Le communisme libertaire : qu’est-ce donc ?

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Texte inédit pour le site de Ballast

Les mou­ve­ments com­mu­nistes et anar­chistes, aus­si com­po­sites soient-ils, ont relé­gué à l’ombre le com­mu­nisme liber­taire (ou anar­cho-com­mu­nisme) : de part et d’autre, les ortho­doxes se méfient. Trop mar­xiste pour les liber­taires, trop décen­tra­li­sé pour les léni­nistes, il évo­lue à la croi­sée de ces deux tra­di­tions que l’Histoire a volon­tiers oppo­sées. Approchons. ☰ Par Émile Carme


L’intitulé « com­mu­nisme liber­taire » naît en 1876, lors d’un congrès orga­ni­sé par la fédé­ra­tion ita­lienne de l’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs. Soit 5 ans après la Commune de Paris, 19 après l’in­ven­tion du terme « liber­taire » et 36 après la mise en cir­cu­la­tion de « com­mu­nisme ». Errico Malatesta et Carlo Cafiero, tous deux ita­liens, en sont les prin­ci­paux ins­ti­ga­teurs. Si l’é­non­cé paraît encore contra­dic­toire, le second lan­çait pour­tant : « Nous devons être com­mu­nistes, parce que nous sommes des anar­chistes, parce que l’anarchie et le com­mu­nisme sont les deux termes néces­saires de la révo­lu­tion1« Anarchie et com­mu­nisme » est la repro­duc­tion du rap­port lu par Carlo Cafiero en 1880 à l’occasion du congrès de la Fédération juras­sienne de l’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs. Ce texte fut publié la même année dans le jour­nal anar­chiste Le Révolté.. » Le com­mu­nisme, rap­pelle Cafiero, incarne l’é­ga­li­té et l’a­nar­chisme la liber­té : deux notions, pos­si­ble­ment anta­go­nistes, qu’il refuse d’op­po­ser. Mieux : il importe de les com­bi­ner, de résoudre cette ten­sion par une syn­thèse inédite.

Aux sources : décrasser les mots

« Plus de pauvres, ni de riches, ni de domes­tiques ; plus d’exploiteurs ni d’exploités, tel s’avance son pro­gramme. »

La France se sai­sit poli­ti­que­ment du terme « com­mu­nisme » en 1840. L’avocat Étienne Cabet est, la même année, l’un des pre­miers à en expli­ci­ter les visées : dans Comment je suis com­mu­niste, il met en garde son lec­teur : qu’il ne s’effraie pas d’un tel titre ! Puis s’empresse de trier les « vrais » des « faux » com­mu­nistes… Les pre­miers se recon­naissent par leur « plus admi­rable dévoue­ment pour la cause de l’Humanité » et déploient une phi­lo­so­phie — la « plus douce » et la « plus pure » qui soit — visant au « bon­heur des hommes ». Comment ? Par la fra­ter­ni­té, l’éducation, l’intelligence, la digni­té et la rai­son. Cabet, exi­lé, ancien dépu­té et fon­da­teur du jour­nal Le Populaire, estime que l’inégalité est la cause de tous les maux qui frappent le corps social : « Plus de pauvres, ni de riches, ni de domes­tiques ; plus d’exploiteurs ni d’exploités », tel s’avance son pro­gramme, par ailleurs géné­reux en pro­po­si­tions plus concrètes : repré­sen­ta­tion du peuple sou­ve­rain, élec­tions renou­ve­lables, révo­ca­bi­li­té des fonc­tion­naires, concen­tra­tion de l’industrie, droit au divorce, etc. Cela pour le bien de ce qu’il nomme « la masse du Juste-milieu qui désire sin­cè­re­ment le bien géné­ral », celle qui s’interroge avant tout sur le pain à ache­ter et le loyer à hono­rer.

Cabet récuse la vio­lence et pro­meut l’instauration d’un régime com­mu­niste « par la puis­sance de l’Opinion publique » : si un par­ti mino­ri­taire se targue de l’imposer aux masses, cela ne pour­ra, pour­suit-il, que conduire à la dic­ta­ture — reste dès lors à convaincre. L’auteur en appelle à un « régime tran­si­toire et pré­pa­ra­toire » et se déclare plus « réfor­miste » que « révo­lu­tion­naire ». Une année plus tard sort le jour­nal L’Humanitaire2Le libraire lyon­nais Gabriel Charavay en est le direc­teur ; il sera par la suite incar­cé­ré puis dépor­té en Algérie. Voir, sur la géné­ra­tion des com­mu­nistes babou­vistes des années 1840, l’article « La géné­ra­tion com­mu­niste de 1840 et la mémoire de Gracchus Babeuf », Alain Maillard, L’Homme et la socié­té, volume 1, 1994, pp. 89–100., bien réso­lu à « expose[r] clai­re­ment et net­te­ment l’organisation com­mu­niste » tant, estime le pre­mier numé­ro, cela fait défaut au jeune mou­ve­ment. Le com­mu­nisme est le sys­tème où « toute domi­na­tion de l’homme sur l’homme serait entiè­re­ment abo­lie3N° 1, juillet 1841. ». En 1845, le pério­dique La Fraternité entend à son tour faire connaître la nature d’une telle entre­prise : celle-ci, en plus d’être « l’affirmation la plus vraie de l’avenir », est l’espoir poli­tique de « tout ce qui tra­vaille et souffre », l’horizon des manœu­vriers, des ter­ras­siers, des agri­cul­teurs, des cou­tu­rières et des petits com­mer­çants qui peinent tan­dis que les ban­quiers et les agio­teurs réa­lisent « des gains énormes ». Le com­mu­nisme, pour­suit l’un des numé­ros, est « la voix du peuple reven­di­quant pour tous des droits et des devoirs égaux », la néga­tion d’un « ordre social mau­vais4N° 9, sep­tembre 1845. » : sans exclu­si­visme, il entend embras­ser la liber­té, l’égalité et la fra­ter­ni­té.

Uyuni, Bolivia (Peter’s Travels)

« Un spectre hante l’Europe : le spectre du com­mu­nisme. » La Ligue des com­mu­nistes charge Karl Marx et Friedrich Engels — les deux Allemands n’ont pas 30 ans — de rédi­ger un pro­gramme com­mu­niste : ain­si naît le fameux Manifeste du par­ti com­mu­niste, paru à Paris l’année sui­vante, en 1848. « Il est grand temps que les com­mu­nistes exposent à la face du monde entier leurs concep­tions, leurs buts et leurs ten­dances » : et le texte, qui s’im­po­se­ra comme la réfé­rence théo­rique et pra­tique du com­mu­nisme mon­dial, de s’y atte­ler… Rappelons l’affaire à grands traits : l’histoire des socié­tés est celle de la lutte des classes ; la bour­geoi­sie a créé le pro­lé­ta­riat, façon­nant ain­si l’arme qui la détrui­ra un jour de manière « inévi­table » ; les ouvriers les plus réso­lus doivent se consti­tuer en par­ti et ren­ver­ser la bour­geoise afin de conqué­rir le pou­voir poli­tique puis d’instaurer la socié­té sans classes. Le binôme alle­mand contracte sa pen­sée en une sen­tence effi­lée : « Les com­mu­nistes peuvent résu­mer leur théo­rie dans cette for­mule unique : abo­li­tion de la pro­prié­té pri­vée. » Autrement dit, la pro­prié­té bour­geoise, fruit de l’exploitation des tra­vailleurs pour le bien du capi­tal (la pro­prié­té du petit pay­san ? « Nous n’avons que faire de l’abolir », répondent-ils à leurs cri­tiques). Leur com­mu­nisme entend en finir avec « l’exploitation de l’homme par l’homme » et se fend d’un déca­logue pro­gram­ma­tique — de l’expropriation de la pro­prié­té fon­cière à l’abolition du droit d’héritage, en pas­sant par la cen­tra­li­sa­tion du cré­dit dans les mains de l’État à l’abolition du tra­vail des enfants. Cette socié­té future per­met­tra « le déve­lop­pe­ment de cha­cun », condi­tion « du libre déve­lop­pe­ment de tous ». Le réfor­misme non-violent de Cabet laisse donc, en moins de 10 ans, place au révo­lu­tion­na­risme cui­ras­sé de Marx et d’Engels : seule une révo­lu­tion — « l’acte par lequel une frac­tion de la popu­la­tion impose sa volon­té à l’autre au moyen de fusils, de baïon­nettes et de canons5« Le par­ti de classe — Questions d’organisation — Luttes de ten­dances et dis­so­lu­tion de l’Internationale », 1873. », pré­ci­se­ra le second deux décen­nies plus tard — sera en mesure de libé­rer le peuple de ses chaînes de tou­jours. Par l’en­tre­mise de Lénine, le XXe siècle fige­ra la plu­ra­li­té com­mu­niste ori­gi­nelle dans la pra­tique que l’on sait : un par­ti d’a­vant-garde, un État cen­tra­li­sa­teur et répres­sif, un pro­duc­ti­visme de prin­cipe.

« Marx contre Proudhon, puis Marx contre Bakounine. Ces duels, poli­tiques autant que per­son­nels, sym­boles aux som­mets de grou­pe­ments ordi­naires et ano­nymes, enfan­te­ront un conflit sécu­laire. »

L’ouvrier, phi­lo­sophe et éco­no­miste Pierre-Joseph Proudhon est le pre­mier pen­seur à louer le mot « anar­chisme ». À lui don­ner en 1840 — l’an­née, donc, où Cabet se déclare com­mu­niste — une por­tée poli­tique et phi­lo­so­phique étayée : non pas le chaos, comme le croit le sens com­mun, mais « le plus haut degré de liber­té et d’ordre auquel l’humanité puisse par­ve­nir6Dans l’ar­ticle « Polémique contre Louis Blanc et Pierre Leroux », novembre 1849-jan­vier 1850. ». Quant au mot « liber­taire », on le doit éga­le­ment à Proudhon, quoique contre lui : il est inven­té en 1857 par l’ou­vrier-poète anar­chiste Joseph Déjacque, en oppo­si­tion au terme « libé­ral »7« De l’être-humain mâle et femelle. Lettre à P.J. Proudhon », La Nouvelle-Orléans, 1857. et à Proudhon lui-même, qu’il accuse de miso­gy­nie, de conser­va­tisme et de libé­ra­lisme, bref, de n’être pas un anar­chiste authen­tique, c’est-à-dire un liber­taire. Si l’a­nar­chisme offre un noyau dur (la défense de l’in­di­vi­du face aux machines oppres­sives et la remise en cause de toutes les dominations8En résulte un sou­ci plus aigu des oppres­sions sou­vent tenues pour péri­phé­riques par le gros des mou­ve­ments com­mu­nistes : fémi­nisme, éthique ani­male, etc.), il ne s’en divi­se­ra pas moins en de nom­breux cou­rants, sou­vent contra­dic­toires : l’a­nar­cho-syn­di­ca­lisme ne mange pas à la table de l’in­di­vi­dua­lisme libertaire9Volontiers lec­teur de Max Stirner, héraut de l’Unique, ou de Nietzsche, adu­la­teur du sur­hu­main, embri­ga­dés à leur corps défen­dant. ; les anar­chistes illé­ga­listes armés raillent les anar­chistes non-vio­lents ou chré­tiens ; le post-anarchisme10Lire L’Anarchisme aujourd’hui de Vivien Garcia, L’Harmattan, 2007. fausse com­pa­gnie à l’a­nar­chisme his­to­rique, dépas­sé qu’il serait ; l’a­nar­chisme de droite toise à dis­tance celui de gauche, si tant est qu’il faille clas­ser l’a­nar­chisme à gauche — ce que cer­tains liber­taires contestent, rejet des géo­gra­phies par­le­men­taires oblige… Cadre poli­tique pour les uns, état d’âme ou « pro­jet éthique11Nous emprun­tons cette for­mule à Daniel Colson. Voir son Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme, Biblio essais, 2001. » pour les autres, l’a­nar­chisme — isme du reste démen­ti par quelques-uns, lui pré­fé­rant la seule anar­chie — est à ce point hété­ro­gène que le recours à l’é­ty­mo­lo­gie demeure sans doute la seule issue si l’on tient à quelque enca­dre­ment concep­tuel : anar­khia, absence de pou­voir, de com­man­de­ment, d’au­to­ri­té. L’anarchisme, va jus­qu’à pen­ser le phi­lo­sophe liber­taire Daniel Colson, « auto­rise tout le monde à par­ler en son nom12Daniel Colson, Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme, op. cit., p. 13. ». Le com­mu­nisme émerge donc du com­mun, s’af­fir­mant posi­ti­ve­ment par le col­lec­tif ; l’a­nar­chisme, construit sur un pré­fixe pri­va­tif grec, s’a­vance par un geste de retrait13Léo Ferré, chantre artis­tique de sa frange indi­vi­dua­liste, estime dans l’un de ses articles qu’une « morale de l’a­nar­chie ne peut se conce­voir que dans le refus ». « L’anarchie », Le Monde liber­taire, 1968..

Communisme et anarchisme : feu nourri

Rixes légen­daires et ample­ment com­men­tées : Marx contre Proudhon, puis Marx contre Bakounine. Ces duels, poli­tiques autant que per­son­nels, sym­boles aux som­mets de grou­pe­ments ordi­naires et ano­nymes, enfan­te­ront un conflit sécu­laire. Marx raille les pro­pen­sions « petites-bour­geoises » et réfor­mistes de Proudhon, sa mécon­nais­sance de la dia­lec­tique, ses contra­dic­tions et sa vani­té ; Proudhon abhorre le com­mu­nisme (qu’il com­pare au nihi­lisme, à la nuit et au silence), ne suit pas Marx dans ses vel­léi­tés insur­rec­tion­nelles et l’ac­cuse de calom­nies comme de pla­giat ; Marx taxe les idées liber­taires de « rêve­ries d’i­déo­logues », blâme les « doc­teurs en science sociale14« De l’in­dif­fé­ren­tisme en matière poli­tique, L’Almanaco Republicano per l’an­no 1874, jan­vier 1873. » anar­chistes, qua­li­fie Bakounine de « Mahomet sans Coran15Cité par Mathieu Léonard dans L’Émancipation des tra­vailleurs, La Fabrique, 2011, p. 128. » et les pro­po­si­tions de son Alliance16Internationale de la démo­cra­tie socia­liste. de « bavar­dages vides de sens » ; Bakounine voue le com­mu­nisme aux gémo­nies (trop éta­tiste, cen­tra­li­sa­teur, atten­ta­toire aux liber­tés), n’en­tend pas se plier à l’i­dée d’une phase tran­si­toire révo­lu­tion­naire ou d’une quel­conque « dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat », et, bien que saluant l’ex­trême intel­li­gence de Marx, ne sup­porte pas son tem­pé­ra­ment « vani­teux et ambi­tieux, que­rel­leur, into­lé­rant et abso­lu comme Jéhovah, le Dieu de ses ancêtres [sic], et comme lui vin­di­ca­tif jus­qu’à la démence17Mikhaïl Bakounine, Étatisme et anar­chie, Éditions Tops/H. Trinquier, 2009, p. 316. ». Le XXe siècle pro­lon­ge­ra ces conflits de papier dans le sang : la révo­lu­tion bol­che­vik ver­ra Trotsky appe­ler à abattre l’écrivain ukrai­nien liber­taire Voline puis Malatesta cla­mer « Lénine est mort, vive la liber­té18Billet paru dans Pensiero et Volonta, n° 3, 1er février 1924. ! ». L’Espagne, terre his­to­rique du syn­di­ca­lisme ouvrier, lan­ce­ra une révo­lu­tion anar­chiste dont Durruti, du haut de sa colonne mili­ta­ri­sée, demeure la figure la plus illustre : la rup­ture sera défi­ni­ti­ve­ment consom­mée entre rouges et noirs lorsque Moscou don­ne­ra l’ordre d’éradiquer les expé­riences auto­ges­tion­naires et accu­se­ra, bien sûr à tort, les liber­taires et les trots­kystes de pac­ti­ser avec le fas­cisme fran­quiste. La guerre per­dure, ici et là : en 2009, le phi­lo­sophe com­mu­niste Alain Badiou qua­li­fie l’a­nar­chisme de « vaine cri­tique19Alain Badiou, L’Hypothèse com­mu­niste, Lignes, 2009, p. 126. » et Le Monde liber­taire, organe de la Fédération anar­chiste, qua­li­fie trois ans plus tard ce der­nier de « néos­ta­li­nien de ser­vice20Monique Janover et Thomas Feixa, « Le néos­ta­li­nisme à la fran­çaise », Le Monde liber­taire, 5 avril 2012. ».

Uyuni, Bolivia (Peter’s Travels)

La Plate-forme : s’organiser et s’unir

Pierre Kropotkine assure en 1892 que « l’a­nar­chie mène au com­mu­nisme, et le com­mu­nisme à l’a­nar­chie21La Conquête du pain, Éditions du Sextant, 2006. », et explique à la veille de la Première Guerre mon­diale, dans La Science moderne et l’Anarchie, que le com­mu­nisme dis­pose en lui de deux voies : l’op­pres­sion et la liber­té, l’au­to­ri­ta­risme et l’a­nar­chisme. À condi­tion d’op­ter pour la seconde, le com­mu­nisme — liber­taire — consti­tue la forme de gou­ver­ne­ment social « qui garan­tit le plus de liber­té à l’in­di­vi­du ». Le com­mu­nisme « auto­ri­taire » (que Cafiero nomme éga­le­ment « éta­tiste » et que les liber­taires asso­cient le plus sou­vent au mar­xisme) n’en finit pas de han­ter le com­mu­nisme liber­taire. Dans les années 1920, Alexander Berkman publie ain­si What Is Communist Anarchism ? et affirme à son tour que ce pro­jet poli­tique est « fon­dé sur le prin­cipe de la non-agres­sion et de la non-contrainte22Qu’est-ce que l’a­nar­chisme ?, L’Échappée, 2010. ». La paru­tion, en 1926, d’une bro­chure de 16 pages inti­tu­lée Plate-forme orga­ni­sa­tion­nelle de l’union géné­rale des anar­chistes donne une assise sup­plé­men­taire au mou­ve­ment com­mu­niste liber­taire inter­na­tio­nal. Forts de l’ex­pé­rience révo­lu­tion­naire russe, Nestor Makhno, chef de guerre ukrai­nien en exil ron­gé par la « dic­ta­ture bol­che­vique-com­mu­niste23Voir la bio­gra­phie Nestor Makhno, le cosaque liber­taire, Alexandre Skirda, Les édi­tions de Paris, 1999. » et la déroute anar­chiste, et Piotr Archinov, que l’URSS assas­si­ne­ra une décen­nie plus tard, dressent, aux côtés de trois autres cama­rades, un bilan cri­tique du mou­ve­ment anar­chiste. Leurs chefs d’in­cul­pa­tion ? Désorganisation, refus de la res­pon­sa­bi­li­té, égo­tisme, jouis­sance indi­vi­duelle et épar­pille­ment. La Plate-forme entend y remé­dier et loue la struc­tu­ra­tion, « l’u­ni­té étroite » et l’an­crage au sein du monde du tra­vail. L’abolition du capi­ta­lisme (et de l’État) pas­se­ra par « la révo­lu­tion sociale vio­lente » et abou­ti­ra, grâce à « l’au­to-admi­nis­tra­tion des classes labo­rieuses », à « une socié­té de tra­vailleurs libres ». Cette socié­té com­mu­niste liber­taire, décen­tra­li­sée et fédé­rale, garan­ti­ra de concert l’é­ga­li­té sociale et la liber­té des indi­vi­dus. L’Union anar­chiste com­mu­niste adop­te­ra sans tar­der ce pro­gramme (avant de l’a­ban­don­ner). En 1991, Alternative liber­taire s’ins­cri­ra dans le sillon néo-pla­te­for­miste. Neuf ans plus tard, la Fédération des com­mu­nistes liber­taires du Nord-Est, fon­dée à Boston, s’en reven­di­que­ra expli­ci­te­ment.

De Fontenis à Guérin : une ligne de crête

« Que reproche-t-il au dra­peau noir ? Ses infan­ti­lismes, son pen­chant à l’u­to­pie, son roman­tisme, sa désué­tude. Que reproche-t-il au dra­peau rouge ? Sa pro­pen­sion à la dic­ta­ture, sa pas­sion éta­tiste, son goût pour les mino­ri­tés pro­fes­sion­nelles. »

En France, deux pen­seurs vont s’im­po­ser comme autant de balises du com­mu­nisme liber­taire de la seconde moi­tié du siècle der­nier. L’instituteur et syn­di­ca­liste Georges Fontenis, membre de la Fédération com­mu­niste liber­taire, publie en 1953 son Manifeste du com­mu­nisme liber­taire. Y est ciblé le cou­rant « exis­ten­tiel » de l’a­nar­chisme, en ce qu’il s’é­carte des racines sociales et ouvrières : « Ôter à l’a­nar­chisme son carac­tère de classe serait le condam­ner à l’in­forme, le condam­ner à se vider de son conte­nu, à deve­nir un passe-temps phi­lo­so­phique incon­sis­tant, une curio­si­té pour bour­geoises intel­li­gentes, un objet de sym­pa­thie pour gens de cœur en mal d’i­déaux, un sujet de dis­cus­sion aca­dé­mique24Manifeste du com­mu­nisme liber­taire, Problèmes essen­tiels, 1953, Éditions L, 1985.. » Le com­mu­nisme liber­taire rejette la morale bour­geoise autant que le cynisme immo­ra­liste, évince « l’hu­ma­nisme de paco­tille » et ren­voie dos à dos la « vieille concep­tion roman­tique de l’in­sur­rec­tion » et la vision gra­dua­liste des réfor­mistes (pour qui l’hu­ma­ni­té avan­ce­ra pas à pas, sans à‑coups ni sur­sauts, au gré des amen­de­ments et des pro­grès que l’Histoire sème). Fontenis défend ain­si « l’au­to-admi­nis­tra­tion, l’au­to-gou­ver­ne­ment, la véri­table démo­cra­tie, la liber­té dans l’é­ga­li­té éco­no­mique, la sup­pres­sion des pri­vi­lèges et des mino­ri­tés diri­geantes et exploi­teuses ». Et trace sa route entre les impasses libé­rales et mar­xistes-léni­nistes.

En 1984, l’é­cri­vain et his­to­rien Daniel Guérin offre, avec À la recherche d’un com­mu­nisme liber­taire, un recueil riche de 15 années de réflexion. Guérin a été sym­pa­thi­sant trots­kyste, anar­chiste puis com­mu­niste liber­taire — son ouvrage s’a­vance dès lors comme « syn­thèse, voire dépas­se­ment, de l’a­nar­chisme et du meilleur de la pen­sée de Marx ». Que reproche-t-il au dra­peau noir ? Ses infan­ti­lismes, son pen­chant à l’u­to­pie, son roman­tisme, sa désué­tude. Que reproche-t-il au dra­peau rouge ? Sa pro­pen­sion à la dic­ta­ture, sa pas­sion éta­tiste, son goût pour les mino­ri­tés pro­fes­sion­nelles, sa croyance éli­tiste en une science du deve­nir his­to­rique, son auto­ri­ta­risme léni­niste, son jaco­bi­nisme cen­tra­li­sa­teur. Daniel Guérin parle de « frères jumeaux, frères enne­mis ». L’autogestion, le rejet de la bureau­cra­tie, le fédé­ra­lisme (prin­ci­pa­le­ment prou­dho­nien), le syn­di­ca­lisme et la valo­ri­sa­tion de l’in­di­vi­du demeurent à ses yeux des maté­riaux liber­taires plus que néces­saires. Le com­mu­nisme liber­taire, conclut-il, déteste autant « l’im­puis­sante pagaille de l’i­nor­ga­ni­sa­tion » que « le bou­let bureau­cra­tique de la sur-orga­ni­sa­tion » : il se méfie pareille­ment du Parti et de la foire poli­ti­cienne élec­to­ra­liste ; il est inter­na­tio­na­liste sans jamais, au nom de quelque uni­ver­sa­lisme hors-sol et orgueilleux, nier les spé­ci­fi­ci­tés propres à chaque pays ; il fait sienne l’as­pi­ra­tion fédé­ra­liste et ne récuse pas la pla­ni­fi­ca­tion démo­cra­tique ; il arrache les médias de masse des mains des oli­garques et décen­tra­lise ; il se pré­oc­cupe de l’en­vi­ron­ne­ment et n’é­carte pas, par prin­cipe, l’i­dée de tran­si­tions ; il ne se pense pas comme grou­pus­cu­laire et coïn­cide avec « les ins­tincts de classe de la classe ouvrière ». « L’anarchisme est insé­pa­rable du mar­xisme. Les oppo­ser, c’est poser un faux pro­blème. Leur que­relle est une que­relle de famille. »

Uyuni, Bolivia (Peter’s Travels)

Trois chantiers

Préférons, à la mul­ti­pli­ca­tion des réfé­rences, nous atta­cher à trois pro­po­si­tions contem­po­raines por­teuses de la diver­si­té de ce mou­ve­ment qu’au­cun marbre ne sau­rait fixer pour l’é­ter­ni­té : le muni­ci­pa­lisme liber­taire, l’or­ga­ni­sa­tion Alternative liber­taire et l’ou­vrage Affinités révo­lu­tion­naires — Nos étoiles rouges et noires. Fondé dans les années 1970 par le pen­seur états-unien Murray Bookchin, ledit muni­ci­pa­lisme (par­fois appe­lé com­mu­na­lisme) aspire à bâtir une socié­té arti­cu­lée autour de trois notions phares : la démo­cra­tie directe, l’é­co­lo­gie sociale et la décen­tra­li­sa­tion. Dans les années 2000, il accom­pagne la muta­tion du PKK puis, à par­tir de 2011, ins­pire la révo­lu­tion menée dans le Rojava syrien. Le muni­ci­pa­lisme liber­taire entend fon­der, en lieu et place de l’État-nation, un réseau de com­munes coor­don­nées de bas en haut par une Commune des com­munes — chaque muni­ci­pa­li­té, dotée de sa garde civique, fonc­tion­nant autour d’une assem­blée popu­laire ins­ti­tuée et garante du prin­cipe majo­ri­taire. Ni Grand Soir ni réfor­misme, mais un patient et métho­dique pro­ces­sus révo­lu­tion­naire popu­laire : « Le pas­sage à une autre socié­té ne se fera pas par une explo­sion sou­daine, sans une longue période de pré­pa­ra­tion intel­lec­tuelle et morale25Une socié­té à refaire, Atelier de créa­tion liber­taire, 1992.. »

« Une socié­té ache­vée est un leurre : il n’exis­te­ra jamais aucun stade actant la fin de l’é­man­ci­pa­tion. »

L’organisation fran­çaise Alternative liber­taire publie à la fin des années 1980 son Projet com­mu­niste liber­taire. Réédité jusque dans les années 2000, il consti­tue à ce jour, avec les tra­vaux de Bookchin, la pro­jec­tion la plus concrète de ce que pour­rait être une socié­té post-capi­ta­liste et com­mu­niste liber­taire. Après avoir rap­pe­lé les fon­da­men­taux de cette tra­di­tion et le double rejet qui la struc­ture — le mar­xisme-léni­nisme éta­tiste et ultra-cen­tra­li­sa­teur ; l’a­nar­chisme roman­tique, indi­vi­dua­liste, hos­tile aux lois comme au pou­voir —, l’or­ga­ni­sa­tion invite à réin­ven­ter le socia­lisme sans purisme, à inté­grer le mar­xisme pour mieux le dépas­ser, à bâtir un com­mu­nisme de la liber­té et de l’é­thique, à fon­der par la base un mou­ve­ment anti-auto­ri­taire de masse. Autogouvernement, fédé­ra­lisme, décen­tra­li­sa­tion, contre-pou­voir et pou­voir des tra­vailleurs (pro­lé­ta­riat ouvrier, cher­cheurs, tech­ni­ciens, ensei­gnants, intel­lec­tuels, etc.), ser­vices publics, assem­blées et conseils élus et révo­cables : autant de res­sources néces­saires à cette révo­lu­tion éga­le­ment enten­due comme pro­ces­sus. Une socié­té ache­vée est un leurre : il n’exis­te­ra jamais aucun « stade » actant la fin de l’é­man­ci­pa­tion. La popu­la­tion, mobi­li­sée et orga­ni­sée en contre-pou­voir com­mu­niste liber­taire, devien­dra le pou­voir, se sub­sti­tuant à l’État (qu’il désar­me­ra et déman­tè­le­ra) et se défen­dant, par la vio­lence s’il le faut, contre les attaques de ce der­nier (une vio­lence non pas iso­lée mais enca­drée par la dyna­mique de masse, « consciente et lucide »). Le temps de tra­vail sera pos­si­ble­ment réduit à deux heures quo­ti­diennes ; les reve­nus seront éga­li­sés dans des pro­por­tions à défi­nir ; l’é­co­no­mie de mar­ché dis­pa­raî­tra au pro­fit du seul mar­ché des biens de consom­ma­tion ; la pla­ni­fi­ca­tion de l’é­co­no­mie se fera démo­cra­ti­que­ment ; le droit (bour­geois) devien­dra le contrat ; les forces de l’ordre seront rem­pla­cées par des struc­tures contrô­lées par la popu­la­tion ; l’ar­mée cède­ra la place à une défense civile popu­laire : « Il y a une vie après le néo­li­bé­ra­lisme, elle mérite d’être vécue. »

En 2014, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, et le phi­lo­sophe éco­so­cia­liste Michael Löwy publient l’ou­vrage Affinités révo­lu­tion­naires. Le tan­dem exhorte à une soli­da­ri­té effec­tive entre mar­xistes et liber­taires en se pla­çant sous le signe plu­ra­liste de la Première Internationale. « Plutôt que de comp­ta­bi­li­ser les erreurs et les fautes des uns et des autres — les kyrielles d’ac­cu­sa­tions réci­proques ne manquent pas —, nous vou­drions plu­tôt mettre en avant l’as­pect posi­tif de cette expé­rience : un mou­ve­ment inter­na­tio­na­liste divers, mul­tiple, démo­cra­tique », expliquent-ils ain­si. Si les auteurs pro­viennent inti­me­ment de la tra­di­tion com­mu­niste, ils n’en rejettent pas moins l’au­to­ri­ta­risme bol­che­vik, la répres­sion de Kronstadt (rati­fiée par Trotsky) et vont jus­qu’à décla­rer : « Reconnaissons-le : à l’é­chelle de l’Histoire, le mou­ve­ment anar­chiste porte le dra­peau de l’é­man­ci­pa­tion indi­vi­duelle bien plus haut que la famille mar­xiste. » L’ouvrage appelle, par­tant, à cher­cher un point d’é­qui­libre, attei­gnable en indi­vi­dua­li­sant le com­mu­nisme et en col­lec­ti­vi­sant l’a­nar­chisme. Accepter le pou­voir à condi­tion de le contrô­ler démo­cra­ti­que­ment et par la base, s’ins­pi­rer du zapa­tisme comme de Daniel Guérin, louer la pres­cience éco­lo­giste et sociale de Bookchin mais cri­ti­quer sa tech­no­phi­lie et sa foi en l’é­chelle locale, ins­tau­rer le fédé­ra­lisme des enti­tés auto­gé­rées, ne pas débou­ter par prin­cipe les élec­tions, pla­cer l’é­co­lo­gie poli­tique en son cœur : autant de pistes ébau­chées « pour bâtir une socié­té désa­lié­née, éga­li­taire » et « jeter des ponts » à même de construire la conver­gence idéo­lo­gique et pra­tique des pro­chaines batailles. Mais Besancenot de confier à la pré­sente revue, en 2016 : « Il y a un ins­tinct de pro­prié­té sur l’héritage poli­tique assez fort chez les rouges autant que chez les noirs. »


REBONDS

☰ Lire notre article « Mohamed Saïl, ni maître ni valet », Émile Carme, octobre 2016
☰ Lire notre entre­tien de Jacques Baujard : « Maintenir vivante la mémoire des vain­cus », mars 2016
☰ Lire notre article « Ngô Văn, éloge du double front », Émile Carme, mars 2016
☰ Lire notre article « Bookchin : éco­lo­gie radi­cale et muni­ci­pa­lisme liber­taire », Adeline Baldacchino, octobre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Alain Bihr : « Étatistes et liber­taires doivent créer un espace de coopé­ra­tion », mai 2015
☰ Lire notre article « Daniel Guérin, à la croi­sée des luttes », Max Leroy, mars 2015
☰ Lire notre article « Voline, révo­lu­tion­naire de l’ombre », Winston, décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Colson : « L’anarchisme est extrê­me­ment réa­liste », février 2015
☰ Lire notre article « Georges Fontenis — pour un com­mu­nisme liber­taire », Winston, jan­vier 2015
☰ Lire notre entre­tien de Jean-Christophe Angaut : « Qui était vrai­ment Bakounine ? », novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.« Anarchie et com­mu­nisme » est la repro­duc­tion du rap­port lu par Carlo Cafiero en 1880 à l’occasion du congrès de la Fédération juras­sienne de l’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs. Ce texte fut publié la même année dans le jour­nal anar­chiste Le Révolté.
2.Le libraire lyon­nais Gabriel Charavay en est le direc­teur ; il sera par la suite incar­cé­ré puis dépor­té en Algérie. Voir, sur la géné­ra­tion des com­mu­nistes babou­vistes des années 1840, l’article « La géné­ra­tion com­mu­niste de 1840 et la mémoire de Gracchus Babeuf », Alain Maillard, L’Homme et la socié­té, volume 1, 1994, pp. 89–100.
3.N° 1, juillet 1841.
4.N° 9, sep­tembre 1845.
5.« Le par­ti de classe — Questions d’organisation — Luttes de ten­dances et dis­so­lu­tion de l’Internationale », 1873.
6.Dans l’ar­ticle « Polémique contre Louis Blanc et Pierre Leroux », novembre 1849-jan­vier 1850.
7.« De l’être-humain mâle et femelle. Lettre à P.J. Proudhon », La Nouvelle-Orléans, 1857.
8.En résulte un sou­ci plus aigu des oppres­sions sou­vent tenues pour péri­phé­riques par le gros des mou­ve­ments com­mu­nistes : fémi­nisme, éthique ani­male, etc.
9.Volontiers lec­teur de Max Stirner, héraut de l’Unique, ou de Nietzsche, adu­la­teur du sur­hu­main, embri­ga­dés à leur corps défen­dant.
10.Lire L’Anarchisme aujourd’hui de Vivien Garcia, L’Harmattan, 2007.
11.Nous emprun­tons cette for­mule à Daniel Colson. Voir son Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme, Biblio essais, 2001.
12.Daniel Colson, Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme, op. cit., p. 13.
13.Léo Ferré, chantre artis­tique de sa frange indi­vi­dua­liste, estime dans l’un de ses articles qu’une « morale de l’a­nar­chie ne peut se conce­voir que dans le refus ». « L’anarchie », Le Monde liber­taire, 1968.
14.« De l’in­dif­fé­ren­tisme en matière poli­tique, L’Almanaco Republicano per l’an­no 1874, jan­vier 1873.
15.Cité par Mathieu Léonard dans L’Émancipation des tra­vailleurs, La Fabrique, 2011, p. 128.
16.Internationale de la démo­cra­tie socia­liste.
17.Mikhaïl Bakounine, Étatisme et anar­chie, Éditions Tops/H. Trinquier, 2009, p. 316.
18.Billet paru dans Pensiero et Volonta, n° 3, 1er février 1924.
19.Alain Badiou, L’Hypothèse com­mu­niste, Lignes, 2009, p. 126.
20.Monique Janover et Thomas Feixa, « Le néos­ta­li­nisme à la fran­çaise », Le Monde liber­taire, 5 avril 2012.
21.La Conquête du pain, Éditions du Sextant, 2006.
22.Qu’est-ce que l’a­nar­chisme ?, L’Échappée, 2010.
23.Voir la bio­gra­phie Nestor Makhno, le cosaque liber­taire, Alexandre Skirda, Les édi­tions de Paris, 1999.
24.Manifeste du com­mu­nisme liber­taire, Problèmes essen­tiels, 1953, Éditions L, 1985.
25.Une socié­té à refaire, Atelier de créa­tion liber­taire, 1992.
Émile Carme
Émile Carme

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.