Déchets nucléaires : impasse et résistance


Texte inédit pour le site de Ballast

« Arrêter le nucléaire n’est pas un choix d’avenir. Ce n’est pas conforme à nos objec­tifs en matière de réduc­tion des émis­sions de CO2 », décla­rait Emmanuel Macron en mai 2016. Ce chan­tage à la pro­pre­té éner­gé­tique fonc­tionne à plein régime. Ombre au tableau, et non des moindres : la pro­duc­tion de nom­breux déchets pou­vant per­du­rer jus­qu’à plu­sieurs mil­liers d’années. Ce texte, coécrit par une membre du réseau Sortir du nucléaire, donne à com­prendre l’en­vers du décor. « Il semble clair que les auto­ri­tés ont choi­si leur camp : la machine pro­duc­tive contre les citoyens. » ☰ Par Laure Barthélemy et Djibril Maïga


« L’industrie nucléaire ne pro­duit pas — ou presque — de CO2. » L’image imma­cu­lée du nucléaire s’ap­puie avant tout sur cet argu­ment prô­né par EDF (exploi­tant des cen­trales nucléaires) et Orano (ancien­ne­ment Areva, fabri­quant du com­bus­tible et des pièces des­ti­nées aux cen­trales). Un argu­ment phare repris en boucle par les ardents défen­seurs du nucléaire : phare, mais fal­la­cieux ; il a d’ailleurs valu à EDF et son ser­vice de com­mu­ni­ca­tion d’être plus d’une fois reto­qués par le Jury de déon­to­lo­gie publicitaire1À l’approche de la COP 21, EDF, spon­sor offi­ciel de cet évé­ne­ment, a lan­cé une grande cam­pagne de publi­ci­té pour se pré­sen­ter comme le « par­te­naire offi­ciel d’un monde bas car­bone ». Celle-ci fait l’éloge de sa pro­duc­tion d’électricité qui, grâce au nucléaire, serait « à 98 % sans CO2 ». Pour dénon­cer cette com­mu­ni­ca­tion, le réseau Sortir du nucléaire a por­té plainte devant le Jury de déon­to­lo­gie publi­ci­taire et assi­gné EDF en res­pon­sa­bi­li­té civile devant le tri­bu­nal de grande ins­tance de Paris. Par ailleurs, la der­nière publi­ci­té d’EDF, inti­tu­lée « The Race », met en scène des per­son­nages de jeux vidéo féé­riques évo­luant dans le monde des éner­gies entre de belles éoliennes et des cen­trales ras­su­rantes. Pour dénon­cer cette com­mu­ni­ca­tion, Sortir du nucléaire a éga­le­ment dépo­sé plainte le 30 octobre 2017 devant le Jury de déon­to­lo­gie publi­ci­taire, qui lui a don­né rai­son le 18 jan­vier 2018.. En pre­nant en compte l’en­semble de la pro­cé­dure, allant de la mine aux déchets, la filière nucléaire pro­duit bel et bien du CO2. D’une manière indi­recte, tout d’a­bord, puisque le nucléaire uti­lise de nom­breux trans­ports rou­tiers pour les dif­fé­rentes étapes de fabri­ca­tion du com­bus­tible : un véri­table bal­let de camions sillonnent la France de part en part, de la récep­tion de l’u­ra­nium et sa trans­for­ma­tion jus­qu’à son ache­mi­ne­ment d’u­sine en usine. D’une manière directe, ensuite, par les fuites très fré­quentes des liquides dits « fluides fri­go­ri­gènes », uti­li­sés pour le refroi­dis­se­ment des équi­pe­ments : ils contiennent des molé­cules qui par­ti­cipent à l’aug­men­ta­tion de l’ef­fet de serre2Une fuite d’un kilo­gramme de réfri­gé­rant de syn­thèse dans l’at­mo­sphère pro­duit un effet de serre équi­va­lant à celui géné­ré par l’é­mis­sion de 1 000 à 13 000 kilo­grammes de CO2.. Si la filière du nucléaire émet, sans contre­dit, moins de gaz à effet de serre qu’une cen­trale à char­bon, elle en émet tout de même — c’est en usant de pareil sophisme que la filière du nucléaire retourne la réa­li­té : « Produire moins de CO2 » devient « Être une éner­gie propre ». Abus de lan­gage par lequel elle tente d’éclipser tout le reste : au rejet de gaz à effet de serre, il convient d’a­jou­ter une mul­ti­tude de déchets et de rejets qui viennent écor­ner un peu plus l’i­mage pro­prette du nucléaire.

Les différents déchets de la filière nucléaire

« En pre­nant en compte l’en­semble de la pro­cé­dure, allant de la mine aux déchets, la filière nucléaire pro­duit bel et bien du CO2. »

Il y a les déchets dits « conven­tion­nels », assi­mi­lables aux déchets ména­gers, qui vien­dront s’a­jou­ter aux bennes à ordures clas­siques et qui — on l’espère — pren­dront le che­min du recy­clage tra­di­tion­nel. Il y a ensuite des déchets poten­tiel­le­ment patho­gènes : des boues, des tartres issus de cer­taines opé­ra­tions d’entretien et de main­te­nance qui peuvent conte­nir des orga­nismes comme les amibes ou les légio­nelles, que l’on sait res­pon­sables de dif­fé­rentes mala­dies chez l’être humain (les ambiances tro­pi­cales et humides des cen­trales sont un milieu pro­pice à leur pro­li­fé­ra­tion). La chaîne de pro­duc­tion de cette filière éner­gé­tique s’a­vère un grand consom­ma­teur de pro­duits toxiques et pol­luants (acide sul­fu­rique, hydro­car­bures, acide chlor­hy­drique) et pro­duit, dès lors, de nom­breux déchets chi­miques. Enfin, et sur­tout — c’est là le cœur de notre affaire —, elle pro­duit en conti­nu des déchets nucléaires. Des déchets et des rejets. Dans le domaine du nucléaire, il existe un droit à pol­luer : les usines et les cen­trales nucléaires rejettent chaque jour des micro­pol­luants (comme le cuivre ou le zinc3Voir le rap­port de l’Autorité de sûre­té nucléaire sur l’état de la sûre­té nucléaire et de la radio­pro­tec­tion en France en 2017, page 23 : https://www.asn.fr/annual_report/2017fr/.), ain­si que des radio­par­ti­cules dans l’en­vi­ron­ne­ment ; tout cela, léga­le­ment. Ces rejets se diluent peu à peu dans les airs et dans l’eau et sont tolé­rés tant qu’ils demeurent sous les seuils auto­ri­sés par l’État. Même s’ils sont cau­sés par un acci­dent, et tant qu’il n’y a pas de néces­si­té de prendre des mesures de radio­pro­tec­tion, ils ne seront pas consi­dé­rés comme de la pol­lu­tion. Les acci­dents ne sont pour­tant pas chose rare dans le nucléaire : 1 165 évé­ne­ments signi­fi­ca­tifs pour la sûre­té, la radio­pro­tec­tion et l’environnement dans les ins­tal­la­tions nucléaires de base4Une ins­tal­la­tion nucléaire de base 5 INB est une ins­tal­la­tion sou­mise, de par sa nature ou en rai­son de la quan­ti­té ou de l’activité des sub­stances radio­ac­tives qu’elle contient, à la loi du 13 juin 2006 (dite loi TSN) et à l’ar­rê­té du 7 février 2012. Ces ins­tal­la­tions doivent être auto­ri­sées par décret pris après enquête publique et avis de l’ASN. Leur concep­tion, construc­tion, exploi­ta­tion (en fonc­tion­ne­ment et à l’ar­rêt) et déman­tè­le­ment sont régle­men­tés. Voir https://www.asn.fr/Lexique/I/INB. ont été décla­rés à l’Autorité de sûre­té nucléaire en 2017, aux­quels il convient d’a­jou­ter 66 inci­dents lors du trans­port de matières radioactives5Cf. le rap­port de l’Autorité de sûre­té nucléaire sur l’état de la sûre­té nucléaire et de la radio­pro­tec­tion en France en 2017, page 23 : https://www.asn.fr/annual_report/2017fr/.… Les sites miniers d’ex­trac­tion d’u­ra­nium répar­tis sur toute la France conti­nuent pour leur part à pol­luer silen­cieu­se­ment, quoi­qu’ils soient aujourd’­hui fer­més — met­tant, par là même, à bas l’argument de l’indépendance éner­gé­tique fran­çaise du nucléaire.

En 2013, EDF a inves­ti plus de 102 mil­lions d’euros dans sa com­mu­ni­ca­tion ; quant à Orano, c’est envi­ron 15 mil­lions d’euros pour un seul spot publi­ci­taire en 2011. Le nucléaire n’en demeure pas moins le moyen le plus dan­ge­reux que l’on ait inven­té pour « faire bouillir de l’eau », selon l’ex­pres­sion du doc­teur en sciences en phy­sique des réac­teurs nucléaires Bernard Laponche. Sous le terme de « déchets nucléaires » sont regrou­pées plu­sieurs sub­stances, de natures dif­fé­rentes et aux carac­té­ris­tiques variables ; leur point com­mun : être radio­ac­tive, c’est-à-dire émet­trices de rayons ioni­sants durant plus ou moins long­temps, selon l’élé­ment irra­diant. Pour cer­taines, la radio­ac­ti­vi­té décroît en quelques mois, pour d’autres, il faut plu­sieurs mil­liers, mil­lions, voire mil­liards d’années. On classe ain­si les déchets radio­ac­tifs selon deux carac­té­ris­tiques : la force de leur acti­vi­té radio­lo­gique, soit l’intensité de rayon­ne­ment (et donc son niveau de dan­ge­ro­si­té : très faible, faible, moyenne, haute), et la durée de la demi-vie de cette acti­vi­té, soit le temps néces­saire pour que la radio­ac­ti­vi­té dimi­nue de moi­tié, éclai­rant ain­si la dan­ge­ro­si­té du déchet (vie très courte : radio­ac­ti­vi­té divi­sée par deux en 100 jours maxi­mum ; vie moyenne : divi­sée par deux en moins de 30 ans ; vie longue : divi­sée par deux en plus de 30 ans). Selon la caté­go­rie à laquelle il appar­tient, le déchet n’est pas géré de la même manière.

Publicités EDF

Les déchets les plus dan­ge­reux sont les restes des com­bus­tibles qui sont usés au bout de trois à cinq ans — une proxi­mi­té d’une heure avec un tel élé­ment suf­fit pour don­ner la mort. La cha­leur qu’ils dégagent est telle qu’ils doivent être plon­gés pen­dant des années dans des pis­cines d’eau, elles-mêmes refroi­dies en per­ma­nence, avant de pou­voir être enfin trans­por­tés pour « retrai­te­ment » et condi­tion­ne­ment. Mais les restes des com­bus­tibles usés ne sont pas les seuls déchets nucléaires. On oublie trop volon­tiers ce qui pro­vient de la main­te­nance ou du déman­tè­le­ment des usines : tous les com­po­sants de ces ins­tal­la­tions qui ont été expo­sés à une radio­ac­ti­vi­té pro­lon­gée ou très forte deviennent radio­ac­tifs à leur tour. C’est le cas de nom­breuses pièces de métal consti­tuant les cœurs des réac­teurs, comme les cuves ou les géné­ra­teurs de vapeur : des pièces plus ou moins grosses qui, comme on dit dans le jar­gon, « crachent »  sous-enten­du : « Danger, ne sur­tout pas appro­cher ! » Raison pour laquelle les géné­ra­teurs de vapeur, une fois chan­gés, sont entre­po­sés sur place dans des bâti­ments en béton conçus spé­ci­fi­que­ment pour attendre que la radio­ac­ti­vi­té qu’ils dégagent décroisse  béton qui devien­dra, à terme, lui-même radio­ac­tif, tout comme les tuyau­te­ries des sys­tèmes de refroi­dis­se­ment, de cir­cu­la­tion de vapeur, les rési­dus de mine­rai d’uranium… Ajoutons à cela les tenues et les équi­pe­ments de radio­pro­tec­tion por­tés par les tra­vailleurs, ou encore l’eau uti­li­sée pour le refroi­dis­se­ment et la terre dans laquelle des par­ti­cules radio­ac­tives peuvent s’infiltrer. En fin de compte, tout ce qui approche de près ou de loin de sources radio­ac­tives devient conta­mi­né : méta­phore d’une mala­die invi­sible qui, silen­cieu­se­ment, se pro­page. Il semble incroyable que tous ces déchets ne soient pas connus comme tels du grand public. C’est que, dans le nucléaire, tout est affaire de jeux de mots et de défi­ni­tions légales : seules sont consi­dé­rées comme déchets nucléaires « des sub­stances radio­ac­tives pour les­quelles aucune uti­li­sa­tion ulté­rieure n’est pré­vue ou envi­sa­gée6Selon la loi n° 2006–739 du 28 juin 2006, rela­tive à la ges­tion durable des matières et déchets radio­ac­tifs, article L542‑1–1 du code de l’en­vi­ron­ne­ment. ». Tout ce qui n’est pas « valo­ri­sable » et s’a­vère poten­tiel­le­ment réuti­li­sable  même si cette uti­li­sa­tion n’est pas effec­tive dans la réa­li­té mais sim­ple­ment envi­sa­gée  ne sera pas clas­sé comme déchet radio­ac­tif.

« Cycle » et « retraitement »

« Métaphore d’une mala­die invi­sible qui, silen­cieu­se­ment, se pro­page. Il semble incroyable que tous ces déchets ne soient pas connus comme tels du grand public. »

« Valorisation » des sub­stances radio­ac­tives, pis­cines d’entreposage et ate­liers de « recy­clage » du com­bus­tible, centres de sto­ckage : sous la déno­mi­na­tion de « cycle du com­bus­tible », l’en­semble des opé­ra­tions qui per­mettent la pro­duc­tion d’électricité nucléaire est pré­sen­tée comme une boucle par­faite, infi­nie, où rien ne se perd et où tout se trans­forme. En réa­li­té, plu­tôt qu’un cycle ver­tueux, il fau­drait se repré­sen­ter une chaîne débou­chant sur une impasse. D’abord, il faut extraire le mine­rai d’uranium — mais pas en France, puisqu’il n’y en a plus. Il faut donc l’importer : les condi­tions de tra­vail pour l’ex­trac­tion du pré­cieux mine­rai sont atroces et res­tent ain­si bien loin des yeux des consom­ma­teurs. Puis il faut trans­por­ter l’u­ra­nium et le trans­for­mer. Pour une bonne part, il arrive en bateau au Havre. Il faut alors l’a­che­mi­ner jus­qu’au sud du pays, où sont implan­tées les usines de trans­for­ma­tion et de fabri­ca­tion du com­bus­tible ; celui-ci est ensuite redis­tri­bué dans les 58 cen­trales dis­sé­mi­nées dans l’Hexagone. Un va-et-vient per­ma­nent, par la route et par le fret. Une fois ins­tal­lé dans le cœur des réac­teurs, le com­bus­tible nucléaire s’use au bout de quelques années. À force d’être cas­sé en deux, l’u­ra­nium s’amenuise et s’ap­pau­vrit ; ce com­bus­tible usé consti­tue le déchet ultime dont on ne sait tou­jours pas quoi faire. C’est là qu’in­ter­vient le « retrai­te­ment », qui concerne envi­ron deux tiers du com­bus­tible usé fran­çais. Gare aux mots trom­peurs : le « retrai­te­ment » nucléaire n’est ni du recy­clage, ni du com­pac­tage. Cette série d’o­pé­ra­tions ne réduit aucu­ne­ment la radio­ac­ti­vi­té ni même le volume des déchets, il consiste en réa­li­té à sépa­rer les dif­fé­rentes com­po­santes du com­bus­tible usé — à savoir 95 % d’u­ra­nium de retrai­te­ment appau­vri, 4 % de pro­duits de fis­sion et 1 % de plu­to­nium.

Les cen­taines de tonnes d’uranium issu du retrai­te­ment (dit « URT ») extraites du com­bus­tible usé ne peuvent plus ser­vir à rien. EDF leur a attri­bué une valeur égale à zéro. Il fau­drait les ré-enri­chir pour pou­voir les réuti­li­ser ; en termes éco­no­miques, cette opé­ra­tion n’est pas viable. Pour autant, afin d’é­vi­ter d’a­voir à consi­dé­rer l’URT comme un déchet, EDF a réus­si ce tour de passe-passe qui consiste à le clas­ser comme « stock stra­té­gique » : l’en­tre­prise sou­tient qu’elle l’u­ti­li­se­rait comme com­bus­tible dans le cas où des conflits inter­na­tio­naux entraî­ne­raient une rup­ture de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en ura­nium natu­rel. L’institution mili­taire, sous l’é­gide du CEA (Commissariat à l’énergie ato­mique et aux éner­gies alter­na­tives), a quant à elle son idée pour uti­li­ser le plu­to­nium : la bombe ato­mique. On com­prend mieux le lien intrin­sèque qui existe entre nucléaire civil et mili­taire : une par­tie des déchets devient dès lors « valo­ri­sable ». Cette solu­tion demeure insuf­fi­sante : les fabri­cants de bombe ato­mique ont rapi­de­ment dis­po­sé de plus de plu­to­nium qu’il ne leur était néces­saire. Cet élé­ment est très réac­tif et fis­sile : il peut être cas­sé en deux pour pro­duire à nou­veau de l’énergie et, théo­ri­que­ment, être réuti­li­sé afin de faire fonc­tion­ner les cen­trales nucléaires. Mais sa masse cri­tique n’étant que de quelques kilos, le risque de réac­tion spon­ta­née et incon­trô­lée fait du plu­to­nium un élé­ment trop instable, qu’il faut donc mélan­ger à de l’uranium. C’est ain­si que l’on crée le fameux « MOX », mélange d’uranium et de plu­to­nium, le Graal du retrai­te­ment. Mais le MOX coûte beau­coup plus cher à pro­duire que le com­bus­tible « clas­sique » et néces­site des opé­ra­tions de transport7Pour fabri­quer le MOX, il faut convoyer le plu­to­nium (par camion uni­que­ment) depuis l’u­sine de retrai­te­ment de La Hague jusqu’à celle de fabri­ca­tion, dans le sud de la France, pour enfin le réex­pé­dier dans les 20 cen­trales qui l’u­ti­lisent (à hau­teur de 30 % — l’ins­ta­bi­li­té du MOX ren­dant le pilo­tage des réac­teurs bien plus com­plexe et ris­qué qu’il ne l’est déjà, aucune cen­trale ne fonc­tionne uni­que­ment avec). encore plus ris­quées du fait de sa nature instable.

Région d’Arlit, dans le nord du Niger (DR)

La même inter­ro­ga­tion revient sans cesse : que fait-on du MOX une fois uti­li­sé et usé comme com­bus­tible ? Une fois irra­dié, celui-ci contient tou­jours du plu­to­nium et, de nou­veau, des pro­duits de fis­sion, mais il est cinq à sept fois plus radio­toxique qu’un com­bus­tible nucléaire usé clas­sique et dégage une cha­leur intense durant des décen­nies — autant de temps à devoir le lais­ser refroi­dir dans des pis­cines. EDF a d’ailleurs pour pro­jet de construire très pro­chai­ne­ment une nou­velle pis­cine cen­tra­li­sée pour entre­po­ser tout ce MOX usé. Mais ce n’est pas peu dire qu’il est dif­fi­cile d’obtenir des infor­ma­tions sur le sujet, aus­si bien pour les asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’environnement que pour les élus locaux. Les pro­duits de fis­sion contiennent quant à eux plus de 99 % de la radio­ac­ti­vi­té et seront cou­lés dans du verre. Extrêmement chauds, ils doivent être conser­vés dans des pis­cines refroi­dies en per­ma­nence : c’est ce que l’on appelle dans le jar­gon « les colis ».

La Hague : l’usine de retraitement

« Sur 300 hec­tares sont concen­trées quatre immenses pis­cines conte­nant près de 15 000 tonnes de com­bus­tibles radio­ac­tifs usés en attente de retrai­te­ment. »

C’est à La Hague, à la pointe des côtes nor­mandes, dans le Cotentin, que s’ef­fec­tuent les opé­ra­tions de sépa­ra­tion des dif­fé­rents élé­ments du com­bus­tible usé et que sont fabri­qués les « colis ». Paradoxalement, cette étape de retrai­te­ment est le maillon le plus pol­luant de toute la chaîne du nucléaire. Le tra­vail de « recy­clage » génère des rejets radio­ac­tifs liquides et gazeux en grande quan­ti­té, mais aus­si des déchets « secon­daires » conta­mi­nés par la radio­ac­ti­vi­té (coques, embouts, gaines, outils, boues, etc.), de sorte qu’il pro­duit à lui seul près de 80 % des rejets radio­ac­tifs auto­ri­sés en France. Krypton-85, car­bone-14, tri­tium et autres radio­nu­cléides sont ain­si retrou­vés jusqu’en mer du Nord. De sur­croît, La Hague est l’un des plus gros consom­ma­teurs de pro­duits chi­miques (acides, base, etc.) de France et, par­tant, l’un des plus gros émet­teurs de rejets chi­miques dans l’environnement. L’usine de retrai­te­ment de la Hague est pro­ba­ble­ment l’un des sites les plus dan­ge­reux. Sur 300 hec­tares sont concen­trées quatre immenses pis­cines conte­nant près de 15 000 tonnes de com­bus­tibles radio­ac­tifs usés en attente de retrai­te­ment. 60 tonnes de plu­to­nium — la quan­ti­té pour fabri­quer 10 000 bombes ato­miques dignes de Nagasaki —, plu­sieurs cen­taines de tonnes d’uranium de retrai­te­ment et près de 17 000 « colis » s’y accu­mulent ; autre­ment dit, 1 300 m3 de déchets ultimes vitri­fiés hau­te­ment radio­ac­tifs. L’accumulation des déchets — jus­qu’au débor­de­ment — est un pro­blème en soi, et des plus épi­neux.

Selon leurs carac­té­ris­tiques, les déchets ne vont pas suivre le même che­min et ne vont pas être condi­tion­nés de la même manière ni sto­ckés au même endroit. Celui de la Manche, avec ses 527 000 m3, a été fer­mé en 1994, car déjà plein ; d’autres sites ont été ouverts dans l’Aube : ce sont là qu’atterrissent les équi­pe­ments conta­mi­nés et cer­taines pièces, issues par exemple du déman­tè­le­ment d’installations nucléaires. Les déchets qui ont une faible acti­vi­té mais une vie longue (les FA-VL) res­tent où ils ont été pro­duits (les usines d’Orano, les cen­trales d’EDF, les centres de recherche du CEA), dans l’attente que des centres de sto­ckage spé­ci­fiques soient construits. Les déchets de moyenne acti­vi­té à vie longue (MA-VL) et les déchets de haute acti­vi­té à vie longue (HA-VL) sont les plus dan­ge­reux et les plus pro­blé­ma­tiques : après avoir été condi­tion­nés (les MA-VL sont cimen­tés ou com­pac­tés, les HA-VL sont vitri­fiés), les fameux « colis » sont entre­po­sés dans des ins­tal­la­tions ad hoc par leurs pro­duc­teurs, prin­ci­pa­le­ment à La Hague, Marcoule (Gard), Cadarache (Bouches-du-Rhône) et Valduc (Côte‑d’Or). Mais cet entre­po­sage est tou­jours tem­po­raire : c’est une solu­tion à durée limi­tée ; il fau­dra leur trou­ver un « centre de sto­ckage », défi­ni­tif celui-là… Car la Hague n’est pas un lieu de sto­ckage mais bien de retrai­te­ment ; la filière nucléaire conti­nuant pour­tant à pro­duire du com­bus­tible en per­ma­nence, ses déchets radio­ac­tifs y sont entre­po­sés en attente d’une solu­tion défi­ni­tive. La concen­tra­tion de telles quan­ti­tés d’élé­ments irra­diants sur un même site — très peu sécu­ri­sé, en sus — est régu­liè­re­ment poin­tée du doigt par Greenpeace : un acci­dent serait tout bon­ne­ment une catas­trophe. On l’aura com­pris : dans la pra­tique, le « retrai­te­ment » ne sert pas à grand-chose, sauf à coû­ter cher, à créer de pos­sibles bombes ou à fabri­quer une matière encore plus dan­ge­reuse, plus pol­luante et plus instable que l’u­ra­nium ini­tial — consti­tuant ain­si, iro­nie tra­gique, de nou­veaux déchets dont on ne sait plus que faire… Mais cela suf­fit à entre­te­nir l’i­mage du « cycle » ver­tueux du « retrai­te­ment ». Seule une part infime est pour­tant « recy­clée » et la qua­si-tota­li­té reste sto­ckée sans destination8On pen­se­ra au pro­jet Superphénix qui, comme son nom l’in­dique, se pro­po­sait de faire renaître du com­bus­tible de ses propres cendres : un fias­co. Et la preuve de l’inanité du sché­ma cyclique du com­bus­tible.. Qu’importe ! Toute l’image du nucléaire comme éner­gie propre repose sur cette tar­tuf­fe­rie.

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse, par Micha Patault (www.michapatault.com)

Quand les pouvoirs publics servent des intérêts privés

La France est pleine à cra­quer de matières radio­ac­tives et de déchets nucléaires. Il faut dire que, lorsque la filière a été lan­cée, on ne l’avait pas vrai­ment pen­sée jusqu’au bout — ou bien on n’avait pas tel­le­ment vou­lu y regar­der de trop près. C’est à huis clos et à l’a­bri du débat public qu’in­dus­triels et poli­tiques ont fait ces choix qui nous engagent tous, ren­voyant la réso­lu­tion du pro­blème des déchets à plus tard. Il aura fal­lu attendre plu­sieurs décen­nies avant que la France ne se dote enfin d’une loi pour enca­drer leur ges­tion. Par la loi de 1991, d’a­bord, dite loi Bataille, du nom de son rap­por­teur (pro­nu­cléaire) : trois voies étaient explo­rées : la recherche et l’espoir de dimi­nuer la radio­ac­ti­vi­té des déchets avec la « sépa­ra­tion-trans­mu­ta­tion » (tech­nique qui, hélas, s’est révé­lée ne fonc­tion­ner qu’en labo­ra­toire), l’entreposage de longue durée en sur­face ou en « sub­sur­face » (à flanc de col­line), à sec (non en pis­cine), et le sto­ckage en pro­fon­deur dans des for­ma­tions géologiques9Pour déve­lop­per ce der­nier axe, il était pré­vu de construire trois labo­ra­toires sou­ter­rains, cha­cun devant étu­dier les carac­té­ris­tiques et le com­por­te­ment de dif­fé­rentes roches afin d’identifier laquelle serait la plus apte à ser­vir de sto­ckage pour les déchets radio­ac­tifs les plus dan­ge­reux.. Cette loi a éga­le­ment don­né nais­sance à deux ins­tances : l’ANDRA (Agence natio­nale pour la ges­tion des déchets radio­ac­tifs) et un GIP (Groupement d’intérêt public). La pre­mière, ten­ta­cu­laire et aujourd’hui bien connue des oppo­sants aux pro­jets d’enfouissement, pro­vient d’un ancien dépar­te­ment du CEA (un acteur public char­gé de la recherche et du mili­taire) pour l’oc­ca­sion trans­for­mé en un éta­blis­se­ment public indus­triel et com­mer­cial. Quant à la deuxième ins­tance, elle a été créée pour déve­lop­per des mesures d’accompagnement éco­no­mique du ter­ri­toire où est implan­té un labo­ra­toire sou­ter­rain — entendre ici « com­pen­sa­tions finan­cières ». La loi don­nait quinze années pour conduire les études, au bout des­quelles il fau­drait tran­cher. Son appli­ca­tion n’a pas été si simple : les cher­cheurs n’ont jamais réus­si à trou­ver une solu­tion pour dimi­nuer la radio­ac­ti­vi­té et les études pour le sto­ckage en sur­face n’ont jamais été réel­le­ment déve­lop­pées par le CEA. Au final, un seul labo­ra­toire sou­ter­rain a été construit par l’ANDRA pour étu­dier les pro­prié­tés de l’argile : il se situe dans la Meuse, sur la com­mune de Bure…

« Les moyens finan­ciers étant mas­si­ve­ment enga­gés dans l’en­fouis­se­ment plu­tôt que dans la recherche, il semble clair que les auto­ri­tés ont choi­si leur camp : la machine pro­duc­tive contre les citoyens. »

Les dés sem­blaient pipés dès l’o­ri­gine : à par­tir des années 1980, le CEA et les pou­voirs publics s’orientaient déjà vers le sto­ckage en pro­fon­deur. Face à l’opposition très forte des popu­la­tions locales à l’implantation de sites, un mora­toire sur la recherche des sites a été déci­dé par le gou­ver­ne­ment en 1989. Au terme des quinze années accor­dées par la loi Bataille, et après un simu­lacre de débat public en 2005, la loi du 28 juin 2006 éta­blit le sto­ckage en couche géo­lo­gique pro­fonde comme solu­tion de réfé­rence. Cette solu­tion, que les pou­voirs publics ont choi­sie après avoir « consul­té » le peuple mais sur­tout écou­té atten­ti­ve­ment les lob­bies de l’industrie, consiste à creu­ser très pro­fond sous terre, y jeter les pires déchets et refer­mer. Enfouir ces déchets qui s’ac­cu­mulent est un excellent moyen de les faire dis­pa­raître des regards du grand public : un choix plus que ten­tant pour les patrons de l’industrie et les gouvernements10La ges­tion des déchets par l’enfouissement est deve­nue une tra­di­tion en France, et pas uni­que­ment les déchets radio­ac­tifs. En Alsace, 44 000 tonnes de déchets indus­triels ultimes ont été enfouis dans une ancienne mine de potasse. Dans les pro­fon­deurs de StocaMine, se trouvent des bidons de mer­cure, de cya­nure, d’amiante, de rési­dus de pes­ti­cides et autres cadeaux pour l’a­ve­nir. Extrêmement toxiques, et évi­dem­ment sto­ckés dans des condi­tions pro­blé­ma­tiques en matière de sécu­ri­té, ces mil­liers de tonnes de déchets chi­miques menacent la plus grande nappe phréa­tique d’Europe..

Les inté­rêts des grandes indus­tries sont épau­lés par les pou­voirs publics et les lois qu’ils pro­mulguent. Mais ces der­niers ont à cœur de jus­ti­fier leurs choix poli­tiques par une rhé­to­rique de la res­pon­sa­bi­li­té éthique ou du prag­ma­tisme rai­son­nable. Ainsi, la loi de 2006 éta­blis­sant l’en­fouis­se­ment comme solu­tion de réfé­rence s’est-elle vu acco­ler l’adjectif « réver­sible », sug­gé­rant la pos­si­bi­li­té d’en chan­ger si les déve­lop­pe­ments futurs de la science mettent en lumière de nou­velles solu­tions. Pour autant, les moyens finan­ciers étant mas­si­ve­ment enga­gés dans l’en­fouis­se­ment plu­tôt que dans la recherche, il semble clair que les auto­ri­tés ont choi­si leur camp : la machine pro­duc­tive contre les citoyens. Illusion d’un choix rai­son­nable et res­pon­sable, donc, embal­lé dans l’i­dée ras­su­rante du contrôle et d’une sécu­ri­té infaillible dans les tech­niques d’en­fouis­se­ment et de retrai­te­ment. Mais plu­sieurs dif­fi­cul­tés viennent assom­brir le tableau : l’acier inoxy­dable ser­vant de conte­neur aux déchets vitri­fiés dure moins long­temps que la radio­ac­ti­vi­té qui y est enfer­mée ; les risques de pol­lu­tion, d’explosion et d’incendie sont bien réels et forts pro­bables ; aucun cal­cul ou pré­dic­tion mathé­ma­tique ne peut garan­tir avec une cer­ti­tude abso­lue qu’il n’y aura aucun mou­ve­ment de la couche géo­lo­gique dans laquelle seront enfer­més les déchets. Ces pro­blèmes ont d’ailleurs déjà sur­gi et ter­ni la grande « vitrine » d’Orano, à savoir l’ins­tal­la­tion pilote, au Nouveau-Mexique, du pre­mier centre d’enfouissement des déchets nucléaires en grande pro­fon­deur : le WIPP. Mis en ser­vice en 1999, ses gale­ries creu­sées dans du sel à 600 mètres de pro­fon­deur pour y entas­ser un peu moins de 20 000 m3 de déchets radio­ac­tifs n’au­ront eu que 15 ans à attendre avant que la catas­trophe n’ar­rive. Un incen­die sou­ter­rain déclen­ché sur un camion a per­mis à la radio­ac­ti­vi­té de se répandre, conta­mi­nant les sous-sols (et plu­sieurs employés) puis remon­tant à la sur­face, blo­quant tota­le­ment le site durant plu­sieurs années.

Protestation contre le pro­jet d’enfouissement des déchets nucléaires, à Bure, par Jérémie Lusseau

Cela n’a pas empê­ché la France de pro­gram­mer le pro­jet Cigéo (Centre indus­triel de sto­ckage géo­lo­gique), pré­vu dans le sillage du labo­ra­toire sou­ter­rain implan­té sur la petite com­mune de Bure (80 habi­tants). Cigéo est un chan­tier de bien plus grande ampleur que le WIPP, le plus gros pro­jet indus­triel d’Europe, même : 100 ans de mise en œuvre, un coût esti­mé entre 25 et 35 mil­liards. Il s’a­git de creu­ser des gale­ries à 500 mètres sous terre, dans une couche d’argile, pour y sto­cker jusqu’à 100 000 m3 de déchets HA-VL (Haute acti­vi­té à vie longue) et MA-VL (Moyenne acti­vi­té à vie longue) — soit cinq fois plus que le WIPP. En sur­face, ce sont plu­sieurs dizaines d’hectares à amé­na­ger — et tout un bois à raser — pour construire une zone de sto­ckage inter­mé­diaire, afin d’ac­cueillir les déchets le temps néces­saire à leur refroi­dis­se­ment, ain­si qu’une usine de recon­di­tion­ne­ment, afin de com­pac­ter cer­tains déchets dans leur for­mat défi­ni­tif de sto­ckage, sans oublier un puits de ventilation11Certains MA-VL pro­duisent de l’hydrogène. Or non seule­ment cette ven­ti­la­tion engen­dre­ra inévi­ta­ble­ment des rejets radio­ac­tifs dans l’atmosphère, mais si elle n’est pas assu­rée et que plus de 4 % d’hy­dro­gène s’ac­cu­mule dans l’air, une seule étin­celle peut pro­duire une explo­sion — d’au­tant que cer­tains « colis » sont enro­bés de bitume (hau­te­ment inflam­mable), ce qui, avec de l’hydrogène, crée un cock­tail déto­nant. Mais qui peut garan­tir que durant des cen­taines d’années, aucune panne, aucune défaillance ne mena­ce­ra la ven­ti­la­tion ?, direc­te­ment relié au site sou­ter­rain. L’ANDRA a avan­cé une solu­tion miracle : scel­ler les « alvéoles ». Ce joli nom désigne des sortes de grottes, répar­ties dans les 300 kilo­mètres de gale­ries, où seront mis les déchets. Mais il exis­te­ra tou­jours une pro­duc­tion d’hydrogène à l’intérieur de ces alvéoles ; au-delà d’une cer­taine pres­sion, l’hydrogène peut frac­tu­rer l’argile : cela remet en cause le prin­cipe même de la réver­si­bi­li­té — com­ment ouvrir une alvéole iden­ti­fiée comme bombe poten­tielle ? Parce qu’ils pro­duisent de l’hydrogène, nombre de colis de déchets MA-VL ne sont pas scel­lés her­mé­ti­que­ment (sinon, ils explo­se­raient au bout d’un moment sous la pres­sion du gaz) et dégagent, dès lors, des gaz radio­ac­tifs. Ces mil­liers de mètres cubes de déchets radio­ac­tifs, il fau­dra pour­tant bien les ame­ner au fin fond de la Meuse, depuis La Hague et les autres centres en France où ils sont pour l’instant entre­po­sés…

Résister : Bure

L’État veut glis­ser sous le tapis de Bure les pro­duits engen­drés par cette filière indus­trielle et com­mer­ciale qu’il a sou­te­nue et encou­ra­gée depuis le début. Mais entre les pers­pec­tives d’ex­plo­sions, d’in­cen­dies sou­ter­rains et de rejets radio­ac­tifs, la contes­ta­tion qui s’or­ga­nise sur place depuis près de 20 ans ne cesse de mon­ter. Pas facile, néan­moins, de se faire entendre lorsque l’on n’est qu’une poi­gnée à vivre dans cette région (la Meuse est l’un des dépar­te­ments les moins peu­plés de France). Aux habi­tants des vil­lages s’opposant à la créa­tion de cette immense pou­belle nucléaire sont venus se joindre d’autres citoyens : tous de croire que l’État n’a pas tous les droits et qu’il faut lut­ter pour pré­ser­ver cette nou­velle « Zone à défendre » — un bois ancien, des vil­lages et des terres agri­coles sur les­quels se cris­tal­lise l’emprise des indus­tries et du com­merce avec la com­pli­ci­té du gou­ver­ne­ment. Cette contes­ta­tion est de plus en plus vio­lem­ment répri­mée, comme le démontrent les évé­ne­ments récents ; ce qui se joue aujourd’hui à Bure, c’est le pas­sage en force d’un sys­tème de pro­duc­tion éner­gé­tique impo­sé, qui n’a rien de démo­cra­tique mais a besoin de prou­ver qu’il peut gérer ses déchets pour assu­rer sa sur­vie. Ce qui se joue aujourd’hui à Bure, c’est l’aveu même que le choix pris par une poi­gnée de poli­tiques et d’industriels de déve­lop­per la filière nucléaire était insen­sé ; c’est la preuve que, mal­gré toutes les armes déve­lop­pées depuis tant d’années (lob­bying, green­wa­shing, spon­so­ring, infil­tra­tion des milieux poli­tiques, mil­lions d’euros dépen­sés en com­mu­ni­ca­tion), la cou­leuvre est bien trop grosse pour être ava­lée. Bure, c’est la démons­tra­tion de l’impasse — explo­sive — de la très sale filière qu’est l’industrie nucléaire.


Photographie de ban­nière : mani­fes­ta­tion contre le pro­jet d’enfouissement de déchets nucléaires, le 18 février 2017 à Bure, par Olivier Saint-Hilaire


Le réseau Sortir du nucléaire milite afin d’« obte­nir l’abandon du nucléaire en France grâce à une autre poli­tique éner­gé­tique, en favo­ri­sant notam­ment la maî­trise de l’énergie, et le déve­lop­pe­ment d’autres moyens de pro­duc­tion élec­trique ».


REBONDS

☰ Lire notre article « Un liqui­da­teur à Fukushima », Djibril Maïga, juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Kolin Kobayashi : « Nucléaire : on vit vrai­ment dans la folie », juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Michaël Ferrier : « Fukushima, c’est une situa­tion de guerre », octobre 2017
☰ Lire notre article « Sahara algé­rien — des essais nucléaires aux camps de sûre­té », Awel Haouati, juin 2017
☰ Lire notre article « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Nicolas Lambert : « Le public, c’est un autre mot pour dire le peuple », octobre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Naomi Klein : « Le chan­ge­ment cli­ma­tique génère des conflits », décembre 2015

NOTES   [ + ]

1.À l’approche de la COP 21, EDF, spon­sor offi­ciel de cet évé­ne­ment, a lan­cé une grande cam­pagne de publi­ci­té pour se pré­sen­ter comme le « par­te­naire offi­ciel d’un monde bas car­bone ». Celle-ci fait l’éloge de sa pro­duc­tion d’électricité qui, grâce au nucléaire, serait « à 98 % sans CO2 ». Pour dénon­cer cette com­mu­ni­ca­tion, le réseau Sortir du nucléaire a por­té plainte devant le Jury de déon­to­lo­gie publi­ci­taire et assi­gné EDF en res­pon­sa­bi­li­té civile devant le tri­bu­nal de grande ins­tance de Paris. Par ailleurs, la der­nière publi­ci­té d’EDF, inti­tu­lée « The Race », met en scène des per­son­nages de jeux vidéo féé­riques évo­luant dans le monde des éner­gies entre de belles éoliennes et des cen­trales ras­su­rantes. Pour dénon­cer cette com­mu­ni­ca­tion, Sortir du nucléaire a éga­le­ment dépo­sé plainte le 30 octobre 2017 devant le Jury de déon­to­lo­gie publi­ci­taire, qui lui a don­né rai­son le 18 jan­vier 2018.
2.Une fuite d’un kilo­gramme de réfri­gé­rant de syn­thèse dans l’at­mo­sphère pro­duit un effet de serre équi­va­lant à celui géné­ré par l’é­mis­sion de 1 000 à 13 000 kilo­grammes de CO2.
3.Voir le rap­port de l’Autorité de sûre­té nucléaire sur l’état de la sûre­té nucléaire et de la radio­pro­tec­tion en France en 2017, page 23 : https://www.asn.fr/annual_report/2017fr/.
4.Une ins­tal­la­tion nucléaire de base 5 INB est une ins­tal­la­tion sou­mise, de par sa nature ou en rai­son de la quan­ti­té ou de l’activité des sub­stances radio­ac­tives qu’elle contient, à la loi du 13 juin 2006 (dite loi TSN) et à l’ar­rê­té du 7 février 2012. Ces ins­tal­la­tions doivent être auto­ri­sées par décret pris après enquête publique et avis de l’ASN. Leur concep­tion, construc­tion, exploi­ta­tion (en fonc­tion­ne­ment et à l’ar­rêt) et déman­tè­le­ment sont régle­men­tés. Voir https://www.asn.fr/Lexique/I/INB.
5.Cf. le rap­port de l’Autorité de sûre­té nucléaire sur l’état de la sûre­té nucléaire et de la radio­pro­tec­tion en France en 2017, page 23 : https://www.asn.fr/annual_report/2017fr/.
6.Selon la loi n° 2006–739 du 28 juin 2006, rela­tive à la ges­tion durable des matières et déchets radio­ac­tifs, article L542‑1–1 du code de l’en­vi­ron­ne­ment.
7.Pour fabri­quer le MOX, il faut convoyer le plu­to­nium (par camion uni­que­ment) depuis l’u­sine de retrai­te­ment de La Hague jusqu’à celle de fabri­ca­tion, dans le sud de la France, pour enfin le réex­pé­dier dans les 20 cen­trales qui l’u­ti­lisent (à hau­teur de 30 % — l’ins­ta­bi­li­té du MOX ren­dant le pilo­tage des réac­teurs bien plus com­plexe et ris­qué qu’il ne l’est déjà, aucune cen­trale ne fonc­tionne uni­que­ment avec).
8.On pen­se­ra au pro­jet Superphénix qui, comme son nom l’in­dique, se pro­po­sait de faire renaître du com­bus­tible de ses propres cendres : un fias­co. Et la preuve de l’inanité du sché­ma cyclique du com­bus­tible.
9.Pour déve­lop­per ce der­nier axe, il était pré­vu de construire trois labo­ra­toires sou­ter­rains, cha­cun devant étu­dier les carac­té­ris­tiques et le com­por­te­ment de dif­fé­rentes roches afin d’identifier laquelle serait la plus apte à ser­vir de sto­ckage pour les déchets radio­ac­tifs les plus dan­ge­reux.
10.La ges­tion des déchets par l’enfouissement est deve­nue une tra­di­tion en France, et pas uni­que­ment les déchets radio­ac­tifs. En Alsace, 44 000 tonnes de déchets indus­triels ultimes ont été enfouis dans une ancienne mine de potasse. Dans les pro­fon­deurs de StocaMine, se trouvent des bidons de mer­cure, de cya­nure, d’amiante, de rési­dus de pes­ti­cides et autres cadeaux pour l’a­ve­nir. Extrêmement toxiques, et évi­dem­ment sto­ckés dans des condi­tions pro­blé­ma­tiques en matière de sécu­ri­té, ces mil­liers de tonnes de déchets chi­miques menacent la plus grande nappe phréa­tique d’Europe.
11.Certains MA-VL pro­duisent de l’hydrogène. Or non seule­ment cette ven­ti­la­tion engen­dre­ra inévi­ta­ble­ment des rejets radio­ac­tifs dans l’atmosphère, mais si elle n’est pas assu­rée et que plus de 4 % d’hy­dro­gène s’ac­cu­mule dans l’air, une seule étin­celle peut pro­duire une explo­sion — d’au­tant que cer­tains « colis » sont enro­bés de bitume (hau­te­ment inflam­mable), ce qui, avec de l’hydrogène, crée un cock­tail déto­nant. Mais qui peut garan­tir que durant des cen­taines d’années, aucune panne, aucune défaillance ne mena­ce­ra la ven­ti­la­tion ?
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.