Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

À Diyarbakır : effacer la mémoire et réécrire l’Histoire


Texte inédit pour le site de Ballast

Diyarbakır, plus grande ville à majo­ri­té kurde à l’in­té­rieur des fron­tières turques, est par­fois qua­li­fiée de « capi­tale du Kurdistan » pour son dyna­misme poli­tique et cultu­rel. Foyer de résis­tance kurde face aux poli­tiques assi­mi­la­tion­nistes et colo­niales de l’État turc, une grande par­tie du centre his­to­rique a été détruit durant les répres­sions mili­taires de 2016 et 2017 : on a pu par­ler d’un « urbi­cide ». Depuis, les trans­for­ma­tions urbaines déployées par le régime d’Erdoğan sont mises au ser­vice d’une poli­tique de paci­fi­ca­tion. Reportage. ☰ Par Loez


Mi-février 2021. Alors que le soleil brille sur Diyarbakır, la fin de l’hi­ver a ici des allures de prin­temps. Tandis que la situa­tion sani­taire s’a­mé­liore loca­le­ment après un nombre impor­tant de décès durant les pre­miers mois de la pan­dé­mie, une foule de badauds venus faire leurs courses avant le confi­ne­ment du week-end a enva­hi la grande rue Gazi — elle tra­verse Sur, le cœur his­to­rique de la vieille ville. Le quar­tier tient son nom des mas­sifs rem­parts de basalte noir qui l’en­tourent, clas­sés au patri­moine mon­dial de l’UNESCO, tout comme les jar­dins de Hevsel qui s’é­talent à leur pied jus­qu’au Tigre, s’é­ti­rant, lui, le long des galets de ses berges en contre­bas. Outre ses nom­breux monu­ments his­to­riques attes­tant d’un pas­sé mul­tieth­nique où coha­bi­taient Kurdes, Arménien·nes, Syriaques et Juif·ves, enri­chis­sant leurs cultures mutuelles, Sur était aus­si un bas­tion mili­tant du mou­ve­ment kurde : un foyer insur­rec­tion­nel notoire où, comme nous en témoigne Berat, un enfant du quar­tier, « la police n’en­trait pas ». Un quar­tier à mater, donc, par tous les moyens pos­sibles. Déjà, lors d’une visite à Diyarbakır le 1er juin 2011, Erdoğan avait annon­cé une recons­truc­tion à venir, axée sur le déve­lop­pe­ment de l’activité tou­ris­tique : un accord avait même été signé avec la mai­rie HDP1. L’époque était encore à la détente des rela­tions poli­tiques. Mais face à l’opposition des habitant·es du quar­tier, qui refu­saient de quit­ter leurs loge­ments, le pro­jet res­ta au point mort.

« L’armée turque et les forces spé­ciales de la gen­dar­me­rie et de la police ont fait le siège du quar­tier pen­dant plus de trois mois. »

C’est là que, fin 2015, une jeu­nesse kurde à bout face à l’ab­sence de pers­pec­tives et à la reprise de la répres­sion éta­tique contre le mou­ve­ment kurde a pris les armes contre l’État turc, décla­rant l’au­to­no­mie du quar­tier et dres­sant des bar­ri­cades pour contrô­ler son accès. Alors que la révolte s’est pro­pa­gée à d’autres villes, l’ar­mée turque et les forces spé­ciales de la gen­dar­me­rie et de la police ont fait le siège du quar­tier pen­dant plus de trois mois, uti­li­sant des moyens dis­pro­por­tion­nés pour venir à bout de la résis­tance. Les bom­bar­de­ments ter­restres et aériens ont trans­for­mé les quar­tiers de Fatihpaşa, Hasırlı, Savaş, Cemal Yılmaz — soit près d’un tiers de Sur — en un vaste champ de ruines. Les bull­do­zers y ont ache­vé l’œuvre des mili­taires en met­tant à terre des bâti­ments res­tés debout, qui auraient pu être réno­vés, car seule­ment par­tiel­le­ment endom­ma­gés. Rencontré en 2017, le muh­tar2 d’un quar­tier de Sur, nous expri­mait le res­sen­ti de nombres d’ha­bi­tant.es et de militant·es : « L’État a uti­li­sé le sou­lè­ve­ment de la jeu­nesse comme pré­texte pour raser une par­tie du quar­tier » — après avoir échoué à en faire par­tir ses résident·es de manière légale. Il ne sou­haite pas nous don­ner son nom, par peur des représailles.

Effacer la mémoire, réécrire l’Histoire

De fait, la recons­truc­tion néces­saire suite aux bom­bar­de­ments ne se limite pas aux zones tou­chées par les com­bats : l’an­cien bazar a été stan­dar­di­sé sous pré­texte de réno­va­tion. Les échoppes ont désor­mais toutes la même appa­rence. Le nom des bou­tiques est écrit au-des­sus de celles-ci, sur fond jaune-mar­ron, tou­jours dans la même police de carac­tère ; les façades ont été rava­lées : on a pla­qué une pierre cou­leur gris sale, imi­tant vague­ment celle des pierres his­to­riques de Diyarbakır. Il s’a­git de créer, à des­ti­na­tion des tou­ristes visés par le pro­gramme de réno­va­tion, un décor pour une Histoire réécrite.

[Diyarbakir, Sur, mai 2017. Un an après les combats, les bulldozers ont presque fini de déblayer les ruines : les constructions de logements commencent (Loez)]

Serefxan Aydın a copré­si­dé la chambre des archi­tectes de Diyarbakır de 2016 à 2020, une struc­ture mixte entre union pro­fes­sion­nelle et syn­di­cat. Il tra­vaillait avec la mai­rie de la ville avant d’être limo­gé lors de la vague de répres­sions qui a sui­vi le coup d’État man­qué de 2016, uti­li­sé comme pré­texte par l’État turc pour muse­ler l’op­po­si­tion — en par­ti­cu­lier celle du HDP, de ses élu·es, militant·es et sympathisant·es dans les régions kurdes. 60 maires HDP ont été limogé·es, emprisonné·es et remplacé·es par des admi­nis­tra­teurs d’État, les kayyum. L’architecte tra­vaille désor­mais à son compte dans une petite agence du quar­tier Ofis, com­mer­çant et ani­mé, véri­table centre-ville moderne de la cité. Dans son bureau, les notes au pia­no du mor­ceau « Polyushko Polye » recouvrent le bruit de la rue. Avec ses cama­rades, il a par­ti­ci­pé à la rédac­tion d’un rap­port exhaus­tif d’une cen­taine de pages sur les des­truc­tions dans les villes kurdes lors des affron­te­ments de 2015–2016 : il montre, images satel­lites à l’ap­pui, l’é­ten­due des dégâts, mais éga­le­ment l’im­pact du pro­ces­sus de recons­truc­tion. « Ils ont déci­dé de tout détruire pour effa­cer la mémoire de cette guerre, affirme-t-il. L’État aurait pu pré­ser­ver les richesses his­to­riques. Il n’y avait qu’une par­tie des édi­fices qui deman­dait des tra­vaux de res­tau­ra­tion lourds. Des quar­tiers entiers auraient pu être res­tau­rés à moindre coût. 48 édi­fices his­to­riques clas­sés ont été com­plè­te­ment détruits, il ne reste même plus une pierre. Nous sommes allés l’année der­nière faire des éva­lua­tions : 247 monu­ments his­to­riques qui n’a­vaient pas encore été clas­sés ont été démo­lis. Au total, 4 900 bâti­ments ont été détruits. »

« Ce patri­moine n’est pas le sien, ne fait pas par­tie du pays, ça fait par­tie du Kurdistan : donc ça n’a pas de valeur. »

Alors que la zone rasée était inter­dite d’ac­cès et ver­rouillée par la police, des pierres en basalte uti­li­sées pour bâtir les édi­fices les plus anciens en ont été sor­ties et par­fois reven­dues au mar­ché noir. Le 30 mars 2021, l’a­gence de presse Mezopotamya a révé­lé la construc­tion illé­gale par un cacique local de l’AKP3 d’un res­tau­rant de trois étages en plein cœur de la zone clas­sée de Sur, avec des pierres volées pro­ve­nant des anciennes mai­sons détruites. Quant aux gra­vats res­tants, qui auraient pu ser­vir à recons­truire à l’i­den­tique le quar­tier, « une par­tie a été jetée dans le fleuve, dans le Tigre, d’autres dans des déchet­te­ries ». Pour Serefxan Aydın, se débar­ras­ser ain­si des maté­riaux de construc­tion ori­gi­nels est déli­bé­ré : c’est une autre manière de faire dis­pa­raître à la fois les traces des com­bats et la mémoire de Sur. « Si on avait été dans un autre pays, tout aurait été fait pour s’approprier cet héri­tage, pour le res­tau­rer. Ici, l’État a fait l’inverse. Ce patri­moine n’est pas le sien, ne fait pas par­tie du pays, ça fait par­tie du Kurdistan : donc ça n’a pas de valeur. Mais ça n’appartient pas qu’au Kurdistan, c’est un patri­moine mon­dial et c’est ce que dit l’Unesco, c’est un bien com­mun de l’humanité. »

Dans le péri­mètre en recons­truc­tion, long­temps inter­dit d’ac­cès, des mai­sons ache­vées coha­bitent avec quelques ruines du pas­sé, des monu­ments his­to­riques cen­sés être réno­vés et d’autres habi­ta­tions encore en cours de chan­tier. Énormes paral­lé­lé­pi­pèdes de béton à la façade nue peinte en blanc, en atten­dant d’être recou­verte de dalles imi­tant l’an­cien, ces mai­sons res­semblent à un décor de ciné­ma. Car c’est fina­le­ment bien ce dont il s’a­git : un énorme décor pour « la nou­velle Tolède » vou­lue par l’AKP afin d’at­ti­rer les tou­ristes et les riches étranger·es. Ceci autour d’un patri­moine folklorisé.

[Diyarbakır (Loez)]

Alors que les ruines de Sur sont encore fumantes et que, dans d’autres quar­tiers, les insurgé·es résistent tou­jours, l’an­cien Premier ministre Davutoǧlu a visi­té Diyarbakır début février 2016. Parlant des villes kurdes, il décla­ra à cette occa­sion : « Ces villes se sont déve­lop­pées dans les années 1990 de manière incon­trô­lée et défor­mée. Même si ces évé­ne­ments ne s’é­taient pas pro­duits, il s’a­gis­sait de lieux des­ti­nés à une trans­for­ma­tion urbaine. […] Les mai­sons, mos­quées, églises et auberges clas­sées seront res­tau­rées sans endom­ma­ger la tex­ture archi­tec­tu­rale de Diyarbakır. Nous allons recons­truire Sur de telle manière qu’il devienne un endroit que tout le monde veuille voir, tout comme Tolède. »

« L’histoire mul­ti-eth­nique de Diyarbakır ne rentre pas dans le récit natio­nal que la République turque a vou­lu créer à sa fon­da­tion. »

De lieu de vie, Sur doit ain­si être trans­for­mé en vitrine : les monu­ments his­to­riques n’y sont plus qu’une attrac­tion par­mi d’autres. L’histoire mul­ti-eth­nique de Diyarbakır ne rentre pas dans le récit natio­nal que la Répu­blique turque a vou­lu créer à sa fon­da­tion. S’il pré­fère reven­di­quer l’hé­ri­tage otto­man plu­tôt que kéma­liste4, sur la ques­tion de l’i­den­ti­té natio­nale turque, le régime d’Erdoğan n’a que peu chan­gé par rap­port à ses pré­dé­ces­seurs, reje­tant toute reven­di­ca­tion iden­ti­taire des autres peuples de Turquie. Folkloriser quel­ques monu­ments per­met de mieux oublier que les Arménien·nes et les Syriaques ont été massacré·es, que les Juif·ves ont été poussé·es à l’exil et que l’on dénie aux Kurdes le droit à l’autodétermination.

Pour cor­res­pondre aux ambi­tions de l’État, le petit aéro­port de Diyarbakır, situé dans la ville, a été rem­pla­cé par une immense construc­tion aux ambi­tions déme­su­rées en péri­phé­rie : il fait figure d’é­norme coquille vide. Les pistes semblent davan­tage uti­li­sées par les avions de com­bat. Leur rugis­se­ment déchire régu­liè­re­ment le ciel, par­fois à plu­sieurs reprises dans une même jour­née : de quoi rap­pe­ler aux habitant·es, s’il le fal­lait encore, la guerre achar­née que mène l’État contre le PKK dans les mon­tagnes du sud-est du pays. L’aéroport four­nit un exemple de la manière dont infra­struc­tures tou­ris­tiques et mili­taires peuvent aller de pair. 

[Diyarbakır (Loez)]

Des profits pour les entreprises de l’ouest

L’État turc pré­tend avoir inves­ti 13 000 000 TL5 dans la recons­truc­tion de Sur. Mais, d’a­près Serefxan Aydın, cet argent ne pro­fite guère aux entre­prises locales. « 50 édi­fices lour­de­ment atteints sont en res­tau­ra­tion par des entre­prises venues d’Ankara. Tout vient de l’extérieur. Il n’y a que des entre­prises turques, d’Ankara. Aucun local n’est inves­ti. Ils sont assis à Ankara dans leurs bureaux et font des pro­jets sur Sur. Vous avez peut-être vu les nou­veaux édi­fices ? Ils sont hor­ribles, absurdes. On a l’impression d’être dans une maquette 3D. Ils ont fait des vil­las, des mai­sons qui n’ont rien à voir avec l’identité locale. Les tra­vaux de res­tau­ra­tion ou de construc­tion à Diyarbakır doivent nor­ma­le­ment inclure des pierres de basalte venant de la région : c’est ce qui fait l’identité locale. C’est une obli­ga­tion. Pour cor­res­pondre à cette loi, ils ont fait venir de la pierre de Kayseri. La pierre de basalte est nor­ma­le­ment tra­vaillée à la main : celle qu’ils uti­lisent est cou­pée avec des machines, toutes droites. C’est comme un jeu. Aucun sérieux, aucune consi­dé­ra­tion pour l’héritage his­to­rique. »

« Sur le chan­tier, quelques ouvriers s’af­fairent à ache­ver les fini­tions d’une mai­son. Ils parlent kurde. »

Sur le chan­tier, quelques ouvriers s’af­fairent à ache­ver les fini­tions d’une mai­son. Ils regardent avec éton­ne­ment les pro­me­neurs et les pro­me­neuses entrer dans la zone, ouverte par erreur, semble-t-il, le temps de quelques jours. Ils parlent kurde. Quelques entre­prises locales proches de l’AKP ont éga­le­ment pu béné­fi­cier du ruis­sel­le­ment des finan­ce­ments éta­tiques. « Les nou­velles mai­sons ne sont pas construites pour les habi­tants ici. Tout ce qui est à Sur appar­tient à l’État, ils ont rache­té les mai­sons pour une poi­gnée d’argent. Pour faire par­tir les gens de chez eux, ils ont tout fait pour bais­ser la valeur des mai­sons. Les pauvres qui habi­taient là-bas ont été contraints de par­tir, contre leur gré. L’État rachète les mai­sons de force, les gens vont dans des bidon­villes, les nou­velles habi­ta­tions sont ven­dues aux enchères. » Les poli­tiques d’ex­pro­pria­tion concernent notam­ment des quar­tiers peu endom­ma­gés par les affron­te­ments, comme Ali Pasa et Lalebey.

En juin 2017, déses­pé­rée à l’i­dée de perdre son loge­ment où elle vivait avec son fils han­di­ca­pé, une habi­tante nous racon­tait que l’État a appro­vi­sion­né de force son compte ban­caire avec l’argent des dédom­ma­ge­ments. Pour une voi­sine, ce fut le pro­prié­taire du loge­ment qu’elle louait qui a ven­du les murs sans la pré­ve­nir. Malgré un recours en jus­tice, entre 3 000 et 5 000 familles fini­ront par devoir aban­don­ner les lieux aux engins de chan­tier. Les dédom­ma­ge­ments des habitant·es vont de 30 000 à 100 000 TL (un mois de loyer dans un appar­te­ment fami­lial neuf tourne autour de 1 000 TL). Une somme déri­soire face au prix des nou­velles mai­sons, dont cer­taines se vendent aux alen­tours de 1 000 000 TL. « L’État a vrai­ment fait du busi­ness », pour­suit Serefxan Aydın. « Il est même pos­sible que des mai­sons aient été ven­dues, voire don­nées à des gens proches du par­ti [AKP], de l’État. Certaines agences immo­bi­lières ont rache­té ces mai­sons et les revendent encore plus cher avec des annonces du type : Maisons de Diyarbakır à revendre avec vue sur Sur. » L’État compte aus­si pro­fi­ter de retom­bées finan­cières indi­rectes avec l’ar­ri­vée d’une nou­velle popu­la­tion for­tu­née… et acquise à sa cause.

[Diyarbakır, mars 2016. Comme plus de 5 000 familles, Arife a dû fuir les combats dans Sur avec ses six enfants et son mari, sans pouvoir rien emporter avec elle (Loez)]

Outre le gain éco­no­mique direct per­met­tant d’ac­qué­rir à bas coût des ter­rains à forte valeur ajou­tée, le faible mon­tant des dédom­ma­ge­ments a des consé­quences col­la­té­rales utiles pour la poli­tique de paci­fi­ca­tion de l’État. Issa a fait par­tie des pre­miers à quit­ter le quar­tier, en 2011, pour aller vivre dans un appar­te­ment d’un immeuble TOKI6 au milieu d’une forêt d’autres bâti­ments, tous construits sur le même modèle. Chaque jour, ils étendent un peu plus leur emprise sur la cité. Issa regrette amè­re­ment son choix ; il se sent trom­pé par le pou­voir, qui lui avait pro­mis un beau loge­ment avec un jar­din à dis­po­si­tion : le voi­là à une heure de tra­jet de son ancien voi­si­nage. Pour ache­ter son loge­ment, il a dû prendre un cré­dit à la banque Ziraat — contrô­lée par le régime — car le dédom­ma­ge­ment per­çu pour son ancienne mai­son ne suf­fi­sait pas à le payer inté­gra­le­ment. Avec les taux d’intérêts appli­qués, il est main­te­nant endet­té pour 20 ans. La popu­la­tion de Sur est sou­vent pré­caire : petit·es commerçant·es, travailleur·ses journalier·es ou sans emploi. La vie dans les autres quar­tiers est chère, en par­ti­cu­lier avec la crise éco­no­mique — accen­tuée depuis le début de la pan­dé­mie de Covid-19. Les loyers ont grim­pé en flèche ; il faut ajou­ter un bud­get pour le trans­port car les quar­tiers de relo­ge­ment sont sou­vent éloi­gnés, ce qui n’in­cite pas à visi­ter ses ancien·nes voisin·es, et pose des contraintes sup­plé­men­taires pour trou­ver du travail.

« Le but de ces pro­jets est de bri­ser la socié­té kurde. Si nous par­tons, nous serons comme des pois­sons hors de l’eau. »

Baxtiyar, né dans le quar­tier et pro­prié­taire d’un salon de thé, nous témoigne de sa colère : « Ils vendent les gens comme une vul­gaire mar­chan­dise. Le but de ces pro­jets est de bri­ser la socié­té kurde. Si nous par­tons, nous serons comme des pois­sons hors de l’eau. Tout est fait pour leur pro­fit. Ils veulent mon­trer leur pou­voir et cor­rompent les gens avec leur argent. C’est comme si l’État fai­sait la conquête de Sur. Quand les gens sont relo­gés, ils sont écla­tés et mélan­gés aux habi­tants d’autres quar­tiers. Les liens sociaux sont bri­sés, les gens iso­lés. » Dispersion de la popu­la­tion de Sur dans des quar­tiers éloi­gnés, frac­ture des liens sociaux, endet­te­ment : autant de choses qui contri­buent à étouf­fer les volon­tés de contes­ta­tion, par ailleurs for­te­ment répri­mées par la police et le sys­tème judi­ciaire lors­qu’elles s’ex­priment mal­gré tout.

Un urbanisme de conquête

Les trans­for­ma­tions urbaines ont aus­si pour objec­tif de mar­quer la domi­na­tion de l’État et de son idéo­lo­gie sur des terres qui lui sont hos­tiles. « Six com­mis­sa­riats ont été construits à Sur », détaille Serefxan Aydın. « Ils ont élar­gi les routes et les rues juste pour mieux les relier, les connec­ter. Dans Baglar, un quar­tier poli­ti­sé, où vit une base mili­tante solide, ils ont trans­for­mé le centre de san­té en com­mis­sa­riat, le centre de jeu­nesse aus­si, je crois. Le foyer pour enfants, pareil. Et c’est la même chose à Cizre, Nusaybin. Ça, c’est le volet sécu­ri­taire. »

[Diyarbakır, quartier de 500 evler (littéralement : 500 maisons), mai 2017 (Loez)]

En effet, tels des cham­pi­gnons, des com­mis­sa­riats et autres bâti­ments mili­taires aux allures de camps retran­chés poussent à tra­vers la ville, entou­rés de hauts murs de béton gris sur­veillés par des camé­ras, au-des­sus des­quels un énorme dra­peau turc plane, jetant son ombre sur les alen­tours. Plutôt rare avant 2016, le tis­su natio­nal rouge flotte désor­mais sur le basalte noir des rem­parts de Sur. Sur les grands axes rou­tiers, de petits por­traits du pré­sident turc sont accro­chés aux lam­pa­daires. À tra­vers cette ico­no­gra­phie natio­na­liste, l’État affirme haut et fort qu’il est en ter­rain conquis. « L’AKP est pro-islam, reprend l’ar­chi­tecte, il y a des mos­quées par­tout. Des mos­quées absurdes en béton, même s’il y en avait déjà une là avant, des mos­quées immenses. Ça n’a pas de sens. Mais c’est pour gagner en pou­voir. Après la reprise en main par les kayyum, des espaces verts ont été trans­for­més en mos­quées. » Et de conclure som­bre­ment : « Ils façonnent les villes selon leur idéo­lo­gie. »


Photographies de ban­nière et de vignette : Loez


  1. Parti démo­cra­tique des peuples : coa­li­tion de par­tis de la gauche turque et kurde pro­gres­siste, par­mi les­quels le par­ti pro-kurde DBP, dont le pro­gramme s’ins­pire du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique.
  2. Personnage influent dans son quar­tier : il joue un rôle de média­teur entre habitant·es ou struc­tures offi­cielles.
  3. Parti de la jus­tice et du déve­lop­pe­ment : il est au pou­voir en Turquie depuis 2002. Recep Tayyip Erdoğan en est le pré­sident géné­ral depuis mai 2017
  4. Ou atatür­kisme. Idéologie fon­da­trice de la République de Turquie, telle que défi­nie par Mustafa Kemal Atatürk.
  5. Livre turque.
  6. Entreprise d’État construi­sant des loge­ments bon mar­ché.

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien « Kedistan : un regard liber­taire sur le Moyen-Orient », mars 2021
☰ Lire notre entre­tien avec Fatih Mehmet Maçoglu : « Le socia­lisme, c’est pré­ser­ver le vivant », sep­tembre 2019
☰ Lire notre article « Leyla Güven : notes d’une libé­ra­tion », Danielle Simonnet, février 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Guillaume Perrier : « Erdoğan, un rêve de pré­si­dence omni­po­tente », juin 2018
☰ Lire notre article « Newroz, entre enthou­siasme et incer­ti­tudes », Laurent Perpigna Iban, avril 2017
☰ Lire notre dos­sier consa­cré au Kurdistan

Sur le même sujet :
Loez

(Photo)journaliste indépendant, Loez s'intéresse depuis plusieurs années aux conséquences des États-nations sur le peuple kurde, et aux résistances de celui-ci.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.