Iran : un an après le soulèvement de novembre 2019


En novembre 2019, des dizaines de mil­liers de per­sonnes sont des­cen­dues dans plus de 100 villes d’Iran, cinq jours durant. Le sou­lè­ve­ment répon­dait à la brusque aug­men­ta­tion du prix du car­bu­rant, qui avait tri­plé : une poli­tique recom­man­dée par le FMI. Les dépos­sé­dés ont orga­ni­sé des occu­pa­tions de zones locales, construit des bar­ri­cades, incen­dié plu­sieurs banques et se sont défen­dus du mieux qu’ils pou­vaient contre un appa­reil d’État par­ti­cu­liè­re­ment bru­tal. Internet cou­pé, les Gardiens de la Révolution et la police ont ain­si tué entre 304 à 1 500 per­sonnes, selon les chiffres dis­po­nibles1. Des mil­liers de mili­tants, d’activistes et de per­sonnes « ordi­naires » ont été arrê­tés pen­dant et après le sou­lè­ve­ment ; cer­tains ont été tor­tu­rés, condam­nés à de longues peines, voire exé­cu­tés. Afin de com­mé­mo­rer le pre­mier anni­ver­saire du sou­lè­ve­ment de novembre, Collective 98 — un col­lec­tif anti­ca­pi­ta­liste et inter­na­tio­na­liste majo­ri­tai­re­ment com­po­sé de mili­tants kurdes ira­niens — nous a envoyé ce texte : une adresse à cette frange de la gauche radi­cale occi­den­tale qui, sen­sible au dis­cours « anti-impé­ria­liste » de la République isla­mique d’Iran, ferme les yeux sur son carac­tère répressif.


« Nous pro­tes­tons contre des pro­blèmes qui font par­tie d’un sys­tème glo­bal. Nous avons atteint un niveau de crise tel que le sys­tème ne peut plus les conte­nir », a dit un mani­fes­tant au milieu du sou­lè­ve­ment chi­lien. La même chose peut être dite par celles et ceux qui sont sor­tis des pro­fon­deurs de l’en­fer social, en Iran : ils en avaient assez de la République isla­mique dans son ensemble. À l’ins­tar des pro­lé­taires qui ont façon­né la vague mon­diale des luttes en 2018–2019 — en Algérie, au Liban, au Soudan, au Chili ou encore en France avec les gilets jaunes —, celles et ceux qui ont par­ti­ci­pé au sou­lè­ve­ment ira­nien de novembre sont par­ve­nus à la conclu­sion que leur ave­nir dépend de la mise à bas d’un sys­tème qui se repro­duit par l’ex­ploi­ta­tion, la pau­vre­té de masse et la mar­chan­di­sa­tion des moyens de vie les plus élé­men­taires. Ceci posé, la crise à laquelle la République isla­mique d’Iran se voit actuel­le­ment confron­tée ne peut être sim­ple­ment attri­buée à une « crise de légi­ti­mi­té ». Les sanc­tions éta­su­niennes n’en sont pas non plus l’u­nique cause. Il s’agit plu­tôt d’une crise de « gou­ver­ne­men­ta­li­té », c’est-à-dire d’une crise socio-éco­no­mique, poli­tique et idéo­lo­gique — aggra­vée par les consé­quences du réchauf­fe­ment cli­ma­tique et la crise épi­dé­mio­lo­gique du Covid-192.

« Les chars du gou­ver­ne­ment ont rou­lé dans les rues tan­dis que les forces gou­ver­ne­men­tales affi­liées uti­li­saient des mitrailleuses lourdes de type DShk. »

La République isla­mique d’Iran ne peut que recou­rir à la vio­lence pour faire taire les mil­lions de per­sonnes pri­vées de droits démo­cra­tiques fon­da­men­taux et des moyens élé­men­taires de repro­duc­tion sociale (loge­ment, san­té, édu­ca­tion, emploi, air res­pi­rable, eau potable…). La répres­sion bru­tale du sou­lè­ve­ment de novembre 2019 a mis en lumière à la fois la pro­fon­deur de la crise et le degré de radi­ca­li­sa­tion de la jeu­nesse, dont l’exis­tence sociale est deve­nue de plus en plus insup­por­table. Dans cer­taines villes, et en par­ti­cu­lier celles habi­tées par des « mino­ri­tés » eth­niques racia­li­sées telles que les Arabes ou les Kurdes, les chars du gou­ver­ne­ment ont rou­lé dans les rues tan­dis que les forces gou­ver­ne­men­tales affi­liées uti­li­saient des mitrailleuses lourdes de type DShk3.

Bien que la République isla­mique d’Iran tire son ori­gine de la vio­lence inhé­rente à tout pro­jet de gou­ver­ne­ment et conti­nue de dépendre struc­tu­rel­le­ment de la vio­lence propre à tout régime auto­ri­taire, la répres­sion du sou­lè­ve­ment de novembre s’est avé­rée aus­si cho­quante que sans pré­cé­dent — du moins, depuis la conso­li­da­tion com­plète du pou­voir à la suite de la guerre Iran-Irak en 1988. Au regard de la nature inédite de cette vio­lence éta­tique, la situa­tion actuelle res­semble de plus en plus aux pre­miers temps de la République isla­mique d’Iran (1979–1988) : la vio­lence d’État sys­té­ma­tique était alors uti­li­sée comme moyen d’é­ta­blir le régime. En d’autres termes, le pou­voir des « révo­lu­tion­naires » isla­mistes n’au­rait pu être conso­li­dé sans la guerre eth­no­na­tio­na­liste décla­rée par Khomeiny contre les « mino­ri­tés » eth­niques — comme les Kurdes, les Arabes et les Turkmènes —, sans la guerre patriar­cale lan­cée contre les femmes et leur corps (le plus évident : le hijab obli­ga­toire) et, bien sûr, sans le mas­sacre de mil­liers de dis­si­dents poli­tiques dans les pri­sons durant la pre­mière décen­nie de l’ère post-révo­lu­tion­naire. Le « retour » actuel de cette ère anté­rieure s’ex­prime le plus net­te­ment dans les images et les vidéos qui montrent la police en train de tirer sur la poi­trine et la tête de mani­fes­tants au cours du der­nier sou­lè­ve­ment, ain­si que dans les exé­cu­tions de per­sonnes « ordi­naires » au cours des mois qui ont sui­vi. Ceci dans un contexte où la base de sou­tien du mou­ve­ment avait consi­dé­ra­ble­ment dimi­nué par rap­port à ses pre­miers jours.

[Téhéran, 16 novembre 2019 (AFP | Getty Images)]

La révolution ne sera pas télévisée

La République isla­mique d’Iran fait l’ob­jet de sou­lè­ve­ments mas­sifs à un rythme chro­nique — chaque mobi­li­sa­tion s’a­vouant plus conflic­tuelle que la pré­cé­dente. Le sou­lè­ve­ment de novembre en 2019 était autre­ment plus éten­du et « mili­tant » que celui de 2017–2018, lorsque les étu­diants de gauche expri­mèrent à Téhéran, pour la pre­mière fois, un refus du sys­tème dans son ensemble : « Réformistes, extré­mistes, le jeu est ter­mi­né ! » Plus impor­tant encore, la République isla­mique d’Iran est confron­tée à des luttes et des mou­ve­ments de plus en plus nom­breux de tra­vailleurs, d’é­tu­diants, d’en­sei­gnants, de retrai­tés, de femmes et de mino­ri­tés eth­niques et reli­gieuses. Ces deux « niveaux » de lutte — le sou­lè­ve­ment spon­ta­né de masse et les formes plus orga­ni­sées de résis­tance — sont inter­dé­pen­dants. Le pre­mier a radi­ca­li­sé le second, le ren­dant plus poli­tique qu’au­pa­ra­vant. Ainsi, les reven­di­ca­tions de cer­taines par­ties de la classe ouvrière se sont écar­tées de l’a­mé­lio­ra­tion des condi­tions de tra­vail, des salaires et de la dé-pri­va­ti­sa­tion pour se tour­ner vers la ges­tion auto­nome des usines et des alter­na­tives radicales4.

« La République fait l’ob­jet de sou­lè­ve­ments mas­sifs à un rythme chro­nique — chaque mobi­li­sa­tion s’a­vouant plus conflic­tuelle que la précédente. »

Malheureusement, les effets écra­sants de la crise et la sub­jec­ti­vi­té poli­tique des oppri­més sont sous-repré­sen­tés, ou mal repré­sen­tés, dans les médias — notam­ment occi­den­taux. En ce qui concerne l’ac­tion poli­tique, ce n’est qu’à tra­vers la figure de l’ac­ti­viste des droits de l’Homme que les récits de sub­jec­ti­vi­tés poli­tiques y trouvent leur che­min. Pendant ce temps, les médias mains­tream déforment bien sou­vent la crise en la pré­sen­tant comme le pro­duit des sanc­tions éta­su­niennes ; en réa­li­té, en Iran, le néo­li­bé­ra­lisme est struc­tu­ré par la cor­rup­tion sys­té­ma­tique de son oli­gar­chie diri­geante « ren­tière » ain­si que par l’in­té­gra­tion de son éco­no­mie au capi­ta­lisme mon­dial. Cela ne veut pas dire que les sanc­tions éco­no­miques impo­sées aient été insi­gni­fiantes, ni qu’il faille sous-esti­mer leurs effets extrê­me­ment des­truc­teurs et néga­tifs sur des mil­lions de vies en Iran : au contraire. L’ensemble actuel de sanc­tions éco­no­miques a non seule­ment pri­vé les gens de l’ac­cès aux médi­ca­ments de base pour les mala­dies chro­niques, mais éga­le­ment contri­bué effi­ca­ce­ment à la dépres­sion crois­sante du rial [mon­naie ira­nienne, ndlr] sur le mar­ché mon­dial. Les sanc­tions éco­no­miques ont sans conteste inten­si­fié la crise, mais elles ne peuvent être consi­dé­rées comme sa condi­tion fon­da­men­tale et sa cause ultime. Malgré cela, la stra­té­gie idéo­lo­gique de la République isla­mique d’Iran pour jus­ti­fier la crise éco­no­mique est de pré­sen­ter tous les pro­blèmes « inté­rieurs » comme des pro­blèmes « géo­po­li­tiques » — comme pro­ve­nant, donc, de l’extérieur de l’Iran et résul­tant des actions entre­prises par ses enne­mis impérialistes.

Pseudo-anti-impérialisme

Malgré la menace bien réelle et réac­tion­naire posée par les puis­sances impé­ria­listes, ce que la gauche inter­na­tio­na­liste doit exa­mi­ner sérieu­se­ment, c’est la pré­ten­tion de la République isla­mique d’Iran à être un État « anti-impé­ria­liste ». Depuis la Révolution de 1979, les classes diri­geantes ira­niennes ont acquis une légi­ti­mi­té grâce à un dis­cours mani­pu­la­teur « anti-impé­ria­liste » par lequel les inter­ven­tions géo­po­li­tiques des Gardiens de la Révolution dans la région sont jus­ti­fiées comme un moyen de dis­sua­sion contre l’im­pé­ria­lisme amé­ri­cain et ses alliés (en par­ti­cu­lier Israël et l’Arabie saou­dite). Ce dis­cours a pris un nou­vel élan après les atro­ci­tés impé­ria­listes amé­ri­caines en Irak et en Afghanistan, et l’in­ten­si­fi­ca­tion consé­cu­tive des riva­li­tés géo­po­li­tiques dans la région. C’est cette pro­pa­gande de longue date qui a trom­pé cer­taines frac­tions de la gauche mon­diale, en les trans­for­mant pure­ment et sim­ple­ment en par­ti­sans de la République isla­mique d’Iran5.

[Téhéran, 16 novembre 2019 (Majid Khahi | AP)]

Les pseu­do-anti-impé­ria­listes de gauche ferment les yeux sur la répres­sion poli­tique et la dépos­ses­sion des peuples à l’in­té­rieur de l’Iran, ou bien ils recon­naissent les pro­blèmes « internes » mais les mini­misent acti­ve­ment en sou­te­nant que « l’axe de la résis­tance » [l’axe Iran-Irak-Syrie-Hezbollah, ndlr] a la « prio­ri­té » sur les anta­go­nismes « internes » en Iran — comme si la République isla­mique d’Iran était une véri­table force anti-impérialiste6… Ces pseu­do-anti-impé­ria­listes for­mulent le pro­blème de façon faus­se­ment binaire : soit nous devons choi­sir le camp de l’Iran, d’Assad, du Hezbollah et de la Russie-Chine, soit nous sommes confron­tés à l’Empire glo­bal des États-Unis et de ses alliés. Ils passent sous silence les inter­ven­tions de la République isla­mique d’Iran en Irak, au Liban, en Palestine, en Syrie et au Yémen, qu’elles soient directes ou indi­rectes, à tra­vers son sou­tien mili­taire, éco­no­mique et idéo­lo­gi­co-poli­tique aux forces réac­tion­naires — telles que les Hachd al-Chaabi [milices ira­kiennes à majo­ri­té chiite, ndlr], le Hezbollah, le Hamas, Assad et les Houthis [mou­ve­ment armé yémé­nite, ndlr]. Les pseu­do-anti-impé­ria­listes s’op­posent à l’im­pé­ria­lisme amé­ri­cain en défen­dant sans posi­tion cri­tique les inter­ven­tions régio­nales de la République isla­mique d’Iran.

Il ne s’agit pas de « choi­sir » entre deux monstres, mais bien plu­tôt de trou­ver une « troi­sième voie » à même de dépas­ser ce faux dua­lisme. La révo­lu­tion d’oc­tobre en Irak et les luttes actuelles en Iran ouvrent la voie à une telle alter­na­tive, en reje­tant à la fois la République isla­mique d’Iran et ses mer­ce­naires, d’une part, et les États-Unis, de l’autre. Si la gauche croit en l’internationalisme, alors le masque « anti-impé­ria­liste » doit être ôté du visage de la République isla­mique d’Iran. Cela peut être fait en por­tant la voix des luttes à l’in­té­rieur de l’Iran et en dénon­çant les atro­ci­tés du régime dans la région, et en s’op­po­sant, simul­ta­né­ment, à l’im­pé­ria­lisme mon­dial des États-Unis, de la Chine et de la Russie.


Photographie de ban­nière : Téhéran, 25 novembre 2019 | AP


  1. L’amnistie a fait état de 304 per­sonnes mais Reuters avance le chiffre de 1 500.
  2. Voir, à ce pro­pos, l’in­ter­view de deux cama­rades ano­nymes ira­niens.
  3. Cela s’est pro­duit à Mahshahr, une ville majo­ri­tai­re­ment arabe de la pro­vince du Khuzestân, au sud de l’Iran, qui pos­sède un site pétro­lier stra­té­gique clé. Les mani­fes­tants ont blo­qué la route prin­ci­pale menant à ce site. Un autre exemple est une vidéo publiée sur les réseaux sociaux : elle montre la milice Bassidji en train de tirer sur les mani­fes­tants kurdes à Javanrood, une ville kurde de la pro­vince de Kermânchâh.
  4. L’usine de trai­te­ment de la canne à sucre Haft Tappeh, dans la ville de Shousha, est emblé­ma­tique de ce mou­ve­ment : après des années de lutte pour le paie­ment de leurs salaires, les tra­vailleurs et les tra­vailleuses ont lan­cé une grève en novembre 2018 pour récla­mer l’au­to­ges­tion de l’u­sine. Malgré une sévère répres­sion, leur mobi­li­sa­tion se pour­suit. Au prin­temps 2020, ils lan­ce­ront une grève de plus de 50 jours pour deman­der le paie­ment de leurs salaires, et conti­nue­ront de récla­mer l’au­to­ges­tion de l’u­sine [ndlr].
  5. Voir, par exemple, l’article catas­tro­phique publié sur une pla­te­forme fran­çaise de « gauche radi­cale », dans lequel le géné­ral Soleimani est pré­sen­té comme un « héros » com­bat­tant contre Daech et les forces impé­ria­listes dans la région.
  6. À pro­pos des dis­cus­sions qui ont lieu au sein de la gauche anti­ca­pi­ta­liste fran­çaise, voir, par exemple, cette tri­bune de syn­di­ca­listes CGT. Ou la lettre de La Chapelle Debout et la Cantine syrienne, adres­sée au Collectif Ni États de guerre ni états d’ur­gence [ndlr].

REBONDS

☰ Lire notre port­fo­lio « Liban : quand la rue se sou­lève », Laurent Perpigna Iban, février 2020
☰ Lire notre article « Entre l’Iran et l’Irak : les kol­bars ne plient pas », Hataw et Loez, décembre 2019
☰ Lire notre article « Forough Farrokhzad, une rébel­lion ira­nienne », Adeline Baldacchino, mars 2019
☰ Lire notre article « Algérie : chro­nique d’un refus », Awel Haouati, mars 2019
☰ Lire notre article « Iran — Nous vou­lons des droits égaux ! », Shiva Mahbobi, juin 2018
☰ Lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens », Raphaël Lebrujah, mai 2018

Collective 98
Collective 98

Collective 98 est un groupe internationaliste indépendant, ancré au Moyen-Orient, qui s'oppose au système capitaliste ainsi qu'à toutes les formes de domination et d'exploitation.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.