Cartouches (54)


Des che­mins de fer, les rap­ports de pro­duc­tion domes­tique, l’es­pèce humaine dans le vivant, la tâche d’un phi­lo­sophe, l’oc­cu­pa­tion d’un ter­rain, les ambi­va­lences éco­fé­mi­nistes, l’en­sei­gne­ment sacri­fié, les morts sans noms et la poé­sie de Nâzim Hikmet : nos chro­niques du mois de mai.


Habiter l’Ouest, de John Brinckerhoff Jackson — pho­to­gra­phies de Peter Brown

Tour à tour théo­ri­cien du pay­sage, pro­fes­seur hété­ro­clite ou cow-boy, il reste tou­jours aus­si mal­ai­sé de décrire le tra­vail de John Brinckerhoff Jackson. Et la décou­verte d’un tapus­crit inédit par le géo­graphe Jordi Ballesta n’ar­range en rien notre affaire. Habiter l’Ouest ajoute aux recueils déjà tra­duits la mono­gra­phie d’une région peu connue des États-Unis — le Texas Panhandle, soit ce que les Grandes Plaines ont de plus plat, mono­tone et déser­tique. De la ren­contre de Jackson avec le pho­to­graphe Peter Brown dans les années 1980 naît un pro­jet com­mun : décrire et mettre en image les pay­sages ordi­naires de ce ter­ri­toire. Mais textes et pho­tos ne paraî­tront pas : la pré­sente édi­tion est la pre­mière, toutes langues confon­dues, à leur don­ner une vie maté­rielle. L’ouvrage s’ouvre sur une série d’i­mages en vignette ou pleine page sai­sis­sant la vie rurale du nord du Texas, ses habi­tants et ses pay­sages sin­gu­liers où le ciel semble écra­ser toute chose. Le texte de Jackson retrace ensuite l’his­toire spa­tiale de la région, « d’un pay­sage fon­dé sur le sens du lieu à un pay­sage fon­dé sur la mobi­li­té : de la mai­son comme point de conver­gence, à la rue et à l’au­to­route ». Il montre com­ment la « libre pâture » a dûment mar­qué l’i­ma­gi­naire éta­su­nien, tout en n’ayant duré que quelques décen­nies. L’invention des bar­be­lés, puis l’ar­ri­vée du che­min de fer, ont trans­for­mé les manières d’ha­bi­ter et de tra­vailler. Le temps réglé, quan­ti­fié, s’est impo­sé comme l’é­ta­lon devant lequel s’é­va­luent la pro­duc­tion, la consom­ma­tion — jus­qu’à la vie même. C’est l’in­té­rêt de Jackson pour les stig­mates insi­gni­fiants mar­quant le pay­sage qui se révèle le plus sti­mu­lant. Les che­mins ruraux, les voies agri­coles, les mai­sons pré­caires des pion­niers et les cara­vanes des tra­vailleurs contem­po­rains ont plus de sens pour lui que les points de vue mis en avant par l’é­co­no­mie tou­ris­tique. La des­crip­tion de la fic­tive Choctaw City, ville qui res­semble à toute et à aucune, finit de convaincre de l’in­té­rêt de poser son regard sur les pay­sages de l’or­di­naire, quelles que soient ses formes. [R.B.]

Wildproject, 2016

Le Genre du capi­tal, de Céline Bessière et Sibylle Gollac

Si les rap­ports éco­no­miques de pro­duc­tion sont struc­tu­rants des classes sociales et de leur repro­duc­tion, ana­ly­ser la place de l’ins­ti­tu­tion fami­liale s’a­vère com­plé­men­taire et déci­sif pour com­prendre la manière dont s’ac­cu­mulent et se trans­mettent les richesses. D’où viennent les inéga­li­tés patri­mo­niales entre les femmes et les hommes en France ? Pour répondre à cette ques­tion, Céline Bessière et Sibylle Gollac ont mené une minu­tieuse enquête socio­lo­gique : mono­gra­phies de familles, exploi­ta­tion de don­nées sta­tis­tiques et enquêtes de ter­rain consti­tuent la métho­do­lo­gie employée pour sai­sir la nature gen­rée du capi­tal. Il s’a­git ici prin­ci­pa­le­ment du capi­tal au sens bour­dieu­sien, soit l’« ensemble de res­sources accu­mu­lées dont on peut tirer des pro­fits sociaux ». Or celui-ci est lar­ge­ment mas­cu­lin — alors que les femmes par­ti­cipent plei­ne­ment à sa pro­duc­tion, notam­ment sous forme de tra­vail domes­tique gra­tuit. Derrière un droit for­mel­le­ment éga­li­taire, les autrices exposent tout un ensemble de stra­té­gies sexistes mises en place par les familles, avocat·es et notaires : qu’il s’a­gisse de la répar­ti­tion de biens lors d’une rup­ture conju­gale, la trans­mis­sion d’une affaire fami­liale, l’at­tri­bu­tion d’un héri­tage ou encore la ques­tion des pen­sions ali­men­taires, le résul­tat est, de fait, défa­vo­rable aux femmes. Au cœur de ces média­tions, le rôle des professionnel·les du droit consiste — entre autres choses — à « mettre en confor­mi­té avec le droit les arran­ge­ments éco­no­miques ins­crits dans les stra­té­gies fami­liales de repro­duc­tion ». Au reste, la dimen­sion de classe n’est jamais éva­cuée de l’ou­vrage : les inéga­li­tés de genre se com­binent avec les inéga­li­tés sociales, et les ampli­fient. Par cette explo­ra­tion et cette poli­ti­sa­tion des « arran­ge­ments éco­no­miques fami­liaux », ce tra­vail consti­tue une impor­tante contri­bu­tion à la mise en lumière des « rap­ports de pro­duc­tion domes­tique ». [M.B.]

La Découverte, 2020

Manières d’être vivant : enquêtes sur la vie à tra­vers nous, de Baptiste Morizot 

Inépuisable sur la piste des ani­maux sau­vages (loups, cer­vi­dés, ongu­lés, oiseaux…), Baptiste Morizot, en phi­lo­sophe-pis­teur, inter­roge d’un point de vue pers­pec­ti­viste ce qui fait de nous des vivants, et com­ment nous pou­vons com­prendre, dans l’é­tho­lo­gie ani­male, ce qui nous lie à eux. La fable qui est dénon­cée ici est celle qui consiste à croire que l’hu­ma­ni­té est autre chose qu’une forme sin­gu­lière d’a­ni­ma­li­té. Plus qu’une fable, c’est un mythe fon­da­teur de l’es­pèce humaine, qui l’a cou­pée du vivant qui la tisse pour­tant, et qui est res­pon­sable de la crise éco­lo­gique actuelle. À tra­vers ces récits d’ex­pé­riences, l’au­teur pro­pose autant d’exemples d’i­ti­né­raires croi­sés qui illus­trent les ren­contres étho­lo­giques, géo­po­li­tiques et diplo­ma­tiques entre humains et non-humains. Il s’a­git avant tout de réta­blir une forme de sen­si­bi­li­té aux êtres qui nous entourent, de sor­tir du huis clos carac­té­ris­tique de la dis­tinc­tion entre la nature et la culture, pour mieux consi­dé­rer « tout le vivant insé­pa­ré ». Reconstruire un sou­ci com­mun des inter­dé­pen­dances entre espèces, comme modus ope­ran­di éthique et poli­tique. Moins que des espèces, il y a d’a­bord des manières diverses d’être vivants ensemble : la nomen­cla­ture et les arbres phy­lo­gé­né­tiques importent peu. L’image de l’arbre, d’ailleurs, avec ses ascen­dances et ses des­cen­dances, illustre mal la réa­li­té de notre appar­te­nance au monde ; l’au­teur pré­fère à cette méta­phore ver­ti­cale une méta­phore hori­zon­tale : nos « ances­tra­li­tés ani­males », écrit-il, « sont comme des spectres qui [n]ous hantent, remon­tant à la sur­face du pré­sent ». Il convoque ain­si ce qui affleure à la sur­face de notre espèce : la paren­té essen­tielle avec les non-humains, et non pas l’ex­cep­tion­na­li­té humaine. L’objectif est celui d’une « cos­mo­po­li­tesse », un ajus­te­ment du regard sur les mille manières de vivre des humains et non-humains qui ne placent pas les pre­miers devant les seconds, mais dedans le monde bio­lo­gique. Le récit des pis­tages cap­tive, il en émane une nar­ra­tion natu­ra­liste et poé­tique qui ne peut que séduire : faire corps avec le reste du monde vivant, plu­tôt que s’y oppo­ser, est aus­si, chez Baptiste Morizot, une esthé­tique. [C.M.]

Actes Sud, 2020

Sur une colonne absente — Écrits autour de Merleau-Ponty, de Claude Lefort

Multiples sont les champs où s’est exer­cée la pen­sée de Claude Lefort, le condui­sant tant vers la phé­no­mé­no­lo­gie que vers la théo­rie poli­tique ou la réflexion esthé­tique — ou, plu­tôt, l’incitant à arti­cu­ler l’ensemble pour ten­ter de cer­ner la place du phi­lo­sophe devant l’Histoire et la socié­té humaine. Un phi­lo­sophe qui n’est jamais au-dehors, et dont le point de vue n’est ni celui du sur­vol, ni celui du sur­plomb : il est tou­jours dans la socié­té comme il est dans l’Être. C’est dans le sillage de son maître Merleau-Ponty, dont la mort pré­ma­tu­rée aura pri­vé la phé­no­mé­no­lo­gie fran­çaise de l’un de ses plus pro­met­teurs déve­lop­pe­ments, que Lefort tente d’esquisser ici quelques réponses aux immenses énigmes livrées par la situa­tion poli­tique de son temps : d’où parle le phi­lo­sophe devant l’Histoire ? quel est le sens même de la phi­lo­so­phie poli­tique ? Si le poli­tique a besoin d’une phi­lo­so­phie, et non d’une science, c’est bien parce qu’il ne sau­rait rece­voir de réponse défi­ni­tive, ni trou­ver un achè­ve­ment dans un sys­tème clos — car le phi­lo­sophe est tou­jours ren­voyé à l’Histoire et ses acci­dents, et par-là se trouve tou­jours recon­duit aux ques­tions les plus anciennes et fon­da­men­tales. La réflexion inces­sam­ment recon­duite ne se concentre plus seule­ment sur tel évé­ne­ment ou tel fait, mais sur l’institution sociale elle-même — ou, pour reprendre les termes de Lefort, sur notre ins­crip­tion dans l’Histoire « en tant qu’il com­pose un rap­port avec l’Être ». Il s’agit dès lors de res­ti­tuer, bien au-delà d’un conte­nu posi­tif de la phi­lo­so­phie, la part irré­duc­tible d’indétermination qui réside à la fois dans le champ social-his­to­rique, mais aus­si dans la pen­sée elle-même. Tout comme il n’y a pas d’ordre intel­li­gible des phé­no­mènes don­né une fois pour toutes, il ne peut y avoir, comme le lais­sait entendre Sartre, une éla­bo­ra­tion phi­lo­so­phique tota­li­sante qui ne serait que le miroir des struc­tures sociales de son temps. Modeste est donc la tâche du phi­lo­sophe, encore que le plus dur soit pré­ci­sé­ment de par­ve­nir à cette modes­tie. [A.C.]

Gallimard, 1978

Irréductibles — Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes, de Sylvaine Bulle

« [L]à où la cri­tique est forte, les acteurs sont en avance sur les socio­logues », avance l’une d’entre elles, Sylvaine Bulle, en conclu­sion d’un ouvrage rare sur un insai­sis­sable mou­ve­ment poli­tique : l’au­to­no­mie. Peut-être n’est-ce jus­te­ment pas d’un mou­ve­ment dont il est ques­tion, mais plu­tôt d’un « moment » qu’il convient d’ob­ser­ver avec les yeux curieux de qui par­tage une par­tie de ses affects. C’est donc d’une socio­lo­gie « non pas enga­gée mais embar­quée », cri­tique et prag­ma­tique, que l’au­trice se réclame en pré­am­bule de son enquête. Cette der­nière, menée pen­dant trois ans à Notre-Dame-des-Landes et, dans une moindre mesure, à Bure, ne cherche en rien l’ob­jec­ti­va­tion d’un illu­soire sujet « zadiste » ; ce sont les formes de vie auto­nomes, obser­vées en situa­tion — l’oc­cu­pa­tion d’un ter­ri­toire à défendre — que la socio­logue a ten­té de décrire afin de les « tra­duire concep­tuel­le­ment pour en mon­trer les cadres intel­lec­tuels et pra­tiques, sus­cep­tibles de témoi­gner d’une his­toire modeste ». Sylvaine Bulle endosse ain­si tan­tôt la pos­ture cri­tique des auto­nomes envers la léga­li­sa­tion de la lutte ou une pen­sée du réen­chan­te­ment du monde, tan­tôt celle des « appel­listes », à visée plus stra­té­gique, ou bien celle de liber­taires, éco­lo­gistes radi­caux et autres groupes poli­tiques plus ou moins iden­ti­fiés. Selon ces posi­tion­ne­ments sont abor­dés les modes d’or­ga­ni­sa­tion éprou­vés, ain­si que l’au­to-ins­ti­tu­tion de normes au sein de groupes anti-auto­ri­taires et la conflic­tua­li­té qui peut en déri­ver. Là où le récent Habiter en lutte fai­sait la chro­nique his­to­rienne de l’op­po­si­tion à l’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes depuis qua­rante ans, la pré­sente enquête se dis­tingue par son désir de gar­der intacte l’in­ven­ti­vi­té quo­ti­dien­ne­ment obser­vée, la varié­té des formes de vie coha­bi­tant sur ces quelques kilo­mètres car­rés de bocage. Il fal­lait cette plume amie pour des­si­ner une telle socio­lo­gie de l’au­to­no­mie, néces­sai­re­ment « située, frag­men­taire », propre à sai­sir des êtres et des situa­tions défi­ni­ti­ve­ment irré­duc­tibles. [R.B.]

UGA Éditions, 2020

Être éco­fé­mi­niste, théo­ries et pra­tiques, de Jeanne Burgart Goutal 

Si « éco­fé­mi­nisme » est un mot qui com­mence à son­ner fami­liè­re­ment pour cer­taines oreilles — fémi­nistes, éco­lo­gistes ou seule­ment atten­tives —, le mot, sans être pié­gé, ne se laisse pas aisé­ment appri­voi­ser. On freine en crai­gnant l’in­tru­sion d’un essen­tia­lisme mor­ti­fère, ou bien l’on devine se cacher sous cette appel­la­tion une ribam­belle d’illu­mi­nées souf­flant à l’o­reille des plantes au sol­stice d’é­té. Certes, ce sont des élé­ments qui fondent cer­tains éco­fé­mi­nismes, et l’au­teure n’é­lude aucun aspect des pra­tiques diverses qui s’en reven­diquent. Dans cette enquête phi­lo­so­phique à la pre­mière per­sonne, elle ne contourne pas les pro­blèmes mais tourne autour sans cher­cher à dis­tin­guer ce qui serait le « bon éco­fé­mi­nisme » du mau­vais, entendre l’ir­ra­tion­nel. Car ces mou­ve­ments sont tis­sés en nébu­leuse davan­tage qu’en conti­nuum, et se suc­cèdent, s’en­tre­lacent dans des luttes et théo­ries diverses, trames d’un « pas­sé radi­cal, uto­piste, révo­lu­tion­naire, tis­sé de créa­ti­vi­té, de rêves gran­dioses et fous ». On ren­con­tre­ra ain­si, pêle-mêle : le Greenham Common Women’s Peace Camp en 1981, le groupe fran­çais Écologie-Féminisme-Centre, l’é­cri­vaine-sor­cière Starhawk, les cri­tiques de Janet Biehl visant l’é­co­fé­mi­nisme, les cultes néo-païens à la Déesse, les tra­vaux de Maria Mies ou encore la contro­ver­sée Vandana Shiva. Toute une par­tie du livre est d’ailleurs consa­crée au séjour de l’au­teure en Inde, au sein de l’as­so­cia­tion Navdanya. Qu’il s’a­gisse du sem­pi­ter­nel dua­lisme nature/culture, des rap­ports entre les sexes ou de l’or­ga­ni­sa­tion des socié­tés, tout est tou­jours beau­coup plus com­plexe qu’il n’y paraît. Si l’é­co­fé­mi­nisme peut par­fois sem­bler fan­tai­siste, ce qui compte, au fond, « ce n’est pas la pré­ten­due scien­ti­fi­ci­té du dis­cours, mais la force sym­bo­lique, la puis­sance de mobi­li­sa­tion, la por­tée heu­ris­tique, l’ap­pel de nou­velles contrées et de nou­veaux ima­gi­naires ». Reste à savoir les­quels, et com­ment s’y prendre pour les rame­ner sur Terre. [L.M.]

L’Échappée, 2020

Ils ont tué l’é­cole, de Marion Armengod 

Cet ouvrage, Marion Armengod le dédi­cace à tous les enfants du 93 ain­si qu’aux ensei­gnants. Après plu­sieurs années de jour­na­lisme, « lasse des rédac­tions asphyxiées par les res­tric­tions bud­gé­taires », l’au­trice décide d’o­pé­rer un tour­nant dans sa car­rière pro­fes­sion­nelle pour se diri­ger vers « le plus beau métier du monde » : ensei­gnante. Nul besoin de reprendre ses études : un mas­ter de jour­na­lisme en poche, un CV, une lettre de moti­va­tion puis 20 minutes d’en­tre­tien suf­fisent à signer un CDD — rien de plus. Elle raconte, dans ces pages, les péri­pé­ties d’une vie de rem­pla­çante : « Je repars avec un exem­plaire de mon contrat et pour seule consigne de me rendre dans mon école de rat­ta­che­ment à Pantin le len­de­main pour pas­ser une jour­née en obser­va­tion. Je ne sai­sis pas encore que cette jour­née sera ma seule et unique pré­pa­ra­tion avant d’être bala­dée tous les jours aux quatre coins d’un des dépar­te­ments les plus dif­fi­ciles de France pour ensei­gner dans des classes de mater­nelles et d’élé­men­taires. » Cette pre­mière année d’é­cole est ryth­mée par les nou­velles affec­ta­tions quo­ti­diennes et les mul­tiples acti­vi­tés aux­quelles Marion n’est pas for­mée — comme enca­drer une sor­tie à la pis­cine avec des enfants qui ne savent pas nager… L’autrice dénonce éga­le­ment les condi­tions vétustes dans les­quelles elle exerce ce nou­veau métier : absence de chauf­fage, bâti­ments déla­brés, l’en­semble sur fond de misère sociale. Impuissante face à cer­taines situa­tions — ain­si du jeune Walid, qui a dû fuir la Syrie et dont la famille se voit mena­cée d’ex­pul­sion —, Marion Armengod n’en raconte pas moins les moments heu­reux pas­sés auprès d’en­fants curieux de décou­vrir le monde. Vidée par cette expé­rience, elle quit­te­ra les bancs de l’é­cole le cœur ser­ré. Un livre néces­saire, pour bri­ser le silence impo­sé par l’Éducation natio­nale aux ensei­gnants. [M.S.-F.]

Seuil, 2019

La Mort aux fron­tières de l’Europe : retrou­ver, iden­ti­fier, com­mé­mo­rer 

Les fron­tières de l’Europe ne se réduisent pas à des démar­ca­tions géo­gra­phiques ou topo­gra­phiques, mais s’ap­pa­rentent à de véri­tables sys­tèmes de contrôle, eux-mêmes inféo­dés à un régime de vio­lence qui court à son propre per­fec­tion­ne­ment. Les bar­rières se ren­forcent, les esca­drons fron­ta­liers pul­lulent, les drones, radars ther­miques et autres tech­no­lo­gies de guerre s’in­vitent dans la par­tie pour « sécu­ri­ser » les zones fron­ta­lières et y empê­cher le pas­sage de migrants. Ceux-ci, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, enfants ou nour­ris­sons, péris­sent ou dis­pa­raissent en grand nombre, plus ou moins loin de ces fron­tières qu’ils ont en vue et que les gou­ver­ne­ments euro­péens tendent à ôter de leur hori­zon d’es­pé­rance même. Stratégie de dis­sua­sion, dit-on. Conséquences mor­ti­fères, répond cet ouvrage à plu­sieurs mains. Or les chiffres manquent. Béance, point d’in­ter­ro­ga­tion insup­por­table, les morts ne sont pas comp­tés offi­ciel­le­ment par les ins­tances éta­tiques. Ou, du moins, les chiffres euphé­misent et se contre­disent. Les morts ne sont donc pas nom­més — encore moins hono­rés. L’ouvrage pro­pose un aper­çu des dif­fé­rentes ini­tia­tives qui tentent de pal­lier ce manque, rap­pe­lant que les migrants sont vic­times de poli­tiques qui, en alliant dis­cours sécu­ri­taire et action vague­ment huma­ni­taire, occultent la ques­tion fon­da­men­tale de la res­pon­sa­bi­li­té. Ici, « l’u­sage mili­tant de la sta­tis­tique donne à lire, sous un jour nou­veau, la liste des nau­frages acci­den­tels, des pannes tra­giques au milieu de la mer, des asphyxies cau­sées par un moteur défaillant. Dénombrer vise à déchif­frer les effets d’une poli­tique ». Après l’ef­fort d’é­nu­mé­ra­tion, émergent les récits qui viennent les­ter les chiffres du poids des voix. Ainsi de Wilfrid, né en RDC, qui raconte le fran­chis­se­ment des bar­rières de Melilla, ou encore un extrait de la pièce de théâtre 81 ave­nue Victor Hugo ou du docu­men­taire Les Messagers. Concis, ce livre fait — par les chiffres, par l’his­toire et par les mots — l’é­tat des lieux mor­ti­fère de nos fron­tières. [L.M.]

Le pas­sa­ger clan­des­tin, 2017

C’est un dur métier que l’exil, de Nâzim Hikmet

C’est là une antho­lo­gie du légen­daire poète turc, homme de l’exil, de la pri­son et de la lutte. Un for­mat de poche qui honore son nom, une cou­ver­ture d’un rose vif sur laquelle s’a­vance, tout juste esquis­sée, la sil­houette du com­mu­niste. Les vers sont libres (l’in­verse aurait sur­pris) et les jours d’é­té passent comme un « train jaune ». Il n’est plus l’heure pour l’au­teur de par­ler de la lune, de la rose ou des oiseaux : bour­rer sa pipe, d’a­bord, puis regar­der l’ho­ri­zon rouge. Au fil de ses poèmes, on croise un bol­che­vik, des che­vaux, une jambe infirme, du cuivre et même une défi­ni­tion du bon­heur : « Terre, soleil et moi ». Il y a Lénine et le pay­san Mehmet, Paris et ce grand fumeur de Gabriel Péri ; il y a bien sûr ce beau poème, un jour chan­té en fran­çais par Lavilliers, sur ce qu’est l’Homme (« la plus drôle des créa­tures »). « Le monde était mon linge », écrit Hikmet, et il l’é­tend désor­mais entre les murs de sa pri­son. Alors il songe à dehors, aux ani­maux, aux com­bats et aux vents. Et se dit qu’il « faut vivre / Comme si jamais tu ne devais mou­rir ». Là, les femmes nouent leurs che­veux comme un secret ; là, un chien a le museau très noir ; là, un avion s’en­vole pour Cuba. C’est la révo­lu­tion. Pardon, la Révolution. Hikmet confie rajeu­nir chaque jour de son séjour — il y a du lyrisme offi­ciel dans ce repor­tage poé­tique, s’en­tend. Car à quoi bon aller sur la lune tant qu’un être humain ne mange pas à sa faim ou en ran­çonne un autre ? Après La Havane, Prague. On tourne une page, on tra­verse huit mille kilo­mètres. « La grande huma­ni­té voyage sur le pont des navires », et le poète rêve d’at­te­ler ses écrits aux bœufs de labour et jure : la poé­sie sera affaire de liber­té tant que l’on comp­te­ra un esclave ici-bas. On referme le livre, Hikmet nous confiant qu’il est tout à la fois turc, asia­tique et afri­cain : un com­pa­gnon de route, en somme. [E.B.]

Le Temps des cerises, 2014


Photographie de ban­nière : DR


REBONDS

Cartouches 53, avril 2020
Cartouches 52, mars 2020
Cartouches 51, février 2020
Cartouches 50, jan­vier 2020
Cartouches 49, décembre 2019

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.