Yannis Stavrakakis : « Le populisme canonique est de gauche »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Yannis Stavrakakis est un cher­cheur en théo­rie poli­tique contem­po­raine gré­co-bri­tannique — pour l’es­sen­tiel, il tra­vaille sur la psy­cha­na­lyse et le popu­lisme. Il enseigne à l’u­ni­ver­si­té Aristote de Thessalonique. Troisième volet de ce dos­sier consa­cré au popu­lisme euro­péen, ini­tié par les cher­cheurs Arthur Borriello et Anton Jäger.


[lire le deuxième volet]


Un élé­ment revient sou­vent dans les com­men­taires sur le popu­lisme : le lien sup­po­sé entre crises et avè­ne­ment de mou­ve­ments popu­listes. Quelle est la rela­tion exacte entre la mon­tée du popu­lisme et la « crise économique » ? 

À mon sens, il n’existe pas de rela­tion auto­ma­tique entre le popu­lisme et l’occurrence d’une « crise ». De façon géné­rale, d’ailleurs, les rai­son­ne­ments cau­saux auto­ma­tiques fonc­tionnent assez mal lorsqu’il s’agit de rendre compte de l’avènement de mou­ve­ments poli­tiques. Par exemple, j’ai réa­li­sé mes tra­vaux doc­to­raux sur les mou­ve­ments éco­lo­giques, et la rela­tion entre dégra­da­tion envi­ron­ne­men­tale et conscience éco­lo­gique est loin d’être cau­sale. La rela­tion est même par­fois fran­che­ment para­doxale. Il existe ain­si des espaces qui sont tota­le­ment dévas­tés éco­lo­gi­que­ment mais où aucun mou­ve­ment n’émerge car les condi­tions cultu­relles, poli­tiques et éco­no­miques pour une telle émer­gence sont presque tota­le­ment absentes. À l’inverse, il existe des espaces où la dégra­da­tion est moins impor­tante mais où on observe un mou­ve­ment vert assez fort qui se consti­tue, comme en Scandinavie ou en Allemagne. 

« Il n’existe pas de rela­tion auto­ma­tique entre le popu­lisme et l’occurrence d’une crise. »

Pour reve­nir au popu­lisme — et au cas grec, qui est celui que je connais le mieux —, ce qui me semble abso­lu­ment déci­sif comme fac­teur, c’est l’abdication et la coop­ta­tion totale des par­tis tra­di­tion­nels dans le cir­cuit auto­ri­taire. Le PASOK en consti­tue l’exemple le plus expli­cite. Ces par­tis ont tota­le­ment échoué à pro­po­ser un agen­da poli­tique alter­na­tif, ou même sim­ple­ment un dis­cours dif­fé­rent, capable de recon­naître la voix des couches sociales subal­ternes et d’éviter la des­truc­tion sociale accé­lé­rée. C’est pré­ci­sé­ment ce vide qui a créé l’espace pour qu’émergent les Aganaktisménoi, c’est-à-dire les Indignados grecs, les mou­ve­ments de retrai­tés et d’étudiants. Ensuite, ces mobi­li­sa­tions ont elles-mêmes conduit une par­tie de la popu­la­tion à réa­li­ser qu’elle par­ta­geait des inté­rêts com­muns — le fonc­tion­naire et son salaire dimi­nué, l’employé d’une firme pri­vée ayant per­du son tra­vail, le retrai­té ayant per­du ses aides sociales. Dès le moment où ils se mobi­lisent, ils se rendent compte de cet anta­go­nisme qu’ils par­tagent : il existe une enti­té qui nie leur iden­ti­té, qui annule leurs demandes et leurs besoins. À ce stade, se cris­tal­lise déjà un sujet social. Dans le cas espa­gnol, il exis­tait en paral­lèle un groupe consti­tué d’universitaires qui se sont ren­du compte que toutes ces mobi­li­sa­tions « hori­zon­tales » ne seraient pas durables sans un moment de repré­sen­ta­tion plus « ver­ti­cale ». C’est comme cela que Podemos a été fon­dé, avec pour tâche expli­cite d’exercer cette représentation.

Le cas de Syriza est légè­re­ment dif­fé­rent. Il s’agit d’un mou­ve­ment exis­tant déjà depuis des années, mais qui res­tait jusqu’alors très modeste sur le plan élec­to­ral, et qui est par­ve­nu à absor­ber toutes ces nou­velles demandes en per­sua­dant le peuple qu’il pou­vait exé­cu­ter cette tâche de repré­sen­ta­tion avec suc­cès. De là, l’augmentation spec­ta­cu­laire des résul­tats élec­to­raux à par­tir de 2012, jusqu’à l’accès au gou­ver­ne­ment quelques années plus tard. Il faut aus­si remar­quer que, dans le cas grec, le sou­ve­nir des années Papandreou a évi­dem­ment aidé la construc­tion de cette nou­velle coa­li­tion. Tsípras a clai­re­ment imi­té cette typo­lo­gie, ce style poli­tique. Par exemple, même si Papandreou était un bour­geois ouvert, pro­fes­seur d’économie à Berkeley, il refu­sait de por­ter une cra­vate dans ses appa­ri­tions publiques, pré­fé­rant un col rou­lé, choix que Tsípras a repro­duit. Cette marque de dis­tinc­tion d’avec le cir­cuit poli­tique régu­lier a évi­dem­ment acti­vé une mémoire dans le peuple grec. Pour résu­mer, l’accumulation de demandes a été récu­pé­rée par Syriza qui a répon­du au vide repré­sen­ta­tif creu­sé par la crise de 2008, tout en s’appuyant sur une mémoire par­ta­gée. Mais rien de tout ça ne répon­dait à un sché­ma cau­sal auto­ma­tique entre l’existence d’une crise et la mon­tée du phé­no­mène populiste.

[Tatsuya Tanaka]

Même s’il existe désor­mais un consen­sus rela­tif dans les études sur le popu­lisme, la que­relle sur la défi­ni­tion per­siste. Vous êtes un par­ti­san décla­ré de la défi­ni­tion dis­cur­sive de popu­lisme1, sou­vent asso­ciée au pen­seur argen­tin Ernesto Laclau. Cependant, vous vous pro­non­cez géné­ra­le­ment pour une approche ouverte, capable de récon­ci­lier les dif­fé­rentes écoles…

La dif­fi­cul­té prin­ci­pale avec la défi­ni­tion laclauienne, c’est qu’elle reste obs­cure sous bien des aspects et qu’elle pré­sup­pose une cer­taine onto­lo­gie, qui décrit le dis­cours comme un fait lin­guis­tique et extra­lin­guis­tique. Dans cette pers­pec­tive, le dis­cours est le nom géné­rique don­né à une mul­ti­tude de dimen­sions, sym­bo­liques, affec­tives, maté­rielles. Mais une fois qu’on accepte ce point de départ onto­lo­gique, cette capa­ci­té à incor­po­rer toutes les dimen­sions du phé­no­mène popu­liste me semble pré­ci­sé­ment consti­tuer l’un des prin­ci­paux points forts de la défi­ni­tion laclauienne. Car elle ne fait pas que les incor­po­rer, elle les arti­cule et les uni­fie : l’un des exemples les plus clairs de cela, c’est sa capa­ci­té à sai­sir la res­sem­blance entre lan­gage popu­liste et orga­ni­sa­tion popu­liste, à voir leur appar­te­nance à une « logique » par­ta­gée, ce qui nous donne un outil très élé­gant de mise en paral­lèle des élé­ments rhé­to­riques et orga­ni­sa­tion­nels. Cette logique par­ta­gée, per­met­tant de recon­naître le popu­lisme dans ses diverses dimen­sions, est recon­nais­sable à la pré­sence d’un double cri­tère. Premièrement, la réfé­rence au « peuple ». Pour Laclau, n’importe quel signi­fiant peut ser­vir comme réfé­rence popu­liste valable. Je diverge avec lui sur ce point, car pour moi l’appel au peuple reste indis­pen­sable pour l’identification d’une véri­table logique popu­liste. On rentre évi­dem­ment dans un laby­rinthe lin­guis­tique ici, car le « peuple » fran­çais n’est pas le « volk » alle­mand et n’est pas non plus le « laos » grec. Malgré ces dif­fé­rences, l’exclusion est une constante de tout ter­rain poli­tique : la dis­tri­bu­tion entre pri­vi­lé­giés et non-pri­vi­lé­giés, dépos­sé­dés et pos­ses­seurs, est pré­sente dans toute culture poli­tique. Papandreou par­lait du petit peuple sans pri­vi­lèges, alors que Perón pré­fé­rait le peuple « sans-che­mise ». En deuxième lieu, il s’agit d’un dis­cours anta­go­niste : il avance une repré­sen­ta­tion dicho­to­mique de l’espace social et défend les demandes de ce peuple contre les res­pon­sables de leur insa­tis­fac­tion. La « pola­ri­sa­tion » en tant que telle n’est pas une pré­ro­ga­tive popu­liste — la pola­ri­sa­tion est un fait social, et même le dis­cours anti­po­pu­liste peut s’engager dans une tac­tique de pola­ri­sa­tion. Mais le fait de pola­ri­ser autour de ces demandes popu­laires insa­tis­faites, par contre, est bien le propre du populisme.

« L’exclusion est une constante de tout ter­rain poli­tique : la dis­tri­bu­tion entre pri­vi­lé­giés et non-pri­vi­lé­giés, dépos­sé­dés et pos­ses­seurs, est pré­sente dans toute culture politique. »

Sur ce point-là, je crois qu’il existe un consen­sus fon­da­men­tal entre les dif­fé­rentes écoles théo­riques. Même Margaret Canovan, d’abord scep­tique vis-à-vis de la défi­ni­tion laclauienne, a fina­le­ment accep­té les deux cri­tères pro­po­sés par Laclau à la fin des années 1970. Les diver­gences sur­gissent lorsque se pose la ques­tion sui­vante : faut-il des cri­tères sup­plé­men­taires ? On rentre alors dans des débats sur la « mora­li­sa­tion », sup­po­sée inhé­rente au popu­lisme — c’est en tout cas ce qui est pos­tu­lé dans les approches qui se situent plu­tôt du côté du libé­ra­lisme, qui consi­dèrent que le popu­lisme tend à mora­li­ser les oppo­si­tions poli­tiques. Par ailleurs, même si la réfé­rence au peuple et l’an­ta­go­nisme comme élé­ments cen­traux sont aus­si des pôles essen­tiels de ces défi­ni­tions, ces der­nières ont ten­dance à sous-esti­mer un point fon­da­men­tal : le peuple n’est pas pré­sup­po­sé comme une caté­go­rie sociale pré­sente a prio­ri. Il n’est pas « pré­cons­ti­tué », mais il est créé, consti­tué comme une uni­té par le dis­cours même qui l’interpelle. C’est parce que ce dis­cours popu­liste existe que tous ces sec­teurs sociaux arrivent à se ras­sem­bler. Sans ces dyna­miques de consti­tu­tion du peuple — et ça me semble le pro­blème cen­tral du libé­ra­lisme contem­po­rain —, on rentre dans l’abolition de la sub­jec­ti­vi­té poli­tique. Les forces libé­rales n’ont pas seule­ment accep­té la poli­tique éco­no­mique des néo­li­bé­raux. Elles ont aus­si accep­té le point aveugle du néo­li­bé­ra­lisme, qui réside dans son anti­pa­thie vis-à-vis de la sub­jec­ti­vi­té poli­tique et sa néga­tion de la col­lec­ti­vi­té. Si on accepte une vision libé­rale qui sti­pule l’irréalité de la col­lec­ti­vi­té, le moment popu­liste sem­ble­ra évi­dem­ment plus menaçant.

En quoi consiste alors la rela­tion du popu­lisme avec la démocratie ? 

Le pre­mier diag­nos­tic à faire concerne la dyna­mique de « dé-démo­cra­ti­sa­tion » des socié­tés euro­péennes, une forme « d’adieu au demos » qui se passe sous nos yeux. L’un des élé­ments les plus mani­festes de cette dyna­mique, c’est l’évolution des banques cen­trales. Dans ma jeu­nesse les banques cen­trales étaient contrô­lées par le gou­ver­ne­ment ; le poste du pré­sident de la banque était en fait l’un des postes les plus répu­tés pour un gou­ver­ne­ment. À pré­sent, elles appar­tiennent à un sys­tème tech­no­cra­tique avec un agen­da tota­le­ment flou. C’est l’un des symp­tômes les plus clairs du déclin du contrôle popu­laire ; c’est aus­si l’un des moteurs les plus fla­grants du popu­lisme. Car le popu­lisme, avant toute chose, veut « re-démo­cra­ti­ser ». De ce point de vue, il faut sans doute revoir ce que l’on accepte de regrou­per sous l’appellation « popu­liste », qui est trop sou­vent uti­li­sée pour iden­ti­fier des for­ma­tions auto­ri­taires, natio­na­listes et fai­sant peu de cas de l’égalité civique. Mis à part ces mou­ve­ments, dans la majo­ri­té des cas, le popu­lisme me semble être un sti­mu­lant démocratique.

[Tatsuya Tanaka]

Dans quel sens le popu­lisme pour­rait-il jouer ce rôle « re-démo­cra­ti­sant » ? Les libé­raux consi­dèrent, eux, le popu­lisme comme une menace exis­ten­tielle pour la démo­cra­tie libérale !

Dans la plu­part des cas — et Jan-Werner Müller est l’exemple le plus expli­cite de cette ten­dance —, les recherches qui défendent ces posi­tions sont mar­quées par une forte igno­rance des faits sur le ter­rain. Autrement dit, ils n’ont pas fait le tra­vail eth­no­gra­phique. Ils refusent d’en­quê­ter sur des mou­ve­ments par­ti­cu­liers, ou ils se foca­lisent sur des cas extrêmes pour géné­ra­li­ser et extra­po­ler une défi­ni­tion glo­bale. Chez Müller, par exemple, le cas Orbán est pré­sen­té comme para­dig­ma­tique, c’est le modèle autour duquel il sculpte sa défi­ni­tion. Or, Orbán est sur­tout un libé­ral — en tout cas, il a com­men­cé sa car­rière comme libé­ral et n’a rien d’un popu­liste typique. Mais le vrai pro­blème me semble le manque d’une pers­pec­tive com­pa­ra­tive : ces approches ne tiennent pas compte de l’Amérique latine, de l’Amérique du Nord, ni même des dif­fé­rentes époques his­to­riques où le popu­lisme s’est développé.

« La plu­part des mou­ve­ments qui opèrent sous la ban­nière du popu­lisme sont de gauche. »

En lieu et place de cela, ils se foca­lisent sur des variantes exclu­si­ve­ment contem­po­raines, et qui pré­sentent le point com­mun d’être ouver­te­ment droi­tières et natio­na­listes. Cette accu­mu­la­tion d’associations dou­teuses me paraît consti­tuer un dan­ger poli­tique et ana­ly­tique. Car en stig­ma­ti­sant le « popu­lisme », cela finit par rejaillir sur le « popu­laire » au sens large, qui s’en trouve auto­ma­ti­que­ment dis­qua­li­fié. Par ailleurs, l’absence d’un cadre com­pa­ra­tif conduit par­fois à de véri­tables énor­mi­tés. Cela amène par exemple Müller à consi­dé­rer Orbán comme un popu­liste, tout en plai­dant pour que le terme ne s’applique pas aux inven­teurs du mot même, les popu­listes amé­ri­cains du People’s Party ! C’est comme si on écri­vait une his­toire du com­mu­nisme sans men­tion­ner Marx. Il est facile de com­prendre pour­quoi : pour des auteurs comme Müller, venant d’une tra­di­tion libé­rale « mili­tante », la construc­tion d’un sujet popu­laire est ana­thé­ma­ti­sée a prio­ri, il leur faut donc bâtir une théo­rie qui stig­ma­tise ce pro­ces­sus. Difficile, cepen­dant, d’imaginer une pers­pec­tive plus euro­cen­trique et anhis­to­rique. En tout cas, cela montre l’urgence de faire une his­toire du concept de popu­lisme lui-même, afin de com­prendre les muta­tions de signi­fi­ca­tion que cette his­toire a ren­dues pos­sibles. 

Mais qu’en est-il du « popu­lisme de droite » ? Croyez-vous en l’existence d’une telle chose et, si oui, com­ment peut-on le dif­fé­ren­cier de la variante de gauche ?

Je crois que le popu­lisme « cano­nique » est de gauche. Si on étu­die l’histoire du phé­no­mène et qu’on fait la généa­lo­gie du concept, on voit clai­re­ment que la plu­part des mou­ve­ments qui opèrent sous la ban­nière du « popu­lisme » sont de gauche. La majo­ri­té de ces mou­ve­ments étaient éga­li­taires et anti­hié­rar­chiques. À mon sens, il n’existe aucune rai­son d’associer des mou­ve­ments for­te­ment hié­rar­chiques et anti-éga­li­taires avec le popu­lisme. La plu­part du temps, on parle de mou­ve­ments qui sont soit pure­ment et sim­ple­ment natio­na­listes, soit qui ne mani­festent des élé­ments popu­listes que de façon extrê­me­ment secon­daire et péri­phé­rique par rap­port à leur « centre de gra­vi­té idéo­lo­gique ». Pour par­ler de popu­lisme, il faut que le peuple joue le rôle de « signi­fiant vide » — au sens où il n’est pas pré­cons­ti­tué et exclu­sif mais per­met jus­te­ment d’intégrer des groupes divers, et donc d’y inclure les migrants et mino­ri­tés eth­niques, par exemple. Ces groupes ont effec­ti­ve­ment été inté­grés par Syriza en Grèce, à tra­vers des poli­tiques faci­li­tant la natu­ra­li­sa­tion des enfants d’immigrés. Dans les cas, en revanche, où l’on trouve un signi­fiant mythique — la « race » ou la « nation » — atta­ché au signi­fiant du « peuple », le carac­tère vide du signi­fiant du « peuple » s’en trouve effa­cé et ne reste qu’une réduc­tion natio­na­liste et racia­liste du peuple, deve­nu une caté­go­rie rigide. Par exemple, Aube dorée, ce par­ti néo-nazi grec, est sou­vent pré­sen­té comme « popu­liste ». Cela me semble tout à fait faux. Si on leur demande leur défi­ni­tion du peuple, ils diront que celui-ci est consti­tué des per­sonnes de sang grec. On réduit là com­plè­te­ment la sub­jec­ti­vi­té popu­laire dans une concep­tion rigi­de­ment racia­liste. Pour pou­voir par­ler de popu­lisme authen­tique, il faut vrai­ment que ce peuple reste un signi­fiant vide, une caté­go­rie ouverte. La simple réfé­rence au peuple, « en pas­sant », ou comme un objet tota­le­ment secon­daire par rap­port à l’idéologie du mou­ve­ment, n’est pas suf­fi­sante, sinon pra­ti­que­ment tout mou­ve­ment pour­rait être qua­li­fié de popu­liste aujourd’hui — y com­pris des mou­ve­ments mani­fes­te­ment anti-popu­listes — tant le signi­fiant « peuple » fait inté­gra­le­ment par­tie de la gram­maire poli­tique des modernes.

[Tatsuya Tanaka]

Un cri­tère sup­plé­men­taire qui per­met de faire la part des choses, c’est l’axe sur lequel est construite la divi­sion poli­tique : cet axe opère-t-il d’une façon hori­zon­tale ou ver­ti­cale ? Si l’antagonisme cen­tral se mani­feste sur un axe domi­nant oppo­sant le « bas » et le « haut », « l’esta­blish­ment » contre les « per­dants », on peut légi­ti­me­ment par­ler d’un phé­no­mène popu­liste. Si l’axe domi­nant, en revanche, est hori­zon­tal et concerne un aspect ter­ri­to­rial ou eth­nique (avec un élé­ment de « dedans » et « dehors » sépa­ré par des fron­tières, un voca­bu­laire dis­tin­guant indi­gènes et immi­grés, etc.) on peut rai­son­na­ble­ment mettre en doute le carac­tère « popu­liste » de ce mou­ve­ment. Évidemment, la dif­fi­cul­té réside dans le fait qu’on ne retrouve jamais ces sché­mas dans un état « chi­mi­que­ment pur » ; dans la pra­tique, on a affaire à des mou­ve­ments dans les­quels ces ten­dances peuvent coexis­ter, et c’est à l’analyste d’évaluer laquelle prévaut.

Les cher­cheurs sur le popu­lisme semblent sou­vent choi­sir un « camp » vis-à-vis du popu­lisme, tra­dui­sant un cer­tain enga­ge­ment poli­tique : pour ou contre. C’est une ten­dance sans doute encore plus mar­quée que dans d’autres champs d’étude. Faut-il faire une « anthro­po­lo­gie » du spé­cia­liste du popu­lisme pour la comprendre ? 

« Le popu­lisme ne sau­rait être une fin de l’Histoire ; c’est une stra­té­gie spé­ci­fique avec un suc­cès bien contex­tuel, mais interne à la démocratie. »

Le pro­blème prin­ci­pal est un cer­tain agnos­ti­cisme his­to­rique qui pré­vaut dans les études sur le popu­lisme. Les spé­cia­listes du popu­lisme ne s’intéressent pas assez à l’histoire du terme et du phé­no­mène. De ce point de vue, l’histoire du popu­lisme est aus­si un exemple impor­tant de l’influence par­fois néfaste que les cher­cheurs et aca­dé­miques peuvent avoir sur l’opinion publique. Le « popu­lisme » fonc­tion­nait comme un terme posi­tif jusqu’aux années 1950. Soudainement, un auteur spé­ci­fique — Richard Hofstadter — a déve­lop­pé toute une série de cri­tiques et de sté­réo­types encore for­te­ment répan­dus dans le débat sur le popu­lisme contem­po­rain, et qui fonc­tionnent aujourd’hui comme des conno­ta­tions auto­ma­tiques. Pierre-André Taguieff était le pre­mier à qua­li­fier le Front natio­nal de « popu­liste », une manœuvre favo­ri­sée par les jour­na­listes, et que le Front natio­nal a accueillie avec plai­sir, sachant que l’appellation « popu­liste » reste, dans tous les cas, bien moins néga­tive que celle de « fas­ciste » ou de « droite extrême ». Il faut donc faire preuve d’une grande réflexi­vi­té, presque d’une « hygiène » poli­tique, car il existe une « double her­mé­neu­tique », comme le dit Anthony Giddens, entre l’académie et la socié­té, qu’on ne peut faire sem­blant de ne pas voir. Selon que l’on adopte une approche libé­rale ou une approche plus favo­rable au popu­lisme, les effets sur le débat public seront dif­fé­rents. Aujourd’hui, il y a une pré­pon­dé­rance claire des approches libé­rales dans le monde aca­dé­mique, qui marquent la pré­fé­rence de l’académie pour ce milieu poli­tique, au détri­ment des forces popu­listes. Cela n’est évi­dem­ment pas sans effet, en retour, sur le débat public.

Impact durable ou anec­do­tique sur les sys­tèmes par­ti­sans clas­siques, ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion rapide des mou­ve­ments popu­listes, clô­ture d’une paren­thèse : de nom­breuses lec­tures sont faites du moment popu­liste. Comment vous positionnez-vous ?

Toutes ces ques­tions sont d’une actua­li­té brû­lante et sont fon­da­men­tales. Il est tou­te­fois dif­fi­cile d’apporter une réponse glo­bale cou­vrant l’ensemble des expé­riences poli­tiques incar­nées par ces mou­ve­ments et par­tis. À ce stade, je ne peux qu’offrir une piste de réflexion géné­rale à suivre lorsqu’on traite de ces ques­tions. D’une part, le popu­lisme et la repré­sen­ta­tion poli­tique vont de pair et, de ce point de vue, ce sera tou­jours un phé­no­mène incon­tour­nable. Pour moi on ne sort jamais com­plè­te­ment du « moment popu­liste », même si son ampli­tude et son inten­si­té peuvent varier for­te­ment. Évidemment les dix der­nières années étaient plus intenses que la décen­nie pré­cé­dente sur le plan « popu­liste ». Mais il y aura tou­jours des forces prêtes à déna­tu­rer la repré­sen­ta­tion popu­laire et d’autres cher­chant à la reva­lo­ri­ser — c’est une constante dans l’histoire. Le popu­lisme ne sau­rait être une fin de l’Histoire ; c’est une stra­té­gie spé­ci­fique avec un suc­cès bien contex­tuel, mais qui est quand même interne à la démo­cra­tie. En tout cas, il ne donne pas d’outils valides en tout temps et tout lieu.

[Tatsuya Tanaka]

D’autre part, je repren­drai ici la réflexion que nous avons éla­bo­rée avec mon col­lègue Giorgos Venizelos, dans un article publié dans Jacobin. Bien sûr, cer­taines de ces expé­riences poli­tiques ont ali­men­té un cer­tain scep­ti­cisme à pro­pos de la stra­té­gie popu­liste de gauche, non seule­ment en Europe mais aus­si en Amérique latine et aux États-Unis. Certains ont rapi­de­ment décré­té la fin du popu­lisme de gauche. Cependant, ce genre de décla­ra­tions tra­hissent sou­vent une logique trop linéaire et déter­mi­niste, qui ignore la flui­di­té et la contin­gence du poli­tique et la réac­ti­va­tion conti­nuelle des cycles d’antagonisme poli­tique. Regardez l’Argentine, où la gauche popu­liste est reve­nue au pou­voir après quatre ans d’absence. Le conti­nent lati­no-amé­ri­cain, de façon plus large, semble faire actuel­le­ment l’expérience d’un autre « moment popu­liste », comme l’indiquent les évé­ne­ments en Bolivie et au Chili, par exemple. La lutte poli­tique implique tou­jours des cycles de déclin et de réac­ti­va­tion ; pour les ana­ly­ser, il faut adop­ter une pers­pec­tive plus ouverte. L’Europe ne fait pas excep­tion. Cela dit, il faut aus­si exa­mi­ner atten­ti­ve­ment la façon dont les struc­tures ins­ti­tu­tion­nelles euro­péennes peuvent faire obs­tacle à des pro­jets poli­tiques éga­li­taires. Il faut se sou­ve­nir, à ce pro­pos, de ce que disait Marx dans Le 18 Brumaire de Napoléon Bonaparte : « Les hommes font leur propre his­toire, mais ils ne la font pas arbi­trai­re­ment, dans les condi­tions choi­sies par eux, mais dans des condi­tions direc­te­ment don­nées et héri­tées du pas­sé. »

En défi­ni­tive, mal­gré des débuts encou­ra­geants, la vague popu­liste de gauche de ces der­nières années pré­sente un bilan assez miti­gé. Comment l’éva­luez-vous ?

« C’était très dif­fi­cile de trans­cen­der la sur­dé­ter­mi­na­tion de l’identité grecque comme intrin­sè­que­ment liée à l’euro. »

L’histoire du popu­lisme grec est plus ancienne. Il faut com­pa­rer les résul­tats de Syriza avec ceux du popu­lisme grec des années 1980, lorsque le PASOK de Andréas Papandréou domi­nait. La conclu­sion de l’expérience de Syriza, c’est clai­re­ment qu’on ne peut pas tout attendre du popu­lisme. Le popu­lisme est une stra­té­gie ou un dis­cours, un type de rai­son­ne­ment, qui peut aider à signa­ler une série de demandes ou de griefs et à les expri­mer, les reven­di­quer. Mais on ne peut pas tout attendre de ce type de manœuvres. Dès le moment où le front popu­liste est créé, les exi­gences deviennent autres : il faut un pro­gramme poli­tique, un envi­ron­ne­ment favo­rable pour gou­ver­ner, etc. De ce point de vue, les années 1980 étaient bien évi­dem­ment très dif­fé­rentes. On venait de sor­tir d’une dic­ta­ture (1974) et, plus géné­ra­le­ment, d’une longue période de domi­na­tion de la droite, ce qui peut expli­quer la radi­ca­li­té du pre­mier man­dat de Andréas Papandréou.

Plus tard, le PASOK a construit un sys­tème clien­té­liste tout à fait simi­laire à celui de la droite. Syriza a essayé de cas­ser ce cir­cuit clien­té­liste et d’exposer le sen­ti­ment anti­dé­mo­cra­tique qui pré­vaut au niveau euro­péen. Ce que Varoufákis a fait, c’est expri­mer des sen­ti­ments pré­cé­dem­ment consi­dé­rés pri­vés pour l’Eurogroupe, des sen­ti­ments sim­ple­ment non-dis­cu­tables. Le fait qu’il ait « publié » ces sen­ti­ments, qu’il les ait révé­lés, a été for­te­ment appré­cié par le peuple grec. C’était, en revanche, très dif­fi­cile de trans­cen­der la sur­dé­ter­mi­na­tion de l’identité grecque comme intrin­sè­que­ment liée à l’euro. L’euro y fonc­tionne comme sym­bo­li­sa­tion de l’intégration grecque dans la com­mu­nau­té « civi­li­sa­trice » de l’UE. Tsípras a bien réa­li­sé ce pro­blème, et c’est pour cette rai­son qu’il a conser­vé un vote si éle­vé même après le refe­ren­dum. On peut clai­re­ment se deman­der si Syriza conserve son carac­tère de « mou­ve­ment popu­liste » à par­tir de ce jour-là, même si son prag­ma­tisme conti­nue dans le gouvernement.


[lire le qua­trième et der­nier volet]


Photographies de ban­nière et de vignette : Tatsuya Tanaka


  1. Ernesto Laclau puise dans la théo­rie lin­guis­tique struc­tu­ra­liste pour défi­nir le popu­lisme. Pour lui, un espace social est un espace dis­cur­sif (c’est-à-dire rela­tif au dis­cours). Il faut com­prendre le terme de dis­cours non seule­ment dans le lan­gage mais éga­le­ment en acte (« dis­cours per­for­ma­tif »). C’est la dis­tinc­tion en acte qui per­met pour lui d’identifier le popu­lisme, non pas une défi­ni­tion préa­lable. Le popu­lisme est cette action ration­nelle où s’agrège des dif­fé­rences et des équi­va­lences, et créer une iden­ti­té sociale (« dis­cur­sive ») dans laquelle se lient des acteurs sociaux (« le peuple »).

REBONDS

☰ Lire notre article : « Populisme par­tout, popu­lisme nul part », par Arthur Borriello, juin 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Federico Tarragoni : « Le popu­lisme a une dimen­sion démo­cra­tique radi­cale », novembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Serge Halimi : « Pas de conver­gence des luttes sans une pers­pec­tive poli­tique », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Yanis Varoufákis : « Que vou­lons-nous faire de l’Europe ? », sep­tembre 2015
Sur le même sujet :
Arthur Borriello
Arthur Borriello

Arthur Borriello est politologue et supporter acharné du SSC Napoli. Spécialiste de l'analyse du discours politique, il travaille actuellement sur les populismes sud-européens.

Découvrir d'autres articles de

Anton Jäger
Anton Jäger

Anton Jäger est doctorant à l’Université de Cambridge. Il travaille notamment sur le populisme, l’histoire intellectuelle et la question du travail.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.