« Si on m’assassine… » — par Salvador Allende


 La rubrique MEMENTO publie des textes introuvables sur Internet

Tragique 11 sep­tembre : le pré­sident chi­lien Salvador Allende, élu depuis trois ans, se sui­ci­da dans le palais de la Moneda tan­dis que l’armée, conduite par le géné­ral put­schiste Pinochet, l’encerclait. S’ensuivit le régime mili­taire et dic­ta­to­rial que l’on sait, appuyé par le pou­voir nord-amé­ri­cain (plus de 3 000 exé­cu­tions, entre 30 et 40 000 per­sonnes tor­tu­rées, 130 000 déten­tions et des cen­taines de mil­liers d’exilés). Nous publions aujourd’hui un extrait d’un entre­tien mené et publié en 1971, introu­vable sur Internet, entre Allende et Régis Debray — le second, alors auteur de Révolution dans la révo­lu­tion ?, sor­tait de quatre années de déten­tion en Bolivie. Un échange pré­mo­ni­toire, à la lumière du coup d’État de 1973.


[…] Puisque c’est votre rôle d’unifier les forces de gauche, d’être le cata­ly­seur des forces popu­laires, on peut pen­ser que l’ennemi inté­rieur et exté­rieur aura de bonnes rai­sons de vou­loir vous éli­mi­ner. Si cela arrive, que croyez-vous qu’il se pro­dui­ra ?

La classe bour­geoise croit spon­ta­né­ment que c’est la per­son­na­li­té qui fait l’histoire. La réac­tion ali­mente cette croyance et en fait une tac­tique. C’est pour­quoi un des pro­cé­dés pré­fé­rés consiste à recou­rir à ce genre de méthodes, mais nous avons contre elles un peuple conscient. Je crois que ce serait la voie appa­rem­ment la plus facile pour la réac­tion ; mais en réa­li­té, les consé­quences seraient pires pour elle. Cela ne veut pas dire que je suis un bar­rage, mais sans aucun doute, si cela se pro­dui­sait, il s’avérerait que la réac­tion n’accepte pas les règles du jeu qu’elle a elle-même éta­blies. On ne peut rien me repro­cher. Les liber­tés ? Elles existent toutes : de réunion, de presse, etc. Le mou­ve­ment social ne dis­pa­raît pas lui-même parce qu’un diri­geant dis­pa­raît. Il peut être retar­dé, il peut se pro­lon­ger, mais en fin de compte, il ne peut pas s’arrêter. Dans le cas du Chili, si on m’assassine, le peuple pour­sui­vra sa route avec la dif­fé­rence que les choses seront peut-être beau­coup plus dif­fi­ciles, beau­coup plus vio­lentes parce que les masses appren­dront une leçon très claire, c’est que ces gens ne s’arrêtent devant rien. Je tiens compte de cette pos­si­bi­li­té, je ne l’offre pas, et je ne la faci­lite pas, mais je ne vis pas non plus dans la crainte qu’elle puisse se pro­duire.

Si les réac­tion­naires sortent de la léga­li­té, sor­ti­rez-vous aus­si de la léga­li­té ? et s’ils frappent, frap­pe­rez-vous aus­si ?

S’ils nous frappent illé­ga­le­ment un coup, nous en don­ne­rons cent en toute tran­quilli­té.

[…] Je vou­lais par­ler d’une attaque de front, déci­sive, d’une rup­ture ouverte de la coexis­tence actuelle, d’un sou­lè­ve­ment mili­taire, par exemple…

« Tu dois connaître la longue liste de mas­sacres d’ouvriers et de pay­sans, pen­dant la domi­na­tion de la bour­geoi­sie. »

Cela dépen­dra d’eux. Si eux le pro­voquent, il se pro­dui­ra, mais en tout cas, nous atten­drons qu’ils le pro­voquent eux. Nous sommes sur nos gardes. Pour le reste, nous ne sommes pas méca­ni­cistes. Les affron­te­ments se suc­cèdent depuis long­temps dans l’histoire du Chili. Tu dois connaître la longue liste de mas­sacres d’ouvriers et de pay­sans, pen­dant la domi­na­tion de la bour­geoi­sie. Qu’entend-on par affron­te­ments ? Ils existent tant qu’il y a des contra­dic­tions dans la socié­té et ces contra­dic­tions sub­sistent même pen­dant la période de construc­tion du socia­lisme. Laissons de côté les anta­go­nismes, ils sont déter­mi­nés par la lutte des classes.

Et la lutte des classes va deve­nir plus aiguë main­te­nant.

Naturellement. Tu com­prends bien qu’une fois appli­quée notre réforme consti­tu­tion­nelle, des inté­rêts puis­sants, natio­naux et étran­gers vont être atteints. Ceux qu’affecteront la réforme agraire et la natio­na­li­sa­tion des banques vont vou­loir réagir. Comment veux-tu qu’il n’y ait pas d’antagonismes ? Si nous par­tons du fait essen­tiel de la lutte de classes, nous savons que les groupes oli­gar­chiques, les groupes plou­to­cra­tiques, les groupes féo­daux, essaie­ront de défendre leurs pri­vi­lèges à tout prix.

[…] Est-ce qu’on peut dire alors, cama­rade pré­sident, que vous êtes en train de mettre en œuvre votre pro­gramme poli­tique, et que, par consé­quent, l’affrontement est conti­nuel ?

L’affrontement est per­ma­nent. Et s’ils le cherchent, s’ils le pro­voquent, nous ferons face à un affron­te­ment constant, et nous sommes psy­cho­lo­gi­que­ment pré­pa­rés à cet affron­te­ment ; il ne faut pas que tu en aies le moindre doute.

Non, je n’en ai pas le moindre doute. Le pro­blème n’est pas que vous et ceux qui gou­vernent ici soyez pré­pa­rés à cet affron­te­ment ; c’est que le peuple, lui aus­si, soit en mesure de résis­ter ; qu’il soit conscient qu’ici, dès demain, il peut se retrou­ver face à des situa­tions extrêmes.

Nous l’avons dit au peuple, nous l’avons répé­té, le peuple le sait. D’ailleurs, je te l’ai déjà dit, notre lutte dure depuis des années, et pour le peuple, ce n’est pas une sur­prise, il en a une très grande conscience. […] Ici, la classe mino­ri­taire a été détrô­née par le peuple ; et c’est bien évident, car si la classe mino­ri­taire était encore au pou­voir, nous n’aurions pas la natio­na­li­sa­tion du cuivre, nous n’aurions pas la natio­na­li­sa­tion des banques, la réforme agraire, Régis.

Régis Debray et Salvador Allende (Gamma-Keystone, Getty Images)

Oui, mais enfin, jusqu’à main­te­nant, le gou­ver­ne­ment n’est pas encore sor­ti des limites du réfor­misme. Son action s’est située dans le cadre de la Constitution que lui avait léguée le gou­ver­ne­ment bour­geois anté­rieur, elle s’est située à l’intérieur des limites ins­ti­tu­tion­nelles déjà éta­blies ; c’est pour cela qu’on peut dire que jusqu’à main­te­nant nous avons eu des réformes. Déjà en 1905, je crois, Lénine dis­tin­guait deux types de réformes : celles qui sont des­ti­nées à ouvrir la voie de la révo­lu­tion socia­liste, et celles qui au contraire sont des­ti­nées à frei­ner celle-ci, à la dévier, et fina­le­ment à lui bar­rer le che­min.

Je crois que nous avons uti­li­sé celles qui ouvrent la voie à la révo­lu­tion. Nous avons main­te­nant la pré­ten­tion (et cela je vais le dire avec modes­tie) d’instaurer une voie dif­fé­rente et de prou­ver que l’on peut faire ces trans­for­ma­tions pro­fondes qui consti­tuent la voie de la révo­lu­tion. Nous avons dit que nous allons créer un gou­ver­ne­ment démo­cra­tique, natio­nal, révo­lu­tion­naire et popu­laire, qui mène­rait au socia­lisme, car le socia­lisme ne s’impose pas par décrets. Toutes les mesures que nous avons prises sont des mesures qui conduisent à la révo­lu­tion. […] Si nous nous réfé­rons à l’histoire, il est évident que nous pou­vons craindre beau­coup de choses. L’expérience de l’Amérique latine à cet égard est dra­ma­tique et elle est san­glante. Nous pour­rions par­ler de la poli­tique du gar­rot, du dol­lar, du débar­que­ment de marines, tout cela, nous le savons. Mais nous pen­sons aus­si que les États-Unis aujourd’hui, comme peuple et comme nation, sont en train de pas­ser par des étapes extrê­me­ment dif­fé­rentes des étapes anté­rieures. Ils ont de graves pro­blèmes inté­rieurs. Il n’y a pas seule­ment le pro­blème des Noirs ; il y a le pro­blème des sec­teurs ouvriers, des étu­diants, des intel­lec­tuels, de tous ceux qui n’acceptent pas la poli­tique d’agression. De plus, leur atti­tude au Vietnam a sou­le­vé une répré­hen­sion mon­diale, et il leur est donc beau­coup plus dif­fi­cile d’agir en Amérique latine. Pour nous, nous n’avons aucune atti­tude agres­sive à l’égard du peuple d’Amérique du Nord.

Si donc il doit y avoir une agres­sion, c’est d’eux qu’elle vien­dra.

« Les peuples ne peuvent pas conti­nuer de mou­rir au lieu de vivre. »

C’est pour­quoi je dis que de notre part il n’y aura même pas d’agression ver­bale. Monsieur Nixon est pré­sident des États-Unis et moi je suis pré­sident du Chili. Je n’aurai pas un mot de mépris à l’égard de Monsieur Nixon, tant qu’il res­pec­te­ra le pré­sident du Chili. S’ils rompent avec cet état de choses qui est une obli­ga­tion, si, une fois de plus, ils veulent faire table rase de l’autodétermination, de la non-inter­ven­tion, eh bien !, alors, ils vont ren­con­trer une réponse digne d’un peuple et d’un gou­ver­ne­ment.

Ils le savent si bien que je ne pense pas qu’ils com­met­tront d’impairs, mais il y a d’autres formes d’agression : éco­no­miques, blo­cus…

Je crois qu’ils ne le feront pas. D’abord, parce que, comme je te l’ai dit, nous avons tou­jours agi dans le cadre des lois chi­liennes, dans le cadre de la Constitution. […]

Il ne nous reste peut-être pas grand-chose à nous dire, cepen­dant, je vou­drais poser une der­nière ques­tion : com­ment, à par­tir de l’expérience chi­lienne, de la vic­toire popu­laire au Chili, voyez-vous l’avenir de l’Amérique latine ?

Victorieux ou pas, j’ai tou­jours dit la même chose : l’Amérique latine est un vol­can en érup­tion. Les peuples ne peuvent pas conti­nuer de mou­rir au lieu de vivre. Tu sais par­fai­te­ment que dans ce conti­nent, il y a 120 mil­lions de semi-anal­pha­bètes, ou d’analphabètes totaux ; tu sais qu’il manque en Amérique latine 19 mil­lions de loge­ments, et que 70 % de la popu­la­tion souffre de mal­nu­tri­tion et tu sais que nos peuples sont poten­tiel­le­ment très riches et que cepen­dant tous ces peuples souffrent du chô­mage, de la faim, de l’ignorance, de la misère morale et phy­sio­lo­gique. Les peuples d’Amérique latine n’ont pas d’autre pos­si­bi­li­té que de lut­ter — cha­cun selon sa propre réa­li­té —, mais tou­jours lut­ter. Lutter pour quoi ? Pour conqué­rir leur indé­pen­dance éco­no­mique et pour être des peuples authen­ti­que­ment libres, et libres éga­le­ment poli­ti­que­ment. Voilà main­te­nant ce que je crois être notre grande pers­pec­tive, et je peux le dire comme pré­sident, sur­tout à la jeu­nesse, que sur le che­min de la lutte, sur le che­min de la rébel­lion, sur le che­min de l’union avec tous les tra­vailleurs, là est la grande pers­pec­tive, notre grande pos­si­bi­li­té. Ce conti­nent doit par­ve­nir à son indé­pen­dance poli­tique ; nous, nous devons atteindre l’indépendance éco­no­mique. Viendra un jour où l’Amérique latine aura une voix de conti­nent, une voix de peuple uni, une voix qui sera res­pec­tée et écou­tée, parce que ce sera la voix d’un peuple maître de son propre des­tin.


Paru en 1971 aux édi­tions François Maspero, sous le titre Entretiens avec Allende sur la situa­tion au Chili.
Photographie de ban­nière : Salvador Allende, à gauche (DR)


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Arnulfo Vásquez : « Les riches ne le sont pas parce que Dieu l’a vou­lu », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Costa Gravas : « Tous les films sont poli­tiques », mai 2016
☰ Lire notre article « Victor Jara : un can­to libre », Maxence Emery, février 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Carmen Castillo : « Comment se mettre en mou­ve­ment, être actif, acteur ? », février 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.