Les racines néolibérales de la révolte chilienne


Texte inédit pour le site de Ballast

Au Chili, la mobi­li­sa­tion sociale se pour­suit, sou­te­nue par une très large par­tie de la popu­la­tion. Le pré­sident-mil­liar­daire Piñera vient cepen­dant de faire savoir qu’il irait jus­qu’au bout de son man­dat. S’il recon­naît aux micros de la BBC être res­pon­sable d’une par­tie du « pro­blème », il pré­cise que celui-ci s’est « accu­mu­lé depuis 30 ans ». Allons jus­qu’à 46. Allende tom­bait, encer­clé par les put­schistes ; Pinochet s’emparait du pou­voir puis recru­tait un groupe d’é­co­no­mistes for­més à Chicago par Milton Friedman et Arnold Harberger. Le Chili, dans la rue, rejette aujourd’­hui la greffe. L’auteure, his­to­rienne lati­no-amé­ri­ca­niste, revient sur la construc­tion de ce soi-disant « miracle éco­no­mique ». ☰ Par Lissell Quiroz


Depuis la mi-octobre, le Chili connaît des mobi­li­sa­tions popu­laires d’une ampleur inédite dans l’histoire chi­lienne post-Allende. Elles ont été déclen­chées par la hausse du prix du billet de métro, lequel est déjà le plus cher de toute l’Amérique latine (un euro en heure de pointe). Le pré­sident Sebastián Piñera, un homme d’af­faires dont la for­tune est esti­mée à 2 mil­liards d’euros, n’a pas immé­dia­te­ment pris la mesure de la situa­tion. Au moment même où les manifestant·e·s pre­naient les rues de Santiago, il appa­rais­sait dans les médias en train de savou­rer une piz­za pour l’an­ni­ver­saire de son petit-fils. Piñera pro­vient de la bour­geoi­sie entre­pre­neu­riale dépeinte par Pablo Larraín dans le film No. Lors du coup d’État de Pinochet, Piñera com­men­çait un mas­ter d’économie à Harvard. Il a fait for­tune dans les années 1980, dans le milieu de la banque et des cartes de cré­dit — jusqu’à deve­nir l’un des hommes les plus riches du pays. Connu pour son carac­tère « bien trem­pé », habi­tué à « gagner » tant en poli­tique qu’en affaires, Piñera ne s’en est pas moins vu dépas­ser par l’importante mobi­li­sa­tion de « la mar­cha más grande de Chile » : le 25 octobre 2019, elle a ain­si ras­sem­blé plus d’1,2 mil­lion de per­sonnes. En réponse au mou­ve­ment popu­laire, le pré­sident n’a pas hési­té à faire sor­tir les mili­taires pour réta­blir l’ordre : le Chili serait « en guerre ». Le solde de ces jour­nées de pro­tes­ta­tion est lourd : 23 per­sonnes ont per­du la vie1 — le quart sous la répres­sion mili­taire et poli­cière. Piñera a ten­té de gagner du temps : annonce d’un plan de mesures sociales (dont l’augmentation du salaire mini­mum), renou­vel­le­ment de son gou­ver­ne­ment. Mais le mou­ve­ment se pour­suit et la côte de popu­la­ri­té du gou­ver­ne­ment est tom­bée à 14 %. Tous les spé­cia­listes s’accordent à dire que la hausse du prix des trans­ports n’est que le cata­ly­seur d’un malaise social plus pro­fond, conte­nu dans une cocotte-minute dont la sou­pape a fini par explo­ser le 14 octobre der­nier.

Le tournant néolibéral de la dictature

« Avec le sou­tien de Pinochet, les éco­no­mistes libé­raux allaient mettre en place une thé­ra­pie dite de choc. »

Rien ne lais­sait pré­sa­ger qu’un tel sou­lè­ve­ment tou­che­rait le Chili. C’est que ce der­nier fai­sait figure de pays « émergent » et stable, d’un point de vue éco­no­mique et poli­tique. Le « miracle éco­no­mique chi­lien » tant van­té pré­sente pour­tant de nom­breuses failles : elles remontent à l’instauration même de ce modèle éco­no­mique sous la dic­ta­ture de Pinochet (1973–1990). Le régime mili­taire a mis en place, dès 1973 (mais sur­tout à par­tir de 1975), de pro­fondes réformes éco­no­miques et sociales : elles rom­paient avec l’État social pour orien­ter le pays vers l’économie de mar­ché. Depuis les années 1960, une jeune géné­ra­tion d’économistes, diplô­més des uni­ver­si­tés du Chili et de Chicago — d’où leur appel­la­tion de « Chicago boys » —, exerce une impor­tante influence intel­lec­tuelle. Tout en s’opposant fer­me­ment à la « voie chi­lienne au socia­lisme » de Salvador Allende (1970–1973), ces éco­no­mistes ont ral­lié à leur cause les hommes d’affaires les moins hos­tiles aux réformes. Après la chute d’Allende, les Chicago boys étaient appe­lés à la res­cousse : le pays avait som­bré dans une grave crise éco­no­mique, com­bi­née aux consé­quences de celle, pétro­lière, de 1973. Avec le sou­tien de Pinochet, les éco­no­mistes libé­raux allaient mettre en place une thé­ra­pie dite « de choc ».

Le pro­gramme d’ajustement struc­tu­rel et de libé­ra­li­sa­tion de l’économie s’est dérou­lé en deux phases : 1975–1981 et 1985–1989. Après un pre­mier temps de tâton­ne­ment, l’objectif affi­ché fut d’en finir avec le modèle d’intervention éco­no­mique éta­tique. Les réformes se sont axées sur cinq domaines. Il s’agit donc, d’a­bord, de limi­ter au maxi­mum le rôle de l’État, à tra­vers la sup­pres­sion du défi­cit fis­cal, la réduc­tion de la dépense publique et des impôts, la libé­ra­li­sa­tion des prix et des mar­chés, ain­si que la pri­va­ti­sa­tion de la majo­ri­té des entre­prises publiques, du sys­tème de sécu­ri­té sociale et d’une par­tie de l’éducation et de la san­té. Entre 1985 et 1990, la dépense publique dans le PIB pas­sa de 32 à 22 %. En le « libé­rant » du poids de l’intervention éco­no­mique, l’État a alors pu se concen­trer sur son rôle de « pro­tec­teur » de « l’ordre public ». Deuxièmement, l’État a pro­cé­dé à l’ouverture de l’économie en éli­mi­nant toutes les bar­rières aux impor­ta­tions et en fixant des taux de douane très faibles. Puis on assis­ta à la créa­tion d’un mar­ché de capi­taux libre. En qua­trième lieu, le gou­ver­ne­ment a mis en place la flexi­bi­li­sa­tion du mar­ché de l’emploi via une légis­la­tion du tra­vail très souple et avan­ta­geuse pour les entre­prises, et œuvré au déman­tè­le­ment des syn­di­cats (consi­dé­ré comme un enne­mi interne, les syn­di­ca­listes sont arrê­tés, tor­tu­rés et mis à pied dans les entre­prises — la Centrale unique des tra­vailleurs est pros­crite ; la négo­cia­tion col­lec­tive et la grève sont inter­dites). Enfin, pour pal­lier les effets sociaux dras­tiques d’une telle poli­tique, le plan pré­voyait la créa­tion de pro­grammes ponc­tuels de pro­tec­tion des plus démuni·e·s.

Le géné­ral Pinochet (Marcelo Montecino/Getty)

Ce modèle néo­li­bé­ral fut appli­qué dans le cadre d’un gou­ver­ne­ment mili­taire répres­sif, rai­son pour laquelle qu’il n’y eut pas de contes­ta­tion syn­di­cale ni popu­laire. Mais cela ne veut pas dire que la popu­la­tion accep­ta pas­si­ve­ment les réformes éco­no­miques ; bien au contraire : lors de la crise éco­no­mique de 1982–1984, la légi­ti­mi­té du gou­ver­ne­ment s’est vue remise en ques­tion. L’opposition se réor­ga­ni­sa ; des jour­nées de pro­tes­ta­tion s’en­sui­virent : le gou­ver­ne­ment réagit bru­ta­le­ment et le régime poli­ti­co-éco­no­mique se main­tint. La fin de la dic­ta­ture n’a pas remis en cause cette greffe néo­li­bé­rale — elle a même été conso­li­dée après la période de la « tran­si­tion » démo­cra­tique de Patricio Aylwin (1990–1994), puis lors des man­dats d’Eduardo Frei (1994–2000) et de Ricardo Lagos Escobar (2000–2006). La poli­tique éco­no­mique néo­li­bé­rale s’est même impo­sée comme un dogme dans la région : le Chili a été éri­gé en modèle à suivre pour les autres pays du sous-conti­nent amé­ri­cain.

Croissance économique, accroissement des inégalités

« Le prin­ci­pal effet des poli­tiques néo­li­bé­rales a été, en Amérique latine, le ren­for­ce­ment des inéga­li­tés et l’af­fai­blis­se­ment des classes moyennes. »

En termes macroé­co­no­miques, la poli­tique néo­li­bé­rale a por­té ses fruits dès la fin de la décen­nie 1980. Entre 1980 et 2014, le Chili a ain­si connu la crois­sance éco­no­mique la plus impor­tante de la région, avec une moyenne 4,6 % par an (contre 2,5 en Argentine et 2,8 au Brésil, durant la même période). En 30 ans, le Chili mul­ti­plie par cinq son PIB par habi­tant2. Parallèlement, selon un rap­port de l’ONU, la pau­vre­té a été divi­sée par cinq entre 1990 et 2013, pas­sant de 68 à 14 %. Les résul­tats sur l’emploi sont moins écla­tants. Alors que le taux de chô­mage se situait autour de 5 % entre 1960 et 1973, cet indi­ca­teur a for­te­ment grim­pé à par­tir de 1974, attei­gnant un niveau proche de 15 % (voire de plus de 20 durant la crise de 1982–1983). Depuis la fin du XXe siècle, le Chili a pu opé­rer une réduc­tion pro­gres­sive du chô­mage, lequel se situe de nos jours autour de 7 %. Mais ces résul­tats cachent des réa­li­tés bien dis­tinctes pour les Chilien·ne·s. La socié­té demeure pro­fon­dé­ment inéga­li­taire, à l’ins­tar d’autres pays de la région qui ont sui­vi la même voie éco­no­mique.

Le prin­ci­pal effet des poli­tiques néo­li­bé­rales a été, en Amérique latine, le ren­for­ce­ment des inéga­li­tés et l’af­fai­blis­se­ment des classes moyennes. Ces der­nières sont tom­bées dans la pré­ca­ri­té ou ont réus­si à se his­ser vers un confort maté­riel plus grand. À cela s’ajoute la mau­vaise répar­ti­tion de la richesse : au Chili, entre 1987 et 1994, les riches ont vu leurs reve­nus croître de 50 % tan­dis que la crois­sance n’a été que d’un tiers pour les pauvres. Aujourd’hui, 20 % des per­sonnes les plus aisées concentrent 72 % des richesses du pays alors que le quin­tile3 le plus pauvre ne détient aucune part de richesse mais, qui plus est, a des dettes plus impor­tantes que ses reve­nus. Selon le rap­port du Boston Consulting Group, la concen­tra­tion du pou­voir éco­no­mique se ren­force et 115 familles chi­liennes cen­tra­lisent à elles seules 12,5 % de la richesse du pays. Le taux d’endettement des ménages a quant à lui for­te­ment aug­men­té, attei­gnant désor­mais 73,3 % des reve­nus des foyers.

Le pré­sident Sebastian Piñera (AP Photo/Esteban Felix)

Le modèle éco­no­mique néo­li­bé­ral, en accrois­sant les inéga­li­tés, ren­force l’individualisme et la concur­rence entre les habitant·e·s. Sa devise ? Qui veut, peut ; chacun·e pour soi. Il ne faut pas oublier que le Chili, comme la majeure par­tie de la région, a connu des muta­tions géo­gra­phiques et sociales très impor­tantes ces der­nières décen­nies. Le taux d’urbanisation a for­te­ment aug­men­té en Amérique latine, pas­sant de 41 % en 1950 à 75,3 en 2000. Au Chili, il est pas­sé de 58,4 % en 1950 à 87,8 en 2010. À cela s’ajoute, la macro­cé­pha­lie4 du pays : la région du Gran Santiago (7,1 mil­lions d’habitants en 2017, soit 38 % de la popu­la­tion) concentre un fort poids démo­gra­phique, éco­no­mique et poli­tique — soit plus de 50 % des emplois les plus qua­li­fiés, 32 sièges cen­traux des 59 uni­ver­si­tés du pays. Ces évo­lu­tions s’accompagnent d’une restruc­tu­ra­tion de la com­po­si­tion des foyers et des liens fami­liaux et com­mu­nau­taires. Le modèle de la famille nucléaire tend à rem­pla­cer, en milieu urbain, les soli­da­ri­tés com­mu­nau­taires qui domi­naient dans les espaces ruraux et autoch­tones jusque dans les années 1970. Par ailleurs, la tran­si­tion démo­gra­phique a per­mis un allon­ge­ment pro­gres­sif de la durée de vie des habitant·e·s : la pro­por­tion de per­sonnes de plus de 60 ans a ain­si aug­men­té à un rythme plus éle­vé que la popu­la­tion totale5.

Un mouvement de remise en cause

« Le sys­tème de retraite par capi­ta­li­sa­tion lèse les per­sonnes déjà très vul­né­rables éco­no­mi­que­ment. »

Derrière le « miracle éco­no­mique chi­lien » se cachent donc des points de vul­né­ra­bi­li­té sociale : ils ont écla­té au grand jour depuis le début du mil­lé­naire et ont été au cœur des émeutes d’octobre 2019. Les reven­di­ca­tions por­tées et visi­bi­li­sées lors de ces mani­fes­ta­tions dépassent le seul coût des trans­ports. À com­men­cer par l’extrême vul­né­ra­bi­li­té des per­sonnes âgées — la fai­blesse des retraites consti­tue un pro­blème majeur pour les familles les plus dému­nies. Le Chili dis­po­sait, jusqu’en 1982, d’un sys­tème de retraites par répar­ti­tion ; cette année-là, le gou­ver­ne­ment mili­taire et José Piñera, frère de l’actuel pré­sident et, alors, ministre du Travail et de la Prévision sociale, réfor­maient le sys­tème des retraites en impo­sant le modèle par capi­ta­li­sa­tion (sa ges­tion était accor­dée à des socié­tés pri­vées de ges­tion des fonds de pen­sion, plus connues au Chili sous le nom d’AFP). Or, depuis leur créa­tion, les AFP ne rem­plissent pas leurs pro­messes et n’assurent pas leur fonc­tion, à savoir four­nir de meilleures pen­sions que celles du sys­tème par répar­ti­tion. Les retraites chi­liennes sont, de fait, extrê­me­ment basses : une étude de 2015 a mon­tré que 79 % d’entre elles étaient infé­rieures au salaire mini­mum (44 % se situent en-des­sous du seuil de la pau­vre­té). Le sys­tème de retraite par capi­ta­li­sa­tion lèse les per­sonnes déjà très vul­né­rables éco­no­mi­que­ment, comme les femmes, les per­sonnes han­di­ca­pées et les chômeur·se·s de longue durée. Un mou­ve­ment anti AFP (« No+AFP6 ») s’est orga­ni­sé depuis cinq ans et se mobi­lise pour faire pres­sion et réfor­mer le sys­tème. Il était pré­sent lors des mani­fes­ta­tions.

Une seconde pierre d’achoppement porte sur le sys­tème édu­ca­tif, extrê­me­ment inéga­li­taire au Chili, et explique la mobi­li­sa­tion de la jeu­nesse. L’éducation est per­çue par la majo­ri­té de la popu­la­tion comme le prin­ci­pal moyen d’ascension sociale. Les réformes de 1980 en ont fini avec l’éducation publique en trans­fé­rant la ges­tion de l’éducation pri­maire aux muni­ci­pa­li­tés. En échange, celles-ci reçoivent une sub­ven­tion (vou­cher7) par élève ins­crit dans les éta­blis­se­ments de sa com­mune. Ces réformes ont créé trois types d’écoles : les écoles muni­ci­pales (publiques), les écoles pri­vées sub­ven­tion­nées et les écoles pri­vées. Les écoles pri­vées sub­ven­tion­nées reçoivent le même vou­cher que les publiques. La réforme a conduit éga­le­ment à la perte du sta­tut de fonc­tion­naire pour les enseignant·e·s, qui sont désor­mais des travailleur·se·s de droit pri­vé. En 1994, le gou­ver­ne­ment a pro­mul­gué une loi qui auto­rise les écoles pri­vées sub­ven­tion­nées et les publiques à tou­cher des frais d’inscription, rom­pant dès lors le prin­cipe de gra­tui­té de l’école. Bien que la loi inter­dise la sélec­tion dans le pri­maire, de nom­breuses écoles pri­vées pré­voient des ren­dez-vous avec les parents et exigent la pré­sen­ta­tion de docu­ments attes­tant leur sol­va­bi­li­té finan­cière (ou leur reli­gion). Le sec­teur pri­vé sub­ven­tion­né attire de plus en plus les classes moyennes en quête de dis­tinc­tion par rap­port aux classes popu­laires : elles y trouvent un envi­ron­ne­ment social plus homo­gène et mieux doté en infra­struc­tures édu­ca­tives et spor­tives. La ségré­ga­tion sco­laire s’est accen­tuée depuis les années 1980. La pré­si­dente Michelle Bachelet s’est atte­lée à réfor­mer ce sys­tème anti­dé­mo­cra­tique durant son man­dant, notam­ment après le mou­ve­ment étu­diant de 2011 et 2016 : elle a enta­mé l’intégration des écoles pri­vées sub­ven­tion­nées au sys­tème d’éducation publique. Les syn­di­cats se mon­tèrent insa­tis­faits, exi­geant des réformes struc­tu­relles qui impli­que­raient davan­tage encore l’État en matière d’éducation.

Santiago, 19 octobre 2019 (Ivan Alvarado/Reuters)

Le gou­ver­ne­ment de Pinochet avait libé­ra­li­sé le sys­tème d’éducation supé­rieure, lais­sant au sec­teur pri­vé la pos­si­bi­li­té d’ouvrir des uni­ver­si­tés, des ins­ti­tuts et des centres de for­ma­tion tech­nique. La for­ma­tion supé­rieure chi­lienne se carac­té­rise donc par son coût très éle­vé, de l’ordre de 3 000 euros annuels en lettres et de 6 500 euros en méde­cine. Or le salaire men­suel moyen par foyer est de l’ordre de 850 euros. Nombre d’étudiant·e·s se sont donc vus dans l’obligation de contrac­ter des prêts pour finan­cer leurs études depuis les années 1990. Parallèlement, le pour­cen­tage des étudiant·e·s de l’enseignement supé­rieur n’a ces­sé d’augmenter : le Chili comp­tait 200 000 étudiant·e·s en 1986 ; ils étaient 1,176 mil­lion en 2018, soit presque six fois plus. Cette crois­sance a sur­tout béné­fi­cié aux classes moyennes et supé­rieures. Ainsi, le quin­tile des Chilien·ne·s les plus riches concentre le pour­cen­tage de diplômé·e·s uni­ver­si­taires le plus éle­vé (51,2 % en 2013). À l’inverse, le quin­tile le plus pauvre ne four­nit que 3,59 % des diplômé·e·s. Ces fortes inéga­li­tés expliquent des mobi­li­sa­tions étu­diantes de plus en plus impor­tantes depuis le début du XXIe siècle. En 2006, la révolte des « pin­gouins » (« revo­lu­ción pingüi­na », en réfé­rence aux uni­formes bleu marine et aux che­mi­siers blancs des collégien·ne·s) a secoué le gou­ver­ne­ment de Michelle Bachelet : les collégien·ne·s réagis­saient à la hausse du prix de l’examen d’entrée à l’université. Mais, très vite, le mou­ve­ment récla­ma que l’État reprenne en charge toute l’éducation chi­lienne. La mobi­li­sa­tion étu­diante a repris de plus belle en 2011, durant le pre­mier gou­ver­ne­ment Piñera. La jeu­nesse chi­lienne récla­mait la démo­cra­ti­sa­tion de l’éducation et la par­ti­ci­pa­tion accrue de l’État dans tout le sys­tème édu­ca­tif.

« Les manifestant·e·s ne perdent pas de vue que le chan­ge­ment de socié­té passe aus­si par l’établissement d’un autre modèle poli­tique. »

Le der­nier aspect de la remise en cause du modèle éco­no­mique néo­li­bé­ral chi­lien est la conver­gence, par­ti­cu­liè­re­ment impor­tante, de la jeu­nesse de Santiago avec les reven­di­ca­tions des Mapuches. Le jour de « la Marcha más grande de Chile », le dra­peau mapuche (Wenufoye) a ondoyé dans les ave­nues de la capi­tale et a été his­sé sur le monu­ment cen­tral de la Plaza Italia. Historiquement, le peuple mapuche s’est illus­tré par sa résis­tance aux ten­ta­tives de conquête et d’assimilation qui l’assaillent depuis le XVIe siècle. Après l’indépendance, les cam­pagnes mili­taires néo­co­lo­niales, comme la paci­fi­ca­tion de l’Araucanie au XIXe siècle, et la vio­lence de la dic­ta­ture mili­taire se sont tra­duites par la spo­lia­tion des Mapuches, l’assassinat et la tor­ture des militant·e·s autoch­tones qui défen­daient leurs terres et leurs droits. La tran­si­tion démo­cra­tique n’a pas signi­fié le retour à la tran­quilli­té pour ce peuple ori­gi­naire. Le modèle néo­li­bé­ral a ren­for­cé la pres­sion sur le ter­ri­toire mapuche, qui a vu s’installer des cen­trales hydro­élec­triques, des entre­prises fores­tières, pétro­lières, des fermes d’aquaculture ain­si que des méga­pro­jets tou­ris­tiques. Face à cette menace mul­ti­forme et offen­sive, les Mapuches se main­tiennent sur le pied de guerre. Pour mieux répri­mer le mou­ve­ment, le gou­ver­ne­ment mobi­lise la rhé­to­rique et les pré­ju­gés racistes qui font de ce peuple une com­mu­nau­té bel­li­queuse et sau­vage. L’assassinat du lea­der mapuche Camilo Catrillanca par la police, en novembre 2018, rap­pelle la vio­lence de la répres­sion éta­tique. Lors des der­nières mani­fes­ta­tions d’octobre 2019, de nombreux·ses manifestant·e·s ont mobi­li­sé le dra­peau mapuche et deman­dé par­don pour leur manque de sou­tien au peuple autoch­tone.

Mais si la cri­tique du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral est au cœur des mobi­li­sa­tions, les manifestant·e·s ne perdent pas de vue que le chan­ge­ment de socié­té passe aus­si par l’établissement d’un autre modèle poli­tique. Raison pour laquelle la réforme consti­tu­tion­nelle est l’une des reven­di­ca­tions du mou­ve­ment. La Constitution de 1980 appa­raît en effet comme un texte qui bloque la tran­si­tion du Chili vers une véri­table démo­cra­tie. Des consti­tu­tion­na­listes comme Fernando Atria Lemaitre consi­dèrent que ce texte com­porte un cer­tain nombre de « ver­rous », c’est-à-dire de dis­po­si­tifs légaux qui limitent la démo­cra­tie : il ne recon­naît pas les droits sociaux ni cultu­rels et empêche l’implication des citoyen·ne·s dans la vie poli­tique. Et, sym­bo­li­que­ment, cette consti­tu­tion rap­pelle aux Chilien·ne·s le trau­ma­tisme de la dic­ta­ture.

Militante mapuche, sep­tembre 2017 (Ivan Alvarado / Reuters)

« Unissez-vous »

Les mobi­li­sa­tions d’octobre ne sont donc pas un phé­no­mène iso­lé. Elles s’inscrivent dans la lignée de la résis­tance au modèle néo­li­bé­ral impo­sé au Chili tel un dogme. Le publi­ci­taire de la cam­pagne de Pinochet lan­çait ain­si, dans le film de Pablo Larraín : « Si vous vou­lez effrayer les gens, vous devez le faire avec le pas­sé, la pau­vre­té pas­sée, les longues queues pour ache­ter du pain. L’opposition a ses plaintes de socia­listes, certes. Mais la seule chose qui inté­resse les gens c’est le par­tage du butin, et tout le monde sait qu’avec le socia­lisme celui-ci est misé­rable. En revanche vous, vous avez un sys­tème dans lequel n’importe qui peut être riche. Mais, atten­tion ! J’ai dit n’importe qui… pas tout le monde. On ne peut pas perdre quand tout le monde mise pour deve­nir ce n’importe qui. » Les Chilien·ne·s prennent toute le mesure du leurre du libé­ra­lisme, qui ne pro­fite qu’à celles et ceux qui sont déjà bien placé·e·s dans l’échelle sociale et culpa­bi­lise les autres en les res­pon­sa­bi­li­sant de leur propre échec.

Pendant la mani­fes­ta­tion du 25 octobre, les Chilien·ne·s ont scan­dé le célèbre tube « El baile de los que sobran », du groupe Los Prisioneros ; ses paroles s’adressent aux laissé·e·s pour compte de la crois­sance éco­no­mique :

Únanse al baile, de los que sobran / Unissez-vous à la danse de ceux qui sont en trop
Nadie nos va a echar de más / On ne man­que­ra à per­sonne
Nadie nos qui­so ayu­dar de ver­dad / Personne n’a vou­lu vrai­ment nous aider
Nos dije­ron cuan­do chi­cos / Quand nous étions enfants, on nous a dit
Jueguen a estu­diar / Jouez à étu­dier
Los hombres son her­ma­nos y jun­tos deben tra­ba­jar / Les hommes sont frères et ils doivent tra­vailler ensemble
Oías los conse­jos / Tu enten­dais les conseils
Los ojos en el pro­fe­sor / Les yeux posés sur le pro­fes­seur
Había tan­to sol / Il y avait tel­le­ment de soleil
Sobre las cabe­zas / Sur les têtes
Y no fue tan ver­dad, porque esos jue­gos al final / Mais ce n’était pas si vrai, car ces jeux, à la fin
Terminaron para otros con lau­reles y futu­ro / Ont ter­mi­né pour d’autres avec des lau­riers et un ave­nir
Y deja­ron a mis ami­gos patean­do pie­dras / Mais ils ont lais­sé mes amis sur le car­reau

Cette mobi­li­sa­tion citoyenne, par son ampleur, ses réfé­rences et sa capa­ci­té à faire conver­ger les luttes — les fémi­nistes sont éga­le­ment très mobi­li­sées —, ouvre une nou­velle étape dans l’histoire des résis­tances à l’oppression clas­siste, sexiste et raciste du Chili. Les domi­nants n’ont pas tar­dé à voir le dan­ger que cela repré­sen­tait pour leurs pri­vi­lèges : la réac­tion vio­lente du gou­ver­ne­ment Piñera a immé­dia­te­ment fait pen­ser aux temps les plus noirs de l’histoire du pays. Les manifestant·e·s demeurent très actifs : ils ne sont pas prêts à aban­don­ner le com­bat.


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « Chili : la nais­sance d’un sou­lè­ve­ment », Mario Garcés D., novembre 2019
☰ « Si on m’assassine… » — par Salvador Allende, sep­tembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Arnulfo Vásquez : « Les riches ne le sont pas parce que Dieu l’a vou­lu », décembre 2016
☰ Lire notre article « Victor Jara : un can­to libre », Maxence Emery, février 2015

  1. Au 6 novembre 2019, selon le pro­cu­reur de la République.
  2. Qui est aujourd’hui de 25 675 dol­lars. À titre de com­pa­rai­son, le PIB par habi­tant est de 21 136 dol­lars au Portugal et de 28 156 en Espagne.
  3. Un cin­quième, soit les 20 % les plus pauvres.
  4. En géo­gra­phie, la macro­cé­pha­lie désigne la confi­gu­ra­tion d’un espace lar­ge­ment domi­né par un pôle unique qui concentre popu­la­tion, acti­vi­tés et fonc­tions — au point de frei­ner voire d’empêcher l’af­fir­ma­tion de pôles secon­daires.
  5. Elle repré­sente 16,2 %, selon le recen­se­ment de 2017, contre 11 % en 2002.
  6. Pour « no más AFP », « plus d’AFP ».
  7. Bon émis par cer­taines agences et don­nant droit à des ser­vices.
Lissell Quiroz
Lissell Quiroz

Maitresse de conférences, spécialisée sur l'histoire du féminisme en Amérique latine et les études décoloniales.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.