap­port 40/60, c’est à sou­li­gner) pour créer les Forces démo­cra­tiques syriennes (FDS), sinon lui ?

« La guerre est tout sauf un état de grâce dans lequel l’évaluation des com­por­te­ments pour­raient se faire tou­jours et uni­que­ment à l’aune des cri­tères d’une vie civile sereine. »

Je ne crois pas pos­sible d’évaluer la situa­tion au Rojava en éva­cuant cette ques­tion essen­tielle : il s’agit d’une contrée en guerre. La guerre n’excuse pas tout — et cer­tai­ne­ment pas les débor­de­ments d’autoritarisme encore moins l’arbitraire ou la cruau­té — mais elle oblige à ne pas se trom­per dans ses juge­ments. Dans la colonne Durruti, par­mi les troupes d’Emiliano Zapata ou encore dans les rangs de la Makhnovchtchina de Nestor Makhno en lutte contre les Blancs1, la dis­ci­pline n’était pas une option. Elle était une néces­si­té. Un impé­ra­tif caté­go­rique, pour paro­dier Kant. La guerre est tout sauf un état de grâce dans lequel l’évaluation des com­por­te­ments des indi­vi­dus pour­raient se faire tou­jours et uni­que­ment à l’aune des cri­tères d’une vie civile sereine. Hier et encore aujourd’hui face à Daech, il y a quelques mois à Afrin face aux mer­ce­naires de la Turquie (les jiha­distes recy­clés et les éga­rés de l’Armée syrienne libre), demain cer­tai­ne­ment face à la sol­da­tesque turque, les Kurdes des Unités de pro­tec­tion du peuple (YPG) et des Unités de pro­tec­tion de la femme (YPJ) ne se sont pas bat­tus, ne se battent pas et ne se bat­tront pas seule­ment pour vaincre mais pour sur­vivre au risque d’une ten­ta­tive géno­ci­daire — dans ce domaine, de ce dont les Turcs sont capables, les Arméniens s’en sou­viennent.

Kobâné est deve­nue un sym­bole pour les Kurdes du monde entier… Cela explique le titre de votre roman ?

Kobâné n’est pas seule­ment une ville emblé­ma­tique pour les Kurdes, quelle que soit leur natio­na­li­té, mais elle l’est ou du moins devrait l’être pour tous les démo­crates, pour tous les pro­gres­sistes, pour tous ceux qui se réclament des chan­ge­ments révo­lu­tion­naires et, plus lar­ge­ment, pour tous ceux qui ont en hor­reur le fas­cisme — quelle qu’en soit la cou­leur. Kobâné est la Stalingrad des Kurdes. C’est là, pour citer Victor Hugo, que « l’espoir chan­gea de camp, que le com­bat chan­gea d’âme ». C’est à par­tir de cette vic­toire obte­nue dans le sang et les larmes pour les cama­rades tombé·e·s que le monde a com­pris que Daech n’était pas invin­cible. Il faut se sou­ve­nir qu’avant Kobâné, un géné­ral amé­ri­cain par­lait d’une « guerre de 30 ans » contre Daech. C’est grâce à la résis­tance des YPG et des YPJ — for­mées, sou­te­nues et enca­drées par des offi­ciers du PKK — que les États-Unis et la Russie ont pris conscience que, dos au mur mais com­ba­tifs comme jamais, ces Kurdes-là ne lais­se­raient pas les jiha­distes être maîtres de leur des­tin. Dans le roman, Erwan qui a dû suivre la bataille à la radio n’entend pas suivre les autres — car il y en a eu beau­coup d’autres, et ce n’est pas ter­mi­né… — depuis sa cel­lule.

Derik, avril 2018 : cime­tière des mar­tyrs (© Yann Renoult)

Sur le ter­rain, la popu­la­tion semble prise en étau, entre la « kur­do­pho­bie » régio­nale et la volon­té d’extension ter­ri­to­riale de la Turquie d’une part, et la volon­té de Bachar al-Assad de refu­ser tout pro­jet d’autonomie en Syrie de l’autre. Les alliés des Kurdes — Européens inclus — semblent regar­der ailleurs…

Erwan uti­lise l’image du mar­teau et de l’enclume : le mar­teau turc et l’enclume syrienne. Quant à l’Europe, embour­bée dans ses pro­blèmes internes — Brexit et mon­tée des popu­lismes, incon­sé­quence éco­lo­gique, désa­mour des peuples envers le « pro­jet euro­péen » —, elle n’a ni poli­tique étran­gère com­mune, ni capa­ci­té de peser sur la suite des évé­ne­ments. En cas d’agression turque, elle appel­le­ra Erdoğan « à la rete­nue » ; c’est la seule chose qu’elle a su faire au moment de l’invasion d’Afrin. Et déjà, en mai 1987, le géné­ral Ali Hassan al-Majid, cou­sin de Saddam Hussein, pro­cla­mait à pro­pos des Kurdes d’Irak : « Je vais les tuer tous avec des armes chi­miques ! Qui va dire quelque chose ? La com­mu­nau­té inter­na­tio­nale ? Qu’elle aille se faire foutre ! » « Ali le chi­mique », ain­si qu’il était sur­nom­mé, avait rai­son d’être serein : le mas­sacre de Halabja a lais­sé de marbre la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale.

En Europe, si une frange impor­tante de la gauche s’est soli­da­ri­sée avec le pro­jet poli­tique à l’œuvre au Rojava, une par­tie d’entre elle conti­nue de s’en dés­in­té­res­ser, voire de por­ter un regard hos­tile sur cette révo­lu­tion. Pourquoi ?

« Pourquoi une par­tie de la gauche euro­péenne fait la fine bouche ? »

Pourquoi une par­tie de la gauche euro­péenne fait la fine bouche ? Parce qu’elle ne com­prend rien aux enjeux de civi­li­sa­tion qui concernent en pre­mier lieu les Kurdes, mais qui les dépassent. Parce qu’elle est inculte et sclé­ro­sée par une pen­sée réduc­trice où la pure­té révo­lu­tion­naire prime sur la sur­vie d’un peuple. Devant les réti­cences de Leyland — son cama­rade de cel­lule — à ce qu’Erwan, une fois dehors, tente de passe un accord avec les Russes, celui-ci lui rap­pelle les épi­sodes de la Seconde Guerre mon­diale : Roosevelt et Churchill, consta­tant leur effi­ca­ci­té, ont sou­te­nu les maquis com­mu­nistes en Grèce et en Yougoslavie. Quant à Leyland, lui revient en mémoire que son grand-père, enga­gé dans les Brigades inter­na­tio­nales, aurait bien vou­lu que la France et la Grande-Bretagne ne pra­tiquent pas la poli­tique de non-inter­ven­tion. Ni Madrid ni Barcelone ne seraient tom­bées aux mains des fran­quistes et, très cer­tai­ne­ment, la Seconde Guerre mon­diale n’aurait pas eu lieu… On peut tou­jours faire fi du monde réel, refu­ser tous les com­pro­mis, ne pas tenir compte des inté­rêts des uns et des autres et pré­fé­rer n’avoir que des enne­mis et jamais d’alliés, aus­si pro­vi­soires et incer­tains soient-ils, mais, dans ce cas, on fait un trait sur ses propres objec­tifs sachant qu’on ne les attein­dra jamais.

Nous enten­dons bien votre cri­tique de la « pure­té » révo­lu­tion­naire. Le com­mu­niste syrien Yassin al-Haj Saleh, oppo­sant à Assad, s’é­tait mon­tré très dur vis-à-vis des révo­lu­tion­naires du nord de la Syrie : il avance que les Kurdes sont des « outils » des Américains, que le PYD n’est pas maître de ses « objec­tifs » et que le Rojava uti­lise « un dis­cours moder­niste qui parle aux classes moyennes occi­den­tales »… Cette cri­tique de nature anti-impé­ria­liste, tra­di­tion­nelle dans l’his­toire de la gauche radi­cale, n’a aucune per­ti­nence à vos yeux ?

L’écrivain Yassin al-Haj Saleh est un com­mu­niste oppo­sant au régime syrien. En m’inclinant devant son cou­rage — il a payé de 16 années d’emprisonnement cette oppo­si­tion — et sans vou­loir polé­mi­quer, je m’interroge sur ses for­mu­la­tions : si les Kurdes étaient les « outils » des Américains, aurions-nous tant à nous sou­cier de leur deve­nir en ce début d’année ? Et j’ajouterais que si un « dis­cours moder­niste » consiste à don­ner aux femmes tous leurs droits (y com­pris celui d’hériter à éga­li­té avec les hommes, ce que les femmes tuni­siennes sont encore à reven­di­quer), à por­ter atten­tion à l’écologie, au déve­lop­pe­ment des savoirs et de la culture, à prô­ner la laï­ci­té dans le res­pect des croyances, à refu­ser les dis­tinc­tions entre les eth­nies et à cher­cher à éra­di­quer le patriar­cat tout en tenant à dis­tance le natio­na­lisme pro­pice à la xéno­pho­bie, alors dépê­chons-nous d’être tous moder­nistes, la pla­nète et les peuples ne s’en por­te­ront que mieux…

Kobanê, avril 2018 : route vers Manbidj (© Yann Renoult)

La CIA joue un rôle cen­tral dans votre intrigue. Ses agents ne reculent devant rien pour livrer Erwan Badrakhan aux Turcs. Dans la réa­li­té, en ce moment même, la poli­tique amé­ri­caine est au centre de toutes les atten­tions : lâchés par les Russes à Afrin, les Kurdes des deux autres can­tons du Rojava semblent en sur­sis…

La CIA est omni­pré­sente car elle l’est dans toutes les zones de conflit. Elle dis­pose de moyens consi­dé­rables et n’est pas embar­ras­sée par la morale. Sa nou­velle patronne, Gina Haspel, nom­mée par Trump, un amo­ra­liste sans ver­gogne, a diri­gé une pri­son secrète en Thaïlande où l’on tor­tu­rait les pri­son­niers. J’ai ima­gi­né que l’Agence avait pas­sé un deal avec Erdoğan concer­nant la base mili­taire d’Incirlik, que les Turcs tar­daient à mettre au ser­vice des Américains. Il faut donc que les Américains « récu­pèrent » Erwan pour l’échanger. Lui, est dans l’ignorance de ce com­plot. Cette ambi­guï­té de la CIA, le jeu trouble auquel elle se livre n’est effec­ti­ve­ment pas sans rap­pe­ler la situa­tion tou­jours incer­taine dans laquelle se trouvent les Kurdes du Rojava. Si les Turcs passent la fron­tière à l’est de l’Euphrate, peut-on ima­gi­ner que les Américains s’opposeront à eux manu mili­ta­ri ? Ce serait, depuis le conflit gré­co-turc à pro­pos de Chypre, la deuxième fois que l’on ver­rait deux armées de l’OTAN se confron­ter. Mais, en l’occurrence, il s’agit des deux pre­mières armées du Pacte de l’Atlantique Nord. Impensable ! Erdoğan a beau­coup de cartes en mains. L’éventuel refus de Washington et du Pentagone de contrer la Turquie diplo­ma­ti­que­ment voire d’installer une no fly zone au-des­sus du Rojava en est une ; l’amnésie des peuples en est une autre. Tous ceux qui ont res­pi­ré lorsque les Kurdes, orga­ni­sés en Forces démo­cra­tiques syriennes plu­ri-eth­niques et plu­ri-confes­sion­nelles, repous­saient les com­bat­tants de Daech et pre­naient plus que leur part à son qua­si-déman­tè­le­ment semblent avoir oublié cet épi­sode.

Le mois de décembre 2018 a été pour le moins mou­ve­men­té. Quelques jours avant l’annonce du retrait des forces amé­ri­caines de Syrie, Erdoğan adres­sait un sévère aver­tis­se­ment en bom­bar­dant des posi­tions du PKK au Kurdistan ira­kien… La révo­lu­tion nord-syrienne est-elle en dan­ger ?

« Les inten­tions d’Erdoğan sont claires : mettre fin à l’expérience du Rojava, très mau­vais exemple pour les Kurdes de Turquie. »

Assurément. Les inten­tions d’Erdoğan sont claires : mettre fin à l’expérience du Rojava, très mau­vais exemple pour les Kurdes de Turquie. Comme nous avons pu le consta­ter à Afrin, il en a les moyens mili­taires. Quel que soit le cou­rage des YPG et des YPJ, c’est un rou­leau com­pres­seur qui se met­trait en route si Erdoğan se lan­çait dans l’aventure. Comme à Afrin, il col­le­rait en pre­mière ligne tous ces jiha­distes qu’il pro­tège, soigne et nour­rit — une chair à canon qui n’a plus guère le choix et qu’il récom­pense par le par­tage des dépouilles, les auto­ri­sant à occu­per les habi­ta­tions, vio­ler et piller. Les témoi­gnages à ce sujet de ce qui s’est dérou­lé dans le can­ton d’Afrin sont légion. Cependant, lors des conflits, les retour­ne­ments d’alliance sont mon­naies cou­rantes — et, contrai­re­ment à ce que l’on affirme, ce n’est pas une spé­cia­li­té de la région. L’Europe a connu ces revi­re­ments lors du der­nier conflit mon­dial. Donc, rien n’est joué, même si le syn­drome du sand­jak d’Alexandrette paraît habi­ter le sul­tan d’Ankara. Cette por­tion de ter­ri­toire don­nant sur la Méditerranée, à la fron­tière de la Syrie et de la Turquie, a été enle­vée à la Syrie en 1939 pour être don­née par la France et la Grande-Bretagne à la Turquie afin d’acheter sa neu­tra­li­té face à l’Allemagne nazie. Erdoğan se ver­rait bien pos­ses­seur des trois can­tons du Rojava trans­for­més en sand­jaks2. Qui s’y oppo­se­rait vrai­ment au nom de l’intangibilité des fron­tières — tant évo­quée à pro­pos du rat­ta­che­ment de la Crimée à la Russie ? Est-ce que ce décou­page serait les pré­misses de la bal­ka­ni­sa­tion de la Syrie ?

En plus d’aller à l’en­contre de la stra­té­gie amé­ri­caine qui pré­va­lait jusque-là, la déci­sion de Trump a pro­vo­qué plu­sieurs démis­sions mar­quantes dans l’administration amé­ri­caine. Depuis, le pré­sident amé­ri­cain a sem­blé faire machine arrière. Le 8 jan­vier 2019, John Bolton, conseiller pour la sécu­ri­té natio­nale de la Maison Blanche, a affir­mé qu’il n’y aurait pas de retrait amé­ri­cain tant que la Turquie ne garan­ti­rait pas la sécu­ri­té des com­bat­tants kurdes…

On peut pen­ser que Trump, plus impul­sif que jamais, a fini par prendre la mesure de sa déci­sion. Résultat, il se trouve en dif­fi­cul­té avec deux de ses grands alliés. L’un, Israël craint que le désen­ga­ge­ment amé­ri­cain ne donne les cou­dées franches à l’Iran pour res­ter en Syrie et confor­ter le fameux et plus ou moins fan­tas­mé « arc chiite » — qui, de Téhéran, pas­se­rait par Bagdad, Damas (les alaouites du clan al-Assad étant ran­gés par­mi les chiites) et, au Liban, par le Hezbollah. L’autre, la Turquie qui ne veut pas voir se consti­tuer un ter­ri­toire auto­nome à domi­nante kurde à sa fron­tière sud. Et main­te­nant, après avoir lais­sé entendre qu’il aban­don­nait les Kurdes syriens, Trump, par la voix de Bolton, exige d’Erdoğan qu’il en garan­tisse la sécu­ri­té. « Les dieux rendent fous ceux qu’ils veulent perdre », disait Sophocle. Trump n’est pas dieu (même si le rôle doit le ten­ter) mais, en tous les cas, il s’y entend pour affo­ler tous ceux qui, col­la­bo­ra­teurs ou alliés, sont contraints de subir ces revi­re­ments de girouette. Pour les Kurdes, ce chan­ge­ment de pied ne consti­tue sans doute qu’une rémis­sion. Et nous aurions torts de consi­dé­rer que tout dan­ger est écar­té et qu’ils vont pou­voir serei­ne­ment pour­suivre leur expé­rience révo­lu­tion­naire. À mon sens, la plus grande des vigi­lances s’imposent encore et s’imposera long­temps.

Sinjar, décembre 2014 : Agid, au milieu, com­mande les troupes du PKK dans la mon­tagne et la ville de Sinjar (© Yann Renoult)

En déses­poir de cause, le Rojava s’est stra­té­gi­que­ment tour­né vers le régime de Bachar al-Assad il y a quelques semaines. La « real­po­li­tik » à l’œuvre depuis le début du conflit syrien ne remet donc pas en cause les ambi­tions éman­ci­pa­trices de la révo­lu­tion ?

Formulée autre­ment, la ques­tion est : la révo­lu­tion est-elle soluble dans des accords pro­vi­soires ? Dans des alliances de cir­cons­tance ? Pour avan­cer des réponses, il serait aisé de rap­pe­ler une anec­dote his­to­rique concer­nant Lénine ain­si que l’une de ses cita­tions favo­rites. L’anecdote, c’est bien sûr l’histoire mythique du wagon plom­bé que les Allemands auraient mis à sa dis­po­si­tion pour qu’il puisse ren­trer en Russie afin de prendre la tête des forces révo­lu­tion­naires et que, confor­mé­ment à ses décla­ra­tions, il mette fin à la guerre à l’est — au prix de lourdes conces­sions ter­ri­to­riales. Quant à la cita­tion, elle est bien connue : « Pour dîner avec le diable, il faut une longue cuillère. » Lénine aimait avoir recours à ce dic­ton expri­mant un solide bon sens. Mais comme le rap­pe­lait Alfred de Musset avec non moins de bons sens : « Les pro­verbes sont selles pour tous che­vaux. » Donc, pru­dence. Au Rojava, la direc­tion du PYD détient-elle le cou­vert adé­quat, doté d’un manche suf­fi­sam­ment long pour ne pas se brû­ler en sou­pant avec ses alliés du jour, éven­tuels ou pro­bables adver­saires de demain ? Ceci étant, après l’annonce du lâchage des Américains et l’attentisme des Russes, avait-elle le choix ? Ne fal­lait-il pas essayer de sécu­ri­ser la zone convoi­tée par Ankara ? Et ce, non pas par volon­té de conser­ver le contrôle d’un ter­ri­toire dure­ment gagné contre Daech, mais de façon à pro­té­ger les popu­la­tions kurdes qui y résident. Sachant com­ment les mer­ce­naires de la soi-disant Armée syrienne libre et la sol­da­tesque turque se sont com­por­tés à Afrin, il y avait urgence.

« Prudence », nous dites-vous. En août 2018, Saleh Muslim, figure poli­tique du Rojava, avan­çait : « Nous sommes par­ve­nus à chan­ger 20 à 25 % de la socié­té entière. » Peut-on vrai­ment ima­gi­ner que la révo­lu­tion, si elle par­ve­nait à se sau­ver en accep­tant l’aide des­dits alliés « dia­bo­liques », tienne tête, à terme, au désir de nor­ma­li­sa­tion du régime d’Assad ?

« Si les Kurdes se contentent de se dra­per dans leur digni­té et refusent tout com­pro­mis, ils seront mas­sa­crés. Purs, mais morts. C’est un choix. »

Au-delà de la bou­tade de Lénine, je réfute la dia­bo­li­sa­tion des uns ou des autres. Non pas parce que j’aurais des doute sur le fait qu’al-Assad est un cri­mi­nel de guerre, et qu’à ce titre il mérite d’être jugé et sévè­re­ment condam­né, mais parce que la poli­tique n’est qu’un échi­quier sur lequel se jouent les rap­ports de force. Dans ce jeu for­cé­ment cruel, puisqu’il met en cause la vie des gens, des indi­vi­dus peuvent témoi­gner d’un com­por­te­ment par­ti­cu­liè­re­ment bar­bare. Mais ce n’est que l’écume des choses. Le fond, ce sont les inté­rêts des par­tis en pré­sence. Al-Assad a besoin d’affirmer sa sou­ve­rai­ne­té sur la Syrie. Une sou­ve­rai­ne­té dis­pu­tée par les Turcs, par les Iraniens à leur manière (ils font venir des familles de pas­da­rans pour « peu­pler » le pays), par les Russes qui tiennent à leur accès aux mers chaudes, vieille lubie tsa­riste, par les jiha­distes de toutes obé­diences, comme ceux de Daech, du Front al-Nosra (ex-Al Qaeda) rebap­ti­sé Jabhat Fatah al-Sham, ou encore des isla­mistes du Front natio­nal de libé­ra­tion pro­té­gés des Turcs (ça ne s’invente pas comme appel­la­tion, pour un pays expan­sion­niste !), des Chinois qui n’attendent qu’une sta­bi­li­sa­tion du pays pour débar­quer dans le cadre des nou­velles routes de la soie et « aider » à recons­truire le pays, de l’Arabie saou­dite et des Émirats Unis qui aime­raient pro­fi­ter du chaos pour trou­ver un espace à leurs ambi­tions (voir leur action au Yémen) et… des Kurdes, qui entendent bien capi­ta­li­ser sur leurs vic­toires mili­taires pour négo­cier et se faire entendre dans le cadre d’une Syrie confé­dé­rale.

Présentement, l’ennemi prin­ci­pal des Kurdes (hor­mis Daech), ce sont les Turcs. S’appuyer sur al-Assad (en fait sur les Russes) pour blo­quer les Turcs est une bonne carte. Ensuite, obte­nir des Russes une alliance de cir­cons­tance plus pous­sée pour recons­truire une Syrie dans laquelle l’autonomie du Rojava soit garan­tie, serait un joli coup aus­si. Je déve­loppe cette hypo­thèse dans le roman. Personne n’a oublié que Mao Zedong, pour vaincre et chas­ser les Japonais, s’est allié avec le Kuomintang. Ce ne fut pas fin de la par­tie puisqu’ensuite il s’est retour­né contre son allié pro­vi­soire et l’a vain­cu. Je n’ai aucune sym­pa­thie ni pour Lénine ni pour Mao Zedong, je ne me sers de ces péri­pé­ties his­to­riques que pour mon­trer que les alliance se font et se défont. L’essentiel est de res­ter en vie. Si les Kurdes se contentent de se dra­per dans leur digni­té et refusent tout com­pro­mis — comme ils en ont conclu un à Manbij —, ils seront mas­sa­crés. Purs, mais morts. C’est un choix. Il a ses ver­tus pour ceux qui, depuis leur cana­pé, regardent tout ça à la télé. Pour les popu­la­tions kurdes et pour le PYD, c’est autre­ment com­pli­qué. Pour tout dire, je ne vou­drais pas être à la place de Saleh Muslim et de ses cama­rades. Ils n’ont aucune assu­rance qu’ils pour­ront conduire à bien leur pro­jet révo­lu­tion­naire, c’est cer­tain. Mais s’ils échouent, c’est eux et eux seuls qui en subi­ront les consé­quences. C’est ce qui m’interdit de leur faire la leçon.

Kobanê, avril 2018 : Nisrin à la coopé­ra­tive tex­tile ouverte par le mou­ve­ment des femmes, le Kongra Star (© Yann Renoult)

Dans le roman, vous faites allu­sion à la poé­sie turque. Pourquoi ce recours ?

À un moment, Erwan va lire à Leylan un vers de Nazim Hikmet. De la géné­ra­tion de Louis Aragon, Hikmet fut et reste sans doute l’un des grands poètes du XXe siècle. Exilé parce que membre du Parti com­mu­niste turc, il a été le chantre d’une poé­sie huma­niste. Erwan uti­lise un vers plein d’espoir pour faire entendre à Leyland qu’il ne mène pas un com­bat contre les Turcs mais bien contre un sys­tème qui méprise les Kurdes et leur dénie le droit d’exister en tant que tels. Aujourd’hui, on peut consi­dé­rer que les posi­tions du Parti démo­cra­tique des peuples (HDP) diri­gé par Selahattin Demirtaş, qui ambi­tionne de ras­sem­bler tous les pro­gres­sistes de Turquie, illus­trent cette affir­ma­tion. Puisque j’ai cité la guerre d’Espagne et Louis Aragon, je vou­drais ter­mi­ner cet entre­tien par ces quelques vers que ce der­nier écri­vit en hom­mage à Federico Garcia Lorca, fusillé à Grenade par les sol­dats de Franco : « Quoi tou­jours ce serait la guerre la que­relle / Des manières des rois et des fronts pros­ter­nés / Et l’en­fant de la femme inuti­le­ment né / Les blés déchi­que­tés tou­jours des sau­te­relles / Quoi les bagnes tou­jours et la chair sous la roue / Le mas­sacre tou­jours jus­ti­fié d’i­doles / Aux cadavres jeté ce man­teau de paroles / Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou ». Le poète ques­tionne. À nous de répondre. Si Retour à Kobâné a un mérite, un seul, c’est d’avoir ten­té qu’au moins on se sou­vienne, comme Leyland s’en fait la confi­dence à lui-même, que « là-bas, dans un pays rava­gé par les bombes et la mitraille, des gens sont aux prises avec le Léviathan ».


Photographies de ban­nière et des vignette : Rojava, © Yann Renoult


REBONDS

☰ Lire notre article « Nâzim Hikmet : ne pas se rendre », Étienne Orsini, juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Guillaume Perrier : « Erdoğan, un rêve de pré­si­dence omni­po­tente », juin 2018
☰ Lire notre repor­tage « Carnet du Rojava », Corinne Morel Darleux, mai 2018
☰ Lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens », Raphaël Lebrujah, mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec le Conseil démo­cra­tique kurde en France, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Grojean : « Le PKK n’est pas une ins­ti­tu­tion mono­li­thique », décembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017

  1. Membres de l’Armée blanche, hos­tile à la révo­lu­tion bol­che­vik.
  2. Du turc san­cak : « ban­nière » ou « éten­dard ». Il s’a­git d’une divi­sion admi­nis­tra­tive de l’ex-Empire otto­man.
Tags:
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.