Chili : la naissance d’un soulèvement


L’augmentation des tarifs des trans­ports en com­mun, le 6 octobre 2019, a jeté la jeu­nesse chi­lienne dans la rue. Des chan­sons de Victor Jara, assas­si­né par les put­schistes, ont bien­tôt réson­né dans les villes. Des por­traits d’Allende ont été aper­çus dans les cor­tèges. La peur n’a plus cours ; le consen­sus libé­ral implose, là-bas comme désor­mais par­tout ailleurs. Le pou­voir a pro­mul­gué l’é­tat d’ur­gence et le couvre-feu. Après avoir juré que le Chili était « en guerre contre un enne­mi puis­sant et impla­cable », le pré­sident-mil­liar­daire Sebastián Piñera a publi­que­ment « deman­dé par­don » — dans l’es­poir de mettre un coup d’ar­rêt au sou­lè­ve­ment popu­laire. Le 25, le pays connais­sait la plus grande mani­fes­ta­tion de son his­toire ; trois jours plus tard, huit ministres se voyaient limo­gés. Une ving­taine de per­sonnes sont mortes. Les mobi­li­sa­tions conti­nuent, déter­mi­nées. Mario Garcés D., his­to­rien chi­lien des mou­ve­ments sociaux et ancien mili­tant du Mouvement de la gauche révo­lu­tion­naire (MIR), revient sur l’é­clo­sion de la révolte.


Au cours de la semaine du 14 au 18 octobre 2019, les étu­diants du secon­daire ont appe­lé à frau­der le métro de Santiago afin de pro­tes­ter contre la récente hausse des tarifs de ce moyen de trans­port de pre­mier plan. « Frauder, ne pas payer, une autre manière de lut­ter » a été la consigne que cer­tains d’entre eux ont enton­née à l’entrée des sta­tions, cela dès le lun­di 14. Le conflit s’est inten­si­fié, avec l’appui tacite d’une grande part de la popu­la­tion, lorsque le prix du métro a atteint 830 pesos chi­liens aux heures de pointe (soit 1,03 euros). Forts d’un tel mot d’ordre, les étu­diants entraient dans les sta­tions et sau­taient les tour­ni­quets sans payer le moindre ticket. Le jeu­di, alors que les sta­tions étaient gar­dées par les cara­bi­niers des Forces spé­ciales, le conflit s’est radi­ca­li­sé plus encore : les équi­pe­ments de cer­taines sta­tions ont été atta­qués — notam­ment les tour­ni­quets en ques­tion. Mais ce n’est que le ven­dre­di que le conflit a véri­ta­ble­ment pris de l’ampleur, jus­qu’à voir les sta­tions de forte affluence se rem­plir de mani­fes­tants, per­tur­bant ain­si le fonc­tion­ne­ment du métro de Santiago (lequel, chaque jour, trans­porte envi­ron 2,8 mil­lions de per­sonnes). Certaines ont com­men­cé à fer­mer ; la répres­sion s’est inten­si­fiée ici et là, alté­rant l’intégralité du sys­tème de trans­port de cette ville de 7 mil­lions d’habitants.

« La répres­sion n’a eu d’autre effet que d’encourager la mobi­li­sa­tion, laquelle a pris des formes inédites. »

À la tom­bée de la nuit, la police est appa­rue débor­dée. Face aux mani­fes­tants, le gou­ver­ne­ment a bran­di la menace de la loi de sécu­ri­té inté­rieure de l’État1La Ley de Seguridad Interior del Estado (ou loi 12927). Elle a été pro­mul­guée en 1958 puis élar­gie sous Pinochet., n’offrant dès lors aucune porte de sor­tie à la hausse des tarifs. La seule réponse du pou­voir a été de trai­ter les contes­ta­taires de « van­dales et de cri­mi­nels ». À 20h30, les cas­se­roles se sont mises à tin­ter dans plu­sieurs quar­tiers de Santiago ; des mani­fes­tants, en grand nombre, se sont ras­sem­blés à l’entrée de sta­tions de métro (beau­coup d’entre eux étaient des jeunes des quar­tiers popu­laires). Ce sou­lè­ve­ment est né d’une rage accu­mu­lée : celle d’une large majo­ri­té qui vit au quo­ti­dien la pré­ca­ri­té sociale et l’inégalité struc­tu­relle que le néo­li­bé­ra­lisme a for­gée, maté­ria­li­sée et natu­ra­li­sée au sein de la socié­té chi­lienne — depuis la dic­ta­ture de Pinochet jusqu’à aujourd’­hui. Quelques sta­tions atta­quées, cer­taines incen­diées (les dom­mages cau­sés ont atteint plu­sieurs mil­lions de pesos), donc. Du pillage, aus­si : des com­merces, des super­mar­chés. Le métro a sus­pen­du la cir­cu­la­tion dans tout Santiago et le gou­ver­ne­ment s’est réuni en urgence à La Moneda [siège de la pré­si­dence, ndlr] pour décré­ter l’« état d’urgence », minuit pas­sé. La charge du main­tien de l’ordre public incom­bait désor­mais aux mili­taires. À chaque étape, la stra­té­gie du gou­ver­ne­ment a été mau­vaise, en plus d’être tar­dive. La répres­sion n’a eu d’autre effet que d’encourager la mobi­li­sa­tion, laquelle a pris des formes inédites.

Samedi 19, l’état d’urgence ins­tau­ré, les mani­fes­ta­tions ont pro­cé­dé à un double tour­nant : 1) conjoin­te­ment au concert de cas­se­roles et aux mani­fes­ta­tions du mal-être sur les places et les grandes ave­nues, les pillages des super­mar­chés et des phar­ma­cies se sont mul­ti­pliés ; 2) la contes­ta­tion s’est éten­due aux pro­vinces, pour deve­nir natio­nale — du nord au sud du pays, au moins d’Iquique jusqu’à Punta Arenas, et tout par­ti­cu­liè­re­ment à Valparaíso et Concepción (les deux plus grandes villes du Chili après la capi­tale). La popu­la­tion a déso­béi. Défié l’état d’urgence. Si bien que, dans la nuit du same­di, le « couvre-feu » a été impo­sé à Santiago, Valparaíso et Concepción. Il n’a pas appor­té les effets escomp­tés par le pou­voir : les mani­fes­ta­tions publiques et les pillages n’ont pas pris fin. Le Chili vivait là le plus grand « sou­lè­ve­ment social » depuis le regain de la démo­cra­tie, c’est-à-dire depuis les 30 der­nières années. Un sou­lè­ve­ment que per­sonne ne pou­vait ima­gi­ner ni pré­voir — même si beau­coup admettent à pré­sent que les symp­tômes étaient mani­festes depuis un cer­tain temps déjà. Pour cou­ron­ner le tout, le pré­sident Piñera, fidèle à la suc­ces­sion d’erreurs et d’ab­sur­di­tés de son gou­ver­ne­ment, a décla­ré le dimanche 20 octobre, à la tom­bée de la nuit, que « nous étions en guerre ».

(Chili, octobre 2019, par Sofía Yanjarí | AFI)

Ce sou­lè­ve­ment social nous sur­prend dans un contexte des plus cri­tiques, du point de vue social et poli­tique. Disons-le de manière quelque peu sché­ma­tique. D’une part, les ins­ti­tu­tions éta­tiques et gou­ver­ne­men­tales appa­raissent au plus faible de leur cré­di­bi­li­té et de leur légi­ti­mi­té : cor­rup­tion (Églises com­prises), dis­tance, indif­fé­rence abys­sales à l’en­droit de la socié­té et du peuple en par­ti­cu­lier. D’autre part, cette mobi­li­sa­tion popu­laire — deve­nue un « sou­lè­ve­ment » — s’a­vance sans coor­di­na­teur cen­tral ni orga­ni­sa­tions connues (ni par­tis, ni CUT [Centrale uni­taire des tra­vailleurs du Chili], ni coor­di­na­tions ter­ri­to­riales). Cela lui confère un cer­tain carac­tère spon­ta­né, qu’il convient tou­te­fois de nuan­cer : en amont du sou­lè­ve­ment, les étu­diants du secon­daire ain­si que plu­sieurs mou­ve­ments sociaux avaient créé leurs propres modes d’organisation et d’expression publiques. Ainsi du mou­ve­ment mapuche depuis la fin des années 1990 ; du mou­ve­ment étu­diant, secon­daire et uni­ver­si­taire (Mochilazo, en 2002 ; la révo­lu­tion des pin­gouins en 2006 ; le mou­ve­ment pour l’éducation publique en 2011) ; du mou­ve­ment No + AFP2Association de fonds de pen­sion basée sur la capi­ta­li­sa­tion indi­vi­duelle. Elle se trouve aux mains d’en­tre­prises pri­vées, sans par­ti­ci­pa­tion des tra­vailleurs. depuis 2016 ; du « mai fémi­niste » de 2018 ; des divers mou­ve­ments socio-envi­ron­ne­men­taux et de lutte pour « l’eau et les ter­ri­toires » ; des luttes et de la grève des pro­fes­seurs en 2018. Et cæte­ra. Toutes ces luttes ont une grande valeur, mais il leur man­quait les ins­tances de coor­di­na­tion et d’unification suf­fi­santes.

Il n’est pas simple de pro­po­ser une pers­pec­tive ana­ly­tique sys­té­ma­tique de ce que nous venons et conti­nuons de vivre. Premièrement, parce que les évé­ne­ments se déroulent encore sous nos yeux ; deuxiè­me­ment, parce que la situa­tion met au défi nos caté­go­ries ana­ly­tiques tra­di­tion­nelles ; troi­siè­me­ment, du fait de la charge émo­tion­nelle que repré­sente, pour nombre d’entre nous — qui avons vécu la dic­ta­ture —, de voir à nou­veau des mili­taires dans les rues. Malgré tout, il importe d’essayer.

Les raisons du mal-être

« L’économie, par la grâce de sa crois­sance, serait du reste en mesure d’offrir à elle seule plus de tra­vail, de res­sources et, bien sûr, de consom­ma­tion. »

Il existe un consen­sus des médias, des poli­tiques, des intel­lec­tuels et du sens com­mun pour dire que le pro­blème dépasse l’augmentation du prix des tickets de métro. C’était la « goutte d’eau qui a fait débor­der le vase » — autre­ment dit, au regard d’une cer­taine tra­di­tion, nous, Chiliens, réagis­sons « quand l’eau nous arrive jusqu’au cou ». Ce consen­sus s’oriente dans deux direc­tions : 1) l’inégalité struc­tu­relle de la socié­té chi­lienne, deve­nue insup­por­table ; 2) l’accumulation des abus et des aug­men­ta­tions de prix dans les ser­vices publics d’électricité et de trans­port, de san­té (sur­tout des médi­ca­ments), du loge­ment et même des pro­duits de pre­mière néces­si­té. À quoi l’on pour­rait ajou­ter d’autres rai­sons : pré­ca­ri­sa­tion des droits sociaux, endet­te­ment crois­sant de la popu­la­tion — et spé­ci­fi­que­ment des plus pauvres, du fait du sys­tème de cartes de cré­dit (sans lequel ils ne pour­raient faire leurs courses au super­mar­ché, ache­ter des vête­ments, une voi­ture ou s’é­qui­per en appa­reils élec­tro­niques). Si l’on pour­rait pro­lon­ger la liste des griefs, il est aus­si une rai­son poli­tique : abso­lu­ment rien ne peut chan­ger, quand bien même les citoyens se mobi­lisent par mil­liers, sans l’assentiment de la droite ou du gou­ver­ne­ment en place. Ni les retraites pré­caires et le sys­tème d’AFP [socié­tés de ges­tion des fonds de pen­sion, ndlr], ni les bas salaires, le sys­tème d’éducation publique, le sys­tème de san­té publique, l’accès au loge­ment…

En résu­mé, les « ombres de la dic­ta­ture3Référence à l’ou­vrage Las lar­gas som­bras de la dic­ta­du­ra, paru en 2019 au Chili. » ont fait en sorte que la poli­tique soit le mono­pole des pou­voirs en place tout spé­cia­le­ment du grand entre­pre­neu­riat et des par­tis poli­tiques. Que la pro­messe de la Transition4La tran­si­tion chi­lienne vers la démo­cra­tie — la Transición — s’est ouverte avec la fin de la dic­ta­ture mili­taire de Pinochet, après le « non » au réfé­ren­dum d’oc­tobre 1988., entendre que « la joie est en route5« La ale­gría ya viene » : slo­gan du « non » audit réfé­ren­dum. », n’a por­té ses fruits que pour une poi­gnée — excluant la grande majo­ri­té, uni­que­ment per­çue comme objet des poli­tiques publiques tech­no­cra­tiques et jamais comme sujet à même de par­ti­ci­per et d’i­ni­tier. Durant la période tran­si­toire, seul l’ac­cès au pou­voir éta­tique s’est rela­ti­ve­ment démo­cra­ti­sé — pas celui de la socié­té ni de son droit à par­ti­ci­per. La Constitution de 1980, approu­vée durant la dic­ta­ture, assu­rait et enté­ri­nait cette direc­tion. Disons-le briè­ve­ment : la poli­tique est affaire de poli­ti­ciens et, pour le bon pro­grès de la socié­té, la popu­la­tion se doit de faire confiance à leur sen­si­bi­li­té comme à leur sens du « ser­vice public » — et autres euphé­mismes du même genre. L’économie, par la grâce de sa crois­sance, serait du reste en mesure d’offrir à elle seule plus de tra­vail, de res­sources et, bien sûr, de consom­ma­tion. En réa­li­té, comme le dit un jour quelque poli­ti­cien et intel­lec­tuel autre­fois de gauche (on en trouve beau­coup…), la plus grande des démo­cra­ties est celle qui pro­duit le mar­ché. Plus on a de consom­ma­teurs, meilleure est la démo­cra­tie ! Devenez « entre­pre­neur », ça ne dépend que de vous ! Et si vous en dou­tez, admet­tez que « vou­loir, c’est pou­voir ! » — comme le clame la publi­ci­té de quelque banque chi­lienne.

(Chili, octobre 2019, par Sofía Yanjarí | AFI)

On pour­rait conti­nuer long­temps encore, mais je crois que la majeure par­tie du pays le sait : nous vivons dans un pays double. Un pays pour les pauvres, dont un seg­ment che­mine en direc­tion de la classe moyenne ; un pays pour les riches, qui compte un seg­ment de classes moyennes pros­pères. Cette dua­li­té se mani­feste de manière visible : une san­té pour les riches et une pour les pauvres, une édu­ca­tion pour les riches et une pour les pauvres, des quar­tiers et des loge­ments pour les riches et d’autres pour les pauvres… Nous sommes face à la repro­duc­tion « moderne » de l’an­cien sys­tème de classes, qui, dans cette conjonc­ture, est en train d’exploser à la face des puis­sants, comme à de nom­breuses occa­sions dans l’histoire du Chili.

Le soulèvement comme moyen d’expression

« Une san­té pour les riches et une pour les pauvres, une édu­ca­tion pour les riches et une pour les pauvres, des quar­tiers et des loge­ments pour les riches et d’autres pour les pauvres. »

D’abord contre le métro, c’est-à-dire, contre l’État ; puis contre le capi­tal, c’est-à-dire contre les super­mar­chés, les phar­ma­cies, les banques et les grands maga­sins. Ce n’est pas la pre­mière fois que les ado­les­cents chi­liens sont à l’avant-garde des luttes sociales. Cela peut paraître sur­pre­nant. Pourquoi les lycéens ? Une hypo­thèse pos­sible, et qui donne une image posi­tive de notre socié­té, est que les ado­les­cents réflé­chissent et qu’ils le font même avec davan­tage de liber­té que les adultes. Ils ne font d’ailleurs pas que réflé­chir, ils « agissent » — et, sans se poser 1 000 ques­tions, leur action pro­duit des effets. Cette fois-ci, lorsqu’il leur a été rétor­qué que la hausse du prix du ticket n’affectait pas les étu­diants, ils ont répon­du, clairs et lim­pides : « Oui, mais ça affecte nos familles. » Une réponse qui leur assure deux vic­toires : ils embarquent leurs mères et leurs pères ; ils désta­bi­lisent le dis­cours de Piñera et de la droite, eux qui n’ont de cesse de jurer qu’ils agissent pour la défense de la famille.

Et pour­quoi le métro ? Nous sommes nom­breux à nous être posés cette ques­tion. C’est qu’elle pro­voque des sen­ti­ments ambi­va­lents : le métro est un bien public, et il four­nit un ser­vice essen­tiel. Mais il faut ajou­ter qu’il est aus­si le sym­bole de l’ordre et de l’État. Dans le lan­gage de la jeu­nesse, on dirait qu’il repré­sente « le sys­tème », celui qui orga­nise la vie quo­ti­dienne de la ville. S’attaquer au métro, si l’on observe la situa­tion de façon rétros­pec­tive, revient en effet à frap­per le sys­tème et à désar­ti­cu­ler l’ordre urbain (comme le dit le le dic­ton popu­laire : « On ne fait pas d’omelette sans cas­ser des œufs » — cette fois, ils ont bien été cas­sés). Samedi, les attaques contre les super­mar­chés se sont mul­ti­pliées à tra­vers tout le pays. Le groupe le plus tou­ché a été Walmart6Groupe trans­na­tio­nal connu pour ses pra­tiques anti-syn­di­cale., et ses super­mar­chés emblé­ma­tiques Lider. Le dimanche au soir, Walmart a fait état du sac­cage de 140 de ses locaux. Et pour­quoi lui ? La rai­son paraît simple : ce groupe est celui dont le peuple est le plus proche, celui auprès duquel on contracte le plus de dettes, celui où l’on se rend au quo­ti­dien. Les attaques contre les phar­ma­cies n’exigent pas un effort d’a­na­lyse pous­sé : la spé­cu­la­tion sur les prix des médi­ca­ments. Elle est subie par les per­sonnes plus âgées, notam­ment les retrai­tées, pour qui ils repré­sentent une part majeure de leurs maigres retraites. Si le métro repré­sente l’État, le réseau de super­mar­chés et de phar­ma­cies repré­sente quant à lui « le mar­ché ». Le sou­lè­ve­ment social a offert l’occasion de leur « adres­ser la fac­ture ».

(Chili, octobre 2019, par Sofía Yanjarí | AFI)

Répertoires d’actions populaires

La plus grande sur­prise, pour le gou­ver­ne­ment comme pour l’en­semble des Chiliens, a été, l’é­tat d’ur­gence décré­té, la conti­nua­tion des mobi­li­sa­tions. La déci­sion d’en­voyer les mili­taires dans la rue n’a pas eu l’effet d’un anti­dote, pas plus qu’elle n’a défait la contes­ta­tion, laquelle a pris forme de deux manières : les cace­ro­leos [concerts de cas­se­roles] et l’oc­cu­pa­tion des places publiques7Au centre, la Plaza Italia ; dans le sec­teur ouest, la Plaza Ñuñoa., mais aus­si les « marches » en pro­vince et les pillages dans les quar­tiers de Santiago ain­si que des grandes villes du pays. Les mani­fes­ta­tions ont été média­ti­sées de manière qua­si conti­nue par la radio et la télé­vi­sion, avec un double dis­cours : mani­fes­ter paci­fi­que­ment est un droit, piller un délit. De toute évi­dence, ce qui est en jeu dans pareil dis­cours, c’est la légi­ti­mi­té même de la révolte sociale. Se révèle ain­si l’ac­tion de deux groupes sociaux dis­tincts : la classe moyenne (sa par­ti­ci­pa­tion est un coup dur pour la droite et le gou­ver­ne­ment, qui jure asseoir sa légi­ti­mi­té sur elle) et la classe des plus pauvres. Ceux-là se voient condam­nés avec force argu­ments : de la cri­mi­na­li­sa­tion de la vio­lence à la défense de la démo­cra­tie. Mais per­sonne ne dit que le carac­tère fra­gile de la démo­cra­tie résulte de la pré­do­mi­nance des inté­rêts d’une mino­ri­té de per­sonnes, res­pon­sable, ces der­nières années, des plus grands actes de cor­rup­tion — en outre, ces indi­vi­dus se pro­tègent entre eux par des pro­cès sans fin ni condam­na­tion : jamais ils ne res­ti­tuent ce qu’ils ont volé à L’État (tout au plus sont-ils astreints à des « cours d’éthique »).

« Les mani­fes­ta­tions ont été média­ti­sées de manière qua­si conti­nue par la radio et la télé­vi­sion, avec un double dis­cours : mani­fes­ter paci­fi­que­ment est un droit, piller un délit. »

La coexis­tence des modes d’action a entraî­né des diver­gences dans l’« opi­nion publique » — lar­ge­ment ren­for­cées par des médias una­nimes dans la condam­na­tion de « la vio­lence ». Il nous faut pour­tant bien admettre que si tout ceci n’avait pas eu lieu — les attaques contre les sym­boles de l’État et du mar­ché —, nous ne serions pas au beau milieu d’une révolte et une crise qui, toutes deux, ouvrent la pos­si­bi­li­té de créer et d’i­ma­gi­ner à nou­veau l’avenir de la socié­té chi­lienne. Les mani­fes­ta­tions se pour­sui­vront pro­ba­ble­ment, même si la répres­sion et la pré­sence mili­taire dans les rues auront des effets, notam­ment sur les pillages. Mais rien n’as­sure que la pres­sion poli­tique et sociale dimi­nue si elle diver­si­fie ses modes d’action (ou, dit autre­ment, ses formes de lutte) — par des marches, des cace­ro­leos, des blo­cages, des décla­ra­tions publiques ou encore des appels à un « sou­lè­ve­ment natio­nal » où pour­ront coexis­ter actions paci­fiques et flam­bées de vio­lence sociale. S’entend : nous n’ignorons pas que ces dif­fé­rences pro­voquent des divi­sions et des conflits, à même d’af­fai­blir les alliances poli­tiques et d’être ins­tru­men­ta­li­sées par le gou­ver­ne­ment et les médias afin de légi­ti­mer la répres­sion.

Le rôle des jeunes

La pré­sence de la jeu­nesse a atti­ré l’at­ten­tion. Un phé­no­mène peut-être uni­ver­sel, mais qui, au Chili, acquiert une conno­ta­tion toute par­ti­cu­lière. Ces nou­velles géné­ra­tions n’ont pas connu la dic­ta­ture et, pour­rait-on dire, ne portent pas la « peur » en elles — celle qui a accom­pa­gné leurs mères, pères, grands-parents. Des géné­ra­tions qui, en outre, s’en­gagent en faveur de chan­ge­ments cultu­rels aus­si légi­times que mul­tiples : esthé­tiques (rela­tions au corps, manières de s’ha­biller), sexuels (rela­tions de couple), pro­fes­sion­nels (nou­velles formes de sur­vie et d’in­ser­tion dans le monde du tra­vail, via des stra­té­gies de tra­vail infor­mel tou­jours plus vastes). Et, sans doute de manière plus évi­dente encore, com­mu­ni­ca­tion­nels : recours impor­tant au numé­rique, réseaux d’information et d’é­changes en temps réel (infor­ma­tions, appels, ana­lyses, jeux, diver­tis­se­ment) — une sorte d’« opi­nion publique » entre pairs, en somme. Cette jeu­nesse par­ti­cipe d’une nou­velle sub­jec­ti­vi­té, plus liber­taire et citoyenne. Nous nous trou­vons donc au milieu de nou­veaux acteurs et de nou­velles tem­po­ra­li­tés. Au nombre des évé­ne­ments à avoir obte­nu un impact public cer­tain, un défi­lé, lun­di 14, de cen­taines de jeunes de la classe moyenne sur l’a­ve­nue Providencia : ils ont mani­fes­té à Apumanque, devant l’é­cole mili­taire, à Apoquindo con Vespucio [où se trouvent des centres com­mer­ciaux et des bou­tiques de luxe, ndlr], au cœur des quar­tiers de la bour­geoi­sie chi­lienne : inima­gi­nable, par le pas­sé.

(Chili, octobre 2019, par Sofía Yanjarí | AFI)

Quand « le vieux monde tarde à mourir et le nouveau à apparaître »

Côté médias — les­quels occupent ici une place pré­pon­dé­rante et font des jour­na­listes quelque chose comme des « intel­lec­tuels orga­niques » de la crise —, on avance que le diag­nos­tic est posé une fois pour toutes : les inéga­li­tés et les abus ont conduit à « l’explosion sociale ». Le gou­ver­ne­ment Piñera, au terme de plu­sieurs décla­ra­tions absurdes, a fini par admettre qu’il aurait dû écou­ter « la voix des citoyens ». À gauche et sur les réseaux sociaux, la ten­dance en jure : « Le peuple se lasse. » Et dès les pre­mières heures de la mobi­li­sa­tion, des ana­lystes che­vron­nés se deman­daient com­ment ceci n’avait pu être anti­ci­pé ? Où était le direc­teur du Renseignement ? Et les conseillers du gou­ver­ne­ment ? Quant aux groupes au pou­voir, la pro­tes­ta­tion et la révolte sociale sont une sur­prise qu’ils n’ont pu pré­voir et, peut-être, encore moins ima­gi­ner. Cette situa­tion est révé­la­trice de la scis­sion et de l’é­loi­gne­ment du poli­tique vis-à-vis de la socié­té, du décou­plage du social et du poli­tique — base sur laquelle s’or­ga­ni­sa la période de tran­si­tion vers la démo­cra­tie, qui exclut et sou­mit les mou­ve­ments sociaux ayant lut­té contre la dic­ta­ture. C’est là, d’une cer­taine manière, le fruit de l’a­dap­ta­tion du centre-gauche (démo­crates-chré­tiens, socia­listes et PPD8Le Parti pour la démo­cra­tie, d’o­rien­ta­tion sociale-libé­rale, a été fon­dé en 1987.) à la Constitution de 1980 (héri­tée de la dic­ta­ture) et au modèle néo­li­bé­ral. La pre­mière a conduit à « l’é­li­ti­sa­tion » ou à « l’o­li­gar­chi­sa­tion » de la poli­tique ; le second à la « mar­chan­di­sa­tion » de la vie sociale (et, par­tant, à la colo­ni­sa­tion de l’État par les grands groupes éco­no­miques natio­naux et les mul­ti­na­tio­nales, avec son lot de cor­rup­tion à répé­ti­tion).

« Tous, ils sont deve­nus des hommes et des femmes fonc­tion­nels. Pragmatiques. C’est contre cette moda­li­té de la poli­tique, dis­cré­di­tée au fil du temps, que la pro­tes­ta­tion sociale a écla­té. »

Dans un tel contexte, la droite (pour des rai­sons évi­dentes) et le centre-gauche ont inté­gré les logiques néo­li­bé­rales, aug­men­tant leurs reve­nus (en par­ti­cu­lier ceux des par­le­men­taires et des hauts fonc­tion­naires) et vidant peu à peu la poli­tique de ses conte­nus idéo­lo­giques. Tous, ils sont deve­nus des hommes et des femmes fonc­tion­nels. Pragmatiques. C’est contre cette moda­li­té de la poli­tique, dis­cré­di­tée au fil du temps, que la pro­tes­ta­tion sociale a écla­té : l’heure était aux chan­ge­ments pro­fonds, à même de répondre aux reven­di­ca­tions citoyennes et popu­laires. Mais la situa­tion des forces pro­gres­sistes, de la gauche extra-par­le­men­taire et des sec­teurs popu­laires n’est pas simple non plus. Au cours des 50 der­nières années, le peuple chi­lien a été le pro­ta­go­niste de deux grandes épo­pées : l’Unité popu­laire [coa­li­tion qui a conduit Allende au pou­voir, ndlr] et les mani­fes­ta­tions natio­nales contre la dictature9Les jour­nées natio­nales de pro­tes­ta­tion, à la fois syn­di­cales, par­ti­daires et civiles, se sont dérou­lées de 1983 à 1986 : elles ont été vio­lem­ment répri­mées par le régime mili­taire.. Toutes deux se sont sol­dées par des défaites aux coûts humains, poli­tiques et sym­bo­liques impor­tants. On ne peut d’ailleurs tou­jours pas les éva­luer, puisque que la gauche se refuse à une réelle ana­lyse et se contente de tenir « les enne­mis de la gauche » pour seuls res­pon­sables. Historiquement, il me semble que ce point nodal irré­so­lu a par­tie liée avec des pro­blèmes qui sont tou­jours les nôtres, et que cette révolte sociale a remis sur la table : les rela­tions entre l’État et la socié­té civile ; le rôle des mou­ve­ments sociaux et des sujets col­lec­tifs du chan­ge­ment social. Les adap­ta­tions du centre-gauche et notre refus de prendre la mesure de nos défaites a conduit au déve­lop­pe­ment d’une gauche dif­fuse et diluée (qui par­ti­cipe au sys­tème poli­tique), d’une gauche anar­chiste (par­ti­cu­liè­re­ment jeune) et d’une gauche qui vit dans le pas­sé (en son­geant aux pages glo­rieuses comme à tout ce qui n’ad­vint pas). Tout bien pesé, le plus grand coût de ces défaites est la crise de l’ins­ti­tu­tion « par­ti poli­tique de gauche ».

La plus grande nou­veau­té de ces der­nières années a sans doute été la créa­tion du Frente Amplio [en 2017, ndlr]. Il a ras­sem­blé divers par­tis et col­lec­tifs de gauche — dont cer­tains récem­ment créés — et a réus­si à obte­nir une repré­sen­ta­tion par­le­men­taire consé­quente aux élec­tions de 2017 [20 sièges, ndlr]. Mais, jusqu’à pré­sent, leur per­for­mance au par­le­ment s’est avé­rée médiocre ; ils n’ont pas réus­si à deve­nir une réfé­rence poli­tique signi­fi­ca­tive. Leur plus grande fai­blesse réside incon­tes­ta­ble­ment dans la rela­tion fra­gile qu’ils entre­tiennent avec les sec­teurs popu­laires. Ce tableau serait incom­plet si nous ne tenions pas compte du déve­lop­pe­ment des mou­ve­ments sociaux, les tra­di­tion­nels comme les nou­veaux. Les pre­miers (syn­di­ca­listes, pay­sans, popu­laires) sont des sujets col­lec­tifs affai­blis ; les seconds (mapuches, fémi­nistes, étu­diants, éco­lo­gistes) ont accru leur pré­sence publique. Le plus grand défi de la conjonc­ture actuelle réside dès lors dans le ren­for­ce­ment de ces dyna­miques au sein de la socié­té civile, qui, plu­tôt que d’être un archi­pel, devraient être capables de for­mer un conti­nent — à même de ren­for­cer les inter­ac­tions et de pro­duire des ins­tances d’u­ni­té sociale et poli­tique.

*

À l’heure qu’il est, per­sonne ne peut pré­dire de quelle façon cette crise sera conju­rée. Mais ce qui est clair, c’est que le Chili n’est déjà plus le même pays qu’­hier — grâce à la mobi­li­sa­tion de son peuple.


Texte ini­tia­le­ment repris par le site du Centre œcu­mé­nique Diego de Medellín sous le titre « Estallido social en el Chile neo­li­be­ral », le 24 octobre 2019. Traduit de l’es­pa­gnol pour Ballast, avec l’ai­mable auto­ri­sa­tion de l’au­teur, par Céline Bagault, Zohra A, Elsa Gautier, Pauline Molozay, Danaé M. Rodriguez et Marguerite.
Photographies de ban­nière et de vignette : Chili, octobre 2019, par Sofía Yanjarí | AFI


REBONDS

☰ « Si on m’assassine… » — par Salvador Allende, sep­tembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Arnulfo Vásquez : « Les riches ne le sont pas parce que Dieu l’a vou­lu », décembre 2016
☰ Lire notre article « Victor Jara : un can­to libre », Maxence Emery, février 2015

NOTES   [ + ]

1.La Ley de Seguridad Interior del Estado (ou loi 12927). Elle a été pro­mul­guée en 1958 puis élar­gie sous Pinochet.
2.Association de fonds de pen­sion basée sur la capi­ta­li­sa­tion indi­vi­duelle. Elle se trouve aux mains d’en­tre­prises pri­vées, sans par­ti­ci­pa­tion des tra­vailleurs.
3.Référence à l’ou­vrage Las lar­gas som­bras de la dic­ta­du­ra, paru en 2019 au Chili.
4.La tran­si­tion chi­lienne vers la démo­cra­tie — la Transición — s’est ouverte avec la fin de la dic­ta­ture mili­taire de Pinochet, après le « non » au réfé­ren­dum d’oc­tobre 1988.
5.« La ale­gría ya viene » : slo­gan du « non » audit réfé­ren­dum.
6.Groupe trans­na­tio­nal connu pour ses pra­tiques anti-syn­di­cale.
7.Au centre, la Plaza Italia ; dans le sec­teur ouest, la Plaza Ñuñoa.
8.Le Parti pour la démo­cra­tie, d’o­rien­ta­tion sociale-libé­rale, a été fon­dé en 1987.
9.Les jour­nées natio­nales de pro­tes­ta­tion, à la fois syn­di­cales, par­ti­daires et civiles, se sont dérou­lées de 1983 à 1986 : elles ont été vio­lem­ment répri­mées par le régime mili­taire.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.