Kolin Kobayashi : « Nucléaire : on vit vraiment dans la folie »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien inédit pour le site de Ballast

Le pre­mier Forum mon­dial anti­nu­cléaire s’est tenu à Tokyo en 2016. Le jour­na­liste japo­nais Kolin Kobayashi, basé à Paris et cor­res­pon­dant pour Days Japan, s’y est impli­qué depuis la pre­mière heure. Nous le retrou­vons dans un café du centre de la capi­tale, qui accueillit sa troi­sième édi­tion en novembre 2017 et réunit des inter­ve­nants et des mili­tants de Russie, d’Espagne, du Niger, des deux Amériques et bien sûr du Japon. Le Forum s’a­che­va alors à Bure, dans la Meuse. En plus d’a­ler­ter sur les dan­gers intrin­sèques du nucléaire, Kobayashi aspire à mettre en lumière les tra­vailleurs expo­sés dans un pays où d’im­por­tants séismes sont à pré­voir, alors même que ce der­nier conti­nue de comp­ter les vic­times « col­la­té­rales » de l’ac­ci­dent nucléaire de Fukushima en 2011. « On n’en parle pas ; autre­ment, on serait pani­qués. »


L’ancien Premier ministre japo­nais Naoto Kan a fait savoir qu’il s’était aper­çu, au len­de­main de l’ex­plo­sion de la cen­trale, que le secré­taire géné­ral de l’agence de sûre­té nucléaire n’était pas un « spé­cia­liste de l’énergie nucléaire » mais un éco­no­miste ! Une méta­phore à valeur glo­bale ?

Oui. La situa­tion était réel­le­ment chao­tique car les auto­ri­tés japo­naises n’étaient pas du tout prêtes à affron­ter un acci­dent nucléaire majeur. Le gou­ver­ne­ment ne pou­vait pas ima­gi­ner un acci­dent de l’ampleur de Tchernobyl. Ils n’ont pas su gérer la situa­tion et je crois que rien n’a chan­gé, jusqu’à aujourd’hui. La situa­tion est la même ! C’est de toute façon ingé­rable, un acci­dent de cet ordre. Mais le lob­by nucléaire inter­na­tio­nal essaie de mon­trer qu’il est capable de prendre en main un acci­dent nucléaire et en parle comme s’il s’agissait d’un risque natu­rel à gérer, à l’instar d’un typhon ou d’un séisme. L’accident nucléaire majeur est comp­té par­mi ces risques ; un par­mi d’autres, en somme : ça, c’est le dis­cours offi­ciel. Mais c’est incom­pa­rable ! Deux ans après le 11 mars 2011, dans la ville de Sendai, un grand Symposium inter­na­tio­nal a été mis en place avec les orga­ni­sa­tions onu­siennes. Malgré le fait qu’il s’a­gisse d’un acci­dent qui nous laisse encore aujourd’hui dans un état d’urgence, ils n’ont abso­lu­ment pas par­lé de Fukushima. C’est incroyable, n’est-ce pas ?

Quelle est la situa­tion des 130 000 per­sonnes dépla­cées au Japon à cause de la situa­tion nucléaire, et qu’on invite à reve­nir ?

« Le lob­by nucléaire inter­na­tio­nal essaie de mon­trer qu’il est capable de prendre en main un acci­dent nucléaire et en parle comme s’il s’agissait d’un risque natu­rel à gérer. »

On a 100 000 per­sonnes qui sont dépla­cées à l’intérieur et à l’extérieur du dépar­te­ment de Fukushima. Pour quelles rai­sons les auto­ri­tés japo­naises décident-elles de faire reve­nir ces réfu­giés ? C’est un pro­blème social et éco­no­mique extrê­me­ment impor­tant. Ils menacent de cou­per les sub­ven­tions aux réfu­giés qui sont par­tis ailleurs et qui ne revien­draient pas. Les auto­ri­tés essaient de dire : fina­le­ment, les consé­quences radio­ac­tives ne sont pas si impor­tantes que ça, vous pou­vez reve­nir, il fau­dra juste faire atten­tion à ne pas man­ger d’aliments conta­mi­nés, à ne pas pas­ser dans tels ou tels quar­tiers un peu conta­mi­nés ; ain­si, vous pour­rez conti­nuer à vivre. Mais la popu­la­tion vivait majo­ri­tai­re­ment de la terre ; les gens étaient pay­sans et agri­cul­teurs, le dépar­te­ment était l’un des plus impor­tants centres agri­coles… Il y a le vil­lage d’Iitate : c’é­tait un foyer de l’agriculture bio­lo­gique ! Juste après l’accident, tout a été conta­mi­né. Un docu­men­taire est d’ailleurs consa­cré à cette ques­tion : Iitaté, chro­nique d’un vil­lage conta­mi­né, du réa­li­sa­teur Doi Toshikuni. On ne peut pas net­toyer la forêt, la mon­tagne ou les champs ; on ne peut pas tout raser, sou­le­ver 30 cen­ti­mètres de terre et la mettre ailleurs. Alors on net­toie un peu comme ça, à la manière d’une salu­ta­tion diplo­ma­tique, mais pas plus.

C’est une manière pour le gou­vernent de mini­mi­ser la catas­trophe ?

Bien sûr. Il ne faut pas lais­ser pani­quer la popu­la­tion et de ne pas créer une crise éco­no­mique.

Cela prend-il auprès de la majo­ri­té de la popu­la­tion ?

Il y a quelques agri­cul­teurs par­ti­cu­liè­re­ment atta­chés à leur ter­roir. Certains, déses­pé­rés, se sont sui­ci­dés. D’autres essaient de col­la­bo­rer avec des scien­ti­fiques afin de mini­mi­ser la conta­mi­na­tion radio­ac­tive et remettre leurs champs en état. Des agri­cul­teurs âgés ne peuvent plus vivre dans une mai­son pré­fa­bri­quée d’en moyenne 29,7 m² prê­tée par l’État ; ils sont tel­le­ment trau­ma­ti­sés… Ceux qui avaient des mai­sons de famille appar­te­nant à leurs parents, à leurs grands-parents, accueillant leurs enfants et petits enfants, ceux-là se retrouvent tous dans un foyer. Résignés et conscients que, même atteints de mala­dies can­cé­ri­gènes dues à la radio­ac­ti­vi­té, ils n’ont plus long­temps à vivre. Ceux-là se résignent, et reviennent.

Sanglier errant dans la ville irra­diée déser­tée de Namie, par Toru Hanai

Ils savent qu’ils ne vont donc pas léguer ces terres à leur famille.

La majo­ri­té des agri­cul­teurs, conscients de tout cela, savent très bien qu’après leur géné­ra­tion, ce sera ter­mi­né. Les jeunes ne revien­dront plus.

Que peuvent-ils trans­mettre aux géné­ra­tions futures ?

Les jeunes ont peur de subir la conta­mi­na­tion et les familles avec enfants ne veulent pas reve­nir. Alors les vil­lages, même s’ils étaient déjà petits — 6 000 per­sonnes vivaient à Iitaté avant l’accident, 400 main­te­nant —, sont consti­tués en majo­ri­té d’une popu­la­tion de per­sonnes de plus de 65 ans qui, une fois morts, n’auront per­sonne der­rière eux. Hasegawa Kenichi était fer­mier ; il a choi­si de reve­nir avec sa mère de plus de 80 ans atteinte de la mala­die d’Alzheimer pour conti­nuer à vivre ailleurs que dans une baraque pré­fa­bri­quée. Il est tout à fait conscient que son vil­lage et sa mai­son sont com­plè­te­ment conta­mi­nés. Mais il s’y est rési­gné. C’est assez tra­gique.

Comment gérer cette contra­dic­tion cen­trale entre l’ur­gence sécu­ri­taire de la cen­trale et la pro­tec­tion des tra­vailleurs livrés à son expo­si­tion ?

« Il est tout à fait conscient que son vil­lage et sa mai­son sont com­plè­te­ment conta­mi­nés. Mais il s’y est rési­gné. »

En réa­li­té, ils ne les pro­tègent pas. L’efficacité éco­no­mique est prio­ri­taire. Les tra­vailleurs qui sont dans des zones d’irradiations fortes, des zones à risques, ne sont pas les sala­riés offi­ciels de TEPCO [mul­ti­na­tio­nale japo­naise et, avant sa natio­na­li­sa­tion, plus grand pro­duc­teur pri­vé mon­dial d’élec­tri­ci­té, ndlr] : on fait appel à des sous-trai­tants. En France éga­le­ment, il y a des sala­riés « offi­ciels » qui ne vont pas — sauf cas excep­tion­nels — dans des endroits dan­ge­reux. Au Japon, il y a dix étages de sous-trai­tance. TEPCO demande à une socié­té géné­rale de gérer l’ensemble des étages. Et, au final, l’entreprise qui se trouve au der­nier étage n’a aucun contact avec TEPCO. La ges­tion et le contrôle de la san­té des tra­vailleurs qui tra­vaillent actuel­le­ment à Fukushima Daiichi — 6 000 per­sonnes, tous les jours ! — ne sont aucu­ne­ment ration­nels ni convain­cants. Personne ne prend en charge cela.

Sont-ils sou­te­nus par des orga­ni­sa­tions syn­di­cales ?

Les syn­di­cats offi­ciels liés à Tepco sont com­plè­te­ment pro-nucléaires — comme ici, en France. Le syn­di­ca­lisme existe peu dans des entre­prises de moins de 50 per­sonnes. Il y a bien une asso­cia­tion de sou­tien aux tra­vailleurs nucléaires (il s’a­git en fait de plu­sieurs asso­cia­tions regrou­pées pour for­mer une asso­cia­tion solide1L’Association de sou­tien pour évi­ter l’irradiation pro­fes­sion­nelle.) qui entre en contact avec eux et leur four­nit un car­net pour docu­men­ter leur car­rière, dans lequel ils doivent repor­ter les postes qu’ils ont occu­pés, pen­dant com­bien de temps, à quels endroits ils sont pas­sés, com­bien de doses reçues, etc. Ce car­net est utile pour archi­ver leur état de san­té. Normalement, c’est aux auto­ri­tés japo­naises de le four­nir à tous les tra­vailleurs, même à ceux qui ne tra­vaille­ront que dix jours : c’est utile sur le long terme. On sait que cer­tains can­cers se déclarent au bout de 30 ans ; après Hiroshima, des can­cers liés aux radia­tions se sont décla­rés après un demi-siècle.

Par Toru Hanai

Il n’y a pas d’examens médi­caux obli­ga­toires ?

L’association pro­pose ce car­net décla­ra­tif car les patrons des petites entre­prises sous-trai­tantes demandent aux tra­vailleurs tem­po­raires de ne pas révé­ler les doses réelles reçues. Les sala­riés le savent, et savent aus­si qu’en décla­rant le chiffre de doses réelles ils ne pour­ront pas tra­vailler le jour sui­vant — puisque son seuil de radia­tion est dépas­sé. L’exposition va dépendre des zones où ils seront envoyés. Si untel est envoyé dans une zone très conta­mi­née, il pour­ra tra­vailler d’une traite seule­ment une heure, voire dix minutes par jour ; d’autres, qui font des tra­vaux de décon­ta­mi­na­tion dans les vil­lages, peuvent tra­vailler plus long­temps. Ils doivent faire des cou­pures plus ou moins contrô­lées. Ceux qui ont besoin d’argent, comme les tra­vailleurs jour­na­liers, camouflent et magouillent donc les chiffres. Vous avez dû entendre par­ler des mafieux japo­nais, les Yakuzas, qui démarchent pour trou­ver des tra­vailleurs pré­caires prêts à mou­rir…

Ces tra­vailleurs se déclarent « prêts à mou­rir » ?

« Ceux qui ont besoin d’argent, comme les tra­vailleurs jour­na­liers, camouflent et magouillent donc les chiffres. »

Non, mais ils savent que c’est un risque à prendre. Ce sont des tra­vailleurs pré­caires qui s’entassent dans cer­tains quar­tiers popu­laires et cherchent tous les jours du tra­vail. Ces gens-là sont malades phy­si­que­ment ; les mis­sion­naires de sous-trai­tants, les Yakuzas, pro­posent beau­coup d’argent contre le fait d’être « prêts à mou­rir ».

L’opinion publique japo­naise est-elle cor­rec­te­ment infor­mée du sort des tra­vailleurs du nucléaire ?

Officiellement par­lant, les Japonais ne sont de toute façon pas infor­més ; ça reste une zone invi­sible, sauf pour les mili­tants, les cher­cheurs et ceux qui s’intéressent d’eux-mêmes à ces pro­blèmes. Le reste de la popu­la­tion n’est pas au cou­rant. Mais des scan­dales éclatent par­fois ça car cela concerne éga­le­ment les Yakuzas et les embauches illé­gales, sans fiches de salaire offi­cielles, etc. Cela reste de l’ordre du fait divers social, comme il y en a tous les jours : ça passe et on oublie.

Un fait divers et jamais un pro­blème éco­no­mique et struc­tu­rel ?

Voilà.

À com­bien s’é­lèvent les salaires pro­po­sés aux tra­vailleurs ? 

C’est flou. La socié­té qui embauche pré­lève une marge sala­riale : au bout des dix étages, la marge pré­le­vée devient impor­tante et le sala­rié touche à peine plus que le SMIC2En 2015, le salaire horaire mini­mum était à Tokyo de 6,9 € et à Okinawa de 5,4 — la moyenne natio­nale se por­tant à 6,2. En 2018, le salaire men­suel moyen est de 2 161,49 €.. L’État avait pro­mis une sub­ven­tion spé­ciale pour les tra­vailleurs du nucléaire mais cet argent a été tota­le­ment absor­bé par les entre­prises. C’est illé­gal. Une prime qui dépen­dait de l’endroit où tra­vaillait la per­sonne (700 à 800 euros par mois).

Élimination des san­gliers conta­mi­nés autour de la ville irra­diée déser­tée de Namie, par Toru Hanai

L’État japo­nais s’est donc ser­vi de l’argent des impôts pour engrais­ser des entre­prises sous-trai­tantes et sous-payer des indi­vi­dus ?

Oui.

Sans mou­ve­ment de contes­ta­tion ?

C’est comme en France ! La grande majo­ri­té des gens sont pris en otage par cette idée reçue que, sans le nucléaire, notre vie et notre civi­li­sa­tion moderne ne fonc­tion­ne­ra plus, qu’il n’y aura pas assez d’énergie pour les hôpi­taux, les écoles…

Le Japon avait réagi en fer­mant, pour un temps, toutes les cen­trales…

Avant cela, le Japon était cou­vert par le nucléaire à hau­teur de 35 %. On est loin des 75 % de la France. Il est plus facile de le conver­tir en élec­tri­ci­té conven­tion­nelle, fioul, char­bon, hydro-éner­gie…

Quels liens éco­no­miques existent entre l’ingénierie fran­çaise et japo­naise ?

« Le nucléaire civil et le nucléaire mili­taire sont le rec­to-ver­so d’une pièce de mon­naie : il n’y a pas de dif­fé­rence, c’est une conti­nui­té. »

Le Japon avait depuis le début des années 1970 une conven­tion de coopé­ra­tion avec la France. S’y échangent des savoirs-faire, notam­ment au sujet des réac­teurs. Les Japonais tra­vaillent bien davan­tage avec l’ingénierie amé­ri­caine mais le lob­by indus­triel nucléaire fran­çais a com­men­cé à être plus pré­sent — notam­ment sur la ques­tion du retrai­te­ment. Il y a une usine de retrai­te­ment au Japon, celle de Rokkasho, qui est entiè­re­ment de tech­no­lo­gie fran­çaise. C’est pour ça qu’Areva y était pré­sent : pour échan­ger mutuel­le­ment des tech­no­lo­gies. Il y a un lien fort actuel­le­ment parce que le Japon veut conqué­rir la poten­tia­li­té du nucléaire mili­taire pour être élu comme membre du Conseil de sécu­ri­té. Sans tête nucléaire, on est balayés ! Les membres du club sont liés au nucléaire, donc ce sont des liens forts. Actuellement, ASTRID est un nou­veau pro­jet de qua­trième géné­ra­tion des réac­teurs ; c’est le pro­lon­ge­ment de Superphénix. C’est une inven­tion fran­co-japo­naise. Les Japonais avaient un sur­gé­né­ra­teur de pro­to­type Monju qui a raté — comme Superphénix —, mais ils veulent conti­nuer d’investir.

Superphénix était sup­po­sé recy­cler le nucléaire appau­vri uti­li­sé par les cen­trales prin­ci­pales pour recréer de l’énergie…

Ils fabriquent des com­bus­tibles Mox en mélan­geant du plu­to­nium puis recyclent à chaque fois ce plu­to­nium pour refa­bri­quer du Mox et en remettre dans le réac­teur. Ça, c’était le plan écrit sur la table. Mais ça ne fonc­tionne pas ! En France, c’est aus­si un pro­blème puisque Superphénix ne marche plus. On n’a plus besoin de faire un retrai­te­ment. La rai­son d’être de l’usine de la Hague est remise en cause. Que faire, alors ? Pour le lob­by indus­triel nucléaire, il faut avan­cer dans cette direc­tion en disant que le plu­to­nium n’est, au fond, pas des­ti­né au nucléaire mili­taire mais sera uti­li­sé pour la paix ! Le nucléaire civil et le nucléaire mili­taire sont le rec­to-ver­so d’une pièce de mon­naie : il n’y a pas de dif­fé­rence, c’est une conti­nui­té. Le pre­mier réac­teur nucléaire inven­té pour faire des bombes ato­miques fran­çaises a été déve­lop­pé, non démo­cra­ti­que­ment, sur l’usage civil de toutes les cen­trales nucléaires. Puis les Français ont expé­ri­men­té le type amé­ri­cain, pour reve­nir à leur propre tech­no­lo­gie. Malgré les dif­fé­rences tech­niques entre nucléaire mili­taire et civil, ils reposent sur le même prin­cipe : la fis­sion est contrô­lée dans une cen­trale alors qu’on laisse volon­tai­re­ment dépas­ser une masse cri­tique dans une bombe ato­mique.

Par Christopher Furlong

On parle d’un élé­ment chi­mique plus acces­sible que l’u­ra­nium, le tho­rium, comme d’un pos­sible « nucléaire propre » et plus éthique. Qu’en est-il ?

Il est dit qu’avec le tho­rium il y aurait moins de pol­lu­tion. Mais il y a tou­jours un déchet qui reste et on n’a pas de solu­tion pour le déchet du tho­rium ! C’est comme à Bure, où l’on enfouit des déchets à 500 mètres en sous-sol. Mais ima­gi­nons que des tun­nels se cassent, qu’il y ait des explo­sions (comme ce fut le cas aux États-Unis il y a 60 ans, et on n’en parle pas) qui génèrent une grande conta­mi­na­tion… La ques­tion du déchet nucléaire reste la plus impor­tante car elle est sans solu­tion. Le Japon est un pays tel­le­ment sis­mique qu’il n’y a pas d’endroit solide pour cacher de tels déchets ! Ce n’est pas comme en Finlande. Et si le mag­ma de notre pla­nète bouge… Pour le moment, n’ayant pas vrai­ment de solu­tion, la plus rai­son­nable reste de sto­cker à la sur­face et de sur­veiller.

En 2015, on dénom­brait 700 000 tonnes de déchets nucléaires autour de la cen­trale de Fukushima Daiichi

« Dans un pays libé­ral et capi­ta­liste comme le Japon, com­ment vou­driez vous embau­cher 800 000 per­sonnes pour faire un sar­co­phage autour de trois réac­teurs ? »

On se trouve dans une situa­tion très pré­caire. Dans les trois pre­miers réac­teurs de Fukushima Daiichi, il y a des pis­cines au som­met des bâti­ments. C’est une construc­tion de style amé­ri­caine : ils n’ont pas créé une struc­ture adap­tée à un pays comme le Japon. Après le séisme, l’étanchéité des pis­cines s’est fra­gi­li­sée. Et il y a 1 500 blocs de com­bus­tibles qui sont sto­ckés et dont on ne sait pas quoi faire. Il aurait fal­lu creu­ser un trou et les mettre dans le sol, dans un endroit sûr, mais l’accident de Fukushima a géné­ré une radio­ac­ti­vi­té si forte qu’on n’a pas encore de robot capable d’effectuer ces tâches — et de loin ! Les tra­vailleurs du nucléaire ne peuvent pas aller dans ces zones : on ne peut rien y faire. En cas de nou­veau séisme à cet endroit, il fau­dra, comme le disait Naoto Kan, éva­cuer les popu­la­tions de la région de Fukushima et de celle de Tokyo. Comment ferait-on, tech­ni­que­ment et éco­no­mi­que­ment ?

Pourtant, un autre séisme est annon­cé dans les vingts années à venir…

On vit vrai­ment dans la folie… On n’en parle pas ; autre­ment, on serait pani­qués. À Fukushima Daiichi, la radio­ac­ti­vi­té conti­nue de se dif­fu­ser car il n’y a pas de confi­ne­ment. Ce qui a été accom­pli à Tchernobyl l’a été au détri­ment de com­bien de tra­vailleurs morts ? Entre 500 000 et 800 000 per­sonnes ont tra­vaillé et sont mortes ou tom­bées gra­ve­ment malades pour cimen­ter. Et soyons clair : c’est grâce à eux que l’Europe a été sau­vée ! Mais c’était l’époque de l’Union sovié­tique, qui pou­vait ordon­ner au peuple de venir « aider ». Dans un pays libé­ral et capi­ta­liste comme le Japon, com­ment vou­driez vous embau­cher 800 000 per­sonnes pour faire un sar­co­phage autour de trois réac­teurs ?

Serait-ce sou­hai­table ?

On ne peut pas exi­ger cela…

Élimination des san­gliers conta­mi­nés autour de la ville irra­diée déser­tée de Namie, par Toru Hanai

Y a‑t-il eu des études effec­tuées sur la faune et la flore autour de Fukushima ?

« Le risque zéro n’existe pas », entend-on chez tous les offi­ciels des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales. Il y a des scien­ti­fiques qui ont appor­té la preuves de mal­for­ma­tions dans les gènes de plantes, de papillons, d’a­ni­maux — de même qu’à Tchernobyl, dont il existe des études pous­sées. Celles-ci devraient être recon­nues inter­na­tio­na­le­ment mais le lob­by nucléaire domine le débat et affirme qu’il n’y a pas de vic­times de la radio­ac­ti­vi­té. C’est le dis­cours qu’on entend au Japon.

Vous êtes impli­qué dans l’or­ga­ni­sa­tion du Forum social anti­nu­cléaire : c’est en effet assez rare que soient réunis au même endroit dif­fé­rents acteurs sur ces ques­tions…

Dans l’opinion géné­rale de la popu­la­tion fran­çaise et japo­naise, il est dit que c’est une ques­tion pure­ment scien­ti­fique et tech­nique, une affaire de chan­ge­ment de cap éner­gé­tique. Mais, je le redis, la ques­tion du nucléaire est insé­pa­rable de la ques­tion mili­taire et civile. Il faut vrai­ment sai­sir le nucléaire dans sa glo­ba­li­té. Dès qu’il y a un acci­dent majeur, il y a des consé­quences énormes sur la san­té, l’économie, la poli­tique et la socié­té : il faut com­prendre l’ensemble des phé­no­mènes. Pour dis­cu­ter de cette glo­ba­li­té, il n’est pas suf­fi­sant de faire seule­ment une confé­rence anti­nu­cléaire pour par­ler d’un côté de la sureté nucléaire et de l’autre des déchets. Il faut par­ler de l’ensemble des pro­blèmes. La struc­ture du Forum social mon­dial per­met d’a­bor­der toutes les ques­tions scien­ti­fiques, sociales, éco­no­miques et poli­tiques : il tend à créer un réseau inter­na­tio­nal afin de glo­ba­li­ser les contes­ta­tions des popu­la­tions citoyennes, des mili­tants et des scien­ti­fiques pour dire qu’il est inac­cep­table de conti­nuer avec le nucléaire.


Entretien réa­li­sé aux côtés de l’é­quipe de Radio par­leur, qui a réa­li­sé ce repor­tage à Bure.
Photographie de ban­nière : Christopher Furlong
Portrait : Cyrille Choupas, pour Ballast


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Michaël Ferrier : « Fukushima, c’est une situa­tion de guerre », octobre 2017
☰ Lire notre article « Sahara algé­rien — des essais nucléaires aux camps de sûre­té », Awel Haouati, juin 2017
☰ Lire notre article « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Nicolas Lambert : « Le public, c’est un autre mot pour dire le peuple », octobre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Naomi Klein : « Le chan­ge­ment cli­ma­tique génère des conflits », décembre 2015

NOTES   [ + ]

1.L’Association de sou­tien pour évi­ter l’irradiation pro­fes­sion­nelle.
2.En 2015, le salaire horaire mini­mum était à Tokyo de 6,9 € et à Okinawa de 5,4 — la moyenne natio­nale se por­tant à 6,2. En 2018, le salaire men­suel moyen est de 2 161,49 €.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.