Carmen Castillo : « Comment se mettre en mouvement, être actif, acteur ? »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Carmen Castillo est née au Chili. Elle tra­vailla avec Salvador Allende et, au len­de­main du coup d’État mené par le géné­ral Pinochet, entra dans la résis­tance clan­des­tine aux côtés de son com­pa­gnon Miguel Enriquez. Arrêtée puis expul­sée de son pays natal (une mobi­li­sa­tion inter­na­tio­nale per­mit de la sau­ver), elle racon­ta cette his­toire tra­gique dans deux ouvrages puis dans le film Rue Sante Fe, sor­ti en 2007. Comment trans­mettre la mémoire des vain­cus sans l’étouffer de nos­tal­gie ou d’amertume ? Comment demeu­rer fidèle, aujourd’hui, aux idéaux de ceux — amis, proches et cama­rades — qui ne sont plus de ce monde qu’ils vou­lurent tant chan­ger ? Comment espé­rer lorsque l’on sait que plus rien, comme d’aucuns purent jadis le croire, n’est tra­cé d’avance ? Ces ques­tions hantent la réa­li­sa­trice. Son pro­chain film, On est vivants, sor­ti­ra en salles le 29 avril 2015 : pre­nant appui sur la pen­sée du phi­lo­sophe Daniel Bensaïd, Castillo donne à voir, entre deux conti­nents, les com­bats quo­ti­diens de tous ces ano­nymes qui s’échinent, dans l’angle mort des grands médias, à faire de la lutte une « pas­sion joyeuse ».


Lire en anglais


ccastilloQuelle a été l’impulsion de départ de ce nou­veau film ?

Depuis tou­jours, la ques­tion de l’engagement poli­tique m’habite. J’ai tou­ché le mys­tère des vies enga­gées des années 1960 et 70, avec Rue Santa Fe, et j’ai appro­ché cette ques­tion : la résis­tance en valait-elle la peine ? Oui… C’est évident. C’est ma géné­ra­tion. Notre jeu­nesse était convain­cue que la Révolution allait adve­nir à l’échelle de nos vies. L’engagement poli­tique était clair, tra­cé, vivant. Il était du côté de la vie et, pour cette géné­ra­tion, par­tout dans le monde, il por­tait ce désir de liber­té, de jus­tice et d’autonomie. Mais après ? Après l’effondrement de notre reli­gion de l’Histoire, de nos cer­ti­tudes ; après, comme a dit Daniel [Bensaïd], il n’y avait plus d’avenir radieux ; alors quoi ? Nous allions faire comme tout le monde ? Se plier, renon­cer, ren­trer dans les rangs ? Croire au libé­ra­lisme triom­phant et aux mirages de la glo­ba­li­sa­tion heu­reuse ? Ces inter­ro­ga­tions se sont cris­tal­li­sées, pour moi, à la mort de Daniel, en 2010. Nous lui avons ren­du hom­mage, un grand hom­mage, à la Mutualité. J’y étais, j’étais très inhi­bée, j’ai par­lé au nom de l’Amérique latine – Daniel s’était beau­coup enga­gé pour elle, au sein d’une sec­tion de la qua­trième Internationale (il a long­temps été en Argentine, au Brésil, au Chili). La perte de son ami­tié me ren­dait plus lourde. Mais ce poids était l’opposé d’un far­deau, c’était un mes­sage com­po­sé de ses actes, de ses bles­sures, de son rire. Depuis les années 1990, Daniel était deve­nu, pour beau­coup d’entre nous, une vigie. Lorsqu’il est mort, j’ai vu naître une néces­si­té, un désir, je vou­lais aller cher­cher, savoir sur quelle base, sur quelle pen­sée nous pou­vions ras­sem­bler, com­men­cer à réflé­chir. Comment être en mou­ve­ment, être actif, acteur ? Daniel avait beau­coup écrit là-des­sus. Plusieurs fois, il m’avait secouée lorsque je tom­bais dans de grands moments de mélan­co­lie. Il était drôle. Discret et plein d’humour. Il avait une manière de te glis­ser trois mots pour te remettre la tête d’aplomb.

« Nous allions faire comme tout le monde ? Se plier, renon­cer, ren­trer dans les rangs ? Croire au libé­ra­lisme triom­phant et aux mirages de la glo­ba­li­sa­tion heu­reuse ? »

Vous l’avez connu, la pre­mière fois, comme mili­tant ?

Oui. Il était à la LCR et s’impliquait en faveur de la résis­tance chi­lienne et contre la dic­ta­ture de Pinochet. Je l’ai ren­con­tré dans ce cadre. Il a été l’une des per­sonnes qui m’a accueillie. Il fal­lait que je quitte et tue le culte de la mort et la nos­tal­gie, que j’accepte que j’étais une femme bles­sée mais aus­si, sinon sur­tout, une mili­tante. La dou­leur de la défaite, la mort de Miguel [Enriquez] et de mes amis, tout ça n’a pas enta­mé en moi l’idée que nous pou­vions conti­nuer de nous battre, et vaincre la dic­ta­ture. Nos dis­cus­sions étaient tou­jours très sin­cères. Hors des dogmes mili­tants, irré­vé­ren­cieuses.

Vous aviez beau­coup de diver­gences ?

À l’époque, sur la ques­tion de la pour­suite lutte armée. Il était contre mais il savait que, là-bas, en Amérique latine, se jouait la vie des mili­tants, la vie et la mort. Il par­lait sans la moindre arro­gance. Il posait des ques­tions, il aler­tait. Son enga­ge­ment était plus char­nel en Argentine, avec le PRT (le MIR, lui, ne fai­sait pas par­tie de la qua­trième Internationale). On s’engage – comme l’ont dit, plus clai­re­ment que per­sonne, les zapa­tistes – pour vivre, quand bien même on manie des armes ou on fonde une armée. Il faut vivre pour lut­ter. Daniel avait déjà com­pris ça, à l’époque. Au moment où il apprend qu’il a le sida, sans arrê­ter de mili­ter, il va se mettre à écrire de plus en plus. Des livres fon­da­men­taux ! Je pense à Une lente impa­tience, à son Walter Benjamin, au Pari mélan­co­lique… Ça m’a tou­jours fait son­ger à Victor Serge, lorsqu’il prend la déci­sion, à l’hôpital, en sur­vi­vant à une occlu­sion intes­ti­nale, d’écrire, écrire, en toutes cir­cons­tances… Je n’ai jamais par­lé de ça avec Daniel, mais peut-être que lui aus­si à redou­blé d’effort pour l’écriture.

bensaid2

Daniel Bensaïd

Ce qui doit vous tou­cher chez lui, éga­le­ment, c’est son atta­che­ment à la lit­té­ra­ture et à la poé­sie ; il n’est pas seule­ment un intel­lec­tuel scien­ti­fique, aca­dé­mique.

Oui ! Daniel est un lit­té­raire. Il est nour­ri de ça. Cette néces­si­té de faire appel à tout, y com­pris aux émo­tions, pour décryp­ter le monde (il a par­lé des ver­tus de l’indignation long­temps avant Stéphane Hessel). Et puis il était un for­ma­teur, un pro­fes­seur, un pas­seur – Olivier Besancenot le dit bien. Il trans­met­tait. Avec tou­jours à l’esprit cette idée qu’il fal­lait trans­mettre pour aller de l’avant tout en agis­sant sur le pré­sent. Il fai­sait appel à la mémoire des vain­cus pour consti­tuer des sujets actifs et révo­lu­tion­naires, mais sans se dire que le pas­sé était mieux : il doit y avoir une ouver­ture, une brèche. La convic­tion qu’on peut, que c’est pos­sible, et que ça sera autre chose. Notre vision de l’Histoire est finie, c’est un fait – il n’empêche que, etc. C’est ça, la force de Daniel et de ceux qui rai­sonnent ain­si – je pense par exemple à Michael Löwy. D’où l’idée, en lan­çant ce pro­jet de film, d’aller voir concrè­te­ment ce qui se passe aujourd’hui, dans les luttes.

Il n’a jamais été ques­tion de faire un docu­men­taire bio­gra­phique, donc ?

« Un révo­lu­tion­naire, ce devrait être le rire, l’amour, la danse, les enfants, le « nor­mal », mais l’idéologie, si on la sui­vait de trop près, impli­quait le sacri­fice de tout ça. »

Non, je n’ai pas vou­lu retra­cer sa vie. Impossible. Ce n’est pas un film sur lui, mais un film qui part de notre ami­tié, de sa pen­sée, de tous ces affects dont je par­lais. Et cette ques­tion : qu’est-ce qui se passe aujourd’hui ? Et de quelle façon Daniel peut-il m’aider à com­prendre ? Je ne vou­lais pas aller dans les endroits à la mode, je cher­chais des ter­ri­toires de lutte après 1990, mais déjà dans l’endurance du temps : lut­ter et créer, les deux en même temps. Je lis en ce moment le livre de Kristin Ross, L’imaginaire de la Commune : ce n’est pas un énième récit de la Commune ; elle inter­roge la per­sis­tance de son ima­gi­naire, l’énergie mili­tante qui sub­siste, ici et là, à Occupy Wall Street ou auprès des Indignados, par exemple. C’est un peu ma démarche, éga­le­ment. J’ai aus­si­tôt écar­té les « experts » : je tenais à aller voir les ano­nymes. Daniel m’a appris – il le dit bien mieux que moi – que la gran­deur de la poli­tique est dans ces ano­nymes en lutte. Je vou­lais res­ter fidèle à ça. Ces gens sont d’abord dans l’action. Ils fabriquent une pen­sée, même si elle n’est pas encore ras­sem­blée, pas encore prête à être ana­ly­sée. Je vou­lais leur don­ner corps, beau­té. Que ces per­sonnes, qui sont si belles, soient lumi­neuses – car c’est ça, l’engagement ! C’est mieux que de res­ter devant une télé­vi­sion, dans la drogue ou le nihi­lisme. On vit mieux, tout sim­ple­ment. C’est plus dense et, même… amu­sant ! Pour ma géné­ra­tion, mili­ter signi­fiait sacri­fier beau­coup de choses, ne pas sor­tir du tout-col­lec­tif. Un révo­lu­tion­naire, ce devrait être le rire, l’amour, la danse, les enfants, le « nor­mal », mais l’idéologie, si on la sui­vait de trop près, impli­quait le sacri­fice de tout ça. Aujourd’hui, cette cou­pure n’a plus de sens.

C’est ce que Bensaïd évo­quait quand il écri­vait que mili­ter est « le contraire d’une pas­sion triste ».

Complètement. Il suf­fit de le faire pour tou­cher ça, le sen­tir. On passe de l’impuissance et la sou­mis­sion à l’action et la créa­tion de quelque chose. Le pro­blème, c’est que tout est fait, aujourd’hui, par les espaces média­tiques et la consom­ma­tion, pour qu’il n’y ait pas de liens, pas de ren­contres, pas d’affect, pas de pen­sée. Tous ceux qui se trouvent liés à une action col­lec­tive res­sentent une sorte de joyeuse mélan­co­lie. Je l’ai consta­té sou­vent : il est rare que la joie de la vic­toire soit durable, le che­min res­tant à par­cou­rir est tou­jours long, l’amertume peut sur­ve­nir. Mais sur ce che­min, ceux que nous ren­con­trons, ceux qui sont enga­gés avec nous pour un temps ou pour très long­temps, ceux avec qui nous vivons des expé­riences lumi­neuses, c’est ceux-là qui font de l’engagement une pas­sion joyeuse. Je vou­lais don­ner la parole aux ano­nymes en lutte et aller à la ren­contre de per­sonnes. Pas des mou­ve­ments, des abs­trac­tions. Mais des sujets qui, en même temps, font par­tie d’un col­lec­tif : les sans-terre au Brésil, la résis­tance indienne, le DAL en France, les syn­di­cats ouvriers… J’avais pen­sé un temps au Chili, mais il n’y avait pas de mou­ve­ments de longue durée. Et puis il ne fal­lait pas faire un cata­logue des luttes… Il a fal­lu opé­rer des choix. J’aurais bien aimé suivre cer­taines expé­riences en Espagne, aus­si. Ou en Grèce. Mais un film, c’est de l’argent, et celui-là a été fait avec peu de finan­ce­ments et beau­coup d’énergie mili­tante. Je remer­cie chaque jour les tech­ni­ciens, les col­lec­tifs, les vidéastes et cinéastes immer­gés dans l’action quo­ti­dienne. Sans eux, pas de film. Pas celui-là, en tout cas.

ex1

Image tirée du film On est vivants.

Il y a un vrai sou­ci esthé­tique dans votre film, aus­si bien dans les cadrages que la pho­to­gra­phie. On a par­fois ten­dance à croire qu’un film mili­tant doit être brut, presque moche, pour être convain­cant… (rires) Comment abor­dez-vous la ques­tion de la forme ?

C’est essen­tiel. Un film c’est tou­jours une forme. Quand je par­lais d’approcher la beau­té de l’engagement poli­tique, c’est aus­si ça. Même si nous avons eu peu de temps, la tra­vail sur l’image était pri­mor­dial. Ça ne pou­vait pas être moche, non ! Il y a déjà de la vio­lence, des morts, même… Il fal­lait que l’image soit la plus belle pos­sible – dans les condi­tions d’un docu­men­taire (Ned Burgess, mon direc­teur pho­to depuis 2002, était au ren­dez-vous avec son talent et sa gen­tillesse). Il y a beau­coup de paroles, tout au long du film. Les textes de Daniel, lus, qui forment une sorte de fil rouge et se mêlent à mon récit, j’avais besoin de beaux plans larges pour pou­voir les entendre.

« Je vou­lais don­ner la parole aux ano­nymes en lutte et aller à la ren­contre de per­sonnes. Pas des mou­ve­ments, des abs­trac­tions. »

Combien de temps vous a-t-il fal­lu, du coup, pour réa­li­ser ce film ?

Entre le désir, l’écriture, la recherche de finan­ce­ment, le tour­nage, peu de jours de tour­nage mais épar­pillés dans le temps, des mois de mon­tage, et puis aujourd’hui où on pré­pare la sor­tie, cinq ans !

Vous avez donc entre­pris ce voyage avec les écrits de Bensaïd. Comment avez-vous choi­si les points de des­ti­na­tion ?

Le monde est vaste et je vou­lais de l’ampleur. En Amérique Latine, j’avais déjà ren­con­tré le sous-com­man­dant Marcos au Mexique, mais j’avais envie de par­ta­ger les expé­riences des sans-terre au Brésil, ce mou­ve­ment qui existe depuis trente ans et qui a per­mis à tant de pay­sans de sur­vivre. En Bolivie, l’élection d’Evo Morales, après des luttes sou­vent vio­lentes, per­met­tait de mon­trer un com­bat vic­to­rieux. En France, l’opiniâtreté des « sans » à ne pas accep­ter les injus­tices et la créa­ti­vi­té des mili­tants pour dres­ser la digni­té face au mépris et la misère m’avaient déjà emme­né à les ren­con­trer dès 1996.

Mais vous n’étiez jamais allée au Brésil aupa­ra­vant, ce qui peut paraître éton­nant…

Le Brésil a été un pays très impor­tant pour Daniel. Il s’y est ren­du plu­sieurs fois et a par­ti­ci­pé à la construc­tion du Parti des Travailleurs. C’est en sui­vant sa trace que j’ai ren­con­tré les Mouvements des sans-terre. C’était tan­gible. Il s’agit d’une force poli­tique très orga­ni­sée ; ils tiennent à leur auto­no­mie tout en dia­lo­guant avec le P.T. Ils incarnent les expé­riences d’autogestion, de contrôle popu­laire et de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive. Avec leurs écoles iti­né­rantes, des ins­ti­tu­teurs qui se déplacent sur les terres occu­pées, ils ont réus­si à for­mer deux géné­ra­tions de jeunes qui résistent avec suc­cès aux sor­ti­lèges de la ser­vi­tude volon­taire. La pers­pec­tive, ils l’appellent « éco­so­cia­lisme » – un mot nou­veau, mais dont le sens résonne de manière urgente aujourd’hui.

ex2

Image tirée du film On est vivants.

En Bolivie, vous avez vou­lu fil­mer une vic­toire ?

Ce qui est adve­nu en Bolivie en 2005 est une véri­table révo­lu­tion. Je vou­lais une vic­toire et celle-là était ines­pé­rée. Nous avons écar­té le pou­voir poli­tique et sa figure emblé­ma­tique, Evo Morales, pour aller cher­cher à Cochabamba les pro­ta­go­nistes (pour la plu­part indiens illet­trés) de la Guerre de l’eau, vic­to­rieuse en l’an 2000 contre un gou­ver­ne­ment ultra-libé­ral et une mul­ti­na­tio­nale fran­çaise. J’ai ren­con­tré Oscar Olivera, un des fon­da­teurs de la Coordinadora, cette orga­ni­sa­tion qui regroupe tout un peuple livrant bataille et qui trans­met sa manière de faire aux autres guerres, celles de la coca et du gaz. Oscar conti­nue d’agir au sein des mou­ve­ments sociaux : il refuse toute impli­ca­tion gou­ver­ne­men­tale. Dès que je l’ai vu, Oscar m’a sem­blé fami­lier. Pour moi, il y a une com­mu­nau­té des per­sonnes en lutte. Elles se res­semblent, elles sont d’une égale beau­té. Comme les femmes de La Busserine, dans les Quartiers nord de Marseille !

Ce sont les révoltes des ban­lieues de 2005 qui vous ont ame­née dans les Quartiers nord de Marseille. Pourtant, il n’y a pas eu d’émeutes là-bas.

« Le chif­fon rouge des kalach­ni­kov et de la drogue, que les médias et les poli­tiques affichent en géné­ral, ne laisse rien voir de la réa­li­té de ces lieux. »

Justement, elles avaient eu lieu avant. Ces révoltes incom­prises sont des bap­têmes poli­tiques. Le chif­fon rouge des kalach­ni­kov et de la drogue, que les médias et les poli­tiques affichent en géné­ral, ne laisse rien voir de la réa­li­té de ces lieux. J’ai ren­con­tré Fadela par les réseaux mili­tants et, auprès d’elle, il y avait Fatima et Karima. Leur col­lec­tif agit dans les quar­tiers pour arrê­ter le cycle de la vio­lence des jeunes tout en dénon­çant la vio­lence faite aux jeunes. Ils agissent dans des orga­nismes d’aide sociale ou d’éducation tout en déve­lop­pant une pen­sée poli­tique sans conces­sion qui leur per­met de pro­po­ser des alter­na­tives. Ces femmes sont pour moi les véri­tables héroïnes de notre temps.

Vous don­nez à entendre le DAL, une asso­cia­tion qui a réus­si à rendre légi­time les réqui­si­tions de loge­ments pri­vés vides, mais aus­si une figure par­fois négli­gée, voire décriée, de nos jours, au sein du mou­ve­ment social : les syn­di­cats. Pourquoi ?

La lutte syn­di­cale me semble, jus­te­ment, essen­tielle. Elle peut être por­teuse de valeurs qu’on a eu ten­dance à oublier : la soli­da­ri­té, le par­tage… Elle rap­pelle, comme le dit Daniel, que la lutte des classes existe et qu’elle brise la fausse uni­té des races, des nations, des reli­gions, car de l’autre côté, il y a tou­jours un autre soi-même. Ce sont vrai­ment des paroles que nous avons besoin d’entendre en ce moment. C’est en vision­nant, sur Internet, l’assemblée géné­rale de fin de la grève des retraites, à la raf­fi­ne­rie Total de Donges, que j’ai décou­vert Christophe. Il disait, ému aux larmes, une phrase presque iden­tique à celles que Daniel avait écrites : « Il y a des défaites qui ont le goût de vic­toires ». J’ai été bou­le­ver­sée qu’un lea­der syn­di­cal mani­feste une telle émo­tion et qu’il trouve en même temps les mots d’une pen­sée poli­tique si fon­da­men­tale. J’ai pen­sé qu’en finis­sant le film avec lui, on pour­rait sor­tir du décou­ra­ge­ment et des défaites et avan­cer mal­gré tout.

Vous avez déjà réa­li­sé un film sur Victor Serge. Vous sen­tez-vous proche, per­son­nel­le­ment, du cou­rant trots­kyste ?

Je ne m’y ins­cris pas entiè­re­ment. Je le suis, disons, par for­ma­tion. On pour­rait en débattre long­temps – je peux me mon­trer par­fois très en colère contre cer­taines orga­ni­sa­tions trots­kystes, notam­ment lati­no-amé­ri­caines. Ce qui est capi­tal, à mes yeux, chez Serge, Daniel, le MIR et les com­plices que j’ai eus dans ma vie, c’est que le com­mu­nisme, l’utopie com­mu­niste, est magni­fique et qu’il fal­lait tout entre­prendre pour abattre le com­mu­nisme sta­li­nien. Le prix que l’on a payé à cause du sta­li­nisme et des par­tis com­mu­nistes du monde entier est énorme. C’est très grave. Il faut sau­ver le mot « com­mu­nisme ». C’est le com­mun, c’est le par­tage. Il a été pol­lué, conta­mi­né, taché de sang et d’autoritarisme. J’aime beau­coup cette notion de com­mu­nisme liber­taire, dont parle très bien Michael Löwy.

Image tirée du film On est vivants.

Rassembler les mar­xistes et les anar­chistes ?

Oui. On ne peut pas élu­der la ques­tion de l’organisation, des liens, des struc­tures. Je ne crois pas au spon­ta­néisme – cette forme d’anarchisme n’est pas ma tra­di­tion. Le mou­ve­ment des sans-terre, par­mi tous ceux que j’ai pu ren­con­trer, est celui dont je me sens aujourd’hui le plus proche. Il y a là une intel­li­gence poli­tique extra­or­di­naire. Il a trente ans de vie. L’accent est mis sur l’éducation, la for­ma­tion, l’esprit de liber­té, la résis­tance, l’insoumission. Tout faire pour se sor­tir du sor­ti­lège de la ser­vi­tude volon­taire. Il faut une orga­ni­sa­tion, même si je ne sais pas quelle forme elle doit avoir. Les zapa­tistes, aus­si, œuvrent dans ce sens.

Mais contrai­re­ment à ce qu’on pour­rait peut-être croire lorsque l’on nous lira, votre film n’est pas celui d’un par­ti, d’une cha­pelle poli­tique.

« J’aimerais que mon film puisse, ne serait-ce qu’un peu, en ces temps atroces, nous sor­tir de l’impuissance. Qu’il soit una can­ción, un chant des pos­sibles. »

En rien ! Ce n’est pas un film sur le NPA, même si Daniel en était l’intellectuel. C’est tout, j’espère, sauf un tract. Il est poli­tique, cer­tai­ne­ment ; mais puisqu’il y a un récit per­son­nel, une dra­ma­tur­gie fic­tion­nelle, ce n’est qu’un film, pas un acte mili­tant. C’est un film qui pose des ques­tions. Je ne donne pas de réponses : les gens débattent ensuite, après l’avoir vu. C’est un film vaste, en plein milieu de mes deux terres – l’Amérique latine et la France. C’est la pre­mière fois que je tourne en France, cela a beau­coup chan­gé ma manière d’être fran­çaise. Je sou­hai­tais qu’il soit vaste, ces expé­riences existent par­tout, j’en ai trou­vées cer­taines ici et d’autres en Amérique Latine.

Qu’aimeriez-vous que le spec­ta­teur ait en tête, en sor­tant de la salle ?

Qu’il ait de l’énergie. Que le film ouvre un coin de la tête pour accueillir des idées et des actions. Qu’il puisse, ne serait-ce qu’un peu, en ces temps atroces, nous sor­tir de l’impuissance. Qu’il soit una can­ción, un chant des pos­sibles. Et je serais contente.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.